Skip to content

Le cerveau peut être formé pour réguler les émotions négatives

Date : 5 janvier 2016

Source : American Associates, Ben-Gurion University of the Negev

Résumé : Une simple tâche de formation informatique, peut changer le câblage du cerveau pour réguler les réactions émotionnelles, selon une étude récente. Les chercheurs espèrent examiner l’impact de cette formation non-émotionnel sur les personnes qui sont déprimées ou anxieuses. Il peut également être utile pour les personnes à risque élevé de développer des réactions d’hypertension artérielle à l’information émotionnelle.

The researchers conducted a « resting-state fMRI scan » to assess connections between brain regions during no specific task and later during an emotional reactivity task.

Une tâche simple, de formation informatique peut changer le câblage du cerveau pour réguler les réactions émotionnelles, selon une étude récente publiée dans NeuroImage par des chercheurs de Ben-Gurion University of the Negev (BGU).

« Ces résultats sont les premiers à démontrer que la formation non-émotionnel qui améliore la possibilité d’ignorer les informations non pertinentes peut entraîner une diminution des réactions du cerveau d’événements émotionnels et modifier les connexions cérébrales », dit le Dr Noga Cohen. Cohen a mené l’étude dans le cadre de sa recherche de doctorat au laboratoire de neuropsychologie Cognitive de BGU sous la supervision du Prof. Avishai Henik du département de psychologie. « Ces changements étaient accompagnés par des connexions neuronales renforcées entre les régions du cerveau impliquées dans l’inhibition des réactions émotives. »

Les chercheurs espèrent examiner l’impact de cette formation non-émotionnel sur les individus qui sont déprimés ou anxieux. Il peut également être utile pour les personnes à risque élevé de développer des réactions d’hypertension artérielle à l’information émotionnelle.

« De telles orientations futures comportent d’importantes implications cliniques potentielles pour un grand pourcentage de la population », expliquent les chercheurs. « Cette formation cognitive peut être facilement employée auprès de différentes populations, comme les enfants, les personnes âgées et les individus souffrant de troubles neurologiques ou psychiatriques ».

Dans l’étude, le cerveau des 26 volontaires sains ont été surveillés avant et après plusieurs séances de formation informatisée à l’aide d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf). Pendant la formation, les participants étaient tenus de déterminer si une cible flèche pointe vers la droite ou vers la gauche, tout en ignorant le sens des flèches de chaque côté de celui-ci. Les chercheurs ont mené un «scanne d’IRMf à l’état de repos» afin d’évaluer les liens/connexions entre les régions du cerveau pendant aucune tâche spécifique et plus tard au cours d’une tâche de réactivité émotionnelle dans laquelle ils devaient ignorer les images négatives utilisées pour étudier l’émotion.

« Comme prévu, les participants ayant terminé la plus intense version de la formation (mais pas les autres participants) ont montré une activation réduite dans leur amygdale — une région du cerveau impliquée dans les émotions négatives, y compris la tristesse et l’anxiété. Par ailleurs, l’entraînement intensif a permis une connectivité accrue entre les participants, l’amygdale et une région dans le cortex frontal ont montré qu’ils sont impliqués dans la régulation de l’émotion, » dit le Dr Cohen, qui a collaboré avec le Dr Hadas Okon-Singer de l’Université de Haïfa et Max Planck Institute for Human Cognitive and Brain Sciences en Allemagne.

« C’est notre espoir que les travaux en cours pourraient conduire à d’autres tests et potentiellement le développement d’une intervention efficace pour les personnes souffrant de comportements émotionnels inadaptés », explique le Dr Cohen. « Tout en reconnaissant les limites de cette étude, qui a été basée sur un nombre relativement restreint de participants sains et axée sur les effets à court terme de la formation, cela peut s’avérer efficace pour les personnes souffrant de dérèglement de l’émotion. »

Une étude antérieure menée par ces auteurs a déjà montré qu’une formation similaire peut réduire la tendance à être immergée dans un cycle répétitif de pensée sur un événement négatif.

source : Science Daily


Story Source:

The above post is reprinted from materials provided by American Associates, Ben-Gurion University of the Negev. Note: Materials may be edited for content and length.


Journal Reference:

  1. N. Cohen, D.S. Margulies, S. Ashkenazi, A. Schaefer, M. Taubert, A. Henik, A. Villringer, H. Okon-Singer. Using executive control training to suppress amygdala reactivity to aversive information. NeuroImage, 2016; 125: 1022 DOI: 10.1016/j.neuroimage.2015.10.069

3 Comments »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :