“On ne reviendra jamais à la normale” #NewNormal

Dr Kerry Chant, responsable de la santé publique en Nouvelle-Galles du Sud fait encore parler d’elle. Rappelez-vous, c’est elle qui affirmait dernièrement suivre les indications du Nouvel Ordre Mondial.

Cette fois-ci, elle déclare qu’on ne reviendra jamais à la normale. Et que les boosters sont là pour rester.


Emmanuel Macron l’a dit lui-même en mars 2020 “plus rien ne sera comme avant“.
“Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent… le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant.”

New Normal

tolérer : Laisser se produire ou subsister (une chose qu’on aurait le droit ou la possibilité d’empêcher).

Une rentrée mouvementée dans la nouvelle normalité #NewNormal

Les mesures contre la pandémie font partie d’un “nouvel ordre mondial”

A mesure que les efforts pour enrayer la pandémie s’intensifient sans qu’aucune date de fin ne soit en vue, un journaliste a demandé au Dr Kerry Chant, responsable de la santé publique en Nouvelle-Galles du Sud, au cours d’une conférence de presse jeudi, à quoi ressembleront les mesures lorsque le pays rouvrira ses portes en octobre, le Dr Chant a répondu : “Nous examinerons à quoi ressemble la recherche des contacts dans le “Nouvel ordre mondial“, a-t-elle déclaré.

“Et oui, cela inclu les pubs, les clubs et autres lieux si nous avons un cas positif. Notre réponse peut être différente si nous savons que les gens sont complètement vaccinés, donc nous travaillons sur un certain nombre de ces questions”, a poursuivi Chant.

“Dès que l’on s’engage sur la voie de la désignation de citoyens innocents comme boucs émissaires pour couvrir des erreurs politiques, les démocraties s’effondrent dans l’anarchie”, Alexandra Marshall pour The Spectator “Covid: the New World Order” 14 sept. 2021

Ce n’est pas la première fois qu’un responsable de la santé publique utilise cette expression pour décrire le monde post-pandémique. Le ministre de la santé Brad Hazzard a déjà qualifié la pandémie de “nouvel ordre mondial” en juillet 2020.

“Il s’agit d’une pandémie mondiale, c’est un événement qui ne se produit qu’une fois tous les 100 ans, donc vous pouvez vous attendre à ce que nous ayons une forme de contamination de temps en temps, et c’est comme ça. Nous devons accepter que c’est le nouvel ordre mondial“, a déclaré Hazzard à la suite d’une épidémie de cas.

Une correspondante de Newsmax à la Maison Blanche Emerald Robinson demande : “Qu’est-il arrivé à ‘mon corps mon choix’ en matière de vaccinations dans l’administration Biden ? Et en 2020, le président élu Biden a déclaré qu’il n’exigerait pas de mandat pour les vaccins.”

Une correspondante de CBSNews à la Maison Blanche Weijia demande si l’une de ces nouvelles mesures affectera la “vie quotidienne” des gens. La porte-parole de la Maison-Blanche Jen Psaki répond souriante : “Cela dépend si vous êtes vacciné ou non.”

New Normal

Londres : Un chirurgien à la retraite, déclare sur les pass : “Cela ne s’arrêtera pas là, cela concernera les pubs, les restaurants, les vols, le nombre de kilomètres parcourus. Il ne s’agit pas d’un passeport vaccinal, mais d’un système de crédit social.”

Communiqué, l’Académie nationale de médecine propose de remplacer au plus tôt le passe sanitaire par un passe vaccinal.

Pour Thales, les pass vaccinaux sont un précurseur des portefeuilles d’identification numérique, offrant aux citoyens une commodité et une sécurité inégalées.

Le “passeport vaccinal” et la fusion à venir avec les systèmes d’identification numérique : un projet de contrôle social massif est en préparation depuis des années avec #Gavi, #INFUSE et autres, qui préparent le terrain pour faire de nous tous des esclaves numériques.

L’équipementier automobile français Valeo a dévoilé une borne capable de détecter le Covid 19 sans contact, en moins de 2 minutes. Avec un taux de fiabilité de 94%, cette borne devrait être homologuée d’ici un an.

Il est clair que les restrictions ne seront pas “temporaires”, loin de là.

Singapour déploie des robots pour détecter les “comportements indésirables”, ainsi que les groupes de “plus de cinq personnes”.

https://twitter.com/Alpha_Mind7/status/1434849402061877248

Mark Zuckerberg a dévoilé des nouvelles lunettes intelligentes Facebook x Ray-Ban. Donc pas de réalité augmentée, mais des lunettes en réseau avec deux caméras pour recueillir encore plus de données sur le comportement de ses utilisateurs et de tout le monde et de tout ce que ses utilisateurs regardent.

