Skip to content

Transhumanisme, humain augmenté : utopie ou cauchemar ? 

Le Transhumanisme discuté à l’UM6P

Semaine de la science de l’UM6P : Sommes-nous prêts pour un avenir transhumaniste ?

À l’ère du transhumanisme, des scientifiques de renom ont évoqué l’importance de l’éthique transhumaniste qui façonnera l’ère post-humaine. En marge de la deuxième édition de la Semaine de la science, l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P) a organisé, ce mercredi 1er juin 2022 à Bengrir, un colloque sur le thème « Transhumanisme, humain augmenté : utopie ou cauchemar ? »

Le transhumanisme devenant un concept de plus en plus puissant dans le monde entier, le Maroc s’est lancé dans un voyage pour suivre le rythme rapide des technologies émergentes et les moyens de les introduire dans l’éducation.

Intervenant en ouverture de ce colloque, le président de l’université, Hicham El Habti, a rappelé la fascination de l’homme pour tout ce qui est sciences-fictions, rêves de vie au futur et l’appétit humain pour la transcendance des contraintes de la nature.

« Génétiquement marqué par la volonté de survivre, Homo Sapiens n’a cessé d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour augmenter ses capacités. Ce qui distingue notre ère est que ces moyens incluent désormais un arsenal scientifique et technologique en évolution fulgurante », indique M. El Habti.

La place prépondérante de cet arsenal dans nos vies est désormais un fait accompli.

« S’appuyant sur ce constat, le transhumanisme comme mouvement se veut être le défenseur de la transformation de l’Homme en vue de créer un post-humain aux performances optimales. Physiquement, mentalement et spirituellement », note-t-il.

Il a par la suite mis en avant les avancées au niveau mondial dans les domaines de l’intelligence artificielle et la réalité augmentée.

« Transhumanisme, humain augmenté : utopie ou cauchemar ? », organisée à Bengrir, par l’Université Mohammed VI Polytechnique (UM6P). Credit: Université Mohammed VI Polytechnique

Abdellatif Miraoui, le Ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche Scientifique et de l’Innovation du Maroc a également participé au colloque.

Dans son allocution d’ouverture, M. le Ministre a mis en exergue l’acuité des enjeux que soulèvent les transformations technologiques dans plusieurs secteurs, soulignant, à cet effet, de s’y adapter à travers le renforcement des capacités en matière de recherche scientifique et d’innovation dans des domaines porteurs comme ceux liés à l’intelligence artificielle et au numérique. Ceux-ci offrent des opportunités prometteuses à fort impact sur la vie humaine et sur l’accélération du rythme de développement économique et social.

« Les ruptures ne se devinent pas, elles se préparent. Dans les 10 prochaines années, nous allons assister à des innovations révolutionnaires. Intelligence artificielle, digital…la société se transforme. Il faudra donc se préparer et préparer les jeunes dès maintenant pour affronter le futur. Si nous volons rester compétitif sur la scène internationale, il faudra que l’université prenne ce tournant stratégique. Un mouvement dans ce sens est en train de s’opérer avec le pacte ESRI 2030 qui vise à accélérer la transformation de l’écosystème et la mutation des universités marocaines tant sur le plan pédagogique, organisationnel. »

Elon Musk, cité par M. El Habti, explore la faisabilité d’une cognition augmentée à travers l’insertion d’un microprocesseur dans le cerveau humain. Initialement fondée à des fins thérapeutiques, sa société Neuralink envisage un futur transhumain à travers la fusion des neurosciences, de la chimie et de la robotique.

Ces avancées interpellent plus que jamais sur la notion d’humain augmenté et qui, selon le président de l’UM6P, sont au cœur des centres d’intérêt de l’université.

« En cinq ans, notre université a établi des programmes poussés de recherche et d’éducation en robotique, en machine learning en sciences informatiques, en intelligence artificielle et en réalité augmentée », note-t-il.

Et d’ajouter : « En faisant la jonction entre la science, la technicité et leurs répercussions sur les sociétés humaines, l’UM6P confirme son ambition de contribuer aux conversations nationales, africaines et globales qui informent et font avancer les débats ».

L’artificialisation de l’humain s’inscrit dans un processus où il y a eu d’abord une artificialisation de la nature puis un accompagnement progressif de l’Homme par des artefacts avant d’arriver à une artificialisation de l’humain, a expliqué Jacques Attali.

« Le plus grand débat d’aujourd’hui, celui qu’on reporte sans cesse, c’est donc celui de savoir où placer la frontière entre ce qui doit rester du domaine du vivant et ce qui peut encore basculer dans le domaine de l’artefact. Ce n’est plus un débat théorique. C’est une question cruellement pratique », indique Attali.

L’économiste français Jacques Attali va encore plus loin, et qualifie le mouvement Transhumaniste de secte.

« Nous sommes au bord de l’extinction de l’espèce humaine. Donc au lieu de gaspiller de l’argent en faisant croire que nous sommes immortels, il faudra s’intéresser plutôt à l’économie de la vie », souligne-t-il.

Attali reste convaincu qu’il faut sauver la planète et s’engager dans un processus de création de conditions nécessaires pour que les générations futures vivent dans un monde meilleur. Cela passe, d’après lui, par l’élimination des énergies fossiles, des effets de serre, des pesticides… « En l’absence de mesures urgentes, le monde sera un enfer dans quelques années », conclut Attali.



UM6P – La semaine de la science 2022 – The Week Of Science – 1ER JUIN



UM6P – La semaine de la science 2022 – The Week Of Science – 02 JUIN



UM6P – La semaine de la science 2022 – The Week Of Science – 03 JUIN

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%