Neuralink sera prêt pour les implants humains en 2022

Transhumanisme : fusionner l’homme avec la machine

Neuralink, la puce d’IA qui transformera les humains en unités programmées par ordinateur, sera disponible pour être implantée dans le corps humain dès 2022, affirme le PDG de Tesla Motors (TSLA) Elon Musk.

Dans une interview Musk a déclaré que Neuralink est en attente de l’approbation de la FDA pour devenir le premier dispositif implanté chez l’homme qui sera capable de restaurer la fonctionnalité de l’ensemble du corps des personnes souffrant de lésions de la moelle épinière.

Neuralink

Musk a affirmé que les critères de référence utilisés par son entreprise sont bien plus élevés que les normes de la FDA. “Nos normes pour l’implantation du dispositif sont plus élevées que ce que la FDA exige. Je pense que nous avons une chance, avec Neuralink, de restaurer la fonctionnalité de l’ensemble du corps d’une personne atteinte d’une lésion de la moelle épinière”, a déclaré Musk lors de la conférence du CEO Council. Il a ajouté : “Je pense que nous avons une chance, et j’insiste sur le mot “chance”, de pouvoir permettre à quelqu’un qui ne peut pas marcher ou utiliser ses bras d’être à nouveau capable de marcher naturellement.”

Tout en étant optimiste quant à la possibilité de guérir des maladies compliquées à l’aide de la technologie, Musk s’est également montré prudent quant au succès de la puce. Dans un autre tweet rapportant le même événement, Musk a répondu : “Je ne dis absolument pas que nous pouvons à coup sûr le faire, mais je suis de plus en plus confiant que c’est possible.”

Business Insider, The Sun

Paradromics : L’avenir des interfaces cerveau-ordinateur

Paradromics est une startup soutenue par des investisseurs et le DARPA qui met sur le marché la première interface cerveau-ordinateur (BCI) à haut débit de données. Selon Peter Diamandis, Paradromics a des années d’avance sur Neuralink et a créé un système implantable capable de traduire les signaux bioélectriques et numériques, et d’agir comme un moyen de connecter des cerveaux humains aux clouds computationnels.

Paradromics est une entreprise qui veut créer la prochaine génération d’interfaces cerveau-ordinateur pour aider les personnes souffrant de troubles allant de la paralysie aux troubles de la parole.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics

Les interfaces cerveau-ordinateur implantables de Paradromics utilisent des circuits électroniques placés sous le crâne et à la surface du cerveau pour s’interfacer avec les neurones de votre cerveau.

Notre cerveau “pense” par le biais d’impulsions électriques – à l’aide de neurones et de synapses – dans un vaste réseau qui, ensemble, permettent de traiter les signaux sensoriels (par exemple, ceux de vos yeux et de vos oreilles), de commander la fonction motrice (par exemple, celle de vos bras et de vos jambes) et de stocker vos souvenirs.

Votre cerveau est composé d’environ 85 milliards de neurones. Chaque neurone est capable d’envoyer une impulsion électrique le long de son axone et jusqu’aux synapses. Du point de vue des données, chaque fois qu’un neurone se déclenche, il transmet un signal appelé potentiel d’action.

Ce qui surprend la plupart des gens, c’est qu’alors que nous pensons que notre cerveau est très rapide, la vitesse de traitement d’un neurone est en fait très lente. Les neurones transmettent l’équivalent de 100 bits par seconde. Si vous construisiez un circuit pour aider une personne à contrôler un bras prothétique, le débit de données nécessaire ne serait que d’environ 15 bits par seconde.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Le dispositif implantable de Paradromics est une puce mesurant 1 cm. Cette “puce cérébrale” est placée dans la couche située entre la pia et la dure-mère, les membranes protectrices qui recouvrent le cerveau. Lorsque la puce est placée dans le cerveau, elle est à seulement 1,5 mm de profondeur dans le néocortex.

Ces puces transmettent des données à l’intérieur et à l’extérieur de la couche supérieure du cerveau, puis transportent les données vers un module qui est implanté juste sous la peau sur la poitrine du sujet. Le module fournit l’alimentation, les communications, le stockage et l’informatique au système Paradromics. Comme tout se trouve juste sous la peau, personne ne peut savoir que vous avez une puce cérébrale implantée.

Paradromics espère utiliser ce dispositif chez l’homme au début de l’année 2023 pour améliorer la vie des personnes atteintes de paralysie grave.

Les interfaces cerveau-ordinateur de Paradromics. Credit: Paradromics

Quelles sont les prochaines étapes pour Paradromics ?

Le PDG et cofondateur de Paradromics, le Dr Matt Angle, voit Paradromics cibler le cortex visuel et le cortex auditif pour restaurer la vision et l’audition des personnes souffrant de déficience sensorielle. L’entreprise tentera même de comprendre la santé mentale à un niveau beaucoup plus granulaire afin d’identifier les schémas pathologiques de l’activité cérébrale.

“La spécificité d’une petite molécule pour les troubles mentaux graves est limitée. Mais il y a une quantité infinie de spécificité que vous pouvez intégrer dans une BCI à haut débit de données. Nous pouvons devenir la thérapie de référence pour la santé mentale”, déclare Angle.

Dans un avenir pas si lointain, des entreprises comme Paradromics pourraient utiliser les BCI pour soigner les maladies neurodégénératives, améliorer la mémoire, la méditation, le sommeil ou traiter la dépression. A terme, ces technologies pourraient être utiliser au-delà du domaine médical. L’avenir des BCI est exponentiel et s’accélère.

Approches technologiques de l’amélioration des performances humaines

Une nouvelle ère surhumaine marquée par le transhumanisme

Le Pentagone mène des recherches sur l’édition génétique, l’Internet des corps et l’IA pour améliorer les performances humaines

L’amélioration des performances humaines (HPE) aura des répercussions sur les opérations militaires et de renseignement. Des variétés d’améliorations des performances humaines pourraient avoir une valeur opérationnelle potentielle pour l’armée et le renseignement.

Certains exemples sont l’augmentation de la force, de la vitesse, de l’endurance et de l’intelligence ; d’autres sont la réduction des besoins en sommeil et des temps de réaction.

Le présent rapport RAND examine trois modalités possibles d’amélioration des performances humaines : (1) les modifications génétiques, (2) l’intelligence artificielle (IA), et (3) les approches de l’Internet des corps (IoB) dans lesquelles les dispositifs implantés dans ou portés par un humain sont connectés à un réseau.

Pour chaque modalité, ce rapport donne un aperçu de son potentiel pour l’amélioration des performances humaines, de l’état des technologies habilitantes et des défis associés (tant techniques qu’éthiques). Le rapport présente également une discussion sur les pays où les capacités ou la recherche fondamentale associée sont les plus activement poursuivies.

Chacun de ces domaines d’amélioration des performances humaines repose à un moment donné sur des signaux numériques. Outre l’amélioration des performances humaines proprement dite, l’émission, le stockage et la manipulation de ces informations numériques peuvent présenter des risques et des opportunités pour les opérations militaires et de renseignement. Certaines des technologies abordées sont embryonnaires, mais le rythme de développement est difficile à prévoir, et ce rapport fournit un instantané dans le temps de l’état du domaine technologique.

Credit: GettyImages

Les communautés de la défense et du renseignement américaines sont sur le point d’inaugurer une nouvelle ère marquée par le transhumanisme en finançant des recherches sur l’édition génétique, l’intelligence artificielle et l’Internet des corps (IoB) pour améliorer les performances humaines.

Dans les décennies à venir, l’IA et la biotechnologie nous donneront des capacités divines pour réorganiser la vie, voire pour créer des formes de vie totalement nouvelles. Après quatre milliards d’années de vie organique façonnée par la sélection naturelle, nous sommes sur le point d’entrer dans une nouvelle ère de vie inorganique façonnée par la conception intelligente.

Le rapport RAND, parrainé par le Pentagone, décrit les potentialités technologiques de cette recherche transhumaniste controversée, qui comprend potentiellement “l’ajout de gènes reptiliens permettant de voir dans l’infrarouge” et “la possibilité de rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes”.

« Les améliorations des performances humaines peuvent être regroupées en deux catégories : (1) les améliorations qui apportent une capacité supérieure à celle de la population humaine naturelle (c’est-à-dire non génétiquement modifiée), et (2) les améliorations qui augmentent la capacité d’un individu, mais seulement à un niveau qui reste dans les limites de la variation présente dans la population humaine naturelle. L’ajout de gènes reptiliens qui confèrent la capacité de voir dans l’infrarouge est un exemple de la première catégorie. Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite est un exemple de la deuxième catégorie ».

Selon le rapport RAND, “Technological Approaches to Human Performance Enhancement“, les modalités d’amélioration des performances humaines (human performance enhancement HPE) peuvent être regroupées en trois catégories principales :

– L’édition génétique
– Applications de l’intelligence artificielle
– Les technologies en réseau que l’on peut porter (wearable) ou même implanter (ce que l’on appelle l’Internet des corps [IoB]).

Pour les communautés américaines de la défense et du renseignement, l’amélioration des performances humaines offre “la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – ce qui pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs.”

« La plupart des recherches sur l’amélioration des performances humaines visent à améliorer la santé et le bien-être de l’homme, à comprendre et à éviter ou atténuer les sources connues de morbidité ou de déficience et à améliorer la qualité de vie. Les mutations génétiques, par exemple, sont associées à des maladies et ont été ciblées par des thérapies géniques. Du point de vue des opérations militaires et de renseignement, cependant, l’HPE – en offrant la possibilité d’accroître la force, la vitesse, l’endurance, l’intelligence et la tolérance aux environnements extrêmes et de réduire les besoins en sommeil et les temps de réaction – pourrait contribuer au développement de meilleurs opérateurs. Ces mêmes développements pourraient également créer des risques qui pourraient être exploités par des adversaires ».

Le rapport ajoute que dans les prochaines années, “l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie à l’être humain.”

« Dans les prochaines années, l’amélioration des performances humaines pourrait aider les services militaires et les analystes du renseignement en utilisant de multiples techniques pour connecter la technologie aux êtres humains. Certaines de ces techniques sont explorées ou utilisées aujourd’hui. Les dispositifs technologiques peuvent être portés à l’extérieur du corps (p. ex. prothèses, exosquelettes) ou implantés à l’intérieur. »

L’édition génétique pour l’amélioration des performances humaines

L’édition génétique, selon le rapport RAND, a le potentiel de :

– rendre les humains plus forts, plus intelligents ou mieux adaptés aux environnements extrêmes

– fournir de nouvelles capacités (comme la vision infrarouge) – des applications ayant des implications potentielles pour les opérations militaires et de renseignement.

Qu’adviendra-t-il des soldats et des agents gouvernementaux génétiquement modifiés avec des pouvoirs surhumains une fois leur service terminé ? Quels avantages ou inconvénients les personnes dotées de capacités divines auraient-elles par rapport au reste de l’humanité ?

Les exemples d’applications d’édition génétique présentés dans le rapport incluent :

– Ajout de gènes reptiliens qui permettent de voir dans l’infrarouge.

– Favoriser des caractéristiques physiques spécifiques (par exemple, la capacité à faire face à de faibles niveaux d’oxygène) qui pourraient aider les combattants.

– Augmenter la masse musculaire chez les humains non malades

– Augmenter l’endurance d’un coureur moyen au niveau d’un marathonien d’élite.

– Pour les voyages dans l’espace : Ajout des gènes de Deinococcus radiodurans, une bactérie qui peut survivre à des niveaux élevés de radiation, et ajout des gènes de divers organismes pour permettre aux humains de synthétiser les 20 acides aminés (les humains n’en synthétisent normalement que 11 et extraient les neuf autres de leur alimentation).

Créer des cyborgs IA-humains pour améliorer les performances humaines

« L’IoB fournit plusieurs illustrations issues des technologies de l’information et de la consommation et des applications médicales. Parce que ces applications impliquent de compléter les performances humaines existantes, elles pourraient être résumées comme l’approche cyborg de l’HPE – l’augmentation des performances humaines en ajoutant quelque chose au corps humain ».

Selon le rapport, la reconnaissance des formes et la puissance de traitement des données de l’IA lui confèrent deux avantages potentiels :

Tout d’abord, la vitesse d’acquisition et de traitement des données permettrait un retour d’information en temps réel, comme la stimulation transcrânienne, afin d’améliorer la réponse humaine et la prise de décision en temps réel.

Deuxièmement, l’IA peut être utilisée pour individualiser un traitement dont on pense généralement qu’il a un effet positif sur les performances, par analogie avec la médecine de précision (personnalisée) ; la personnalisation pourrait être utilisée avec toutes les modalités d’amélioration des performances.

En cas de succès, l’HPE-AI pourrait réduire considérablement le temps nécessaire au traitement des données et aux réponses aux situations, ainsi qu'”améliorer la prise de décision grâce à des prothèses cognitives” – les interfaces cerveau-ordinateur (BCI).

La principale application recherchée pour les BCI, selon le rapport, est la “neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, tels que des membres mécaniques ou des implants cochléaires)”.

« Cependant, l’essor de l’IA, du Machine Learning, des réseaux neuronaux profonds et des algorithmes hybrides a élargi le traitement des données pour une variété d’applications. La principale application recherchée pour les BCI est la neuroprothèse (c’est-à-dire le contournement du système nerveux dans le but de contrôler des appareils externes, comme des membres mécaniques ou des implants cochléaires). Les humains peuvent être entraînés à contrôler toutes sortes d’appareils externes, comme le mouvement d’une souris d’ordinateur, des bras robotisés et des drones. »

Principales conclusions

Les trois catégories de technologies examinées dans le présent rapport ont le potentiel d’être utilisées pour améliorer les performances humaines, mais à des moments différents

– Un domaine très médiatisé est celui de la manipulation génétique, qui est le plus récent – la recherche se concentre sur le potentiel de réduction des maladies, et des décennies de recherche seront nécessaires avant de pouvoir espérer une application significative à l’EPH. Cela dit, certaines formes d’analyse génétique peuvent être utiles pour comprendre les capacités des personnes telles qu’elles sont aujourd’hui.

– L’IA a également été longtemps associée à un battage médiatique et, bien que les technologies connexes s’améliorent régulièrement, les impacts significatifs sur les prothèses cognitives et autres devraient prendre cinq à dix ans. Ces nouvelles prothèses fourniront de nouveaux canaux de communication, ainsi que les vulnérabilités associées.

L’IoB a déjà des effets aujourd’hui ; elle deviendra plus complexe et plus performante au fil du temps. Elle devient à la fois une source de signaux et une cible pour les cyberattaques.

