Skip to content

L’avenir des emplois selon le Forum économique mondial

Selon le Forum économique mondial, les robots réaliseront 52% des tâches professionnelles courantes dès 2025, d’après une nouvelle étude publiée lundi.

À mesure que les avancées technologiques transforment rapidement la frontière entre les tâches exécutées par l’homme et celles effectuées par les machines et les algorithmes, les marchés du travail mondiaux sont susceptibles de subir des transformations majeures. Si elles sont bien gérées, ces transformations pourraient mener à un nouvel âge de travail, à de bons emplois et à une meilleure qualité de vie, mais si elles sont mal gérées, elles risquent d’aggraver les écarts de compétences et les inégalités. À bien des égards, le moment est venu de façonner l’avenir du travail. Le rapport sur l’avenir des emplois fournit des outils pouvant répondre aux questions cruciales auxquelles sont confrontées les entreprises, les gouvernements et les travailleurs à l’horizon 2022.

La quatrième révolution industrielle interagit avec d’autres facteurs socio-économiques et démographiques pour créer une tempête parfaite de changement de modèle d’entreprise dans toutes les industries, entraînant des perturbations majeures sur les marchés du travail. De nouvelles catégories d’emplois émergeront, en partie ou en totalité. Les compétences requises dans les professions anciennes et nouvelles changeront dans la plupart des industries et transformeront comment et où les gens travaillent. Cela peut également affecter différemment les travailleurs féminins et masculins et transformer la dynamique de l’écart entre les sexes dans l’industrie.

Le rapport sur l’avenir des emplois vise à présenter et à fournir des informations spécifiques sur l’ampleur relative de ces tendances par secteur et par zone géographique, ainsi que sur l’horizon prévisionnel de leur impact sur les fonctions, les niveaux d’emploi et les compétences.

En 2025, les machines accompliront plus de tâches que les humains. Mais la révolution robotique créera 58 millions de nouveaux emplois nets au cours des cinq prochaines années.

– Les dernières recherches du Forum économique mondial montrent que les machines accompliront plus de tâches courantes que nous d’ici 2025, alors que les humains réalisent aujourd’hui 71 % du total.

– L’évolution rapide des machines et des algorithmes sur le lieu de travail pourrait créer 133 millions de nouveaux emplois, à comparer aux 75 millions qui seront déplacés entre maintenant et 2022.

– Les défis urgents consistent notamment à offrir des possibilités de reconversion, à permettre le travail à distance et à mettre en place des filets de sécurité pour protéger les travailleurs et les communautés à risque.

Fondé sur une enquête menée auprès des directeurs des ressources humaines et des responsables de la stratégie appartenant aux entreprises de 12 secteurs d’activité au sein de 20 économies développées et émergentes (qui représentent collectivement 70 % du PIB mondial), le rapport conclut que 54 % des employés des grandes entreprises auraient besoin d’une reconversion importante afin de tirer pleinement parti des possibilités de croissance offertes par la quatrième révolution industrielle. Simultanément, un peu plus de la moitié des entreprises interrogées déclarent avoir l’intention de ne reconvertir que les employés qui occupent des rôles clés, et seul un tiers d’entre elles disent souhaiter reconvertir les travailleurs à risque.

L’avenir de l’emploi en chiffres

Part de la main-d’œuvre nécessitant une reconversion : 54%
Entreprises prévoyant de réduire leurs effectifs permanents : 50%
Entreprises prévoyant de recruter des fournisseurs spécialisés : 48%
Entreprises prévoyant une augmentation de la main-d’œuvre : 38%
Entreprises prévoyant une augmentation de la main-d’œuvre du fait de l’automatisation : 28%
Déplacements d’emplois d’ici 2022 : 75 millions
Créations d’emplois d’ici 2022 : 133 millions
Part du nombre total d’heures de travail effectuées par les humains en 2017 : 71%
Part du nombre total d’heures de travail effectuées par les humains en 2022 : 58%
Part du nombre total d’heures de travail effectuées par les humains en 2025 : 48%

Si près de 50 % des entreprises prévoient d’ici 2022 une diminution de leur effectif à temps plein du fait de l’automatisation, près de 40 % anticipent au contraire une augmentation globale de leur effectif et plus d’un quart s’attend à ce que l’automatisation crée de nouveaux emplois dans leur entreprise.

Le rapport présente une vision de l’avenir de la main d’œuvre mondiale qui suscite à la fois optimisme et prudence. Comparé à une étude similaire réalisée en 2016 par le Forum économique mondial afin de comprendre l’impact de la quatrième révolution industrielle sur l’emploi, ce rapport ouvre des perspectives de création d’emplois beaucoup plus positives, car les entreprises comprennent beaucoup mieux les possibilités offertes par la technologie. Toutefois, l’énorme perturbation que l’automatisation créera au sein de la main-d’œuvre mondiale provoquera de façon quasi-certaine des changements importants dans la qualité, l’emplacement, le format et la permanence des fonctions qui requièrent une attention particulière de la part des dirigeants des secteurs public et privé.

Parmi les fonctions qui doivent faire face à une demande croissante dans tous les secteurs d’activité, on trouve les analystes de données, les scientifiques, les développeurs de logiciels, ainsi que les spécialistes du commerce électronique et des médias sociaux – des métiers basés sur la technologie ou qu’elle améliore de façon significative. Les fonctions qui tirent parti des compétences humaines, comme les professions de la vente et du marketing, les managers de l’innovation et les chargés du service à la clientèle, sont également appelées à connaître une demande croissante. Les emplois dont on s’attend à ce qu’ils deviennent redondants sont les postes routiniers de cols blancs, comme les commis à la saisie de données, la comptabilité et la paie.

« Les entreprises doivent compléter leurs plans d’automatisation par des stratégies d’augmentation globales. Pour demeurer dynamiques, différenciées et compétitives à l’ère des machines, les entreprises doivent en fait investir dans leur capital humain. Il y a un impératif moral et économique de le faire. Sans approches proactives, les entreprises et les travailleurs risquent de perdre le potentiel économique de la quatrième révolution industrielle », déclare Saadia Zahidi, Directrice du Centre pour la nouvelle économie et la société au Forum économique mondial.

Perspectives d’emploi 2022

Pour l’ensemble des entreprises interrogées, les répondants prévoient d’ici 2022 une baisse de 984 000 emplois et un gain de 1,74 million. L’extrapolation de ces tendances aux grandes entreprises de la main-d’œuvre non agricole des 20 économies couvertes par le rapport suggère que 75 millions d’emplois pourraient être déplacés par un changement de la répartition du travail entre les humains, les machines et les algorithmes, tandis que 133 millions de nouveaux emplois plus adaptés à cette nouvelle division du travail pourraient émerger.

Malgré une croissance nette positive de l’emploi, les métiers connaîtront un changement significatif de qualité, d’emplacement, de format et de permanence. Les entreprises sont prêtes à recourir davantage à des fournisseurs extérieurs pour effectuer des tâches spécialisées, à recruter du personnel selon des arrangements plus souples, à recourir au travail à distance et à déplacer certaines activités afin de s’assurer l’accès aux talents.

Les travailleurs auront besoin de nouvelles compétences à mesure qu’évolue la répartition du travail entre les humains et les machines. Les entreprises interrogées rapportent qu’aujourd’hui, 71% du total des heures de travail sont effectuées par des humains, contre 29% par des machines. D’ici 2022, cette répartition devrait passer à 58 % des heures de travail effectuées par des humains et 42 % par les machines.

L’avenir de l’emploi selon les secteurs d’activité

L’avenir de l’emploi n’est pas univoque, et l’impact de la robotisation se fera sentir de façon disparate dans les différents secteurs d’activité en fonction de la situation initiale, de la disponibilité des compétences, de l’adoption des technologies et de l’adaptabilité de la main-d’œuvre.

Bien que les perspectives d’avenir du marché de l’emploi soient globalement positives, l’équilibre entre l’expansion et la contraction de la main-d’œuvre change selon les secteurs d’activité. Le niveau de déplacement devrait varier considérablement. Par exemple, la part des entreprises qui prévoient des pertes d’emplois dans les secteurs des mines et des métaux, de la consommation et des technologies de l’information est plus élevée que dans les services professionnels. Certains métiers et certaines compétences qui sont en déclin dans un secteur d’activité donné sont au contraire en progression dans d’autres. Ces résultats signalent la possibilité de mener stratégies coordonnées de transition des emplois entre des secteurs d’activité.

Tous les secteurs prévoient des pénuries de compétences considérables, l’industrie de l’aviation, du voyage et du tourisme projetant les besoins de reconversion les plus élevés au cours de la période 2018-2022. Les pénuries de compétences sont également particulièrement préoccupantes dans les secteurs des technologies de l’information et des communications, des services financiers, et des mines et métaux. Le secteur de la grande mobilité est le moins susceptible de chercher à requalifier ses employés, tandis que les entreprises appartenant aux secteurs de la santé et des soins, de la chimie, des matériaux avancés et de la biotechnologie sont les plus susceptibles de reconvertir leurs employés.

Combinée à la reconversion, l’augmentation des tâches actuelles peut créer les conditions d’une nouvelle croissance de la productivité. Par exemple, l’administration et les tâches physiques seront en grande partie automatisées, ce qui permettra aux humains de se concentrer sur des tâches plus productives.

Conclusion

Pour les gouvernements, il est urgent de s’attaquer à l’impact des nouvelles technologies sur les marchés du travail en améliorant les politiques éducatives visant à élever rapidement le niveau d’éducation et de compétences des individus de tous âges, notamment en ce qui concerne les STEM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques) et compétences non cognitives, permettant aux individus de tirer parti de leurs capacités humaines uniques. Les points d’intervention pertinents comprennent les programmes scolaires, la formation des enseignants et la réinvention de la formation professionnelle à l’ère de la quatrième révolution industrielle, élargissant ainsi son attrait au-delà des professions traditionnelles faiblement et moyennement qualifiées.

Deuxièmement, l’amélioration de la formation et de l’offre de compétences doit être équilibrée par les efforts déployés du côté de la demande. Les gouvernements peuvent aider à stimuler la création d’emplois grâce à des investissements publics supplémentaires et en mobilisant des investissements privés grâce à des financements mixtes ou à des garanties publiques. La nature exacte des investissements souhaitables variera d’un pays à l’autre. Cependant, au cours des prochaines années, il y a une énorme portée et un besoin évident non résolu dans la création de l’infrastructure matérielle et souple pour alimenter la quatrième révolution industrielle – des réseaux de communication numérique aux réseaux d’énergie renouvelables et intelligents jusqu’aux écoles et hôpitaux intelligents, en passant par les foyers de soins et les structures de garde améliorés.

Troisièmement, dans la mesure où les nouvelles technologies et l’augmentation de la main-d’œuvre stimuleront la productivité, les revenus, les gouvernements pourraient trouver des moyens d’améliorer les filets de sécurité sociale pour mieux soutenir ceux qui ont besoin d’aide pour s’adapter au nouveau marché du travail. Cet objectif pourrait être atteint en réformant et en élargissant les systèmes de protection sociale existants ou en adoptant un modèle entièrement nouveau, comme l’idée du revenu de base et des services de base. Les enseignements tirés de projets pilotes de ce type – en plus de ceux actuellement en cours dans des pays tels que les Pays-Bas, divers États américains et canadiens, le Kenya, l’Inde et le Brésil – seront essentiels pour tous les gouvernements au cours de la période 2018-2022.

Pour les travailleurs, il faut absolument assumer la responsabilité de l’apprentissage tout au long de la vie et du développement de carrière. Il est également clair que de nombreuses personnes devront être soutenues par des périodes de transition professionnelle et des phases de recyclage et l’amélioration des compétences par les gouvernements et les employeurs. Par exemple, l’apprentissage tout au long de la vie devient un domaine d’expérimentation riche, plusieurs gouvernements et industries recherchant la bonne formule pour encourager les individus à se soumettre volontairement à une mise à niveau périodique des compétences.

De même, si un revenu de base universel à part entière peut rester politiquement et économiquement irréalisable ou indésirable au cours de la période 2018-2022, certaines variantes ou certains aspects de l’idée – par exemple fournir un fonds universel pour l’apprentissage tout au long de la vie – pourrait recevoir une attention croissante au cours des prochaines années. Les solutions sont susceptibles de varier selon les pays et dépend des circonstances politiques, économiques et sociaux locaux.

L’objectif principal des gouvernements, des industries et des travailleurs devrait être de veiller à ce que les emplois de demain soient rémunérés équitablement, entraînent un traitement respectueux et décent et offrent des possibilités réalistes de croissance personnelle, de développement et d’épanouissement. Nous espérons que ce rapport sur l’avenir de l’emploi du Forum économique mondial fournira à la fois un appel à l’action et un outil utile pour façonner de manière proactive l’avenir des emplois afin de concrétiser cette vision.

⇒ Télécharger le rapport : The Future of Jobs Report 2018 World Economic Forum

Pour aller plus loin :
Quel sera l’impact de l’automatisation sur l’emploi ?
De nombreux emplois menacés par l’IA et les robots d’ici cinq ans
Selon Mark Cuban, l’IA sera à l’origine de la plus grande rupture de ces 30 dernières années dans le monde du travail
Bill Gates : le robot qui prend votre travail devrait payer des impôts
Stephen Hawking : l’automatisation et l’IA vont décimer les emplois de la classe moyenne
Vinod Khosla : « 80% des emplois informatiques peuvent être remplacés par l’automatisation
Rapport de l’ONU : les robots vont remplacer les deux tiers des emplois dans les pays en développement
850 000 emplois supplémentaires vont être automatisés d’ici 2030 au Royaume-Uni
L’intelligence artificielle et l’automatisation : seulement 1,5 % des emplois perdus pourraient être remplacés par les emplois créés
ING Focus Belgique – les emplois les plus « robotisables » (PDF)
L’évolution de l’intelligence artificielle pourrait sonner le glas de nombreuses professions
La Banque d’Angleterre et Bank of America Merrill Lynch annoncent une apocalypse de l’emploi
Des robots pour remplacer les juges ?
Ross, le premier avocat Robot du monde
Automatisation : environ 114.000 emplois juridiques seront perdus soit 39% des emplois dans le secteur

1 Comment »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares