Skip to content

Partie VI – Les plans d’une élite technocratique

Qu’est-ce que la Grande Réinitialisation ? Partie VI : Les plans d’une élite technocratique

Dans les articles précédents, j’ai présenté l’idée1 de la Grande Réinitialisation et je l’ai traitée sous l’angle de ses composantes économiques2 et idéologiques3. Dans ce sixième épisode, je discuterai de ce que la Grande Réinitialisation implique en termes de gouvernance et de Quatrième Révolution Industrielle, pour conclure par des remarques sur le projet global de Grande Réinitialisation et ses implications.

Selon Klaus Schwab, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial (WEF), la quatrième révolution industrielle fait suite aux première, deuxième et troisième révolutions industrielles – respectivement4 mécanique, électrique et numérique.

La quatrième révolution industrielle s’appuie sur la révolution numérique, mais Schwab la voit comme un décollage exponentiel et une convergence des domaines existants et émergents, notamment le Big Data, l’intelligence artificielle, le machine learning, l’informatique quantique, ainsi que la génétique, les nanotechnologies et la robotique. La conséquence en est la fusion des mondes physique, numérique et biologique. Le brouillage de ces catégories remet finalement en question les ontologies mêmes par lesquelles nous nous comprenons et comprenons le monde, y compris “ce que signifie être humain”5.

Les applications spécifiques qui composent la quatrième révolution industrielle sont trop nombreuses et diverses pour être traitées dans leur intégralité, mais elles comprennent l’internet omniprésent, l’internet des objets, l’internet des corps, les véhicules autonomes, les villes intelligentes, l’impression 3D, les nanotechnologies, les biotechnologies, la science des matériaux, le stockage de l’énergie, etc.

Si Schwab et le WEF promeuvent une vision particulière de la quatrième révolution industrielle, les développements qu’il annonce ne sont pas de son cru, et ses formulations n’ont rien d’original.

Les transhumanistes et les singularitariens (ou prophètes de la singularité technologique), tels que Ray Kurzweil et bien d’autres, ont prédit ces développements et d’autres encore, bien avant que Schwab ne les annonce6.

L’importance de l’approche de Schwab et du WEF concernant la nouvelle révolution technologique réside dans la tentative de la mettre au service d’un objectif particulier, vraisemblablement “un avenir plus juste et plus vert”7.

Mais si les développements actuels de la quatrième révolution industrielle sont une indication de l’avenir, alors l’enthousiasme de Schwab est déplacé et la quatrième révolution industrielle est mal représentée. Ces développements incluent déjà les algorithmes Internet qui alimentent les utilisateurs en nouvelles et publicités ciblées et déclassent ou excluent les contenus bannis ; les algorithmes qui censurent le contenu des médias sociaux et envoient les individus et organisations “nuisibles” dans des goulags numériques ; des applications qui permettent de suivre et de localiser les suspects et de dénoncer les contrevenants à la police ; des robots policiers équipés de lecteurs de QR codes pour identifier et rassembler les dissidents ; et des villes intelligentes où chacun est une entité numérique à surveiller, à contrôler et à enregistrer, tandis que les données sur ses moindres mouvements sont collectées, rassemblées, stockées et rattachées à une identité numérique et à un score de crédit social.

En d’autres termes, les technologies de la quatrième révolution industrielle soumettent les êtres humains à une gestion technologique qui fait passer la surveillance exercée auparavant par la National Security Agency pour un jeu d’enfant. Schwab fait l’éloge des développements futurs qui connecteront les cerveaux directement au Cloud, permettant le “data mining” de la pensée et de la mémoire, une maîtrise technologique de l’expérience qui menace l’autonomie individuelle et sape tout semblant de libre arbitre.

La quatrième révolution industrielle accélère la fusion des humains et des machines, donnant naissance à un monde dans lequel toutes les informations, y compris les informations génétiques, sont partagées et où chaque action, chaque pensée et chaque motivation inconsciente sont connues, prédites et peut-être même empêchées.

Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley me vient à l’esprit. Pourtant, Schwab présente les interfaces cerveau-cloud comme des améliorations, des progrès considérables par rapport à l’intelligence humaine standard, ce qui leur confère un attrait qui n’est pas du tout imaginable pour le soma.

De nombreux développements positifs peuvent découler de la quatrième révolution industrielle, mais si elle n’est pas retirée des mains des technocrates socialistes et corporatistes, elle constituera une prison virtuelle.

Dans le cadre du modèle de gouvernance de la Grande Réinitialisation, les États et les entreprises favorisées forment des “partenariats public-privé” pour contrôler la gouvernance. Cette configuration donne naissance à un hybride entreprise-état qui n’a pas de comptes à rendre aux électeurs des gouvernements nationaux.

La relation intime entre les multinationales et les gouvernements a même suscité le mépris de quelques critiques de gauche. Ils notent que le modèle de gouvernance du WEF représente au moins une privatisation partielle de l’Agenda 2030 des Nations unies, le WEF apportant à la table des partenaires commerciaux, de l’argent et une prétendue expertise sur la quatrième révolution industrielle. Et le modèle de gouvernance du WEF s’étend bien au-delà de l’ONU, affectant la constitution et le comportement des gouvernements du monde entier. Cette usurpation a conduit le politologue Ivan Wecke à qualifier la refonte gouvernementale du système mondial par le WEF de “prise de contrôle de la gouvernance mondiale par les entreprises.”8

C’est vrai, mais l’inverse est également vrai. Le modèle du WEF représente également la gouvernementalisation de l’industrie privée. Dans le cadre du “capitalisme des parties prenantes” de Schwab et du modèle de gouvernance multi-parties prenantes, la gouvernance est non seulement de plus en plus privatisée, mais aussi et surtout, les entreprises sont considérées comme des ajouts majeurs aux gouvernements et aux organismes intergouvernementaux.

LIRE AUSSI 🔖  La Grande Réinitialisation a un but précis

L’État est ainsi étendu, amélioré et augmenté par l’ajout d’énormes actifs d’entreprise. Il s’agit notamment de financements destinés au “développement durable” à l’exclusion des non-conformistes, ainsi que de l’utilisation du Big Data, de l’intelligence artificielle et de la 5G pour surveiller et contrôler les citoyens. Dans le cas du régime du vaccin covid, l’État accorde à Big Pharma une protection monopolistique et une indemnité de responsabilité en échange d’un véhicule par lequel il peut étendre ses pouvoirs de coercition.

En tant que telles, les parties prenantes des entreprises deviennent ce que j’ai appelé des “gouvernementalités”, c’est-à-dire des organisations autrement “privées” utilisées comme des appareils d’État, sans obligation de répondre à des électeurs gênants9. Comme ces sociétés sont multinationales, l’État devient essentiellement mondial, qu’un “gouvernement mondial unique” soit formalisé ou non.

Dans Google Archipelago, j’ai soutenu que l’autoritarisme de gauche est l’idéologie politique et le modus operandi de ce que j’appelle Big Digital, et que Big Digital est le fer de lance d’un système mondial émergent. Big Digital est le bras communicationnel, idéologique et technologique d’un socialisme d’entreprise émergent. La Grande Réinitialisation est le nom qui a été donné depuis au projet d’établissement de ce système mondial.

Tout comme Klaus Schwab et le WEF l’espéraient, la crise du covid a accéléré le développement de l’étatisme corporatiste-socialiste de la Grande Réinitialisation. Les développements qui font avancer l’agenda de la Grande Réinitialisation incluent l’impression illimitée de monnaie par la Réserve Fédérale, l’inflation qui s’ensuit, l’augmentation des taxes sur tout ce qui est imaginable, la dépendance accrue à l’égard de l’État, la crise de la chaîne d’approvisionnement, les restrictions et les pertes d’emplois dues aux mandats de vaccination, et la perspective des quotas de carbone personnels10.

Dans l’ensemble, ces politiques et d’autres du même type constituent une attaque coordonnée contre la majorité. Ironiquement, elles représentent également l’aspect “équité” de la Grande Réinitialisation – si l’on entend par équité l’égalisation du statut économique de “l’Américain moyen” avec celui des régions moins “privilégiées”. Et c’est là l’une des fonctions de l’idéologie du woke11 – faire en sorte que la majorité des habitants des pays développés se sentent indignes de leurs modes de vie et de consommation “privilégiés”, que l’élite est en train de ramener à une nouvelle normalité (new normal) réduite et statique.

Au cours des vingt-et-un derniers mois, la réponse au fléau du covid-19 a consolidé l’emprise des sociétés monopolistiques sur l’économie au sommet, tout en faisant progresser le “socialisme réellement existant” en bas. En partenariat avec Big Tech, Big Pharma, les médias traditionnels, les agences de santé nationales et internationales et les populations complaisantes, les États occidentaux jusqu’ici “démocratiques” se transforment de plus en plus en régimes totalitaires sur le modèle de la Chine, et ce, du jour au lendemain. Je n’ai pas besoin de fournir une litanie de la tyrannie et des abus. Vous pouvez les lire sur des sites d’information alternatifs, jusqu’à ce que vous ne puissiez plus les lire même là.12

La Grande Réinitialisation n’est donc pas une simple théorie du complot ; c’est un projet ouvert, avoué et planifié, et il est en bonne voie. Mais parce que le capitalisme aux caractéristiques chinoises13, ou l’étatisme socialiste corporatif, ne dispose pas de marchés libres et dépend de l’absence de libre arbitre et de liberté individuelle, il est, ironiquement, “non durable” et voué à l’échec. La question est de savoir combien de souffrances et de distorsions seront endurées jusqu’à ce qu’il échoue.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.


Notes :

1Michael Rectenwald, “What Is the Great Reset? Part I: Reduced Expectations and Bio-techno-feudalism,” Mises Wire, December 11, 2020, https://mises.org/wire/what-great-reset-part-i-reduced-expectations-and-bio-techno-feudalism. (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/17/quest-ce-que-le-grand-reset/)

2Michael Rectenwald, “The Great Reset, Part II: Corporate Socialism,” Mises Wire, December 31, 2020, https://mises.org/library/great-reset-part-ii-corporate-socialism (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/18/le-grand-reset-le-socialisme-entreprise/); Rectenwald, “The Great Reset, Part III: “Capitalism with Chinese Characteristics,” Mises Wire, December 28, 2020, https://mises.org/wire/great-reset-part-iii-capitalism-chinese-characteristics (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/23/le-grand-reset-le-capitalisme-aux-caracteristiques-chinoises/); Rectenwald, “The Great Reset, Part IV: ‘Stakeholder Capitalism’ vs. ‘Neoliberalism,’” Mises Wire, January 26, 2021, https://mises.org/wire/great-reset-part-iv-stakeholder-capitalism-vs-neoliberalism (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/26/grand-reset-capitalisme-des-parties-prenantes-vs-neoliberalisme/).

3Michael Rectenwald, “The Great Reset, Part V: Woke Ideology.” Mises Wire, February 23, 2021, https://mises.org/wire/great-reset-part-v-woke-ideology (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/26/le-grand-reset-ideologie-woke/).

4Klaus Schwab, The Fourth Industrial Revolution (New York: Crown Business, 2016), pp. 6–8, Kindle.

5Schwab, The Fourth Industrial Revolution, vii.

6Ray Kurzweil, The Singularity Is Near: When Humans Transcend Biology (London: Duckworth, 2006).

7Klaus Schwab and Thierry Malleret, COVID-19: The Great Reset (Geneva: Forum Publishing, 2020), p. 57, Kindle.

8Ivan Wecke, “Conspiracy Theories aside, There Is Something Fishy about the Great Reset,” openDemocracy, August 16, 2021, https://www.opendemocracy.net/en/oureconomy/conspiracy-theories-aside-there-something-fishy-about-great-reset/.

9Michael Rectenwald, “The Google Election,” Mises Wire, November 10, 2020, https://mises.org/wire/google-election.

10Francesco Fuso Nerini, Tina Fawcett, Yael Parag, and Paul Ekins, “Personal Carbon Allowances Revisited,” Nature Sustainability (2021). https://doi.org/10.1038/s41893-021-00756-w.

11Michael Rectenwald, “The Great Reset, Part V: Woke Ideology.” Mises Wire, February 23, 2021, https://mises.org/wire/great-reset-part-v-woke-ideology (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/26/le-grand-reset-ideologie-woke/).

12Lori R. Price contributed the second half of this statement in conversation.

13Michael Rectenwald, “The Great Reset, Part III: Capitalism with Chinese Characteristics,” Mises Wire, December 28, 2020, https://mises.org/wire/great-reset-part-iii-capitalism-chinese-characteristics (version FR : https://iatranshumanisme.com/2021/04/23/le-grand-reset-le-capitalisme-aux-caracteristiques-chinoises/).

5 Comments »

  1. Évidemment qu’il faut éviter que les technologies soient utilisées pour contrôler la population et à fortifier ou amener des régimes tyranniques. Néanmoins, attribuer cela au socialisme est un peu fort, dans la mesure où ce sont les gauches dans le monde qui s’opposent à ce genre de dérive, là où les droites et les extrême-droites (y compris en France) appellent sans cesse à utiliser les nouvelles technologies, comme la reconnaissance faciale et la vidéosurveillance, pour traquer les incivilités.

    Aussi, je rappelle que la Chine comme tous ces régimes qui se réclament du communisme ne respectent en rien l’idéal communiste. Ce sont même des dictatures fascistes, puisqu’elles se sont transformées en capitalisme d’Etat avec un nationalisme exacerbé et des politiques corporatistes décomplexées. Elles cherchent avant tout à se maintenir en place et ne profitent qu’à une aristocratie financière, au détriment de l’essentiel de la population qui est pauvre et soumise. Le mot “communisme” c’est juste la soupe qui est servie aux personnes qui sont en bas de l’échelle, pour les convaincre que ce qu’on leur impose est fait au nom de bons principes. On est en pleine usurpation.

    Par ailleurs, il me semble que vous avez une philosophie politique libertarienne, sauf que je ne la partage pas du tout. Le libre marché est précisément ce qui mène l’humanité dans le mur, aussi bien sur le plan environnemental que social ou même économique. Ce ne sont pas les exemples qui manquent à présent (entre les méfaits de la spéculation, les crises en tout genre, la montée des idées racistes et xénophobes, la précarité, les inégalités galopantes, etc) pour étayer cela.

    Or, en tant que transhumanisme (plus précisément technoprogressiste selon James Hugues) convaincu, pour moi il n’y a aucun doute sur le fait que la quatrième révolution industrielle doit plutôt s’accompagner d’un changement de système de valeurs. Les valeurs (travail, argent, nation, religion) avec lesquelles on fonctionne depuis des siècles sont obsolètes, car elles ont été construites pour un monde sans technologie et ne sont plus du tout adéquates avec le monde tel qu’il est aujourd’hui. Nous sommes actuellement dans une économie basée sur les profits, mais le véritable progrès serait d’installer l’économie basée sur les ressources (telle que théorisée par Jacque Fresco du Venus Project).

    À vrai dire, je ne comprends pas vraiment comment on peut se prétendre transhumaniste et refuser que les sciences et les technologies soient strictement au service de l’humanité et de l’environnement, au lieu d’être au service d’un système monétaire qui ne se justifie plus. Et il me paraît aussi curieux de se dire transhumaniste sans penser qu’au lieu de se borner à augmenter physiologiquement ou même cognitivement les humains, les technologies doivent servir à faire évoluer la civilisation. Le capitalisme n’est pas du tout compatible avec une civilisation qui se dit évoluée puisqu’il est fondé sur des croyances et ramène tout à l’individu, faisant croire que l’individu est responsable de son sort, ce qui est un alibi pour ne pas se remettre en cause. Le communisme n’est guère une solution plus pérenne puisque son logiciel intellectuel repose sur une lecture incomplète et toujours catégorielle de l’histoire humaine, qui ne tient pas compte du fait que la plupart des problèmes des sociétés humaines jusqu’à maintenant sont liés à la gestion de la rareté. Si on veut évoluer, il faut en finir avec les économies de la rareté. Et il faut se battre pour que ce soit fait à l’échelle internationale afin que ce soit cohérent et abouti.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Si l'on considère les publications du Forum économique mondial (WEF)…