Skip to content

Des chercheurs utilisent CRISPR pour éditer l’ADN en dehors de la cellule

La découverte du Gene Editing Institute du Delaware pourrait rapidement faire progresser les soins personnalisés contre le cancer. L’équipe a développé un nouvel outil CRISPR qui permet aux chercheurs de regarder CRISPR et de leur donner plus de contrôle dans le processus d’édition. Ils ont publié leur étude dans CRISPR Journal.

Cas9 est une protéine qui agit comme des ciseaux dans l’outil d’édition qu’est le système CRISPR-Cas9. Cas9 fonctionne très bien dans une cellule, mais il n’est pas très efficace lorsque les chercheurs extraient l’ADN d’une cellule. C’est un problème car les chercheurs essaient d’utiliser l’outil pour de nouvelles applications.

« Lorsque vous travaillez avec CRISPR à l’intérieur d’une cellule, vous travaillez dans une boîte noire où vous ne pouvez pas vraiment observer les rouages des machines qui font ces choses incroyables. Vous pouvez voir les résultats, les modifications apportées aux gènes, mais pas nécessairement comment vous y êtes arrivé, ce qui est important pour s’assurer que CRISPR puisse être utilisé en toute sécurité pour traiter les patients », a déclaré Eric Kmiec, chercheur principal et directeur de Gene Editing Institute.

Pour créer un outil CRISPR acellulaire (sans cellule), Kmiec et ses collègues ont remplacé Cas9 par une autre protéine : Cpf1, également connue sous le nom de Cas12a. Avec CRISPR-Cpf1, ils ont découvert qu’ils pouvaient retirer une molécule d’ADN appelée plasmide d’une cellule et l’éditer dans un tube à essai.

Cpf1 une alternative à CRISPR-Cas9 ?

Selon les chercheurs, c’est le premier outil CRISPR qui peut le faire, et cela pourrait être une amélioration par rapport à CRISPR-Cas9 à plusieurs égards.

Premièrement, il permet aux chercheurs de voir ce que CRISPR est en train de faire. Comme Kmiec l’a mentionné, c’est important pour que les scientifiques puissent s’assurer que le traitement est sans danger pour les patients.

Deuxièmement, c’est un moyen plus rapide pour effectuer des tests de diagnostic. Les mutations qui causent le cancer ne sont pas les mêmes chez tous les patients. Un médecin pourrait utiliser CRISPR-Cpf1 pour déterminer la mutation spécifique causant la maladie chez un patient plus rapidement qu’avec CRISPR-Cas9, selon Kmiec. Ceci pourrait aider un médecin à déterminer la meilleure option de traitement pour ses patients.

Troisièmement, les coupes spécifiques faites par Cpf1 pourraient être plus utiles que celles faites par cas9. Lorsque Cas9 fait une coupe, il laisse des extrémités émoussées sur le gène. Ce n’est pas grave si la coupe est tout ce qu’un chercheur veut faire, mais l’extrémité émoussée n’est pas géniale pour s’attacher à un nouveau morceau de code génétique. Cpf1, d’autre part, laisse des «extrémités collantes» qui facilitent l’insertion d’un nouvel ADN pour un chercheur.

« Avec cette nouvelle avancée, nous devrions être en mesure de travailler avec des cultures de laboratoire et de réaliser des modifications génétiques en moins d’un jour, ce qui réduit considérablement le temps nécessaire pour le diagnostic par rapport à d’autres outils CRISPR, et avec beaucoup plus de précision. Ceci est particulièrement important pour les diagnostics liés aux soins du cancer, où le temps est critique, » a déclaré Eric Kmiec.

Le Gene Editing Institute est déjà à la recherche d’un partenaire commercial pour utiliser son outil CRISPR-Cpf1 dans le diagnostic du cancer.

CRISPR Journal, EurekAlert

Laisser un commentaire

Shares