Archives par mot-clé : protection de la vie privée

Les USA excluent les passeports vaccinaux. L’OMS ne les soutient pas non plus

Passeports vaccinaux discriminations et vie privée

Les Etats-Unis ont exclu l’introduction de passeports vaccinaux Covid-19, affirmant que la vie privée et les droits des citoyens Américains doivent être protégés.

Les projets d’introduction de tels passeports ont été présentés dans le monde entier comme un moyen de permettre une circulation sûre des personnes tout en luttant contre la pandémie.

Mais les critiques disent que ces documents pourraient être discriminatoires. Les États-Unis ont déclaré qu’ils ne soutenaient pas et ne soutiendraient pas un système qui oblige les Américains à porter un certificat de vaccination.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré mardi qu’elle n’était pas favorable, à l’heure actuelle, à l’exigence de passeports vaccinaux pour les voyages, en raison de l’incertitude entourant la question de savoir si la vaccination empêche la transmission, et des préoccupations en matière de discrimination.

“En tant qu’OMS, nous disons qu’à ce stade, nous ne voudrions pas que le passeport de vaccination soit une condition d’entrée ou de sortie parce que nous ne sommes pas certains que le vaccin empêche la transmission”, a déclaré Margaret Harris, porte-parole de l’OMS.

L’OMS prévoit maintenant d’examiner les vaccins chinois COVID-19 Sinopharm et Sinovac en vue d’une éventuelle inscription sur la liste des utilisations d’urgence vers la fin du mois d’avril, a déclaré Harris.

BBC, Reuters

Résultats de la consultation sur le passeport vaccinal

Cette synthèse a été remise aux pouvoirs publics.

Le Conseil économique social et environnemental (CESE) a pour rôle d’organiser les remontées des citoyens auprès du Gouvernement.

Le CESE a lancé du 17 février au 7 mars 2021 un nouveau module participatif, sur la question du passeport vaccinal. Questionnement qui émerge en effet fortement dans le débat public. La question posée était la suivante : « Que pensez-vous du passeport vaccinal, dans le cadre d’une utilisation pour accéder aux lieux aujourd’hui fermés (restaurants, cinémas, stades, musées…) ? ».

Les enseignements généraux de la consultation

Parmi les 110 507 participants à la consultation :

72,7% des participants se sont déclarés défavorables à la mise en place d’un passeport vaccinal sur le territoire national.
20,2% d’entre eux se sont au contraire déclarés très favorables.

Les personnes défavorables citent majoritairement l’atteinte aux libertés privées que constituerait un tel dispositif, tandis que les personnes favorables évoquent quant à elles la possibilité de rouvrir les lieux fermés au public.

Les participants qui se déclarent favorables au passeport vaccinal mettent majoritairement en avant la possibilité de rouvrir les lieux fermés, de voyager à nouveau ou encore de retrouver ses libertés.

A l’inverse, les participants qui se déclarent défavorables au passeport vaccinal pointent principalement l’atteinte aux libertés privées, l’incertitude concernant l’efficacité et la sûreté des vaccins, ou encore la discrimination entre les citoyens que créerait ce dispositif.

Une nécessité pour un retour à la vie normale vs. une proposition liberticide

Chez les Pour, le principal bénéfice avancé pour justifier la mise en place du passeport vaccinal est sa nécessité pour un retour à la vie normale : réouverture des lieux collectifs fermés (restaurants, musées, salles de sport…), possibilité de voyager à l’étranger et de voir ses proches sans crainte.

Les répondants acceptent cette attestation qui est jugée assez similaire aux carnets de vaccination internationaux obligatoires pour voyager dans certains pays, ou au carnet de vaccination traditionnel suivant la vaccination des enfants.

=> Condition de mise en œuvre : le passeport vaccinal ne serait toutefois accepté (et acceptable) que quand toutes les personnes volontaires auront pu être vaccinées. Les répondants insistent ainsi sur la nécessaire accélération de la campagne de vaccination

Chez les Contre, ce retour à la vie normale est beaucoup plus nuancé. Deux arguments principaux y sont opposés, un de principe, l’autre d’efficacité :

* Le passeport vaccinal créerait une discrimination entre les citoyens vaccinés et non vaccinés (notamment les personnes ne pouvant pas être vaccinées), et de fait restreindrait les libertés des derniers. Le caractère potentiellement inconstitutionnel du dispositif est ainsi mis en avant

* Le passeport vaccinal serait trop difficile à mettre en place pour qu’il soit effectif. La difficulté de réaliser les contrôles par les restaurateurs est ainsi un argument fréquent dans les réponses. Dans une moindre mesure, les participants revendiquent leur hostilité à l’idée de présenter un document à l’entrée des lieux collectifs

=> Conditions de mise en œuvre : Face à ces arguments, trois propositions sont récurrentes :

– Ne mettre en place le passeport vaccinal que pour les déplacements à l’étranger (sur le même format que le carnet de vaccination international), mais pas pour la vie quotidienne sur le territoire national
– Pour les personnes non vaccinées, pouvoir remplacer le passeport vaccinal par un test PCR négatif réalisé 72h avant
– Faire réaliser les contrôles à l’entrée des lieux collectifs par des policiers et/ou autres agents officiels

Les contre mettent également en avant les risques du vaccin encore non éprouvé (pas de retours sur son efficacité, sa dangerosité et sa compatibilité avec les nouveaux variants). Les répondants soulignent la “fausse défense” apportée par le vaccin : une personne vaccinée peut, en effet, toujours être porteuse et contagieuse.

