Global Trends : Les tendances mondiales 2040

7e éd. du rapport des tendances mondiales 2040 du National Intelligence Council

Global Trends

Global Trends évalue les principales tendances et incertitudes qui façonneront l’environnement stratégique des États-Unis au cours des deux prochaines décennies.

Cette analyse est présentée avec humilité, sachant que l’avenir se déroulera invariablement d’une manière qui n’aura pas été prévue. Bien que Global Trends soit nécessairement plus spéculatif que la plupart des évaluations du renseignement, ils s’appuient sur les principes fondamentaux de leur métier d’analyste : il envisagent des hypothèses alternatives et la façon dont ils pourraient se tromper ; et ils ne défendent pas de positions ou de préférences politiques. Global Trends reflète le point de vue du National Intelligence Council sur ces tendances futures ; il ne représente pas le point de vue officiel et coordonné de la US Intelligence Community ni la politique américaine.

Ce rapport se compose de trois sections générales.

Tout d’abord, il examine les forces structurelles dans quatre domaines essentiels : la démographie, l’environnement, l’économie et la technologie. La deuxième section examine comment ces forces structurelles interagissent et se croisent avec d’autres facteurs pour affecter les dynamiques émergentes à trois niveaux d’analyse : les individus et la société, les États et le système international. Enfin, la troisième section identifie plusieurs incertitudes clés et les utilise pour créer cinq scénarios futurs pour le monde en 2040. Ces scénarios n’ont pas vocation à être des prédictions mais à élargir l’éventail des possibilités, en explorant diverses combinaisons de la manière dont les forces structurelles, les dynamiques émergentes et les incertitudes clés pourraient se manifester.

LES FORCES STRUCTURELLES : DÉFINITION DES PARAMÈTRES

Les tendances en matière de démographie et de développement humain, d’environnement, d’économie et de technologie jettent les bases et construisent les limites de notre monde futur. Dans certaines régions, ces tendances s’intensifient, comme les changements climatiques, la concentration de la population dans les zones urbaines et l’émergence de nouvelles technologies.

Dans d’autres domaines, les tendances sont plus incertaines : les progrès en matière de développement humain et de croissance économique devraient ralentir, voire s’inverser dans certaines régions, mais un ensemble de facteurs pourrait modifier cette trajectoire. La convergence de ces tendances offrira des possibilités d’innovation, mais certaines communautés et certains États auront du mal à faire face et à s’adapter.

Même les progrès apparents, tels que les technologies nouvelles et avancées, perturberont la vie et les moyens de subsistance de nombreuses personnes, qui se sentiront en insécurité et devront s’adapter.

Les tendances les plus certaines au cours des 20 prochaines années seront des changements démographiques majeurs, la croissance de la population mondiale ralentissant et le monde vieillissant rapidement.

Certaines économies développées et émergentes, notamment en Europe et en Asie de l’Est, vieilliront plus rapidement et seront confrontées à une contraction de leur population, ce qui pèsera sur la croissance économique.

À l’inverse, certains pays en développement d’Amérique latine, d’Asie du Sud, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord bénéficient d’une population en âge de travailler plus nombreuse, ce qui offre des possibilités de dividende démographique si cela s’accompagne d’améliorations des infrastructures et des compétences.

Le développement humain, notamment la santé, l’éducation et la prospérité des ménages, a connu des améliorations historiques dans toutes les régions au cours des dernières décennies. De nombreux pays auront du mal à tirer parti de ces réussites, voire à les pérenniser.

Les améliorations passées se sont concentrées sur les éléments fondamentaux que sont la santé, l’éducation et la réduction de la pauvreté, mais les prochains niveaux de développement sont plus difficiles et doivent faire face aux vents contraires de la pandémie de COVID-19, d’une croissance économique mondiale potentiellement plus lente, du vieillissement des populations et des effets des conflits et du climat.

Ces facteurs mettront les gouvernements au défi de fournir l’éducation et l’infrastructure nécessaires pour améliorer la productivité de leurs classes moyennes urbaines croissantes dans une économie du XXIe siècle. Alors que certains pays relèvent ces défis et que d’autres n’y parviennent pas, il est presque certain que l’évolution des tendances démographiques mondiales aggravera les disparités en termes d’opportunités économiques au sein des pays et entre eux au cours des deux prochaines décennies, tout en créant davantage de pressions et de conflits liés à la migration.

Dans le domaine de l’environnement, les effets physiques du changement climatique devraient s’intensifier au cours des deux prochaines décennies, en particulier dans les années 2030. Des tempêtes, des sécheresses et des inondations plus extrêmes, la fonte des glaciers et des calottes glaciaires et l’élévation du niveau des mers accompagneront la hausse des températures.

L’impact se fera sentir de manière disproportionnée sur le monde en développement et les régions les plus pauvres et se conjuguera avec la dégradation de l’environnement pour créer de nouvelles vulnérabilités et exacerber les risques existants pour la prospérité économique, l’alimentation, l’eau, la santé et la sécurité énergétique.

