Skip to content

Pas de vie privée, pas de propriété : Le monde en 2030 selon le WEF

Le Forum économique mondial (WEF) a été fondé il y a cinquante ans. Il a gagné en importance au fil des décennies et est devenu l’une des principales plateformes de réflexion et de planification futuristes. Lieu de rencontre de l’élite mondiale, le WEF réunit les leaders du monde des affaires et de la politique ainsi que quelques intellectuels sélectionnés.

L’idée maîtresse du forum est le contrôle mondial. Les marchés libres et le choix individuel ne sont pas les valeurs principales, mais l’interventionnisme étatique et le collectivisme. La liberté individuelle et la propriété privée sont appelées à disparaître de la planète d’ici 2030, selon les projections et les scénarios du Forum économique mondial.

Huit prédictions

La liberté individuelle est à nouveau en danger. Ce qui nous attend peut-être a été projeté en novembre 2016 lorsque le WEF a publié “8 prédictions pour le monde en 2030.” Selon le scénario du WEF, le monde deviendra un endroit tout à fait différent d’aujourd’hui, car la façon dont les gens travaillent et vivent va subir un profond changement. Le scénario pour le monde en 2030 est plus qu’une simple prévision. C’est un plan dont la mise en œuvre s’est accélérée de manière drastique depuis l’annonce d’une pandémie et les confinements qui en découlent.

Selon les projections des “Global Future Councils” du WEF, la propriété privée et la vie privée seront abolies au cours de la prochaine décennie. L’expropriation à venir irait même plus loin que la demande communiste d’abolir la propriété des biens de production tout en laissant un espace pour les possessions privées. La projection du WEF indique que les biens de consommation, eux aussi, ne seraient plus une propriété privée.

Si la projection du WEF devait se réaliser, les gens devraient louer et emprunter leurs biens de première nécessité à l’État, qui serait le seul propriétaire de tous les biens. L’offre de biens serait rationnée en fonction d’un système de points de crédit social. Le shopping au sens traditionnel du terme disparaîtrait en même temps que les achats privés de biens. Chaque déplacement personnel serait suivi électroniquement, et toute production serait soumise aux exigences d’une énergie propre et d’un environnement durable.

LIRE AUSSI 🔖  La Grande Réinitialisation a un but précis

Afin de parvenir à une “agriculture durable”, l’approvisionnement alimentaire sera principalement végétarien. Dans la nouvelle économie totalitaire de services, le gouvernement fournira le logement, la nourriture et les transports de base, le reste devant être prêté par l’État. L’utilisation des ressources naturelles sera réduite à son minimum. En coopération avec les quelques pays clés, une agence mondiale fixera le prix des émissions de CO2 à un niveau extrêmement élevé pour en dissuader l’utilisation.

Dans une vidéo promotionnelle, le Forum économique mondial résume les huit prédictions dans les termes suivants :

– Les gens ne posséderont rien. Les biens seront gratuits ou devront être prêtés par l’État.

– Les États-Unis ne seront plus la première superpuissance, mais une poignée de pays dominera.

– Les organes ne seront pas transplantés mais imprimés.

– La consommation de viande sera réduite au minimum.

– Des déplacements massifs de populations auront lieu avec des milliards de réfugiés.

– Pour limiter l’émission de dioxyde de carbone, un prix mondial sera fixé à un niveau exorbitant.

– Les gens pourront se préparer à aller sur Mars et à entamer un voyage à la recherche de vie extraterrestre.

– Les valeurs occidentales seront testées jusqu’au point de rupture…

Au-delà de la vie privée et de la propriété

Dans une publication pour le Forum économique mondial, l’éco-activiste danoise Ida Auken, qui avait été ministre de l’environnement de son pays de 2011 à 2014 et qui est toujours membre du Parlement danois (le Folketing), a élaboré le scénario d’un monde sans vie privée ni propriété. Dans “Bienvenue en 2030“, elle envisage un monde où “je ne possède rien, je n’ai aucune vie privée, et la vie n’a jamais été aussi belle.” En 2030, selon son scénario, les achats et la propriété sont devenus obsolètes, car tout ce qui était autrefois un produit est désormais un service.

Dans ce nouveau monde idyllique qui est le sien, les gens ont un accès gratuit aux transports, au logement, à la nourriture, “et à toutes les choses dont nous avons besoin dans notre vie quotidienne.” Comme ces choses deviendront gratuites, “cela a fini par ne plus avoir de sens pour nous de posséder quoi que ce soit.” Il n’y aurait pas de propriété privée dans les maisons et personne ne paierait de loyer, “parce que quelqu’un d’autre utilise notre espace libre quand nous n’en avons pas besoin.”

Le salon d’une personne, par exemple, sera utilisé pour des réunions d’affaires en son absence. Des préoccupations telles que “les maladies liées au mode de vie, le changement climatique, la crise des réfugiés, la dégradation de l’environnement, les villes complètement congestionnées, la pollution de l’eau, la pollution de l’air, les troubles sociaux et le chômage” appartiennent au passé. L’auteur prédit que les gens seront heureux de jouir d’une vie si agréable qui est tellement meilleure “que le chemin sur lequel nous étions, où il est devenu si clair que nous ne pouvions pas continuer avec le même modèle de croissance.”

Paradis écologique

Dans sa contribution 2019 à la réunion annuelle des Global Future Councils du Forum économique mondial, Ida Auken prédit à quoi le monde pourrait ressembler dans le futur “si nous gagnons la guerre contre le changement climatique“. En 2030, lorsque les émissions de CO2 seront fortement réduites, les gens vivront dans un monde où la viande dans l’assiette “sera un spectacle rare”, tandis que l’eau et l’air seront beaucoup plus propres qu’aujourd’hui. En raison du passage de l’achat de biens à l’utilisation de services, la nécessité d’avoir de l’argent disparaîtra, car les gens dépenseront de moins en moins pour acheter des biens. Le temps de travail diminuera et le temps de loisirs augmentera.

Pour le futur, Auken imagine une ville où les voitures électriques auront remplacé les véhicules à combustion conventionnels. La plupart des routes et des places de stationnement seront devenues des parcs verts et des zones de promenade pour les piétons. D’ici à 2030, l’agriculture offrira principalement des alternatives végétales à la viande et aux produits laitiers dans l’approvisionnement alimentaire. L’utilisation des terres pour produire des aliments pour animaux diminuera considérablement et la nature se répandra à nouveau sur le globe.

LIRE AUSSI 🔖  Partie VI - Les plans d'une élite technocratique

Fabriquer le consentement social

Comment amener les gens à accepter un tel système ? L’appât pour séduire les masses est l’assurance de soins de santé complets et d’un revenu de base garanti. Les promoteurs de la Grande Réinitialisation promettent un monde sans maladies.

Grâce aux organes produits par les biotechnologies et aux traitements médicaux individualisés basés sur la génétique, une espérance de vie considérablement accrue et même l’immortalité seraient possibles. L’intelligence artificielle éradiquera la mort et éliminera la maladie et la mortalité. La course est lancée entre les entreprises de biotechnologie pour trouver la clé de la vie éternelle.

Outre la promesse de transformer n’importe quelle personne ordinaire en un surhomme divin, la promesse d’un “revenu de base universel” est très attrayante, en particulier pour ceux qui ne trouveront plus d’emploi dans la nouvelle économie numérique. Obtenir un revenu de base sans avoir à passer par le tapis roulant et la disgrâce de la demande d’aide sociale est utilisé comme un appât pour obtenir la faveur des pauvres.

Pour le rendre économiquement viable, la garantie d’un revenu de base nécessiterait le nivellement des différences salariales. Les procédures techniques du transfert de l’argent de l’État seront utilisées pour promouvoir la société sans espèces. Avec la numérisation de toutes les transactions monétaires, chaque achat individuel sera enregistré. Par conséquent, les autorités gouvernementales auront un accès illimité pour superviser en détail la façon dont chaque personne dépense son argent.

Un revenu de base universel dans une société sans argent liquide permettrait d’imposer un système de crédit social et de fournir le mécanisme permettant de sanctionner les comportements indésirables et d’identifier les personnes superflues et non désirées.

Qui seront les dirigeants ?

