Skip to content

Valeurs transhumanistes Explorer le royaume posthumain

1. Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Le transhumanisme est un mouvement vaguement défini qui s’est développé progressivement au cours des deux dernières décennies. [1] Il favorise une approche interdisciplinaire pour comprendre et évaluer les possibilités d’améliorer la condition humaine et l’organisme humain ouvert par l’avancement de la technologie. L’attention est accordée aux technologies actuelles, telles que le génie génétique et les technologies de l’information, et aux technologies futures, telles que la nanotechnologie moléculaire et l’intelligence artificielle.

Les options d’amélioration discutées comprennent l’extension radicale de la santé humaine, l’éradication de la maladie, l’élimination des souffrances inutiles et l’augmentation des capacités intellectuelles, physiques et émotionnelles humaines. D’autres thèmes transhumanistes incluent la colonisation de l’espace et la possibilité de créer des machines surintelligentes, ainsi que d’autres développements potentiels qui pourraient profondément modifier la condition humaine. La portée ne se limite pas aux gadgets et à la médecine, mais englobe aussi les conceptions économiques, sociales et institutionnelles, le développement culturel et les compétences et techniques psychologiques.

Les transhumanistes considèrent la nature humaine comme un travail en cours, un début à moitié cuit que nous pouvons apprendre à remodeler de manière souhaitable. L’humanité actuelle n’a pas besoin d’être le point final de l’évolution. Les transhumanistes espèrent que, grâce à l’utilisation responsable de la science, de la technologie et d’autres moyens rationnels, nous finirons par devenir des posthumains, des êtres dotés de capacités beaucoup plus grandes que les êtres humains actuels.

Certains transhumanistes prennent des mesures actives pour augmenter la probabilité qu’ils survivront personnellement assez longtemps pour devenir posthumains, par exemple en choisissant un mode de vie sain ou en prenant des dispositions pour se faire suspendre cryoniquement en cas de désanimation [2]. Contrairement à beaucoup d’autres conceptions éthiques qui, dans la pratique, reflètent souvent une attitude réactionnaire vis-à-vis des nouvelles technologies, la vision transhumaniste est guidée par une vision évolutive pour adopter une approche plus proactive de la politique technologique. Cette vision, à grands traits, est de créer l’opportunité de vivre des vies beaucoup plus longues et en meilleure santé, d’améliorer notre mémoire et d’autres facultés intellectuelles, d’affiner nos expériences émotionnelles et d’augmenter notre sentiment subjectif de bien-être, et généralement pour atteindre un plus grand degré de contrôle sur nos propres vies. Cette affirmation du potentiel humain est proposée comme une alternative aux injonctions coutumières contre le fait de jouer à Dieu, de jouer avec la nature, d’altérer notre essence humaine ou d’afficher une démesure punissable.

Le transhumanisme n’entraîne pas d’optimisme technologique. Alors que les capacités technologiques futures offrent un potentiel immense pour des déploiements bénéfiques, elles pourraient également être utilisées à mauvais escient pour causer d’énormes dommages, allant jusqu’à la possibilité extrême d’une extinction de la vie intelligente. D’autres résultats négatifs potentiels incluent l’élargissement des inégalités sociales ou une érosion graduelle des actifs difficiles à quantifier dont nous nous soucions profondément mais que nous négligeons dans notre lutte quotidienne pour le gain matériel, comme les relations humaines significatives et la diversité écologique. De tels risques doivent être pris très au sérieux, comme le reconnaissent pleinement les transhumanistes réfléchis [3].

Le transhumanisme a ses racines dans la pensée humaniste laïque, mais il est plus radical en ce qu’il promeut non seulement les moyens traditionnels d’améliorer la nature humaine, comme l’éducation et le raffinement culturel, mais aussi l’application directe de la médecine et de la technologie.

2. Limites humaines

L’éventail des pensées, des sentiments, des expériences et des activités accessibles aux organismes humains ne constitue vraisemblablement qu’une infime partie de ce qui est possible. Il n’y a aucune raison de penser que le mode d’être humain soit plus libre des limitations imposées par notre nature biologique que celles des autres animaux. De la même manière que les chimpanzés manquent de moyens cognitifs pour comprendre ce que c’est que d’être humain – les ambitions que nous avons, nos philosophies, les complexités de la société humaine, ou les subtilités de nos relations les uns avec les autres, nous, les humains, n’avons donc pas la capacité de former une compréhension intuitive réaliste de ce que serait un humain radicalement amélioré (un «posthumain») et des pensées, des préoccupations, des aspirations et des relations sociales que ces humains peuvent avoir.

Notre propre mode d’être actuel ne couvre donc qu’un sous-espace infime de ce qui est possible ou permis par les contraintes physiques de l’univers (voir la figure 1). Il n’est pas exagéré de supposer qu’il y a des parties de cet espace plus vaste qui représentent des manières extrêmement précieuses de vivre, de relier, de sentir et de penser.

Credit: Nick Bostrom

Les limites du mode d’être humain sont si omniprésentes et si familières que souvent nous ne les remarquons pas, et les interroger exige de manifester une naïveté presque enfantine. Considérons quelques-unes des plus basiques.

Durée de vie. En raison des conditions précaires dans lesquelles vivaient nos ancêtres du Pléistocène, la durée de vie de l’être humain a évolué pour devenir un maigre sept ou huit décennies. C’est, à bien des égards, une période de temps plutôt courte. Même les tortues font mieux que ça.

Nous n’avons pas besoin d’utiliser des comparaisons géologiques ou cosmologiques pour mettre en évidence la maigreur de nos budgets temps alloués. Pour avoir l’impression que nous risquons de passer à côté de quelque chose d’important par notre tendance à mourir tôt, nous n’avons qu’à penser à certaines des choses utiles que nous aurions pu faire ou tenter de faire si nous avions eu plus de temps. Pour les jardiniers, les éducateurs, les érudits, les artistes, les urbanistes et ceux qui aiment simplement observer et participer à des spectacles de variétés culturelles ou politiques de la vie, gagner trois, dix ans sont souvent insuffisants pour mener à terme un projet majeur, encore moins pour entreprendre plusieurs de ces projets dans l’ordre.

Le développement du caractère humain est également écourté par le vieillissement et la mort. Imaginez ce qu’aurait pu devenir un Beethoven ou un Goethe s’ils étaient encore avec nous aujourd’hui. Peut-être qu’ils se seraient développés en vieux grincheux rigides intéressés exclusivement à converser sur les réalisations de leur jeunesse. Mais peut-être, s’ils avaient continué à jouir de la santé et de la vitalité juvénile, ils auraient continué à grandir en tant qu’hommes et artistes, pour atteindre des niveaux de maturité que nous pouvons à peine imaginer. Nous ne pouvons certainement pas exclure cela en fonction de ce que nous savons aujourd’hui. Par conséquent, il existe au moins une possibilité sérieuse d’avoir quelque chose de très précieux en dehors de la sphère humaine. Cela constitue une raison de poursuivre les moyens qui nous permettront d’y aller et de le découvrir.

Capacité intellectuelle. Nous avons tous eu des moments où nous aurions voulu être un peu plus intelligent. La machine à penser de trois livres que nous trimballons dans nos crânes peut faire des tours ingénieux, mais elle a aussi des défauts importants. Certains d’entre eux – comme oublier d’acheter du lait ou ne pas atteindre la maîtrise des langues que vous apprenez en tant qu’adulte – sont évidents et ne nécessitent aucune élaboration. Ces défauts sont des inconvénients mais ne constituent guère des obstacles fondamentaux au développement humain.