Recommandations

– Pour comprendre quand et où des percées ou des reculs ont eu lieu, et quand et où des applications nouvelles, voire surprenantes, ont vu le jour, il faudra assurer un suivi.

– Le lancement ou l’arrêt de programmes pertinents, l’octroi de subventions ou de contrats gouvernementaux, les coentreprises et les acquisitions, les conférences et les salons professionnels, les brevets et les publications sont autant d’indicateurs à surveiller.

– Il sera également important de surveiller les types de données qui sont intentionnellement et involontairement collectées, utilisées ou émises par les systèmes liés à l’amélioration des performances humaines. Les avantages des nouvelles formes de communication seront compensés par de nouveaux types de cyber-vulnérabilités.

Guerre cognitive : Le cerveau sera le champ de bataille du 21e siècle

La militarisation de la science du cerveau

Les gouvernements occidentaux de l’alliance militaire de l’OTAN développent des tactiques de “guerre cognitive”, utilisant les menaces supposées de la Chine et de la Russie pour justifier une “bataille pour votre cerveau” dans le “domaine humain”, pour “faire de chacun une arme”.

L’OTAN développe de nouvelles formes de guerre pour mener une “bataille pour le cerveau“, selon les termes de l’alliance militaire.

Le cartel militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis a testé de nouveaux modes de guerre hybride contre ses adversaires autoproclamés, notamment la guerre économique, la cyberguerre, la guerre de l’information et la guerre psychologique.

Aujourd’hui, l’OTAN met au point un tout nouveau type de combat qu’elle a baptisé “guerre cognitive“. Décrite comme une ” militarisation des sciences du cerveau “, cette nouvelle méthode consiste à “pirater l’individu” en exploitant “les vulnérabilités du cerveau humain” afin de mettre en œuvre une “ingénierie sociale” plus sophistiquée.

Jusqu’à récemment, l’OTAN divisait la guerre en cinq domaines opérationnels différents : air, terre, mer, espace et cybernétique. Mais avec le développement de stratégies de guerre cognitive, l’alliance militaire discute d’un nouveau domaine, le sixième : le “domaine humain“.

Une étude parrainée par l’OTAN en 2020 sur cette nouvelle forme de guerre explique clairement : “Alors que les actions menées dans les cinq domaines sont exécutées afin d’avoir un effet sur le domaine humain, l’objectif de la guerre cognitive est de faire de chacun une arme.”

“Le cerveau sera le champ de bataille du 21e siècle”, souligne le rapport. “Les humains sont le domaine contesté” et “les conflits futurs se produiront probablement entre les personnes numériquement d’abord et physiquement ensuite, à proximité des centres de pouvoir politique et économique.”

Le domaine cognitif est un nouvel espace de compétition, au-delà des domaines terrestre, maritime, aérien, cybernétique et spatial.
© NATO Innovation Hub

Si l’étude soutenue par l’OTAN insiste sur le fait qu’une grande partie de ses recherches sur la guerre cognitive est conçue à des fins défensives, elle concède également que l’alliance militaire développe des tactiques offensives, en déclarant : “L’humain est très souvent la principale vulnérabilité et il convient d’en tenir compte afin de protéger le capital humain de l’OTAN mais aussi de pouvoir tirer parti des vulnérabilités de nos adversaires.”

Dans une révélation qui fait froid dans le dos, le rapport dit explicitement que “l’objectif de la guerre cognitive est de nuire aux sociétés et pas seulement aux militaires”.

Avec des populations civiles entières dans le collimateur de l’OTAN, le rapport souligne que les armées occidentales doivent collaborer plus étroitement avec le monde universitaire pour armer les sciences sociales et humaines et aider l’alliance à développer ses capacités de guerre cognitive.

L’étude décrit ce phénomène comme “la militarisation de la science du cerveau“. Mais il semble évident que le développement de la guerre cognitive par l’OTAN conduira à une militarisation de tous les aspects de la société et de la psychologie humaines, des relations sociales les plus intimes à l’esprit lui-même.

Cette militarisation globale de la société se reflète dans le ton paranoïaque du rapport parrainé par l’OTAN, qui met en garde contre “une cinquième colonne intégrée, où chacun, à son insu, se comporte selon les plans de l’un de nos concurrents”. L’étude indique clairement que ces “concurrents” censés exploiter la conscience des dissidents occidentaux sont la Chine et la Russie.

En d’autres termes, ce document montre que les figures du cartel militaire de l’OTAN considèrent de plus en plus leur propre population nationale comme une menace, craignant que les civils ne soient de potentielles cellules dormantes chinoises ou russes, de redoutables “cinquièmes colonnes” qui remettent en cause la stabilité des “démocraties libérales occidentales”.

Le développement par l’OTAN de nouvelles formes de guerre hybride intervient à un moment où les campagnes militaires des États membres visent les populations nationales à un niveau sans précédent.

Le Ottawa Citizen a rapporté en septembre dernier que le Commandement des opérations conjointes de l’armée canadienne a profité de la pandémie de Covid-19 pour mener une guerre de l’information contre sa propre population, en testant des tactiques de propagande sur des civils canadiens.

Des rapports internes commandités par l’OTAN suggèrent que cette divulgation ne fait qu’effleurer la surface d’une vague de nouvelles techniques de guerre non conventionnelles que les armées occidentales emploient dans le monde entier.

Le Canada accueille le “Défi innovation de l’OTAN” sur la guerre cognitive

Deux fois par an, l’OTAN organise un événement de type “pitch” qu’elle qualifie de “défi de l’innovation”. Ces campagnes – l’une organisée au printemps et l’autre à l’automne par les États membres en alternance – font appel à des entreprises privées, des organisations et des chercheurs pour aider à mettre au point de nouvelles tactiques et technologies pour l’alliance militaire.

Les défis de type “chars à requins” reflètent l’influence prédominante de l’idéologie néolibérale au sein de l’OTAN, les participants mobilisant le libre marché, les partenariats public-privé et la promesse de prix en espèces pour faire avancer le programme du complexe militaro-industriel.

Le défi d’innovation de l’OTAN – Automne 2021 est organisé par le Canada et s’intitule “La menace invisible : Des outils pour lutter contre la guerre cognitive”.

“La guerre cognitive cherche à modifier non seulement ce que les gens pensent, mais aussi leur façon d’agir“, a fait savoir le gouvernement canadien dans sa déclaration officielle sur ce défi. “Les attaques contre le domaine cognitif impliquent l’intégration de capacités de cybernétique, de désinformation, de psychologie et d’ingénierie sociale.”

Le communiqué de presse poursuit : “La guerre cognitive positionne l’esprit comme un espace de combat et un domaine contesté. Son objectif est de semer la dissonance, de susciter des récits contradictoires, de polariser l’opinion et de radicaliser les groupes. La guerre cognitive peut inciter les gens à agir d’une manière qui peut perturber ou fragmenter une société autrement cohésive.”

Des responsables militaires canadiens soutenus par l’OTAN discutent de la guerre cognitive lors d’une table ronde

Un groupe de défense appelé NATO Association of Canada s’est mobilisé pour soutenir ce défi de l’innovation, en travaillant en étroite collaboration avec les entrepreneurs militaires pour inciter le secteur privé à investir dans de nouvelles recherches au nom de l’OTAN – et de ses propres résultats.

Bien que la NATO Association of Canada (NAOC) soit techniquement une ONG indépendante, sa mission est de promouvoir l’OTAN, et l’organisation se vante sur son site web : “La NAOC a des liens étroits avec le gouvernement du Canada, notamment avec Global Affairs Canada et le Department of National Defence.”

Dans le cadre de ses efforts pour promouvoir le Défi d’innovation de l’OTAN du Canada, la NAOC a organisé une table ronde sur la guerre cognitive le 5 octobre 2021.

Le chercheur qui a rédigé l’étude définitive de 2020 sur la guerre cognitive, parrainée par l’OTAN, François du Cluzel, a participé à l’événement, aux côtés d’officiers militaires canadiens soutenus par l’OTAN.

La table ronde était supervisée par Robert Baines, président de la NATO Association of Canada. Elle était animée par Garrick Ngai, un responsable du marketing dans l’industrie de l’armement qui est conseiller auprès du ministère canadien de la Défense nationale et vice-président et directeur du NAOC.

Baines a ouvert l’événement en indiquant que les participants discuteraient de “la guerre cognitive et du nouveau domaine de compétition, où les acteurs étatiques et non étatiques visent à influencer ce que les gens pensent et comment ils agissent”.

Le président du NAOC s’est également réjoui des “opportunités lucratives pour les entreprises canadiennes” que promet ce défi d’innovation de l’OTAN.

Un chercheur de l’OTAN décrit la guerre cognitive comme “un moyen de nuire au cerveau”.

La table ronde du 5 octobre a débuté avec François du Cluzel, un ancien officier militaire français qui, en 2013, a contribué à la création du NATO Innovation Hub (iHub), qu’il dirige depuis lors depuis sa base de Norfolk, en Virginie.

Bien que l’iHub insiste sur son site web, pour des raisons juridiques, sur le fait que les “opinions exprimées sur cette plateforme ne constituent pas des points de vue de l’OTAN ou de toute autre organisation”, l’organisation est parrainée par l’Allied Command Transformation (ACT), décrit comme “l’un des deux commandements stratégiques à la tête de la structure de commandement militaire de l’OTAN”.

L’Innovation Hub agit donc comme une sorte de centre de recherche ou de groupe de réflexion interne à l’OTAN. Ses recherches ne constituent pas nécessairement une politique officielle de l’OTAN, mais elles sont directement soutenues et supervisées par l’OTAN.

En 2020, le Supreme Allied Commander Transformation (SACT) de l’OTAN a chargé Du Cluzel, en tant que responsable de l’iHub, de mener une étude de six mois sur la guerre cognitive.

Du Cluzel a résumé ses recherches lors de la table ronde d’octobre dernier. Il a commencé ses remarques en notant que la guerre cognitive “est actuellement l’un des sujets les plus chauds pour l’OTAN” et “est devenue un terme récurrent dans la terminologie militaire ces dernières années.”

Bien que français, Du Cluzel a souligné que la stratégie de guerre cognitive “est actuellement développée par mon commandement ici à Norfolk, aux États-Unis”.

Le responsable du NATO Innovation Hub s’est exprimé à l’aide d’une présentation PowerPoint, et a commencé par une diapositive provocatrice décrivant la guerre cognitive comme “une bataille pour le cerveau“.

“La guerre cognitive est un nouveau concept qui commence dans la sphère de l’information, c’est une sorte de guerre hybride”, a déclaré du Cluzel.

“Cela commence par l’hyper-connectivité. Tout le monde a un téléphone portable”, a-t-il poursuivi. “Cela commence avec l’information, car l’information est, si je puis dire, le carburant de la guerre cognitive. Mais cela va bien au-delà de la seule information, qui est une opération autonome – la guerre de l’information est une opération autonome.”

La guerre cognitive se recoupe avec les entreprises Big Tech et la surveillance de masse, car “il s’agit d’exploiter le big data“, explique Du Cluzel. “Nous produisons des données partout où nous allons. Chaque minute, chaque seconde, nous allons en ligne. Et il est extrêmement facile d’exploiter ces données afin de mieux vous connaître et d’utiliser ces connaissances pour changer votre façon de penser.”

Naturellement, le chercheur de l’OTAN a affirmé que les “adversaires” étrangers sont les agresseurs supposés qui utilisent la guerre cognitive. Mais dans le même temps, il a clairement indiqué que l’alliance militaire occidentale développe ses propres tactiques.

Du Cluzel a défini la guerre cognitive comme “l’art d’utiliser des technologies pour altérer la cognition de cibles humaines“.

Ces technologies, a-t-il noté, intègrent les domaines de la NBIC – nanotechnologie, biotechnologie, technologie de l’information et science cognitive. L’ensemble de ces technologies constitue un cocktail très dangereux qui permet de manipuler davantage le cerveau“, a-t-il déclaré.

Du Cluzel a poursuivi en expliquant que cette nouvelle méthode d’attaque exotique “va bien au-delà” de la guerre de l’information ou des opérations psychologiques (psyops).

“La guerre cognitive n’est pas seulement un combat contre ce que nous pensons, mais c’est plutôt un combat contre la façon dont nous pensons, si nous pouvons changer la façon dont les gens pensent“, a-t-il déclaré. “C’est beaucoup plus puissant et cela va bien au-delà de la [guerre] de l’information et des opérations psyops”.

De Cluzel poursuit : “Il est crucial de comprendre qu’il s’agit d’un jeu sur notre cognition, sur la façon dont notre cerveau traite l’information et la transforme en connaissance, plutôt qu’un jeu uniquement sur l’information ou sur les aspects psychologiques de notre cerveau. Ce n’est pas seulement une action contre ce que nous pensons, mais aussi une action contre la façon dont nous pensons, la façon dont nous traitons l’information et la transformons en connaissance.”

“En d’autres termes, la guerre cognitive n’est pas seulement un autre mot, un autre nom pour la guerre de l’information. C’est une guerre contre notre processeur individuel, notre cerveau.”

Le chercheur de l’OTAN a souligné que “c’est extrêmement important pour nous, les militaires”, car “cela a le potentiel, en développant de nouvelles armes et de nouveaux moyens de nuire au cerveau, d’engager les neurosciences et la technologie dans de très nombreuses approches différentes pour influencer l’écologie humaine… car vous savez tous qu’il est très facile de transformer une technologie civile en une technologie militaire.”

Quant à savoir qui pourraient être les cibles de la guerre cognitive, Du Cluzel a révélé que tout le monde est sur la table.

“La guerre cognitive a une portée universelle, en commençant par l’individu jusqu’aux États et aux organisations multinationales”, a-t-il déclaré. “Son champ d’action est global et vise à prendre le contrôle de l’être humain, civil comme militaire.”

Et le secteur privé a un intérêt financier à faire progresser la recherche sur la guerre cognitive, a-t-il noté : “Les investissements massifs réalisés dans le monde entier dans le domaine des neurosciences laissent penser que le domaine cognitif sera probablement l’un des champs de bataille de l’avenir.”

Le développement de la guerre cognitive transforme totalement le conflit militaire tel que nous le connaissons, a déclaré Du Cluzel, ajoutant “une troisième dimension de combat majeure au champ de bataille moderne : à la dimension physique et informationnelle s’ajoute désormais une dimension cognitive.”

Cela “crée un nouvel espace de compétition au-delà de ce que l’on appelle les cinq domaines d’opérations – ou domaines terrestre, maritime, aérien, cybernétique et spatial. La guerre dans l’arène cognitive mobilise un éventail plus large d’espaces de combat que ne peuvent le faire les seules dimensions physique et informationnelle.”