“Lorsque vos lunettes sont éteintes, elles sont complètement éteintes. Le micro est éteint et vous ne pouvez pas prendre de photos ni enregistrer de vidéos.”

Les pépites de fin août/début septembre, à chacun de juger….

Des documents nouvellement divulgués montrent que le Dr Fauci a menti et que les États-Unis ont bien financé la recherche sur le « gain de fonction » à Wuhan. The Epoch Times 8 septembre 2021.

Selon Le Point, on peut injecter une puce électronique via une seringue dans un corps humain.

Finalement ce sont les vaccinés qui contaminent les non vaccinés.

Une infection antérieure au COVID protège davantage contre le variant Delta que le vaccin Pfizer, selon une étude.

Pour infos, les essais cliniques vaxx covid sur les femmes enceintes sont en cours…

Moderna vient juste de commencer les essais cliniques sur les femmes enceintes pour obtenir plus de données à ce sujet peu étudié pour l’instant, pour se terminer, selon des estimations préalables, vers fin 2023 ou début 2024.

Les essais cliniques des femmes enceintes pour Pfizer ont débuté en février 2021 entre les semaines 24 et 34 de leur grossesse âgées d’au minimum 18 ans et être en bonne santé! Elles seront suivies pendant au moins 7 à 10 mois.

L’UE met en garde la France et les états qui mettent en place un rappel vaccinal. La Commission européenne a rappelé aux pays membres qui se préparent à injecter des doses de rappel (3eme, 4eme) aux vaccinés qu’ils s’exposent à des risques juridiques accrus. L’Agence européenne des médicaments n’a, en effet, pas donné son feu vert. la Commission n’endossera pas de responsabilité en cas de problème.

Les personnes qui se sont remises d’un épisode de Covid-19 (immunité naturelle) au cours de l’une des premières vagues de la pandémie semblent présenter un risque plus faible de contracter le variant delta que celles qui ont reçu deux doses du vaccin de Pfizer. Bloomberg

Le corona n’est pas une cause probable de décès dans 80 % des décès officiels de covid signalés en allemagne depuis début juillet, selon le professeur Bertram Häussler, directeur de l’institut indépendant de recherche sur la santé IGES à Berlin (Welt).

Liberté

Nous vous suggérons un article d’Anne Applebaum pour The Atlantic : Les Nouveaux Puritains« Les codes sociaux changent, souvent pour le mieux. Mais pour ceux dont le comportement ne s’adapte pas assez vite aux nouvelles normes, le jugement peut être rapide et sans pitié. » « Une atmosphère croissante de justice populaire en Amérique produit le genre d’autocensure que l’on trouve dans un régime autoritaire ».

Une belle tribune exclusive publiée par Quartier Général sur la liberté d’expression, où plus de 2.500 chercheurs, universitaires, CNRS, INRAE, INSERM… médecins, infirmières, psy, soignants, juristes, enseignants, artistes et même quelques journalistes plus courageux que d’autres, dénoncent la censure inédite opérée autant par les médias que par les GAFAS au sujet de tout ce qui contredit le discours officiel sur le Covid. Chasse aux sorcières, règlements de compte, rien n’est épargné aux personnes qui contestent le bien-fondé du pass sanitaire, et réclament simplement plus de transparence concernant le processus vaccinal, ainsi qu’un débat contradictoire sur la stratégie sanitaire nationale.

Ancienne normalité vs New Normal

Du néolibéralisme des années 1980 au “Grand Reset”

Vendu sous le couvert d’une quête d’optimisation du bien-être et du “bonheur”, le capitalisme prospère sur l’exploitation des peuples et de l’environnement. Ce qui compte vraiment, c’est la recherche du maintien de marges bénéficiaires viables.

Le système économique actuel exige des niveaux d’extraction, de production et de consommation toujours plus élevés et nécessite un certain niveau de croissance annuelle du PIB pour que les grandes entreprises puissent réaliser des bénéfices suffisants.

Mais à un moment donné, les marchés deviennent saturés, les taux de demande baissent et la surproduction et la suraccumulation du capital deviennent un problème. En réponse, nous avons vu les marchés du crédit se développer et les dettes personnelles augmenter pour maintenir la demande des consommateurs alors que les salaires des travailleurs ont été réduits, la spéculation financière et immobilière augmenter (nouveaux marchés d’investissement), les rachats d’actions et les renflouements et subventions massifs (argent public pour maintenir la viabilité du capital privé) et une expansion du militarisme (une force motrice majeure pour de nombreux secteurs de l’économie).

Nous avons également assisté au déplacement de systèmes de production à l’étranger pour permettre à des entreprises mondiales de s’emparer de marchés dans des pays étrangers et de les développer.

L’ANCIENNE NORMALITÉ

Une grande partie de ce qui est exposé ci-dessus est inhérente au capitalisme. Mais les années 1980 ont été une période cruciale qui a contribué à définir le cadre dans lequel nous nous trouvons aujourd’hui.

Vous vous souvenez de l’époque où le culte de l’individu occupait le devant de la scène ? Il faisait partie de la rhétorique Reagan-Thatcher sur le “new normal” du néolibéralisme des années 1980.

Au Royaume-Uni, la réduction des prestations sociales a été justifiée par la rhétorique gouvernementale et médiatique sur la “responsabilité individuelle”, la réduction du rôle de l’État et la nécessité de “voler de ses propres ailes”. La vente des biens publics à des sociétés mercantiles a été vendue aux masses sur la base de l’efficacité du marché et de la “liberté de choix”.

La couverture sociale de l’État, l’éducation, les services de santé et le rôle du secteur public ont été implacablement sapés par le dogme néolibéral et la croyance que le marché (les entreprises mondiales) constituait la meilleure méthode pour répondre aux besoins humains.

La mission déclarée de Thatcher était de libérer l’esprit d’entreprise en supprimant l'”État providence”. Elle n’a pas tardé à écraser le pouvoir des syndicats et à privatiser les principaux actifs de l’État.

Malgré sa rhétorique, elle n’a pas réellement réduit le rôle de l’État. Elle a utilisé ses rouages différemment, au service des entreprises. Elle n’a pas non plus libéré “l’esprit d’entreprise”. Sous son mandat, les taux de croissance économique étaient similaires à ceux des années 1970, mais une concentration de la propriété s’est produite et les niveaux d’inégalité ont explosé.

Margaret Thatcher était bien formée à la gestion de la perception, manipulant certains courants de sentiments et de préjugés populistes latents. Ses platitudes de marché libre et d’anti-gouvernement ont été transmises à une partie du public qui n’était que trop désireuse de les adopter pour remédier à tout ce qui n’allait pas en Grande-Bretagne. Pour beaucoup, ce qui était autrefois considéré comme les politiques sociales et économiques extrêmes de la droite est devenu le bon sens de l’époque.

Les politiques de Thatcher ont détruit un cinquième de la base industrielle de la Grande-Bretagne en deux ans seulement. Le secteur des services, la finance et la banque ont été présentés comme les nouveaux moteurs de l’économie, alors qu’une grande partie du secteur manufacturier britannique était délocalisée vers des économies à main-d’œuvre bon marché.

Sous Thatcher, la part des employés dans le revenu national a été réduite de 65% à 53%. Une grande partie des emplois manufacturiers relativement bien rémunérés qui contribuaient à construire et à soutenir l’économie ont disparu depuis longtemps. À leur place, le pays a vu l’imposition d’un régime de faible imposition et d’emplois mal payés et précaires dans le “secteur des services” (travail sans contrat, macjobs (emploi peu qualifié, mal payé), emplois dans les centres d’appels – dont beaucoup sont rapidement partis à l’étranger), ainsi qu’une bulle immobilière, des dettes contractées par des cartes de crédit et des dettes d’étudiants, qui ont contribué à maintenir l’économie à flot.

Cependant, en fin de compte, ce que Thatcher a fait – malgré sa rhétorique d’aide aux petites entreprises et son drapeau national – c’est faciliter le processus de mondialisation en ouvrant l’économie britannique aux flux de capitaux internationaux et en laissant libre cours à la finance mondiale et aux sociétés transnationales.

Si nous revenons au début de cet article, il est clair que le bonheur et le bien-être des uns comptent plus que ceux des autres, comme l’explique David Rothkopf dans son livre Superclass : The Global Power Elite and the World They Are Making.

Les membres de la superclasse appartiennent aux mégacorporations, c’est-à-dire aux élites mondiales imbriquées qui élaborent les politiques, et sont issus des plus hauts échelons de la finance, de l’industrie, de l’armée, du gouvernement et d’autres élites de l’ombre. Ce sont les personnes dont Margaret Thatcher servait les intérêts.

Ces personnes établissent les ordres du jour de la Commission trilatérale, de Bilderberg, du G-7, du G-20, de l’OTAN, de la Banque mondiale et de l’Organisation mondiale du commerce.

N’oublions pas non plus les divers groupes de réflexion et arènes d’élaboration des politiques comme le Council on Foreign Relations, le Brookings Institute et Chatham House, ainsi que le Forum économique mondial (WEF), où des sections de l’élite mondiale élaborent des politiques et des stratégies et les transmettent à leurs marionnettes politiques.

Porté par la vision de son influent président exécutif, Klaus Schwab, le WEF est une force motrice majeure pour la “grande réinitialisation” dystopique, un changement tectonique qui entend modifier la façon dont nous vivons, travaillons et interagissons les uns avec les autres.

LE NEW NORMAL

Le grand reset envisage une transformation du capitalisme, qui se traduira par des restrictions permanentes des libertés fondamentales et une surveillance de masse, les moyens de subsistance et des secteurs entiers étant sacrifiés pour renforcer le monopole et l’hégémonie des entreprises pharmaceutiques, des géants de la haute technologie/des big data, d’Amazon, de Google, des grandes chaînes mondiales, du secteur des paiements numériques, des entreprises de biotechnologie, etc.

Sous couvert de confinement et de restrictions COVID-19, le grand reset est déployé sous le couvert d’une “quatrième révolution industrielle” dans laquelle les petites entreprises seront acculées à la faillite ou rachetées par des monopoles. Les économies sont en train d’être “restructurées” et de nombreux emplois et rôles seront assurés par des technologies basées sur l’intelligence artificielle.

Selon le WEF, le public “louera” tout ce dont il a besoin : le droit de propriété sera supprimé sous le couvert d’une “économie verte” soutenue par la rhétorique de la “consommation durable” et de “l’urgence climatique”.

Dans le même temps, de nouveaux marchés (“produits verts”) sont créés et, grâce au COVID, de nouvelles possibilités d’extraction de bénéfices s’ouvrent à l’étranger.

Par exemple, le président du Groupe de la Banque mondiale, David Malpass, a déclaré que les pays les plus pauvres seront “aidés” à se remettre sur pied après les différents confinements qui ont été mis en place en réponse à la crise de Covid-19. Cette “aide” sera conditionnée par la mise en œuvre et l’ancrage des réformes néolibérales et de l’affaiblissement des services publics.

Un mois seulement après le début de la crise du COVID, le FMI et la Banque mondiale étaient déjà confrontés à un déluge de demandes d’aide de la part des pays en développement. Des dizaines de pays demandaient des renflouements et des prêts. Une couverture idéale pour relancer l’économie mondiale par le biais d’une crise de la dette, de la privatisation des actifs nationaux qui en découle et de la poursuite de l'”ajustement structurel” des économies.

De nombreuses personnes ne perdent pas de temps pour parler d’une sorte de prise de contrôle de la planète par les “marxistes” ou les “communistes”, parce qu’une petite élite dictera les politiques. Cela n’a rien à voir avec le marxisme. Une élite capitaliste autoritaire – soutenue par ses technocrates politiques – vise à s’assurer un contrôle encore plus grand de l’économie mondiale. Il ne s’agira plus d’un “capitalisme” (vaguement étiqueté) basé sur des marchés “libres” et la concurrence (même si ces concepts n’ont jamais vraiment résisté à un examen approfondi).

Les économies seront monopolisées par des acteurs mondiaux, notamment les plateformes de commerce électronique gérées par des sociétés comme Amazon, Walmart, Facebook, Google et leurs propriétaires multimilliardaires.

De nouveaux marchés essentiels (pour le capitalisme) seront également créés par la “financiarisation” et la propriété de tous les aspects de la nature, qui sera colonisée, transformée en marchandise et commercialisée sous la fausse notion de protection de l’environnement.

La soi-disant “économie verte” s’inscrira dans la notion de “consommation durable” et d'”urgence climatique”. Un groupe de milliardaires et leurs plateformes contrôleront chaque aspect de la chaîne de valeur. Bien entendu, ils ne réduiront pas eux-mêmes leur consommation, ne se débarrasseront pas de leurs jets personnels, de leurs véhicules coûteux, de leurs nombreuses résidences luxueuses et ne renonceront pas à leur mode de vie gourmand en ressources. La réduction de la consommation n’est destinée qu’aux masses.

Elles contrôleront et posséderont non seulement les données relatives à la consommation, mais aussi celles relatives à la production, à la logistique, à qui a besoin de quoi, quand il en a besoin, qui doit le produire, qui doit le transporter et quand il doit être transporté. Les entreprises indépendantes disparaîtront ou seront incorporées dans les plates-formes, agissant comme des rouages serviles. Les représentants élus seront de simples superviseurs technocratiques de ces plateformes et des outils d’intelligence artificielle qui planifient et déterminent tout ce qui précède.

