Skip to content

Le grand reset : La fin du capitalisme tel que nous le connaissons

“Reconstruire en mieux” signifie technocratie et la fin du libéralisme et de la démocratie d’un seul coup

Suggérer qu’il y a eu une réaction excessive à la pandémie de coronavirus est peut-être l’euphémisme du siècle. L’étincelle qui a commencé par une peur rationnelle de la maladie s’est transformée en une panique généralisée qui a fait rage dans les institutions civiles et étatiques. Le spectacle des élections américaines mis à part (ou peut-être un cas concret), on peut dire que la démocratie n’existe plus. L’État de droit a été suspendu.

L'”état d’urgence” persiste dans une grande partie du monde et restera probablement indéfiniment. Tout cela a été normalisé sous le couvert d’une urgence médicale déclarée et, comme dans une expérience moderne de Milgram, les masses se sont alignées. Quiconque ose même remettre en question la nouvelle normalité – la désinfection constante des mains, la prise de température omniprésente, la distanciation sociale, la recherche des contacts – est désormais perçu comme une menace pour la société.

S’il y a un éléphant dans la pièce, c’est probablement parce qu’il ne semble pas y avoir de pandémie à proprement parler. Indépendamment des cas exagérés signalés, il n’y a pas de pic significatif dans le nombre total de décès par rapport à une saison de grippe normale.

La Covid-19 se manifeste par une grippe légère chez la majorité des personnes qui en sont atteintes. Bien qu’il ne présente aucun symptôme chez la plupart des gens, il n’affecte guère les enfants et, selon un nombre croissant de médecins, il peut être traité avec succès avec des médicaments peu coûteux et facilement disponibles tels que les vitamines D, C et le zinc.

Alors, que se passe-t-il ? Pourquoi des vitres en plexiglas apparaissent-elles devant chaque guichet et chaque caisse ? Pourquoi les applications de mandat de masque et de traçage ? Pourquoi les écoles et les entreprises ont-elles été contraintes de fermer ? Pourquoi l’économie mondiale a-t-elle été paralysée ? Pourquoi les gens sont-ils enfermés chez eux ? Pourquoi laisse-t-on les personnes âgées mourir seules ?

Tout cela doit être déballé, mais par où commencer ? Quel est le point d’entrée raisonnable dans cette histoire d’horreur ? Quels sont les faits fondamentaux nécessaires pour présenter une évaluation juste et équilibrée ? Quelles sont les hypothèses, s’il y en a, avec lesquelles nous devons commencer ?

Nous pourrions peut-être nous plonger dans le Grand Reset, une proposition du Forum économique mondial (WEF) visant à reconstruire l’économie mondiale “durablement” après la pandémie COVID-19, dont vous pouvez lire tous les détails ici.

Mais comment commencer à parler de la relance de l’économie mondiale sans avoir au moins une introduction superficielle aux travaux de Karl Marx, certainement l’un des plus importants économistes politiques de l’ère moderne, sinon le plus important ? Vous auriez dû découvrir son travail à l’école.

Oserions-nous cadrer cette histoire sans avoir au moins une compréhension minimale du culte de la technocratie, l’idéologie forgée dans les braises de la Grande Dépression qui cherchait à refaire le monde d’une manière plus résistante, en laissant de côté l’élément humain corruptible des processus de décision ? Cela peut sembler n’avoir qu’un intérêt ésotérique, mais lorsque des romans comme 1984 et Brave New World commencent à se lire davantage comme des manuels d’instructions que comme de la fiction, on peut se poser des questions.

Pouvons-nous même espérer saisir toute l’étendue de notre situation actuelle sans comprendre la nature fragile de l’économie de l’après-guerre et comment le système des pétrodollars en est venu à remplacer efficacement l’étalon-or ? Probablement quelque chose qui intéresse davantage les économistes politiques en herbe, mais, là encore, des fondamentaux importants.

Est-il essentiel de savoir qui était John D. Rockefeller, de connaître son histoire de philanthropie et ses liens avec l’industrie pharmaceutique, ou de savoir que le terrain sur lequel s’appuient les Nations unies a été donné par lui et sa famille ? (Un demi-siècle plus tard, la construction du World Trade Center sera financée par ses petits-fils Nelson et David, mais je m’écarte certainement du sujet…).

Ou comment David Rockefeller, aidé et soutenu par son protégé Maurice Strong, a mis l’agenda climatique au premier plan dans les années 1970 afin d’arracher le contrôle des ressources naturelles mondiales aux gouvernements souverains et aux peuples indigènes pour le remettre entre les mains d’organisations non gouvernementales appartenant à des entreprises ? Ou faut-il classer tout cela sous la rubrique “théorie de la conspiration” ?

Serait-il utile de comprendre la croyance perverse du transhumanisme, où son programme recoupe tout ce qui précède, et quel changement culturel radical a conduit à ce que les bloqueurs de puberté soient maintenant couramment prescrits aux enfants souffrant de troubles mentaux ? Ou pourquoi les mots “réalité biologique” ne peuvent plus être prononcés en bonne compagnie ?

Ce sont tous des chapitres potentiels d’un livre que je n’ai tout simplement pas le temps ou l’énergie d’écrire. Donc, pour nos besoins actuels, pouvons-nous simplement convenir que, lorsque vous vivez dans un système qui récompense la richesse et le pouvoir et qui donne la priorité au profit privé au détriment des besoins humains, et que vous répartissez cela sur 7 milliards de personnes, vous vous retrouvez avec les pires aberrations que l’espèce humaine puisse produire au sommet du pouvoir ? Nous sommes dirigés par des psychopathes.

Si c’est trop pour vous, je vous suggère de partir d’ici et de retourner à votre chaîne d’information télévisée préférée en attendant d’autres programmes. Note : le choix de la chaîne n’a pas d’importance, six méga-corporations possèdent tous les médias. Ce n’est que du lavage de cerveau.

LIRE AUSSI 🔖  Davos : intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab

fin du capitalisme

Rien n’est ce qu’il paraît. Le monde tel que nous le connaissions n’a jamais été tel qu’il paraissait de toute façon. Mais maintenant, il y a eu un changement fondamental.

Pour replacer cela dans un contexte historique, parler de l’ère moderne, c’est parler d’une période historique distincte avec ses propres caractéristiques économiques et sociales. La principale d’entre elles est un système de relations de propriété contrôlé par les marchés, qui existent dans des cadres institutionnels convenus et soutenus par l’autorité politique.

“La propriété privée est le veau d’or du capitalisme et le capitalisme non réglementé est la bible de la classe dirigeante”, écrit Bernd Hamm. Une observation succincte, mais je pense que la métaphore doit être quelque peu étendue, car il me semble que le veau d’or, autrefois vénéré, est maintenant sacrifié.

Le cadre théorique de Marx est fondamental pour comprendre notre situation actuelle. Marx avait tout à fait raison lorsqu’il disait que les crises de la production capitaliste sont dues à la sous-consommation, c’est-à-dire à une production qui dépasse la demande. En un mot, continuer à produire de plus en plus tout en payant de moins en moins les travailleurs a pour conséquence que ces derniers ne peuvent pas se permettre d’acheter les biens qu’ils produisent.

Marx décrit cela comme une contradiction interne ; une contradiction ancrée dans l’ADN même du système capitaliste.

Ne nous leurrons pas en disant que la classe dirigeante n’a pas aussi bien étudié l’histoire et qu’elle ne sait pas quel destin l’attend si on laisse le capitalisme suivre sa voie ordonnée. C’est pourquoi je suggère qu’ils ont choisi d’apporter la révolution aux masses laborieuses, avant que nous ne la leur apportions.

La récession mondiale actuelle était peut-être inévitable, mais la (mauvaise) gestion de la pandémie a été un boulet de canon. Selon Klaus Schwab, fondateur et directeur général du WEF, la situation désastreuse dans laquelle nous nous trouvons aujourd’hui offre une “fenêtre d’opportunité étroite” pour “réfléchir, réimaginer et réinitialiser notre monde”.

Tout cela semble assez noble et grandiose, jusqu’à ce que vous réalisiez que ce sociopathe cosmopolite appelle en fait à l’annihilation complète des économies nationales – des économies qui ne se sont toujours pas remises de la crise capitaliste mondiale de 2008.