En bref, les humains eux-mêmes sont le nouveau domaine contesté dans ce nouveau mode de guerre hybride, aux côtés de la terre, de la mer, de l’air, du cyberespace et de l’espace.

L’étude de l’OTAN sur la guerre cognitive met en garde contre une “cinquième colonne intégrée”.

L’étude menée par François du Cluzel, responsable du NATO Innovation Hub, de juin à novembre 2020, a été parrainée par le Allied Command Transformation du cartel militaire, et publiée sous la forme d’un rapport de 45 pages en janvier 2021 (PDF).

Ce document glaçant montre comment la guerre contemporaine a atteint une sorte de stade dystopique, autrefois imaginable uniquement dans la science-fiction.

“La nature de la guerre a changé”, souligne le rapport. “La majorité des conflits actuels restent en deçà du seuil de la définition traditionnellement acceptée de la guerre, mais de nouvelles formes de guerre sont apparues, comme la guerre cognitive (Cognitive Warfare CW), tandis que l’esprit humain est désormais considéré comme un nouveau domaine de la guerre.”

Pour l’OTAN, la recherche sur la guerre cognitive n’est pas seulement défensive, elle est aussi très offensive.

“Développer des capacités pour nuire aux capacités cognitives des adversaires sera une nécessité”, indique clairement le rapport Du Cluzel. “En d’autres termes, l’OTAN devra obtenir la capacité de sauvegarder son processus décisionnel et de perturber celui de l’adversaire.”

Et n’importe qui peut être la cible de ces opérations de guerre cognitive : “Tout utilisateur des technologies modernes de l’information est une cible potentielle. Il vise l’ensemble du capital humain d’une nation”, ajoute le rapport de manière inquiétante.

“Outre l’exécution potentielle d’une guerre cognitive en complément d’un conflit militaire, elle peut également être menée seule, sans aucun lien avec un engagement des forces armées”, poursuit l’étude. “De plus, la guerre cognitive est potentiellement sans fin puisqu’il ne peut y avoir de traité de paix ou de reddition pour ce type de conflit.”

Tout comme ce nouveau mode de combat n’a pas de frontières géographiques, il n’a pas non plus de limite de temps : “Ce champ de bataille est mondial via internet. Sans début ni fin, cette conquête ne connaît aucun répit, rythmée par les notifications de nos smartphones, en tout lieu, 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7.”

L’étude parrainée par l’OTAN note que “certains pays de l’OTAN ont déjà reconnu que les techniques et technologies neuroscientifiques ont un fort potentiel d’utilisation opérationnelle dans diverses entreprises de sécurité, de défense et de renseignement”.

Elle parle de percées dans les “méthodes et technologies neuroscientifiques” (neuroS/T), et précise “l’utilisation des résultats et des produits de la recherche pour faciliter directement la performance des combattants, l’intégration d’interfaces homme-machine pour optimiser les capacités de combat des véhicules semi-autonomes (par exemple, les drones), et le développement d’armes biologiques et chimiques (c’est-à-dire les neuroarmes)”.

Le Pentagone est l’une des principales institutions à faire avancer cette recherche novatrice, comme le souligne le rapport : “Bien qu’un certain nombre de nations aient poursuivi, et poursuivent actuellement, la recherche et le développement neuroscientifiques à des fins militaires, les efforts les plus proactifs à cet égard ont sans doute été menés par le Département de la défense des États-Unis ; les travaux de recherche et de développement les plus notables et les plus rapides étant menés par la Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) et l’Intelligence Advanced Research Projects Activity (IARPA)”.

Selon l’étude, les utilisations militaires de la recherche neuroscientifique et technologique comprennent la collecte de renseignements, la formation, “l’optimisation des performances et de la résilience du personnel de combat et de soutien militaire” et, bien sûr, “l’utilisation directe des neurosciences et des neurotechnologies à des fins militaires”.

Cette militarisation de la neuroS/T peut être et sera fatale, comme le souligne clairement l’étude parrainée par l’OTAN. La recherche peut “être utilisée pour atténuer l’agressivité et favoriser les cognitions et les émotions d’affiliation ou de passivité ; induire la morbidité, le handicap ou la souffrance ; et “neutraliser” les adversaires potentiels ou provoquer la mortalité” – en d’autres termes, pour mutiler et tuer des gens.

Le rapport cite le général de division américain Robert H. Scales, qui résume la nouvelle philosophie de combat de l’OTAN : “La victoire se définira davantage en termes de capture du terrain psycho-culturel plutôt que géographique.”

Et tandis que l’OTAN développe des tactiques de guerre cognitive pour “capturer le psycho-culturel“, elle se dote également de plus en plus d’armes dans divers domaines scientifiques.

L’étude parle notamment de “creuset des sciences des données et des sciences humaines”, et souligne que “la combinaison des sciences sociales et de l’ingénierie des systèmes sera essentielle pour aider les analystes militaires à améliorer la production de renseignements.”

“Si la puissance cinétique ne peut vaincre l’ennemi, la psychologie et les sciences comportementales et sociales connexes peuvent combler ce vide.”

“L’exploitation des sciences sociales sera centrale pour le développement du plan d’opérations du domaine humain”, poursuit le rapport. “Il soutiendra les opérations de combat en fournissant des plans d’action potentiels pour l’ensemble du milieu humain environnant, y compris les forces ennemies, mais aussi en déterminant les éléments humains clés tels que le centre de gravité cognitif, le comportement souhaité comme état final.”

Toutes les disciplines universitaires seront impliquées dans la guerre cognitive, et pas seulement les sciences dures. “Au sein de l’armée, des compétences en anthropologie, ethnographie, histoire, psychologie, entre autres, seront plus que jamais nécessaires pour coopérer avec l’armée”, indique l’étude parrainée par l’OTAN.

Le rapport s’approche de sa conclusion avec une citation inquiétante : “Les progrès actuels des nanotechnologies, des biotechnologies, des technologies de l’information et des sciences cognitives (NBIC), dopés par la marche apparemment imparable d’une troïka triomphante composée de l’intelligence artificielle, du Big Data et de la “dépendance numérique” civilisationnelle, ont créé une perspective bien plus inquiétante : une cinquième colonne embarquée, où chacun, à son insu, se comporte selon les plans de l’un de nos concurrents.”

“Le concept moderne de la guerre ne concerne pas les armes mais l’influence”, postulait-il. “La victoire à long terme restera uniquement dépendante de la capacité à influencer, affecter, changer ou impacter le domaine cognitif.”

L’étude parrainée par l’OTAN se termine par un paragraphe final qui indique clairement que l’objectif ultime de l’alliance militaire occidentale n’est pas seulement le contrôle physique de la planète, mais aussi le contrôle de l’esprit des gens :

“La guerre cognitive pourrait bien être l’élément manquant qui permet de passer de la victoire militaire sur le champ de bataille à un succès politique durable. Le domaine humain pourrait bien être le domaine décisif, dans lequel les opérations multi-domaines permettent d’atteindre l’effet recherché par le commandant. Les cinq premiers domaines peuvent donner des victoires tactiques et opérationnelles ; seul le domaine humain peut obtenir la victoire finale et complète.”

Un officier canadien des opérations spéciales souligne l’importance de la guerre cognitive

Lorsque François du Cluzel, le chercheur de l’OTAN qui a mené l’étude sur la guerre cognitive, a conclu ses remarques lors de la table ronde de la NATO Association of Canada du 5 octobre 2021, il a été suivi par Andy Bonvie, un commandant du Centre canadien d’entraînement aux opérations spéciales.

Fort de plus de 30 ans d’expérience au sein des forces armées canadiennes, Bonvie a expliqué comment les armées occidentales utilisent les recherches de Du Cluzel et d’autres, et incorporent de nouvelles techniques de guerre cognitive dans leurs activités de combat.

“La guerre cognitive est un nouveau type de guerre hybride pour nous”, a déclaré Bonvie. “Et cela signifie que nous devons examiner les seuils traditionnels de conflit et comment les choses qui sont faites sont vraiment en dessous de ces seuils de conflit, des attaques cognitives, et des formes non cinétiques et des menaces non combatives pour nous. Nous devons mieux comprendre ces attaques et adapter nos actions et notre formation en conséquence pour être en mesure d’opérer dans ces différents environnements.”

Bien qu’il ait présenté les actions de l’OTAN comme étant “défensives”, affirmant que les “adversaires” utilisaient la guerre cognitive contre eux, Bonvie a été sans ambiguïté sur le fait que les armées occidentales développent elles-mêmes ces techniques, afin de conserver un “avantage tactique”.

“Nous ne pouvons pas perdre l’avantage tactique pour nos troupes que nous plaçons à l’avant, car il s’étend non seulement sur le plan tactique, mais aussi sur le plan stratégique”, a-t-il déclaré. “Certaines de ces différentes capacités dont nous disposons et dont nous bénéficions tout à coup pourraient être pivotées pour être utilisées contre nous. Nous devons donc mieux comprendre la rapidité avec laquelle nos adversaires s’adaptent aux choses, puis être en mesure de prédire où ils vont dans le futur, afin de nous aider à obtenir et à maintenir l’avantage tactique pour nos troupes à l’avenir.”

“La guerre cognitive est la forme de manipulation la plus avancée à ce jour”.

La guerre cognitive intègre des capacités d’ingénierie cybernétique, informationnelle, psychologique et sociale pour parvenir à ses fins.
© Root Info Solutions

Marie-Pierre Raymond, lieutenant-colonel canadienne à la retraite qui occupe actuellement le poste de “scientifique de la défense et gestionnaire de portefeuille d’innovation” pour le programme Innovation for Defence Excellence and Security des Forces armées canadiennes, a également rejoint le panel du 5 octobre.

“Il est loin le temps où la guerre était menée pour acquérir plus de terres”, a déclaré Raymond. “Maintenant, le nouvel objectif est de changer les idéologies des adversaires, ce qui fait du cerveau le centre de gravité de l’humain. Et cela fait de l’humain le domaine contesté, et l’esprit devient le champ de bataille.”

“Lorsque nous parlons de menaces hybrides, la guerre cognitive est la forme de manipulation la plus avancée vue à ce jour”, a-t-elle ajouté, notant qu’elle vise à influencer la prise de décision des individus et “à influencer un groupe d’individus sur leur comportement, dans le but d’obtenir un avantage tactique ou stratégique.”

Raymond a noté que la guerre cognitive recoupe aussi fortement l’intelligence artificielle, le big data et les médias sociaux, et reflète “l’évolution rapide des neurosciences comme outil de guerre.”

Raymond aide à superviser le Défi d’innovation automne 2021 de l’OTAN au nom du Département de la défense nationale du Canada, qui a délégué les responsabilités de gestion au programme Innovation for Defence Excellence and Security (IDEaS) de l’armée, où elle travaille.

Dans un jargon très technique, Raymond a indiqué que le programme de guerre cognitive n’est pas seulement défensif, mais aussi offensif : “Ce défi appelle une solution qui soutiendra le domaine humain naissant de l’OTAN et qui lancera le développement d’un écosystème de la cognition au sein de l’alliance, et qui soutiendra le développement de nouvelles applications, de nouveaux systèmes, de nouveaux outils et concepts menant à une action concrète dans le domaine cognitif.”

Elle a souligné que cela “nécessitera une coopération soutenue entre les alliés, les innovateurs et les chercheurs pour permettre à nos troupes de combattre et de gagner dans le domaine cognitif. C’est ce que nous espérons voir émerger de cet appel aux innovateurs et aux chercheurs.”

Pour susciter l’intérêt des entreprises pour le NATO Innovation Challenge, Raymond a lancé : “Les candidats bénéficieront d’une visibilité nationale et internationale et recevront des prix en espèces pour la meilleure solution”. Elle a ensuite ajouté de façon alléchante : “Les candidats pourraient également en bénéficier en leur donnant potentiellement accès à un marché de 30 pays.”

Un officier militaire canadien appelle les entreprises à investir dans la recherche de l’OTAN sur la guerre cognitive

L’autre institution qui gère le Défi d’innovation de l’OTAN de l’automne 2021 au nom du Département de la défense nationale du Canada est le Commandement des forces d’opérations spéciales (CANSOFCOM).

Un officier militaire canadien qui travaille avec le CANSOFCOM, Shekhar Gothi, était le dernier panéliste de l’événement organisé par la NATO Association of Canada le 5 octobre. Gothi est l'”agent d’innovation” du CANSOFCOM pour le sud de l’Ontario.

Il a conclu l’événement en appelant les entreprises à investir dans la recherche de l’OTAN sur la guerre cognitive.

Le défi de l’innovation, qui a lieu deux fois par an, “fait partie du rythme de combat de l’OTAN”, a déclaré Gothi avec enthousiasme.

Il a indiqué qu’au printemps 2021, le Portugal a organisé un défi d’innovation de l’OTAN axé sur la guerre dans l’espace.

Au printemps 2020, les Pays-Bas ont accueilli un défi d’innovation de l’OTAN axé sur le Covid-19.

Gothi a rassuré les investisseurs que l’OTAN se pliera en quatre pour défendre leurs résultats : “Je peux assurer à tout le monde que le défi de l’innovation de l’OTAN indique que tous les innovateurs conserveront le contrôle total de leur propriété intellectuelle. L’OTAN ne prendra donc pas le contrôle de cette propriété. Le Canada non plus. Les innovateurs conserveront le contrôle de leur propriété intellectuelle.”

Ce commentaire a constitué une conclusion appropriée au panel, affirmant que l’OTAN et ses alliés du complexe militaro-industriel ne cherchent pas seulement à dominer le monde et les humains qui l’habitent à l’aide de techniques de guerre cognitive inquiétantes, mais aussi à s’assurer que les entreprises et leurs actionnaires continuent de profiter de ces projets impériaux.

Revue de l’OTAN, Innovation Hub, Le Monde

Ben Norton pour The Grayzone : Behind NATO’s ‘cognitive warfare’: ‘Battle for your brain’ waged by Western militaries

L’augmentation humaine militaire sera nécessaire

Le scientifique en chef de la toute nouvelle US Space Force a déclaré que l’augmentation humaine ne tarderait pas à arriver.

Le Dr Joel Mozer, qui s’exprimait lors d’un événement au Airforce Research Laboratory, a déclaré qu’il était “impératif” que les États-Unis surpassent leurs adversaires en étant à la pointe de l'”augmentation humaine” dans la technologie militaire.

“Au siècle dernier, la civilisation occidentale est passée d’une société industrielle à une société de l’information, mais aujourd’hui, nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère : celle de l’augmentation humaine”, a déclaré Mozer. “Dans le domaine de la défense nationale, il est impératif que nous nous engagions dans cette nouvelle ère, sous peine de prendre du retard sur nos concurrents stratégiques”.

