Skip to content

Monnaie numérique Le système financier mondial est sur le point de changer

CBDC Monnaie numérique de banque centrale

Le World Government Summit s’est déroulé cette semaine à Abou Dhabi. Selon une économiste présente au World Government Summit, le nouvel ordre mondial financier est sur le point de prendre une direction inédite et spectaculaire.

Pippa Malmgrem, une économiste américaine de premier plan qui a été conseillère spéciale de l’ancien président George W. Bush, a fait une déclaration qui confirme ce que nous-mêmes et d’autres personnes rapportons depuis un certain temps, à savoir qu’une société sans espèces est sur le point de voir le jour.

« Nous sommes à l’aube d’un changement spectaculaire où nous sommes sur le point, et je vais le dire avec audace, nous sommes sur le point d’abandonner le système traditionnel de monnaie et de comptabilité et d’en introduire un nouveau. Et le nouveau ; la nouvelle comptabilité est ce que nous appelons blockchain… Cela signifie numérique, cela signifie avoir un enregistrement presque parfait de chaque transaction qui se produit dans l’économie, ce qui nous donnera beaucoup plus de clarté sur ce qui se passe.« 

Qui est Pippa Malmgren ? C’est une mondialiste et une élitiste. Son père, Harald Malmgren, a été conseiller principal des présidents John F. Kennedy, Richard Nixon, Lyndon Johnson et Gerald Ford. Pippa a également conseillé des présidents et des premiers ministres dans le monde entier. L’un de ses sujets favoris au cours des deux dernières années a été « The Upside of COVID ». Comme Klaus Schwab au Forum économique mondial, elle considère le COVID comme une « opportunité » de transformer le monde.

Selon son site Web, le Dr Malmgren apporte un sens simple aux complexités de l’économie mondiale, de la géopolitique et de la technologie. Elle a conseillé des présidents et des premiers ministres, a cofondé une entreprise technologique primée, a travaillé dans la finance et la gestion d’actifs et a été juge dans le cadre du concours The Queen’s Enterprise Awards et régulatrice des normes technologiques. Elle a donné des conférences à Sandhurst, Duke Fuqua GEMBA, INSEAD, UT Austin et à l’université Tsinghua de Pékin.

Ce nouveau système monétaire dont Malmgren parle avec tant d’enthousiasme ne sera pas seulement numérique, il sera centralisé et il sera programmable. Les banques centrales auront un contrôle total sur votre argent. Ne le confondez pas avec le bitcoin ou d’autres crypto-monnaies. La seule chose qu’il aura en commun avec les autres crypto est qu’il sera basé sur la technologie blockchain.

La monnaie numérique pourrait être programmée de manière à ce qu’elle ne soit dépensée que pour des produits de première nécessité ou des biens qu’un employeur ou un gouvernement considère comme raisonnables. Les possibilités sont infinies. En Chine, le processus a déjà commencé.

Quel est l’enjeu ? Une fois que nous aurons de l’argent numérique, où et comment vous serez « autorisés » à dépenser votre argent dépendra de votre score de crédit social. Cet argent sera lié à l’identité numérique personnelle de chacun. L’identité numérique constitue l’autre pilier de la nouvelle économie numérique dont les dirigeants ne vous ont pas encore vraiment parlé.

Le Grand Reset repose donc sur deux choses : la mise en place du système de monnaie numérique et la création d’une identité numérique pour chaque homme, femme et enfant.

« Le titre de cette session, sommes-nous prêts pour un nouvel ordre mondial ? »

6 Comments »

  1. CBDC Traçable et programmable (extrait Zero Hedge)

    Les CBDC permettraient aux planificateurs centraux fous de contrôle et de pouvoir de faire bien plus qu’espionner et surveiller vos transactions financières. Les CBDC leur permettraient de contrôler comment et quand vous dépensez votre argent.

    Cela peut sembler fou à une personne saine d’esprit, qui agit avec un minimum de modestie et d’intégrité. Mais, en vérité, c’est l’un des principaux objectifs des CBDC. En fait, il y a plusieurs années, le directeur général de la Banque des règlements internationaux, Agustin Carstens, a décrit les pouvoirs extraordinaires que les CBDC conféreraient aux planificateurs centraux. Voici les détails fournis par Carstens lui-même :

     » Il y a une énorme différence [entre la CBDC et l’argent liquide]. Par exemple, avec l’argent liquide, nous ne savons pas qui utilise un billet de 100 dollars aujourd’hui. Nous ne savons pas qui utilise un billet de 1 000 pesos aujourd’hui. Une différence essentielle avec la CBDC est que la banque centrale aura un contrôle absolu en vertu de règles et de réglementations qui détermineront l’utilisation de cette expression de la responsabilité de la banque centrale, et nous aurons la technologie pour faire respecter cela. »

    Vous comprenez ? Les planificateurs centraux veulent un contrôle absolu sur la façon dont vous dépensez votre argent. Cela inclut le gouvernement américain aussi…

    Le 9 mars, l’administration Biden a publié un décret demandant à plusieurs agences fédérales d’étudier les monnaies numériques et d’identifier les moyens de les réglementer. Une grande partie de ce décret est axée sur les crypto-monnaies basées sur la blockchain, comme le bitcoin et l’ethereum.

    Cependant, dans le cadre du décret, Biden ordonne également au gouvernement fédéral et à la Réserve fédérale de jeter les bases d’une nouvelle monnaie américaine potentielle, une CBDC – un dollar numérique.

    Plus précisément, le décret ordonne au Trésor américain et à d’autres agences fédérales d’étudier le développement de la nouvelle CBDC et de rendre compte dans un délai de 180 jours des risques et avantages potentiels d’un dollar numérique. Le décret ordonne également au département du Trésor, au bureau du procureur général et à la Réserve fédérale d’élaborer une « proposition législative » visant à créer une monnaie numérique dans un délai de 210 jours, soit environ sept mois.

    Le dollar numérique arrive, et il arrive vite.

    Pour être clair, l’adoption d’un dollar numérique par le gouvernement américain, comme le souhaite M. Biden, serait l’une des plus grandes expansions du pouvoir fédéral jamais réalisées. Le dollar numérique serait bien différent d’une version numérique du dollar américain existant. Il serait également très différent des crypto-monnaies comme le bitcoin et l’ethereum, qui sont décentralisées.

    Les dollars numériques seraient traçables et programmables. La Réserve fédérale, ou une autre agence gouvernementale, aurait la capacité de créer des dollars numériques à sa guise. En outre, les dollars numériques pourraient être programmés pour être soumis à diverses règles et restrictions régissant la manière et le moment de les dépenser.

    Plus tôt cette année, dans le rapport publié par la Réserve fédérale sur le développement d’une CBDC, la Fed a fourni des exemples de « choix de conception » possibles pour un dollar numérique, notamment qu’« une banque centrale pourrait limiter le montant de la CBDC qu’un utilisateur final pourrait détenir ».

    Le plan du décret de Biden pour un dollar numérique comprend également des choix de conception qui donneront au gouvernement fédéral un contrôle total sur la liberté financière et l’économie. Le décret stipule même que la CBDC et les autres politiques régissant les actifs numériques doivent atténuer « le changement climatique et la pollution » et promouvoir « l’inclusion financière et l’équité. » Il s’agit là d’un axe majeur.

    Nous pouvons en déduire que l’inclusion et l’équité financières signifient la redistribution des richesses. Et l’atténuation du changement climatique signifie des restrictions sur l’utilisation des combustibles fossiles. Ces éléments, ainsi que d’autres dictats gouvernementaux, comme la soustraction directe des taxes et des frais de votre compte, seraient programmés dans le dollar numérique.

    Pourquoi maintenant…

    • Trois sénateurs républicains font avancer un projet de loi visant à interdire à la Réserve fédérale américaine d’émettre une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) directement aux individus, car elle pourrait être utilisée comme outil de surveillance financière. (The Epoch Times)

      Le projet de loi vise à modifier la section 13 de la Loi sur la Réserve fédérale en ajoutant ce qui suit : « Aucune banque de réserve fédérale ne peut offrir des produits ou des services directement à un particulier, tenir un compte au nom d’un particulier ou émettre une monnaie numérique de banque centrale directement à un particulier ». Le projet de loi a été introduit par le sénateur Ted Cruz (R-Tex.) et parrainé par les sénateurs Chuck Grassley (R-Iowa) et Mike Braun (R-Ind.).

      Alors que des pays comme la Chine développent des CBDC qui suppriment les avantages de l’argent liquide en matière de protection de la vie privée, il est « plus important que jamais » de s’assurer que la politique américaine en matière de monnaie numérique protège la vie privée financière, cultive l’innovation et maintient la domination du dollar américain, ont déclaré les trois sénateurs GOP dans un communiqué de presse du 31 mars.

      Faute de quoi, une entité comme la Fed pourrait « se mobiliser pour devenir une banque de détail », ce qui lui permettrait de recueillir des informations personnelles sur les utilisateurs et de suivre leurs transactions. La Fed « n’a pas » et « ne devrait pas » avoir le pouvoir d’offrir des comptes bancaires de détail, ont-ils averti.

      Contrairement aux cryptomonnaies comme le bitcoin, les CBDC sont émises et soutenues par le gouvernement. Les transactions sont effectuées sur une « blockchain centralisée et autorisée ». Ce modèle permettra de centraliser les informations financières des citoyens américains. Non seulement il peut ouvrir la voie à une surveillance financière directe des citoyens américains, mais les infos personnelles seront également vulnérables aux attaques de tiers.

      Le projet de loi veillera à ce que le Congrès « s’oppose » à ce que les fonctionnaires du gouvernement « fouillent » dans les activités financières des « Américains qui travaillent dur », a déclaré Grassley.

      « Le gouvernement fédéral a la capacité d’encourager et de nourrir l’innovation dans l’espace des crypto-monnaies, ou de la dévaster complètement », a déclaré Cruz dans un communiqué de presse.

      « Ce projet de loi va loin pour s’assurer que le grand gouvernement ne tente pas de centraliser et de contrôler les crypto-monnaies afin qu’elles puissent continuer à se développer et à prospérer aux États-Unis. Nous devrions donner du pouvoir aux entrepreneurs, permettre l’innovation et accroître la liberté individuelle – et non l’étouffer. »

      La proposition de législation fait suite à la signature, le mois dernier, d’un décret par le président Joe Biden, qui demande au gouvernement d’examiner les avantages et les risques liés à la création d’un dollar numérique par une banque centrale.

  2. Les premières cryptomonnaies privées ont été créé pour déstabiliser les Etats au nom de la liberté telle qu’elle est conçue par une minorité d’anarchistes, éluder l’impôt ou blanchir l’argent sale. Outre ces objectifs malveillants, elles ont habituellement un empreinte écologique très négative et des fluctuation trop violentes. Elles ont fini par être régularisé dans certaines contrées parce les entrepreneurs leur ont trouvé des usages utiles et compatibles avec les règles fiscales en vigueur.

    Les cryptomonnaies d’Etat présentent les mêmes avantages que celles du privée mais sans les problèmes. Elles peuvent effectivement servir à surveiller les mouvements financiers mais c’est surtout un problème pour le financement des organisations clandestines. Tout bien considéré, je préfère les secondes qui nuisent pas à la fourniture des services publics. S’il fallait supprimer toutes les technologies susceptibles d’être exploitées par des régimes autoritaires, on se retrouverait dans des grottes.

    Il ne faut pas forcément assimiler tout i cryptomonnaies publiques à la volonté d’instaurer une tyrannie; les politiciens sont aussi les commandités des lobbies. Les milieux d’affaires étudient actuellement différents modèles commerciaux fondés sur la rémunération des droits d’auteur par le biais des jetons non fongibles/non fungible token. L’introduction d’une cryptomonnaie publique bien gérée faciliterait cette pratique.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%