Pour aller plus loin, nous vous invitons à télécharger la synthèse des contributions.

Résultats de la consultation sur le passeport vaccinal du Conseil économique social et environnemental (CESE)

Des passeports sanitaires biométriques sont discutés à l’approche du vaccin COVID-19

Malgré les problèmes de confidentialité et de logistique qui subsistent, des passeports d’immunité sont actuellement envisagés au Chili, en Allemagne, en Italie, en Grande-Bretagne et aux États-Unis, selon Zac Cohen, directeur général de Trulioo.

L’idée sous-jacente est qu’une personne ayant obtenu un résultat négatif au test de dépistage du virus ou ayant été vaccinée contre celui-ci devrait pouvoir voyager sans craindre de propager l’infection. La preuve que la personne qui présente le certificat est la même que celle qui a reçu le vaccin se fait à l’aide de la biométrie, dans la plupart des versions.

Les experts et les législateurs ont été divisés sur la question, les opinions opposées étant la cause de frictions au sein des organisations et des gouvernements. Par exemple, en mai, Elizabeth Renieris, membre du comité consultatif technique, a démissionné de l’Alliance ID2020, en raison des risques que les passeports d’immunité font peser sur les libertés civiles.

D’autres préoccupations sont de nature logistique et sont soulignées par le Dr Edgar Whitely, expert en systèmes d’information à la London School of Economics. S’adressant à Business Insider, Whitely a déclaré que les passeports pourraient potentiellement intégrer trois types de statut différents : vacciné, récemment testé pour le virus, et récemment testé pour les anticorps.

Selon l’expert, les efforts de coordination entre les startups, les entreprises de test et les gouvernements nationaux pour créer un système fonctionnel prendraient beaucoup de temps.

“Chaque startup veut être un Amazon de son secteur, mais les choses doivent être faites correctement”, a-t-il déclaré à Business Insider. “Par définition, il n’y a pas encore de moyen de savoir exactement combien de temps ces vaccins vont faire effet, ni pour quels segments de la population ils sont les plus efficaces”.

Toutefois, malgré ces préoccupations, diverses entreprises travaillent déjà sur la création de passeports d’immunité.

En mai, par exemple, Onfido s’est associé à l’application mobile de réservation d’hôtels Sidehide pour développer l’intégration d’un passeport d’immunité biométrique à la plate-forme de réservation de voyages.

Et en août, ID2020 a certifié que le passeport d’immunité numérique développé par BLOK Bioscience était conforme à ses normes de “good ID”.

Enfin, l’Association internationale du transport aérien (IATA) a déclaré en début de semaine qu’elle commencerait le mois prochain les essais d’une carte de transport biométrique numérique (IATA Travel Pass), conçue pour garantir la réouverture des frontières en toute sécurité dans le monde entier.

Une position intermédiaire entre les partisans et les opposants aux passeports d’immunité a été envisagée par la société Nomidio, qui a présenté des arguments à la UK House of Commons Science and Technology Committee en juillet. Dans ce document, Nomidio soutient qu’un service d’identité basé sur le cloud avec un cryptage fort pourrait aider à sécuriser la vie privée, et à préserver les droits de l’homme et les libertés civiles dans un système d’identité centralisé.

Alors que le monde se rapproche d’un vaccin COVID-19, l’idée d’un passeport d’immunité fait son chemin et continuera d’être étudiée par les gouvernements et les entreprises technologiques.

The Guardian, Financial Times, Centre for Data Ethics and Innovation Blog

Intelligence artificielle : quelles conséquences pour la protection de nos données ?

L’intelligence artificielle est au cœur de nombreux débats en ce qui concerne la confidentialité en ligne, la sécurité et la protection des données des utilisateurs. Avec ses capacités d’analyse décuplées, l’IA est souvent vue comme un outil de protection à fort potentiel. Mais, à l’image des technologies de dématérialisation comme celle du cloud gaming, l’IA est un outil à double tranchant.

La rapidité de calcul et d’analyse de centaines de milliers de données en quelques instants ferait ainsi de l’intelligence artificielle une alliée puissante lorsqu’elle est utilisée à bon escient, selon certains experts. Elle pourrait par exemple permettre de découvrir très rapidement de potentielles failles dans les systèmes informatiques des grandes entreprises, ce qui protégerait les utilisateurs finaux de manière plus efficace contre les pirates informatiques ou les personnes malveillantes.

Certaines entreprises de cybersécurité se spécialisent d’ailleurs dans la protection assistée par l’IA. Mais cela est loin d’être un tableau idyllique, car le potentiel de l’IA vient avec un coût pour la protection des données des utilisateurs. La rapidité et l’efficacité de l’intelligence artificielle lui viennent ainsi en partie de l’incroyable masse de données de laquelle elle a appris.

Cela se fait d’ailleurs souvent aux dépens de la confidentialité. Car pour que ces produits, dont la promesse et le bénéfice sont basés sur l’intelligence artificielle, soient efficaces, il est nécessaire de rassembler et d’analyser les actions de millions de personnes ou même leurs profils personnels.

Même si ces données sont anonymisées, elles permettent parfois de retrouver des informations bien trop personnelles. Plusieurs enquêtes d’investigation par des journalistes du monde entier ont ainsi souligné le danger des services de localisation utilisés par certaines applications, en montrant qu’il était possible de suivre les allers et venues de tout un chacun et d’ainsi de deviner leur identité.

Dans le contexte de la pandémie de COVID, ces questions se sont faites encore plus pressantes. L’utilisation de l’IA permet ainsi déjà de générer des statistiques sur le nombre de personnes qui portent un masque dans les espaces publics à Paris ou à Cannes.

Harold Li, expert en cybersécurité et Vice-Président d’ExpressVPN, avertit ainsi les utilisateurs : “À l’ère du numérique, la protection de la vie privée dépend de notre capacité à contrôler la manière dont nos données sont collectées, stockées, modifiées et supprimées. Tant que nous pouvons le faire de manière responsable, il est possible de respecter la vie privée tout en bénéficiant des progrès technologiques. Mais pour l’instant, lorsque que des données sont utilisées par une intelligence artificielle ou pour le machine learning, il n’existe toujours pas de moyen de récupérer ces données ou de revendiquer leur influence sur le produit final qu’elles ont servi à produire. Il n’est pas non plus évident de savoir si nous pouvons apprendre à une machine à “oublier” quelque chose après qu’elle l’ait “appris””.

En plus de ces problèmes liés à la confidentialité, il est aussi important de garder à l’esprit que les pirates informatiques sont souvent très réactifs quand il s’agit de s’approprier une technologie, quel que soit son niveau de complexité. Il est ainsi possible que l’avenir des cyberattaques réside lui aussi dans les IA. Protéger ses données et sa confidentialité devient donc de plus en plus important. Il est néanmoins possible de maintenir sa confidentialité grâce à quelques solutions simples et peu coûteuses, comme l’installation d’un réseau privé virtuel premium en profitant d’une promo VPN. Un contrôle régulier des permissions de ses applications mobiles permet également de mieux comprendre quels acteurs s’intéressent à quelles données, et ainsi de mieux en contrôler le partage. Un partage qui devrait d’ailleurs toujours aller dans le sens de l’utilisateur.

Julie Khoum
Après environ 10 années dans le digital et la French Tech à Paris, je suis devenue rédactrice et journaliste. Je suis passionnée de sport et par les sujets liés à l’avenir du travail, le digital nomadisme et le développement personnel. Convaincue que nous sommes à une grande ère comportant de multiples changements, j’œuvre pour que ces derniers soient documentés.

Biohacking et transhumanisme : Un rapport sur l’augmentation humaine

Une étude révèle que beaucoup d’entre nous considèrent le biohacking comme passionnant, mais les craintes concernant le piratage et la vie privée demeurent.

L’augmentation humaine peut décrire beaucoup de choses. Les appareils auditifs, les stimulateurs cardiaques et les prothèses sont déjà utilisés, mais à l’avenir, nous pourrions utiliser ce terme pour désigner les implants qui améliorent les capacités cognitives ; les puces qui nous relient à nos appareils intelligents, ou les yeux bioniques qui peuvent restaurer la vue, et bien d’autres choses encore.

En ce qui concerne les applications futures, les pays du monde entier font avancer le développement de nouvelles technologies qui pourraient améliorer le corps humain.

Par exemple, le Japon a récemment mis un milliard de dollars sur la table pour les chercheurs désireux de se consacrer à tous les domaines, de l’augmentation de la population humaine à la longévité, en raison de la nécessité de s’attaquer au vieillissement de la population active et à la diminution de la population.

Kaspersky a publié un nouveau rapport, The Future of Human Augmentation 2020: Opportunity or Dangerous Dream?, ce rapport vise à clarifier les points de vue des citoyens de plusieurs pays sur la perspective du biohacking.

L’étude a révélé que 92 % des personnes interrogées ont déclaré qu’elles changeraient une caractéristique d’elles-mêmes si elles le pouvaient, 63 % ont déclaré qu’elles envisageraient une augmentation humaine à l’aide de la technologie. Le travail sur le terrain pour cette étude a été mené par Opinium Research qui a interrogé 14 500 personnes de 16 pays d’Europe et d’Afrique du Nord.

Les Italiens sont les plus nombreux à envisager le biohacking, soit 81 % au total. En revanche, les Britanniques sont plus prudents, avec seulement 33% qui disent qu’ils étudieraient l’augmentation humaine pour changer leurs propres caractéristiques. L’Espagne, le Portugal, la Grèce et le Maroc sont également ouverts à l’idée du biohacking.

Plus de la moitié des personnes interrogées, soit 53%, estiment que le biohacking améliorerait leur mode de vie. Cependant, 69% ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le biohacking sera à l’avenir réservé aux riches.

Lors de la conférence de Kaspersky NEXT, cette opinion a également été exprimée par Julian Savulescu, professeur à l’université d’Oxford et titulaire de la chaire Uehiro d’éthique pratique : “L’augmentation humaine se développera grâce aux forces du marché en maximisant les profits des grandes entreprises multinationales”. En d’autres termes, l’économie et la demande des consommateurs pourraient stimuler les initiatives de biohacking, plutôt que toute quête d’un bien commun.