Les gouvernements, les sociétés et le secteur privé vont probablement développer les mesures d’adaptation et de résilience pour gérer les menaces existantes, mais il est peu probable que ces mesures soient réparties uniformément, laissant certaines populations à la traîne. Les débats se multiplieront sur la manière et la rapidité avec laquelle il convient d’atteindre le niveau zéro d’émissions de gaz à effet de serre.

Au cours des deux prochaines décennies, plusieurs tendances économiques mondiales, notamment l’augmentation de la dette nationale, un environnement commercial plus complexe et fragmenté, une réorientation des échanges et de nouvelles perturbations de l’emploi, sont susceptibles de façonner les conditions au sein et entre les États. De nombreux gouvernements risquent de voir leur marge de manœuvre réduite alors qu’ils doivent faire face à une dette plus lourde, à des règles commerciales diverses et à un éventail plus large de puissants acteurs étatiques et privés exerçant une influence.

Les grandes sociétés dotées de plates-formes – qui offrent des marchés en ligne à un grand nombre d’acheteurs et de vendeurs – pourraient favoriser la poursuite de la mondialisation des échanges et aider les petites entreprises à se développer et à accéder aux marchés internationaux. Ces entreprises puissantes sont susceptibles d’essayer d’exercer une influence dans les arènes politiques et sociales, ce qui pourraient amener les gouvernements à imposer de nouvelles restrictions.

Les économies asiatiques semblent prêtes à poursuivre des décennies de croissance au moins jusqu’en 2030, bien que cela puisse être plus lent. Il est peu probable qu’elles atteignent le produit intérieur brut (PIB) par habitant ou l’influence économique des économies avancées actuelles, notamment les États-Unis et l’Europe. La croissance de la productivité reste une variable clé ; une augmentation du taux de croissance pourrait atténuer de nombreux problèmes économiques, de développement humain et autres défis.

La technologie offrira la possibilité d’atténuer les problèmes, comme le changement climatique et les maladies, et de créer de nouveaux défis, comme la délocalisation des emplois. Les technologies sont inventées, utilisées, diffusées, puis abandonnées à une vitesse toujours plus grande dans le monde entier, et de nouveaux centres d’innovation apparaissent.

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et la portée des développements technologiques devraient s’accélérer encore, transformant toute une série d’expériences et de capacités humaines tout en créant de nouvelles tensions et perturbations au sein et entre les sociétés, les industries et les États. Des rivaux étatiques et non étatiques se disputeront le leadership et la domination dans le domaine de la science et de la technologie, avec des risques et des implications en cascade pour la sécurité économique, militaire et sociétale.

LA TECHNOLOGIE

Principaux points à retenir

Au cours des deux prochaines décennies, le rythme et l’impact des évolutions technologiques devraient s’accélérer, transformant et améliorant les expériences et les capacités humaines. Ces évolutions offriront la possibilité de relever des défis tels que le vieillissement, le changement climatique et la faible croissance de la productivité. De nouvelles tensions et perturbations vont se créer au sein et entre les sociétés, les industries les États.

Les prochaines décennies verront s’intensifier la concurrence mondiale pour les éléments essentiels de la suprématie technologique, tels que le talent, la connaissance et les marchés, ce qui pourrait donner naissance à de nouveaux leaders ou hégémonies technologiques.

La course à la domination technologique est inextricablement liée à l’évolution de la géopolitique et à la rivalité plus large entre les États-Unis et la Chine. Mais l’avantage technologique sera renforcé par les entreprises qui ont une vision à long terme, des ressources et une portée mondiale.

Les technologies et les applications dérivées seront disponibles pour une adoption rapide. Ce qui permettra aux pays en développement de tirer parti des dernières avancées fondamentales, de développer des applications mondiales dans des domaines de niche et de contribuer aux chaînes d’approvisionnement mondiales.

DYNAMIQUES ÉMERGENTES

Ces forces structurelles, ainsi que d’autres facteurs, se croiseront et interagiront au niveau des sociétés, des États et du système international, créant des opportunités et des défis pour les communautés, les institutions, les entreprises et les gouvernements.

Ces interactions sont également susceptibles de produire une contestation plus importante à tous les niveaux que celle observée depuis la fin de la guerre froide, reflétant des idéologies différentes ainsi que des points de vue contrastés sur la manière la plus efficace d’organiser la société et de relever les nouveaux défis.

Au sein des sociétés, on observe une fragmentation et une contestation croissantes des questions économiques, culturelles et politiques. Des décennies de gains constants en termes de prospérité et d’autres aspects du développement humain ont amélioré les conditions de vie dans toutes les régions et suscité l’espoir d’un avenir meilleur. Alors que ces tendances se stabilisent et se combinent à des changements sociaux et technologiques rapides, de larges pans de la population mondiale se méfient des institutions et des gouvernements qu’ils considèrent comme peu désireux ou incapables de répondre à leurs besoins.

Les manifestations, comme ici en Algérie, se sont multipliées dans le monde entier au cours de la dernière décennie, reflétant le mécontentement de la population sur toute une série de sujets tels que les inégalités, la répression politique, la corruption et le changement climatique. Credit: Amine M’Siouri / Pexels

Les gens se tournent vers des groupes familiers et partageant les mêmes idées pour assurer leur communauté et leur sécurité, notamment les identités ethniques, religieuses et culturelles, ainsi que les groupements autour d’intérêts et de causes, comme l’environnementalisme. La combinaison d’allégeances identitaires nouvelles et diverses et d’un environnement d’information plus cloisonné met en évidence et aggrave les lignes de fracture au sein des États, sape le nationalisme civique et accroît la volatilité.

Au niveau de l’État, les relations entre les sociétés et leurs gouvernements dans toutes les régions risquent de connaître des tensions persistantes en raison d’un décalage croissant entre les besoins et les attentes des populations et ce que les gouvernements peuvent et veulent offrir. Dans chaque région, les populations disposent de plus en plus d’outils, de capacités et d’incitations pour faire pression en faveur de leurs objectifs sociaux et politiques préférés et pour exiger davantage de leurs gouvernements afin de trouver des solutions.

Alors que les populations sont de plus en plus autonomes et exigent davantage, les gouvernements sont soumis à une pression accrue en raison de nouveaux défis et de ressources plus limitées. Ce fossé grandissant laisse présager une plus grande volatilité politique, une dégradation de la démocratie et un élargissement du rôle des autres prestataires de services de gouvernance. Avec le temps, cette dynamique pourrait ouvrir la porte à des changements plus importants dans la façon dont les gens gouvernent.

Dans le système international, il est probable qu’aucun État ne sera en mesure de dominer toutes les régions ou tous les domaines, et qu’un plus grand nombre d’acteurs se feront concurrence pour façonner le système international et atteindre des objectifs plus précis.

L’accélération de l’évolution de la puissance militaire, de la démographie, de la croissance économique, des conditions environnementales et de la technologie, ainsi que le durcissement des divisions sur les modèles de gouvernance, sont susceptibles de renforcer la concurrence entre la Chine et une coalition occidentale dirigée par les États-Unis.

Des puissances rivales vont se bousculer pour façonner les normes, les règles et les institutions mondiales, tandis que des puissances régionales et des acteurs non étatiques pourraient exercer une plus grande influence et prendre des initiatives sur des questions laissées en suspens par les grandes puissances. Ces interactions très variées sont susceptibles de produire un environnement géopolitique plus enclin aux conflits et plus volatil, de miner le multilatéralisme mondial et d’élargir l’inadéquation entre les défis transnationaux et les arrangements institutionnels pour les relever.

SCÉNARIOS ALTERNATIFS POUR 2040

Les réponses de l’homme à ces moteurs essentiels et à ces dynamiques émergentes détermineront la manière dont le monde évoluera au cours des deux prochaines décennies.

Parmi les nombreuses incertitudes qui planent sur l’avenir, le rapport a exploré trois questions clés concernant les conditions régnant dans des régions et des pays spécifiques et les choix politiques des populations et des dirigeants qui façonneront l’environnement mondial.

À partir de ces questions, le rapport a élaboré cinq scénarios pour des mondes alternatifs en 2040.

– Quelle est le degré de difficulté des défis mondiaux à venir ?
– Comment les États et les acteurs non étatiques s’engagent-ils dans le monde, y compris l’orientation et le type d’engagement ?
– Enfin, quelles sont les priorités des États pour l’avenir ?

Dans la Renaissance des démocraties, le monde est au cœur d’une résurgence de démocraties ouvertes menées par les États-Unis et leurs alliés. Les progrès technologiques rapides favorisés par les partenariats public-privé aux États-Unis et dans d’autres sociétés démocratiques transforment l’économie mondiale, augmentent les revenus et améliorent la qualité de vie de millions de personnes dans le monde. La marée montante de la croissance économique et des réalisations technologiques permet de répondre aux défis mondiaux, d’atténuer les divisions sociétales et de renouveler la confiance du public dans les institutions démocratiques. En revanche, des années de contrôles et de surveillance sociétales croissantes en Chine et en Russie ont étouffé l’innovation, alors que des scientifiques et des entrepreneurs de premier plan ont cherché asile aux États-Unis et en Europe.

Dans Un monde à la dérive, le système international est sans direction, chaotique et instable car les règles et les institutions internationales sont largement ignorées par les grandes puissances comme la Chine, les acteurs régionaux et les acteurs non étatiques. Les pays de l’OCDE sont en proie à une croissance économique plus lente, à des divisions sociétales croissantes et à une paralysie politique. La Chine profite des difficultés de l’Occident pour étendre son influence internationale, en particulier en Asie, mais Pékin n’a ni la volonté ni la puissance militaire nécessaires pour assumer le leadership mondial, laissant de nombreux défis mondiaux, tels que le changement climatique et l’instabilité dans les pays en développement, largement sans réponse.

Dans le cadre de la coexistence compétitive, les États-Unis et la Chine ont donné la priorité à la croissance économique et ont rétabli une relation commerciale solide, mais cette interdépendance économique existe parallèlement à la concurrence pour l’influence politique, les modèles de gouvernance, la domination technologique et l’avantage stratégique. Le risque de guerre majeure est faible, et la coopération internationale et l’innovation technologique rendent les problèmes mondiaux gérables à court terme pour les économies avancées, mais les défis climatiques à plus long terme demeurent.

