“On ne reviendra jamais à la normale” #NewNormal

Dr Kerry Chant, responsable de la santé publique en Nouvelle-Galles du Sud fait encore parler d’elle. Rappelez-vous, c’est elle qui affirmait dernièrement suivre les indications du Nouvel Ordre Mondial.

Cette fois-ci, elle déclare qu’on ne reviendra jamais à la normale. Et que les boosters sont là pour rester.

Emmanuel Macron l’a dit lui-même en mars 2020 “plus rien ne sera comme avant“.
“Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent… le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant.”

New Normal

tolérer : Laisser se produire ou subsister (une chose qu’on aurait le droit ou la possibilité d’empêcher).

Empreinte anale : Des toilettes qui vous identifient par votre trou de balle

Au-delà de l’étrange… Des chercheurs veulent donner aux toilettes une nouvelle apparence intelligente. À la Stanford School of Medicine, le Wall Street Journal rapporte que des chercheurs sont en train de mettre au point un scanner capable de reconnaître l'”empreinte anale” unique de l’utilisateur, c’est-à-dire les “caractéristiques distinctives de son anoderme”, c’est-à-dire la peau du canal anal.

Pour y parvenir, ils ont installé une caméra à l’intérieur d’une cuvette de toilettes et utilisé des algorithmes d’apprentissage automatique pour associer des échantillons de selles à des utilisateurs spécifiques. Le système peut même calculer “le débit et le volume de l’urine en utilisant la vision par ordinateur comme un débitmètre urinaire”, selon une publication de 2020.

Sonia Grego, cofondatrice de Coprata, une startup de surveillance physiologique affiliée à l’université de Duke, veut révolutionner notre façon de faire en analysant des échantillons de vos selles et de vos urines pour détecter des indicateurs de santé, notamment des maladies chroniques et même des cancers, rapporte The Guardian.

Une autre société, Toi Labs, a poussé cette idée un peu plus loin avec son siège de toilette intelligent TrueLoo, qui recueille une sélection encore plus large de données biométriques.

“Quel est leur poids ? Comment sont-ils assis sur le siège ?”, a déclaré le fondateur Vik Kashyap au Guardian. Le siège peut ensuite analyser des échantillons de selles “en utilisant des méthodes optiques, en regardant des choses comme le volume, la clarté, la cohérence, la couleur.”

Ces dispositifs sont principalement destinés aux personnes âgées.

“Il s’agit essentiellement de comprendre quand une personne présente des schémas anormaux, puis d’être capable de documenter ces schémas et de fournir des rapports qui peuvent être utilisés par les médecins pour aider au traitement d’une variété de conditions”, a déclaré Kashyap.

La collecte de données sur des échantillons de selles et d’urine permet de révéler de nombreuses informations personnelles, jusqu’à la consommation de médicaments – illicites ou prescrits – et des détails sur la santé des personnes. Si tout cela vous préoccupe sur le plan de la vie privée, les scientifiques précisent que les données relatives à vos anus sont toutes “stockées et analysées sur un serveur de cloud crypté”.

« Imaginez un monde où les toilettes intelligentes des bureaux seraient capables de dire quels employés sont enceintes, se droguent ou risquent de souffrir de troubles physiques ou mentaux, ce qui impliquerait qu’ils sont potentiellement moins productifs ou sur le point de s’absenter du travail ».

Un scénario inquiétant est que les compagnies d’assurance pourraient s’emparer de ces données et commencer à proposer des traitements préférentiels à des personnes par ailleurs en bonne santé.

“Dès que l’on commence à mesurer quelque chose qui appartient au corps, la frontière de la vie privée est franchie”, a déclaré Phil Booth, coordinateur de MedConfidential.

Êtes-vous prêt à partager votre empreinte anale avec les grandes technologies ?

Vous n’aurez aucune intimité mais vous serez heureux…

Il est clair que l’authentification anale ne fonctionnera pas pour les paiements #fintech ^_^

Bref, cela ressemble à une belle idée de merde, sans mauvais jeux de mots.

The Guardian

L’augmentation humaine militaire sera nécessaire

Le scientifique en chef de la toute nouvelle US Space Force a déclaré que l’augmentation humaine ne tarderait pas à arriver.

Le Dr Joel Mozer, qui s’exprimait lors d’un événement au Airforce Research Laboratory, a déclaré qu’il était “impératif” que les États-Unis surpassent leurs adversaires en étant à la pointe de l'”augmentation humaine” dans la technologie militaire.

“Au siècle dernier, la civilisation occidentale est passée d’une société industrielle à une société de l’information, mais aujourd’hui, nous sommes à l’aube d’une nouvelle ère : celle de l’augmentation humaine”, a déclaré Mozer. “Dans le domaine de la défense nationale, il est impératif que nous nous engagions dans cette nouvelle ère, sous peine de prendre du retard sur nos concurrents stratégiques”.

Mozer, dont la carrière s’est déroulée en grande partie au sein de l’armée de l’air américaine, où il a développé des technologies de vol spatial, a prévenu que des progrès “inimaginables” seront réalisés au cours de la prochaine décennie, citant les avancées en matière d’intelligence artificielle déjà réalisées par des programmes comme AlphaGo de Google.

Le scientifique de la Space Force a ajouté que l’IA pourrait un jour développer des tactiques et des stratégies militaires qu'”aucun humain ne pourrait développer”, et que des programmes ou des machines “autonomes” pourraient conseiller les commandants en temps réel.

“L’IA pourrait un jour créer des programmes qui conçoivent des lignes d’attaque trop complexes pour être comprises par les humains, a souligné Mozer. Cela s’étendra au champ de bataille, où les commandants et les décideurs auront à leur disposition de multiples agents autonomes, chacun pouvant contrôler l’exécution de tâches telles que la reconnaissance, le contrôle du tir ou l’attaque”, ajoute Mozer.

Il a averti que “nous devons réfléchir attentivement à l’éthique de tout cela, et à la façon dont nous ferons confiance à ces agents autonomes, en particulier à l’ère de la guerre autonome mortelle”.

Concernant l’augmentation humaine, il a suggéré que la technologie d’augmentation pourrait éventuellement produire une “main-d’œuvre surhumaine”, qui utilise des technologies telles que “la réalité augmentée, la réalité virtuelle et la stimulation nerveuse”.

Vous pouvez mettre un individu dans un état de flux, où l’apprentissage est optimisé et la mémorisation est maximisée”, a-t-il déclaré. Cet individu pourrait être transformé en une personne au potentiel très élevé.

DailyMailMetro UK

La France va débuter les recherches sur le soldat augmenté
Le soldat augmenté – Regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat

Le gouvernement canadien embrasse ouvertement le transhumanisme

Le texte et les diapositives qui suivent sont tirés directement de l’organisation du gouvernement fédéral du Canada, Horizons de politiques Canada. Il s’agit de transhumanisme et de technocratie purs qui visent à “l’intégration physique complète des entités biologiques et numériques” afin de “modifier l’être humain – notre corps, notre esprit et notre comportement“.

Qu’arrive-t-il lorsque la biologie et les technologies numériques fusionnent ?

Dans les années à venir, les technologies bionumériques pourraient être intégrées dans nos vies de la même manière que les technologies numériques le sont présentement. La convergence des systèmes biologiques et numériques pourraient changer notre manière de travailler, de vivre et même d’évoluer en tant qu’espèce. Plus qu’un changement technologique, cette convergence bionumérique pourrait transformer notre compréhension de nous-mêmes et nous amener à redéfinir ce que nous considérons comme humain ou naturel.

La convergence bionumérique pourrait avoir des répercussions profondes sur notre économie, nos écosystèmes et notre société. En nous tenant prêts à l’appuyer, tout en gérant les risques qui en découlent avec soin et en faisant preuve de sensibilité, nous serons en meilleure position pour gérer les considérations sociales et éthiques et pour orienter les conversations concernant les politiques et la gouvernance.

Guidé par son mandat, Horizons de politiques Canada (Horizons de politiques) souhaite amorcer un dialogue éclairé et utile sur les avenirs plausibles de la convergence bionumérique et sur les questions de politiques qui pourraient émerger. Dans ce premier document, nous définissons et explorons la convergence bionumérique – l’importance de l’explorer maintenant, ses caractéristiques, les nouvelles capacités qui pourraient en découler et quelques répercussions initiales sur les politiques. Nous voulons amorcer un dialogue avec un large éventail de partenaires et d’intervenants sur la forme que pourrait prendre notre avenir bionumérique, sur les répercussions que cette convergence pourrait avoir sur les secteurs et les industries, ainsi que sur l’évolution possible de notre relation avec la technologie, avec la nature et même avec la vie.

Qu’est-ce que la convergence bionumérique ?

La convergence bionumérique est l’association interactive, parfois au point de fusion, des technologies et des systèmes numériques, d’une part, et biologiques d’autre part. Horizons de politiques explore trois différentes voies de convergence.

Téléchargez le PDF pour poursuivre la lecture : Explorer la convergence bionumérique

convergence bionumérique

Qu’est-ce que la convergence bionumérique?

Dans cette vidéo, ils parlent de la convergence envisageable du numérique et du vivant, et de ses effets potentiels sur notre vie quotidienne.

Transcription

NARRATEUR : Les technologies numériques et les systèmes biologiques ont commencé à s’imbriquer et à fusionner de manières qui pourraient bouleverser nos hypothèses au sujet de la société, de l’économie, et du corps humain. C’est ce que nous appelons la convergence bionumérique.

Au cours des quarante dernières années, l’économie s’est transformée avec l’évolution numérique des technologies de l’information comme l’lnternet, les téléphones intelligents, les applis, et l’analyse de mégadonnées. La convergence bionumérique pourrait changer la façon dont nous concevons et produisons des biens, révolutionner les soins de santé et l’agriculture, modifier notre environnement, et même changer la façon dont l’être humain évolue en tant qu’espèce.

Aujourd’hui, de nombreuses innovations accélèrent ces changements, mais quels sont les éléments clés à surveiller?

Quelles nouvelles capacités bionumériques pourraient complètement transformer le monde?

AVALYNE DIOTTE : Je suis Avalyne.

MARCUS BALLINGER : Je m’appelle Marcus Ballinger.

ERIC WARD : Je m’appelle Eric Ward.

KRISTEL VAN DER ELST : Je suis Kristel Van der Elst.

PIERRE-OLIVIER DESMARCHAIS : Je m’appelle Pierre-Olivier Desmarchais.

MARCUS : L’idée du bionumérique, c’est vraiment celle de la convergence de deux domaines qu’on considère souvent comme séparés. En gros, on prend quelque chose de biologique et quelque chose de numérique et combine les deux.

Comme la « DragonflEye » par exemple, ce qu’ils font, c’est qu’ils prennent une libellule, donc une entité biologique, et ils lui mettent une puce sur le dos et ils le relient à un capteur qui permet de stimuler les nerfs de l’entité biologique et de contrôler la libellule. C’est une intégration simple de deux choses, assez évidente pour tout le monde.

L’autre, c’est celle où il y a d’énormes avancées dans un domaine qui dépendent d’avancées dans d’autres disciplines. Par exemple, on sait maintenant que les gènes activent ou désactivent des choses, mais on ne sait cela que parce que nous avons des technologies numériques énormes qui permettent de séquencer le génome. On peut utiliser l’intelligence artificielle pour repérer les bons gènes, donc on n’aurait pas pu avoir ces avancées en biologie sans les avancées du numérique.

La troisième possibilité, c’est une convergence plus conceptuelle. On pensait que la vie était plutôt aléatoire et imprévisible, quelque chose de mystérieux. Par contre on considérait les technologies numériques comme hautement prévisibles et précises, on programme un ordinateur pour une tâche particulière, et il n’en dévie pas du tout.

Ce qu’on observe dans cette convergence, c’est qu’on comprend maintenant la biologie. En fait, elle est beaucoup plus prévisible, beaucoup plus proche du numérique, on peut programmer des séquences génétiques ou programmer l’ADN pour faire des tâches spécifiques, donc on peut programmer des organismes d’une façon comparable à ce qu’on faisait pour les machines.

À l’inverse, on constate que les technologies numériques deviennent plus complexes, comme l’intelligence artificielle par exemple, qui se comporte parfois de façon inattendue. À bien des points de vue, elle commence à ressembler à ce qu’on pensait de la biologie, imprévisible, aléatoire, donc quand on y regarde de plus près, on peut voir ça comme l’intégration ou la synthèse de ces deux concepts, plutôt que comme deux éléments séparés.

PIERRE-OLIVIER : Une des idées qui m’a surpris le plus, c’est sans doute l’année dernière, le chercheur chinois qui a donné naissance à ce qu’on appelle les « jumelles CRISPR », qui est une technologie, une biotechnologie qui permet de modifier l’ADN in vitro, et on peut commencer à s’imaginer, au cours des dix à quinze prochaines années, où est-ce que cette technologie-là pourrait nous mener, dans une optique où on pourrait peut-être éliminer certaines maladies et immuniser le corps humain au points d’une génération complète contre certaines maladies. Et aussi c’est la possibilité de personnaliser l’humain dans le futur.

AVALYNE : L’une des choses les plus étranges que j’ai mis du temps à vraiment comprendre, c’est la biologie synthétique, le café moléculaire, par exemple, quand j’ai fait des recherches sur une entreprise à Seattle qui fait du café sans grains. Ils abordent ça du point de vue environnemental, et il y a beaucoup de mouvement dans le bionumérique autour de la durabilité, et ça va de la viande imprimée en 3D, imprimer une poitrine de poulet dans votre cuisine au lieu de l’acheter à la ferme et faire du café synthétique, sans les grains.

MARCUS : Je crois qu’une des choses les plus bizarres était un robot dans lequel on avait implanté des cellules cérébrales. Il n’est pas conscient au même sens que nous, mais il semble prendre des décisions, le cerveau semble décider où envoyer le robot. Je trouve ça vraiment bizarre.

ERIC : Au cours de nos recherches prospectives, nous avons vu émerger l’intégration de nos technologies informatiques en réseau et des systèmes biologiques qui ont évolué sur Terre, et l’apparition d’une troisième entité, quelque chose de nouveau. C’est ça que nous voulons explorer par la prospective.

AVALYNE : Ça pourrait chambouler beaucoup de choses, avec les levures et les bactéries, on peut tout faire à partir de levures. On commence à voir que les gens peuvent fabriquer des choses à la maison qui auraient pris tout un laboratoire de recherche, et c’est ce qui est si intéressant dans le bionumérique, c’est qu’il est accessible.

KRISTEL : Nous pensons que la convergence entre les systèmes biologiques et les systèmes numériques en est au même point où étaient les technologies numériques dans les années 80. Donc, cette convergence bionumérique ouvre la voie à des façons entièrement nouvelles de nous changer, nos corps, notre esprit, nos comportements. Cela nous permet aussi de changer nos écosystèmes, de créer de nouveaux organismes. Nous pourrons aussi d’une façon différente, percevoir, stocker, traiter et transmettre des informations. Nous pourrons aussi restructurer différemment les chaînes d’approvisionnement et la production.

Nous pensons que dans les années qui viennent, nous pourrons avoir une intégration de cette technologie bionumérique, tout comme le sont maintenant les technologies numériques. Nous pouvons aussi être amenés à nous poser des questions sur ce que ça veut dire d’être humain, ce qui est naturel. Par conséquent, vu l’ampleur des implications de la convergence bionumérique, nous devons commencer à réfléchir à ce qui est possible, à ce qu’on veut voir dans le futur pour que nous puissions construire un futur bionumérique que nous voulons.

ERIC : Ce que j’espère pouvoir attendre de cette étude, c’est de faire ressortir une image assez précise d’avenirs plausibles de la convergence bionumérique pour le Canada. J’ai beaucoup d’espoir pour la prochaine génération et ce qu’elle pourra accomplir à mesure que la convergence bionumérique évoluera.

Pendant les décennies des technologies de l’information, nous nous sommes surtout concentrés sur l’économie du savoir. Si on veut éviter de se tromper à l’époque du bionumérique, dans les choix que nous ferons, les connaissances ne suffiront pas. Il faudra aussi de la sagesse.

KRISTEL : La convergence bionumérique aura des impacts sur différentes industries et sur plein de domaines politiques. Pour un analyste, il serait intéressant de commencer à regarder ce qui pourrait arriver. En quoi est-ce que ça impacte en fait mon domaine de responsabilité ? Est ce qu’il y a des changements dans le futur pour lesquels il faut que je me prépare ? Est ce qu’il y a besoin de nouvelles lois qui doivent être créées ? Est ce qu’il y a besoin de changements dans les stratégies politiques afin d’arriver à nos buts ? Est ce qu’il y a des investissements à considérer pour pouvoir saisir les opportunités qui viennent de cette convergence ?

Ou est ce qu’il y a des conversations avec la société qu’on doit mener pour savoir ce que la société veut et comment on peut se préparer justement pour saisir les opportunités sans tomber dans les conséquences inattendues d’une convergence pareille.