Le Forum économique mondial est silencieux sur la question de savoir qui gouvernera dans ce nouveau monde.

Il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que les nouveaux détenteurs du pouvoir soient bienveillants. Pourtant, même si les principaux décideurs du nouveau gouvernement mondial n’étaient pas méchants mais simplement technocrates, quelle raison aurait une technocratie administrative de s’occuper des indésirables ? Quel sens cela a-t-il pour une élite technocratique de transformer l’homme ordinaire en surhomme ? Pourquoi partager les avantages de l’intelligence artificielle avec les masses et ne pas garder la richesse pour quelques élus ?

LIRE AUSSI 🔖  Les Nations unies et les origines de la grande réinitialisation

Sans se laisser influencer par les promesses utopiques, une évaluation sobre des plans doit arriver à la conclusion que dans ce nouveau monde, il n’y aura pas de place pour l’individu moyen et qu’il sera mis à l’écart avec les “inemployables”, les “faibles d’esprit” et les “mal élevés”. Derrière la prédication de l’évangile progressiste de la justice sociale par les promoteurs de la Grande Réinitialisation et de l’établissement d’un nouvel ordre mondial se cache le sinistre projet d’eugénisme, qui, en tant que technique, est maintenant appelé “génie génétique” et, en tant que mouvement, est nommé “transhumanisme”, un terme attribué à Julian Huxley, le premier directeur de l’UNESCO.

Les promoteurs du projet gardent le silence sur qui seront les dirigeants de ce nouveau monde. La nature dystopique et collectiviste de ces projections et plans est le résultat du rejet du capitalisme libre. L’établissement d’un monde meilleur par le biais d’une dictature est une contradiction dans les termes. La réponse aux problèmes actuels n’est pas moins mais plus de prospérité économique. Nous avons donc besoin de plus de marchés libres et de moins de planification étatique. Le monde devient plus vert et une baisse du taux de croissance de la population mondiale est déjà en cours. Ces tendances sont la conséquence naturelle de la création de richesses par les marchés libres.

Conclusion

Le Forum économique mondial et ses institutions connexes, associés à une poignée de gouvernements et à quelques entreprises de haute technologie, veulent faire entrer le monde dans une nouvelle ère sans propriété ni vie privée. Des valeurs comme l’individualisme, la liberté et la poursuite du bonheur sont en jeu, pour être répudiées en faveur du collectivisme et de l’imposition d’un “bien commun” défini par l’élite autoproclamée de technocrates.

Ce qui est vendu au public comme une promesse d’égalité et de durabilité écologique est en fait une attaque brutale contre la dignité humaine et la liberté. Au lieu d’utiliser les nouvelles technologies comme un instrument d’amélioration, la Grande Réinitialisation cherche à utiliser les possibilités technologiques comme un outil d’asservissement. Dans ce nouvel ordre mondial, l’État est le propriétaire unique de tout. On laisse à notre imagination le soin de déterminer qui programmera les algorithmes qui gèrent la distribution des biens et des services.

Antony P. Mueller

Antony P. Mueller est un professeur d’économie allemand qui enseigne actuellement au Brésil.

cc creative common

2 Comments »

  1. Ce qui paraît clair, c’est que les capitalistes et a fortiori les libéraux et les conservateurs paniquent, et ils se radicalisent dans leur propagande et leur rhétorique, parce qu’ils commencent à comprendre que tout leur édifice intellectuel est en train de s’écrouler devant les enjeux du XXIe siècle et une certaine prise de conscience globale. Le dérèglement climatique et environnemental est la démonstration même du fait que la propriété privée est une idéologie anachronique qui mène l’humanité à sa perte.

    Le fait de confondre “propriété privée” et “liberté” est typiquement une prise de position caractéristique du libéralisme, qui est toute relative dans la pratique puisque ceux qui possèdent ont par définition le contrôle sur ce qu’ils possèdent, et que dans ces conditions, la liberté de ceux qui ne possèdent pas (et ne peuvent pas posséder la plupart du temps) est inexistante.

    Contrairement à ce que ces idéologues croient en substance, la propriété privée n’est pas du tout un signe de civilisation évoluée. Au contraire, c’est même plutôt l’anomalie dans l’histoire humaine pour information, surtout appliquée comme elle l’est aujourd’hui, c’est-à-dire à outrance et dans tous les domaines de la société, et qui est pour ainsi dire factrice d’autoritarisme et d’inégalités.

    Je note au passage que les allusions du type “les valeurs occidentales testées” et autres allusions complotistes récurrentes (“nouvel ordre mondial”, “eugénisme”) révèlent toute la rhétorique réactionnaire, la fragilité culturelle et la peur de la nouveauté qui sont à l’oeuvre ici.

    La vie privée mise en danger ? Par les Etats ? Mais ce type ne semble pas vivre sur la même planète que moi en fait, sinon il verrait que ce sont aujourd’hui, et ce depuis des années, bien davantage les réseaux sociaux qui menacent la vie privée que les gouvernements. Hormis les régimes autoritaires voire totalitaires, je ne vois pas en quoi les législations des régimes démocratiques représenteraient une menace pour la sphère privée. Cela tend même à être plutôt le contraire. Alors il est possible que M. Mueller considère que le fait qu’il y ait des règles en démocratie pour garantir l’intérêt collectif soit déjà un critère pour crier à la destruction de la vie privée, sauf que ce postulat est typiquement anarchiste (ou dans son cas plutôt anarcho-capitaliste), et non démocrate.

    Aussi, en dehors du fait que les procès d’intention de ce M. Mueller ne sont étayés par rien de concret, au mieux une interprétation très personnelle et complotiste, je me demande bien en réalité quelle alternative il propose, car là encore, c’est toujours la même chose ; on est dans le complot et la pure contestation mais on n’y oppose évidemment rien si ce n’est le statut quo. Il parle “d’amélioration” (en l’opposant à ce qu’il qualifie “d’asservissement”). J’en déduis que pour lui, l’amélioration passe par le marché libre et le capitalisme, -soit le paradigme actuel en gros-, le tout derrière une rhétorique qui ne fait aucun mystère en affichant d’ores et déjà son mépris (énumérant des anathèmes infantiles et clichéens, au premier rang desquels “utopie” ou “évangile”) envers le collectivisme, le socialisme, le progressisme et en réalité toute autre proposition qui ne cadre justement pas avec sa vision marchande et libérale du monde. Pour moi, l’amélioration c’est utiliser les technologies pour construire une économie de l’abondance et de l’accès.

    De plus, je trouve toujours amusant cette façon de prêter au revenu de base inconditionnel des intentions et des situations qui existent déjà aujourd’hui sous une forme bien plus tangible et visible ; notamment la propagande néo-esclavagiste qui est servie au citoyen lambda pour produire chez lui du consentement à sa propre servitude et à faire de l’emploi le centre de son existence, et le fait de devoir choisir entre l’emploi et la rue (ce qui n’est pas franchement un choix humainement acceptable et encore moins évolué). De ce point de vue, on peut dire que l’asservissement est la réalité d’aujourd’hui et qu’elle ne vient pas de l’Etat démocratique et social mais plutôt du capitalisme dérégulé.

    Le fait d’expliquer que le fait de faire bénéficier les pauvres d’un revenu de base serait une façon d’attirer leurs faveurs est d’une banalité sans nom, et complètement débile. C’est aussi crétin que de reprocher à quelqu’un qui investit dans la défense et la police de flatter le peuple pour acheter son sentiment de sécurité physique. Ou de reprocher à quelqu’un qui fait de la justice sociale d’acheter la paix sociale. À ce moment-là, si on veut être cohérent, on peut considérer que toute la politique repose sur une volonté d’obtenir les faveurs de la population. La proposition consécutive à ce genre de reproche, c’est quoi ? Un marché libre et sans Etat, ou alors, plus probable encore dans le cas présent, un Etat qui subventionne le marché et pas la population qui, elle, est endormie et endoctrinée à coups de “méritocratie”, de “valeur travail” ou de “responsabilité individuelle”. Après tout, il y a fort à parier que ce M. Mueller ait une conception à géométrie variable et qu’il pense que les pauvres ne devraient pas être aidés.

    En filigrane, le plus comique est que ce genre d’idéologue ne semble pas vouloir comprendre que le principe du revenu universel, c’est précisément qu’il est universel, c’est-à-dire que chaque individu le touche, qu’il ait ou non un emploi et qu’il soit pauvre ou non (ce qui sort des logiques catégorielles et discriminatoires).

    L’allusion au régime chinois du “crédit social” qui est ici prêtée au revenu de base et à la fin de l’argent liquide est une hypothèse qui ne repose là encore sur rien de concret, mais qui vise à se faire plaisir et à se faire peur, et qui est agitée comme épouvantail pour crier au grand complot des méchants Etats qui voudraient contrôler chaque individu. De la même manière, quand il parle “d’indésirables”, il est dans le cliché et la caricature de ce qu’est le transhumanisme, surtout accompagné du progrès social, sans se rendre compte qu’en vérité, c’est bien son idéologie, celle qui idéalise le marché, qui produit des “indésirables” en permanence, ce qui est vérifiable dans la réalité quotidienne quand on se situe au bas de l’échelle sociale.

    Bref, sinon je présume que cet économiste brésilien est l’un de ces dinosaures qui servent de référence à la politique de Bolsonaro et anciennement Trump. Le noyau dur du paléo-libertarianisme…

  2. Deux choses, nous ne savons si le temps existe réellement. Nous ne savons pas qui nous sommes, au fond du fond. Nous ne savons pas ce qu’il y a après la vie “ici-bas”.
    Pour ma part, c’est très clair. S’il n’existe rien après cette vie “ici-bas”,

    ALORS et SINCEREMENT, qu’importe ce que nous pensons, disons, faisons, tout est perdu d’avance, nous serions alors “qu’un épiphénomène non significatif au milieu des infinis.”

    Par contre s’il y a quelque chose, la question se pose : Nos vies sont-elles une recherche inconsciente de ce qu’il se passe au-delà du seuil de nos vies “ici-bas”?

    Oh oui oui ce que j’écris à absolument à voir avec l’article ci-dessus, les animaux dont nous sommes un maillon sont des explorateurs dans l’âme. Si un changement sociétal drastique permet d’augmenter significativement notre potentiel d’exploration, il va dans le sens d’une saine évolution.

    Parler de transformer l’être humain en être divin me fait sourire/rire, parce que personne n’est capable de décrire sainement ce qu’est une entité divine. Divin est un mot trompeur, non parce que “Dieu” serait mort, mais parce que “Dieu” est un mot qui veut tout dire… Et veut rien dire.

    Le surhomme est aussi l’un de ces mots qui ne veut rien dire. Sinon chacun en aura sa description, rien n’est scientifiquement partagé. Personnellement je trouve la technologie complètement insérée dans l’évolution post-darwinienne ou darwinienne ++.

    La technologie n’est pas là par hasard, et en fait rien dans “notre monde” n’est là par hasard. Toute la physique est extrêmement bien agencée pour générer du vivant de plus en plus vivant, de plus en plus conscient, de plus en plus jouissant et souffrant.

    Si un jour nous ne souffrons plus nous aurons tout gagné, ou tout perdu.

    (sans transition…)

    Dans Star Trek les gens peuvent parfaitement vivre sans possession absolue. Vous possédez un objet parce que vous en avez besoin pour l’exploration. Le synthétiseur de nourriture résout de nombreux problèmes actuels. Mais faut avouer que je ne vois absolument pas un être humain non évolué physiquement à côté d’une technologie assez évoluée, elle.

    Mais c’est une histoire. Nous les êtres humains nous adorons les histoires, toutes sortes d’histoires, nous en sommes extraordinairement friands, et ceci est
    une preuve que nous chérissons l’exploration.

    Possession non partagée et plus (+) d’interactions sociales dans un monde sans obligations de résultats me semble un bon début. Une infinité de chose est encore à découvrir,
    et cela, à mon avis, se fera en partageant, en fusionnant nos consciences par la technologie (le temps nécessaire), il en ressortira une grande empathie pour survivre ensemble, puis vivre pleinement, et en harmonie, ensemble et avec nos environnements.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Le PDG d'une entreprise de robotique déclare que son objectif…