Dans des silos séparés, le monde est fragmenté en plusieurs blocs économiques et de sécurité de taille et de force variables, centrés sur les États-Unis, la Chine, l’Union européenne (UE), la Russie et quelques puissances régionales ; ces blocs sont axés sur l’autosuffisance, la résilience et la défense. Les informations circulent dans des enclaves cyber-souveraines distinctes, les chaînes d’approvisionnement sont réorientées et le commerce international est perturbé. Les pays en développement vulnérables sont pris entre deux feux, certains étant sur le point de devenir des États en faillite. Les problèmes mondiaux, notamment le changement climatique, sont traités de façon sporadique, voire pas du tout.

Dans le cadre d’une tragédie et d’une mobilisation, une coalition mondiale, dirigée par l’UE et la Chine et travaillant avec des organisations non gouvernementales et des institutions multilatérales revitalisées, met en œuvre des changements de grande ampleur destinés à lutter contre le changement climatique, l’épuisement des ressources et la pauvreté à la suite d’une catastrophe alimentaire mondiale causée par les événements climatiques et la dégradation de l’environnement. Les pays les plus riches s’efforcent d’aider les pays les plus pauvres à gérer la crise, puis à passer à des économies à faible émission de carbone par le biais de vastes programmes d’aide et de transferts de technologies énergétiques avancées, en reconnaissant la rapidité avec laquelle ces défis mondiaux s’étendent au-delà des frontières.

⇒ Télécharger au format PDF Global Trends 2040 A More Contested World

H+ Vers une civilisation 0.0

Des moyens techniques et financiers sans précédent semblent mettre le vieux rêve de l’homme-machine à portée de main : sur quels fondements idéologiques le projet transhumaniste s’appuie-t-il ? Quelle vision de l’homme porte-t-il ? Alors que les idées du transhumanisme affectent déjà nos vies, “H+” en retrace, à travers l’histoire des idées, les enjeux (politiques, philosophiques ou même économiques) et la généalogie.

Dans ce texte fulgurant, Friederich rétablit les origines de la doctrine transhumaniste au sein de l’histoire des idées, afin de désamorcer la “coupure historique” que celle-ci tente d’initier. Ce faisant, il dénonce cette idéologie nouvelle qui tente d’améliorer grâce aux sciences la condition humaine mais ne fait que relever à ses yeux d’une profonde inhumanité. Il débusque notamment les procédés invisibles auxquels les “technoprophètes”, comme il les qualifie, ont recours pour parvenir à leur fin. Sa critique se double par conséquent d’une dénonciation du capitalisme, dont le transhumanisme est entièrement tributaire. En s’attachant au corps seul, en niant l’esprit, le transhumanisme apparaît comme une dégénérescence du projet philosophique d’émancipation de l’homme.

Arrivée au terme du processus de rationalité critique, voici l’homme en quête d’un modèle neuf comme l’étaient les âmes des morts dans le monde grec. Mais alors les dieux veillaient. Aujourd’hui, l’individu n’est qu’un point nodal sur un réseau. Un réseau aux prises avec une accélération générale. Accélération du rythme de vie, du transfert de l’information, des relations sociales, du régime du travail et des découvertes, de la technique et du marché des idées – ce que Zygmunt Bauman appelle la ‘liquidité’. C’est précisément sur ce marché des idées que les post-humanistes et les post-libéraux cherchent à vendre leur projet d’un homme-machine.”

H+ est le sigle d’identification des Transhumanistes, dont les représentants reprennent à leur compte le rêve ancien de l’homme-machine. À la différence qu’ils disposent cette fois de moyens techniques pour tenter de le réaliser. Ainsi, avons-nous en ce début du XXIe siècle à nous défendre contre une mouvance qui espère remplacer le vivant par une unité fonctionnelle et, sur la foi qu’elle rencontre dans les milieux du pouvoir, bénéficie de soutiens et de moyens financiers considérables. Ce projet aux effets bien réels sur nos vies, à défaut de doter la machine d’un esprit, entend réduire l’homme à la machine.

L’avènement d’un homme artificiel permettrait en effet de contraindre le vivant à se soumettre à un dispositif socio-technique fondé sur la rentabilité. Il permettrait en outre aux puissants, ceux qui conçoivent le dispositif, de dépasser la seule limite que rencontre l’extension infinie du capital et de leur pouvoir : leur propre mort.

Alexandre Friederich ne décrit pas seulement leurs buts, qui sont désormais connus, mais en retrace la généalogie au sein de l’histoire des idées et de celle du capitalisme. Il démontre ainsi comment ils constituent une propagande visant à créer sans attendre un humain simplifié. Avec un espoir : éviter une civilisation 0.0.

Extrait de “H+”

Alexandre Friederich est un Auteur, dramaturge né en 1965 à Lausanne. Fils de diplomate, il passe de nombreuses années à l’étranger (Finlande, Espagne, États-Unis, Mexique, Vietnam…) avant d’entreprendre des études de philosophie à l’université de Genève.

Nos cerveaux resteront-ils humains ?

ISBN : 978-2-7465-1776-9

Cerveau : les espoirs. Les fantasmes.
La réalité.