La Grande Réinitialisation a un but précis

Il s’agit d’une prise de contrôle de la gouvernance mondiale par les entreprises, qui concerne notre alimentation, nos données et nos vaccins.

Les théories du complot sur le “Grand Reset” ne semblent pas vouloir mourir. Ces théories ont été déclenchées par le sommet du Forum économique mondial (WEF) de l’année dernière, qui avait pour thème “The Great Reset” (la grande réinitialisation) et affirmait que la crise du COVID était l’occasion de s’attaquer aux problèmes majeurs auxquels le monde est confronté. Selon la BBC, le terme “Great Reset” a reçu plus de huit millions d’interactions sur Facebook et a été partagé près de deux millions de fois sur Twitter depuis le lancement de l’initiative du WEF.

L’ensemble des théories du complot autour du Grand Reset sont nébuleuses et difficiles à cerner, mais en les rassemblant, on obtient quelque chose comme ceci : le Grand Reset est le plan de l’élite mondiale pour instaurer un ordre mondial communiste en abolissant la propriété privée tout en utilisant le COVID-19 pour résoudre le problème de la surpopulation et en asservissant ce qui reste de l’humanité avec les vaccins.

Intrigué par les palabres qui ont entouré le sommet de l’année dernière, j’ai décidé de découvrir ce qu’était réellement le plan du WEF intitulé “Great Reset”. Au cœur des théories du complot se trouvent les supposés agendas secrets et les intentions malveillantes. Bien que ces éléments soient absents de l’initiative Great Reset du WEF, j’ai trouvé quelque chose de presque aussi sinistre qui se cachait au grand jour. En fait, c’est encore plus sinistre car c’est réel et cela se passe maintenant. Et cela concerne des choses aussi fondamentales que notre alimentation, nos données et nos vaccins.

La vraie Grande Réinitialisation

Les mots magiques sont “capitalisme des parties prenantes“, un concept que le président du WEF, Klaus Schwab, martèle depuis des décennies et qui occupe une place de choix dans le plan du WEF “Great Reset” à partir de juin 2020. L’idée est que le capitalisme mondial doit être transformé afin que les entreprises ne se concentrent plus uniquement sur le service aux actionnaires mais deviennent les gardiens de la société en créant de la valeur pour les clients, les fournisseurs, les employés, les communautés et autres “parties prenantes” (stakeholders). Selon le WEF, le capitalisme des parties prenantes s’exerce par le biais d’une série de “partenariat à multi-parties prenantes” réunissant le secteur privé, les gouvernements et la société civile dans tous les domaines de la gouvernance mondiale.

Partie IV Grand Reset, Capitalisme des parties prenantes vs néolibéralisme

L’idée du capitalisme des parties prenantes et des partenariats multi-parties prenantes peut sembler sympathique, jusqu’à ce que l’on se rende compte qu’il s’agit en fait de donner plus de pouvoir aux entreprises sur la société, et moins aux institutions démocratiques.

Le plan à l’origine de la Grande Réinitialisation était appelé Global Redesign Initiative. Rédigée par le WEF après la crise économique de 2008, cette initiative contient un rapport de 600 pages sur la transformation de la gouvernance mondiale. Dans la vision du WEF, “the government voice would be one among many, without always being the final arbiter“. Les gouvernements ne seraient qu’une partie prenante parmi d’autres dans un modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes. Harris Gleckman, chercheur principal à l’université du Massachusetts, décrit le rapport comme “la proposition la plus complète de refonte de la gouvernance mondiale depuis la création des Nations unies pendant la Seconde Guerre mondiale”.

“Les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale”.

Qui sont ces autres parties prenantes, non gouvernementales ? Le WEF, mieux connu pour sa réunion annuelle de personnes fortunées à Davos, en Suisse, se décrit comme une organisation internationale pour la coopération public-privé. Les partenaires du WEF comprennent certaines des plus grandes entreprises du secteur pétrolier (Saudi Aramco, Shell, Chevron, BP), de l’alimentation (Unilever, The Coca-Cola Company, Nestlé), de la technologie (Facebook, Google, Amazon, Microsoft, Apple) et des produits pharmaceutiques (AstraZeneca, Pfizer, Moderna).

Au lieu que les entreprises soient au service de nombreuses parties prenantes, dans le modèle de gouvernance mondiale à multi-parties prenantes, les entreprises sont promues au rang de parties prenantes officielles dans le processus décisionnel mondial, tandis que les gouvernements sont relégués au rang de parties prenantes parmi d’autres. Dans la pratique, les entreprises deviennent les principales parties prenantes, tandis que les gouvernements jouent un rôle de second plan et que la société civile n’est qu’une façade.

L’écosystème des multi-parties prenantes

L’exemple le plus symbolique de ce changement est peut-être l’accord de partenariat stratégique controversé que les Nations unies (ONU) ont signé avec le WEF en 2019. Harris Gleckman décrit cela comme une démarche visant à transformer l’ONU en un partenariat public-privé, en créant une place spéciale pour les entreprises au sein de l’ONU.

Le modèle des multi-parties prenantes est déjà en cours de construction. Ces dernières années, un écosystème en constante expansion de groupes multi-parties prenantes s’est étendu à tous les secteurs du système de gouvernance mondiale. Il existe désormais plus de 45 groupes multi-parties prenantes au niveau mondial qui fixent des normes et établissent des lignes directrices et des règles dans toute une série de domaines. Selon Gleckman, ces groupes, qui n’ont aucune responsabilité démocratique, sont constitués d’acteurs privés (grandes entreprises) qui “recrutent leurs amis au sein du gouvernement, de la société civile et des universités pour qu’ils les rejoignent dans la résolution des problèmes publics”.

Le multi-stakeholderism est la mise à jour par le WEF du multilatéralisme, qui est le système actuel par lequel les pays travaillent ensemble pour atteindre des objectifs communs. L’institution centrale du système multilatéral est l’ONU. Le système multilatéral est souvent accusé à juste titre d’être inefficace, trop bureaucratique et biaisé en faveur des nations les plus puissantes. Mais il est au moins théoriquement démocratique, car il réunit des dirigeants de pays démocratiquement élus pour prendre des décisions dans l’arène mondiale.

Au lieu de réformer le système multilatéral pour renforcer la démocratie, la vision du WEF de la gouvernance multi-parties prenantes implique de supprimer davantage la démocratie en mettant les gouvernements sur la touche et en plaçant des “parties prenantes” non élues – principalement des entreprises – à leur place lorsqu’il s’agit de prendre des décisions au niveau mondial.

En termes clairs, les partenariats à multi-parties prenantes sont des partenariats public-privé sur la scène mondiale. Ils ont des répercussions concrètes sur l’organisation de nos systèmes alimentaires, la gouvernance des grandes technologies et la distribution de nos vaccins et médicaments.

L’avenir de l’alimentation

À l’automne 2021, l’ONU doit accueillir à Rome le Sommet mondial sur les systèmes alimentaires (FSS). Cet événement est nécessaire, étant donné que 3,9 milliards de personnes – plus de la moitié de la population mondiale – luttent actuellement contre la faim et la malnutrition, alors qu’il y a suffisamment de nourriture pour nourrir le monde. Toutefois, le sommet de cette année diffère sensiblement des précédents sommets des Nations unies sur l’alimentation, puisqu’il adopte une “inclusion multi-parties prenantes“, dans laquelle le secteur privé joue “un rôle important“. Une note conceptuelle de 2019 montrait que le WEF devait être impliqué dans l’organisation du sommet, bien qu’il ne soit pas clair aujourd’hui quel sera le rôle du WEF.

“L’abandon des pesticides n’est pas sur la table. Comment cela est-il possible ?”, demande Sofia Monsalve de FIAN International, une organisation de défense des droits de l’homme axée sur l’alimentation et la nutrition. “Il n’y a aucune discussion sur la concentration des terres ou sur la nécessité de tenir les entreprises responsables de leurs abus en matière d’environnement et de conditions de travail.” Cette situation s’inscrit dans un contexte plus large où, selon Monsalve, les grandes entreprises, qui dominent le secteur alimentaire, sont réticentes à corriger le système de production. “Elles veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

FIAN International, ainsi que 300 autres organisations, ont exprimé leurs inquiétudes au sujet de la configuration multi-parties prenantes dans une lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU, António Guterres. Lors d’une réunion avec les groupes de la société civile qui ont signé la lettre, Amina Mohammed, la secrétaire générale adjointe des Nations unies, leur a assuré que des garanties solides empêcheraient les entreprises de s’emparer de l’événement, “en autorisant uniquement les plateformes ou les réseaux et aucune entreprise unique à participer au sommet”.

Mais pour Monsalve, “cela ne fait qu’empirer les choses. Désormais, les entreprises peuvent protéger leurs intérêts et se cacher derrière ces plateformes, car on ne sait pas très bien qui s’y trouve.” En effet, la liste des entreprises partenaires est introuvable sur le site officiel. Les organisateurs de la FSS ont été contactés pour un commentaire mais n’avaient pas répondu au moment de la publication.

Les signataires de la lettre craignent qu’avec la participation des entreprises au sommet, l’alimentation continue d’être traitée “comme une marchandise et non comme un droit humain”. S’ils restent inchangés, les systèmes alimentaires industriels continueront à avoir des impacts irréversibles sur notre santé et celle de notre planète.

Les Big Tech gouvernent les Big Tech

Un autre jalon dans le développement du capitalisme des parties prenantes se trouve dans le secteur des Big Tech. Dans le cadre de sa feuille de route 2020 pour la coopération numérique, le secrétaire général des Nations unies a appelé à la création d’un nouvel “organisme de haut niveau stratégique et autonome composé de multiples parties prenantes“. Là encore, il n’est pas facile de trouver une liste des parties prenantes, mais après quelques recherches, on trouve une longue liste de “participants aux tables rondes”, dont Facebook, Google, Microsoft et le WEF.

Bien que les fonctions de ce nouvel organisme soient assez vagues, les organisations de la société civile craignent qu’il ne s’agisse pour les grandes entreprises technologiques de créer un organisme mondial pour se gouverner elles-mêmes. Cela risque d’institutionnaliser la résistance de ces entreprises à une réglementation efficace, tant au niveau mondial que national, et d’accroître leur pouvoir sur les gouvernements et les organisations multilatérales. Si l’organisme se concrétise, il pourrait s’agir d’une victoire décisive dans la guerre que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) livrent actuellement aux gouvernements au sujet de l’évasion fiscale, des règles antitrust et de leur pouvoir toujours plus grand sur la société.

Plus de 170 groupes de la société civile du monde entier ont signé une nouvelle lettre ouverte au secrétaire général de l’ONU – cette fois pour empêcher la formation de l’organe de gouvernance numérique. Le secrétaire général a été sollicité pour un commentaire mais n’avait pas répondu au moment de la publication.

COVAX

Et puis il y a COVAX. L’initiative COVAX vise à “accélérer le développement et la fabrication des vaccins COVID-19, et à garantir un accès juste et équitable pour tous les pays du monde”. Là encore, cela semble merveilleux, surtout si l’on considère les inégalités criantes entre les pays riches et les pays en développement en matière de vaccination.

Mais pourquoi l’Organisation mondiale de la santé (OMS), qui fait partie de l’ONU, ne prend-elle pas les choses en main ? “Les pays sont censés prendre ensemble, par l’intermédiaire d’agences multilatérales comme l’OMS, des décisions sur les questions de santé mondiale, avec peut-être un soutien technique de la part des autres”, explique Sulakshana Nandi, de l’ONG People’s Health Movement, qui a récemment publié un document d’orientation sur COVAX.

“Ils veulent juste trouver de nouvelles opportunités d’investissement”.

COVAX a été créé en tant que groupe multi-parties prenantes par deux autres groupes multi-parties prenantes, GAVI (the Vaccine Alliance) et CEPI (the Coalition for Epidemic Preparedness Innovations), en partenariat avec l’OMS. GAVI et CEPI ont tous deux des liens étroits avec le Forum économique mondial (qui a été l’un des fondateurs du CEPI) ainsi qu’avec la Fondation Bill et Melinda Gates, et tous deux sont également liés à des entreprises telles que Pfizer, GlaxoSmithKline, AstraZeneca et Johnson & Johnson par le biais de partenariats avec des fabricants (GAVI) ou en tant que “supporters” (CEPI). Même si COVAX est financé principalement par les gouvernements, ce sont ces coalitions centrées sur les entreprises qui supervisent son déploiement.

Le contraste entre l’approche multi-parties prenantes et une approche multilatérale “classique” a été mis en évidence lorsque l’Afrique du Sud et l’Inde ont proposé la dérogation ADPIC (Agreement on Trade-Related Aspects of Intellectual Property Rights : TRIPS) à la fin de l’année dernière. Ils ont demandé une levée temporaire des règles de propriété intellectuelle sur toutes les technologies COVID-19 afin de stimuler la fabrication et la distribution de vaccins et d’autres produits médicaux essentiels dans les pays principalement en développement. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré dans un discours qu’il soutenait la proposition. “Mais GAVI, la Fondation Bill et Melinda Gates – voire Bill Gates lui-même – et Big Pharma se sont opposés très fermement à cette proposition”, a déclaré Nandi. “Il est plus important pour eux de protéger leurs intérêts et les mécanismes du marché que de protéger la santé universelle ou de protéger les gens du COVID.” L’OMS a été sollicitée pour un commentaire mais n’a pas répondu.

Là encore, le choix est rude entre une approche axée sur les droits de l’homme et menée par l’ONU et une approche axée sur le profit et menée par des organismes multi-parties prenantes représentant les intérêts des entreprises. Dans le cas de COVAX – qui ne parvient pas à atteindre son objectif modeste de vacciner 20 % de la population des pays à faible et moyen revenu – la première l’a emporté.

Développer le capitalisme des parties prenantes

Ainsi, même si le WEF (ou Bill Gates) n’est pas responsable de la pandémie de COVID, même si les vaccins ne sont pas dotés de micropuces pour contrôler nos pensées, il se passe vraiment quelque chose dans la gouvernance mondiale. Si vous tenez à votre droit à la santé publique, à la vie privée, à l’accès à une alimentation saine ou à la représentation démocratique, méfiez-vous des mots “capitalisme des parties prenantes” lorsqu’ils apparaîtront au prochain sommet de Davos.

Le WEF a été sollicité pour commenter les questions soulevées dans cet article, mais n’a pas répondu au moment de la publication.

Ivan Wecke un politologue et écrivain
This article is published under a Creative Commons Attribution-NonCommercial 4.0 International licence.

Le guide du certificat COVID (statut vaccinal) de l’OMS

L’Organisation mondiale de la santé a publié ses directives techniques et de mise en œuvre pour les certificats de vaccination COVID-19. Ces conseils sont fondés sur le mandat de l’OMS, qui est de soutenir les soins de santé plutôt que l’activité économique. L’organisation part notamment du principe que les États membres décideront eux-mêmes de la manière d’identifier les détenteurs de certificats.

Le document de l’OMS intitulé “Digital documentation of COVID-19 certificates : vaccination status : technical specifications and implementation guidance” (Documentation numérique des certificats COVID-19 : statut vaccinal : spécifications techniques et conseils de mise en œuvre) est divisé en sections consacrées aux considérations éthiques et à la protection des données, aux scénarios de continuité des soins et de preuve de vaccination, à l’ensemble des données de base, à l’architecture fiduciaire nationale, aux considérations de gouvernance nationale et aux considérations de mise en œuvre.

Il s’agit d’une orientation provisoire, qui fait partie d’une série comprenant des orientations distinctes sur la documentation des résultats de tests et la récupération du COVID.

Les principes clés qui sous-tendent l’ensemble de données de base sont la minimisation des données, les normes ouvertes, les mises en œuvre papier et numériques, et l’idée que tous les éléments de données ne doivent pas nécessairement se trouver sur le certificat de données ; l’ensemble de données de base lui-même se compose d’un en-tête, des détails de l’événement de vaccination et des métadonnées du certificat.

La proposition de documentation numérique des certificats COVID-19 (DDCC) partageant le statut vaccinal est basée sur une infrastructure à clés publiques (PKI) et des codes-barres ou des QR codes.

Le guide réitère que le but du projet est uniquement de soutenir l’attestation indiquant que la vaccination a eu lieu, plutôt que de servir de passeport d’immunité ou de permission.

Les certificats peuvent être imprimés sur un document analogique, comme sur un certificat papier manuscrit ou une impression PDF, ou stockés sur un smartphone.

DDCCVS Comment fonctionne la vérification des signatures numériques certificats COVID-19. Credit : WHO

Le guide stipule que la DDCC:VS n’est pas un document d’identité, et bien qu’un identifiant unique soit recommandé, un nom et une date de naissance sont des données biographiques suffisantes pour répondre à la spécification proposée. Les données biométriques sont mentionnées parmi les données personnelles facultatives.