Mais il y a un sens plus profond dans les contraintes de notre appareil intellectuel qui limite nos modes de mentation (le processus ou le résultat de l’activité mentale). J’ai déjà mentionné l’analogie avec les chimpanzés: tout comme pour les grands singes, notre propre constitution cognitive peut exclure des strates entières de compréhension et d’activité mentale. Il ne s’agit pas d’une impossibilité logique ou métaphysique: nous n’avons pas besoin de supposer que les posthumains ne seraient pas calculables ou qu’ils auraient des concepts qui ne pourraient pas être exprimés par des phrases finies dans notre langue, ou quoi que ce soit de ce genre. L’impossibilité à laquelle je fais référence ressemble plus à l’impossibilité pour nous, humains actuels, de visualiser une hypersphère à 200 dimensions ou de lire, avec un parfait souvenir et une compréhension parfaite, tous les livres de la Bibliothèque du Congrès. Ces choses sont impossibles pour nous parce que, tout simplement, nous manquons de cerveaux. De la même manière, il peut manquer de la capacité de comprendre intuitivement ce que serait un posthuman ou de faire le jeu des préoccupations posthumaines.

En outre, nos cerveaux humains peuvent limiter notre capacité à découvrir des vérités philosophiques et scientifiques. Il est possible que l’échec de la recherche philosophique aboutisse à des réponses solides et généralement acceptées à de nombreuses grandes questions philosophiques traditionnelles, ce qui pourrait s’expliquer par le fait que nous ne sommes pas assez intelligents pour réussir dans ce type d’enquête. Nos limites cognitives peuvent nous confiner dans une grotte platonicienne, où le mieux que nous puissions faire est de théoriser sur les «ombres», c’est-à-dire des représentations suffisamment simplifiées et imbriquées pour s’adapter à un cerveau humain.

La science du transhumanisme : comment la technologie mènera à une nouvelle race d’êtres immortels superintelligents

Fonctionnalité corporelle. Nous améliorons nos systèmes immunitaires naturels en obtenant des vaccinations, et nous pouvons imaginer d’autres améliorations de notre corps qui nous protégeraient de la maladie ou nous aideraient à façonner notre corps selon nos désirs (par exemple en nous permettant de contrôler le métabolisme de notre corps). De telles améliorations pourraient améliorer la qualité de nos vies.

Une mise à niveau plus radicale pourrait être possible si nous supposons une vue computationnelle de l’esprit. Il peut alors être possible de télécharger un esprit humain sur un ordinateur, en reproduisant in silico les processus de calcul détaillés qui auraient normalement lieu dans un cerveau humain particulier [4]. Le téléchargement aurait de nombreux avantages potentiels, tels que la capacité de faire des copies de sauvegarde de soi (ayant un impact favorable sur l’espérance de vie) et la capacité de se transmettre soi-même ainsi une information à la vitesse de la lumière. Les téléchargements peuvent vivre soit dans la réalité virtuelle ou directement dans la réalité physique en contrôlant un proxy de robot.

Modalités sensorielles, facultés spéciales et sensibilités. Les modalités sensorielles humaines actuelles ne sont pas les seules possibles, et elles ne sont certainement pas aussi développées qu’elles pourraient l’être. Certains animaux ont un sonar, une orientation magnétique ou des capteurs pour l’électricité et les vibrations; beaucoup ont un sens de l’odorat beaucoup plus vif, une vue plus nette, etc. La gamme des modalités sensorielles possibles ne se limite pas à celles que l’on trouve dans le règne animal. Il n’y a pas de bloc fondamental pour ajouter une capacité à voir le rayonnement infrarouge ou pour percevoir les signaux radio et peut-être ajouter une sorte de sens télépathique en augmentant notre cerveau avec des émetteurs radio convenablement interfacés.

Les humains bénéficient également d’une variété de facultés spéciales, telles que l’appréciation de la musique et le sens de l’humour, et des sensibilités telles que la capacité d’excitation sexuelle en réponse à des stimuli érotiques. Encore une fois, il n’y a aucune raison de penser que ce que nous avons épuise la gamme du possible, et nous pouvons certainement imaginer des niveaux plus élevés de sensibilité et de réactivité.

Humeur, énergie et maîtrise de soi. Malgré tous nos efforts, nous ne parvenons pas à nous sentir aussi heureux que nous le voudrions. Nos niveaux chroniques de bien-être subjectif semblent être largement déterminés génétiquement. Les événements de la vie ont peu d’impact à long terme; les crêtes et les creux de la fortune nous poussent vers le haut et nous abaissent, mais il y a peu d’effet à long terme sur le bien-être auto-déclaré. Une joie durable demeure insaisissable sauf pour ceux d’entre nous qui ont la chance d’être nés avec un tempérament qui joue dans une tonalité majeure.

En plus d’être à la merci d’un point de vue génétiquement déterminé pour nos niveaux de bien-être, nous sommes limités en ce qui concerne l’énergie, la volonté et la capacité de façonner notre propre caractère en accord avec nos idéaux. Même des objectifs aussi simples que de perdre du poids ou d’arrêter de fumer s’avèrent inaccessibles à beaucoup.

Certains sous-ensembles de ces types de problèmes pourraient être nécessaires plutôt que de dépendre de notre nature actuelle. Par exemple, nous ne pouvons pas facilement avoir la capacité de rompre avec n’importe quelle habitude et la capacité de former des habitudes stables et difficiles à briser. (À cet égard, le meilleur espoir peut être la capacité de se débarrasser facilement des habitudes que nous n’avons pas délibérément choisies pour nous-mêmes, et peut-être un système de formation des habitudes plus polyvalent qui nous laisserait choisir avec plus de précision quand acquérir une habitude et combien d’effort cela devrait coûter pour la casser.)

3. La valeur transhumaniste de base: explorer le royaume posthumain

La conjecture selon laquelle il existe des valeurs plus grandes que ce que nous pouvons actuellement comprendre n’implique pas que les valeurs ne sont pas définies en fonction de nos dispositions actuelles. Prenons, par exemple, une théorie dispositionnelle de la valeur telle que celle décrite par David Lewis. [5] Selon la théorie de Lewis, quelque chose est une valeur pour vous si et seulement si vous voudriez le vouloir si vous le connaissiez parfaitement et si vous pensiez et délibériez aussi clairement que possible à ce sujet. De ce point de vue, il peut y avoir des valeurs que nous ne voulons pas actuellement, et que nous ne désirons même pas vouloir, parce que nous ne les connaissons pas parfaitement ou parce que nous ne sommes pas des délibérateurs idéaux. Certaines valeurs relatives à certaines formes d’existence posthumaine pourraient bien être de cette sorte; ils peuvent être des valeurs pour nous maintenant, et ils peuvent l’être en vertu de nos dispositions actuelles, et pourtant nous ne pouvons pas être en mesure de les apprécier pleinement avec nos capacités délibératives limitées actuelles et notre manque des facultés réceptives requises pour la pleine connaissance avec eux. Ce point est important car il montre que la vision transhumaniste selon laquelle nous devrions explorer le domaine des valeurs posthumaines n’implique pas que nous devions renoncer à nos valeurs actuelles. Les valeurs posthumaines peuvent être nos valeurs actuelles, mais que nous n’avons pas encore clairement comprises. Le transhumanisme ne nous oblige pas à dire que nous devons favoriser les êtres posthumains par rapport aux êtres humains, mais que la meilleure manière de favoriser les êtres humains est de nous permettre de mieux réaliser nos idéaux et que certains de nos idéaux peuvent être situés en dehors de l’espace des modes d’être qui nous sont accessibles avec notre constitution biologique actuelle.

Nous pouvons surmonter plusieurs de nos limites biologiques. Il est possible qu’il y ait des limites qui nous soient impossibles à transcender, non seulement à cause des difficultés technologiques, mais aussi pour des raisons métaphysiques.

Les humains génétiquement modifiés arriveront plus tôt que vous ne le pensez. Et nous ne sommes pas prêts.

Selon ce que nous pensons de ce qui constitue l’identité personnelle, il se pourrait que certains modes d’être, bien que possibles, ne soient pas possibles pour nous, car tout être d’un tel genre serait si différent de nous qu’ils ne pourraient pas être nous. Des préoccupations de ce genre sont familières des discussions théologiques de la vie après la mort. Dans la théologie chrétienne, certaines âmes seront autorisées par Dieu à aller au ciel après que leur temps soit fini. Avant d’être admis au ciel, les âmes subiraient un processus de purification dans lequel elles perdraient beaucoup de leurs attributs corporels antérieurs. Les sceptiques peuvent douter que les esprits qui en résultent soient suffisamment similaires à nos esprits actuels pour qu’il soit possible qu’ils soient la même personne. Une situation similaire se produit dans le transhumanisme : si le mode d’être d’un être posthumain est radicalement différent de celui d’un être humain, alors nous pouvons douter qu’un être posthumain puisse être la même personne qu’un être humain, même si le posthumain est originaire d’un être humain.

Nous pouvons, cependant, envisager de nombreuses améliorations qui ne rendraient pas impossible pour la personne post-transformation d’être la même personne que la personne avant la transformation. Une personne peut obtenir un peu plus d’espérance de vie, d’intelligence, de santé, de mémoire et de sensibilité émotionnelle, sans cesser d’exister dans le processus. La vie intellectuelle d’une personne peut être transformée radicalement en obtenant une éducation. L’espérance de vie d’une personne peut être prolongée de manière substantielle en étant guérie de façon inattendue d’une maladie létale. Pourtant, ces développements ne sont pas considérés comme épelant la fin de la personne d’origine. En particulier, il semble que les modifications qui s’ajoutent aux capacités d’une personne peuvent être plus substantielles que les modifications qui soustraient, comme les lésions cérébrales. Si la majeure partie de quelqu’un est actuellement préservé, y compris ses souvenirs, activités et sentiments les plus importants, l’ajout de capacités supplémentaires supérieur ne ferait pas facilement disparaître la personne.

La préservation de l’identité personnelle, surtout si cette notion a une signification étroite, n’est pas tout. Nous pouvons évaluer d’autres choses que nous-mêmes, ou nous pouvons considérer cela comme satisfaisant si certaines parties ou certains aspects de nous-mêmes survivent et prospèrent, même si cela implique d’abandonner certaines parties de nous-mêmes pour ne plus être la même personne. Les parties de nous-mêmes que nous serions prêts à sacrifier ne deviendront peut-être pas claires tant que nous ne connaîtrons pas pleinement la pleine signification des options. Une exploration prudente et incrémentielle du royaume posthumain peut être indispensable pour acquérir une telle compréhension, bien que nous puissions aussi apprendre des expériences de chacun et des œuvres de l’imagination.

De plus, nous pouvons préférer que les futurs êtres soient posthumains plutôt qu’humains, si les posthumains mènent des vies plus valables que les humains alternatifs le feraient. Toute raison découlant de telles considérations ne dépendrait pas de l’hypothèse que nous-mêmes pourrions devenir des êtres posthumains.

Le transhumanisme favorise la quête de développement afin que nous puissions explorer des domaines de valeur jusque-là inaccessibles. L’amélioration technologique des organismes humains est un moyen que nous devrions poursuivre à cette fin. Il y a des limites à ce qui peut être atteint par des moyens de basse technologie tels que l’éducation, la contemplation philosophique, l’auto-examen moral et d’autres méthodes proposées par les philosophes classiques avec des tendances perfectionnistes, y compris Platon, Aristote et Nietzsche, ou par le biais de la création d’une société plus juste et meilleure, comme envisagé par les réformistes sociaux tels que Marx ou Martin Luther King. Ce n’est pas pour dénigrer ce que nous pouvons faire avec les outils que nous avons aujourd’hui. Pourtant, au final, les transhumanistes espèrent aller plus loin.

4. Conditions de base pour la réalisation du projet transhumaniste

Si telle est la grande vision, quels sont les objectifs plus particuliers qu’elle traduit lorsqu’elle est considérée comme un guide à la politique?

Ce qui est nécessaire à la réalisation du rêve transhumaniste, c’est que les moyens technologiques nécessaires pour s’aventurer dans l’espace posthumain soient mis à la disposition de ceux qui désirent les utiliser, et que la société soit organisée de telle manière que de telles explorations puissent être entreprises sans causer de dommages inacceptables au tissu social et sans imposer de risques existentiels inacceptables.

