Archives par mot-clé : homme augmenté

Guerres et soldats du futur (conférence en ligne)

Dans l’imaginaire collectif, les soldats du futur sont perçus comme augmentés par la technologie, tels des Robocops. Mais quelle est la réalité des évolutions en cours dans le domaine ? Et quelle en serait la véritable utilité ? Cette visioconférence, présentée par Michel Goya, militaire chevronné et historien spécialiste de l’innovation militaire, nous permettra d’y voir beaucoup plus clair. Elle répondra également à des questions essentielles : Qu’est-ce qu’un soldat ? Comment vit-il le combat ? Comment peut-il le gagner ? Et enfin, comment les guerres sont-elles en train de changer ?

Cette conférence d’une heure trente (en comptant les échanges entre le conférencier et le public) aura lieu en ligne. Il est nécessaire de s’inscrire afin d’obtenir le lien pour se connecter. Une fois votre billet pris, nous vous enverrons par mail toutes les informations liées à la connexion un peu avant l’événement.

Michel Goya est spécialiste de l’innovation militaire, de l’analyse des conflits, et du comportement au combat. Ancien colonel des troupes de marine, il a été déployé sur de nombreux théâtres d’opérations (Sarajevo, Rwanda, Centrafrique…) et a également été membre du cabinet du chef d’État-Major des armées. Par ailleurs docteur en histoire, il a beaucoup enseigné, notamment comme titulaire de la chaire d’histoire militaire de l’École de Guerre. Enfin, il a écrit de nombreux ouvrages tels que Sous le feu : la mort comme hypothèse de travail ou encore S’adapter pour vaincre : Comment les armées évoluent.

Détails
Date : 14 avril
Heure : 19 h 00 min – 20 h 30 min
Prix : Gratuit à 7€
Présenté par : Michel Goya
Inscription nécessaire pour obtenir le lien de connexion

La France va débuter les recherches sur le soldat augmenté

Un comité d’éthique du ministère de la défense a rendu un rapport qui autorise les forces armées françaises à lancer des recherches sur le thème du soldat augmenté. Créé à la demande de la ministre des Armées à la fin de l’année 2019, le Comité d’éthique de la défense est chargé d’apporter des éclairages sur les questions éthiques soulevées par les innovations scientifiques, techniques et leurs éventuelles applications militaires.

Le rapport examine les traitements médicaux, les prothèses et les implants corporels qui améliorent les capacités physiques, cognitives, perceptives et psychologiques, et pourraient permettre le suivi de la géolocalisation ou la connectivité à un système d’armes où à d’autres soldats. Où encore qui permettent d’améliorer les capacités cérébrales par stimulation cérébrale profonde.

Parmi les autres interventions possibles envisagées par le comité d’éthique figurent des traitements médicaux visant à prévenir ou à diminuer la douleur, le stress et la fatigue, ainsi que des substances qui amélioreraient la résistance mentale si un soldat était fait prisonnier.

Le comité a déclaré que la France doit maintenir “la supériorité opérationnelle de ses forces armées dans un contexte stratégique difficile” tout en respectant les règles régissant le droit militaire, le droit humanitaire et les “valeurs fondamentales de notre société”.

En conséquence, on a interdit toute modification dont on estime qu’elle est de nature à diminuer la maîtrise de l’emploi de la force, ou à provoquer une perte d’humanité ou encore qu’elle serait contraire au principe de respect de la dignité de la personne humaine. D’autres exemples de modifications interdites sont les implants cognitifs qui porteraient atteinte au libre arbitre d’un soldat, ou les changements qui affecteraient sa réintégration dans la vie civile.

La ministre des Armées, Florence Parly, a déclaré que les augmentations “invasives” telles que les implants ne font actuellement pas partie des plans militaires.

« Mais il nous faut être lucide, tout le monde n’a pas nos scrupules et c’est un futur auquel il nous faut nous préparer », a déclaré la ministre dans un communiqué de presse. « C’est un avis qui n’est pas gravé dans le marbre et qui sera régulièrement reconsidéré à l’aune des prochaines évolutions. »

La publication de ce rapport fait suite à une colonne d’opinion de John Ratcliffe, directeur du renseignement national des États-Unis, dans le Wall Street Journal, dans laquelle il a fait part de ses inquiétudes quant à la menace que représente la Chine pour les États-Unis et la démocratie mondiale, ainsi qu’à ses projets en matière de technologie militaire.

“Les renseignements américains indiquent que la Chine a déjà effectué des tests humains sur des militaires dans l’espoir de développer des soldats aux capacités biologiques améliorées”, a déclaré Ratcliffe.

La Chine a soutenue secrètement les bébés génétiquement modifiés

Fin 2018, le monde scientifique a été secoué par la nouvelle qu’un scientifique chinois nommé He Jiankui avait secrètement créé les premiers bébés humains génétiquement modifiés au monde.

Dans un nouveau livre intitulé “The Mutant Project : Inside the Global Race to Genetically Modify Humans“, tel qu’il a été examiné par le Wall Street Journal, l’anthropologue Eben Kirksey a examiné l’impact de ces études choquantes.

Un point alarmant à retenir : Il avait de nombreux partisans et collaborateurs. Il a même obtenu le soutien de plusieurs responsables clés du Parti communiste au cours de ses premiers travaux, a révélé Kirksey, et ses expériences étaient un “secret de polichinelle” dans la communauté universitaire.

Dans une certaine mesure, ce n’est pas surprenant. En février 2019, STAT a signalé que la Chine avait probablement financé une partie de ses recherches. Et nous savions aussi qu’un groupe de scientifiques internationaux avait été au courant de ses travaux.

Mais ce soutien n’a pas duré. Il a disparu peu de temps après que ses expériences aient attiré l’attention internationale, le gouvernement chinois s’étant rapidement distancé de ses travaux, le dépeignant comme un scientifique devenu “voyou”. Il a été condamné à trois ans de prison en décembre 2019.

La communauté scientifique a également rapidement dénoncé ses travaux, qui visaient à conférer aux bébés une immunité contre le VIH, ses collègues affirmant qu’He Jiankui avait fait des économies et aurait même falsifié les examens éthiques de ses expériences.

Dans l’ensemble, le consensus est qu’il est bien trop tôt pour dire quelles sont les ramifications à long terme du bricolage du code génétique dans des embryons humains vivants.

D’autres études ont déjà montré que l’édition génétique peut effectivement induire des changements indésirables dans les embryons humains. Une étude d’octobre, par exemple, a révélé qu’une petite modification visant à réparer un gène dans des embryons humains pour traiter la cécité héréditaire a entraîné l’élimination de grandes parties d’un chromosome entier.

Dans son livre, Kirksey soutient qu’il est peut-être trop tard pour arrêter complètement la recherche sur l’édition génétique – mais il reste à savoir combien de temps il faudra pour que les effets de ces tentatives soient ressentis par la population en général.

Alors pourquoi se donner du mal ? Dans ce livre, Kirksey aborde également les pressions sociétales sous-jacentes qui peuvent conduire au désir d’éliminer les maladies par modification génétique – et, éventuellement, de concevoir des bébés dont les gènes ont été modifiés pour qu’ils soient plus intelligents, plus forts ou en meilleure santé.

The Wall Street Journal

Biohacking et transhumanisme : Un rapport sur l’augmentation humaine

Une étude révèle que beaucoup d’entre nous considèrent le biohacking comme passionnant, mais les craintes concernant le piratage et la vie privée demeurent.

L’augmentation humaine peut décrire beaucoup de choses. Les appareils auditifs, les stimulateurs cardiaques et les prothèses sont déjà utilisés, mais à l’avenir, nous pourrions utiliser ce terme pour désigner les implants qui améliorent les capacités cognitives ; les puces qui nous relient à nos appareils intelligents, ou les yeux bioniques qui peuvent restaurer la vue, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne les applications futures, les pays du monde entier font avancer le développement de nouvelles technologies qui pourraient améliorer le corps humain.

Par exemple, le Japon a récemment mis un milliard de dollars sur la table pour les chercheurs désireux de se consacrer à tous les domaines, de l’augmentation de la population humaine à la longévité, en raison de la nécessité de s’attaquer au vieillissement de la population active et à la diminution de la population.

Kaspersky a publié un nouveau rapport, The Future of Human Augmentation 2020: Opportunity or Dangerous Dream?, ce rapport vise à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking.

L’étude a révélé que 92 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles changeraient une caractéristique d’elles-mêmes si elles le pouvaient, 63 % ont déclaré qu’elles envisageraient une augmentation humaine à l’aide de la technologie. Le travail sur le terrain pour cette étude a été mené par Opinium Research qui a interrogé 14 500 personnes de 16 pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Les Italiens sont les plus nombreux à envisager le biohacking, soit 81 % au total. En revanche, les Britanniques sont plus prudents, avec seulement 33% qui disent qu’ils étudieraient l’augmentation humaine pour changer leurs propres caractéristiques. L’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Maroc sont également ouverts à l’idée du biohacking.

Plus de la moitié des personnes interrogées, soit 53%, estiment que le biohacking améliorerait leur mode de vie. Cependant, 69% ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le biohacking sera à l’avenir réservé aux riches.

Lors de la conférence de Kaspersky NEXT, cette opinion a également été exprimée par Julian Savulescu, professeur à l’université d’Oxford et titulaire de la chaire Uehiro d’éthique pratique : “L’augmentation humaine se développera grâce aux forces du marché en maximisant les profits des grandes entreprises multinationales”. En d’autres termes, l’économie et la demande des consommateurs pourraient stimuler les initiatives de biohacking, plutôt que toute quête d’un bien commun.

Zoltan Istvan, le fondateur du Parti Transhumaniste, a approuvé, notant que l’augmentation de la population humaine est susceptible d’être “contrôlée par le capitalisme dans une certaine mesure”, et que “l’économie sera un moteur, pour le meilleur ou pour le pire”. Istvan pense aussi que le biohacking est intrinsèquement la prochaine étape pour les humains “qui aspirent à être quelque chose de plus grand que ce que nous sommes”. “[Je suis] en fin de compte du côté du choix personnel, tant que cela ne nuit pas directement à quelqu’un d’autre”, a déclaré Istvan. “[…] Laissez les gens prendre ces décisions eux-mêmes et le marché suivra.”

Parmi les autres statistiques intéressantes publiées dans le rapport, on peut citer :

– 88% des personnes ont déclaré craindre que leur corps puisse être piraté par des cybercriminels
– 36% des femmes et 25% des hommes considèrent l’augmentation attrayante pour améliorer l’attractivité
– Les hommes sont plus intéressés par l’amélioration de leur force via le biohacking (23%) que les femmes (18%)
– 47% estiment que les gouvernements devraient réglementer l’augmentation humaine

“L’augmentation humaine est l’une des tendances technologiques les plus importantes aujourd’hui”, a commenté Marco Preuss, Directeur Europe de l’équipe de Recherche et analyse globales pour Kaspersky Europe. “Mais les gens ont raison de se méfier. Les adeptes de l’augmentation testent déjà les limites du possible, mais nous avons besoin de normes communes pour garantir que l’augmentation atteigne son plein potentiel tout en minimisant les risques”.

“Il est important d’en parler maintenant, d’avoir un aperçu de ces technologies maintenant, afin de conduire activement son développement”, a déclaré Preuss. “Nous avons tellement de romans et de films sur ce sujet. Il nous appartient maintenant de décider si nous voulons aller dans cette direction”.

CTech , Kaspersky, ZDNet

Un scientifique russe travaille à la création de nouveaux bébés CRISPR

Le biologiste russe Denis Rebrikov, de l’université de médecine Pirogov à Moscou, a déclaré au New Scientist qu’il prévoyait de hacker via CRISPR les gènes d’embryons humains, afin de prévenir la surdité congénitale.

“Nous prévoyons toujours de corriger la mutation héréditaire de la perte auditive dans [le gène] GJB2, afin qu’un bébé entendant naisse d’un couple sourd”, a déclaré Rebrikov.

Mais certains scientifiques restent convaincus que c’est une très mauvaise idée. Après que le chercheur chinois He Jiankui ait créé les premiers bébés CRISPR au monde, une équipe internationale de médecins a créé une Commission internationale sur l’utilisation clinique de l’édition du génome de la lignée germinale humaine.

La commission a publié un rapport concluant que l’édition de gènes humains est encore peu sûre, surtout lorsque l’objectif est de mener un embryon à terme. Et si un médecin doit absolument faire cela, ils suggèrent que ce ne devrait être que pour sauver des vies.

Même après avoir lu le rapport, Rebrikov a déclaré à New Scientist qu’il poursuivait son projet. Il n’est pas certain qu’il ait obtenu l’approbation nécessaire des organismes de régulation russes. Mais, comme c’est le cas dans de nombreux pays du monde, la Russie n’interdit pas totalement cette pratique, de sorte qu’il pourrait être en mesure de faire passer ses expériences en douce.

La vision du transhumaniste FM-2030 explorée dans un nouveau film

Les humains peuvent-ils abolir la mort ?

La vie de FM-2030, un transhumaniste qui croyait que les humains seraient capables de mettre fin à la mort naturelle dans le futur grâce à la technologie, est explorée dans un nouveau documentaire. Le film, intitulé “2030”, est sorti à la fin du mois dernier et est disponible sur plusieurs plateformes de streaming. Il a été réalisé par le cinéaste britannique Johnny Boston qui a interviewé un certain nombre de connaissances et d’experts scientifiques liés à FM-2030.

Les transhumanistes pensent que les humains peuvent et doivent utiliser les technologies futures pour améliorer considérablement leurs capacités. Cela pourrait inclure l’arrêt du processus de vieillissement par la thérapie génique, permettant aux humains d’éviter la mort naturelle.

FM-2030 est né à Bruxelles en 1930 sous le nom de Fereidoun M. Esfandiary. Fils d’un diplomate iranien, il a ensuite changé son nom légal pour marquer sa conviction que d’ici 2030 “nous serons sans âge et que chacun aura une excellente chance de vivre éternellement”. FM-2030 a écrit un certain nombre de livres sur la prolongation de la vie et les sujets transhumanistes, et est largement considéré comme l’un des pères fondateurs du mouvement transhumaniste moderne. Après sa mort en 2000, le corps de FM-2030 a été placé en chambre cryogénique en Arizona.

Le cinéaste Johnny Boston a déclaré avoir rencontré pour la première fois FM-2030 à Londres quand il avait 10 ans. Une rencontre qui s’est transformée en une amitié de toute une vie.

“Il avait ces idées vraiment farfelues sur lesquelles nous allions vivre indéfiniment, sur le fait qu’il allait y avoir une politique beaucoup plus progressiste, il a parlé de cet avenir qui était juste au coin de la rue – que nous allions faire toutes sortes de choses. Il a parlé de la communication de cerveau à cerveau, et d’une machine où vous pouviez mettre différentes caractéristiques et qu’elle allait imprimer des objets. C’était dans les années 70-80 et c’était vraiment hors de portée.”

Aux États-Unis, Zoltan Istvan, un écrivain transhumaniste, est actuellement l’un des candidats qui défient Donald Trump pour l’investiture républicaine à la présidence. Des partis politiques transhumanistes sont apparus dans le monde entier pour promouvoir leurs idées, y compris au Royaume-Uni.

Boston a ensuite produit un certain nombre de vidéos exposant les idées de FM-2030. Il a déclaré : “Nous avons réalisé une série de films sur l’avenir de la démocratie qui sont issus des discussions menées par FM. “Cela parle vraiment de ce que l’avenir nous réserve en termes de mode de gouvernance. Il explique notamment que nous devons réinventer notre façon de nous gouverner et que nous devons utiliser l’IA.

Les transhumanistes veulent utiliser les technologies émergentes, comme la robotique, l’IA et l’édition génétique, pour augmenter les capacités humaines naturelles. Cela pourrait changer radicalement ce que signifie être un membre de notre espèce.

FM-2030 s’est consciemment considéré comme étant à l’avant-garde d’un nouveau mouvement scientifique et philosophique.

Bien que parfois rempli de motivations contradictoires et d’ambivalence, Johnny Boston se bat pour documenter la réanimation ; “2030” fait la chronique de ce voyage. 2030 est un docu-fiction captivant, mêlant thriller et science-fiction, qui cherche à répondre à la question profondément philosophique suivante : “Qu’est-ce que cela signifie pour un humain de vivre dans un monde où personne ne meurt ?

Le soldat augmenté – Regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat

Depuis l’aube de l’humanité, l’homme cherche à s’affranchir des limites de sa condition humaine et à dépasser ses limites biologiques. Depuis la philosophie des Lumières, la société professe sa foi dans le progrès, avec en toile de fond la volonté d’arracher l’homme à toute forme d’hétéronomie, qu’il s’agisse par exemple de la religion ou de la nature, et passer d’un monde subi à un monde voulu dans lequel le refus de toute dépendance s’exprime par l’apologie de l’autonomie. Elle trouve pour cela dans la technologie une réponse aux barrières physiologiques qui contraignent l’homme, afin de l’adapter au mieux à son environnement ou à ses conditions de travail, voire pour qu’il vive mieux tout simplement.

Le soldat, de son côté, se bat pour la nation et risque sa vie pour une cause et un intérêt qui lui sont supérieurs. Les armées l’entraînent pour qu’il soit au meilleur de sa condition physique et opérationnelle. Ce qui passe avant tout par l’entraînement. Mais si les armées suivent une logique d’efficacité, elles ont aussi l’obligation morale d’assurer sa protection et de le préparer au mieux pour leur mission, ce qui peut passer par une augmentation des performances du soldat en vue de faire face aux ennemis qu’il affronte.

Cet ouvrage regroupe les actes du colloque « Le soldat augmenté, regards croisés sur l’augmentation des performances du soldat » du 15 janvier 2019. Il entend analyser les ressorts de cette (r)évolution sociétale en puissance qui pourrait être celle d’une société de personnes qui choisiraient elles-mêmes de s’augmenter et, par extension, de militaires eux-mêmes acteurs de leur augmentation. Il cherche à identifier et à mesurer les conséquences sociologiques pouvant impacter durablement les armées mais aussi les enjeux en découlant pour l’éthique militaire.

par les Écoles de Saint-Cyr Coëtquidan, Fondation pour l’innovation politique

Télécharger en PDF

La fusion cerveau-machine : science-fiction ou futur probable ?

Depuis la découverte des possibilités de remodelage du cerveau tout au long de la vie, la “plasticité cérébrale” passionne le monde de la recherche. Il est désormais possible d’agir sur le cerveau pour réparer les handicaps physiques et mentaux. Certains vont même jusqu’à prédire la fusion entre cerveau et ordinateur, entre intelligences humaine et artificielle. Quel crédit accorder à ces visions techno-futuristes du transhumanisme ? Quelle est la part du prouvé, du probable et de l’utopie ? Il est essentiel d’informer un large public sur les innovations bénéfiques pour “réparer” les humains, et celles qui visent à transformer les individus et menacent leur liberté d’agir et de penser.

Catherine Vidal est neurobiologiste, directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur, membre du comité d’éthique de l’Inserm où elle codirige le groupe “Genre et Recherche en Santé”.

Conférence proposée avec le soutien de l’European Artificial Intelligence Lab – AI Lab, réseau européen qui met en lumière la présence de l’intelligence artificielle dans nos sociétés.

La conférence était animée par Guillaume Durand, maître de conférences en philosophie à l’université de Nantes, co-responsable du Master Éthique, membre de la Consultation d’éthique clinique du CHU de Nantes et du Pôle Hospitalier mutualiste Jules Verne, président de l’association EthicA.

Quand les humains deviennent des cyborgs

Quand les humains deviennent des cyborgs

Propriété numérique et intégrité corporelle à l’ère des cyborgs humains

Lorsque les cyborgs humains seront dotés de pouvoirs surhumains, ils deviendront des machines de collecte de données avec tous leurs minuscules implants et capteurs, mais où iront ces données et à qui appartiendront-elles ?

Si la technologie devenait une extension de votre propre corps et vous donnait des pouvoirs surhumains, ne voudriez-vous pas savoir si vos capacités vous appartiennent réellement ?

Nous décodons le monde à travers nos cinq sens corporels. Ce que nous voyons, entendons, sentons, ressentons et goûtons entre dans les expériences sensuelles qui composent nos souvenirs, lesquels sont interprétés dans notre cerveau. Nous nous identifions à ces expériences. Elles constituent ce que nous sommes.

Mais que se passerait-il si ces expériences personnelles, ces souvenirs et ces moments intimes n’étaient pas uniquement les nôtres ? Et si un étranger vivait ces mêmes moments tout en sachant exactement ce que vous et moi pensions et ressentions ?

Bienvenue dans l’agenda transhumaniste où les cerveaux humains sont pucés, les corps humains remplis de capteurs, et où les données circulent comme une rivière vers une mer de serveurs auxquels vous n’avez pas accès.

Le dernier jour du World Economic Forum 2020, une discussion sur le thème “Quand les humains deviennent des cyborgs” a tenté d’aborder certaines grandes questions éthiques concernant l’intégrité corporelle et la propriété numérique des cyborgs.

Ilina Singh, professeur de neuroscience à Oxford, a déclaré à Davos que l’une des principales préoccupations des officiers militaires était le sentiment de propriété et celui de l’intégrité corporelle.

“Nous avons parlé à des officiers militaires du monde entier de leurs implants cérébraux”, a déclaré Singh.

“S’ils devaient avoir un implant rétinien qui améliorerait leurs capacités visuelles ou un implant cochléaire qui leur permettrait d’entendre à grande distance – quelles sont les questions éthiques qui se posent à eux ?

“Une question qui est vraiment intéressante est celle de l’intégrité corporelle”, a-t-elle ajouté.

Les officiers militaires étaient surtout préoccupés par des questions telles que :

Est-ce que je possède mon propre implant ?
Est-ce que mon implant fait partie de moi ?
Que se passe-t-il lorsque je quitte l’armée ?
Qui paie pour mon implant ?
Mon implant est-il retiré ?
Est-ce que je peux garder mon implant à vie ?
Mon implant est-il mis à niveau ? Qui paie pour cela ?

Ce type de questions provenant d’officiers militaires souligne que la propriété de l’implant et des données était très importante pour eux.

Biohacking : implant de puce sur scène pour créer un cyborg humain

“On commence à dépasser les limites quand on pense à l’amélioration et à l’augmentation”

Les questions de vie privée concernant l’accès aux pensées de l’utilisateur ou les questions de savoir qui serait réellement responsable des actions du soldat étaient absentes des priorités des officiers.

Il ne s’agissait pas non plus de savoir s’il était ou non éthique d’aller au-delà des utilisations médicales des implants et d’aller directement vers l’amélioration des capacités humaines.

Singh a ajouté que l’armée était un des principaux investisseurs dans les technologies BCI* “parce que ce sont les technologies qui sont considérées comme améliorant les capacités humaines de manière à protéger les soldats mais qui nous permettent de faire beaucoup plus que ce que nous pouvons déjà faire”.

* interface neuronale directe – abrégée IND ou BCI “brain-computer interface” ou encore ICM pour interface cerveau-machine, ou encore interface cerveau-ordinateur.

Alors que l’armée est optimiste quant aux BCI pour l’amélioration de la condition humaine, le président de l’Académie nationale de médecine, Victor Dzau, a déclaré aux élites de Davos que l’utilisation d’interfaces cerveau-ordinateur pour augmenter les humains au-delà de leurs capacités naturelles dépasse la ligne éthique.

“Je pense que vous êtes en terrain assez sûr lorsque vous utilisez ces technologies dans le but de guérir une maladie, de traiter une maladie ou au moins de remédier à un handicap”, a-t-il déclaré.

“Je pense que vous commencez à dépasser les limites quand vous pensez à l’amélioration et à l’augmentation.”

“Lorsque le cerveau humain et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont collectées”.

Outre l’éthique philosophique concernant la fusion des humains avec les machines, d’un point de vue juridique, les cyborgs humains seraient soumis aux lois existantes sur la protection de la vie privée car les cyborgs seraient essentiellement des machines de collecte de données.

L’avocat Ronaldo Lemos a déclaré à Davos que le corps humain serait rempli de capteurs qui collectent et envoient des données à des serveurs éloignés – que ce soit au Brésil, en Chine ou aux États-Unis.

“Quand vous améliorez le cerveau, quand vous remplissez le corps humain de capteurs, ces capteurs sont capables de collecter des données”, a déclaré Lemos.

“Mais l’infrastructure qui est utilisée pour collecter ces données, pour les partager, n’est pas vraiment une nouveauté.

“Si nos cerveaux sont connectés et que vous enregistrez, par exemple, ce que vous pensez, quelles zones de votre cerveau sont stimulées […] ce que vous ressentez, et ainsi de suite – ces données vont être stockées quelque part”, a-t-il ajouté.

Du point de vue de l’avocat, toute personne qui se ferait implanter une puce électronique dans le cerveau dans le futur pourrait un jour devoir fournir des conditions d’accord chaque fois qu’elle entre en contact avec un autre être humain parce que son corps pucé recueillerait des données sur cette autre personne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

“Nous devenons des capteurs”, a déclaré Lemos, ajoutant : “Lorsque vous rencontrez une nouvelle personne et que vous lui serrez la main, devrez-vous signer une déclaration de confidentialité pour lui parler ?

“Lorsque le cerveau et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont recueillies.

“Et il existe une législation qui exige le consentement d’autres personnes pour collecter des données les concernant. Cela peut sembler un exemple fou, mais la loi l’exige déjà”.

Il a ajouté : “Nous pourrions craquer le code du cerveau humain à un moment donné […] Si nous craquons ce code, nous allons être des cibles beaucoup plus vulnérables pour la publicité, les fausses nouvelles, les campagnes de désinformation, la manipulation des postures politiques, etc.

“Nous parlons du contrôle politique et social des gens”

Le philosophe Lou Marinoff a dit un jour qu’une BCI peut être soit de la médecine, soit du poison.

“Cela remonte à l’ancien enseignement bouddhiste et à d’autres enseignements occidentaux, c’est soit de la médecine, soit du poison. Il peut être utilisé de l’une ou l’autre manière”, a-t-il déclaré.

“Si vous voulez apprendre une langue, il serait beaucoup plus facile de brancher la puce et ensuite de faire fonctionner ces neurones, d’absorber le vocabulaire, et probablement en un temps relativement court vous pourriez parler couramment le mandarin sans avoir à supporter toute la difficulté et la pratique.

“D’autre part,” a-t-il ajouté, “nous parlons du contrôle politique et social des gens”.

“C’est l’histoire d’horreur ultime – qui nous transforme tous en une colonie de fourmis, en gros. Et la dignité humaine, la liberté et toutes les choses auxquelles nous sommes censés attacher de la valeur sont mises à l’écart.

“Qui va contrôler l’IA, et que se passera-t-il si l’IA décide de prendre le relais ?

“Cela conduit à des scénarios qui, jusqu’à présent, avant cette révolution numérique, n’étaient que de la science-fiction, et qui sont maintenant réels, ou potentiellement réels.”

Avec les implants cérébraux qui envoient des données entre les humains et les machines, qui ou qu’est-ce qui tire réellement les ficelles derrière le rideau ?