Les recommandations de l’OMS sur les certificats COVID ne couvraient à l’origine qu’un cas d’utilisation de la continuité des soins, et l’extension des certificats aux “passeports santé” analogiques ou numériques introduit une nouvelle série de problèmes éthiques, que ces recommandations examinent.

Il s’agit notamment de la probabilité de fraude, et si des “mécanismes anti-fraude” intégrés figurent parmi les recommandations du document, la nature de ces mécanismes n’est pas mentionnée, si ce n’est qu’ils doivent fonctionner sans l’utilisation d’une quelconque technologie numérique.

Bien que les recommandations indiquent que la liaison d’identité des certificats peut être étendue pour répondre à des normes telles que celles de l’OACI pour les voyages internationaux, l’approche de l’OMS contraste avec celles qui sont axées sur le cas d’utilisation du passeport numérique pour la santé, qui nécessite des recommandations spécifiques sur la manière dont l’aspect identité numérique doit fonctionner.

Digital documentation of COVID-19 certificates: vaccination status: technical specifications and implementation guidance
Digital documentation of COVID-19 certificates: vaccination status: web annex A: DDCC:VS core data dictionary
Digital documentation of COVID-19 certificates: vaccination status: technical specifications and implementation guidance, web annex B: technical briefing

L’authentification numérique française arrive sur les smartphones

La France intègre sa carte nationale d’identité électronique, la CNIe, aux smartphones pour permettre aux citoyens français d’effectuer des transactions en ligne, grâce à une collaboration avec Idemia.

L’Agence Nationale des Titres Sécurisés (ANTS) a choisi Idemia pour construire le système d’authentification, qui donne aux titulaires de CNIe la possibilité de répondre aux demandes d’authentification en plaçant leur carte d’identité au dos de leur smartphone pour faciliter une connexion NFC. L’application mobile lira et authentifiera les données personnelles contenues dans la puce de la carte.

L’identifiant numérique basé sur un smartphone sera bientôt disponible pour l’authentification à des centaines de services en ligne sécurisés, le système sera certifié par l’Agence Nationale de la Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI).

La version actualisée de CNIe a été lancée en août et le nouveau système sera doté d’un certificat de sécurité de premier niveau délivré par l’ANSSI afin de se conformer aux règlements eIDAS de l’UE pour les niveaux de sécurité “substantiel” et “élevé”.

“En tant qu’entreprise française, nous sommes extrêmement fiers de travailler sur le programme national d’identification numérique”, commente Pierre Lelièvre, Vice-président principal d’Idemia ID numérique. “La nouvelle CNIe, avec sa puce hautement sécurisée, est un excellent exemple de la combinaison d’un document d’identité physique et d’une identité numérique pour accéder en toute sécurité à des services en ligne.”

Le système français d’identification numérique repose sur la plateforme FranceConnect, qui compte déjà 28 millions d’utilisateurs et 900 prestataires de services participants, indique Idemia.

La quatrième révolution industrielle de Klaus Schwab

Intelligence artificielle et transhumanisme

Dans une émission de la Radio Télévision Suisse diffusée le 10 janvier 2016, Dairus Rochebin reçoit Klaus Schwab, président et fondateur du WEF, pour parler de son nouveau livre la quatrième révolution industrielle.

Il a déclaré que cette quatrième révolution industrielle conduira à une fusion des mondes physique, biologique et numérique.

Schwab se plaît à dire que le Covid et le Grand Reset annoncé par le Forum économique mondial en juillet de l’année dernière, obligeront les gens à interagir avec les machines de manière nouvelle et différente.

Klaus Schwab est un grand partisan du transhumanisme, il prévoit l’implantation de puces sur les vêtements puis sous la peau ou dans le cerveau d’ici 2026, pour établir une “communication directe entre notre cerveau et le monde digital”. Il défend et promeut l’avènement de l’intelligence artificielle. Il parle aussi de longévité. Tout un programme.

Dans son livre, il affirme que le moment est proche où les développements technologiques vont non seulement “changer la façon dont nous vivons et travaillons”, mais vont “même remettre en question les idées sur ce que signifie être humain.”

Une rentrée mouvementée dans la nouvelle normalité #NewNormal

Les mesures contre la pandémie font partie d’un “nouvel ordre mondial”

A mesure que les efforts pour enrayer la pandémie s’intensifient sans qu’aucune date de fin ne soit en vue, un journaliste a demandé au Dr Kerry Chant, responsable de la santé publique en Nouvelle-Galles du Sud, au cours d’une conférence de presse jeudi, à quoi ressembleront les mesures lorsque le pays rouvrira ses portes en octobre, le Dr Chant a répondu : “Nous examinerons à quoi ressemble la recherche des contacts dans le “Nouvel ordre mondial“, a-t-elle déclaré.

“Et oui, cela inclu les pubs, les clubs et autres lieux si nous avons un cas positif. Notre réponse peut être différente si nous savons que les gens sont complètement vaccinés, donc nous travaillons sur un certain nombre de ces questions”, a poursuivi Chant.

“Dès que l’on s’engage sur la voie de la désignation de citoyens innocents comme boucs émissaires pour couvrir des erreurs politiques, les démocraties s’effondrent dans l’anarchie”, Alexandra Marshall pour The Spectator “Covid: the New World Order” 14 sept. 2021

Ce n’est pas la première fois qu’un responsable de la santé publique utilise cette expression pour décrire le monde post-pandémique. Le ministre de la santé Brad Hazzard a déjà qualifié la pandémie de “nouvel ordre mondial” en juillet 2020.

“Il s’agit d’une pandémie mondiale, c’est un événement qui ne se produit qu’une fois tous les 100 ans, donc vous pouvez vous attendre à ce que nous ayons une forme de contamination de temps en temps, et c’est comme ça. Nous devons accepter que c’est le nouvel ordre mondial“, a déclaré Hazzard à la suite d’une épidémie de cas.

Une correspondante de Newsmax à la Maison Blanche Emerald Robinson demande : “Qu’est-il arrivé à ‘mon corps mon choix’ en matière de vaccinations dans l’administration Biden ? Et en 2020, le président élu Biden a déclaré qu’il n’exigerait pas de mandat pour les vaccins.”

Une correspondante de CBSNews à la Maison Blanche Weijia demande si l’une de ces nouvelles mesures affectera la “vie quotidienne” des gens. La porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki répond souriante : “Cela dépend si vous êtes vacciné ou non.”

New Normal

Londres : Un chirurgien à la retraite, déclare sur les pass : “Cela ne s’arrêtera pas là, cela concernera les pubs, les restaurants, les vols, le nombre de kilomètres parcourus. Il ne s’agit pas d’un passeport vaccinal, mais d’un système de crédit social.”

Communiqué, l’Académie nationale de médecine propose de remplacer au plus tôt le passe sanitaire par un passe vaccinal.

Pour Thales, les pass vaccinaux sont un précurseur des portefeuilles d’identification numérique, offrant aux citoyens une commodité et une sécurité inégalées.

Le “passeport vaccinal” et la fusion à venir avec les systèmes d’identification numérique : un projet de contrôle social massif est en préparation depuis des années avec #Gavi, #INFUSE et autres, qui préparent le terrain pour faire de nous tous des esclaves numériques.

L’équipementier automobile français Valeo a dévoilé une borne capable de détecter le Covid 19 sans contact, en moins de 2 minutes. Avec un taux de fiabilité de 94%, cette borne devrait être homologuée d’ici un an.

Il est clair que les restrictions ne seront pas “temporaires”, loin de là.

Singapour déploie des robots pour détecter les “comportements indésirables”, ainsi que les groupes de “plus de cinq personnes”.

https://twitter.com/Alpha_Mind7/status/1434849402061877248

Mark Zuckerberg a dévoilé des nouvelles lunettes intelligentes Facebook x Ray-Ban. Donc pas de réalité augmentée, mais des lunettes en réseau avec deux caméras pour recueillir encore plus de données sur le comportement de ses utilisateurs et de tout le monde et de tout ce que ses utilisateurs regardent.

“Lorsque vos lunettes sont éteintes, elles sont complètement éteintes. Le micro est éteint et vous ne pouvez pas prendre de photos ni enregistrer de vidéos.”

Les pépites de fin août/début septembre, à chacun de juger….

Des documents nouvellement divulgués montrent que le Dr Fauci a menti et que les États-Unis ont bien financé la recherche sur le « gain de fonction » à Wuhan. The Epoch Times 8 septembre 2021.

Selon Le Point, on peut injecter une puce électronique via une seringue dans un corps humain.

Finalement ce sont les vaccinés qui contaminent les non vaccinés.

Une infection antérieure au COVID protège davantage contre le variant Delta que le vaccin Pfizer, selon une étude.

Pour infos, les essais cliniques vaxx covid sur les femmes enceintes sont en cours…

Moderna vient juste de commencer les essais cliniques sur les femmes enceintes pour obtenir plus de données à ce sujet peu étudié pour l’instant, pour se terminer, selon des estimations préalables, vers fin 2023 ou début 2024.

Les essais cliniques des femmes enceintes pour Pfizer ont débuté en février 2021 entre les semaines 24 et 34 de leur grossesse âgées d’au minimum 18 ans et être en bonne santé! Elles seront suivies pendant au moins 7 à 10 mois.

L’UE met en garde la France et les états qui mettent en place un rappel vaccinal. La Commission européenne a rappelé aux pays membres qui se préparent à injecter des doses de rappel (3eme, 4eme) aux vaccinés qu’ils s’exposent à des risques juridiques accrus. L’Agence européenne des médicaments n’a, en effet, pas donné son feu vert. la Commission n’endossera pas de responsabilité en cas de problème.

Les personnes qui se sont remises d’un épisode de Covid-19 (immunité naturelle) au cours de l’une des premières vagues de la pandémie semblent présenter un risque plus faible de contracter le variant delta que celles qui ont reçu deux doses du vaccin de Pfizer. Bloomberg

Le corona n’est pas une cause probable de décès dans 80 % des décès officiels de covid signalés en allemagne depuis début juillet, selon le professeur Bertram Häussler, directeur de l’institut indépendant de recherche sur la santé IGES à Berlin (Welt).

Liberté

Nous vous suggérons un article d’Anne Applebaum pour The Atlantic : Les Nouveaux Puritains« Les codes sociaux changent, souvent pour le mieux. Mais pour ceux dont le comportement ne s’adapte pas assez vite aux nouvelles normes, le jugement peut être rapide et sans pitié. » « Une atmosphère croissante de justice populaire en Amérique produit le genre d’autocensure que l’on trouve dans un régime autoritaire ».

Une belle tribune exclusive publiée par Quartier Général sur la liberté d’expression, où plus de 2.500 chercheurs, universitaires, CNRS, INRAE, INSERM… médecins, infirmières, psy, soignants, juristes, enseignants, artistes et même quelques journalistes plus courageux que d’autres, dénoncent la censure inédite opérée autant par les médias que par les GAFAS au sujet de tout ce qui contredit le discours officiel sur le Covid. Chasse aux sorcières, règlements de compte, rien n’est épargné aux personnes qui contestent le bien-fondé du pass sanitaire, et réclament simplement plus de transparence concernant le processus vaccinal, ainsi qu’un débat contradictoire sur la stratégie sanitaire nationale.