Mozer, dont la carrière s’est déroulée en grande partie au sein de l’armée de l’air américaine, où il a développé des technologies de vol spatial, a prévenu que des progrès “inimaginables” seront réalisés au cours de la prochaine décennie, citant les avancées en matière d’intelligence artificielle déjà réalisées par des programmes comme AlphaGo de Google.

Le scientifique de la Space Force a ajouté que l’IA pourrait un jour développer des tactiques et des stratégies militaires qu'”aucun humain ne pourrait développer”, et que des programmes ou des machines “autonomes” pourraient conseiller les commandants en temps réel.

“L’IA pourrait un jour créer des programmes qui conçoivent des lignes d’attaque trop complexes pour être comprises par les humains, a souligné Mozer. Cela s’étendra au champ de bataille, où les commandants et les décideurs auront à leur disposition de multiples agents autonomes, chacun pouvant contrôler l’exécution de tâches telles que la reconnaissance, le contrôle du tir ou l’attaque”, ajoute Mozer.

Il a averti que “nous devons réfléchir attentivement à l’éthique de tout cela, et à la façon dont nous ferons confiance à ces agents autonomes, en particulier à l’ère de la guerre autonome mortelle”.

Concernant l’augmentation humaine, il a suggéré que la technologie d’augmentation pourrait éventuellement produire une “main-d’œuvre surhumaine”, qui utilise des technologies telles que “la réalité augmentée, la réalité virtuelle et la stimulation nerveuse”.

Vous pouvez mettre un individu dans un état de flux, où l’apprentissage est optimisé et la mémorisation est maximisée”, a-t-il déclaré. Cet individu pourrait être transformé en une personne au potentiel très élevé.

DailyMailMetro UK

La France va débuter les recherches sur le soldat augmenté
Le soldat augmenté – Regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat

La quatrième révolution industrielle de Klaus Schwab

Intelligence artificielle et transhumanisme

Dans une émission de la Radio Télévision Suisse diffusée le 10 janvier 2016, Dairus Rochebin reçoit Klaus Schwab, président et fondateur du WEF, pour parler de son nouveau livre la quatrième révolution industrielle.

Il a déclaré que cette quatrième révolution industrielle conduira à une fusion des mondes physique, biologique et numérique.

Schwab se plaît à dire que le Covid et le Grand Reset annoncé par le Forum économique mondial en juillet de l’année dernière, obligeront les gens à interagir avec les machines de manière nouvelle et différente.

Klaus Schwab est un grand partisan du transhumanisme, il prévoit l’implantation de puces sur les vêtements puis sous la peau ou dans le cerveau d’ici 2026, pour établir une “communication directe entre notre cerveau et le monde digital”. Il défend et promeut l’avènement de l’intelligence artificielle. Il parle aussi de longévité. Tout un programme.

Dans son livre, il affirme que le moment est proche où les développements technologiques vont non seulement “changer la façon dont nous vivons et travaillons”, mais vont “même remettre en question les idées sur ce que signifie être humain.”

Guerres et soldats du futur (conférence en ligne)

Dans l’imaginaire collectif, les soldats du futur sont perçus comme augmentés par la technologie, tels des Robocops. Mais quelle est la réalité des évolutions en cours dans le domaine ? Et quelle en serait la véritable utilité ? Cette visioconférence, présentée par Michel Goya, militaire chevronné et historien spécialiste de l’innovation militaire, nous permettra d’y voir beaucoup plus clair. Elle répondra également à des questions essentielles : Qu’est-ce qu’un soldat ? Comment vit-il le combat ? Comment peut-il le gagner ? Et enfin, comment les guerres sont-elles en train de changer ?

Cette conférence d’une heure trente (en comptant les échanges entre le conférencier et le public) aura lieu en ligne. Il est nécessaire de s’inscrire afin d’obtenir le lien pour se connecter. Une fois votre billet pris, nous vous enverrons par mail toutes les informations liées à la connexion un peu avant l’événement.

Michel Goya est spécialiste de l’innovation militaire, de l’analyse des conflits, et du comportement au combat. Ancien colonel des troupes de marine, il a été déployé sur de nombreux théâtres d’opérations (Sarajevo, Rwanda, Centrafrique…) et a également été membre du cabinet du chef d’État-Major des armées. Par ailleurs docteur en histoire, il a beaucoup enseigné, notamment comme titulaire de la chaire d’histoire militaire de l’École de Guerre. Enfin, il a écrit de nombreux ouvrages tels que Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail ou encore S’adapter pour vaincre : Comment les armées évoluent.

Détails
Date : 14 avril
Heure : 19 h 00 min – 20 h 30 min
Prix : Gratuit à 7€
Présenté par : Michel Goya
Inscription nécessaire pour obtenir le lien de connexion

Klaus Schwab et son Grand Reset Fasciste

Né à Ravensburg en 1938, Klaus Schwab est un enfant de l’Allemagne d’Adolf Hitler, un régime d’État policier fondé sur la peur et la violence, sur le lavage de cerveau et le contrôle, sur la propagande et le mensonge, sur l’industrialisme et l’eugénisme, sur la déshumanisation et la « désinfection », sur une vision effrayante et grandiose d’un « nouvel ordre » qui durerait mille ans.

Schwab semble avoir consacré sa vie à réinventer ce cauchemar et à essayer de le transformer en réalité non seulement pour l’Allemagne mais pour le monde entier.

Pire encore, comme ses propres mots le confirment à maintes reprises, sa vision technocratique fasciste est aussi une vision transhumaniste tordue, qui fusionnerait les humains et les machines dans « de curieux mélanges de vie numérique et analogique », qui infectera nos corps avec de la “Smart Dust” et dans laquelle la police serait apparemment capable de lire nos cerveaux.

source http://www.senat.fr/rap/r03-293/r03-29321.html

Et, comme nous le verrons, lui et ses complices utilisent la crise Covid-19 pour contourner la responsabilité démocratique, pour passer outre l’opposition, pour accélérer leur programme et l’imposer au reste de l’humanité contre notre volonté dans ce qu’il appelle la “Grande Réinitialisation” ou le “Grand Reset”.

Schwab n’est bien sûr pas un nazi au sens classique du terme, n’étant ni nationaliste ni antisémite, comme en témoigne le prix Dan David d’un million de dollars qui lui a été décerné par Israël en 2004.

Mais le fascisme du 21e siècle a trouvé différentes formes politiques à travers lesquelles il peut poursuivre son projet de base qui consiste à remodeler l’humanité en fonction du capitalisme par des moyens ouvertement autoritaires. Ce nouveau fascisme est aujourd’hui mis en avant sous le couvert de la gouvernance mondiale, de la biosécurité, de la « nouvelle normalité », du « New Deal pour la nature » et de la « quatrième révolution industrielle ».

Schwab, un octogénaire, fondateur et président exécutif du Forum économique mondial, est au centre de cette matrice comme une araignée sur une toile géante.

Le projet fasciste initial, en Italie et en Allemagne, consistait en une fusion de l’État et des entreprises.

Alors que le communisme envisage la prise de contrôle des entreprises et de l’industrie par le gouvernement, qui – en théorie ! – agit dans l’intérêt du peuple, le fascisme se serte de l’État pour protéger et promouvoir les intérêts de l’élite fortunée. Schwab poursuivait cette approche dans un contexte d’après-guerre dénazifié, lorsqu’il a fondé en 1971 le European Management Forum, qui tenait des réunions annuelles à Davos en Suisse.

Ici, il y promeut son idéologie du capitalisme « stakeholder » (un capitalisme des parties prenantes) dans lequel les entreprises sont amenées à coopérer plus étroitement avec le gouvernement. Le capitalisme des parties prenantes est décrit par le magazine Forbes comme « l’idée qu’une entreprise s’attache à répondre aux besoins de toutes ses parties prenantes : clients, employés, partenaires, communauté et la société dans son ensemble ».

Même dans le contexte d’une entreprise en particulier, il s’agit invariablement d’une étiquette vide. Comme l’indique l’article de Forbes, cela signifie en fait seulement que les « entreprises peuvent continuer à verser de l’argent à leurs actionnaires et à leurs dirigeants en privé, tout en maintenant une façade public d’une sensibilité sociale remarquable et d’un altruisme exemplaire ».

Mais dans un contexte social général, le concept des parties prenantes est encore plus néfaste, car il écarte toute idée de démocratie, de gouvernement par le peuple, au profit d’un gouvernement par des intérêts corporatifs. La société n’est plus considérée comme une communauté vivante mais comme une entreprise, dont la rentabilité est le seul objectif valable de l’activité humaine.

Schwab a défini cet agenda en 1971, dans son livre Moderne Unternehmensführung im Maschinenbau (Modern Enterprise Management in Mechanical Engineering), où son utilisation du terme « parties prenantes » a effectivement redéfini les êtres humains non pas comme des citoyens, des individus libres ou des membres de communautés, mais comme des participants secondaires dans une entreprise commerciale massive.

Le but de la vie de chacun était «parvenir à une croissance et une prospérité à long terme » pour cette entreprise – en d’autres termes, de protéger et d’accroître la richesse de l’élite capitaliste. Tout cela est devenu encore plus clair en 1987, lorsque Schwab a rebaptisé son European Management Forum en World Economic Forum.

Le WEF se décrit sur son propre site Web comme « la plateforme mondiale pour la coopération public-privé » et ses admirateurs décrivent comment il crée « des partenariats entre les hommes d’affaires, les politiciens, les intellectuels et les autres leaders de la société pour « définir, discuter et faire avancer les questions clés sur l’agenda mondial ».

Les “partenariats” que le WEF crée visent à remplacer la démocratie par un leadership mondial composé d’individus triés sur le volet et non élus dont le devoir n’est pas de servir le peuple, mais d’imposer la règle du 1% à ce peuple avec le moins d’ingérence possible de la part du reste d’entre nous.

Dans les livres que Schwab écrit pour le grand public, il s’exprime dans les clichés à deux visages, de la propagande corporative et du greenwashing.

Les mêmes termes vides de sens sont utilisés à maintes reprises. Dans Shaping the Future of the Fourth Industrial Revolution : A Guide to Building a Better World, Schwab parle de « l’inclusion des parties prenantes et de la distribution des bénéfices » et de « partenariats durables et inclusifs » qui nous mèneront tous vers « un avenir inclusif, durable et prospère »! (1)

Derrière cette fanfaronnade, la véritable motivation de son capitalisme des parties prenantes, qu’il continuait à promouvoir sans relâche lors de la conférence du WEF de Davos en 2020, est le profit et l’exploitation.

The Fourth Industrial Revolution, by Klaus Schwab

Par exemple, dans son livre de 2016La quatrième révolution industrielle, Schwab parle de l’ubérisation du travail et des avantages qui en découlent pour les entreprises, en particulier les start-ups à croissance rapide dans l’économie numérique : « Puisque les plates-formes de “cloud humain” classent les travailleurs comme indépendants, elles sont – pour l’instant – exemptes de l’obligation de payer le salaire minimum, les taxes patronales et les prestations sociales ». (2)

La même insensibilité capitaliste transparaît dans son attitude envers les personnes qui approchent de la fin de leur vie professionnelle et qui ont besoin d’un repos bien mérité : « Le vieillissement est un défi économique car, à moins que l’âge de la retraite ne soit considérablement augmenté pour que les membres plus âgés de la société puissent continuer à contribuer à la population active (un impératif économique qui présente de nombreux avantages économiques), la population en âge de travailler diminue en même temps que le pourcentage des personnes âgées dépendantes augmente ».

Tout dans ce monde est réduit à des défis économiques, à des impératifs économiques et à des avantages économiques pour la classe capitaliste dominante.

Le mythe du progrès a longtemps été utilisé par les 1% pour persuader les gens d’accepter les technologies conçues pour nous exploiter et nous contrôler et Schwab joue sur ce point lorsqu’il déclare que « la quatrième révolution industrielle représente une source importante d’espoir pour poursuivre l’ascension du développement humain qui a entraîné une augmentation spectaculaire de la qualité de vie pour des milliards de personnes depuis 1800 ».

« Bien que cela ne semble pas capitale pour ceux d’entre nous qui vivent au quotidien une série d’ajustements mineurs mais significatifs de la vie, ce n’est pas un changement mineur – la quatrième révolution industrielle est un nouveau chapitre du développement humain, au même titre que les première, deuxième et troisième révolutions industrielles, et une fois de plus motivée par la disponibilité et l’interaction croissantes d’un ensemble de technologies extraordinaires ».

Mais il est bien conscient que la technologie n’est pas idéologiquement neutre, comme certains aiment à le prétendre. Les technologies et les sociétés se façonnent mutuellement, dit-il.

« Après tout, les technologies sont liées à la façon dont nous savons les choses, comment nous prenons des décisions et comment nous pensons à nous-mêmes et les uns aux autres. Elles sont liées à nos identités, à nos visions du monde et à nos futurs potentiels. Des technologies nucléaires à la course spatiale, en passant par les smartphones, les médias sociaux, les voitures, la médecine et les infrastructures, la signification des technologies les rendent politiques. Même le concept de nation “développée” repose implicitement sur l’adoption des technologies et sur ce qu’elles signifient pour nous, économiquement et socialement ».

La technologie, pour les capitalistes qui en sont à l’origine, n’a jamais été axée sur le bien social mais uniquement sur le profit, et Schwab affirme clairement qu’il en va de même pour sa quatrième révolution industrielle.

Il déclare : « Les technologies de la quatrième révolution industrielle sont véritablement perturbatrices – elles bouleversent les méthodes existantes de détection, de calcul, d’organisation, pour agir et fournir. Elles représentent des moyens entièrement nouveaux de créer de la valeur pour les organisations et les citoyens ».

Au cas où la signification de « créer de la valeur » n’était pas claire, il donne quelques exemples : « Les drones représentent un nouveau type d’employé qui réduit les coûts, qui travaille parmi nous, et qui effectue des tâches qui impliquaient autrefois de vraies personnes » et « l’utilisation d’algorithmes toujours plus performants augmente rapidement la productivité des employés – par exemple, en utilisant des robots de discussion pour augmenter (et, de plus en plus, remplacer) le support “live chat” pour les interactions avec les clients ».

Dans La quatrième révolution industrielle, Schwab décrit en détail les merveilles de la réduction des coûts et de l’augmentation des profits de son “Meilleur des mondes”.

« Plus tôt que prévu, le travail de professions aussi différentes que les avocats, les analystes financiers, les médecins, les journalistes, les comptables, les assureurs ou les bibliothécaires peut être partiellement ou totalement automatisé… […]

« La technologie progresse si vite que Kristian Hammond, cofondateur de Narrative Science, une société spécialisée dans la génération de récits automatisés, prévoit que d’ici le milieu des années 2020, 90% des informations pourraient être générées par un algorithme, la plupart du temps sans aucune intervention humaine (hormis la conception de l’algorithme, bien sûr) ».