Depuis la découverte des possibilités de remodelage du cerveau, chez l’enfant mais aussi chez l’adulte, nombreux sont les chercheurs à s’être penchés sur les fascinants phénomènes de la plasticité cérébrale. Aujourd’hui, à l’heure où abondent les images de cerveau « super ordinateur » et les promesses d’hybridation transhumanistes, les espoirs suscités par cette formidable faculté du cerveau à se réinventer sans cesse se sont transformés en fantasmes.

Qu’est-ce qui est, aujourd’hui, réellement faisable ? Et demain ? Il ne s’agit pas seulement de faire le point, mais aussi de réfléchir à ce qui est souhaitable, afin que l’humain pensant d’aujourd’hui continue à cogiter par lui-même demain…

Neurobiologiste, très impliquée dans la vulgarisation du savoir scientifique, Catherine Vidal est directrice de recherche honoraire à l’Institut Pasteur de Paris et membre du comité d’Ethique de l’Inserm. Ses recherches portent sur les mécanismes fondamentaux du fonctionnement du cerveau en lien avec les maladies neuro-dégénératives. Elle travaille actuellement au sein du comité d’Ethique de l’Inserm et co-dirige le groupe “Genre et Recherches en Santé”. Son intérêt porte sur les enjeux éthiques des neurosciences, le déterminisme en biologie, le cerveau et le sexe.

Une entreprise chinoise veut donner aux animaux clonés les “souvenirs” de l’original

Garlic est une boule de poils féline au pelage soyeux avec un nez rose et de minuscules oreilles grises – tout comme le chat dont il a été cloné.

“Mon chat est décédé des suites d’une maladie des voies urinaires”, a déclaré Huang Yu, propriétaire de Garlic, au Global Times. “J’ai décidé de le cloner parce qu’il était si spécial et inoubliable.”

Mais si Garlic est biologiquement identique à son prédécesseur, il n’est pas le même chat : il a sa propre personnalité et forme ses propres souvenirs.

Maintenant que la société chinoise Sinogene Biotechnology Company a dévoilé le premier chat cloné du pays, la prochaine étape consistera à utiliser l’intelligence artificielle pour transférer les souvenirs d’un animal de compagnie bien-aimé à son clone.

Le directeur général de Sinogene a déclaré aux participants à une conférence de presse que “pour faire en sorte que l’animal cloné partage les mêmes souvenirs que l’original, la société envisage d’utiliser l’intelligence artificielle ou la technologie d’interface homme-machine pour les stocker ou même les transmettre aux animaux clonés “, écrit le Global Times.

Bien que rien ne permette de savoir si cela est même techniquement possible, le fait que Sinogene s’y penche pourrait même être interprété comme un signe qu’il existe une demande d’animaux de compagnie identiques – à la fois dans leur corps et leur esprit – à ceux de leurs prédécesseurs.

Et c’est troublant à plusieurs niveaux.

Le clonage d’animaux de compagnie est déjà controversé. Les scientifiques ont affirmé que les animaux clonés ne sont pas aussi sains, avec une durée de vie plus courte que les animaux nés naturellement, tandis que certains militants ont soutenu que le clonage d’animaux de compagnie n’est pas éthique étant donné le nombre d’animaux qui ont besoin d’un abri.

Néanmoins, cela n’a pas empêché Barbra Streisand, Simon Cowell et un nombre incalculable de non-célébrités de dépenser des milliers de dollars pour que leurs animaux de compagnie chéris soient apparemment ramenés à la vie.

Pendant ce temps, Garlic a à peine un mois, et Sinogene a déclaré avoir déjà “plusieurs” propriétaires d’animaux prêts à payer environ 250 000 yuans (35 400 $) pour faire cloner leurs propres chats.

Et si l’entreprise peut trouver un moyen de cloner les souvenirs d’animaux de compagnie, rien ne permet de savoir combien d’animaux vont dépérir dans des abris tandis que les propriétaires affligés se tournent vers la science pour les aider à combler les vides avec des imitations potentiellement malsaines.

Global Times, Daily Mail

Le Vatican accueille une conférence sur le transhumanisme

Humanity 2.0 et le Vatican discutent de The TransHuman Code

Avec le soutien de l’Université pontificale du Latran (PLU), les mondialistes se sont réunis lundi à la Cité du Vatican pour discuter de la meilleure voie à suivre avec l’humanité et la technologie.

La réunion a été décrite comme “un rassemblement exclusif de dirigeants des secteurs de la technologie, des entreprises, des finances, du gouvernement, du monde universitaire, de l’ecclésiastique et des médias… afin de catalyser la prise de conscience et d’établir la meilleure voie à suivre avec humanité et technologie en harmonie”.

Parrainée par la Fondation OISTE, Humanity 2.0 a organisé la réunion intitulée “Technologie et épanouissement humain” avec le soutien du PLU au Collegio Teutonico, qui est adjacent à la Place Saint-Pierre.

Humanity 2.0 a été développé en collaboration avec le Dicastère pour la promotion du développement humain intégral (DPIHD – Dicastery for Promoting Integral Human Development) en tant qu'”agent du bien commun et croyant en la nécessité d’un horizon commun pour unir l’humanité”, selon le site web de l’organisation.

Le pape François a créé le DPIHD en août 2016 avec pour mission de promouvoir “le développement intégral de la personne à la lumière de l’Évangile et conformément à la doctrine sociale de l’Église”.

Le DPIHD fonctionne “au moyen d’un réseau d’interactions qui implique les Églises locales, les Conférences épiscopales, les autres organes de la Curie romaine, les organisations internationales (catholiques et non catholiques), les relations avec les gouvernements et les organisations supranationales”, selon la déclaration de mission.

La vision de Humanity 2.0 est définie par cinq convictions, notamment la conviction que nous sommes une espèce ayant la responsabilité collective de façonner notre avenir et que les défis pour l’humanité doivent être relevés par une action coordonnée.

L’organisation tente d’atteindre ses objectifs de trois manières, la troisième étant de faire venir “des organisations religieuses qui s’alignent pour lutter contre les obstacles et investir dans la solution”.

La réunion au Collegio Teutonico, lundi, a été centrée sur les conférences de Carlos Moreira et David Fergusson et leur livre cosigné, The transHuman Code: How to Program Your Future, ainsi que le père Philip Larrey et son livre, Artificial Humanity: An Essay on the Philosophy of Artificial Intelligence.

Moreira est un leader actif et membre de plusieurs institutions et organisations axées sur le développement de l’innovation technologique et la préservation de l’identité humaine.

Fergusson est un chef de file du financement des entreprises spécialisé dans les fusions et acquisitions mondiales.

Le Père Philip Larrey est un prêtre catholique qui est titulaire de la chaire de logique et d’épistémologie à l’Université pontificale du Latran au Vatican et président de Humanity 2.0.

D’après le synopsis de The TransHuman Code :

Ce que les auteurs proposent, c’est que si nous commençons à concevoir l’avenir transhumain d’un point de vue humain, en veillant à ce que la technologie inspire une révolution ou une évolution, nous pouvons alors veiller à ce que l’humanité continue à prospérer. Le Code transhumain tente de centrer l’humanité sur la tension émergente entre un monde contrôlé par l’homme et un monde contrôlé par la machine. Moreira et Fergusson examinent comment les humains peuvent maintenir l’unicité et l’humanité de ce nouveau monde.

Le livre de Larrey, Artificial Humanity, propose une discussion philosophique sur l’intelligence artificielle.

OISTE, sponsor du récent rassemblement de Humanity 2.0 au Vatican, a un statut consultatif auprès du Conseil économique et social de l’ONU et est un membre accrédité du groupe des parties prenantes des utilisateurs non commerciaux de l’Internet Corporation for Assigned Names and Numbers.

Accesswire, The transHuman Code, Church Militant

“Never has there been a more important time in our history for business, government, academic and religious leaders to align on the core tenants of humanity, déclare Carlos Moreira, co-auteur de The transHuman Code.

“Humanity is at a crossroads and the time has come for us not just to think collaboratively, but to put our thoughts into action”, a déclaré Matthew Sanders, CEO de Humanity 2.0. “This event assembles thought leaders from around the world to collaboratively act on providing global solutions.”

David Fergusson, co-auteur de The transhuman Code déclare :”In this, the age of technological revolution, advocating and innovating the greatest good for all humanity is paramount to realizing the full potential of our future.”

“Technology is shaping the fabric of our society”, déclare Rev. Philip Larrey, auteur de Artificial Humanity and Connected World. “We need to challenge industry leaders to take into account just how it impacts the ethics in business.”

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette – L’essence de L’humain

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette du jeudi 23 mai 2019 au Grand Orient de France – Communiqué de Presse

Essentialisme ? Existentialisme ou divers constructivismes ?

Alors que la question de « l’essence de l’humain » semblait être classée une fois pour toutes par divers courants de pensée issus des univers scientifiques et philosophiques, « le reste », vu comme littéralement « inexistant » était dédaigneusement laissé au domaine religieux et aux spéculations métaphysiques.

Or voici que, contre toute attente, les récents développements de la biologie, comme de « l’intelligence artificielle » conduisent les hommes à remettre encore une fois sur le métier de l’analyse la représentation qu’ils se font d’eux-mêmes.

Les capacités de raisonnement, le rire, l’émotion, l’humour, l’empathie, sont-ils encore « le propre de l’homme » ? A l’heure des robots émotifs, tous ces « traits » que l’on a cru longtemps exclusifs à l’espèce humaine sont-ils encore distinctifs ? Aristote a longtemps défini l’homme comme « un animal doué de raison ». Descartes a placé son existence dans sa faculté de penser. Pensée ou conscience ? La redécouverte de l’inconscient a conduit, au siècle dernier, à postuler un homme structural, inconsciemment assujetti, au-delà de son illusion de conscience et de liberté, au système dont il est partie prenante. Que ce système soit familial, éducationnel, linguistique, social.