Sécurité globale. Alors que les catastrophes et les revers sont inévitables dans la mise en œuvre du projet transhumaniste (tout comme ils le sont si le projet transhumaniste n’est pas poursuivi), il existe un type de catastrophe qui doit être évitée à tout prix : Risque existentiel – un risque où un résultat négatif annihilerait la vie intelligente originaire de la Terre ou réduirait de façon permanente et drastique son potentiel. [6]

Plusieurs discussions récentes ont fait valoir que la probabilité combinée des risques existentiels est très importante. [7] La pertinence de la condition de sécurité existentielle par rapport à la vision transhumaniste est évidente: si nous disparaissons ou détruisons définitivement notre potentiel de développement, alors la valeur fondamentale transhumaniste ne sera pas réalisée. La sécurité globale est l’exigence la plus fondamentale et non négociable du projet transhumaniste.

Progrès technologique. Ce progrès technologique est généralement souhaitable d’un point de vue transhumaniste. Beaucoup de nos faiblesses biologiques (vieillissement, maladie, faiblesse des souvenirs et de l’intellect, un répertoire émotionnel limité et une capacité inadéquate pour un bien-être durable) sont difficiles à surmonter, et pour ce faire, il faudra des outils avancés. Le développement de ces outils est un défi gargantuesque pour les capacités de résolution de problèmes collectifs de notre espèce. Puisque le progrès technologique est étroitement lié au développement économique, la croissance économique – ou plus précisément, la croissance de la productivité – peut dans certains cas servir de substitut au progrès technologique. (La croissance de la productivité n’est, bien sûr, qu’une mesure imparfaite de la forme pertinente de progrès technologique, qui, à son tour, est une mesure imparfaite de l’amélioration globale, car elle omet des facteurs tels que l’équité de distribution, la diversité écologique, et qualité des relations humaines.)

L’histoire du développement économique et technologique, et la croissance concomitante de la civilisation, est considérée avec respect comme la plus grande réussite de l’humanité. Grâce à l’accumulation progressive d’améliorations au cours des derniers millénaires, de larges portions de l’humanité ont été libérées de l’analphabétisme, des espérances de vie de vingt ans, des taux alarmants de mortalité infantile, des maladies horribles endurées sans palliatifs, des famines périodiques et des pénuries d’eau. La technologie, dans ce contexte, n’est pas seulement un gadget mais inclut tous les objets et systèmes instrumentaux qui ont été délibérément créés. Cette définition englobe les pratiques et les institutions, telles que la comptabilité en partie double, l’évaluation scientifique par les pairs, les systèmes juridiques et les sciences appliquées.

Large accès. Il ne suffit pas que le royaume posthumain soit exploré par quelqu’un. La pleine réalisation de la valeur transhumaniste de base exige que, idéalement, tout le monde devrait avoir la possibilité de devenir posthumain. Ce serait sous-optimal si l’opportunité de devenir posthumain était limitée à une petite élite.

Il existe de nombreuses raisons de soutenir un large accès : réduire les inégalités; parce que ce serait un arrangement plus juste; exprimer sa solidarité et son respect envers ses semblables; aider à obtenir un soutien pour le projet transhumaniste; augmenter les chances que vous ayez l’opportunité de devenir posthumain; augmenter les chances que ceux qui vous intéressent deviennent posthumains; parce que cela pourrait augmenter la portée du royaume posthumain qui est exploré; et pour soulager la souffrance humaine sur une échelle aussi large que possible.

Nous allons vivre éternellement et deviendrons des cyborgs

L’exigence d’accès large sous-tend l’urgence morale de la vision transhumaniste. Le large accès ne plaide pas pour la retenue. Au contraire, toutes choses étant égales par ailleurs, c’est un argument pour avancer aussi vite que possible. 150 000 êtres humains sur notre planète meurent chaque jour, sans avoir eu accès aux technologies d’amélioration anticipées qui permettront de devenir posthumain. Plus tôt cette technologie se développera, moins les gens seront morts sans accès.