C’est cet impératif économique qui alimente l’enthousiasme de Schwab pour « une révolution qui change fondamentalement notre façon de vivre, de travailler et de communiquer les uns avec les autres ».

Schwab parle avec beaucoup de lyrisme de la 4RI qui, selon lui, “ne ressemble à rien de ce que l’humanité a connu auparavant”.

« Considérez les possibilités illimitées de connecter des milliards de personnes via des appareils mobiles, donnant lieu à une puissance de traitement, des capacités de stockage et un accès aux connaissances sans précédent. Ou encore, pensez à la confluence stupéfiante de percées technologiques émergentes, couvrant des domaines très variés que l’intelligence artificielle (IA), la robotique, l’Internet des objets (IoT), les véhicules autonomes, l’impression 3D, les nanotechnologies, les biotechnologies, la science des matériaux, le stockage de l’énergie et l’informatique quantique, pour n’en citer que quelques-uns. Nombre de ces innovations n’en sont qu’à leurs débuts, mais elles atteignent déjà un point d’inflexion dans leur développement, car elles se fondent et s’amplifient mutuellement dans une fusion de technologies à travers les mondes physique, numérique et biologique ».

Il se réjouit également du développement de l’éducation en ligne, impliquant « l’utilisation de la réalité virtuelle et augmentée » pour « améliorer considérablement les résultats scolaires », des capteurs « installés dans les maisons, les vêtements et les accessoires, les villes, les transports et les réseaux d’énergie » et des villes intelligentes, avec leurs importantes « plates-formes de données ».

« Tout sera intelligent et connecté à Internet», déclare Schwab, et cela s’étendra aux animaux, car « les capteurs câblés dans le bétail peuvent communiquer entre eux grâce un réseau de téléphonie mobile ». Il aime l’idée des « usines de cellules intelligentes » qui pourraient permettre « la génération accélérée de vaccins »  et les « technologies du big data ».

Celles-ci, nous assure-t-il, « offriront des moyens nouveaux et innovants de servir les citoyens et les clients » et nous devrons cesser de nous opposer aux entreprises qui profitent de l’exploitation et de la vente d’informations sur tous les aspects de nos vies personnelles.

“Il sera vital d’établir la confiance dans les données et les algorithmes utilisés pour prendre des décisions”, insiste Schwab. « Les préoccupations des citoyens concernant la protection de la vie privée et l’établissement de la responsabilité dans les structures commerciales et juridiques nécessiteront des ajustements de réflexion ».

En fin de compte, il est clair que toute cette excitation technologique tourne uniquement autour du profit, ou de la « valeur », comme Schwab préfère l’appeler dans son jargon corporatif du 21e siècle. Ainsi, la technologie blockchain sera fantastique et provoquera « une explosion des actifs négociables, car toutes sortes d’échanges de valeur peuvent être hébergés sur la blockchain ».

L’utilisation de la technologie de registre distribué, ajoute Schwab, « pourrait être le moteur de flux massifs de valeur dans les produits et services numériques, en fournissant des identités numériques sécurisées qui peuvent rendre de nouveaux marchés accessibles à toute personne connectée à Internet ».

En général, l’intérêt de la 4RI ​​pour l’élite dirigeante du monde des affaires est qu’elle va « créer des sources de valeur entièrement nouvelles » (1) et « donner naissance à des écosystèmes de création de valeur qui sont impossibles à imaginer avec un état d’esprit figé dans la troisième révolution industrielle ».

Les technologies de la 4RI, déployées via la 5G, constituent des menaces sans précédent pour notre liberté, comme le concède Schwab : « Les outils de la quatrième révolution industrielle permettent de nouvelles formes de surveillance et d’autres moyens de contrôle qui vont à l’encontre des sociétés saines et ouvertes ».

Mais cela ne l’empêche pas de les présenter sous un jour positif, comme lorsqu’il déclare que « la criminalité publique est susceptible de diminuer grâce à la convergence des capteurs, des caméras, de l’IA et des logiciels de reconnaissance faciale ».

Il décrit avec un certain plaisir comment ces technologies « peuvent s’immiscer dans l’espace jusqu’ici privé de notre esprit, en lisant nos pensées et en influençant notre comportement”.

« Au fur et à mesure que les capacités dans ce domaine s’améliorent, la tentation pour les services de police et les tribunaux d’utiliser des techniques pour déterminer la probabilité d’une activité criminelle, évaluer la culpabilité ou même éventuellement récupérer des souvenirs directement dans le cerveau des gens augmentera. Même le franchissement d’une frontière nationale pourrait un jour impliquer un scanner cérébral détaillé pour évaluer le risque de sécurité d’un individu ».

Il y a des moments où le chef du WEF se laisse emporter par sa passion pour un futur de science-fiction dans lequel « le voyage spatial humains à longue distance et la fusion nucléaire sont monnaie courante » et dans lequel « le prochain business model » pourrait impliquer que quelqu’un « échange l’accès à ses pensées contre la possibilité de gagner du temps en écrivant un message sur les réseaux sociaux par la seule pensée ».

Facebook construit une machine pour lire vos pensées

Parler de « tourisme spatial » sous le titre « la quatrième révolution industrielle et la dernière frontière » est presque drôle, tout comme sa suggestion selon laquelle un « monde plein de drones offre un monde de plein de possibilités ». Mais plus le lecteur progresse dans le monde décrit dans les livres de Schwab, moins tout cela semble être réjouissant.

La vérité est que cette figure très influente, au centre du nouvel ordre mondial en cours de création, est un transhumaniste convaincu qui rêve de mettre fin à la vie humaine naturelle et saine et de la communauté. Schwab répète ce message à maintes reprises, comme pour s’assurer que nous avons été dûment avertis.

« Les innovations époustouflantes déclenchées par la quatrième révolution industrielle, de la biotechnologie à l’IA, redéfinissent ce que signifie être humain », écrit-il. « L’avenir va remettre en question notre compréhension de ce que signifie être humain, d’un point de vue biologique et social ». « Déjà, les progrès des neurotechnologies et des biotechnologies nous obligent à nous interroger sur ce que signifie être humain ».

Il l’explique plus en détail dans façonner l’avenir de la quatrième révolution industrielle :

« Les technologies de la quatrième révolution industrielle ne se limiteront pas à faire partie du monde physique qui nous entoure – elles feront partie de nous. En effet, certains d’entre nous sentent déjà le sentiment que leurs smartphones sont devenus une extension de nous-mêmes. Les appareils externes d’aujourd’hui, des ordinateurs portables aux casques de réalité virtuelle, deviendront probablement implantables dans notre corps et notre cerveau. Les exosquelettes et les prothèses augmenteront notre puissance physique, tandis que les progrès de la neurotechnologie amélioreront nos capacités cognitives. Nous deviendrons plus aptes à manipuler nos propres gènes et ceux de nos enfants. Ces développements soulèvent des profondes questions : où tracer la limite entre l’homme et la machine ? Que signifie être humain ? »

Une section entière de ce livre est consacré au thème « Modifier l’être humain ». Il y est question de « la capacité des nouvelles technologies à faire littéralement partie de nous » et d’un avenir de cyborg impliquant « des curieux mélanges de vie numérique et analogique qui vont redéfinir nos natures mêmes ».

« Ces technologies fonctionneront au sein de notre propre biologie et changeront notre façon d’interagir avec le monde. Elles sont capables de franchir les limites du corps et de l’esprit, d’améliorer nos capacités physiques et même d’avoir un impact durable sur la vie elle-même ».

Aucune violation ne semble aller trop loin pour Schwab, qui rêve de « micropuces actives implantables qui brisent la barrière cutanée de notre corps », de « tatouages ​​intelligents », d’ « informatique biologique » et « d’organismes conçus sur mesure ».

Il est ravi d’annoncer que « les capteurs, les commutateurs de mémoire et les circuits peuvent être encodés dans des bactéries intestinales humaines communes », (1) que le « Smart Dust, des réseaux d’ordinateurs complets avec des antennes, chacun beaucoup plus petit qu’un grain de sable, peuvent désormais organiser à l’intérieur du corps » et que « les dispositifs implantés aideront probablement aussi à communiquer des pensées normalement exprimées verbalement par un smartphone “intégré”, et des pensées ou des humeurs potentiellement non exprimées en lisant les ondes cérébrales et d’autres signaux ».

La « biologie synthétique » est à l’horizon dans le monde de la 4RI de Schwab, donnant aux dirigeants capitalistes technocratique du monde « la possibilité de personnaliser les organismes en écrivant l’ADN ».

L’idée des neurotechnologies, dans lesquelles les humains auront des souvenirs entièrement artificiels implantés dans le cerveau, suffit à rendre certains d’entre nous un peu malades, tout comme « la perspective de connecter notre cerveau à la RV par le biais de modems corticaux, d’implants ou de nanorobots ».

Il n’est guère réconfortant d’apprendre que tout cela est – bien sûr! – dans l’intérêt supérieur du profit capitaliste car cela « annonce de nouvelles industries et de nouveaux systèmes de création de valeur » et « représente une opportunité de créer des systèmes de valeur entièrement nouveaux dans le cadre de la quatrième révolution industrielle ».

Et qu’en est-il de « la bio-impression des tissus organiques » ou de la suggestion selon laquelle « les animaux pourraient potentiellement être modifiés pour produire des produits pharmaceutiques et d’autres formes de traitement » ?

Des objections d’ordre éthique ?

Tout cela est évidemment bon pour Schwab, qui est heureux de l’annoncer : « Le jour où les vaches seront conçues pour produire dans leur lait un élément de coagulation du sang, dont les hémophiles sont dépourvus, n’est pas loin. Les chercheurs ont déjà commencé à étudier le génome des porcs dans le but de cultiver des organes adaptés à la transplantation humaine ».

Cela devient encore plus inquiétant. Depuis le sinistre programme eugénique de l’Allemagne nazie dans lequel Schwab est né, cette science a été considérée inacceptable par la société humaine.

Mais aujourd’hui, il estime manifestement que l’eugénisme doit connaître un renouveau, annonçant en ce qui concerne l’édition génétique : « Le fait qu’il soit désormais beaucoup plus facile de manipuler avec précision le génome humain au sein d’embryons viables signifie que nous verrons probablement à l’avenir l’avènement de bébés sur mesure qui possèdent des traits particuliers ou qui sont résistants à une maladie spécifique ».

Dans le célèbre traité transhumaniste I, Cyborg de 2002, Kevin Warwick prédisait :

« Les humains pourront évoluer en exploitant la super-intelligence et les capacités supplémentaires offertes par les machines du futur, en se joignant à elles. Tout cela indique le développement d’une nouvelle espèce humaine, connue dans le monde de la science-fiction sous le nom de “cyborgs”. Cela ne veut pas dire que tout le monde doit devenir un cyborg. Si vous êtes satisfait de votre état d’humain, qu’il en soit ainsi, vous pouvez rester tel que vous êtes. Mais attention – tout comme nous, les humains, nous nous sommes séparés de nos cousins ​​chimpanzés il y a des années, les cyborgs se sépareront des humains. Ceux qui restent humains risquent de devenir une sous-espèce. Ils seront effectivement les chimpanzés du futur ».

Quand les humains deviennent des cyborgs

Dans ce passage particulièrement accablant de la quatrième révolution industrielle, Schwab semble faire allusion au même avenir d’une élite transhumaine artificielle renforcée, “supérieure”, se séparant de la populace née naturellement :

« Nous sommes au seuil d’un changement systémique radical qui exige des êtres humains une adaptation continue. En conséquence, nous pouvons assister à un degré croissant de polarisation dans le monde, marqué par ceux qui embrassent le changement par rapport à ceux qui y résistent.

Il en résulte une inégalité qui va au-delà de l’inégalité sociétale décrite plus haut. Cette inégalité ontologique séparera ceux qui s’adaptent de ceux qui résistent – les gagnants et les perdants matériels dans tous les sens du terme.

Les gagnants pourraient même bénéficier d’une forme d’amélioration humaine radicale générée par certains segments de la quatrième révolution industrielle (comme le génie génétique) dont les perdants seront privés. Cela risque de créer des conflits de classe et d’autres affrontements comme nous n’en avons jamais vu auparavant ».

Schwab parlait déjà de « grande transformation » en 2016 et est clairement déterminé à faire tout ce qui est en son pouvoir, non négligeable, pour réaliser son monde transhumaniste d’inspiration eugénique, fait d’artifices, de surveillance, de contrôle et de profits exponentiels.

Mais, comme le révèle sa référence ci-dessus aux « conflits de classe », il est clairement préoccupé par la possibilité d’une « résistance sociétale » et par la manière de progresser « si les technologies rencontrent une grande résistance de la part du public ».

Les festivités annuelles du WEF de Schwab à Davos ont longtemps été accueillies par des protestations anticapitalistes et, malgré la paralysie actuelle de la gauche radicale, il est bien conscient de la possibilité d’une opposition renouvelée et peut-être plus large à son projet, avec le risque de « ressentiment, de peur et de contrecoup politique ».

Dans son dernier livre, il fournit un contexte historique, notant que « l’anti-mondialisation était forte dans la période précédant 1914 et jusqu’en 1918, puis moins dans les années 1920, mais qu’elle s’est ravivée dans les années 1930 à la suite de la Grande Dépression ». (4)

Il note qu’au début des années 2000, « le contrecoup politique et sociétal de la mondialisation n’a cessé de se renforcer », affirmant que « l’agitation sociale » s’est généralisée dans le monde entier ces deux dernières années, citant entre autres les Gilets Jaunes en France, et invoque le « sombre scénario » selon lequel « la même chose pourrait se reproduire ».

Alors, comment un technocrate honnête est-il censé mettre en place son avenir idéal pour le monde sans l’accord de l’opinion publique mondiale ? Comment Schwab et ses amis milliardaires peuvent-ils imposer leur société préférée au reste d’entre nous ?

L’une des réponses est la propagande implacable de lavage de cerveau produite par les médias et les académies appartenant au 1% de l’élite – ce qu’ils aiment appeler “un récit”.

Pour Schwab, la réticence de la majorité de l’humanité à sauter le pas dans sa 4IR express reflète la tragédie que cela représente : « Il manque au monde un récit cohérent, positif et commun qui expose les opportunités et les défis de la quatrième révolution industrielle, récit qui est essentiel si nous voulons donner du pouvoir à un ensemble diversifié d’individus et de communautés et éviter une réaction populaire contre les changements fondamentaux en cours ».

« Il est donc essentiel que nous investissions notre attention et notre énergie dans une coopération multipartite au-delà des frontières académiques, sociales, politiques, nationales et industrielles. Ces interactions et collaborations sont nécessaires pour créer des récits positifs, communs et pleins d’espoir, permettant aux individus et aux groupes de toutes les régions du monde de participer aux transformations en cours et d’en tirer profit ».

L’un de ces « récits » blanchit les raisons pour lesquelles la technologie de la 4RI doit être installée le plus rapidement possible partout dans le monde. Schwab est frustré que « plus de la moitié de la population mondiale – environ 3,9 milliards de personnes – ne puisse toujours pas accéder à Internet », 85% de la population des pays en développement restant hors ligne et donc hors de portée, contre 22% dans le monde développé.

Le but réel de la 4RI ​​est d’exploiter ces populations à des fins lucratives via le techno-impérialisme mondial, mais cela ne peut évidemment pas être énoncé dans le « récit » de propagande nécessaire pour vendre le projet. Leur mission doit plutôt être présentée, comme le fait Schwab lui-même, comme une tentative de « développer des technologies et des systèmes qui servent à distribuer des valeurs économiques et sociales telles que le revenu, les opportunités et la liberté à toutes les parties prenantes ».

Il se présente pieusement comme le gardien des valeurs libérales éveillées, déclarant : « Penser inclusivement va au-delà de la simple réflexion sur la pauvreté ou les communautés marginalisées comme une simple aberration – quelque chose que nous pouvons résoudre. Cela nous oblige à réaliser que “nos privilèges se situent sur la même carte que leur souffrance”. Cela va au-delà des revenus et des droits, même si ceux-ci restent importants. Au contraire, l’inclusion des parties prenantes et la distribution des bénéfices élargissent les libertés pour tous ».

La même technique, celle d’une fausse “narration” destinée à tromper les citoyens bien pensants pour qu’ils soutiennent un projet capitaliste impérialiste, a été largement utilisée en ce qui concerne le changement climatique. Schwab est, bien sûr, un grand fan de Greta Thunberg, qui s’était à peine levée du trottoir après sa manifestation à Stockholm avant d’être emmenée pour s’adresser au WEF à Davos.

Il est également un partisan du New Deal, mondial proposé pour la nature, en particulier via Voice for the Planet, qui a été lancé au WEF de Davos en 2019 par les Global Shapers, une organisation créée par Schwab en 2011 et décrite à juste titre par la journaliste d’investigation Cory Morningstar comme “un étalage grotesque de malversations d’entreprises déguisées en bonnes”.

Dans son livre de 2020, Schwab expose en fait la manière dont le faux « activisme des jeunes » est utilisé pour faire avancer ses objectifs capitalistes.

Il écrit, dans un passage particulièrement franc :

« L’activisme des jeunes augmente dans le monde entier, étant révolutionné par les médias sociaux qui augmentent la mobilisation à un point qui aurait été impossible auparavant. Il prend de nombreuses formes différentes, allant de la participation politique non institutionnalisée aux manifestations et protestations, et aborde des questions aussi diverses que le changement climatique, les réformes économiques, l’égalité des sexes et les droits des LGBTQ. La jeune génération est fermement à l’avant-garde du changement social. Il ne fait guère de doute qu’elle sera le catalyseur du changement et une source d’élan critique pour le Grand Reset ».

En fait, bien sûr, l’avenir ultra-industriel proposé par Schwab est tout sauf vert. Ce n’est pas la nature qui l’intéresse, mais le « capital naturel » et « l’incitation à l’investissement dans les marchés verts et les marchés à la frontière sociale ». La pollution est synonyme de profit et la crise environnementale n’est qu’une autre opportunité commerciale, comme il le détaille dans La quatrième révolution industrielle :

« Dans ce nouveau système industriel révolutionnaire, le dioxyde de carbone passe du statut de polluant à effet de serre à celui d’actif, et l’économie du captage et du stockage du carbone passe du statut de coût et de puits de pollution à celui d’installation rentable de captage et d’utilisation-production du carbone. Plus important encore, cela aidera les entreprises, les gouvernements et les citoyens à prendre conscience et à s’engager dans des stratégies visant à régénérer activement le capital naturel, permettant des utilisations intelligentes et régénératrices du capital naturel pour guider la production et la consommation durables et donner de l’espace à la biodiversité pour qu’elle se rétablisse dans les zones menacées ».

Les « solutions » de Schwab aux dommages dévastateurs infligés à notre monde naturel par le capitalisme industriel font appel au même poison, mais en pire.

La géo-ingénierie est l’une de ses activités favorites : « Les propositions comprennent l’installation de miroirs géants dans la stratosphère pour dévier les rayons du soleil, l’ensemencement chimique de l’atmosphère pour augmenter les précipitations et le déploiement de grandes machines pour éliminer le dioxyde de carbone de l’air ». « De nouvelles approches sont actuellement imaginées grâce à la combinaison des technologies de la quatrième révolution industrielle, telles que les nanoparticules et d’autres matériaux avancés ».

Comme toutes les entreprises et ONG pro-capitalistes qui soutiennent le New Deal pour la nature, Schwab est totalement et profondément non vert. Pour lui, la « possibilité ultime » d’une énergie « propre » et « durable » inclut la fusion nucléaire et il attend avec impatience le jour où les satellites « couvriront la planète de voies de communication qui pourraient aider à connecter plus de 4 milliards de personnes qui n’ont toujours pas d’accès à Internet ».

Schwab regrette également toute cette paperasserie qui empêche la progression sans entrave des aliments génétiquement modifiés, nous avertissant que : « La sécurité alimentaire mondiale ne sera atteinte, que si les réglementations sur les aliments génétiquement modifiés sont adaptées pour refléter le fait que l’édition génique offre une méthode précise, efficace et sûre pour améliorer les cultures ».

Le nouvel ordre envisagé par Schwab embrassera le monde entier et il faut donc une gouvernance mondiale pour l’imposer, comme il le déclare à plusieurs reprises. Son avenir préféré « ne se réalisera que par une meilleure gouvernance mondiale », insiste-t-il. « Une certaine forme de gouvernance mondiale efficace » est nécessaire.

Le problème que nous rencontrons aujourd’hui est celui d’un éventuel « déficit de l’ordre mondial », affirme-t-il, ajoutant qu’il est improbable que l’Organisation mondiale de la santé « soit aux prises avec des ressources limitées et en diminution ».

Ce qu’il dit en réalité, c’est que sa quatrième révolution industrielle/Grand Reset ne fonctionnera que si elle s’impose simultanément partout sur la planète, sinon « nous serons paralysés dans nos tentatives pour relever et répondre aux défis mondiaux ».  « En un mot, la gouvernance mondiale est au cœur de toutes ces autres questions ».

Cet empire global désapprouve l’idée qu’une population particulière décide démocratiquement de prendre un autre chemin. Celles-ci « risquent de s’isoler des normes mondiales, mettant ainsi ces nations en danger de devenir les traînards de la nouvelle économie numérique » (2), prévient Schwab.

Tout sentiment d’autonomie et d’appartenance populaire est considéré comme une menace dans la perspective impérialiste de Schwab et doit être éradiqué sous la 4RI.

Il écrit :

« Les individus avaient l’habitude de s’identifier le plus étroitement à un lieu, un groupe ethnique, une culture particulière ou même une langue. L’avènement de l’engagement en ligne et l’exposition accrue aux idées d’autres cultures signifient que les identités sont désormais plus fongibles qu’auparavant… Grâce à la combinaison des schémas de migration historiques et de la connectivité à faible coût, les structures familiales sont en train d’être redéfinies ».

Pour Schwab, la véritable démocratie se situe essentiellement dans la même catégorie. Il sait que la plupart des gens n’accepteront pas de plein gré les plans visant à détruire leur vie et à les asservir à un système mondial d’exploitation techno-fasciste, de sorte que leur donner la parole n’est tout simplement pas une option.

C’est pourquoi le concept de « partie prenante » a été si important pour le projet de Schwab. Comme nous l’avons vu plus haut, il s’agit de la négation de la démocratie, qui met plutôt l’accent sur “l’établissement de contacts entre les groupes de parties prenantes pour la recherche de solutions”.

Si le public, les gens, sont inclus dans ce processus, ce n’est qu’à un niveau superficiel. L’ordre du jour a déjà été présupposé et les décisions ont déjà été prises en coulisses.

Schwab l’admet effectivement lorsqu’il écrit :

« Nous devons rétablir un dialogue entre toutes les parties prenantes afin d’assurer une compréhension mutuelle qui permette d’instaurer une culture de confiance entre les régulateurs, les organisations non gouvernementales, les professionnels et les scientifiques. Le public doit aussi être pris en compte, car il doit participer au façonnage démocratique des développements biotechnologiques qui affectent la société, les individus et les cultures ».

Le public doit donc « aussi » être pris en compte. Pas directement consulté, juste “considéré” ! Et le rôle du peuple, le Dèmos, sera simplement de « participer » à la “mise en forme” des développements biotechnologiques. La possibilité que le public rejette l’idée même des développements biotechnologiques a été entièrement supprimée grâce aux hypothèses délibérément intégrées dans la formule des parties prenantes.

Le même message est sous-entendu dans le titre de la conclusion de Schwab sur le thème “Façonner l’avenir de la quatrième révolution industrielle” : “Ce que vous pouvez faire pour façonner la quatrième révolution industrielle”(1). La techno-tyrannie ne peut pas être remise en question ou arrêtée, elle doit simplement être “façonnée”.

Schwab utilise le terme “systems leadership” pour décrire la manière profondément antidémocratique dont le 1% nous impose à tous son programme, sans nous donner la possibilité de dire “non”.

« Le leadership des systèmes consiste à cultiver une vision commune du changement – en travaillant avec toutes les parties prenantes de la société mondiale – puis à agir en conséquence pour modifier la manière dont le système apporte ses avantages, et à qui. Le leadership des systèmes requiert l’action de toutes les parties prenantes, y compris les individus, les dirigeants d’entreprise, les influenceurs sociaux et les décideurs politiques ».

Il qualifie ce contrôle total du haut vers le bas de « système de gestion de l’existence humaine », bien que d’autres préfèrent le terme de « totalitarisme ».

Un des traits distinctifs du fascisme historique en Italie et en Allemagne était son impatience face aux contraintes gênantes imposées à la classe dirigeante (« la Nation » en langage fasciste) par la démocratie et le libéralisme politique. Tout cela a dû être balayé pour permettre une guerre éclair de “modernisation” accélérée.

On retrouve le même esprit dans les appels de Schwab à une « gouvernance agile » dans lesquels il affirme que « le rythme du développement technologique et un certain nombre de caractéristiques des technologies rendent inadéquats les cycles et processus antérieurs d’élaboration des politiques ».

« L’idée de réformer les modèles de gouvernance pour faire face aux nouvelles technologies n’est pas nouvelle, mais l’urgence de le faire est bien plus grande compte tenu de la puissance des technologies émergentes d’aujourd’hui… le concept de gouvernance agile cherche à égaler l’agilité, la fluidité, la flexibilité et l’adaptabilité des technologies elles-mêmes et des acteurs du secteur privé qui les adoptent ».

L’expression « réformer les modèles de gouvernance pour faire face aux nouvelles technologies » donne vraiment le ton ici. Comme sous le fascisme, les structures sociales doivent être réinventées afin de répondre aux exigences du capitalisme et de ses technologies génératrices de profits.

Schwab explique que sa « gouvernance agile » impliquerait la création de laboratoires de politiques – « des espaces protégés au sein du gouvernement avec un mandat explicite pour expérimenter de nouvelles méthodes d’élaboration de politiques en utilisant des principes agiles » – et « d’encourager les collaborations entre les gouvernements et les entreprises pour créer des “bacs à sable de développement” et des “bancs d’essai expérimentaux” pour élaborer des réglementations utilisant des approches itératives, intersectorielles et flexibles ».

Pour Schwab, le rôle de l’État est de promouvoir les objectifs capitalistes et non de les soumettre à une quelconque forme de contrôle. S’il est tout à fait favorable au rôle de l’État pour permettre une prise de contrôle de nos vies par les entreprises, il est moins enthousiaste quant à sa fonction de régulation, qui pourrait ralentir l’afflux de profits dans les mains du secteur privé, et il envisage donc « le développement d’écosystèmes de régulateurs privés, en concurrence sur les marchés ».

Dans son livre de 2018, Schwab aborde le problème des réglementations gênantes et de la meilleure façon de « surmonter ces limites » dans le contexte des données et de la vie privée.

Il suggère « des accords de partage de données public-privé qui “brisent le verre en cas d’urgence”. Ces accords n’entrent en jeu que dans des circonstances d’urgence convenues au préalable (comme une pandémie) et peuvent contribuer à réduire les retards et à améliorer la coordination des premiers intervenants, permettant temporairement un partage de données qui serait illégal dans des circonstances normales ».

Curieusement, deux ans plus tard, il y a eu effectivement une « pandémie » et ces « circonstances d’urgence convenues d’avance » sont devenues une réalité. Cela n’aurait pas dû être une trop grande surprise pour Schwab, puisque le WEF avait co-organisé la tristement célèbre conférence Event 201 en octobre 2019, qui a modélisé une pandémie de coronavirus fictive.

Et il ne perdit pas de temps à sortir un nouveau livre, Covid-19 : The Great Reset, co-écrit avec Thierry Malleret, qui dirige un ouvrage qui s’appelle The Monthly Barometer, « une analyse prédictive succincte fournie aux investisseurs privés, aux PDG mondiaux et à leurs décideurs ».

Publié en juillet 2020, le livre vise à faire avancer « les conjectures et les idées sur ce à quoi le monde post-pandémique pourrait et devrait peut-être ressembler ».

Schwab et Malleret reconnaissent que la Covid-19 est « l’une des pandémies les moins meurtrières que le monde ait connues au cours des 2000 dernières années », ajoutant que « les conséquences du COVID-19 en termes de santé et de mortalité seront bénignes par rapport aux pandémies précédentes » .  « Cela ne constitue pas une menace existentielle, ni un choc qui laissera son empreinte sur la population mondiale pendant des décennies ».

Pourtant, curieusement, cette maladie « bénigne » est simultanément présentée comme le prétexte à un changement social sans précédent, sous la bannière du « Grand Reset » ! Et bien qu’ils déclarent explicitement que la Covid-19 ne constitue pas un « choc » majeur, les auteurs emploient à plusieurs reprises le même terme pour décrire l’impact plus large de la crise.