Zoltan Istvan, le fondateur du Parti Transhumaniste, a approuvé, notant que l’augmentation de la population humaine est susceptible d’être “contrôlée par le capitalisme dans une certaine mesure”, et que “l’économie sera un moteur, pour le meilleur ou pour le pire”. Istvan pense aussi que le biohacking est intrinsèquement la prochaine étape pour les humains “qui aspirent à être quelque chose de plus grand que ce que nous sommes”. “[Je suis] en fin de compte du côté du choix personnel, tant que cela ne nuit pas directement à quelqu’un d’autre”, a déclaré Istvan. “[…] Laissez les gens prendre ces décisions eux-mêmes et le marché suivra.”

Parmi les autres statistiques intéressantes publiées dans le rapport, on peut citer :

– 88% des personnes ont déclaré craindre que leur corps puisse être piraté par des cybercriminels
– 36% des femmes et 25% des hommes considèrent l’augmentation attrayante pour améliorer l’attractivité
– Les hommes sont plus intéressés par l’amélioration de leur force via le biohacking (23%) que les femmes (18%)
– 47% estiment que les gouvernements devraient réglementer l’augmentation humaine

“L’augmentation humaine est l’une des tendances technologiques les plus importantes aujourd’hui”, a commenté Marco Preuss, Directeur Europe de l’équipe de Recherche et analyse globales pour Kaspersky Europe. “Mais les gens ont raison de se méfier. Les adeptes de l’augmentation testent déjà les limites du possible, mais nous avons besoin de normes communes pour garantir que l’augmentation atteigne son plein potentiel tout en minimisant les risques”.

“Il est important d’en parler maintenant, d’avoir un aperçu de ces technologies maintenant, afin de conduire activement son développement”, a déclaré Preuss. “Nous avons tellement de romans et de films sur ce sujet. Il nous appartient maintenant de décider si nous voulons aller dans cette direction”.

CTech , Kaspersky, ZDNet

La Chine est en train de bâtir une base de données génétiques sur chaque homme du pays

Surveillance génomique

La police chinoise recueille des échantillons de sang auprès des quelque 700 millions d’hommes et garçons du pays – dans le but exprès de constituer une base de données génétiques nationale de leur ADN.

Le gouvernement chinois collecterait ces codes génétiques depuis 2017, selon de nouvelles recherches. La police se rend chez les gens et même dans les écoles pour faire des prises de sang et compiler des informations génétiques.

Une fois que ce travail sera terminé, l’État sera en mesure de traquer les hommes ou les jeunes garçons de la famille en se basant sur leurs gènes, selon le New York Times, ce qui renforcera considérablement les pouvoirs de surveillance déjà omniprésents de la Chine et en fera un panoptique génétique de type Gattaca.

Plus alarmant encore, une société américaine, Thermo Fisher, aide la Chine dans cette tâche – la société pharmaceutique a vendu à la Chine les kits de tests ADN sur mesure que la police utilise pour collecter des échantillons après avoir négocié activement le contrat, rapporte le NYT. Après que le gouvernement américain ait critiqué la décision de Thermo Fisher, la société a poursuivi ses activités.

Les responsables politiques en Chine invoquent la loi et l’ordre pour justifier la croissance de leur base de données génétiques, en faisant valoir que l’effort de surveillance aidera les enquêtes criminelles. Mais les défenseurs des droits de l’homme – et même certains fonctionnaires en Chine – s’inquiètent des conséquences sur la vie privée en forçant tout le monde à donner son code génétique.

« La capacité des autorités à découvrir qui est le plus intimement lié à qui, étant donné le contexte de la répression exercée sur des familles entières en raison de l’activisme d’une personne, va avoir un effet effrayant sur la société dans son ensemble », a déclaré Maya Wang, chercheuse de Human Rights Watch, au NYT.

Une fois que la Chine aura atteint les 70 millions d’échantillons, soit dix pour cent de la population masculine du pays, elle sera théoriquement en mesure de relier toute personne du pays à ses proches sur la base de son ADN.

Les scientifiques s’insurgent contre la collecte d’ADN de la Chine

Selon Nature News, des scientifiques et des militants font maintenant pression contre ce plan qui, selon eux, permettrait à la Chine de violer les droits de l’homme et de persécuter sa population.

“Vous pouvez penser à des pratiques abusives si vous êtes créatif”, a déclaré Itsik Pe’er, biologiste en informatique de l’université de Columbia, à Nature News. “La police fait ce qu’elle veut.”

Le ministère chinois de la sécurité publique n’a fait aucun commentaire sur la manière dont la base de données génétiques va être utilisée – ou si l’on peut craindre des abus dépassant le cadre des enquêtes criminelles.

Mais même si les données génétiques sont utilisées exactement comme on le prétend, cela expose les populations, en particulier les groupes minoritaires, au risque de violence étatique. Au lieu de traquer des criminels, les experts avertissent que cela renforcera la capacité de la Chine à surveiller sa population et à écraser la dissidence.

“Cette collecte n’a rien à voir avec le crime”, a déclaré Maya Wang, chercheuse à Human Rights Watch basée à Hong Kong, à Nature News, “elle porte sur l’oppression”.

Voici une avalanche d’applications coronavirus qui traquent vos mouvements

Alors que la pandémie de covid-19 fait rage, les technologues du monde entier se sont empressés de créer des applications, des services et des systèmes pour tracer les contacts : identifier et notifier tous ceux qui entrent en contact avec un porteur. Certaines sont légères et temporaires, tandis que d’autres sont envahissantes et invasives. Certains services sont produits localement par de petits groupes de codeurs, tandis que d’autres sont de vastes opérations mondiales.

