Skip to content

Qu’est-ce qu’un posthumain ?

Il est parfois utile de parler d’êtres futurs possibles dont les capacités fondamentales dépassent tellement radicalement celles des humains actuels qu’ils ne sont plus sans équivoque des humains selon nos normes actuelles. Le mot standard pour de tels êtres est « posthumain ».

De nombreux transhumanistes souhaitent suivre des chemins de vie qui, tôt ou tard, nécessiteront de devenir des personnes posthumaines. Les transhumanistes aspirent à atteindre des sommets intellectuels supérieurs à tout génie humain actuel, de même que les humains sont supérieurs aux autres primates; être résistant aux maladies et au vieillissement; avoir une jeunesse et une vigueur illimitées; d’exercer un contrôle sur leurs propres désirs, leurs humeurs et leurs états mentaux; être capable d’éviter de se sentir fatigué, haineux ou irrité par de petites choses; avoir une capacité accrue de plaisir, d’amour, d’appréciation artistique et de sérénité; faire l’expérience de nouveaux états de conscience auxquels le cerveau humain actuel ne peut accéder. Il semble probable que le simple fait de mener une vie active, saine et indéfiniment longue, amènerait quiconque à la posthumanité s’il accumulait souvenirs, compétences et intelligence.

Les posthumains peuvent être des intelligences artificielles complètement synthétiques, ou des uploads améliorés, ou bien ils peuvent être le résultat de nombreuses augmentations cumulatives profondes d’un humain biologique. Cette dernière alternative nécessiterait probablement soit une nouvelle conception de l’organisme humain utilisant des nanotechnologies avancées, soit son amélioration radicale à l’aide d’une combinaison de technologies telles que le génie génétique, la psychopharmacologie, les thérapies anti-âge, les interfaces neuronales, des outils avancés de gestion de l’information, des médicaments améliorant la mémoire, ordinateurs portables (wearables) et techniques cognitives.

La science du transhumanisme : comment la technologie mènera à une nouvelle race d’êtres immortels superintelligents

Certains auteurs écrivent qu’en modifiant simplement notre conception de nous-mêmes, nous sommes devenus ou pourrions devenir posthumains. Ceci est une confusion ou une corruption du sens original du terme. Les changements nécessaires pour nous rendre posthumains sont trop profonds pour être réalisables en modifiant simplement un aspect de la théorie psychologique ou la façon dont nous pensons à nous-mêmes. Des modifications technologiques radicales de notre cerveau et de notre corps sont nécessaires.

Il est difficile pour nous d’imaginer à quoi cela ressemblerait d’être une personne posthumaine. Les posthumains peuvent avoir des expériences et des préoccupations que nous ne pouvons pas comprendre, des pensées qui ne peuvent pas enter dans le tissu nerveux que nous utilisons pour réfléchir. Certains posthumains trouveront peut-être un avantage à abandonner leur corps et à vivre comme des schémas d’information sur de vastes réseaux informatiques ultra-rapides. Leur esprit peut être non seulement plus puissant que le nôtre, mais aussi utiliser différentes architectures cognitives ou inclure de nouvelles modalités sensorielles permettant une plus grande participation dans leurs environnements de réalité virtuelle. Les esprits posthumains pourraient peut-être partager des souvenirs et des expériences directement, augmentant ainsi considérablement l’efficacité, la qualité et les modes de communication entre les posthumains. Les frontières entre les esprits posthumains peuvent ne pas être définies aussi nettement que celles entre les humains.

Les posthumains pourraient se modeler sur eux-mêmes et sur leur environnement de manière si nouvelle et si profonde que les spéculations sur les caractéristiques détaillées des posthumains et du monde posthumain risquent d’échouer.

Valeurs transhumanistes Explorer le royaume posthumain

Humanity+ (anciennement World Transhumanist Association)

2 Comments »

  1. Cette terminologie est intéressante: Doit-on considérer l’homo sapiens comme un post-australopithèque? Si non, pourquoi qualifier une IAG, même doté d’un corps, de posthumains: C’est simplement un individu qui mérite autant de respect qu’un extra-terrestre pensant. Sa dignité ne repose pas sur sa parenté déclaré avec homo sapiens.

    Réciproquement, un humain reste toujours un humain qu’il soit amélioré ou non. Il peut ne plus ressembler à un humain physiquement. Par exemple, son cerveau peut être greffé à un drone non humanoïde ou placé dans un caisson immergé dans une nuée de nanites polymorphe. Il peut devenir fou du fait des transformations. Mais il n’en reste pas moins un humain. En fait, un transHUMAIN est plus assimilable à un humain qu’il ne le serait à un hypothétique transTAURAN ou transRODIEN doté des mêmes améliorations.

    Donc, en fait, nos petits-enfants deviendront peut-être des transhumains et nous ferons peut-être apparaître de nouveaux clades référencable comme posthumain s’il faut les différencier d’autres groupes de postindividus. Le jeu de rôle Eclipse phase utilisent le vocable exhumains pour désigner les posthumains … qui sont des prédateurs comme les « Sombres Rejettons » du roman Accelerando.

    Je propose « périhumains » ou « péritranshumains » qui permet de se débarrasser de l’idée de remplacement suggéré par « post-« .

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.