GOLDEX IPPO Microchip Implant

L’ère de la micropuce est déjà là

Payer ses courses, fermer son bureau, démarrer sa voiture…, les possibilités sont infinies. GOLDEX veut relever le défi d’une nouvelle ère. GOLDEX Co., Ltd. est une société japonaise qui se consacre à la recherche et au développement dans divers genres technologiques et contribue au développement d’une société sans numéraire à la portée de tous.

Bien que les implants ne sont pas encore largement utilisés, des milliers de personnes dans le monde entier ont déjà été implantées. Voici quelques possibilités : Les informations relatives à l’argent sont stockées sur une micropuce afin que vous puissiez payer d’un simple toucher de la main. En enregistrant les informations relatives à la clé de votre maison ou de votre bureau, vous pourrez déverrouiller la porte d’un simple toucher de la main. Les micropuces ont des possibilités infinies en connectant les personnes et les objets.


CNN Business : Workers fear humans implanted with microchips will steal their jobs, September 18, 2020

Rappel : « Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain ».

Conférence de Laurent Alexandre sur le transhumanisme et l’intelligence artificielle

Laurent Alexandre donnait, le 14 septembre, une conférence sur le transhumanisme et l’intelligence artificielle aux universités d’été du Rassemblement national.

Reportage : RN rentrée politique de Fréjus

Les puces sous-cutanées ouvrent la voie au transhumanisme

Avec les implants à micropuce, l’humanité a fait un pas vers ce que les experts prédisent comme un monde rempli de cyborgs, mais le Japon est en retard sur d’autres pays à cet égard. Les micropuces insérées sous la peau sont actuellement limitées à des tâches telles que l’ouverture des portes et le paiement de petits articles, comme les boissons.

Cependant, Yuichiro Okamoto, professeur de philosophie à l’Université de Tamagawa, qui connaît bien le contexte idéologique de la science et de la technologie, affirme que les implants ne sont que le début du “transhumanisme“, la théorie selon laquelle la science peut permettre aux humains d’évoluer au-delà de leurs limites physiques et mentales actuelles.

“Les humains s’orientent vers la mutation en cyborgs afin d’acquérir des capacités qui dépassent leurs limites normales “, a déclaré M. Okamoto. “Avec des images d’un nouveau mode de vie, de nombreuses personnes dans les industries de haute technologie et des jeunes en Europe et aux États-Unis ont implanté des puces électroniques sous leur peau.”

Le professeur a noté que “certaines personnes pourraient décider de le faire comme un choix de mode de vie”.

Au Japon, la tendance est peut-être plus lente, mais l’intérêt pour les implants semble croître. Takashi Hamamichi, président d’Otafuku Lab Inc, a passé sa main près de la porte d’entrée de son entreprise informatique située dans le quartier Nishi à Osaka, et elle s’est ouverte automatiquement.

“C’est incroyablement pratique de ne pas avoir une clé sur soi,” a déclaré Hamamichi, 39 ans. L’an dernier, il s’est fait implanter une micropuce d’un centimètre de long et d’environ 2 millimètres de diamètre dans le dos de sa main entre le pouce et l’index.

La puce fabriquée aux États-Unis qu’il a achetée en ligne, déverrouille la porte grâce à une communication sans fil avec un dispositif installé à côté de la porte. Trois employés de l’entreprise, dont Hamamichi, se sont fait implanter des micropuces sous la peau. Les 12 autres employés utilisent toujours des cartes pour entrer dans le bureau. La puce implantée de Hamamichi peut également appeler l’URL du site Web de l’entreprise sur son smartphone.

L’année dernière, l’Association Transhumaniste Japonaise, un groupe constitué en société qui vise à promouvoir le transhumanisme au Japon, a utilisé Twitter pour solliciter des volontaires pour des implants gratuits. Plus de 20 000 personnes ont postulé et 20 sont en cours de préparation pour la procédure. Environ 5 000 personnes ont déjà posé leur candidature lors de la dernière campagne de recrutement de l’association basée à Tokyo.

“Beaucoup de gens ne veulent peut-être pas se faire implanter une puce électronique dans leur corps, mais je pense que c’est très pratique “, a déclaré Takumi Asano, responsable de l’association.

Asano s’est fait implanter des puces dans les deux mains en Suède. “J’envisage de créer une société pour développer un système de paiement électronique à l’aide de puces électroniques “, a déclaré Asano.

L’association, qui s’est impliquée dans le développement de prothèses de jambe au moyen d’imprimantes 3D, s’est associée à une clinique de la préfecture d’Osaka pour mener une étude clinique sur la sécurité de ces micropuces implantées par un injecteur dédié.

Selon le Ministère de la santé, du travail et de la protection sociale, l’administration des injections est considérée comme une pratique médicale, ce qui signifie que la procédure ne devrait, en principe, être effectuée que par des médecins ou des infirmières qualifiés.

Cependant, les gens sont autorisés à s’auto-injecter de l’insuline et à d’autres fins, de sorte que l’auto-injection des micropuces ne devrait pas poser de problème, a déclaré le ministère.

Pourtant, des normes différentes pour cette technologie ont limité l’utilisation des puces au Japon. Les puces produites à l’étranger utilisent la norme Near Field Communication (NFC), qui diffère de FeliCa, une technologie de carte à puce sans contact développée par Sony Corp qui est répandue au Japon.

C’est pourquoi la majorité des puces fabriquées à l’étranger ne peuvent pas être utilisées pour franchir les portes des gares ou pour les paiements électroniques au Japon. Hamamichi s’attend à ce que la situation change radicalement dans cinq ans.

“Je pense que les micropuces sous-cutanées peuvent être utilisées à des fins très diverses et qu’il sera courant de les utiliser pour les paiements électroniques “, a-t-il déclaré.

Mais Okamoto a déclaré qu’une caractéristique philosophique au Japon pourrait entraver les progrès futurs de la technologie.

“Les micropuces seront probablement un jour insérées dans le cerveau humain afin d’accroître leurs capacités “, a-t-il déclaré. “Cependant, une telle démarche pourrait ne pas être acceptée au Japon parce que les valeurs confucéennes stipulent que vous ne devez pas nuire au corps donné par vos parents.”

Les implants de micropuces sont très répandus en Suède

La Suède est considérée comme la nation la plus dotée de puce électronique au monde.

Biohax International, une société suédoise qui développe les puces, a déclaré qu’elle a implanté des micropuces dans les mains de plus de 4 000 personnes. L’entreprise organise également des événements pour les implantations des micropuces.

Dans un établissement de Stockholm qui soutient les start-ups en décembre, Hannes Sjoblad, 42 ans, a tenu son smartphone au-dessus de sa main et la micropuce intégrée a émis une lueur blanche sur sa peau.

Il a ajouté que la micropuce pouvait verrouiller et déverrouiller les portes tout en achetant des boissons au bureau. Plus de 100 travailleurs de l’établissement ont des micropuces sous la peau, a-t-il déclaré.

Sjoblad a reçu son premier implant il y a quatre ans avant que lui et deux amis ne créent une start-up pour développer des micropuces. Ils prévoient de vendre de nouvelles puces équipées d’un thermomètre et d’un accéléromètre qui mesure la quantité d’activité et d’autres conditions physiques.

Sjoblad lui-même a récemment remplacé sa puce sous-cutanée par un prototype de la nouvelle puce. “Je veux faire une mise à jour. L’humain est un bon début, mais vous pouvez vous améliorer, a-t-il déclaré.

The Asahi Shimbun

Premier exemple de médecine électronique biorésorbable

Un implant biodégradable fournit une stimulation électrique qui accélère la régénération nerveuse

Des chercheurs de la Northwestern University et de la Washington University School of Medicine de St. Louis ont mis au point le premier exemple de médecine électronique biorésorbable : un dispositif sans fil implantable et biodégradable qui accélère la régénération nerveuse et améliore la guérison d’un nerf endommagé.

Les scientifiques ont mis au point un dispositif qui délivre des impulsions électriques régulières aux nerfs périphériques endommagés chez les rats après un processus de réparation chirurgicale, accélérant la repousse des nerfs dans les jambes et améliorant la récupération de la force et du contrôle musculaires. Le dispositif sans fil fonctionne pendant environ deux semaines avant de s’absorber naturellement dans le corps.

Les scientifiques pensent que de telles technologies transitoires pourraient un jour compléter ou remplacer les traitements pharmaceutiques destinés à diverses affections médicales chez l’homme.

Avantages et risques de la biotechnologie

Ce type de technologie, que les chercheurs appellent un «médicament électronique biorésorbable», fournit une thérapie et un traitement sur une période de temps cliniquement pertinente et directement sur l’emplacement où cela est nécessaire, réduisant ainsi les effets secondaires ou les risques associés aux implants permanents classiques.

« Ces systèmes d’ingénierie offrent une fonction thérapeutique active dans un format dosé programmable, puis disparaissent naturellement dans le corps, sans laisser de trace », a déclaré John A. Rogers, pionnier des technologies bio-intégrées et auteur principal de l’étude. « Cette approche thérapeutique permet de réfléchir à des options qui vont au-delà des médicaments et de la chimie. »

La recherche a été publiée le 8 octobre dans la revue Nature Medicine.

Bien que le dispositif n’ait pas été testé chez l’homme, les résultats de cette étude sont prometteurs comme une future option thérapeutique pour les patients souffrant de lésions nerveuses. Pour les cas nécessitant une intervention chirurgicale, la pratique habituelle consiste à administrer une stimulation électrique pendant l’opération afin de faciliter le rétablissement. Mais jusqu’à présent, les médecins n’avaient pas les moyens de fournir en permanence cette stimulation supplémentaire à différents moments du processus de récupération et de guérison.

Washington University in St. Louis, Northwestern University, National Academy of Engineering

Les entreprises britanniques implantent des micropuces à leurs employés

Le défi de la puce

La société de technologie britannique BioTeq s’est taillée une place inhabituelle : implanter des micropuces dans les mains des travailleurs d’autres entreprises.

Selon un récent article paru dans le Guardian, BioTeq est l’une des nombreuses entreprises embauchées par des entreprises du Royaume-Uni pour implanter des micropuces RFID chez leurs employés. Les employés peuvent ensuite utiliser les puces pour accéder aux bâtiments de l’entreprise et stocker des informations.

Mettez la puce en moi

Le fondateur de BioTeq, Steven Northam, a déclaré au Guardian que la majeure partie du travail de la société était destinée aux personnes qui souhaitaient utiliser les puces pour accéder à leur maison et à leur voiture. Cependant, il a également implanté des puces RFID dans les mains des travailleurs des secteurs financier et technique, bien que la procédure soit volontaire. La société a également expédié des puces dans d’autres pays, notamment en Espagne, en France, en Allemagne, au Japon et en Chine.

Une autre entreprise, Biohax of Sweden, pourrait bientôt fournir des services similaires au Royaume-Uni.

Les micropuces passent sous la peau des Suédois technophiles

Droits du travail

Au Royaume-Uni, les groupes de défense des droits des travailleurs protestent contre la tendance à l’implantation de micropuces sur les travailleurs, ce qui, selon eux, donnera aux employeurs de nouveaux outils pour surveiller les employés.

La micropuce donnerait aux employeurs encore plus de pouvoir et de contrôle sur leurs salariés“, a déclaré Frances O’Grady, secrétaire générale du Trades Union Congress, dans un entretien avec le Guardian. “Il y a des risques évidents en jeu, et les employeurs ne doivent pas les écarter, ni faire pression sur le personnel pour qu’il soit pucé.”

Guardian, Telegraph, The Independent

Rappel : « Ces dispositifs n’ont pas été testés ou certifiés par un organisme de réglementation pour l’implantation ou l’utilisation sur ou dans le corps humain ».

En 2015, un député demandait au gouvernement d’interdire purement et simplement la pose de puces NFC sous la peau au travers d’une question écrite parue au Journal officiel, faisant suite à une  « implant party » qui a eu lieu le 13 juin 2015, dans le cadre du festival Futur en Seine 2015, sur le plateau média de la Gaîté lyrique.

Implants, puces et transhumains

Vers un bouleversement systémique du monde

L’hypothèse avancée par cet essai est la suivante : plus qu’une crise, nous vivons une transition fulgurante d’un ancien monde vers un monde nouveau. Personne n’est en mesure de prévoir avec exactitude la nature de cette transformation, tant sa vitesse est sans précédent. Cette fulgurance provient de la combinaison d’une nouvelle révolution techno-scientifique, d’un nouveau paradigme des modes de coopération entre les hommes et les machines, et d’une transition vers une économie plus créative.

Pierre Giorgini décrit avec clarté les articulations de cette transformation, les effets de cette « fulgurance » sur nos modes de vie et de pensée. Mais ce livre est avant tout orienté vers l’espoir d’un monde nouveau, dans lequel certes la place de l’homme sera brutalement modifiée mais en même temps chacun sera appelé à se faire co-responsable du changement notamment en tant qu’acteur de différentes communautés interconnectées.

Ce monde digital, mondialisé, aux connexions ultra rapides, dans lequel les tâches de gestion rationnelle des données seront de plus en plus automatisées, peut non seulement conduire à une productivité considérable mais surtout à donner une importance jamais inégalée aux tâches mobilisant créativité et innovation.

« L’homme n’est plus seulement client de serveurs de données et d’informations, il est à la fois source et destinataire de celles-ci. La notion même de société organisée est déplacée. L’exercice de la subjectivité et de l’imaginaire pourrait être bouleversé et poser également la question du devenir du sujet. »

Pierre Giorgini est ingénieur, diplômé de l’Institut national des télécommunications. Issu du monde de l’entreprise et de l’innovation, il a été directeur délégué de France télécom Recherche et développement. Il est aujourd’hui président recteur de l’Université catholique de Lille.

[su_document url=”https://iatranshumanisme.com/wp-content/uploads/2018/08/2014-11-12-La-Transition-Fulgurante-par-Pierre-Giorgini.pdf” width=”840″ height=”800″]

Philosophie et idéologies trans/posthumanistes

ISBN 978-2-7116-2785-1 – octobre 2017

Jusqu’ici, c’est principalement outre-Manche et outre-Atlantique que des philosophes se sont efforcés d’élaborer la nébuleuse trans/posthumaniste en un discours cohérent argumenté prenant en charge des questions indispensables à notre temps et fécond pour l’avenir. Le transhumanisme n’est pas la pensée d’un seul. Ses idées s’expriment à partir de nombreux champs disciplinaires : médecins, ingénieurs, entrepreneurs, biologistes, philosophes, théologiens, informaticiens, roboticiens, etc. En même temps, il ouvre la voie pour une approche intégrée, unifiée, d’idées autrement éparses et morcelées : de la métaphysique à l’éthique et au politique en passant par des analyses relatives à l’épistémologie, à l’anthropologie, à l’esthétique, aux philosophies de la technique, du langage et de la religion. Est propre au transhumanisme l’accentuation des technologies matérielles qui invitent à repenser l’anthropologie philosophique sous l’angle de la technique. Prendre au sérieux le transhumanisme invite à se méfier également de sa rhétorique technolâtre, prophétique ou commerciale, et des procès faciles et répétés qui lui sont adressés. Loin du court-termisme idéologique et utopiste, le trans/posthumanisme renvoie à la temporalité de l’Évolution ainsi qu’à celle de la science elle-même, empirique, laborieuse, provisoire, invitant à un transhumanisme prudent, patient, persévérant et modeste.

Membre de l’Académie Royale de Belgique et de l’Institut International de Philosophie, G. Hottois est professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles

[su_document url=”http://www.vrin.fr/tdm/TdM_9782711627851.pdf” width=”840″ height=”800″]

Encyclopédie du transhumanisme et du posthumanisme

L’humain et ses préfixes

ISBN 978-2-7116-2536-9 – janvier 2015

Les préfixes de l’humain sont nombreux (ab- in-, para-, pré-, post-, proto-, sub-, sur-, trans-humain…). Ils invitent à réfléchir à la nature, aux limites et aux transformations de l’être humain ainsi qu’aux réactions intellectuelles et émotionnelles suscitées. Le trans/posthumanisme concerne toutes les techniques matérielles d’augmentation ou d’amélioration (physique, cognitive, émotionnelle) de l’homme, une perspective volontiers située dans le prolongement de l’humanisme progressiste des Lumières. Mais l’homme « amélioré ou augmenté » – « transformé » – pourrait s’éloigner toujours davantage des conditions de l’homme naturel « cultivé » ordinaire. Le transhumanisme risque de verser, brutalement ou imperceptiblement, dans le posthumanisme, référant à des entités qui, bien que « descendant » de l’homme, seraient aussi étrangères à celui-ci que l’espèce humaine est éloignée des formes de vie paléontologiques. Le posthumanisme flirte avec le nihilisme et l’imagination apocalyptique.

Aux franges les plus audacieuses de la bioéthique, l’Encyclopédie n’écarte pas plus qu’elle ne focalise les questions éthiques. Elle englobe, sans les confondre, l’analyse conceptuelle, l’extrapolation technoscientifique et l’imagination spéculative. La première partie « Philosophie et éthique » est consacrée au débat philosophique relatif au trans/posthumanisme. Les entrées reflètent le vocabulaire conceptuel propre aux principaux auteurs trans/posthumanistes et à leurs critiques directs. La deuxième partie « Technoscience et médecine d’amélioration » parcourt les références actuelles aux sciences et aux techniques biomédicales inhérentes à la problématique transhumaniste. Elle distingue entre ce qui se fait, pourra probablement se faire ou relève du domaine de la projection spéculative et imaginaire.

La troisième partie « Techniques, arts et science-fiction » est centrée autour des échanges entre technosciences et créations artistiques, spécialement l’imaginaire de la science-fiction où les thèmes post/transhumanistes sont fortement représentés.

Ont collaboré à ce volume : S. Allouche, M. Andrin, B. Baertschi, J.-M. Besnier, G. Chapouthier, A. Cleeremans, P.-F. Daled, Ch. Den Tandt, É. De Pauw, G. Dine, L. Frippiat, J. Goffette, J.-Y. Goffi, D. Goldschmidt, M. Groenen, G. Hottois, C. Kermisch, D. Lambert, A. Mauron, J.-N. Missa, D. Neerdael, P. Nouvel, L. Perbal, M.-G. Pinsart, C. Pirson, J. Proust, I. Queval, S. Vranckx

[su_document url=”http://www.vrin.fr/tdm/TdM_9782711625369.pdf” width=”840″ height=”800″]

Homme augmenté, humanité diminuée

D’Alzheimer au transhumanisme, la science au service d’une idéologie hégémonique mercantile

Ma mère a passé quelques années dans une petite unité fermée d’un établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Ce que j’y ai vu durant ces années n’a fait qu’alimenter mes doutes sur la maladie d’Alzheimer. La maltraitance institutionnelle latente, l’omniprésence des laboratoires pharmaceutiques dans sa médicalisation et son accompagnement, l’échec des différentes politiques censées la gérer, la surenchère médiatique… Qu’est-ce qui se cache derrière ce qu’on nous présente comme une épidémie ?

De plus en plus de doutes planent sur la maladie d’Alzheimer, maladie apparue dans les années 1970 dont on n’a jamais réussi à identifier les causes, diagnostic à la mode recouvrant diverses formes de démence sénile, aubaine pour les laboratoires pharmaceutiques lorgnant sur “l’or gris” de la population occidentale vieillissante… Parce que tous les traitements jusque-là mis en place s’avèrent inefficaces, la recherche s’oriente désormais vers la prévention d’Alzheimer : le dépistage précoce, à travers l’étude des gênes des patients qui pourraient un jour être sujets à la démence sénile. Une nouvelle médecine dans laquelle des projets mégalomaniaques d’entreprises comme Google, Apple, Facebook ou encore Amazon investissent massivement, rêvant d’un être humain “augmenté” grâce à des manipulations génétiques et des prothèses technologiques. Une nouvelle science, au service d’une nouvelle société… où la santé devient un “business” de plus en plus rentable. Les nouvelles technologies négligent l’humain, et pourraient bien réaliser un projet de société eugéniste des corps et des consciences.

Ce livre, qui commence sous la forme d’un carnet de bord écrit au chevet d’une mère diagnostiquée Alzheimer, est une enquête menée à la première personne, s’intéressant aux spéculations des laboratoires pharmaceutiques soutenus par les politiques publiques, au détriment d’un accompagnement humaniste des malades, pour les relier au transhumanisme, une conception aussi “personnalisée” qu’élitiste de la médecine, en pleine expansion.

Biographie de l’auteur
Philippe Bagué est journaliste, auteur et réalisateur de films documentaires. Il a notamment dirigé La Bio entre business et projet de société (Agone, 2012).

Alzheimer, le grand leurre

Miguel Benasayag : Cerveau augmenté, homme diminué

Le transhumanisme prépare un monde d’apartheid