La marine américaine teste un système d’arme laser à haute énergie

La marine américaine utilise une arme laser pour détruire une “cible flottante”.

L’Associated Press rapporte que la marine américaine a tiré une arme laser sur une cible flottante au Moyen-Orient et l’a détruite – une démonstration de force qui démontre le potentiel des systèmes d’armes à laser.

Un tel système pourrait servir à contrer les drones chargés de bombes déployés par les rebelles houthis du Yémen en mer Rouge, rapporte l’AP. La région est embringuée dans une guerre meurtrière depuis que les rebelles Houthi se sont emparés de la capitale du Yémen en 2014 – tout en changeant la dynamique de la guerre dans le monde.

L’USS Portland a tiré son Laser Weapon System Demonstrator (LWSD) sur une petite cible flottante. Selon le communiqué, le laser a “engagé avec succès” la cible.

Le LWSD est le successeur du système d’armes laser (LaWS), que la marine teste depuis plusieurs années. L’année dernière, le LSWD a réussi à abattre un drone lors d’un test similaire dans l’océan Pacifique.

In this handout infrared photo from the U.S. Marine Corps, the USS Portland fires a laser weapon system at a target floating in the Gulf of Aden on Tuesday, Dec. 14, 2021. The U.S. Navy announced Wednesday it tested a laser weapon and destroyed a floating target in the Mideast, a system that could be used to counter bomb-laden drone boats deployed by Yemen’s Houthi rebels in the Red Sea. (Staff Sgt. Donald Holbert/U.S. Marine Corps via AP)

Conférence DIA/DoDIIS pour construire un nouvel écosystème numérique

La conférence annuelle DoDIIS (Department of Defense Intelligence Information System) de la DIA (Defense Intelligence Agency – Agence du renseignement de la défense) a eu lieu à Phoenix, Arizona du 5 au 8 décembre sous le thème : « Foresight 20/20 : Build a New Digital Ecosystem ». Elle rassemble des experts du gouvernement, de l’armée, de l’industrie et du monde universitaire afin de relever les défis et les complexités des technologies de l’information qui ont un impact sur la communauté du renseignement.

Le thème de cette année met l’accent sur la course urgente à la découverte et à l’adoption de solutions innovantes pour conserver un avantage stratégique concurrentiel sur leurs adversaires. La nature perturbatrice des avancées technologiques nécessite une collaboration et des partenariats accrus.

Depuis près de 20 ans, la conférence DoDIIS est la première conférence sur les technologies de l’information qui permet d’écouter des orateurs de renom, de collaborer avec des partenaires de confiance et de découvrir des solutions techniques révolutionnaires pour soutenir le combattant. La conférence est un événement immersif en personne conçu pour réunir des experts en la matière, des décideurs et des parties prenantes pour collaborer et s’associer.

Conférence annuelle DoDIIS (Department of Defense Intelligence Information System) de la DIA (Defense Intelligence Agency) a eu lieu à Phoenix, Arizona du 5 au 8 décembre sous le thème : « Foresight 20/20 : Build a New Digital Ecosystem ». Credit: DIA (Defense Intelligence Agency)

Lors de l’ouverture du DODIIS, plusieurs dirigeants ont déclaré que le machine learning permettrait de garder un œil sur les avancées russes et chinoises – à terme.

Les avancées scientifiques et techniques russes et chinoises dans une multitude de domaines liés à l’armée constituent une “crise de lenteur” car le travail avance plus vite que les analystes du renseignement du Pentagone ne peuvent suivre, ont déclaré les dirigeants de la DIA. L’intelligence artificielle promet un moyen de renforcer la capacité d’analyse de la DIA, mais la clé sera de savoir quand les nouveaux outils seront suffisamment fiables pour être utilisés.

“Comment pouvez-vous nous aider à fournir des renseignements au Département de la Défense d’une manière qui soit plus rapide, plus forte et meilleure ?” a demandé le lieutenant-général Scott Berrier, après avoir souligné le rôle important de l’industrie dans la réponse à la concurrence stratégique.

La réponse de l’industrie à cette question aidera à déterminer la capacité de la DIA à atteindre la ligne d’effort principale articulée dans sa nouvelle stratégie 2021 : l’avantage du renseignement.

La Chine bat les États-Unis dans les domaines de l’intelligence artificielle, de l’informatique quantique et de l’hypersonique, tandis que le Pentagone est paralysé par une lourde bureaucratie, selon le général de division de l’armée de l’air américaine, Daniel L. Simpson.

La Chine a été en mesure de prendre l’avantage, il n’y a donc pas de gagnant ou de perdant dans ce domaine – soit vous êtes en avance, soit vous êtes en retard, et il y a certains domaines en ce moment où la Chine est en avance, a déclaré Simpson.

Les efforts visant à développer de nouveaux moyens de contrer la Chine dans le domaine de l’information.

La deuxième journée de la conférence a mis l’accent sur les innovations technologiques nécessaires pour moderniser les communications au sein de la communauté du renseignement.

Le lieutenant-général Timothy Haugh, commandant du 16th Air Force Cyber Command, a ouvert la session du matin en expliquant le rôle de ses aviateurs dans l’exploitation et la défense des réseaux de l’Air Force, du Joint Worldwide Intelligence Communications System, du Nonsecure Internet Protocol Router Network et du Secure Internet Protocol Router Network.

Citant en exemple le rôle du U.S. Cyber Command dans la défense des élections, Haugh a expliqué qu’il existe de nouvelles vulnérabilités que les États-Unis n’auraient pas pu prévoir il y a 20 ans. Par conséquent, la nation a besoin d’une approche modernisée des problèmes de cybersécurité.

Haugh a imploré les dirigeants de l’industrie de se concentrer sur les éléments qui apporteront le plus de valeur à la lutte contre les menaces, de tirer parti des normes commerciales communes et d’aider le DoD à retirer les données des anciennes plateformes tout en maintenant la cybersécurité au premier plan de toutes les capacités.

La brigadière-générale Tina Boyd, directrice du J6 au US Central Command, a suivi les remarques de Haugh et a décrit les défis auxquels le CENTCOM est confronté. Ses remarques ont porté sur la nécessité d’innover pour éviter d’être dépassé dans un environnement de concurrence stratégique.

Boyd a expliqué que, pour concurrencer la Chine, compte tenu de l’expansion de sa présence et de son domaine cybernétique, les réseaux cloisonnés ne permettront pas aux États-Unis de relever les défis actuels.

En outre, les États-Unis doivent promouvoir la coopération et la collaboration afin de conserver leur avantage sur la concurrence, en gardant à l’esprit que l’évolution des technologies nécessite de recueillir des informations à une vitesse sans précédent.

“Nous avons besoin de l’unité et de la détermination nationales les plus fortes possibles pour protéger les secrets de notre nation et suivre le rythme de nos adversaires”, a conclu Michael Waschull, Directeur de l’information de la communauté du renseignement.

Lors de la dernière journée de la conférence du Department of Defense Intelligence Information System (DoDIIS), la directrice de l’IARPA, Catherine Marsh, a donné un aperçu de la raison d’être de l’agence d’espionnage et de la manière dont elle développe ses programmes de collecte et d’analyse de données.

L’Intelligence Advanced Research Projects Activity (IARPA) considère les dispositifs IoT comme une source croissante de collecte de données pour le renseignement américain, afin de connaître les intentions de ses adversaires.

La Dr. Catherine Marsh est devenue directrice de l’Intelligence Advanced Research Projects Activity en novembre 2019, où elle est chargée d’investir dans la recherche à haut risque/à haut rendement qui a le potentiel de fournir pour les américains un avantage écrasant en matière de renseignement. Avant cette affectation, Marsh était la scientifique en chef de la Direction de la science et de la technologie de la CIA de 2016 à 2019, où elle était chargée de veiller à ce que la science et la technologie de pointe sous-tendent les capacités de mission actuelles et futures. Auparavant, elle a occupé le poste de doyenne de l’école George Methlie de la DS&T. De 2013 à 2015, elle a occupé le poste de directrice adjointe de l’IARPA. Marsh a rejoint la CIA en 2001 et a occupé plusieurs postes afin d’innover en matière de solutions énergétiques pour la communauté du renseignement. Dans l’industrie, elle a dirigé l’équipe qui a mis la technologie lithium-ion sur de nombreuses plates-formes, notamment les rovers d’exploration MARS de la NASA, Spirit et Opportunity. Marsh est membre du Director of National Intelligence (directeur du renseignement national) et du cadre d’experts distingués du DS&T. Elle est titulaire d’une licence et d’un doctorat en chimie inorganique et analytique de l’université Brown.

Elle a expliqué qu’au-delà de la collecte de données à partir de caméras à distance, les dispositifs de l’Internet des objets (IoT) sont désormais devenus une source croissante de données que la communauté du renseignement peut collecter, analyser et apprendre sur les intentions de ses adversaires.

Catherine Marsh a expliqué que la recherche de l’IARPA était organisée en deux bureaux : l’analyse et la collecte.

“L’objectif de la recherche analytique est de maximiser les connaissances à partir des données massives, disparates, peu fiables et dynamiques qui sont (ou pourraient être) mises à la disposition des analystes en temps voulu”, a-t-elle déclaré.

“Cette question persistante ne devient pas plus facile, car le volume, la vitesse, la diversité et la véracité des informations recueillies augmentent et changent continuellement. De plus, les analystes doivent établir un lien entre les données et les résultats possibles. L’IARPA applique des techniques de pointe en matière d’IA et de machine learning pour rendre ce défi croissant réalisable”, a ajouté la directrice de l’IARPA.

Marsh a poursuivi en expliquant que “l’objectif de la recherche sur les collections est d’améliorer considérablement la valeur des données collectées à partir de toutes les sources en développant de nouveaux capteurs et technologies de transmission, de nouvelles techniques de collecte qui ciblent plus précisément les informations dont les décideurs ont besoin, et les moyens de collecter des informations à partir de zones inaccessibles ou refusées”, a ajouté Marsh.

“Ces nouvelles sources de collecte ne sont pas sans poser de problèmes. Par exemple, les capteurs et caméras à distance sont devenus omniprésents dans le monde, et ils constituent une source de données dont les agences de renseignement ne disposaient pas il y a une génération.

Des techniques de collecte intelligentes sont nécessaires pour recueillir les bonnes données de ces sources et les prétraiter sur le terrain afin de fournir rapidement des informations utiles aux analystes. De même, les dispositifs de l’Internet of Thing (IoT) sont une source croissante de données qui peuvent être collectées pour apprendre l’intention.

Développer ces nouveaux capteurs et détecteurs, ainsi que réfléchir à des moyens intelligents de collecter des données multimodales pour révéler ce que nos adversaires tentent de nous cacher est au cœur même de ce que nos programmes de collecte visent à faire”, a-t-elle ajouté.

Si les services de renseignement américains collectent des données à partir des dispositifs IoT de leurs adversaires, ne serait-il pas logique que ces derniers collectent également des données IoT sur l’Amérique et ses alliés ?

Selon Marsh, la définition du renseignement est la suivante : “fournir un avertissement avancé sur des événements possibles à venir“.

“Un renseignement fiable nécessite des techniques analytiques capables de traiter des quantités massives de données et de fournir des informations pertinentes et précises aux décideurs, avec un avertissement suffisant pour que des mesures puissent être prises afin de protéger la sécurité de notre nation et de ses habitants”, a-t-elle ajouté.

Une rentrée mouvementée dans la nouvelle normalité #NewNormal

Les mesures contre la pandémie font partie d’un “nouvel ordre mondial”

A mesure que les efforts pour enrayer la pandémie s’intensifient sans qu’aucune date de fin ne soit en vue, un journaliste a demandé au Dr Kerry Chant, responsable de la santé publique en Nouvelle-Galles du Sud, au cours d’une conférence de presse jeudi, à quoi ressembleront les mesures lorsque le pays rouvrira ses portes en octobre, le Dr Chant a répondu : “Nous examinerons à quoi ressemble la recherche des contacts dans le “Nouvel ordre mondial“, a-t-elle déclaré.

“Et oui, cela inclu les pubs, les clubs et autres lieux si nous avons un cas positif. Notre réponse peut être différente si nous savons que les gens sont complètement vaccinés, donc nous travaillons sur un certain nombre de ces questions”, a poursuivi Chant.

“Dès que l’on s’engage sur la voie de la désignation de citoyens innocents comme boucs émissaires pour couvrir des erreurs politiques, les démocraties s’effondrent dans l’anarchie”, Alexandra Marshall pour The Spectator “Covid: the New World Order” 14 sept. 2021

Ce n’est pas la première fois qu’un responsable de la santé publique utilise cette expression pour décrire le monde post-pandémique. Le ministre de la santé Brad Hazzard a déjà qualifié la pandémie de “nouvel ordre mondial” en juillet 2020.

“Il s’agit d’une pandémie mondiale, c’est un événement qui ne se produit qu’une fois tous les 100 ans, donc vous pouvez vous attendre à ce que nous ayons une forme de contamination de temps en temps, et c’est comme ça. Nous devons accepter que c’est le nouvel ordre mondial“, a déclaré Hazzard à la suite d’une épidémie de cas.

Une correspondante de Newsmax à la Maison Blanche Emerald Robinson demande : “Qu’est-il arrivé à ‘mon corps mon choix’ en matière de vaccinations dans l’administration Biden ? Et en 2020, le président élu Biden a déclaré qu’il n’exigerait pas de mandat pour les vaccins.”

Une correspondante de CBSNews à la Maison Blanche Weijia demande si l’une de ces nouvelles mesures affectera la “vie quotidienne” des gens. La porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki répond souriante : “Cela dépend si vous êtes vacciné ou non.”

New Normal

Londres : Un chirurgien à la retraite, déclare sur les pass : “Cela ne s’arrêtera pas là, cela concernera les pubs, les restaurants, les vols, le nombre de kilomètres parcourus. Il ne s’agit pas d’un passeport vaccinal, mais d’un système de crédit social.”

Communiqué, l’Académie nationale de médecine propose de remplacer au plus tôt le passe sanitaire par un passe vaccinal.

Pour Thales, les pass vaccinaux sont un précurseur des portefeuilles d’identification numérique, offrant aux citoyens une commodité et une sécurité inégalées.

Le “passeport vaccinal” et la fusion à venir avec les systèmes d’identification numérique : un projet de contrôle social massif est en préparation depuis des années avec #Gavi, #INFUSE et autres, qui préparent le terrain pour faire de nous tous des esclaves numériques.

L’équipementier automobile français Valeo a dévoilé une borne capable de détecter le Covid 19 sans contact, en moins de 2 minutes. Avec un taux de fiabilité de 94%, cette borne devrait être homologuée d’ici un an.

Il est clair que les restrictions ne seront pas “temporaires”, loin de là.

Singapour déploie des robots pour détecter les “comportements indésirables”, ainsi que les groupes de “plus de cinq personnes”.

https://twitter.com/Alpha_Mind7/status/1434849402061877248

Mark Zuckerberg a dévoilé des nouvelles lunettes intelligentes Facebook x Ray-Ban. Donc pas de réalité augmentée, mais des lunettes en réseau avec deux caméras pour recueillir encore plus de données sur le comportement de ses utilisateurs et de tout le monde et de tout ce que ses utilisateurs regardent.

“Lorsque vos lunettes sont éteintes, elles sont complètement éteintes. Le micro est éteint et vous ne pouvez pas prendre de photos ni enregistrer de vidéos.”

Les pépites de fin août/début septembre, à chacun de juger….

Des documents nouvellement divulgués montrent que le Dr Fauci a menti et que les États-Unis ont bien financé la recherche sur le « gain de fonction » à Wuhan. The Epoch Times 8 septembre 2021.

Selon Le Point, on peut injecter une puce électronique via une seringue dans un corps humain.

Finalement ce sont les vaccinés qui contaminent les non vaccinés.

Une infection antérieure au COVID protège davantage contre le variant Delta que le vaccin Pfizer, selon une étude.

Pour infos, les essais cliniques vaxx covid sur les femmes enceintes sont en cours…

Moderna vient juste de commencer les essais cliniques sur les femmes enceintes pour obtenir plus de données à ce sujet peu étudié pour l’instant, pour se terminer, selon des estimations préalables, vers fin 2023 ou début 2024.

Les essais cliniques des femmes enceintes pour Pfizer ont débuté en février 2021 entre les semaines 24 et 34 de leur grossesse âgées d’au minimum 18 ans et être en bonne santé! Elles seront suivies pendant au moins 7 à 10 mois.

L’UE met en garde la France et les états qui mettent en place un rappel vaccinal. La Commission européenne a rappelé aux pays membres qui se préparent à injecter des doses de rappel (3eme, 4eme) aux vaccinés qu’ils s’exposent à des risques juridiques accrus. L’Agence européenne des médicaments n’a, en effet, pas donné son feu vert. la Commission n’endossera pas de responsabilité en cas de problème.

Les personnes qui se sont remises d’un épisode de Covid-19 (immunité naturelle) au cours de l’une des premières vagues de la pandémie semblent présenter un risque plus faible de contracter le variant delta que celles qui ont reçu deux doses du vaccin de Pfizer. Bloomberg

Le corona n’est pas une cause probable de décès dans 80 % des décès officiels de covid signalés en allemagne depuis début juillet, selon le professeur Bertram Häussler, directeur de l’institut indépendant de recherche sur la santé IGES à Berlin (Welt).

Liberté

Nous vous suggérons un article d’Anne Applebaum pour The Atlantic : Les Nouveaux Puritains« Les codes sociaux changent, souvent pour le mieux. Mais pour ceux dont le comportement ne s’adapte pas assez vite aux nouvelles normes, le jugement peut être rapide et sans pitié. » « Une atmosphère croissante de justice populaire en Amérique produit le genre d’autocensure que l’on trouve dans un régime autoritaire ».

Une belle tribune exclusive publiée par Quartier Général sur la liberté d’expression, où plus de 2.500 chercheurs, universitaires, CNRS, INRAE, INSERM… médecins, infirmières, psy, soignants, juristes, enseignants, artistes et même quelques journalistes plus courageux que d’autres, dénoncent la censure inédite opérée autant par les médias que par les GAFAS au sujet de tout ce qui contredit le discours officiel sur le Covid. Chasse aux sorcières, règlements de compte, rien n’est épargné aux personnes qui contestent le bien-fondé du pass sanitaire, et réclament simplement plus de transparence concernant le processus vaccinal, ainsi qu’un débat contradictoire sur la stratégie sanitaire nationale.

Le THOR de l’Air Force martèle des drones dans une nouvelle animation vidéo

Le laboratoire de recherche de l’armée de l’air américaine (AFRL) a créé une nouvelle animation vidéo qui montre de manière réaliste le THOR (Tactical High-power Operational Responder) détruisant des essaims de drones ennemis dans un scénario de défense de base. Dans le but de contrer la menace croissante que représentent les drones ennemis et d’autres menaces aériennes, l’Air Force a développé THOR.

THOR est un prototype d’arme à énergie dirigée (AED) utilisé pour désactiver l’électronique des drones, et a été spécifiquement conçu pour contrer des cibles multiples – comme un essaim de drones – avec des résultats rapides.

Les lasers à haute énergie tuent une cible à la fois, et les micro-ondes à haute puissance peuvent tuer des groupes ou des essaims, ce qui est l’une des raisons pour lesquelles THOR offre une capacité unique.

“Le système produit de puissantes salves d’ondes radio, qui offrent une plus grande portée d’engagement que les balles ou les filets, et ses effets sont silencieux et instantanés”, a déclaré Amber Anderson, responsable du programme THOR.

Anderson a poursuivi en expliquant que THOR est logé dans une unité d’expédition de 20 pieds, qui peut être transportée dans un avion cargo militaire, et assemblée par deux personnes seulement.

“Les drones représentent une menace émergente pour les bases militaires, le personnel et les infrastructures des États-Unis, et c’est la mission de THOR de les garder en sécurité, à courte et à longue distance”, a déclaré Anderson.

Pour voir THOR en action

Le laboratoire de recherche de l’Air Force (AFRL) est le principal centre de recherche scientifique et de développement du département de l’Air Force. L’AFRL joue un rôle essentiel dans la découverte, le développement et l’intégration de technologies de combat abordables pour les forces aériennes, spatiales et cybernétiques. Avec un effectif de plus de 11 500 personnes réparties dans neuf domaines technologiques et 40 autres opérations dans le monde, l’AFRL fournit un portefeuille diversifié de sciences et de technologies allant de la recherche fondamentale à la recherche avancée et au développement technologique.

Air Force Research Laboratory’s THOR (Tactical High-Power Operational Responder) is a portable counter-UAS system, capable of destroying swarms of drones at speed-of-light, at long range, in its base defense mission. (AFRL graphic/courtesy)

Conférence de presse du Sénat sur la censure des origines du COVID-19

L’affaire des #FauciEmails fait toujours scandale outre-Atlantique. Les républicains du Sénat ont poursuivi leur attaque contre les grandes entreprises technologiques jeudi 10 juin, accusant cette fois les sociétés de médias sociaux de censurer les origines du COVID-19.

Un groupe de législateurs républicains reproche aux plates-formes technologiques de limiter les discussions sur la théorie, de plus en plus répandue, selon laquelle le virus aurait fui accidentellement d’un laboratoire chinois.

“Ils ont dépassé les limites sur ce point”, a déclaré le sénateur Marsha Blackburn, R-TN.

“Il s’agit d’une menace sérieuse et grave pour la liberté et l’échange ouvert d’idées en vertu de notre Constitution”, a déclaré le sénateur Roger Wicker, R-MS. “Twitter a décidé de censurer toute couverture du coronavirus qui, selon lui, pourrait provoquer une panique générale. Comment une plateforme Internet riche et puissante peut-elle prendre cette décision ? Je pourrais continuer encore et encore”.

Wicker a présenté un projet de loi visant à empêcher les entreprises de contrôler le discours en ligne.

“Ces grandes plateformes technologiques Internet ne peuvent pas faire de discrimination sur la base de leurs propres opinions et sur la base de ce qu’elles pensent que le public devrait ou ne devrait pas être autorisé à entendre”, a-t-il déclaré.

L’Union européenne vient de se joindre à l’appel des États-Unis en faveur d’une nouvelle enquête de l’Organisation mondiale de la santé sur les origines de la pandémie, tandis que le président Joe Biden continue de rencontrer les dirigeants du monde entier.

“Nous voulons tous faire la lumière sur ce qui s’est passé ici”, a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors d’un briefing sur le sujet la semaine dernière.

Conférence de presse du @SenateGOP sur la censure des grandes entreprises technologiques sur les origines du COVID-19. @RogerMarshallMD @SenatorBraun @SenRonJohnson @SenatorWicker

disponible également sur Fox News

Transcription en Fr

Merci à tous d’être parmi nous aujourd’hui, vous savez qu’il y a eu beaucoup de vagues à propos de la censure des géants de la technologie, de ce qui s’est passé autour des origines du virus du covid 19, et d’où cela vient, comment il s’est transformé en pandémie, et il y a aussi des questions sur la nature des informations qui ont été révélés ou non aux américains et sur comment elles ont évolué en fonction de l’avancée de la pandémie.

Nous savons que facebook a récemment inversé ses décisions, de retirer tout type d’information disant que le virus vient du laboratoire de Wuhan, que Pékin devrait rendre des comptes, youtube avait précédemment annoncé qu’il allait censurer tout contenu qui contredirait l’organisation mondiale de la santé dirigée par Pékin et financée par la Chine, youtube a même retiré une vidéo de certains médecins qui remettaient en cause la valeur de ces confinements, et remettaient en question ce qu’il fait à la population et surtout ce que cela fait à nos enfants.

Twitter, ils ont fermé le compte d’un virologue, un virologue chinois, qui disait “c’est ce qu’ils font, de la recherche sur le gain de fonction, c’est ce qu’ils font à l’institut de virologie de Wuhan”, il demandait des comptes au parti communiste chinois.

Je vais vous dire que ces géants de la technologie ont vraiment franchi le pas, ils ont franchi la ligne rouge sur cette affaire.

Nous avons tous des suggestions sur la façon dont nous, en tant que Sénat, devrions gérer cela, et les choses que nous devrions faire pour nous assurer cela n’arrive jamais plus au peuple américain.

Sénateur Braun.

Merci.

Je vais vous dire par où nous devons commencer. Une chose unique est arrivée, je pense la semaine dernière, où par consentement unanime, qui n’arrive presque jamais sur une question critique à moins que vous soyez peut-être en train de renommer un bureau de poste ou quelque chose du genre, nous avons obtenu par le sénat de demander à nos propres agences de renseignement, de divulguer les informations que nous hébergeons, car cela a occasionné bien des ravages, non seulement pour notre propre pays, mais à travers le monde.

Pourquoi nous ne commencerions pas par là avec le président Biden, qui a parlé au secrétaire Blinken, demandez-lui, il a dit “Aviez-vous une bonne raison pour laquelle vous ne divulguez pas les informations ?”

Nous devons commencer par là pour aller au fond des choses, et quand vous parlez des géants de la technologie, qui ont contrôlé le sujet, en gros, quand tous les sénateurs américains veulent au moins commencer par là, nous avons des responsabilités.

Et je pense que c’est à eux de progresser, et de mener la charge.

Ils représentent l’endroit que les gens regardent, écoutent, et nous devons commencer par là, tenons nos propres agences de renseignement responsables afin qu’elles déclassifient cette information.

Sénateur Marshall.

Sénatrice Blackburn merci beaucoup de nous avoir donné une chance de nous tenir ici et de parler de la fuite du laboratoire de Wuhan, ainsi que sa dissimulation.

Nous nous y référons par le terme de “cas chauve-souris”.

Vous savez, cela m’est venu à l’esprit alors que j’étais en train de lire les e-mails du Dr. Fauci récemment, disant tout ce que j’ai appris en sciences de 10e année, tout ce que j’ai appris en tant que médecin sur la méthode scientifique, sur les hypothèses et les théories en développement, nous venons de tout jeter par la fenêtre.

Vous savez, j’ai été choqué en passant en revue certaines des lettres qui ont été écrites, mais vraiment ce qui a suscité mes soupçons, est un événement de janvier 2020.

Et les chinois disaient qu’il n’y avait pas de transmission de personne à personne, l’OMC a acquiescé, et le CDC ne s’est pas opposé à elle.

Et cela m’a amené à avoir un appel téléphonique avec le CDC, et tous les journalistes nationaux ont rapportés que les scientifiques des États-Unis enquêtaient sur ce nouveau virus. Et quand j’ai parlé au CDC, ils ont dit “Eh bien, nous avons des scientifiques à Pékin, mais ils sont à des milliers de miles de Wuhan donc nous n’avons vraiment rien à vous dire”

La prochaine chose que j’ai remarqué était une lettre, signée par un groupe de scientifiques qui ont ignoré la possibilité même que ce virus ait pu provenir du laboratoire, ils l’ont totalement ignoré, ils ont rejeté cette hypothèse scientifique disant que cela était même réalisable.

Et nous en sommes par la suite venus à découvrir que la plupart de ces scientifiques, sinon tous, recevaient un certain type de financement dans la passé comme dans le présent du NIH, et notre CDC n’a fait que hocher la tête pour approuver.

Et puis, les journalistes nationaux, les grandes entreprises technologiques, ils ont travaillé ensemble pour supprimer cette histoire, ils ont travaillé ensemble pour censurer ceux d’entre nous qui pensaient que ce virus peut être originaire de là.

Et non seulement ils ont réprimé, ils ont fait honte aux gens qui pensaient que cela pourrait provenir d’un laboratoire.

Finalement, nous voyons dans les e-mails du Dr Fauci, une collusion entre le Dr. Fauci et les géants de la techonologie travaillant ensemble, pour supprimer cette histoire. Vous savez, nous voilà ici, 17 mois plus tard, nous ne savons toujours rien de plus sur ce virus, je pense que nous devons tenir le parti communiste chinois responsable, et si les États-Unis sont en aucune façon responsables, s’ils ont aidé à financer le laboratoire qui a conduit au développement de ce virus, alors nous devons également être tenus pour responsables, et nous devons approfondir le sujet des règles de recherche sur le gain de fonction également.

Nous n’arriverons jamais au fond de cette affaire, à moins que nous arrêtions cette dissimulation de la fuite du laboratoire de Wuhan, jusqu’à ce que nous arrêtions le “cas chauve-souris”.

Merci Marsha.

Sénateur Johnson.

Je tiens à souligner que les preuves d’un potentielle théorie de fuite du laboratoire se cache à la vue de tous depuis des mois.

Le fait que nos agences fédérales, sous la direction d’Anthony Fauci, ont financé ce type de recherche pendant des années, était à la fois exposé et caché pendant des mois.

Honte aux médias, honte aux médias sociaux, de ne pas y avoir prêté attention, de l’avoir ignoré complètement.

Le résultat de ce décalage de 18 mois, d’exploration de la véritable origine du virus du covid, signifie probablement que nous n’aurons jamais le fin mot de cette histoire. La Chine a eu 18 mois, pour détruire ces preuves.

Mais n’en doutez pas, la Chine est responsable, ils sont coupables.

Ils savaient qu’ils avaient un coronavirus, ils savaient qu’ils avaient un virus mortel qui pouvait provoquer une pandémie à Wuhan.

Ils n’ont pas autorisé les vols au départ de Wuhan dans le reste de la Chine, mais ils ont laissé ce virus infecter le monde entier.

Donc nous savons déjà que la Chine est coupable, nous savons déjà qu’ils devaient être tenus reponsables.

Je pense que nous devons également tenir pour réponsables les médias et les médias sociaux, ce n’est pas le seul sujet censuré. Je pourrais dresser une longue liste, de faux récits, de fausses histoires, que les médias et les médias sociaux promeuvent, et ne corrigent jamais vraiment.

Mais quand il s’agit du covid, j’ai l’expérience personnelle, de la censure et de la suppression et cela a coûté la vie à des dizaines de milliers d’Américains.

Les directives du NIH, en ce qui concerne le traitement du covid restent, restent des directives impitoyables, qui disent en gros de ne rien faire, de rentrer à la maison s’isoler, d’avoir peur, et s’il vous arrive de tomber assez malade vous devez vous faire tester à l’hôpital, testez-vous à l’hôpital et peut-être que nous allons pouvoir sauver votre vie !

J’ai tenu deux audiences sur le traitement précoce, le Dr. Peter McCulloch a exposé les quatre piliers de la réponse à la pandémie.

Le premier est d’essayer d’arrêter la propagation et la Chine ne l’a pas fait. Le deuxième pilier est le traitement précoce, en gros la façon dont nous appliquons la médecine à toutes les autres maladie, détection précoce, traitement précoce, puis hospitalisation et enfin vaccin.

Pourquoi nos agences de santé, pourquoi Anthony Fauci, pourquoi les médias grands publics répriment et censurent, les médecins qui ont eu le courage et la compassion de traiter les patients tôt avec des génériques bon marché, des médicaments repositionnés, pourquoi cela s’est-il produit ?

Il y a de plus en plus de preuves, qui se sont pas rapportées par les médias. Le Méxique connaît un grand succès avec l’ivermectine, certaines provinces de l’Inde connaissent un grand succès avec l’ivermectine, où sont les rapports à ce sujet ?

* L’étude est là: https://osf.io/preprints/socarxiv/r93g4/

Nous avons vu des études où 50 à 85% des vies pourraient avoir été sauvées, cela pouvait empêcher tellement de morts. Appliquez ce pourcentage aux 600 000 américains qui ont perdu la vie. C’est pourquoi je pense que les médias n’admettront jamais leur complicité, et pourquoi ils n’admettront jamais qu’ils ont eu tort.

Mais il n’est pas trop tard, des vies peuvent être sauvées, nous aurons encore besoin des traitements précoces, quelle que soit l’efficacité du vaccin, quelle que soit l’immunité après avoir été infecté est, d’autres personnes seront infectées, d’autres personnes vont avoir besoin d’un traitement précoce.

Alors je supplie les médias, prêtez attention au Dr. Korry, au Dr. Peter McCullough, les autres médecins qui ont le courage et la compassion de traiter les patients, il n’est pas trop tard, nous devons commencer et explorer les traitements précoces dès maintenant.

Et enfin le sénateur Wicker qui se joint à moi pour tenir les géants de la technologie responsables, et afin de traiter avec la censure.

Merci à la sénatrice Blackburn et aux autres.

Le dernier quart de siècle a vu une croissance énorme dans le domaine d’internet. Cela a en grande partie été positif, comme nous le savons tous.

Mais le résultat de ce quart de siècle, a été qu’il a permis à une poignée, de grandes plateformes technologiques d’Internet, de devenir extrêmement grandes, extrêmement riches et extrêmement puissantes, au point, qu’ils décident quelles sont les nouvelles, ils décident de quelles informations le public va obtenir et quelles informations vont être bloquées.
Il n’y a pas que le virus Wuhan, qui est un scandale, comme mes collègues viennent de décrire, nous pourrions citer des chapitres et des chapitres, maintes et maintes fois, sur ces grandes plates-formes décidant de ce que nous pouvons entendre et ce que nous ne pouvons pas entendre.

Alors laissez-moi juste… laissez-moi juste contribuer en disant que le sénateur Johnson a raison, et je vais citer quelques exemples :

Google a menacé de couper plusieurs sites Web conservateurs, y compris les fédéralistes, comment ont-ils le pouvoir de le faire ? Comment peuvent-ils justifier de faire cela ? Les entreprises restreignent ou résilient les utilisateurs, les comptes et les contenus conservateurs sur les réseaux sociaux.

Facebook a annoncé la suspension, du compte d’un ancien président des États-Unis, c’est trop de pouvoir, ils peuvent décider qui peut et qui ne peut pas faire l’actualité et être cité.

Twitter a censuré toute information sur le coronavirus, qu’ils pensaient, à leur avis pouvoir provoquer une panique généralisée.

Comment se fait-il qu’une plate-forme Internet richissime et puissante prenne cette décision ?

Et je pourrais continuer encore et encore, c’est pourquoi je me suis joins avec des sénateurs comme la sénatrice Blackburn, en essayant de corriger les deux tiers des lacunes de la section 230. Mais je suis également là pour faire l’introduction, d’un projet de loi pour préciser, que ces grandes plates-formes technologiques Internet ne peuvent pas discriminer sur la base de leurs propres opinions et sur la base de ce qu’ils pensent que le public devrait et ne devrait pas être autorisé à entendre.

Il s’agit d’une menace sérieuse et grave, pour la liberté, et l’échange ouvert d’idées en vertu de notre constitution, et je suis heureux d’oeuvrer pour ça avec d’autres membres du Sénat.

Merci à tous. Comme vous pouvez le voir, c’est quelque chose qui va s’étendre sur plusieurs comités ici au sénat américain. C’est notre travail d’aller au fond de ce qu’il s’est passé, puis d’apporter des solutions, comme le sénateur Wicker vient d’exposer.

Vous avez une question ?

Merci, donc l’UE et le G7 ont appelé à une enquête visant à déterminer s’il s’agissait ou non d’une fuite de laboratoire. Je me demande si vous pensez qu’une approche internationale est la meilleure façon d’enquêter sur cette question à l’avenir ?

Je pense que les comités permanents du Sénat devraient prendre l’initiative, nous sommes heureux que nos alliés se joignent également à nous, en disant que cela doit être étudié, il est évident que quelque chose n’était pas juste. Nous sommes préocupés par la décision de l’OMS de laisser la parti communiste chinois, leur dire quand et comment ils pourraient approcher de ce laboratoire, et que nous avons dû attendre des mois.

Egalement, j’ai vu votre discours hier à propos de virer le Dr. Fauci, pouvez-vous juste parler un peu de ce sujet ?

Bien sûr, je pense qu’il est approprié que les responsabilités du Dr. Fauci à la NIAID lui soit retirées, et qu’il se rende disponible au congrès, pour savoir exactement comment était-il de mèche avec Mark Zuckerberg et les géants de la technologie, ce qui s’est réellement passé.

Le peuple américain a-t-il entendu une partie de la vérité ? Mais pas toute la vérité ou rien que la vérité ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu un respect des délais dans la reconnaissance des inquiétudes autour du laboratoire ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu plus d’inquiétude autour de Wuhan disant “vous ne pouvez aller nulle part ailleurs en Chine” ou le parti communiste chinois disant “vous ne pouvez aller nulle part ailleurs en Chine, si vous venez de la province d’Hubei, ou si vous venez de Wuhan, mais vous pouvez parcourir le globe, partout sauf en Chine”.

Ce sont des choses qui semblent… Ecoutez, nous avons 3 millions et demi de personnes qui ont perdu la vie, 3 millions et demi de personnes.

Nous avons des centaines de milliers de familles américaines, qui ont ont eu des pertes dans leur famille, leurs proches, leurs amis.

Nous avons subi la perte des moyens de subsistance pour des centaines de millions de gens. Nous avons des enfants, précieux enfants qui viennent de vivre une perte d’apprentissage pendant un an, une perte de socialisation, qui témoignent de problèmes émotionnels.

Et le Dr. Fauci, est financé par le contribuable américain, et le contribuable dit “qu’avez-vous fait de nos dollars ?” Merci beaucoup à tous.

vidéo en français


Origine du virus dans la Presse :

‘Damning’ science shows COVID-19 likely engineered in lab: experts https://nypost.com/2021/06/06/damning-science-shows-covid-19-likely-engineered-in-lab/

Le sénateur Cruz affirme que Facebook censurait le contenu COVID-19 «au nom du gouvernement» https://www.foxnews.com/politics/sen-cruz-facebook-censoring-covid-19-content-government

Top House Republican Kevin McCarthy calls on Dr. Anthony Fauci to resign or be fired. ‘The American people don’t have trust in Dr. Fauci,‘ McCarthy said. https://www.foxnews.com/politics/kevin-mccarthy-anthony-fauci-resign-fired

Critics Call to Fire Dr. Fauci After Emails Show Him Saying Masks Don’t Work Against COVID https://www.newsweek.com/critics-call-fire-dr-fauci-after-emails-show-him-saying-masks-dont-work-against-covid-1597034

New York Post : Chinese virologist says Fauci’s emails ‘verify’ her Wuhan lab leak claims https://nypost.com/2021/06/04/chinese-virologist-says-fauci-emails-verify-her-lab-leak-claims/

Pentagon funneled $39 MILLION to the EcoHealth Alliance, the “charity” that funded coronavirus research at the Wuhan bio lab accused of being the source of the outbreak (Daily Mail). The majority of the DoD funding to #EcoHealth came from the DTRA, a US military branch with a mission to “counter and deter weapons of mass destruction and improvised threat networks”. https://www.dailymail.co.uk/news/article-9652287/The-Pentagon-funneled-39million-charity-funded-Wuhan-lab.html

DailyMail : British doctor and his secret campaign to gag the Covid lab leak theory: He worked in Wuhan and manipulated coronaviruses — yet orchestrated a campaign to clear it of blame and tried to hide his tracks. Now we publish the evidence, writes SIAN BOYLE https://www.dailymail.co.uk/news/article-9653613/British-doctor-Peter-Daszak-worked-Wuhan-scientists-secret-plan-stop-lab-leak-theory.html
– Mail reveals Dr Peter Daszak, 55, has links with Chinese scientists in Wuhan lab
– The British expert on zoonotic ‘spillovers’ (viruses jumping from animals to humans) was among those who signed Lancet letter condemning lab leak theory
– He also worked in so-called pandemic prevention and the manipulation of coronaviruses, admitting they can be manipulated ‘pretty easily’ in 2019 podcast
– Dr Daszak was appointed to World Health Organisation’s Wuhan 2021 delegation while The Lancet has its own close relationship with Chinese science community
– Leaked emails and intelligence reports continue to challenge pandemic origins

DailyMail EXCLUSIVE: COVID-19 ‘has NO credible natural ancestor’ and WAS created by Chinese scientists who then tried to cover their tracks with ‘retro-engineering’ to make it seem like it naturally arose from bats, explosive new study claims : https://www.dailymail.co.uk/news/article-9629563/Chinese-scientists-created-COVID-19-lab-tried-cover-tracks-new-study-claims.html
– An explosive new study claims researchers found ‘unique fingerprints’ in COVID-19 samples that they say could only have arisen from manipulation in a laboratory
– DailyMail.com exclusively obtained the new 22-page paper authored by British Professor Angus Dalgleish and Norwegian scientist Dr. Birger Sørensen as submitted for publication in the Quarterly Review of Biophysics Discovery
– The study showed there’s evidence to suggest Chinese scientists created the virus while working on a Gain of Function project in a Wuhan lab
– Gain of Function research, which was temporarily outlawed in the US, involves altering naturally-occurring viruses to make them more infectious in order to study their potential effects on humans
– According to the paper, Chinese scientists took a natural coronavirus ‘backbone’ found in Chinese cave bats and spliced onto it a new ‘spike’, turning it into the deadly and highly transmissible COVID-19
– The researchers, who concluded that COVID-19 ‘has no credible natural ancestor’, also believe scientists reverse-engineered versions of the virus to cover up their tracks
– ‘We think that there have been retro-engineered viruses created,’ Dalgleish told DailyMail.com. ‘They’ve changed the virus, then tried to make out it was in a sequence years ago.’
– The study also points to ‘deliberate destruction, concealment or contamination of data’ in Chinese labs and notes that ‘scientists who wished to share their findings haven’t been able to do so or have disappeared’
– Until recently, most experts had staunchly denied the origins of the virus were anything other than a natural infection leaping from animals to humans
– Earlier this week, Dr. Anthony Fauci defended US funding of the Wuhan Institute of Virology, saying the $600,000 grant was not approved for Gain of Function research

DailyMail : Chinese virologist who was among first to tout Wuhan lab theory says Fauci’s emails back up what she’s been saying all along – the coronavirus is ‘an unrestricted bioweapon’ – and blasts Fauci and medical experts for cover-up https://www.dailymail.co.uk/news/article-9648687/Chinese-virologist-says-Fauci-emails-claim-coronavirus-unrestricted-bioweapon.html
– Dr. Li-Meng Yan – who was among the first people to tout the Wuhan lab theory – said in her latest report COVID-19 is ‘an unrestricted bioweapon’
– She said the Chinese government and ‘certain overseas scientists and organizations’ covered it up
– In an interview on Newsmax Wednesday night, Yan referenced a February 1, 2020 exchange from Fauci’s email dump with one of his direct reports
– Dr. Hugh Auchincloss wrote in email to Fauci that the ‘experiments were performed before the gain of function pause but have since been reviewed and approved by NIH (National Institutes of Health)’
– Yan’s work has been heavily scrutinized, criticized and said to be ‘deeply flawed’ by other leading scientists
Fauci said multiple times in interviews over the last two days he still believes the coronavirus origin jumped species; not from a lab leak

Les e-mails de Fauci, le prochain scandale à venir ? #FauciEmails

Les e-mails de Fauci font la une aujourd’hui. BuzzFeed a publié 3 200 pages d’e-mails. Les mails ont été obtenus en vertu de la Freedom of Information Act (FOIA) #FauciEmails

Plus de 3 200 pages d’e-mails obtenues dans le cadre d’une action en justice au titre de la loi sur la liberté de l’information (Freedom of Information Act) déposée par BuzzFeed News – couvrant la période de janvier à juin 2020 – offrent un rare aperçu de la manière dont Fauci abordait son travail pendant la plus grande crise sanitaire, le montrant en train de traiter directement avec le public, les responsables de santé, les journalistes et même les célébrités. Le Washington Post a également reçu plus de 800 pages d’e-mails et a publié un article.

Ces milliers de pages montrent comment Fauci a tenté de calmer les Américains et de développer une stratégie.

Dans The Guardian, parmi les courriels les plus révélateurs figurent ceux provenant de correspondants fortunés ou influents.

Dans l’un d’eux, daté du 3 avril de l’année dernière, Fauci évoque une conversation avec le fondateur de Microsoft, Bill Gates, au sujet d’un effort mondial de vaccination et s’est dit “enthousiaste à l’idée d’aller de l’avant dans une “approche collaborative et, espérons-le, synergique concernant le Covid-19” impliquant les agences de santé fédérales et la Fondation Bill et Melinda Gates, selon les courriels.

Il y a également des échanges de courriels avec le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, au sujet de la création d’un centre d’information sur le coronavirus sur les médias sociaux, et un autre avec l’acteur Morgan Freeman qui propose de diffuser le message Covid-19 à ses 100 000 followers sur Twitter.

Les courriels montrent également que Fauci a reçu une rafale de correspondance indiquant que le coronavirus avait fui d’un laboratoire de Wuhan. Les réponses de Fauci sont censurées.

Obtenu par BuzzFeed News via FOIA. Visible page 2286 du pdf des 3 200 pages d’e-mails https://www.documentcloud.org/documents/20793561-leopold-nih-foia-anthony-fauci-emails

Dans The National Pulse on découvre que le Dr Anthony Fauci – qui a nié à plusieurs reprises avoir participé à des recherches sur les “gains de fonction” (militarisation des virus) – a envoyé des mails de panique aux membres du personnel du National Institutes for Allergies and Infectious Disease (NIAID) au début de la pandémie.

Obtenu par BuzzFeed News via FOIA

L’article académique joint à l’e-mail s’intitule : A SARS-like cluster of circulating bat coronaviruses shows potential for human emergence. Il y est question de la manière dont des chercheurs américains et chinois manipulent les virus pour mieux comprendre comment ils peuvent s’attacher aux humains.

Selon le National Institute for Health , « la recherche sur le gain de fonction (GOF) peut présenter des risques en matière de biosécurité et de biosûreté. »

Ça confirme l’explication du Pr Montagnier et de Henrion-Caude

The Insider Paper sur le FOIA #FauciEmails twitte également :

– Il a eu des discussions urgentes sur le gain de fonction.

– A ignoré le scientifique qui lui a dit que la Chine avait menti sur le virus et les données.

– A été informé d’une possible fuite du laboratoire de Wuhan.

– On lui a dit par courriel que les masques de détail ne fonctionnaient pas en raison de la taille du virus.

Un autre qui indique que le Dr Fauci a animé un groupe de discussion sur le gain de fonction.

Les premiers #FauciEmails montrent que l’on est conscient du risque d’aggravation de la maladie après la vaccination par le COVID, comme cela a été le cas pour les candidats vaccins contre le SRAS.

Dans un email que le physicien Erik Nielsen a envoyé à Fauci en mars 2020, il a recommandé non pas un, mais deux médicaments qui pourraient aider à combattre le #COVID19. L’un des médicaments était l’Hydroxychloroquine (p.153-154).

Selon Fauci, les masques ne sont pas nécessaires à moins d’être malade et il fait remarquer que le SARS CoV 2 est si petit qu’il passe facilement entre les fibres des masques.

Beaucoup d’américains sont en colères et ne comprennent pas pourquoi certains des #FauciEmails sont dissimulés par la plupart des médias. En effet, nous ne retrouvons aucun des e-mails dignes d’intérêt dans les comptes rendus des médias (sauf National Pulse cité plus haut) et ils n’ont même pas pris la peine de faire une enquête plus poussé.

Quoi qu’il en soit, la fuite du laboratoire de Wuhan est de plus en plus plausible. @ suivre

Le référentiel complet des e-mails peut être trouvé et lu ici.

Les courriels divulgués dressent un tableau accablant de la crédibilité du Dr Fauci.

Maj :

The Daily Caller : Le service de presse de la Maison Blanche n’a aucune question sur les emails du Dr. Fauci.

The National Pulse : Des emails montrent que Fauci a ignoré les avertissements d’un docteur en physique concernant les fausses données COVID chinoises.

Yahoo! News, NewsBytes : La divulgation des emails du Dr Fauci de 2020 révèle qu’il connaissait la théorie de la fuite du laboratoire.

Fox News : Tucker Carlson: Is Dr. Fauci under criminal investigation? “Il est vite apparu que Tony Fauci n’était qu’un autre bureaucrate fédéral sordide – profondément politique et souvent malhonnête. Plus choquant encore, nous avons ensuite appris que Fauci lui-même était impliqué dans la pandémie qu’il était censé combattre. Fauci a soutenu les expériences grotesques et dangereuses qui semblent avoir rendu le COVID possible.”

Laura Ingraham’s “Medicine Cabinet,” featuring Peter McCullough, MD, MPH; Harvey Risch, MD, PhD; & Jay Bhattacharya, MD, PhD, discuss what Tony Fauci got wrong on a myriad of COVID related policies… and the disastrous results.

https://twitter.com/momotchiii/status/1400366815885283330

Chimères homme-singe : Des chercheurs ont créé des embryons chimériques

Chimères homme-singe

Des chercheurs en Chine et aux États-Unis ont injecté des cellules souches humaines dans des embryons de primates et ont réussi à faire croître des embryons chimériques pendant une période de temps significative – jusqu’à 20 jours.

Malgré les problèmes éthiques que cela pose, cette recherche pourrait permettre de mieux comprendre la biologie du développement et l’évolution. Elle a également des implications pour le développement de nouveaux modèles de biologie et de maladies humaines. Ces travaux ont été publiés le 15 avril dans la revue Cell.

“Comme nous ne sommes pas en mesure de réaliser certains types d’expériences chez l’homme, il est essentiel que nous disposions de meilleurs modèles pour étudier et comprendre avec plus de précision la biologie et les maladies humaines”, explique l’auteur principal, Juan Carlos Izpisua Belmonte, professeur au Gene Expression Laboratory du Salk Institute for Biological Sciences. “Un objectif important de la biologie expérimentale est le développement de systèmes modèles qui permettent d’étudier les maladies humaines dans des conditions in vivo.”

Les chimères inter-espèces chez les mammifères sont réalisées depuis les années 1970, lorsqu’elles ont été générées chez les rongeurs et utilisées pour étudier les processus de développement précoce. L’avancée qui a rendu possible l’étude actuelle a eu lieu l’année dernière lorsque l’équipe collaboratrice de cette étude – dirigée par Weizhi Ji de l’Université des sciences et technologies de Kunming, dans le Yunnan, en Chine – a mis au point une technologie permettant aux embryons de singe de rester en vie et de se développer en dehors du corps pendant une période prolongée.

Dans l’étude actuelle, six jours après la création des embryons de singe, ils ont reçu chacun une injection de 25 cellules humaines. Les cellules provenaient d’une lignée de cellules pluripotentes induites, connues sous le nom de cellules souches pluripotentes induites, qui ont le potentiel de contribuer aux tissus embryonnaires et extra-embryonnaires.

Au bout d’un jour, des cellules humaines ont été détectées dans 132 embryons. Après 10 jours, 103 des embryons chimériques étaient encore en développement. La survie a rapidement commencé à décliner et, au 19e jour, seules trois chimères étaient encore en vie. Il est toutefois important de noter que le pourcentage de cellules humaines dans les embryons est resté élevé pendant toute la durée de leur croissance.

Cell, Tan et al.: “Chimeric contribution of human extended pluripotent stem cells to monkey embryos ex vivo” https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(21)00305-6

“Historiquement, la génération de chimères homme-animal a souffert de la faible efficacité et de l’intégration des cellules humaines dans l’espèce hôte”, explique Izpisua Belmonte. “La génération d’une chimère entre l’homme et un primate non humain, une espèce plus proche de l’homme sur la ligne de temps de l’évolution que toutes les espèces utilisées précédemment, nous permettra de mieux comprendre s’il existe des obstacles imposés par l’évolution à la génération de chimères et s’il existe des moyens de les surmonter.”

Les chercheurs ont effectué une analyse du transcriptome des cellules humaines et des cellules de singe provenant des embryons. “Ces analyses ont permis d’identifier plusieurs voies de communication qui étaient soit nouvelles, soit renforcées dans les cellules chimériques”, explique Izpisua Belmonte.

“Comprendre quelles voies sont impliquées dans la communication des cellules chimériques nous permettra éventuellement d’améliorer cette communication et d’accroître l’efficacité du chimérisme chez une espèce hôte plus éloignée de l’homme sur le plan de l’évolution.”

Une prochaine étape importante de cette recherche consiste à évaluer plus en détail toutes les voies moléculaires qui sont impliquées dans cette communication inter-espèces, avec pour objectif immédiat de trouver quelles voies sont vitales pour le processus de développement.

À plus long terme, les chercheurs espèrent utiliser les chimères non seulement pour étudier les premiers stades du développement humain et modéliser des maladies, mais aussi pour mettre au point de nouvelles méthodes de dépistage de médicaments, ainsi que pour générer potentiellement des cellules, des tissus ou des organes transplantables.

Cette étude a été soutenue par le National Key Research and Development Program, la National Natural Science Foundation of China, le Major Basic Research Project of Science and Technology of Yunnan, les Key Projects of Basic Research Program in Yunnan Province, High-level Talent Cultivation Support Plan of Yunnan Province and Yunnan Fundamental Research Projects, UCAM, et la Moxie Foundation.

Cell, Tan et al.: “Chimeric contribution of human extended pluripotent stem cells to monkey embryos ex vivo” https://www.cell.com/cell/fulltext/S0092-8674(21)00305-6

EurekAlert

Microsoft et Improbable s’associent pour améliorer les capacités de sécurité nationale

Microsoft et Improbable annoncent un partenariat mondial pour le secteur de la défense et de la sécurité nationale

Improbable Worlds Limited, une société spécialisée dans les technologies d’environnement synthétique, annonce un partenariat avec la division Défense et renseignement de Microsoft afin d’aider les gouvernements à améliorer leurs résultats en matière de sécurité nationale.

Ce partenariat transformera la capacité des gouvernements et de leurs fournisseurs de solutions à fournir des environnements synthétiques multi-domaines pour la défense et la sécurité nationale.

L’activité de défense d’Improbable, basée principalement à Londres et à Washington DC, s’appuie sur la base de la technologie innovante pour les jeux et le divertissement numérique, combinée à une expertise spécifique en modélisation informatique, IA, analyse de données et autres compétences et connaissances pertinentes pour les applications de défense et de sécurité nationale.

La plateforme d’environnement synthétique d’Improbable est une plateforme de simulation puissante, flexible et sécurisée, adaptée aux besoins de la communauté de la défense et capable de prendre en charge les simulations militaires et les environnements synthétiques les plus sophistiqués jamais expérimentés.

Improbable travaille au sein de l’alliance de l’OTAN et avec une série de partenaires industriels pour transformer la planification, la formation et l’aide à la décision au sein des communautés gouvernementales, de la défense et de la sécurité.

La plateforme d’environnement synthétique d’Improbable sera disponible sur les services Azure en local, dans le cloud et cloud-to-edge.

La combinaison de leurs outils transformerait les capacités, notamment la planification opérationnelle, la conception des politiques, la formation collective, la résilience nationale et l’expérimentation en matière de défense.

Dans le cadre de ce partenariat, les organisations utilisant Microsoft Azure pourront proposer des produits tels que des modèles, des ensembles de données et des applications d’intelligence artificielle par le biais de la plateforme d’Improbable.

Les deux entreprises ont déclaré que cela renforcerait l’innovation dans le développement de l’environnement synthétique et faciliterait l’accès des clients de la défense aux capacités fournies par l’industrie, le gouvernement et les universités.

Gus MacGregor-Millar, directeur général de Microsoft Defence & Intelligence, a déclaré : “Nous sommes fiers d’annoncer que la plateforme d’environnement synthétique d’Improbable est désormais disponible sur le cloud Microsoft Azure et l’offre Azure Stack.”

“Nous sommes ravis de combiner nos forces complémentaires et d’offrir à nos clients du secteur de la défense et du renseignement le potentiel de transformation des environnements synthétiques alimentés par des calculs sécurisés et fiables dans le cloud.”

Microsoft et Improbable ont déclaré que la combinaison de la plate-forme d’environnement synthétique et des services professionnels, ainsi que des “écosystèmes de partenaires communs”, permettrait de “développer, valider, déployer et adapter plus rapidement et plus facilement des solutions d’environnement synthétique” conçues pour répondre à de plus nombreux défis en matière de défense et de sécurité.

Géo-ingénierie : Huit États américains utilisent l’ensemencement des nuages

Ensemencement des nuages : Modification artificielle des conditions météorologiques

Alors que d’immenses étendues de la côte ouest sont confrontées à moult sécheresses parmi les plus graves que la région ait jamais connues, les scientifiques de l’atmosphère tentent de trouver quelques solutions.

Huit États américains utilisent désormais une technique appelée “ensemencement des nuages” pour encourager la formation de nuages et fournir aux régions frappées par la sécheresse, l’eau dont elles ont tant besoin, rapporte Scientific American.

La technique consiste à libérer dans l’air plusieurs particules d’iodure d’argent, dont la structure est très similaire à celle de la glace. Lorsqu’elles atteignent l’intérieur des nuages, elles attirent les gouttelettes, qui se regroupent et gèlent en se rassemblant. Le résultat, en théorie : davantage d’eau douce atteignant le sol.

Un Cessna 441 Conquest II équipé de nacelles d’ensemencement des nuages sur ses ailes, à l’aéroport international de Hobart, Tasmanie, Australie, 2008. CC

“Nous sommes certainement mieux placés aujourd’hui pour répondre à cette question qu’il y a dix ans”, a déclaré Jeff French, spécialiste de l’atmosphère à l’université du Wyoming. “L’état de la science a progressé au point que c’est une question à laquelle nous pouvons et devons essayer de répondre dès maintenant.”

Jusqu’à présent, l’ensemencement des nuages a été le plus souvent utilisé pour produire davantage de neige. Cette neige se précipite en hiver, puis fond au printemps, fournissant de l’eau fraîche à des millions de personnes.

“Les gestionnaires de l’eau ont essentiellement deux choix, et les deux sont mis en œuvre”, a déclaré French. “L’un est de réduire d’une manière ou d’une autre la demande par la conservation, et l’autre est d’augmenter d’une manière ou d’une autre l’offre. Et l’ensemencement des nuages est une proposition relativement peu coûteuse.”

Il y a cependant un gros problème : nous ne sommes pas tout à fait sûrs de son efficacité. Les expériences menées tout au long de la seconde moitié du XXe siècle ont donné des résultats décevants.

Mais cela n’empêche pas quelques États comme le Colorado, l’Utah et le Wyoming de tenter de faire pleuvoir en utilisant cette technique. Selon Scientific American, certains programmes ont permis de constater une augmentation de 5 à 15 % des chutes de neige par rapport aux zones sans ensemencement des nuages, mais ces programmes n’ont pas pu prouver scientifiquement l’existence d’un lien de causalité entre l’ensemencement des nuages et l’augmentation de la neige.

Les scientifiques comme Jeff French ne sont toujours pas entièrement convaincus que l’ensemencement des nuages serait une solution viable pour lutter contre les sécheresses.

Mais dans un contexte de changement climatique rapide, il convient d’essayer toutes les solutions possibles pour sauver les régions sujettes à la sécheresse.

Diverses propositions de géo-ingénierie conçues pour augmenter la réflectance solaire ou capturer et stocker le carbone. Crédit: Encyclopædia Britannica, Inc.