Skip to content

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Brain reader: An array of micro-electrodes printed on plastic can record from the brain’s surface. It is 6.5 millimeters on a side. credit: MIT

Brain reader: An array of micro-electrodes printed on plastic can record from the brain’s surface. It is 6.5 millimeters on a side.
credit: MIT

Un programme de  70 millions $ va essayer de développer des implants cérébraux capables de réguler les émotions chez les personnes souffrant de troubles mentaux.

May 29, 2014

Beaucoup d’anciens combattants souffrent de problèmes émotionnels écrasants.

Jose Carmena a travaillé sur les singes Macaques pour qu’ils déplacent les curseurs et les membres robotiques avec leurs esprits. Il le fait par l’implantation d’électrodes dans leur cerveau pour surveiller l’activité neuronale. Dans le cadre d’un programme de $ 70 millions financé par l’armée américaine, Carmena a un nouvel objectif : utiliser les implants cérébraux pour lire et ensuite contrôler les émotions des malades mentaux.

La Defense Advanced Research Projects Agency, ou DARPA, a décerné deux importants contrats au Massachusetts General Hospital et de l’Université de Californie, San Francisco, pour créer des implants cérébraux électriques capables de traiter les sept maladies psychiatriques, y compris la toxicomanie, la dépression et le trouble de la personnalité borderline.

Le projet s’appuie sur l’expansion des connaissances sur la façon dont fonctionne le cerveau ; le développement de systèmes microélectroniques qui peuvent s’insérer dans le corps ; et des preuves substantielles que les pensées et les actions peuvent être modifiées avec des impulsions électriques bien placées dans le cerveau.

« Imaginez que j’ai une dépendance à l’alcool et que j’ai une envie, » dit Carmena, professeur à l’Université de Californie, Berkeley et impliqué dans le projet dirigé par l’UCSF. « Nous pourrions détecter ce sentiment et puis stimuler l’intérieur du cerveau pour l’empêcher de se produire. »

Les Etats-Unis font face à une épidémie de la maladie mentale chez les anciens combattants, avec des taux de suicide trois ou quatre fois supérieur à celui du grand public. Mais les médicaments et thérapies par la parole sont d’une utilité limitée, ce qui est la raison pour laquelle l’armée se tourne vers les périphériques neurologiques, dit Justin Sanchez, responsable du programme DARPA, pour Systems-Based Neurotechnology for Emerging Therapies.

« Nous voulons comprendre les réseaux cérébraux [dans] les maladies neuropsychiatriques, développer une technologie pour les mesurer et procéder à la signalisation de précision du cerveau » explique Sanchez. « C’est quelque chose de complètement différent et nouveau. Ces dispositifs n’existent encore. »

[…]

La nouvelle ligne de recherche a été surnommée « interfaces cerveau-ordinateur affectives » (aBCI) par certains, ce qui signifie que les appareils électroniques qui modifient les sentiments, peuvent-être sous le contrôle direct des pensées et des désirs (souhaits) du patient. « Fondamentalement, nous essayons de construire la prochaine génération de stimulateurs cérébraux psychiatriques », déclare Alik Widge, un chercheur de l’équipe de Mass General.

Darin Dougherty, un psychiatre qui dirige la division de Mass General de neurothérapeutiques (directs Mass General’s division of neurotherapeutics), dit que l’un des objectifs serait d’éteindre la peur chez les anciens combattants souffrant de trouble de stress post-traumatique, ou TSPD. La peur est générée dans l’amygdale, une partie du cerveau impliquée dans les souvenirs émotionnels (mémoire émotionnelle). Mais elle peut être réprimée par des signaux dans une autre région, le cortex préfrontal ventromédian. « L’idée serait de décoder un signal dans l’amygdale montrant la suractivité, puis stimuler ailleurs pour « supprimer » cette peur, » dit Dougherty.

Ces recherches ne sont pas sans connotation de mauvais augures. Dans les années 1970, un neuroscientifique de l’Université de Yale, Jose Delgado, a montré qu’il pourrait amener les gens à ressentir des émotions, comme la relaxation ou l’anxiété, à l’aide d’implants, appelés « stimoceivers » (contrôle de l’esprit par la stimulation électrique du cerveau, utilisé pour stimuler les émotions et contrôler le comportement, susciter des réactions physiques spécifiques). Mais Delgado, également financé par l’armée, a quitté les États-Unis après les audiences du Congrès dans lequel il a été accusé de mettre au point des dispositifs de contrôle de l’esprit « totalitaire » (second lien). Selon les scientifiques, financés par la DARPA, l’Agence a été inquiète de la façon dont le programme de Subnets (sous-réseaux) pourrait être perçu, et elle a nommé un comité d’éthique chargé pour superviser la recherche.

Les implants psychiatriques contrôleraient en effet comment les malades mentaux agissent, bien que dans de nombreux cas, indirectement, en changeant ce qu’ils ressentent. Par exemple, un stimulateur qui arrête une envie de cocaïne modifierait le comportement du toxicomane. « C’est de changer ce que ressentent les gens et de changer ce qu’ils font. Ceux-ci sont intimement liés, » explique Dougherty. « Cela va être pour les personnes qui ne répondent pas aux autres traitements ».

by Antonio Regalado, May 29, 2014 pour MIT Technology Review

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

5 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :