Skip to content

La Grande Réinitialisation a un but précis

Il s’agit d’une prise de contrôle de la gouvernance mondiale par les entreprises, qui concerne notre alimentation, nos données et nos vaccins.

Les théories du complot sur le “Grand Reset” ne semblent pas vouloir mourir. Ces théories ont été déclenchées par le sommet du Forum économique mondial (WEF) de l’année dernière, qui avait pour thème “The Great Reset” (la grande réinitialisation) et affirmait que la crise du COVID était l’occasion de s’attaquer aux problèmes majeurs auxquels le monde est confronté. Selon la BBC, le terme “Great Reset” a reçu plus de huit millions d’interactions sur Facebook et a été partagé près de deux millions de fois sur Twitter depuis le lancement de l’initiative du WEF.

L’ensemble des théories du complot autour du Grand Reset sont nébuleuses et difficiles à cerner, mais en les rassemblant, on obtient quelque chose comme ceci : le Grand Reset est le plan de l’élite mondiale pour instaurer un ordre mondial communiste en abolissant la propriété privée tout en utilisant le COVID-19 pour résoudre le problème de la surpopulation et en asservissant ce qui reste de l’humanité avec les vaccins.

Intrigué par les palabres qui ont entouré le sommet de l’année dernière, j’ai décidé de découvrir ce qu’était réellement le plan du WEF intitulé “Great Reset”. Au cœur des théories du complot se trouvent les supposés agendas secrets et les intentions malveillantes. Bien que ces éléments soient absents de l’initiative Great Reset du WEF, j’ai trouvé quelque chose de presque aussi sinistre qui se cachait au grand jour. En fait, c’est encore plus sinistre car c’est réel et cela se passe maintenant. Et cela concerne des choses aussi fondamentales que notre alimentation, nos données et nos vaccins.

La vraie Grande Réinitialisation

Les mots magiques sont “capitalisme des parties prenantes“, un concept que le président du WEF, Klaus Schwab, martèle depuis des décennies et qui occupe une place de choix dans le plan du WEF “Great Reset” à partir de juin 2020. L’idée est que le capitalisme mondial doit être transformé afin que les entreprises ne se concentrent plus uniquement sur le service aux actionnaires mais deviennent les gardiens de la société en créant de la valeur pour les clients, les fournisseurs, les employés, les communautés et autres “parties prenantes” (stakeholders). Selon le WEF, le capitalisme des parties prenantes s’exerce par le biais d’une série de “partenariat à multi-parties prenantes” réunissant le secteur privé, les gouvernements et la société civile dans tous les domaines de la gouvernance mondiale.

Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme

L’idée du capitalisme des parties prenantes et des partenariats multi-parties prenantes peut sembler sympathique, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il s’agit en fait de donner plus de pouvoir aux entreprises sur la société, et moins aux institutions démocratiques.

Le plan à l’origine de la Grande Réinitialisation était appelé Global Redesign Initiative. Rédigée par le WEF après la crise économique de 2008, cette initiative contient un rapport de 600 pages sur la transformation de la gouvernance mondiale. Dans la vision du WEF, “the government voice would be one among many, without always being the final arbiter“. Les gouvernements ne seraient qu’une partie prenante parmi d’autres dans un modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes. Harris Gleckman, chercheur principal à l’université du Massachusetts, décrit le rapport comme “la proposition la plus complète de refonte de la gouvernance mondiale depuis la création des Nations unies pendant la Seconde Guerre mondiale”.

“Les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale”.

Qui sont ces autres parties prenantes, non gouvernementales ? Le WEF, mieux connu pour sa réunion annuelle de personnes fortunées à Davos, en Suisse, se décrit comme une organisation internationale pour la coopération public-privé. Les partenaires du WEF comprennent certaines des plus grandes entreprises du secteur pétrolier (Saudi Aramco, Shell, Chevron, BP), de l’alimentation (Unilever, The Coca-Cola Company, Nestlé), de la technologie (Facebook, Google, Amazon, Microsoft, Apple) et des produits pharmaceutiques (AstraZeneca, Pfizer, Moderna).

Au lieu que les entreprises soient au service de nombreuses parties prenantes, dans le modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes, les entreprises sont promues au rang de parties prenantes officielles dans le processus décisionnel mondial, tandis que les gouvernements sont relégués au rang de parties prenantes parmi d’autres. Dans la pratique, les entreprises deviennent les principales parties prenantes, tandis que les gouvernements jouent un rôle de second plan et que la société civile n’est qu’une façade.

L’écosystème des multi-parties prenantes

L’exemple le plus symbolique de ce changement est peut-être l’accord de partenariat stratégique controversé que les Nations unies (ONU) ont signé avec le WEF en 2019. Harris Gleckman décrit cela comme une démarche visant à transformer l’ONU en un partenariat public-privé, en créant une place spéciale pour les entreprises au sein de l’ONU.

Le modèle des multi-parties prenantes est déjà en cours de construction. Ces dernières années, un écosystème en constante expansion de groupes multi-parties prenantes s’est étendu à tous les secteurs du système de gouvernance mondiale. Il existe désormais plus de 45 groupes multi-parties prenantes au niveau mondial qui fixent des normes et établissent des lignes directrices et des règles dans toute une série de domaines. Selon Gleckman, ces groupes, qui n’ont aucune responsabilité démocratique, sont constitués d’acteurs privés (grandes entreprises) qui “recrutent leurs amis au sein du gouvernement, de la société civile et des universités pour qu’ils les rejoignent dans la résolution des problèmes publics”.

LIRE AUSSI 🔖  Un monde sans travail ?

Le multi-stakeholderism est la mise à jour par le WEF du multilatéralisme, qui est le système actuel par lequel les pays travaillent ensemble pour atteindre des objectifs communs. L’institution centrale du système multilatéral est l’ONU. Le système multilatéral est souvent accusé à juste titre d’être inefficace, trop bureaucratique et biaisé en faveur des nations les plus puissantes. Mais il est au moins théoriquement démocratique, car il réunit des dirigeants de pays démocratiquement élus pour prendre des décisions dans l’arène mondiale.

Au lieu de réformer le système multilatéral pour renforcer la démocratie, la vision du WEF de la gouvernance multi-parties prenantes implique de supprimer davantage la démocratie en mettant les gouvernements sur la touche et en plaçant des “parties prenantes” non élues – principalement des entreprises – à leur place lorsqu’il s’agit de prendre des décisions au niveau mondial.

En termes clairs, les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale. Ils ont des répercussions concrètes sur l’organisation de nos systèmes alimentaires, la gouvernance des grandes technologies et la distribution de nos vaccins et médicaments.

L’avenir de l’alimentation

À l’automne 2021, l’ONU doit accueillir à Rome le Sommet mondial sur les systèmes alimentaires (FSS). Cet événement est nécessaire, étant donné que 3,9 milliards de personnes – plus de la moitié de la population mondiale – luttent actuellement contre la faim et la malnutrition, alors qu’il y a suffisamment de nourriture pour nourrir le monde. Toutefois, le sommet de cette année diffère sensiblement des précédents sommets des Nations unies sur l’alimentation, puisqu’il adopte une “inclusion multi-parties prenantes“, dans laquelle le secteur privé joue “un rôle important“. Une note conceptuelle de 2019 montrait que le WEF devait être impliqué dans l’organisation du sommet, bien qu’il ne soit pas clair aujourd’hui quel sera le rôle du WEF.

“L’abandon des pesticides n’est pas sur la table. Comment cela est-il possible ?”, demande Sofia Monsalve de FIAN International, une organisation de défense des droits de l’homme axée sur l’alimentation et la nutrition. “Il n’y a aucune discussion sur la concentration des terres ou sur la nécessité de tenir les entreprises responsables de leurs abus en matière d’environnement et de conditions de travail.” Cette situation s’inscrit dans un contexte plus large où, selon Monsalve, les grandes entreprises, qui dominent le secteur alimentaire, sont réticentes à corriger le système de production. “Elles veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

FIAN International, ainsi que 300 autres organisations, ont exprimé leurs inquiétudes au sujet de la configuration multi-parties prenantes dans une lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Lors d’une réunion avec les groupes de la société civile qui ont signé la lettre, Amina Mohammed, la secrétaire générale adjointe des Nations unies, leur a assuré que des garanties solides empêcheraient les entreprises de s’emparer de l’événement, “en autorisant uniquement les plateformes ou les réseaux et aucune entreprise unique à participer au sommet”.

Mais pour Monsalve, “cela ne fait qu’empirer les choses. Désormais, les entreprises peuvent protéger leurs intérêts et se cacher derrière ces plateformes, car on ne sait pas très bien qui s’y trouve.” En effet, la liste des entreprises partenaires est introuvable sur le site officiel. Les organisateurs de la FSS ont été contactés pour un commentaire mais n’avaient pas répondu au moment de la publication.

Les signataires de la lettre craignent qu’avec la participation des entreprises au sommet, l’alimentation continue d’être traitée “comme une marchandise et non comme un droit humain”. S’ils restent inchangés, les systèmes alimentaires industriels continueront à avoir des impacts irréversibles sur notre santé et celle de notre planète.

Les Big Tech gouvernent les Big Tech

Un autre jalon dans le développement du capitalisme des parties prenantes se trouve dans le secteur des Big Tech. Dans le cadre de sa feuille de route 2020 pour la coopération numérique, le secrétaire général des Nations unies a appelé à la création d’un nouvel “organisme de haut niveau stratégique et autonome composé de multiples parties prenantes“. Là encore, il n’est pas facile de trouver une liste des parties prenantes, mais après quelques recherches, on trouve une longue liste de “participants aux tables rondes”, dont Facebook, Google, Microsoft et le WEF.

Bien que les fonctions de ce nouvel organisme soient assez vagues, les organisations de la société civile craignent qu’il ne s’agisse pour les grandes entreprises technologiques de créer un organisme mondial pour se gouverner elles-mêmes. Cela risque d’institutionnaliser la résistance de ces entreprises à une réglementation efficace, tant au niveau mondial que national, et d’accroître leur pouvoir sur les gouvernements et les organisations multilatérales. Si l’organisme se concrétise, il pourrait s’agir d’une victoire décisive dans la guerre que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) livrent actuellement aux gouvernements au sujet de l’évasion fiscale, des règles antitrust et de leur pouvoir toujours plus grand sur la société.

LIRE AUSSI 🔖  L'avenir des emplois selon le Forum économique mondial

Plus de 170 groupes de la société civile du monde entier ont signé une nouvelle lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU – cette fois pour empêcher la formation de l’organe de gouvernance numérique. Le secrétaire général a été sollicité pour un commentaire mais n’avait pas répondu au moment de la publication.

COVAX

Et puis il y a COVAX. L’initiative COVAX vise à “accélérer le développement et la fabrication des vaccins COVID-19, et à garantir un accès juste et équitable pour tous les pays du monde”. Là encore, cela semble merveilleux, surtout si l’on considère les inégalités criantes entre les pays riches et les pays en développement en matière de vaccination.

Mais pourquoi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui fait partie de l’ONU, ne prend-elle pas les choses en main ? “Les pays sont censés prendre ensemble, par l’intermédiaire d’agences multilatérales comme l’OMS, des décisions sur les questions de santé mondiale, avec peut-être un soutien technique de la part des autres”, explique Sulakshana Nandi, de l’ONG People’s Health Movement, qui a récemment publié un document d’orientation sur COVAX.

“Ils veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

COVAX a été créé en tant que groupe multi-parties prenantes par deux autres groupes multi-parties prenantes, GAVI (the Vaccine Alliance) et CEPI (the Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), en partenariat avec l’OMS. GAVI et CEPI ont tous deux des liens étroits avec le Forum économique mondial (qui a été l’un des fondateurs du CEPI) ainsi qu’avec la Fondation Bill et Melinda Gates, et tous deux sont également liés à des entreprises telles que Pfizer, GlaxoSmithKline, AstraZeneca et Johnson & Johnson par le biais de partenariats avec des fabricants (GAVI) ou en tant que “supporters” (CEPI). Même si COVAX est financé principalement par les gouvernements, ce sont ces coalitions centrées sur les entreprises qui supervisent son déploiement.

Le contraste entre l’approche multi-parties prenantes et une approche multilatérale “classique” a été mis en évidence lorsque l’Afrique du Sud et l’Inde ont proposé la dérogation ADPIC (Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights : TRIPS) à la fin de l’année dernière. Ils ont demandé une levée temporaire des règles de propriété intellectuelle sur toutes les technologies COVID-19 afin de stimuler la fabrication et la distribution de vaccins et d’autres produits médicaux essentiels dans les pays principalement en développement. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré dans un discours qu’il soutenait la proposition. “Mais GAVI, la Fondation Bill et Melinda Gates – voire Bill Gates lui-même – et Big Pharma se sont opposés très fermement à cette proposition”, a déclaré Nandi. “Il est plus important pour eux de protéger leurs intérêts et les mécanismes du marché que de protéger la santé universelle ou de protéger les gens du COVID.” L’OMS a été sollicitée pour un commentaire mais n’a pas répondu.

Là encore, le choix est rude entre une approche axée sur les droits de l’homme et menée par l’ONU et une approche axée sur le profit et menée par des organismes multi-parties prenantes représentant les intérêts des entreprises. Dans le cas de COVAX – qui ne parvient pas à atteindre son objectif modeste de vacciner 20 % de la population des pays à faible et moyen revenu – la première l’a emporté.

Développer le capitalisme des parties prenantes

Ainsi, même si le WEF (ou Bill Gates) n’est pas responsable de la pandémie de COVID, même si les vaccins ne sont pas dotés de micropuces pour contrôler nos pensées, il se passe vraiment quelque chose dans la gouvernance mondiale. Si vous tenez à votre droit à la santé publique, à la vie privée, à l’accès à une alimentation saine ou à la représentation démocratique, méfiez-vous des mots “capitalisme des parties prenantes” lorsqu’ils apparaîtront au prochain sommet de Davos.

Le WEF a été sollicité pour commenter les questions soulevées dans cet article, mais n’a pas répondu au moment de la publication.

Ivan Wecke un politologue et écrivain
This article is published under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International licence.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Le texte et les diapositives qui suivent sont tirés directement…