Schwab et Malleret placent la Covid-19 dans une longue tradition d’événements qui ont facilité des changements soudains et importants dans nos sociétés. Ils invoquent spécifiquement la Seconde Guerre mondiale :

« La Seconde Guerre mondiale a été la guerre de transformation par excellence, déclenchant non seulement des changements fondamentaux dans l’ordre mondial et l’économie mondiale, mais entraînant également des changements radicaux dans les attitudes et les croyances sociales qui ont finalement ouvert la voie à des politiques et des dispositions de contrat social radicalement nouvelles (comme l’entrée des femmes sur le marché du travail avant de devenir électrices).

Il existe évidemment des différences fondamentales entre une pandémie et une guerre (que nous examinerons plus en détail dans les pages suivantes), mais l’ampleur de leur pouvoir de transformation est comparable. Les deux ont le potentiel d’être une crise transformatrice aux proportions inimaginables auparavant ».

Ils se joignent également à de nombreux « théoriciens de la conspiration » contemporains pour faire une comparaison directe entre Covid-19 et le 11 septembre :

« C’est ce qui s’est passé après les attentats terroristes du 11 septembre 2001. Partout dans le monde, de nouvelles mesures de sécurité sont devenues la norme, comme l’utilisation généralisée de caméras, l’obligation d’utiliser des cartes d’identité électroniques et l’enregistrement des entrées et sorties des employés ou des visiteurs. A l’époque, ces mesures étaient considérées comme extrêmes, mais aujourd’hui elles sont utilisées partout et considérées comme “normales” ».

Lorsqu’un tyran déclare le droit de régner sur une population sans tenir compte de ses opinions, il aime justifier sa dictature en prétendant qu’il en a le droit moral parce qu’il est “éclairé”. Il en va de même pour la grande tyrannie du Grand Reset de Schwab, alimentée par la Covid, que le livre qualifie de « leadership éclairé », ajoutant :

« Certains dirigeants et décideurs qui étaient déjà à l’avant-garde de la lutte contre le changement climatique pourraient vouloir profiter du choc infligé par la pandémie pour mettre en œuvre des changements environnementaux durables et plus larges. Ils feront en effet un “bon usage” de la pandémie en ne laissant pas la crise se perdre”.

L’élite dirigeante capitaliste mondiale a certainement fait de son mieux pour « tirer profit du choc infligé par la panique », nous assurant à tous, depuis les tout premiers jours de l’épidémie que, pour une raison insondable, rien dans nos vies ne serait plus jamais comme avant.

Schwab et Malleret sont, inévitablement, enthousiastes dans leur utilisation du cadre du New Normal, bien qu’ils admettent que le virus a toujours été “bénin”. « C’est notre moment décisif », gloussent-ils. « Beaucoup de choses vont changer à jamais ». « Un nouveau monde va émerger ». « Le bouleversement sociétal déclenché par la COVID-19 durera des années, voire des générations ».

« Beaucoup d’entre nous se demandent quand les choses reviendront à la normale. La réponse la plus courte est : jamais ».

Ils vont même jusqu’à proposer une nouvelle séparation historique entre « l’ère pré-pandémique » et « le monde post-pandémique ».

« Des changements radicaux d’une telle importance sont en train de se produire que certains experts ont parlé d’une ère “avant coronavirus” (BC) et “après coronavirus” (AC). Nous continuerons à être surpris par la rapidité et la nature inattendue de ces changements. À mesure qu’ils se produiront, ils provoqueront des conséquences de deuxième, troisième, quatrième ordre et même plus, des effets en cascade et des résultats imprévus. Ce faisant, ils façonneront une “nouvelle normalité” radicalement différente de celle que nous laisserons progressivement derrière nous. Nombre de nos convictions et de nos hypothèses sur ce à quoi le monde pourrait ou devrait ressembler seront ébranlées au cours du processus .

Le Grand Reset et la quatrième révolution industrielle

En 2016, Schwab envisageait de « nouvelles façons d’utiliser la technologie pour modifier les comportements » et de prédire : « L’ampleur et la portée de la révolution technologique en cours vont entraîner des changements économiques, sociaux et culturels d’une ampleur si phénoménale qu’ils sont presque impossibles à envisager ».

Comme nous l’avons noté, il avait espéré faire avancer son programme technocratique par le biais des fausses “solutions” au changement climatique proposées par de faux capitalistes verts. Sous le titre “remise à zéro de l’environnement”, Schwab et Malleret déclarent : « À première vue, la pandémie et l’environnement peuvent sembler n’être que des cousins ​​éloignés ; mais ils sont beaucoup plus proches et plus imbriqués que nous le pensons ».

L’un des liens est que le WEF et ses semblables ont utilisé les “crises” climatique et virale pour faire avancer leur programme de gouvernance mondiale. Comme le disent Schwab et son co-auteur, « elles sont de nature mondiale et ne peuvent donc être traitées correctement que de manière coordonnée au niveau mondial ».

Un autre lien est la façon dont « l’économie post-pandémique » et « l’économie verte » impliquent des profits massifs pour les mêmes secteurs des grandes entreprises. La Covid-19 a manifestement été une excellente nouvelle pour les capitalistes qui espèrent tirer profit de la destruction de l’environnement, comme le rapportent Schwab et Malleret :

« La conviction que les stratégies ESG [Environmental, Social and Corporate Governance] ont bénéficié de la pandémie et sont les plus susceptibles d’en bénéficier encore plus est corroborée par diverses enquêtes et rapports. Les premières données montrent que le secteur de la durabilité a surpassé les fonds conventionnels au cours du premier trimestre de 2020 ».

Les requins capitalistes du soi-disant « secteur de la durabilité » se frottent les mains avec jubilation à la perspective de tout l’argent qu’ils pourraient gagner grâce à la grande réinitialisation fasciste prétextée par la Covid, dans laquelle l’État est instrumentalisé pour financer leur hypocrites bénéfices.

Remarque de Schwab et Malleret : « La clé pour attirer les capitaux privés vers de nouvelles sources de valeur économique positive pour la nature sera de déplacer les principaux leviers politiques et les incitations financières publiques dans le cadre d’une remise à plat économique plus large ».

« Un document politique préparé par Systemiq en collaboration avec le Forum économique mondial estime que la mise en place d’une économie favorable à la nature pourrait représenter plus de 10 000 milliards de dollars par an d’ici à 2030… La remise en état de l’environnement ne doit pas être considérée comme un coût, mais plutôt comme un investissement qui générera une activité économique et des opportunités d’emploi ».

Compte tenu de l’imbrication des crises climatique et de Covid exposée par Schwab, on peut supposer que le plan initial était de faire passer la réinitialisation de la « nouvelle normalité » sur le dos de la crise climatique. Mais de toute évidence, toute cette publicité pour Greta Thunberg et Extinction Rebellion soutenu par les grandes entreprises n’a pas suscité une panique publique suffisante pour justifier de telles mesures.

La Covid-19 sert parfaitement les objectifs de Schwab, car l’urgence immédiate qu’il présente permet d’accélérer et de précipiter l’ensemble du processus sans examen préalable.

« Cette différence cruciale entre l’horizon temporel respectif d’une pandémie et ceux du changement climatique et de la perte de la nature signifie qu’un risque de pandémie exige une action immédiate qui sera suivie d’un résultat rapide, tandis que le changement climatique et la perte de la nature exigent également une action immédiate, mais le résultat (ou “future reward”, dans le jargon des économistes) ne suivra qu’avec un certain décalage dans le temps ».

Pour Schwab et ses amis, le Covid-19 est le grand accélérateur de tout ce qu’ils veulent nous imposer depuis des années. Comme le disent Schwab et Malleret : « La pandémie exacerbe et accélère clairement les tendances géopolitiques qui étaient déjà apparentes avant l’éclatement de la crise ».

« La pandémie va marquer un tournant, en accélérant cette transition. Elle a cristallisé la question et rendu impossible un retour au statu quo pré-pandémique ».

Ils peuvent à peine dissimuler leur joie devant la direction que prend actuellement la société :

« La pandémie accélérera encore plus l’innovation en catalysant les changements technologiques déjà en cours (comparable à l’effet d’exacerbation qu’elle a eu sur d’autres problèmes mondiaux et nationaux sous-jacents) et en dynamisant toute entreprise numérique ou la dimension numérique de toute entreprise. […]

« Avec la pandémie, la “transformation numérique” à laquelle tant d’analystes font référence depuis des années, sans savoir exactement ce qu’elle signifie, a trouvé son catalyseur. L’un des effets majeurs du confinement sera l’expansion et la progression du monde numérique de manière décisive et souvent permanente.

« En avril 2020, plusieurs leaders technologiques ont observé à quelle rapidité et quelle radicalité les besoins créés par la crise sanitaire avaient précipité l’adoption d’un large éventail de technologies. En l’espace d’un mois seulement, il est apparu que de nombreuses entreprises, en termes d’adoption de la technologies avaient progressé rapidement de plusieurs années ».

Le destin sourit évidemment à Klaus Schwab, car la crise de Covid-19 a heureusement réussi à faire avancer à peu près tous les aspects de l’agenda qu’il a promu au cours des décennies. Ainsi, Malleret et lui rapportent avec satisfaction que « la pandémie va accélérer l’adoption de l’automatisation sur le lieu de travail et l’introduction de plus de robots dans notre vie personnelle et professionnelle ».

Il va sans dire que les confinements à travers le monde ont donné un grand coup de pouce financier aux entreprises proposant des achats en ligne.

« Les consommateurs ont besoin de produits et s’ils ne peuvent pas faire leurs achats, ils se tourneront inévitablement vers l’achat en ligne. À mesure que l’habitude s’installe, les personnes qui n’avaient jamais fait d’achats en ligne auparavant se sentiront plus à l’aise de le faire, tandis que les personnes qui faisaient des achats en ligne à temps partiel auparavant seront vraisemblablement plus nombreuses à y recourir. C’est ce qui est apparu clairement lors des confinements.

Aux États-Unis, Amazon et Walmart ont embauché 250 000 personnes pour faire face à l’augmentation de la demande et ont mis en place une infrastructure massive pour fournir des services en ligne. Cette accélération de la croissance du commerce électronique signifie que les géants du commerce de détail en ligne sortiront probablement de la crise encore plus forts qu’ils ne l’étaient à l’époque pré-pandémique ».

« De plus en plus de choses et de services divers nous sont apportés par nos téléphones mobiles et nos ordinateurs, et les entreprises dans des secteurs aussi disparates que le commerce électronique, les opérations sans contact, le contenu numérique, les robots et les livraisons par drone (pour n’en citer que quelques-uns) vont prospérer. Ce n’est pas par hasard que des entreprises comme Alibaba, Amazon, Netflix ou Zoom sont sorties “gagnantes” de ces confinements ».

En corollaire, nous pourrions suggérer que « ce n’est pas par hasard » que les gouvernements qui ont été pris et contrôlés par les grandes entreprises, grâce à des organisations comme le WEF, ont imposé une « nouvelle réalité » dans laquelle les grandes entreprises sont les « gagnants »…

La bonne nouvelle inspirée par la Covid ne s’arrête jamais pour tous les secteurs d’activité qui vont bénéficier de la quatrième répression industrielle.

« La pandémie pourrait s’avérer être une aubaine pour l’éducation en ligne », rapportent Schwab et Malleret. « En Asie, le passage à l’éducation en ligne a été particulièrement remarquable, avec une forte augmentation des inscriptions numériques des étudiants, une valorisation beaucoup plus élevée des entreprises de formation en ligne et davantage de capitaux disponibles pour les start-ups “ed-tech”… À l’été 2020, la direction de la tendance semble claire : le monde de l’éducation, comme pour tant d’autres industries, deviendra en partie virtuel ».

Les sports en ligne ont également pris leur essor : « Pendant un certain temps, la distanciation sociale peut limiter la pratique de certains sports, ce qui profitera à l’expansion toujours plus puissante des sports en ligne. La technologie et le numérique ne sont jamais loin! ». Le secteur bancaire a des nouvelles similaires : « Les interactions bancaires en ligne sont passées sont passées de 10 % à 90 % pendant la crise, sans baisse de qualité et avec une augmentation de la conformité ».

Le passage à l’activité en ligne initié par la Covid profite évidemment à la Big Tech, qui tire d’énormes profits de la crise, comme le décrivent les auteurs : « La valeur marchande combinée des principales entreprises technologiques a atteint un record après l’autre pendant les confinements, dépassant même les niveaux antérieurs à l’épidémie… il est peu probable que ce phénomène s’atténue de si tôt, bien au contraire ».

Mais c’est aussi une bonne nouvelle pour toutes les entreprises concernées, qui n’ont plus à payer des êtres humains pour travailler pour elles. L’automatisation est, et a toujours été, un moyen de réduire les coûts et donc d’augmenter les profits de l’élite capitaliste. La culture du New Normal fasciste apportera également des retombées lucratives à certains secteurs d’activité, comme l’industrie de l’emballage, expliquent Schwab et Malleret.

« La pandémie va certainement nous inciter à mettre l’accent sur l’hygiène. Une nouvelle obsession de la propreté entraînera notamment la création de nouvelles formes d’emballages. Nous serons encouragés à ne pas toucher aux produits que nous achetons. De simples plaisirs comme sentir un melon ou presser un fruit seront mal vus et pourraient même devenir une chose du passé».

Les auteurs décrivent également ce qui ressemble beaucoup à un programme technocratique lié au profit derrière la « distanciation sociale » qui a été un élément clé de la « réinitialisation » du Covid.

« Sous une forme ou une autre, les mesures de distanciation sociale et physique risquent de persister après la disparition de la pandémie elle-même, justifiant la décision de nombreuses entreprises de différentes industries d’accélérer l’automatisation. Au bout d’un certain temps, les préoccupations persistantes concernant le chômage technologique s’estomperont à mesure que les sociétés mettront l’accent sur la nécessité de restructurer le lieu de travail de manière à réduire au minimum les contacts humains étroits.

En effet, les technologies d’automatisation sont particulièrement bien adaptées à un monde dans lequel les êtres humains ne peuvent pas se rapprocher trop près les uns des autres ou sont prêts à réduire leurs interactions. Notre crainte persistante et peut-être durable d’être infectée par un virus (COVID-19 ou autre) accélérera ainsi la marche implacable de l’automatisation, en particulier dans les domaines les plus sensibles à l’automatisation ».

Comme mentionné précédemment, Schwab a longtemps été frustré par toutes ces réglementations fastidieuses qui empêchent les capitalistes de gagner autant d’argent qu’ils le voudraient, en se concentrant sur des préoccupations économiquement non pertinentes telles que la sécurité et le bien-être des êtres humains.

Mais – hourra! – la crise du Covid a fourni l’excuse parfaite pour éliminer une grande partie de ces entraves dépassées à la prospérité et à la croissance. La santé est un domaine dans lequel les lourdeurs administratives sont abandonnées. Pourquoi une partie prenante sensée imaginerait-elle qu’une obligation particulière de soin et de diligence devrait être autorisée à empiéter sur la rentabilité de ce secteur d’activité particulier ?

