Skip to content

Le posthumain comme dessein (2nd partie)

1ère partie

Contre-argumentation

Face à l’éventualité du posthumain, ceux qualifiés de « bioconservateurs », opposent généralement la dégradation de l’humain, sa « déshumanisation » et l’affaiblissement, voire la disparition de la dignité humaine. Alors que le médecin et biochimiste américain Leon Kass met en avant son profond respect pour ce que la nature nous a donné1, Nick Boström lui réplique que certains dons de la nature sont empoisonnés, et que l’on ne devrait plus les accepter : cancer, paludisme, démence, vieillissement, famine, etc. Les spécificités même de notre espèce, comme notre vulnérabilité à la maladie, le racisme, le viol, la torture, le meurtre, le génocide sont aussi inacceptables2. Nick Boström réfute l’idée que l’on puisse encore relier la nature avec le désirable ou le normativement acceptable. Il a une formule :

« Had Mother Nature been a real parent, she would have been in jail for child abuse and murder3. »

Plutôt que de se référer à un ordre naturel, il préconise une réforme de notre nature en accord avec les valeurs humaines et nos aspirations personnelles4.

Nick Boström dénonce l’instrumentalisation qui est faite du roman dystopique d’Adlous Huxley Le meilleur des mondes (1932). Selon lui, si dans le monde dépeint par Huxley, les personnages sont déshumanisés et ont perdu leur dignité, ce ne sera pas le cas des posthumains. Le meilleur des mondes n’est pas, selon lui, un monde où les êtres sont augmentés, mais une tragédie, dans laquelle l’ingénierie technologique et sociale a été utilisée délibérément afin de réduire leurs potentialités, les affecter moralement et intellectuellement5. L’ouvrage d’Huxley décrit un eugénisme d’État dans lequel sont dissociées fécondation et sexualité mais aussi procréation et gestation corporelle. Tout commence par une mise en relation artificielle des gamètes mâles et femelles, puis une « bokanovskification », qui permet de faire bourgonner l’embryon pour produire au maximum 96 jumeaux identiques, et enfin une gestation extra-corporelle complète dans une couveuse, une sorte d’utérus artificiel6. Les « individus » « prédestinés » par une anoxie plus ou moins brève qui altère chez certains leur capacités physiques et cognitives sont ensuite ventilés en castes (alpha, bêta, gamma, epsilon, etc.).

« Plus la caste est basse […] moins on donne d’oxygène. Le premier organe affecté, c’est le cerveau. Ensuite le squelette7. »

À leur naissance, les enfants sont ensuite exposés à un conditionnement de type pavlovien qui oriente leur sensibilité – aux livres et aux fleurs par exemple.

En contrepoint, Nick Boström revendique la liberté morphologique et reproductive contre toute forme de contrôle gouvernemental8. Selon lui, il est moralement inacceptable d’imposer un standard : les gens doivent avoir la liberté de choisir le type d’augmentation qu’ils souhaitent9.

Le philosophe américain Francis Fukuyama considère qu’avec l’augmentation, une menace pèse sur la dignité humaine. L’égalité des chances, encore toute relative, fut l’histoire d’un long combat, l’augmentation ruinera cette conquête inscrite notamment dans la constitution des États-Unis10. En réponse, Nick Boström inscrit le posthumain dans une perspective historique d’émancipation progressive en considérant que de la même manière que les sociétés occidentales ont étendu la dignité aux hommes sans propriété et non nobles puis aux femmes et enfin aux personnes qui ne sont pas blanches, il faudrait selon lui étendre le cercle moral aux posthumains, aux grands primates et aux chimères homme-animal qui pourraient être créés11. La dignité est ici entendue au sens d’un droit inaliénable à être traité avec respect ; la qualité d’être honorable, digne12.

Nick Boström estime que nous devons travailler à une structure sociale ouverte inclusive, une reconnaissance morale et en droit pour ceux qui en ont besoin, qu’il soit homme ou femme, noir ou blanc, de chair ou de silicone13. Si l’on considère que la dignité peut comporter plusieurs degrés, non seulement le posthumain pourrait en avoir une, mais plus encore atteindre un niveau de moralité supérieur au nôtre14.

Pour le philosophe allemand Hans Jonas, l’eugénisme libéral individuel, qui consiste à choisir les traits de son enfant, est une tyrannie parentale qui de manière déterministe conditionne la dignité à venir de l’enfant et aliène ses choix de vie. Le choix de maintenant conditionne le futur. À ce déterminisme, Nick Boström rétorque que l’individu dont les parents auront choisi quelques gènes ou la totalité n’aura pas moins de choix dans la vie. Il réplique qu’entre avoir été sélectionné génétiquement et faire des choix dans sa vie il y a un monde et de manière générale être plus intelligent, en bonne santé, avoir une grande gamme de talents ouvrent plus de portes qu’il n’en ferme15. Ironiquement, il affirme que le posthumain aura les moyens technologiques de décider d’être moins intelligent16.

Soucieux, semble-t-il, de justice sociale, il imagine que certaines augmentations jugées bonnes pour les enfants pourraient être prise en charge par l’État comme cela existe déjà pour l’éducation, surtout si les parents ne peuvent pas se le permettre. Comme nous avons une scolarisation obligatoire, une couverture médicale pour les enfants, une augmentation pourrait être obligatoire, éventuellement contre l’avis même des parents17 .

L’ « explosion de l’intelligence »

Parmi les différentes voies devant conduire à une augmentation cognitive, une « explosion de l’intelligence », Nick Boström en évalue au moins deux comme prometteuses : l’augmentation cognitive par la sélection génétique et la digitalisation du cerveau et le téléchargement de l’esprit. L’augmentation cognitive par la sélection génétique accélérée est une méthode directe pour accéder au posthumain. Voici sa recette : choisir dans un premier temps des embryons dont le potentiel est souhaitable par un détournement du diagnostique préimplantatoire, extraire des cellules souches de ces embryons et les convertir en gamètes mâles et femelles jusqu’à maturation (six semaines) croiser le sperme et l’ovule pour donner un nouvel embryon, réitérer à l’infini puis implanter dans l’utérus (artificiel) et laisser incuber pendant neuf mois18.

Une autre voie consisterait à « plagier » la nature en digitalisant le cerveau. Dans un premier temps, il s’agirait de scanner finement post-mortem un cerveau biologique, stabilisé par vitrification, afin d’en modéliser la structure neuronale. Pour ce faire, il faudrait au préalable découper ce cerveau en fines lamelles. Les données extraites, issues du scan, alimenteraient ensuite un ordinateur, qui reconstruirait le réseau neuronal en trois dimensions, qui permet la cognition. In fine, la structure neurocomputationnelle serait implémentée dans un ordinateur puissant qui reproduirait l’intellect biologique. Avec cette méthode, il n’est pas nécessaire de comprendre l’activité neuronale, ni de savoir programmer l’intelligence artificielle19.

Vers une spéciation ?

Allons-nous vers une divergence si souvent décrite par la science fiction, une spéciation ? Une espèce se définit soit par la ressemblance morphologique soit, de manière génétique, par l’interfécondité. Il existe deux types de spéciation : l’anagénèse, une humanité unique deviendrait une posthumanité unique, ou la cladogénèse qui entraînerait une divergence. Deux moteurs favorisent la spéciation dans la biologie évolutionniste. Le premier est la dérive génétique, c’est-à-dire la transmission aléatoire de caractères qui apparaissent par mutation dans une population, sans fonction adaptive spécifique. Le second, est la sélection naturelle des caractères aléatoires en fonction de leur potentiel adaptatif à un environnement en changement. Dans notre cas, la sélection se ferait artificiellement, l’humanité prenant en charge sa propre évolution20.

Alors que la sélection naturelle se fait au hasard, au filtre de l’adaptation sur la très longue durée, avec le techno-évolutionisme l’évolution se ferait à un rythme rapide, pour des raisons fonctionnelles. L’idée que l’augmentation puisse mener à une spéciation par cladogénèse, relève, selon Nick Boström, d’un scénario de science-fiction :

« The assumption that inheritable genetic modifications or other human enhancement technologies would lead to two distinct and separate species should also be questioned. It seems much more likely that there would be a continuum of differently modified or enhanced individuals, which would overlap with the continuum of as-yet unenhanced humans21. »

De même, il évalue comme peu plausible l’idée qu’un jour le posthumain considérant l’homme « normal », comme inférieur, puisse le réduire en esclavage, voire l’exterminer22.

« The scenario in which ‘the enhanced’ form a pact and then attack ‘the naturals’ makes for exciting science fiction but is not necessarily the most plausible outcome23. »

Le devenir humain met au défi notre imaginaire. Nick Boström y voit l’espérance d’une émancipation biologique devant nous conduire à une extase permanente.

Néanmoins, cette désinhibition souffre d’une contradiction majeure : elle sous-tend des ruptures anthropologiques, qui par différents biais, et notamment le conformisme, s’imposeraient à tous.

Vincent Guérin


Notes :

1 Nick Boström, « In defense of posthuman dignity », Bioethics, vol. 19, no 3, 2005, 2007, p. 5

2 Idem.

3 Ibid., p. 12

4 Idem.

5 Ibid., p. 6.

6 Aldous Huxley [1932], Le meilleur des mondes, Paris, Presses Pocket, 1977, voir chap 1, p. 21 à 36.

7 Ibid., p. 33.

8 Nick Boström, « In defense of posthuman dignity », op. cit., p. 6.

9 Ibid.

10 Francis Fukuyama, « The world’s most dangerous idea: transhumanism », Foreign Policy, 2004.

11 Nick Boström, « In defense of posthuman dignity », op. cit., p. 10.

12 Ibid., p. 9.

13 Idem.

14 Ibid., p. 11

15 Ibid., p. 12.

16 Idem.

17 Nick Boström, « Human genetic enhancements: a transhumanist perspective », op. cit.

18 Nick Boström, Superintelligence. Paths, dangers, strategies, Oxford, OUP, 2014, p. 38.

19 Ibid., p. 30.

20 Elaine Després et Hélène Machinal (dir.), Posthumains : frontières, évolutions, hybridités, Rennes, PUR, 2014, p. 2.

21 Nick Boström, « In defense of posthuman dignity », op. cit., p. 8.

22 Idem.

23 Idem.

Laisser un commentaire

Shares