Malgré l’avalanche de services, nous en savons très peu sur eux ou sur la manière dont ils pourraient affecter la société. Quelle est l’ampleur de leur utilisation pour réussir ? Quelles données vont-elles être collectées et avec qui sont-elles partagées ? Comment ces informations seront-elles utilisées dans le futur ? Des mesures ont-elles été mises en place pour prévenir les abus ? Il n’y a pas toujours des réponses claires. Les citoyens de différents pays observent des niveaux de surveillance et de transparence radicalement différents.

Pour aider à surveiller cette situation qui évolue rapidement, une équipe du MIT a lancé le Covid Tracing Tracker – une base de données permettant de recueillir les détails de toutes les applications. A ce jour, 23 sont documentées. La base sera mise à jour au fur et à mesure.

La plupart des applications de traçage automatique des contacts n’utilisent pas l’IA. Elles s’appuient plutôt sur le Bluetooth, un signal sans fil de faible puissance qui peut mesurer (dans une certaine mesure) si deux propriétaires de téléphone ont été en contact.

Mais l’IA est fortement liée à des discussions sur le traçage des contacts, de deux manières importantes. D’une part, l’IA pourrait potentiellement aider ces applications à mieux protéger la vie privée des gens. D’autre part, elle pourrait également exposer davantage la vie privée, si elle était utilisée pour analyser les données collectées et extrapoler des informations personnelles comme le sexe ou le statut socio-économique qu’ils n’avaient pas l’intention de partager.

Liberté, Égalité, Singularité

À l’heure de la globalisation, les frontières ne disparaissent pas qu’entre les pays. Longtemps confinée aux domaines de la science, de l’industrie et du divertissement, la technologie envahit désormais des territoires considérés jusque-là comme essentiellement humains : les relations intimes, la psychologie, l’art, l’éducation et même… la politique. La conquête se fait sur plusieurs fronts simultanément : la sécurité, l’économie, le droit, l’environnement, la santé, mais aussi sur le plan électoral lui-même, et tout cela à grand renfort de big data. Cette évolution, qui soulève pourtant de nombreuses questions éthiques, ne semble pas inquiéter les citoyens et les citoyennes de nos chères démocraties, probablement usées par des décennies de scandales et de crises à répétition. En effet, dans un sondage réalisé le 21 mars 2019 par l’Université IE de Madrid, on apprend que « 25% des Européens seraient prêts à laisser des algorithmes gouverner plutôt que des hommes politiques pour prendre les bonnes décisions (…) Un chiffre qui monte à 30% en Allemagne, en Italie, en Irlande, au Royaume-Uni et même à 43% aux Pays-Bas »… Saint George (Orwell), priez pour nous.

Big data, big brother, big control

Les temps changent et, avec eux, les pratiques politiques. Enfin, les outils évoluent, mais les objectifs des puissants restent, eux, désespérément identiques au fil des siècles. Parmi ces objectifs, la clé de voûte du pouvoir : le contrôle. Et c’est ce que le big data permet aujourd’hui, dans des proportions inédites. Nous sommes scrutés sous toutes les coutures, nos actions sont observées, mesurées et enregistrées sans que nous en ayons conscience : caméras de surveillance dans les rues, reconnaissance faciale, géolocalisation, analyse de nos habitudes de consommation via nos cartes de paiement, de nos préférences culturelles et de nos orientations politiques sur les réseaux sociaux… Nous savons même désormais avec certitude que nous sommes écoutés par nos téléphones portables, nos tablettes et nos ordinateurs. Bien sûr, pour le moment cette collecte de données se fait officiellement à titre anonyme et pour des motivations commerciales. Mais il est clair que leur exploitation ne se limite pas à un usage mercantile et que ces pratiques ont d’ores et déjà des visées politiques, comme l’a démontré récemment le scandale Cambridge Analytica. Ajoutons à ce tableau le développement de nouvelles techniques comme le facial coding, qui consiste à décrypter les émotions sur le visage d’une personne, ou encore le déploiement du nudge, discipline qui vise à influer sur le comportement du consommateur (ou de l’électeur) par des moyens subtils et donc à guider sournoisement ses choix, et nous voyons se dessiner les contours d’une société où les notions de vie privée et de liberté ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir. Or, cette liberté est l’un des fondements de la démocratie et si les avancées technologiques la mettent en péril, alors il ne s’agit plus de progrès, mais d’une terrible régression. Le journaliste et essayiste Philippe Vion-Dury, auteur de La nouvelle servitude volontaire, le confirme : « Les entreprises de la Silicon Valley sont porteuses d’un véritable projet politique. Leurs algorithmes mettent sous leur coupe ceux qui s’y soumettent, volontairement. Aveuglant les consommateurs et les États par l’éclat de leur spectaculaire réussite économique, ces entreprises sont en train d’accumuler des sommes incalculables de données, grâce auxquelles elles ambitionnent de tout mesurer, tout contrôler, tout prévoir. Ou quand les mathématiques deviennent totalitaires. »

Power of equality

Les algorithmes sont-ils égalitaires, par nature ? Dans un rapport de la Human Technology Fondation intitulé « Intelligence artificielle, solidarité et assurances en Europe et au Canada » et daté du 20 janvier 2020, des acteurs majeurs du monde de l’assurance dressent un constat clair : « La montée en puissance des technologies et de l’IA nous force à réfléchir à ces pratiques et à leur futur. Ainsi, le recours, par les assureurs, aux objets connectés qui fournissent des informations précieuses sur le comportement de l’assuré, peut entrer en conflit avec le droit fondamental des personnes de mener leur existence selon leur propre conception de la vie bonne. En outre, l’hypersegmentation, qui aboutirait, à son point limite à la personnalisation complète des tarifs, pourrait remettre en question le principe de mutualisation entre les assurés. » En d’autres termes, l’IA et le big data pourraient accroître les inégalités en faisant payer davantage les citoyens dont on jugera le mode de vie « non conforme ». Les algorithmes pourraient devenir, si l’on n’y prend garde, des outils au service d’une discrimination sans précédent. Et ce qui est valable dans le monde de l’assurance, l’est tout autant dans les domaines de la culture, de l’éducation, de l’orientation religieuse, politique ou même sexuelle… Qui établira ce qui est conforme et ce qui ne l’est pas ? Quels seront les intérêts défendus par les instances en charge de telles décisions ? C’est là que l’État, en tant que représentant de l’intérêt général, a plus que jamais son rôle à jouer. Oui, mais voilà… Pour certains militants radicaux de la big tech, l’État, c’est justement la bête à abattre. Curtis Yarvin, ingénieur quadragénaire de la Silicon Valley et membre du mouvement néo-réactionnaire NRx, déclare : « Les États doivent devenir des entreprises lourdement armées et ultra rentables, qui aboliront le pouvoir de la presse, écraseront les universités, vendront les écoles publiques et transféreront les « populations décivilisées » dans des enclaves sécurisées pour les rééduquer ». Pour David Golumbia, professeur à la Virginia Commonwealth University, ce mépris pour la démocratie ferait partie de l’ADN même des fondateurs de la Valley : « Des gens comme Peter Thiel ou Elon Musk, pour ne citer qu’eux, dont le mépris est encore plus flagrant, sont célébrés comme des héros par les néo-réactionnaires ». Derrière les outils technologiques, il est donc bien question d’idéologie politique.

Make America tech again

Comme tout courant de pensée, l’idéologie techno-futuriste a ses penseurs. D’aucuns diraient ses gourous. Malgré une posture anti-politique de façade, certains ne cachent pas leurs ambitions dans ce domaine, à l’instar de Peter Thiel. Le cofondateur de Paypal et de Palantir Technologies, une société spécialisée dans le big data, a soutenu la candidature de Donald Trump à la présidentielle américaine de 2016 et est resté, depuis, l’un de ses proches conseillers. Pour le très libertarien Thiel, « le sort de notre monde dépend d’un seul individu, d’une personne, qui sera capable de bâtir et diffuser des outils technologiques favorisant la liberté et permettant un monde plus sûr pour l’épanouissement du capitalisme »… Cette personne serait-elle Elon Musk ? Avec son entreprise Neuralink, le patron de Tesla entend augmenter l’être humain grâce à des interfaces homme-machine implantées directement dans le cerveau et ce, afin d’augmenter la mémoire, de piloter des logiciels par la pensée ou encore de bénéficier d’un moteur de recherche cérébral… De quoi donner des sueurs froides à la CNIL, dans une France encore très attachée à la protection des données et aux libertés individuelles. Catherine Vidal, neurobiologiste et membre du comité d’éthique de l’Inserm, estime qu’« une vigilance éthique accrue s’impose face au développement spectaculaire des technologies de manipulations cérébrales qui dépassent désormais le cadre de la médecine, avec des applications commerciales destinées à la population en bonne santé (…) Les stimulations (électriques ou magnétiques) peuvent altérer le fonctionnement normal du cerveau, ses capacités de plasticité, et porter atteinte à l’autonomie du patient en interférant avec ses pensées, ses émotions, son libre arbitre ». Mais si la plupart des chercheurs français se montrent prudents quant à l’impact des neurotechnologies sur la société, les américains sont plus décomplexés, voire carrément débridés. Parmi eux, le pape transhumaniste Ray Kurzweil qui considère que « l’existence humaine ne dépend pas d’un corps biologique » et que « la biologie elle-même n’est qu’un ensemble de nanomachines ». Pour le directeur de l’ingénierie de Google, « les machines dépasseront nos capacités » très bientôt et nous n’aurions d’autres choix, pauvres humains limités que nous sommes, que de fusionner avec une super intelligence artificielle pour survivre. Une vision que partage le leader du parti transhumaniste Zoltan Istvan, candidat aux élections présidentielles de 2020, qui fait campagne « pour mettre fin à l’idée de la mort ». Dans son programme, quelques grands classiques ultralibéraux et technophiles : fin de l’impôt sur le revenu et de l’IRS (l’administration fiscale américaine), réduction du nombre de fonctionnaires grâce aux robots et aux nouvelles technologies, lutte contre le réchauffement climatique avec la géo-ingénierie, développement des utérus artificiels… Mais aussi, en toute logique, des mesures orientées plus radicalement vers le transhumanisme. « Le gouvernement ne devrait pas être en mesure de limiter ce que nous pouvons faire à notre corps, quelles que soient les normes culturelles, les préjugés religieux ou l’orientation politique », déclare le candidat sur son site de campagne. Si Istvan souhaite accéder à la fonction suprême, c’est pour « interdire les lois qui entravent la recherche de la santé et de la longévité pour les citoyens, notamment les interdictions sur l’édition génétique, le clonage et d’autres sciences radicales (…), déréglementer autant que possible l’innovation scientifique et technologique (…), explorer des options telles que donner aux criminels le choix du reconditionnement cérébral plutôt que de l’exécution (…), jeter les bases de droits civils pour de futurs êtres avancés comme les robots conscients, les cyborgs et les êtres vivants génétiquement créés »… Le Docteur Frankenstein est sorti de son laboratoire pour convertir le monde à la religion scientiste. Le président américain ne prêtera-t-il bientôt plus serment sur la Bible lors de son investiture, mais sur l’ouvrage du médecin philosophe Julien Offray de La Mettrie, L’Homme Machine ? Amérique, pays de tous les extrêmes.

Opération Crossroads 2020

« Il est évident que la guerre, peut-être même les civilisations, sont arrivées à un point critique grâce à cette arme révolutionnaire ». Telles sont les paroles du vice-amiral William Blandy, chef de l’opération Crossroads (« À la croisée des chemins »), une série d’essais nucléaires qui eurent lieu dans l’atoll de Bikini, au cours de l’été 1946, et dont le but était de valider la puissance destructrice des bombes A sur des navires et des sous-marins situés aux alentours. À la croisée des chemins, c’est probablement là que nous nous situons actuellement, avec le développement spectaculaire des neurotechnologies, de l’intelligence artificielle et du transhumanisme. Les enjeux de ces progrès sont, tout comme ceux liés à l’invention de la bombe atomique, planétaires et historiques. Nous parlons bel et bien ici, sans exagération, de l’avenir de l’humanité. À nos pieds, s’étendent deux voies, deux visions politiques, deux futurs possibles. L’une de ces routes nous mènerait vers un monde imprégné de scientisme, dans lequel la technologie serait mise au service d’une minorité recherchant toujours plus de richesses et de pouvoir, au détriment d’une population de plus en plus déclassée et soumise. Laurie Pycroft, chercheur en neurochirurgie à l’Université d’Oxford, analyse parfaitement ce risque : « Des neurotechnologies de pointe dont l’usage serait large pourraient offrir des modes de manipulation politique inimaginables jusqu’ici (…) Ce qui nous inquiète, c’est que si les mesures de sécurité appropriées ne sont pas mises en place, les patients pourraient être victimes de sévères effets secondaires, et leurs pensées pourraient être ciblées par des cyberattaques (…)L’attraction que pourrait générer la manipulation des souvenirs chez certains dirigeants politiques me semble évidente ! Modifier la mémoire ou changer notre point de vue sur un sujet est l’un des principaux objectifs de n’importe quel propagandiste. » Si le corps a déjà commencé à être envahi par la société de consommation, à travers la chirurgie esthétique et le transhumanisme, la conscience était restée jusque-là un territoire imprenable. Mais aujourd’hui, ce dernier bastion de la liberté humaine est menacé et pourrait bien être colonisé avec une efficacité redoutable, si nous n’y prenons pas garde. Les capitaines de la big tech eux-mêmes multiplient les déclarations chocs, comme pour se préserver de leur propre hubris. Brad Smith, le président de Microsoft, déclarait en 2018 au Web Summit de Lisbonne : « Pour la première fois, le monde est au seuil de technologies qui donneraient à un gouvernement la possibilité de suivre n’importe qui, n’importe où (…) Il pourrait savoir exactement où vous allez, où vous êtes allé et où vous étiez hier. Et cela a de profondes ramifications potentielles, même pour les libertés civiles fondamentales sur lesquelles reposent les sociétés démocratiques. Avant de nous réveiller et de constater que l’année 2024 ressemble à l’ouvrage « 1984 », déterminons le genre de monde que nous voulons créer, quels sont les garde-fous et les limites des entreprises et des gouvernements dans l’utilisation de ces technologies. » Nous devons, en effet, déterminer le monde dans lequel nous voulons vivre. La crise du Covid-19 nous le rappelle de manière brutale : le marché et ses lois ne nous guident pas vers un monde meilleur, et aujourd’hui sa main invisible doit être désinfectée chaque jour avec du gel hydroalcoolique, sous peine de mort. Pourtant, certaines autorités tentent actuellement de renforcer leur pouvoir – et celui de l’économie néolibérale – en proposant des mesures radicales de surveillance numérique, au prétexte de vouloir protéger les populations… Mais gardons espoir, car il existe une deuxième voie. Nous pouvons bâtir un autre avenir, un monde dans lequel la technologie ne tiendra pas un rôle oppressif, mais libérateur. Une société low tech où le numérique régulera la surconsommation, au lieu de l’aggraver ; où la technologie apportera un soutien à chaque citoyen, quel que soit son niveau social ; où la priorité ne sera pas la rentabilité d’un médicament, mais son efficacité ; où l’épanouissement des salariés prévaudra sur le niveau des dividendes ; où les tâches pénibles et dangereuses seront assurées par des robots, au bénéfice de l’homme ; où les solutions énergétiques durables ne seront pas enterrées parce qu’elles menacent les intérêts de certaines industries polluantes ; où chaque être humain mangera à sa faim, où qu’il soit sur Terre ; où le besoin de sécurité ne sera pas assuré par des politiques de surveillance liberticides, mais par la disparition des inégalités… Un nouvel Éden, où le progrès technique sera au service de l’humanité tout entière. Cette société est possible, ce n’est pas une utopie. Mais pour la faire advenir, nous avons des choix à faire. Des choix politiques, au sens le plus philosophique du terme.

In Google We Trust

Depuis son adoption par le Congrès en 1956, « In God We Trust » (« Nous avons confiance en Dieu ») est devenue la devise officielle des États-Unis. Quelle ironie de voir une nation qui a fondé ses valeurs sur la foi religieuse, devenir le fer de lance de la foi transhumaniste et promettre à qui veut l’entendre, par la bouche de ses techno-prophètes, que l’immortalité numérique est pour bientôt ! C’est justement là qu’une réflexion philosophique s’impose. Paradoxalement, l’intelligence artificielle, aboutissement ultime du matérialisme, va nous obliger à nous poser des questions d’ordre spirituel. Rappelons que la singularité annoncée par Ray Kurzweil, ce moment où l’intelligence artificielle dépassera l’intelligence humaine et où son développement échappera à tout contrôle, a son équivalent en mathématiques et en astrophysique : il s’agit de la frontière d’un trou noir, appelé « horizon des évènements », au-delà de laquelle les lois de la physique ne s’appliquent plus, une réalité littéralement métaphysique. Et c’est l’ultime raison pour laquelle le politique doit s’emparer des questions soulevées par la big tech : pour ne pas laisser ce qui relève de la pérennité de l’humanité aux seuls industriels, dont les choix sont encore trop dictés, aujourd’hui, par des objectifs uniquement financiers. L’humanité est, nous le pressentons tous, à un tournant de son histoire. Il se pourrait que, demain, de nouvelles découvertes scientifiques sur la conscience changent complètement la donne et redéfinissent les priorités de la recherche, autant que la vision que nous avons de la vie elle-même… Que deviendraient les promesses des transhumanistes et leur obsession de « guérir la mort », si nous découvrions que nous avons une âme et qu’elle existe dans une autre dimension ? Zoltan Istvan a-t-il envisagé cette possibilité ? Ray Kurzweil en a-t-il tenu compte dans son business plan ? Qu’elle soit spirituelle ou technologique, la singularité à venir ne peut, par définition, pas être anticipée. Mais une chose est sûre, elle sera le résultat des intentions que nous aurons déposées, aujourd’hui, collectivement, pour la construction de notre futur. Citoyennes, citoyens, nous sommes à la croisée des chemins.

Grégory Aimar
Auteur du roman d’anticipation I.AM

L’initiative CovidIA pour dé-confiner grâce à l’IA

Un groupe de médecins propose de recourir à l’intelligence artificielle pour sortir de la période de confinement en France, sans courir le risque de réactiver l’épidémie de Covid-19 – selon un article paru dans l’hebdomadaire Journal du Dimanche.

Selon les signataires, il existe plusieurs scénarios de sortie de confinement. Pour eux, la stratégie de suspension de la mise en quarantaine pour l’ensemble de la population exposerait au virus ceux qui ne sont pas encore tombés malades, au risque de déclencher une “deuxième vague de pandémie”. Une autre stratégie est basée sur le contrôle de la population, à travers des applications mobiles, comme cela se fait dans les pays asiatiques, pour confiner les malades et ceux qui ont été en contact avec eux.

Selon ces médecins, ce modèle ne convient pas à la France et peut se heurter à la résistance de la population. Ils préconisent l’utilisation de l’Intelligence Artificielle, à travers une initiative appelée CovidIA, qui “appliquerait des modèles d’Intelligence Artificielle basés sur des hypothèses initiales sur la maladie” et des résultats de tests, combinés avec “des données de géolocalisation contenues dans les téléphones portables, de manière contrôlée. Les données seraient transmises de manière anonyme”.

Ils affirment que cette méthode peut conduire à des “prédictions de plus en plus fiables”. Dans ce contexte, ils demandent “aux autorités que de manière temporaire et contrôlée, des données de santé et certaines données des opérateurs mobiles soient mises à disposition, après anonymisation et cryptage, sur la base du volontariat, le tout contrôlé par la CNIL et les autorités compétentes”.

L’initiative CovidIA est née de médecins et de chercheurs :

Pr Sadek Beloucif, anesthésiste réanimateur ; Pr Patrick Berche, microbiologiste ; Patrick Joubert, data scientist ; Pr Xavier Jouven, cardiologue et épidémiologiste ; Pr Vincent Maréchal, virologue ; Pr Alexandre Mignon, anesthésiste réanimateur ; Pr Didier Payen, anesthésiste réanimateur ; Pr Gilles Pialoux, infectiologue ; Pr Éric Vicaut, biostatisticien.

Nous avons trouvé très peu d’informations sur CovidIA, juste une petite trace sur le site internet aim4p.com. Au moment de la rédaction, le site aim4p ne présente pas grand-chose sur le projet CovidIA et les 3 articles affichés ne sont même pas accessibles. Le site covidia.org a une page blanche à ce jour. Le site est visiblement en construction vu les derniers uploads : https://covidia.org/wp-content/uploads/2020/04/.

Credit: CovidIA.org

Le mois dernier, selon un communiqué, l’AP-HP et Nouveal e-santé auraient finalisé une application e-santé « Covidom » destinée au suivi médical à domicile des patients (Bichat et Pitié-Salpêtrière) porteurs ou suspectés Covid-19 qui ne nécessitent pas d’hospitalisation.

@ suivre

Maj au 11/04/2020 : L’accès au site “CovidIA” est maintenant ici : https://covid-ia.org/