Skip to content

Les premiers embryons humains édités aux États-Unis

Les chercheurs ont démontré qu’ils peuvent améliorer efficacement l’ADN des embryons humains.

A video shows the injection of gene-editing chemicals into a human egg near the moment of fertilization. The technique is designed to correct a genetic disorder from the father. Images courtesy of OHSU

La première tentative de création d’embryons humains génétiquement modifiés aux États-Unis a été réalisée par une équipe de chercheurs à Portland, Oregon. L’essai dirigé par Shoukhrat Mitalipov, de l’Oregon Health and Science University, a consisté à changer l’ADN d’un grand nombre d’embryons à une seule cellule avec la technique d’édition de gènes CRISPR, selon les personnes connaissant les résultats scientifiques.

Jusqu’à présent, seules des scientifiques chinois avaient publié des rapports d’éditions d’embryons humains. Maintenant, Mitalipov aurait innové à la fois dans le nombre d’embryons et expériences en démontrant qu’il est possible de corriger efficacement et de façon sécuritaire des gènes défectueux qui causent des maladies héréditaires.

Premier test humain en Chine pour la technique d’édition du génome
Un premier essai de CRISPR modifiera les gènes à l’intérieur du corps humain
Les scientifiques chinois modifient encore des embryons humains
Chine : la première modification génétique d’embryons humains

Bien qu’aucun des embryons n’a été autorisé à se développer pendant plus de quelques jours – et il n’y avait jamais eu l’intention de les implanter dans un utérus – les expériences sont un jalon sur ce qui peut s’avérer être un voyage inévitable vers la naissance des premiers humains génétiquement modifiés ou génétiquement augmentés.

En modifiant le code ADN des embryons humains, l’objectif des scientifiques est de montrer qu’ils peuvent éradiquer ou corriger les gènes qui causent une maladie héréditaire, comme la maladie du sang, la bêta-thalassémie. Le processus est appelé « ingénierie de la lignée germinale » (génie génétique, ingénierie germinale) car tout enfant génétiquement modifié passerait les changements aux générations suivantes grâce à leurs propres cellules germinales : les œufs et les spermatozoïdes.

Certains critiques disent que nous entrerons dans une fabrique du « bébé parfait » ou du « bébé sur mesure » (le business du bébé à la carte représente neuf milliards d’euros par an – ArtéInfo) uniquement conçus avec des améliorations génétiques. L’année dernière, James Clapper, directeur du renseignement US (CIA) avait déclaré que la « modification du génome est une arme de destruction massive. »

« La recherche dans l’édition du génome réalisée par les pays avec différentes normes réglementaires ou éthiques différentes que celles des pays occidentaux augmentent probablement le risque de la création d’agents ou de produits biologiques potentiellement dangereux ».

Mitalipov a refusé de commenter les résultats, qui sont en attente de publication.

MIT Technology Revirw

→ maj au 05/08/2017 : Les détails de la recherche ont été publiés dans Nature. doi:10.1038/nature23305. Washington Post, Oregon Health & Science University

Première expérience d’édition d’embryon humain aux États-Unis corrige le gène pour la maladie cardiaque : Shoukhrat Mitalipov, l’un des principaux auteurs du document et chercheur à l’Oregon Health & Science University, a déclaré qu’il était conscient de la nécessité d’une plus grande discussion éthique et juridique sur la modification génétique des humains, mais que le travail de son équipe est justifié car il Implique de «corriger» les gènes plutôt que de les modifier.

1 Comment »

Laisser un commentaire

Shares