Qu’est ce que la blockchain ?

Blockchain Définition

Une blockchain est un registre, public, permanent, distribué (base de données massivement dupliquée), qui n’a ni serveur central ni point de contrôle.

Public : Bien que certaines chaînes de blocs nécessitent une autorisation d’accès, les chaînes de blocs «ouvertes» comme celles sous-jacentes à Bitcoin et Ethereum sont accessibles à tous, ce qui signifie que la base de données est une information publique.

Permanent : Il est pratiquement impossible pour les mauvais acteurs de manipuler les données encodées dans une blockchain, si elles sont correctement configurées.

Registre distribué : Les anciennes transactions ne peuvent pas être modifiées dans une blockchain fonctionnant correctement; seuls les nouvelles peuvent être ajoutées. Aucune entité ne possède ou ne contrôle une chaîne de blocs publique. Un réseau d’ordinateurs maintient et sécurise la base de données et chaque participant, ou «nœud», enregistre une copie. La blockchain originale, Bitcoin, est un registre permettant de suivre les soldes de devises. Mais la même méthode de base peut fonctionner pour tous les types d’actifs numériques.

Qu’est-ce que c’est ?

Une structure mathématique pour stocker des données d’une manière presque impossible à simuler. Il peut être utilisé pour toutes sortes de données précieuses.

D’où vient-elle ?

«Je travaille sur un nouveau système de caisse électronique entièrement homologue, sans tiers de confiance.» Voici les mots de Satoshi Nakamoto, le mystérieux créateur de Bitcoin, dans un message envoyé à une liste de diffusion axée sur la cryptographie en octobre 2008. Un lien vers un livre blanc de neuf pages décrivant une technologie dont certains sont maintenant convaincus que cela perturbera le système financier.

Nakamoto a extrait les premiers bitcoins en janvier 2009 et, avec cela, l’ère de la crypto-monnaie est née. Mais si son origine est obscure, la technologie qui l’a rendu possible, que nous appelons maintenant blockchain, ne s’est pas imposée. Nakamoto a combiné des outils de cryptographie établis avec des méthodes dérivées de décennies de recherche en informatique pour permettre à un réseau public de participants qui ne se font pas nécessairement confiance d’accepter, à maintes reprises, qu’un registre de comptabilité partagé reflète la vérité. Cela rend quasiment impossible pour quelqu’un de dépenser deux fois le même bitcoin, en résolvant un problème qui avait entravé les tentatives précédentes de création de monnaie numérique. Et, ce qui est crucial, cela élimine la nécessité d’une autorité centrale pour assurer l’échange électronique de la monnaie.

Presque personne ne comprend vraiment la technologie blockchain

La popularité de Bitcoin a commencé à croître rapidement en 2011, après qu’un article de Gawker ait exposé Silk Road, un marché de médicaments en ligne alimenté par Bitcoin. Des imitateurs appelés «altcoins» ont commencé à apparaître, utilisant souvent le code open source de Bitcoin. En deux ans, la valeur totale des bitcoins en circulation avait dépassé 1 milliard de dollars.

Très vite, les technologues ont réalisé que les blockchains pouvaient être utilisés pour suivre d’autres choses que l’argent. En 2013, Vitalik Buterin, âgé de 19 ans, a proposé Ethereum, qui enregistrerait non seulement les transactions en devises, mais aussi l’état des programmes informatiques appelés contrats intelligents. Lancé en 2015, Ethereum – et désormais une foule de concurrents et d’imitateurs – promet de rendre possible une nouvelle génération d’applications qui ressemblent aux applications Web d’aujourd’hui, mais qui sont alimentées par des réseaux de cryptomonnaie décentralisés plutôt que par les serveurs de l’entreprise.

Blockchain : un disrupteur né ?

1. Une transaction est née

Dans Bitcoin, une transaction est le transfert de la crypto-monnaie d’une personne (Alice) à une autre (Bob). Dans Ethereum, qui comprend un langage de programmation intégré pouvant être utilisé pour automatiser les transactions, il existe plusieurs types. Alice peut envoyer de la crypto-monnaie à Bob. Ou quelqu’un peut créer une transaction qui place une ligne de code, appelée contrat intelligent, sur la blockchain. Alice et Bob peuvent alors envoyer de l’argent à un compte contrôlé par ce programme, pour le déclencher si certaines conditions du contrat sont remplies. Un contrat intelligent peut également envoyer des transactions à la blockchain dans laquelle il est intégré.

2. La transaction est diffusée sur un réseau peer-to-peer

Disons qu’Alice veut envoyer de l’argent à Bob. Pour ce faire, Alice crée une transaction sur son ordinateur qui doit référencer une transaction passée sur la blockchain dans laquelle elle a reçu des fonds suffisants, ainsi que sa clé privée sur les fonds et l’adresse de Bob. Cette transaction est ensuite envoyée à d’autres ordinateurs, ou «nœuds», sur le réseau. Les nœuds valideront la transaction tant qu’elle aura suivi les règles appropriées. Ensuite, les nœuds mineurs (voir étape 3) l’accepteront, et ils feront partie d’un nouveau bloc.

3. La course à la création de nouveaux blocs

Un sous-ensemble de nœuds, appelés mineurs, organise des transactions valides en listes appelées blocs. Un bloc en cours contient une liste de transactions valides récentes et une référence cryptographique au bloc précédent. Dans les systèmes de type blockchain tels que Bitcoin et Ethereum, les mineurs courent pour terminer de nouveaux blocs, un processus qui nécessite de résoudre un casse-tête mathématique exigeant beaucoup de travail, qui est unique à chaque nouveau bloc. Le premier mineur à résoudre le casse-tête va gagner une certaine crypto-monnaie en guise de récompense. Le casse-tête mathématique implique de deviner au hasard un nombre appelé un nonce. Le nonce est combiné avec les autres données du bloc pour créer une empreinte numérique chiffrée, appelée hachage.

4. Compléter un nouveau bloc

Le hachage doit remplir certaines conditions; Si ce n’est pas le cas, le mineur essaie un autre nonce aléatoire et calcule à nouveau le hachage. Il faut énormément de tentatives pour trouver un hachage valide. Ce processus dissuade les pirates informatiques en rendant difficile la modification du registre. Alors que certaines entités de la chaîne de blocs utilisent d’autres systèmes pour sécuriser leurs chaînes, cette approche, appelée preuve de travail, est la plus rigoureusement testée.

5. Ajouter un nouveau bloc à la chaîne

Ceci est la dernière étape pour sécuriser le grand livre. Lorsqu’un nœud mineur devient le premier à résoudre le problème de cryptage d’un nouveau bloc, il envoie le bloc au reste du réseau pour approbation, ce qui lui permet de gagner des jetons numériques. La difficulté d’exploitation est codée dans le protocole de la blockchain; Bitcoin et Ethereum sont conçus pour rendre de plus en plus difficile la résolution d’un bloc au fil du temps. Puisque chaque bloc contient également une référence à la précédente, les blocs sont chaînés ensemble mathématiquement. Toute modification d’un bloc antérieur nécessiterait de répéter la preuve de travail pour tous les blocs suivants de la chaîne.

MIT Technology Review