Skip to content

Fog Reveal offre à la police une surveillance de masse à moindre coût

Des enquêtes menées par Electronic Frontier Foundation (EFF) et Associated Press ont révélé que les services de police américains utilisent Fog Reveal pour une surveillance de masse à moindre coût.

Les services de police d’État et locaux de tous les États-Unis ont acheté un outil qui leur permet de suivre des appareils individuels sans mandat en se basant sur les données récoltées à partir d’applications ordinaires installées sur les smartphones des gens, selon des enquêtes menées par l’EFF et l’Associated Press.

L’outil, connu sous le nom de « Fog Reveal« , utilise les numéros d’identification des publicités provenant d’applications telles que Starbucks et Waze. Il est vendu par Fog Data Science LLC pour cibler les publicités en fonction de l’emplacement et des intérêts d’une personne.

Le rapport indique qu’il est rarement mentionné dans les dossiers judiciaires, et parfois pas du tout. Les avocats de la défense disent que cela rend difficile la défense de leurs clients dans les affaires impliquant cet outil.

Fog Data Science a été créée par deux anciens hauts fonctionnaires du département de la sécurité intérieure sous l’ancien président George W. Bush. La société achète des données brutes de géolocalisation provenant d’environ 250 millions d’appareils et collectées par des dizaines de milliers d’applications, puis les agrège dans une base de données consultable contenant « des milliards de points de données ».

Fog Reveal par Fog Data Science LLC

Fog Data Science fournit ensuite l’accès à cette base de données aux services de police sous la forme d’un abonnement qui peut commencer à 7 500 dollars par an. La société affirme que les données sont anonymes et qu’elle n’a aucun moyen de les relier à des appareils ou des propriétaires spécifiques.

La société s’associe souvent à Venntel, Inc. un courtier en données qui travaille également avec les services de police. Ensemble, ils peuvent s’efforcer d’obtenir des informations supplémentaires sur la vie des gens, comme l’adresse de leur domicile « et d’autres indices qui aident les enquêteurs à découvrir l’identité des personnes. »

Grâce à ces données, la police peut créer un périmètre de sécurité autour de zones spécifiques pendant une enquête. Elle peut également rechercher le numéro d’identification publicitaire d’un appareil spécifique.

Les enquêteurs peuvent entrer des coordonnées de localisation dans Fog Reveal pour voir quels identifiants d’appareils ont été trouvés près d’une scène de crime, en remontant jusqu’à 180 jours. Cependant, les e-mails d’un représentant de Fog Data Science révèlent que les données peuvent remonter jusqu’à juin 2017.

Même s’il n’y a pas de scène de crime, Fog Data Science se vante dans ses documents marketing de pouvoir offrir à la police des « analyses prédictives » qui prétendent prédire les futurs points chauds de la criminalité. La société affirme qu’elle peut fournir des données en temps réel sur les mouvements quotidiens des personnes grâce à leurs smartphones traçables.

Selon l’EFF, cette surveillance de masse constitue une violation du quatrième amendement qui protège les Américains contre les perquisitions et les saisies abusives. Dans une affaire, Carpenter v. United States, la Cour suprême des États-Unis a statué que le quatrième amendement exige que la police obtienne un mandat avant de saisir les données historiques de localisation des compagnies de téléphone.

Les données de localisation et leur utilisation

Les documents révèlent que Fog Data Science prétend que son outil utilise des données fournies volontairement par les utilisateurs, alors que les applications collectent des données le plus souvent sans consentement. Des fonctionnalités telles que l’App Tracking Transparency peuvent être considérées comme un consentement pour la publicité.

Les données passent entre de nombreuses mains. Les utilisateurs, et parfois même certains fabricants d’applications, n’ont pas conscience que leurs données sont vendues aux autorités policières, aux « départements de sécurité des entreprises » ainsi que les services de renseignement.

Fog Data Science affirme que son produit est respectueux de la vie privée, car il ne contient pas d’informations permettant d’identifier une personne, comme son nom ou son numéro de téléphone. Ce n’est pas le cas. La police qui examine un point vous représentant sur une carte ne connaît peut-être pas votre numéro de téléphone ou votre nom, mais lorsqu’elle suit ce point jusqu’à l’endroit où vous dormez la nuit, elle a soudain votre adresse.

Lettre de Fog Data Science

Megan Adams, une porte-parole de Starbucks, a déclaré que l’entreprise n’était pas au courant que ses données publicitaires étaient utilisées de cette manière.

« Starbucks n’a pas approuvé que les données Ad ID générées par notre application soient utilisées de cette manière par Fog Data Science LLC », a déclaré Adams. « Dans notre évaluation à ce jour, nous n’avons aucune relation avec cette société ».

Un porte-parole de Waze a déclaré à peu près la même chose que Starbucks.

« Nous n’avons jamais eu de relation avec Fog Data Science, nous n’avons pas travaillé avec eux à quelque titre que ce soit et nous n’avons pas partagé d’informations avec eux », a déclaré Waze.

Il est raisonnable de penser que les données d’une personne ont été collectées dans la base de données de Fog Data Science. Les utilisateurs peuvent utiliser des bloqueurs de publicité et s’assurer que l’interrupteur est désactivé. En fin de compte, c’est aux gouvernements locaux, régionaux et fédéraux de limiter cette pratique et de promulguer – et de faire appliquer – une législation stricte en matière de protection de la vie privée.

⇒ Accès aux archives publiques

En savoir plus sur Fog Data Science :

Vous savez peut-être que votre téléphone portable possède un code unique qui permet aux annonceurs de vous cibler pour des promotions. Ce que vous ne savez peut-être pas : Ce même numéro pourrait aider la police à vous surveiller sans mandat. (Vidéo AP : Allen Breed, Haven Daley).

1 Comment »

  1. Les données sont des faits révélés par des instruments de mesure ou des recensements, en supposant l’emploi d’instruments bien conçus et fonctionnels ou le recours procédure de recensement rigoureuse et impartiale. Une information est une interprétation objective des données ou toute déduction objective élaborée à partir des données.

    Les institutions fédérales américaines ont déjà fait la preuve de leur capacité à collecter et stocker des masses de données…avec pour seul résultat la création d’un marécage de donnée. Aux USA, le 11/09 est le plus célèbre fiasco de l’exploitation du big data par les agences de renseignement et la force publique. Ben Laden a longtemps échappé aux Américains en dépit de la flotte de drone, des réseaux de satellites et des moyens d’hypersurveillance engagés dans sa traque.

    L’emploi d’outil comme Fog Reveal n’aura donc sans doute le même impact que Palantir : stimuler le complotisme et la sédiction sans gain signicatif en matière de sécurité.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%