Considérons un cas hypothétique dans lequel il existe un choix entre (a) permettre à la population humaine actuelle de continuer à exister, et (b) avoir instantanément et sans douleur tué et remplacé près de six milliards de nouveaux êtres humains qui sont très semblables mais non identiques à ceux qui existent aujourd’hui. Un tel remplacement devrait être fortement contesté pour des raisons morales, car il entraînerait la mort involontaire de six milliards de personnes. Le fait qu’ils seraient remplacés par six milliards de personnes nouvellement créées ne rend pas la substitution acceptable. Les êtres humains ne sont pas jetables. Pour des raisons analogues, il est important que l’opportunité devienne disponible au plus grand nombre possible d’humains, plutôt que d’avoir la population existante simplement complétée (ou pire, remplacée) par un nouvel ensemble de personnes posthumaines. L’idéal transhumaniste ne sera réalisé au maximum que si les avantages des technologies sont largement partagés et s’ils sont disponibles dès que possible, de préférence au cours de notre vie.

5. Valeurs dérivées

De ces exigences spécifiques découlent un certain nombre de valeurs transhumanistes dérivées qui traduisent la vision transhumaniste en pratique. (Certaines de ces valeurs peuvent aussi avoir des justifications indépendantes, et le transhumanisme n’implique pas que la liste de valeurs fournie ci-dessous soit exhaustive.)

Pour commencer, les transhumanistes mettent généralement l’accent sur la liberté individuelle et le choix individuel dans le domaine des technologies d’amélioration. Les humains diffèrent largement dans leurs conceptions de ce à quoi leur propre perfection ou amélioration consisterait. Certains veulent se développer dans une direction, d’autres dans des directions différentes, et certains préfèrent rester comme ils sont. Il ne serait moralement inacceptable pour personne d’imposer une norme unique à laquelle nous devrions tous nous conformer. Les gens devraient avoir le droit de choisir les technologies d’amélioration, le cas échéant, qu’ils veulent utiliser. Dans les cas où les choix individuels ont un impact important sur d’autres personnes, ce principe général peut devoir être restreint, mais le simple fait qu’une personne puisse être révulsée ou moralement offensée de l’utilisation de la technologie par autrui pour se modifier ne constituerait pas normalement un motif légitime d’ingérence coercitive. En outre, les piètres résultats des efforts centralisés pour créer de meilleures personnes (par exemple le mouvement eugénique et le totalitarisme soviétique) montrent que nous devons nous méfier de la prise de décision collective dans le domaine de la modification humaine.

Une autre priorité transhumaniste est de nous mettre dans une meilleure position pour faire des choix éclairés sur ce que nous allons faire. Nous aurons besoin de toute la sagesse que nous pouvons avoir en négociant la transition posthumaine. Les transhumanistes attachent une grande importance à l’amélioration de nos capacités individuelles et collectives de compréhension et de notre capacité à mettre en œuvre des décisions responsables. Collectivement, nous pourrions devenir plus intelligents et mieux informés grâce à des moyens tels que la recherche scientifique, le débat public et la discussion ouverte sur l’avenir, les marchés de l’information [8], le filtrage collaboratif de l’information [9]. Sur le plan individuel, nous pouvons tirer profit de l’éducation, de la pensée critique, de l’ouverture d’esprit, des techniques d’étude, des technologies de l’information et peut-être des médicaments améliorant la mémoire ou l’attention et d’autres technologies cognitives. Notre capacité à mettre en œuvre des décisions responsables peut être améliorée en élargissant l’état de droit et la démocratie sur le plan international. De plus, l’intelligence artificielle, surtout si et quand elle atteint l’équivalence ou plus, pourrait donner un coup de pouce énorme à la quête de la connaissance et de la sagesse.

Compte tenu des limites de notre sagesse actuelle, une certaine hésitation épistémique est appropriée, ainsi qu’une volonté de réévaluer continuellement nos hypothèses à mesure que plus d’informations deviennent disponibles. Nous ne pouvons pas tenir pour acquis que nos vieilles habitudes et croyances se révélant adéquates pour naviguer dans nos nouvelles circonstances.

La sécurité mondiale peut être améliorée en favorisant la paix et la coopération internationales et en s’opposant fermement à la prolifération des armes de destruction massive. L’amélioration de la technologie de surveillance peut faciliter la détection des programmes d’armes illicites. D’autres mesures de sécurité pourraient également être appropriées pour contrer divers risques existentiels. Davantage d’études sur ces risques nous aideraient à mieux comprendre les menaces à long terme qui pèsent sur l’épanouissement humain et ce qui peut être fait pour les réduire.

Puisque le développement technologique est nécessaire pour réaliser la vision transhumaniste, l’esprit d’entreprise, la science et l’esprit d’ingénierie doivent être promus. Plus généralement, les transhumanistes privilégient une attitude pragmatique et une approche constructive et résolue des problèmes, préférant des méthodes que l’expérience nous dit donner de bons résultats. Ils pensent qu’il vaut mieux prendre l’initiative de «faire quelque chose» plutôt que de se plaindre. C’est un sens dans lequel le transhumanisme est optimiste. Ce n’est pas optimiste dans le sens de préconiser une croyance gonflée dans la probabilité de succès ou dans le sens panglossien d’inventer des excuses pour les défauts du statu quo.

Le transhumanisme préconise le bien-être de toute sensibilité, qu’il s’agisse d’intellects artificiels, d’humains ou d’animaux non humains (y compris des espèces extraterrestres, s’il y en a). Le racisme, le sexisme, le spécisme, le nationalisme belligérant et l’intolérance religieuse sont inacceptables. En plus des motifs habituels pour juger de telles pratiques répréhensibles, il y a aussi une motivation spécifiquement transhumaniste pour cela. Afin de se préparer à un moment où l’espèce humaine peu commencer à se ramifier dans différentes directions, nous devons commencer dès maintenant à encourager fortement le développement de sentiments moraux qui soient assez larges et qui englobent dans la sphère de l’attention morale des sentiments qui sont constitués différemment de nous-mêmes.

Enfin, le transhumanisme souligne l’urgence morale de sauver des vies, ou plus précisément de prévenir les décès involontaires chez les personnes dont la vie vaut la peine d’être vécue. Dans les pays développés, le vieillissement est actuellement le tueur numéro un. Le vieillissement est également la principale cause de maladie, d’invalidité et de démence. (Même si toutes les maladies cardiaques et le cancer pouvaient être guéris, l’espérance de vie n’augmenterait que de six, sept ans.)

La médecine anti-âge est donc la priorité transhumaniste. Le but, bien sûr, est d’étendre radicalement la durée de vie active des personnes, et non d’ajouter quelques années supplémentaires à un ventilateur en fin de vie.

Puisque nous sommes encore loin d’être en mesure d’arrêter ou d’inverser le vieillissement, la suspension cryonique des morts devrait être disponible comme une option pour ceux qui le désirent. Il est possible que les technologies futures permettent de réanimer les personnes qui ont été suspendues cryoniquement [10]. La cryogénisation peut être à long terme une solution, elle comporte certainement de meilleures chances que la crémation ou l’enterrement.

La cryogénisation, une réalité aux Etats-Unis

Nick Bostrom
Oxford University, Faculty of Philosophy
in Ethical Issues for the 21st Century, ed. Frederick Adams (Philosophical Documentation Center Press, 2003); reprinted in Review of Contemporary Philosophy, Vol. 4, May (2005)] [pdf]

[1] (Bostrom et al. 1999; Bostrom 2003)
[2] (Ettinger 1964; Hughes 2001)
[3] (Bostrom 2002)
[4] (Drexler 1986; Moravec 1989)
[5] (Lewis 1989)
[6] (Bostrom 2002)
[7] (Leslie 1996; Bostrom 2002; Rees 2003)
[8] (Hanson 1995)
[9] (Chislenko 1997)
[10] (Ettinger 1964; Drexler 1986; Merkle 1994)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Shares