La BoE qualifie cette récession de plus importante depuis 1706. Ce n’est pas seulement une bulle de crédit de 300 ans, mais l’ensemble de l’entreprise capitaliste. Toute l’ère moderne. Capitalisme, libéralisme, démocratie, tout est parti d’un coup. Et cela ne reviendra jamais – ils s’en sont assurés.

Ce que nous constatons aujourd’hui, c’est un changement de cap par rapport aux économies basées sur la production, dont vous pouvez lire tous les détails dans la propre littérature du WEF. Ce que proposent les resetters sous la rubrique “reconstruire en mieux” n’est pas le capitalisme, mais un système d’organisation sociale et économique tout à fait différent.

Une “économie de partage” dans le nouveau langage – un système d’entrées et de sorties d’énergie parfaitement équilibré grâce aux merveilles modernes de la Blockchain et de l’Internet des objets/Internet des corps. Les caractéristiques du capitalisme – marchés concurrentiels, système de prix, propriété privée et reconnaissance des droits de propriété, échange volontaire et travail salarié – sont manifestement absentes de cette nouvelle économie, de même que tout espoir de mobilité ascendante. En langage réel, il s’agit de la Technocratie.

Il s’agit d’un changement de paradigme.

Marx avait raison quand il a prédit que le capitalisme allait s’éteindre à cause de ses propres contradictions internes. Il était naïf de penser qu’il s’arrêterait nécessairement à cause de la lutte révolutionnaire de la classe ouvrière. La classe dominante a d’autres options, et le système qu’elle entend nous imposer sera plus efficace, plus résistant et plus brutal que tout ce que John D Rockefeller aurait pu imaginer dans ses fantasmes les plus fous.

Un ami m’a récemment demandé pourquoi je crois que nous ne vivons plus sous le capitalisme. Je ne peux que répondre ceci : comment sommes-nous censés monter une contre-attaque efficace lorsque nous ne sommes pas conscients que le terrain a changé ? Siffler dans le noir et pisser dans le vent en même temps ne demande aucun talent particulier. Nous devons faire face à l’évolution de nos conditions matérielles et mettre à jour notre cadre théorique, sinon nous risquons de perdre notre pertinence.

Ce que nous voyons n’est pas seulement le business as usual. Pas seulement la dernière prise de pouvoir, la dernière redistribution à la hausse de la richesse au profit du 1%. Ce n’est pas non plus “juste” du fascisme, c’est-à-dire du capitalisme en mode de crise. Ce que nous voyons, ou plutôt ce que nous ne voyons pas, c’est bien plus que cela. Pour bien comprendre, nous devons aller au-delà du théâtre et examiner la mécanique.

Le virus est un théâtre. Tout comme le changement climatique a été du théâtre. Le “changement climatique” est un mot à la mode délibérément dénué de sens, inventé pour servir les intérêts de l’élite. Imputer tous nos problèmes à un gaz invisible qui représente 0,04 % de l’atmosphère ne résout en rien les graves problèmes environnementaux auxquels nous sommes confrontés. Le lien proposé entre le réchauffement de l’atmosphère et les gaz à effet de serre sert plutôt à détourner l’attention de questions que les élites n’ont pas l’intention d’aborder.

LIRE AUSSI 🔖  Partie V – Le Grand Reset : L'idéologie Woke

La déforestation est un problème sur lequel nous devons désespérément agir. Déboiser des millions d’hectares pour faire place à des fermes solaires passe clairement à côté de l’essentiel. Le déversement de milliards de tonnes de déchets plastiques et chimiques dans les océans chaque année représente un grave danger pour les écosystèmes marins et, en fin de compte, pour l’ensemble de la chaîne alimentaire, mais cela fait pâle figure à côté des projets actuels des conglomérats multinationaux visant à commencer l’exploitation à ciel ouvert (strip-mining) des fonds marins.

La destruction des aquifères par le forage horizontal menace en permanence notre précieuse réserve d’eau et est autorisée parce que le gaz naturel est considéré comme un combustible propre ? Les pratiques agricoles industrielles modernes, les aliments et les engrais OGM ont un impact dévastateur sur la biodiversité, mais font partie intégrante de la gestion de la chaîne d’approvisionnement dans le cadre du “capitalisme vert”. Je pourrais continuer encore et encore.

Mais si l’industrie du changement climatique a été une aubaine pour certaines élites, elle a échoué au test ultime, à savoir la transformation totale de la société. Malgré tous les experts scientifiques qui prédisent une certaine extinction d’ici quelques décennies, la menace imminente d’une apocalypse climatique ne suffisait toujours pas à justifier les changements que nous avons observés ces derniers mois.

Ils avaient besoin de quelque chose de plus tangible. Ils devaient être capables de montrer les cadavres qui s’empilent. Au moins à la télévision. Entrez dans la covid-19 – Quelque chose dont nous pourrions tous avoir VRAIMENT peur.

Et c’est ainsi que les gouvernements ont agi en parfaite synchronisation, sur les conseils de “groupes d’experts” et de “scientifiques de haut niveau”, pour freiner les économies nationales ; des économies qui n’avaient plus de leviers à tirer. 25 % des petites entreprises ont maintenant fermé, la plupart ne rouvriront plus jamais, tandis que les géants du commerce de détail et de la technologie ont balayé leur part de marché en affichant des bénéfices records.

Au cours des huit derniers mois, Jeff Bezos a ajouté 70 milliards de dollars à sa fortune personnelle, tandis qu’Elon Musk a empoché la somme modeste de 110 milliards de dollars. Un petit changement par rapport à ce que Bill Gates s’apprête à faire avec un vaccin qui sera probablement nécessaire à tout le monde, chaque année, pour la vie.

Il s’agit d’un coup d’État corporatif (les philosophes appellent ça le coup d’état des multinationales). Nous ne reviendrons jamais à la “normale”.

“Reconstruire en mieux”, répètent-ils sans cesse. Comme s’ils avaient l’intention de reconstruire les piliers de la démocratie libérale dont ils viennent de prendre le contrôle. Vie privée, liberté d’expression, liberté de réunion pacifique, etc. Non. Si vous respectez les nouvelles règles, ils pourraient vous délivrer un “passeport de la liberté”. Tant que vos clichés sont à jour et que votre crédit social est bon, vous pourriez même conserver votre pension ou votre allocation d’invalidité. Mais probablement pas votre maison.

Quelques-uns en parlent. De vagues murmures des camps conservateurs et libertaires nous mettent en garde contre ce complot diabolique des élites pour installer le socialisme mondial. Parce que, eh bien, parce que tout ce qu’ils n’aiment pas, c’est le socialisme, non ?

Parce qu’ils n’ont jamais étudié l’histoire ou les sciences politiques, en fait la plupart d’entre eux semblent n’avoir jamais lu un livre. Ils ne font que répéter ce qu’ils entendent de leurs experts de droite préférés. Vous vous souvenez de ces six corporations ?

Non, la Grande Réinitialisation n’est pas une question de socialisme. Si seulement c’était le cas. Les oligarques veulent créer une classe rentière permanente. Eux et leurs semblables posséderont TOUT alors que le reste d’entre nous ne possédera rien. Ceci est fondamentalement différent du socialisme qui cherche l’élimination de la propriété privée et la restauration des biens communs.

Dans la nouvelle économie, tout sera loué. Personne n’a besoin de dormir tout le temps. Pourquoi posséder un lit quand on peut en louer ou en partager un ? Pourquoi posséder une voiture ou un vélo quand on peut faire du covoiturage dans un taxi autogéré ? Vous avez compris l’idée.

Certains l’appellent le capitalisme des parties prenantes, mais cela aussi est inexact. Un terme plus exact serait techno-féodalisme. La monnaie Fiat a dépassé son utilité. Les marchés des capitaux sont remplacés par des marchés d’impact qui vont faire le commerce de la misère humaine tandis que des capteurs biométriques suivent chacun de nos mouvements. Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi on l’appelle le World Wide Web ? S’il n’est pas évident aujourd’hui de comprendre pourquoi ils sont si pressés de lancer la 5G, il suffit de lire/regarder n’importe quel film de science-fiction dystopique réalisé au cours des cinquante dernières années.

C’est le monde qu’ils sont en train de créer pour nous en ce moment. L’ancien est parti, et ne reviendra pas. D’une manière ou d’une autre, nous allons aller de l’avant.

Mais vers où ?

Sean Stinson

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Nous sommes en janvier 2021, le monde est verrouillé et…