Ces frontières semblent aujourd’hui remises profondément en cause par une conception naturaliste de l’homme. La vision darwiniste des espèces est vécue par la plupart comme une forme d’évidence scientifique qu’on ne songe plus à contester. On assiste dès lors à la prise de conscience collective d’une forme d’abus de propriété exercé par l’homme sur la nature entière, accompagné de la montée d’un animalisme moral. Ces éléments combinés avec les avancées de la biologie rendent poreuse la frontière homme-animal. L’homme est présenté comme « un animal comme les autres ». Et, sur le plan moral, c’est de façon subliminale l’animal, qui devient « un homme comme les autres », méritant respect et droit absolu de préservation.

L’avènement de cet « homme biologique », qui est aussi dans ce sens un « homme neuronal », se conjugue avec les rêves de « transhumanisme », dans lesquels le « support-silicium » est envisagé sur le même plan que le « support » vivant.

L’accélération technoscientifique, mais aussi le foisonnement intense des productions culturelles, viennent contribuer à brouiller les cartes davantage encore. Les francs-maçons ne pouvaient y rester insensibles.

En regard des schémas de représentation ambiants, la Franc-Maçonnerie propose le modèle d’un « homme essentiellement humain », en perpétuel devenir, sur le mode initiatique. La cinquième Rencontre Lafayette entre la Grande Loge Nationale Française et le Grand Orient de France permettra à deux conférenciers issus de leurs rangs, Norbert HILLAIRE et Jacques DESOR d’apporter leur contribution aux nouvelles réflexions développées sur l’essence de l’homme. Deux grands témoins de la société civile viendront leur donner la réplique : Guy VALLANCIEN et Laurence DEVILLERS apporteront leurs réactions éclairées, l’un chirurgien, l’autre chercheuse en intelligence artificielle.

Vèmes Rencontres Maçonniques Lafayette – L’essence de L’humain

Dans quelle mesure sommes-nous proches du transhumanisme observé dans “Years and Years”?

Une nouvelle étude suggère que le pont entre l’homme et la machine se referme plus rapidement que prévu

En regardant “Years and Years” de Russell T Davies, vous seriez pardonné d’avoir eu une crise de conscience majeure. D’une part, si l’on veut prendre la chronologie fictive de la série au pied de la lettre, les rêves de notre moi de sept ans ont finalement été réalisés : devenir à moitié cyborg sera possible d’ici 2025. D’autre part, les pires cauchemars de votre moi adulte, plus soucieux de la technologie, peuvent s’être matérialisés sur votre écran de télévision.

Les conclusions d’un groupe de recherche composé de scientifiques des universités de Harvard et de Surrey suggèrent que nous sommes sur la bonne voie pour vivre dans le monde transhumaniste que Davies nous présente dans la série extrêmement populaire.

L’étude, publiée la semaine dernière dans Nature, a permis à des scientifiques de fabriquer des “sondes à l’échelle nanométrique”, qui sont utilisées pour lire les activités électriques intracellulaires des neurones. Leur capacité à mesurer l’électrophysiologie (le courant électrique qui circule dans les cellules) signifie que ces sondes sont un pas en avant important pour comprendre ce que le Dr Yunlong Zhao de l’Université de Surrey a qualifié, dans une interview accordée à Science Daily, de “l’intersection entre l’homme et la machine”.

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Anqi Zhang, une doctorante du laboratoire Lieber à Harvard qui faisait partie de l’équipe, explique : “La capacité à lire les activités électriques à partir de neurones est à la base de nombreuses applications d’interfaces cerveau-machine, telles que la cartographie de l’activité cérébrale et les prothèses neurales”.

Lorsqu’on lui a demandé dans quelle mesure les prédictions du transhumanisme de Years and Years sont exactes, elle a répondu : “le domaine des interfaces cerveau-machine connaîtra des avancées significatives au cours des 10 à 15 prochaines années, aussi longtemps que nous pourrons nous attaquer aux limites actuelles des interfaces électrode-cerveau”.

Dans dix ans à compter d’aujourd’hui, le gouvernement paiera Bethany Lyons (Lydia West), l’un des personnages principaux de la série, pour obtenir un implant cérébral lui permettant d’interagir directement avec Internet; Dans 15 ans, Edith Lyons (Jessica Hynes) a son esprit et sa conscience transférés dans une version futuriste d’Amazon Alexa.

Selon Davies, le transhumanisme sera bel et bien établi d’ici 2034.

West, qui interprète Bethany, affirme que ce rôle lui a beaucoup appris sur ce qu’elle appelle “l’homme 2.0”. “Nous y sommes presque. La plupart d’entre nous passons quotidiennement des heures au téléphone. Il est donc logique que la prochaine étape consiste à internaliser cela et à l’intégrer dans notre corps”, dit-elle. “Je pense que nous ne sommes pas aussi loin que nous le pensons.”

Dans le cadre de ses travaux préparatoires au tournage de la série, West a déclaré dans le cadre de ses recherches qu’elle avait lu un article sur les futurs enfants opérés pour avoir une puce électronique insérée dans leur cerveau, qui servira de calculatrice humaine. Ainsi, tout enfant qui n’a pas cette puce sera pris au dépourvu à l’école et sera lentement chassé de la société. C’est un triste concept, dit-elle, mais je pense que le transhumanisme est la voie dans laquelle nous nous dirigeons au cours des 50 prochaines années.

The Independent, Science Daily, Yunlong Zhao, Siheng Sean You, Anqi Zhang, Jae-Hyun Lee, Jinlin Huang, Charles M. Lieber. Scalable ultrasmall three-dimensional nanowire transistor probes for intracellular recording. Nature Nanotechnology, 2019; DOI: 10.1038/s41565-019-0478-y

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

Henry T. Greely est directeur du Center for Law and Biosciences de l’Université de Stanford, ainsi que de son programme sur les neurosciences et la société. Manifestement, le type en sait quelque chose sur la technologie et sur son rôle dans la vie des gens – et il prédit maintenant que les progrès technologiques feront un jour du sexe à des fins de reproduction une chose du passé.

“Ma prédiction la plus forte est que dans l’avenir, les gens auront toujours des rapports sexuels – mais plus rarement dans le but de faire des bébés”, a déclaré Greely, qui a publié un livre intitulé “The End of Sex and the Future of Human Reproduction”, à la BBC. “Dans 20 à 40 ans, la plupart des gens dans le monde qui auront une bonne couverture médicale choisiront de concevoir en laboratoire.”

Sommes-nous à vingt années des bébés personnalisés ?

Au cours des quatre décennies qui ont suivi la naissance du premier “bébé éprouvette”, plus de 8 millions de personnes sont nées par fécondation in vitro.

Aujourd’hui, les parents qui produisent certains de ces enfants choisissent de soumettre leurs embryons fécondés à un diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) avant leur transfert dans l’utérus. Il s’agit de prélever des cellules sur les embryons pour voir si un enfant hériterait de gènes problématiques de ses parents.

Le DPI permet aux parents de n’utiliser que des embryons sans problème pour la FIV et, selon Greely, une fois qu’ils seront plus abordables et disponibles, de nombreux parents choisiront le DPI plutôt que de recourir au mode traditionnel de la reproduction.

“Comme la plupart des sujets, il y aura d’abord une certaine quantité de réactions viscérales négatives”, a-t-il dit à la BBC, avant d’ajouter que l’acceptation par le public interviendrait dès que les parents se rendront compte que les enfants nés avec le DPI ne naissent pas avec “deux têtes et une queue”.

BBC

L’avenir du sexe : comment se transforme l’intimité

Une lentille cornéenne intelligente pourrait donner aux soldats des super-pouvoirs

L’homme augmenté – Le soldat augmenté

Est-ce la lentille de contact intelligente que DARPA recherche depuis au moins une décennie ?

L’école d’ingénieurs IMT Atlantique a dévoilé ce qu’elle appelle “la première lentille de contact autonome avec une micro batterie flexible” au début du mois.

Et, notamment, elle a attiré l’attention de l’armée américaine : la DARPA serait intéressée par la lentille de contact pour augmenter les capacités visuelles des troupes sur le terrain, selon Task and Purpose – ce qui signifie que l’oculomètre embarqué pourrait représenter la lentille de contact renforcée que la DARPA a cherché pendant une décennie.

Le plus grand défi que les ingénieurs d’IMT Atlantique ont eu à relever a été de réduire la taille de la batterie. Mais grâce à une micro-pile flexible nouvellement développée, ils ont trouvé un moyen d’alimenter en continu une source lumineuse LED (une diode électroluminescente) pendant “plusieurs heures”, selon le communiqué de presse.

Le communiqué suggère également que “l’électronique flexible à base de graphène” pourrait encore améliorer les capacités des lentilles de contact intelligentes. Les applications pourraient aller de l’assistance aux chirurgiens en salle d’opération à l’aide aux conducteurs sur la route.

“Cette première réalisation s’inscrit dans le cadre d’un projet plus vaste et très ambitieux qui vise la création d’une nouvelle génération d’oculomètre liés à l’émergence des casques de réalité augmentée qui ont suscité de nouveaux usages (interface homme-machine, analyse de la charge cognitive etc.), ouvrant des marchés colossaux, tout en imposant de nouvelles contraintes de précision et d’intégration” a déclaré Jean-Louis Bougrenet de la Tocnaye, directeur du département d’optique de l’IMT Atlantique.

Et maintenant, les militaires veulent aussi participer au projet. Le magazine économique français L’Usine Nouvelle écrit que la DARPA s’intéresse à cette technologie. Même le géant de la technologie Microsoft est prêt à investir deux millions d’euros, selon le magazine – ce qui est remarquable, compte tenu du récent contrat HoloLens de l’entreprise technologique avec l’armée américaine.

“Nous sommes à l’aube d’une révolution dont peu de gens ont conscience. Le smartphone, qui représente aujourd’hui le summum de la mobilité et de la connectivité, va disparaître. Dans quelques années, il sera remplacé par des casques de réalité virtuelle et augmentée liés à des implants connectés. C’est sur ce coup d’après que tous les Gafam se positionnent aujourd’hui”, affirme Jean-Louis de Bougrenet de la Tocnaye.

“Tous les éléments sont prêts. Nous devrions l’intégrer en octobre 2019 et espérons démarrer les tests en 2020. Ensuite nous pourrons passer aux tests cliniques de qualification.”

The National Interest