Schwab et Malleret sont ravis de constater que la télémédecine va “bénéficier considérablement” de l’urgence Covid : « La nécessité de faire face à la pandémie par tous les moyens disponibles (plus, pendant l’épidémie, la nécessité de protéger les professionnels de santé en leur permettant de travailler à distance) a supprimé certains des obstacles réglementaires et législatifs liés à l’adoption de la télémédecine ».

L’abandon des réglementations est un phénomène général dans le cadre du régime mondial de la nouvelle normalité, comme le rapportent Schwab et Malleret :

« Jusqu’à présent, les gouvernements ont souvent ralenti le rythme de l’adoption des nouvelles technologies en réfléchissant longuement à ce à quoi devrait ressembler le meilleur cadre réglementaire, mais, comme le montre l’exemple de la télémédecine et de la livraison par drone, une accélération spectaculaire forcée par la nécessité est possible.

Pendant les confinements, un assouplissement quasi-global des réglementations qui avait auparavant entravé les progrès dans les domaines où la technologie était disponible depuis des années s’est soudainement produit parce qu’il n’y avait pas de meilleur choix ou d’autre choix disponible. Ce qui était impensable jusqu’à récemment est soudainement devenu possible… Les nouvelles réglementations resteront en place ».

« L’impératif actuel de propulser, quoi qu’il arrive, “l’économie sans contact” et la volonté ultérieure des régulateurs de l’accélérer signifient qu’il n’y a pas de limites ».  « Aucune limite n’est imposée ».

Ne vous y trompez pas : c’est le langage adopté par le capitalisme lorsqu’il abandonne sa prétention à la démocratie libérale et passe en mode fasciste intégral. Il ressort clairement des travaux de Schwab et Malleret qu’une fusion fasciste de l’État et des entreprises, au profit de ces dernières, sous-tend leur grande remise à zéro.

Des sommes d’argent phénoménales ont été transférées des fonds publics dans les poches bombées du 1% depuis le tout début de la crise Covid, ainsi qu’ils le reconnaissent :

« En avril 2020, juste au moment où la pandémie commençait à se propager dans le monde, les gouvernements du monde entier avaient annoncé des programmes de relance s’élevant à plusieurs milliers de milliards de dollars, comme si huit ou neuf plans Marshall avaient été mis en place presque simultanément ». (…)

La COVID-19 a réécrit de nombreuses règles du jeu entre les secteurs public et privé. […] La plus grande intrusion bienveillante (ou non) des gouvernements dans la vie des entreprises et la conduite de leurs affaires dépendra du pays et de l’industrie, prenant donc de nombreuses formes différentes ». […]

« Des mesures qui auraient semblé inconcevables avant la pandémie pourraient bien devenir la norme dans le monde entier alors que les gouvernements tentent d’empêcher la récession économique de se transformer en une dépression catastrophique.[…]

« De plus en plus, on demandera au gouvernement d’agir comme “payeur de dernier recours” pour prévenir ou endiguer la vague de licenciements massifs et de destructions d’entreprises déclenchées par la pandémie. Tous ces changements modifient les règles du “jeu” de la politique économique et monétaire. » (4)

Schwab et son collègue auteur se félicitent de la perspective de voir les pouvoirs accrus de l’État utilisés pour soutenir le profit des grandes entreprises.

« L’une des grandes leçons des cinq derniers siècles en Europe et en Amérique est la suivante : les crises aiguës contribuent à renforcer le pouvoir de l’État. Cela a toujours été le cas et il n’y a aucune raison qu’il en soit autrement avec la pandémie COVID-19 ».

« En regardant vers l’avenir, les gouvernements décideront très probablement, mais avec des degrés d’intensité différents, qu’il est dans le meilleur intérêt de la société de réécrire certaines des règles du jeu et d’accroître leur rôle de façon permanente ».

L’idée de réécrire les règles du jeu rappelle beaucoup le langage fasciste, tout comme, bien sûr, l’idée d’accroître en permanence le rôle de l’État dans l’aide au secteur privé.

En effet, il est intéressant de comparer la position de Schwab sur cette question avec celle du dictateur fasciste italien Benito Mussolini, qui a répondu à la crise économique en 1931 en lançant un organisme spécial d’urgence, L’Istituto mobiliare italiano, pour aider les entreprises.

Il a déclaré qu’il s’agissait d’ « un moyen de pousser énergiquement l’économie italienne vers sa phase corporative, c’est-à-dire un système qui respecte fondamentalement la propriété et l’initiative privée, mais qui les lie étroitement à l’État, qui seul peut les protéger, les contrôler et les nourrir ». (5)

Les soupçons sur la nature fasciste de la grande réinitialisation de Schwab sont confirmés, bien sûr, par les mesures policières étatiques qui ont été déployées à travers le monde entier pour assurer le respect des mesures « d’urgence » Covid. La pure force brute pure qui ne se trouve jamais très loin sous la surface du système capitaliste devient de plus en plus visible lorsqu’elle entre dans la phase fasciste et cela est très bien mis en évidence dans le livre de Schwab et Malleret.

Le mot « force » est utilisé à maintes reprises dans le contexte de la Covid-19. Parfois, c’est dans un contexte commercial, comme avec les déclarations selon lesquelles « la COVID-19 a forcé toutes les banques à accélérer une transformation numérique qui est maintenant là pour durer ». « La micro-réinitialisation obligera chaque entreprise de chaque secteur à expérimenter de nouvelles façons de faire des affaires, de travailler et de fonctionner ».

Mais parfois elle s’applique directement aux êtres humains, ou aux « consommateurs » comme Schwab et ses semblables préfèrent le penser.

« Pendant les confinements, de nombreux consommateurs auparavant réticents à l’idée de trop compter sur les applications et les services numériques, ont été contraints de changer leurs habitudes presque du jour au lendemain : regarder des films en ligne au lieu d’aller au cinéma, se faire livrer des repas au lieu d’aller au restaurant, parler à des amis à distance au lieu de les rencontrer en chair et en os, parler à des collègues sur un écran au lieu de bavarder à la machine à café, faire de l’exercice en ligne au lieu d’aller au gymnase, etc. […]

« Bon nombre des comportements techniques que nous avons été contraints d’adopter pendant les confinements deviendront plus naturels grâce à la familiarité. Au fur et à mesure que les distanciations sociales et physiques persistent, le fait de s’appuyer davantage sur les plateformes numériques pour communiquer, travailler, demander conseils ou commander quelque chose va, peu à peu, gagner du terrain sur des habitudes autrefois ancrées ».

Dans un système fasciste, les individus n’ont pas le choix de se conformer ou non à ses exigences, comme l’indiquent clairement Schwab et Malleret à propos de la “recherche de contacts” : « Aucune application volontaire de recherche des contacts ne fonctionnera si les personnes ne sont pas disposées à fournir leurs propres données personnelles à l’agence gouvernementale qui surveille le système; si une personne refuse de télécharger l’application (et donc de retenir des informations sur une éventuelle infection, ses mouvements et ses contacts), tout le monde en subira les conséquences ».

C’est, selon eux, un autre grand avantage de la crise Covid par rapport à la crise environnementale qui aurait pu être utilisée pour imposer leur nouvelle normalité : « Alors que pour une pandémie, une majorité de citoyens aura tendance à être d’accord avec la nécessité d’imposer des mesures coercitives, ils résisteront aux politiques contraignantes dans le cas de risques environnementaux dont les preuves peuvent être contestées ».

Ces « mesures coercitives », auxquelles nous sommes tous censés souscrire, impliqueront bien sûr des niveaux inimaginables de surveillance fasciste de nos vies, en particulier dans notre rôle d’esclaves salariés.

« L’évolution des entreprises va vers une plus grande surveillance; pour le meilleur ou pour le pire, les entreprises vont surveiller et parfois enregistrer ce que fait leur personnel. Cette tendance pourrait prendre de nombreuses formes différentes, de la prise de température corporelle avec des caméras thermiques à la surveillance, via une application, de la manière dont les employés respectent la distance sociale ».

Des mesures coercitives d’un type ou d’un autre sont également susceptibles d’être utilisées pour forcer les gens à prendre les vaccins Covid.

Schwab est profondément lié à ce monde, allant jusqu’à tutoyer Bill Gates et ayant été décrit par Henry McKinnell, président et PDG de Pfizer Inc, comme « une personne véritablement dévouée à une cause vraiment noble » . Il n’est donc pas surprenant qu’il insiste, avec Malleret, sur le fait qu'”un retour complet à la “normale” ne peut être envisagé avant qu’un vaccin soit disponible. »

« Le prochain obstacle est le défi politique consistant à vacciner suffisamment de personnes dans le monde (nous sommes collectivement aussi forts que le maillon le plus faible) avec un taux de conformité suffisamment élevé malgré la montée des antivax ».

Les « antivax » rejoignent ainsi la liste des menaces que Schwab fait peser sur son projet, aux côtés des manifestants anti-mondialisation et anticapitalistes, des Gilets Jaunes et de tous ceux qui sont engagés dans des « conflits de classe », la « résistance sociale » et le « contrecoup politique ».

La majorité de la population mondiale a déjà été exclue des processus de décision par le manque de démocratie que Schwab veut accentuer à travers sa domination corporative par les parties prenantes, sa “gouvernance agile”, sa “gestion systémique de l’existence humaine” totalitaire.

Mais comment envisage-t-il de faire face au « sombre scénario » des gens qui s’insurgent contre sa grande réinitialisation new-normaliste et sa quatrième révolution industrielle transhumaniste ? Quel degré de « force » et de « mesures coercitives » serait-il prêt à accepter pour assurer l’aube de sa nouvelle ère technocratique ?

La question est effrayante, mais nous devons également garder à l’esprit l’exemple historique du régime du 20e siècle dans lequel Schwab est né. La nouvelle normalité nazie d’Hitler était censée durer mille ans, mais s’est effondrée 988 ans avant l’objectif. Ce n’est pas parce qu’Hitler a dit, avec toute la confiance du pouvoir, que son Reich durerait un millénaire, qu’il en fut ainsi. Ce n’est pas parce que Klaus Schwab et Thierry Malleret et leurs amis disent que nous entrons maintenant dans la quatrième révolution industrielle et que notre monde sera changé à jamais, qu’il en est ainsi.

Nous n’avons pas à accepter leur nouvelle normalité. Nous ne sommes pas obligés d’accepter leurs propos alarmistes. Nous ne sommes pas obligés de prendre leurs vaccins. Nous n’avons pas à les laisser nous implanter des smartphones ou modifier notre ADN. Nous n’avons pas à marcher, muselés et soumis, tout droit dans leur enfer transhumaniste. Nous pouvons dénoncer leurs mensonges ! Exposer leur programme ! Refuser leur récit ! Rejeter leur idéologie toxique ! Résister à leur fascisme !

Klaus Schwab n’est pas un dieu, mais un être humain. Juste un homme âgé. Et ceux avec qui il travaille, l’élite capitaliste mondiale, sont peu nombreux. Leurs objectifs ne sont pas ceux de la grande majorité de l’humanité. Leur vision transhumaniste est répugnante pour presque tout le monde en dehors de leur petit cercle et ils n’ont pas le consentement pour la dictature technocratique qu’ils essaient de nous imposer.

C’est, après tout, la raison pour laquelle ils ont dû se donner tant de mal pour nous l’imposer sous le faux drapeau de la lutte contre un virus. Ils ont compris que sans la justification de l'”urgence”, nous n’allions jamais suivre leur plan diabolique.

Ils ont peur de notre pouvoir potentiel parce qu’ils savent que si nous nous levons, nous les vaincrons. Nous pouvons faire échouer leur projet avant même qu’il n’ait vraiment démarré. Nous sommes le peuple, nous sommes les 99%, et ensemble, nous pouvons récupérer notre liberté des mâchoires mortelles de la machine fasciste !

Winter Oak

Winter Oak est une organisation à but non lucratif qui se consacre à la diffusion d’informations et d’idées sur des questions sociales, environnementales et philosophiques.

Notes :

[1] Klaus Schwab with Nicholas Davis, Shaping the Future of the Fourth Industrial Revolution: A Guide to Building a Better World (Geneva: WEF, 2018), e-book.

[2] Klaus Schwab, The Fourth Industrial Revolution (Geneva: WEF, 2016), e-book.

[3] Kevin Warwick, I, Cyborg (London: Century, 2002), p. 4. See also Paul Cudenec, Nature, Essence and Anarchy (Sussex: Winter Oak, 2016).

[4] Klaus Schwab, Thierry Malleret, Covid-19: The Great Reset (Geneva: WEF, 2020), e-book. Edition 1.0.

[5] Benito Mussolini, cit. Pierre Milza and Serge Berstein, Le fascisme italien 1919-1945 (Paris: Editions de Seuil, 1980), p. 246.

Les interfaces cérébrales nous permettront de modifier nos sentiments

Le PDG de la société de jeux américaine Valve Corporation, Gabe Newell, déclare que son entreprise travaille sur un casque d’interface cerveau-ordinateur (BCI) qui pourrait rendre les jeux vidéo plus immersifs que jamais.

Dans une interview avec New Zealand 1 News, Newell a fait savoir que « l’expérience visuelle, la fidélité visuelle que nous serons capables de créer – le monde réel cessera d’être la métrique que nous appliquons à la meilleure fidélité visuelle possible – le monde réel semblera plat, incolore, flou par rapport aux expériences que vous pourrez créer dans le cerveau des gens. »

Valve collabore avec OpenBCI, une société spécialisée dans les biocapteurs, sur ce que Newell a appelé un “projet open source pour que tout le monde puisse disposer de technologies de lecture haute résolution [signal cérébral] intégrées dans les casques”.

« Là où ça devient bizarre, c’est quand ce que vous êtes devient modifiable via une interface neuronale directe”, a déclaré Newell. “Notre capacité à créer des expériences dans le cerveau des gens, qui ne sont pas transmises par leurs périphériques de chair, dépasseront tout ce qui est possible”.

La technologie pourrait permettre aux utilisateurs de modifier non seulement ce qu’ils voient, mais aussi leurs sentiments et leurs émotions. Par exemple, Newell a affirmé qu’un tel casque pourrait améliorer le sommeil. Plus tard, d’autres sentiments non désirés pourraient être supprimés ou totalement éliminés, une forme de thérapie digne de la science-fiction.

Pour finir, Newell ne pense pas que les BCI vont inonder le marché du jour au lendemain – notamment pour des raisons de sécurité – et il faudra encore de nombreuses années avant qu’un dispositif commercialisable n’émerge, même pour Valve.