Les confinements et les restrictions auxquels nous assistons depuis mars 2020 ont contribué à accroître les bénéfices des chaînes mondiales et des géants du commerce électronique et ont consolidé leur domination. De nombreuses petites et moyennes entreprises indépendantes ont été poussées à la faillite. Dans le même temps, les droits fondamentaux ont été éradiqués suite aux mesures gouvernementales COVID19.

Les hommes politiques du monde entier ont repris la rhétorique du grand reset du WEF, en parlant de la nécessité de “reconstruire en mieux” pour le “new normal”. Ils sont tous sur la bonne voie. Ce n’est pas une coïncidence. L’élément essentiel de ce “new normal” est la nécessité de supprimer les libertés individuelles et personnelles étant donné que, dans le “green new normal”, la consommation sans entrave ne sera plus une option pour la majeure partie de la population.

Il y a longtemps qu’une partie importante de la classe ouvrière est considérée comme “excédentaire” – il y a trois décennies, ces personnes ont été sacrifiées sur l’autel du néolibéralisme. Elles ont perdu leur emploi en raison de l’automatisation et des délocalisations. Elles ont dû s’en remettre à la maigre aide sociale de l’État et à des services publics délabrés.

Mais ce que nous voyons aujourd’hui, c’est la possibilité que des centaines de millions de personnes dans le monde soient privées de leurs moyens de subsistance. Oubliez la “quatrième révolution industrielle” et sa promesse de techno-utopie. Ce à quoi nous assistons actuellement semble être une restructuration majeure des économies capitalistes.

Avec l’IA et l’automatisation avancée de la production, de la distribution et de la prestation de services (impression/fabrication 3D, technologie des drones, véhicules sans conducteur, aliments cultivés en laboratoire, fermes sans agriculteurs, robotique, etc.), une main-d’œuvre de masse – et donc une éducation de masse, une protection sociale de masse, une prestation de soins de santé de masse et des systèmes entiers qui étaient en place pour reproduire la main-d’œuvre pour l’activité économique capitaliste – ne sera plus nécessaire. Au fur et à mesure que l’activité économique se restructure, la relation du travail au capital se transforme.

Dans un système réorganisé qui n’a plus besoin de vendre les vertus d’un individualisme excessif (consumérisme), les niveaux de droits et de libertés politiques et civils auxquels nous avons été habitués ne seront pas tolérés.

Le néolibéralisme a peut-être atteint sa conclusion logique (pour l’instant). Rendre les syndicats impuissants, faire baisser les salaires pour créer des niveaux d’inégalité inimaginables et (via le démantèlement de Bretton Woods) donner au capital privé une telle liberté pour s’assurer des profits et une influence politique sous le couvert de la “mondialisation” conduirait inévitablement à un résultat.

Une concentration de la richesse, du pouvoir, de la propriété et du contrôle au sommet, avec une grande partie de la population bénéficiant d’un revenu de base universel contrôlé par l’État et tout le monde soumis à la discipline d’un État de surveillance biosécuritaire émergent, conçu pour réduire les libertés allant de la liberté de mouvement et de réunion à la protestation politique et à la liberté d’expression.

La gestion des perceptions est bien sûr vitale pour passer à travers tout cela. La rhétorique sur la “liberté” et la “responsabilité individuelle” a fonctionné à merveille dans les années 1980 pour aider à réaliser un vol massif de richesses. Cette fois, il s’agit d’une alerte de santé publique et de “responsabilité collective” dans le cadre d’une stratégie visant à favoriser le contrôle quasi-monopolistique des économies par une poignée d’acteurs mondiaux.

Et la perception de la liberté est également gérée. Une fois vaccinés, beaucoup commenceront à se sentir libres. Plus libres que sous confinement. Mais pas du tout libre.

Colin Todhunter est un journaliste indépendant qui écrit sur le développement, les questions environnementales, la politique, l’alimentation et l’agriculture. En août 2018, il a été nommé parmi les 400 leaders et modèles vivants pour la paix et la justice par Transcend Media Services, en reconnaissance de son journalisme.

Vous pouvez continuer à faire l’autruche. Je n’ai pas de problème avec cela. Je ne suis pas là pour vous convaincre.

Qu’est-ce que l’agenda transhumaniste ?

Si le concept de transhumanisme fait l’objet d’un film de science-fiction spectaculaire, il est en passe de devenir une réalité avec l’avènement de la quatrième révolution industrielle. Le fait d’être à moitié machine et à moitié humain peut sembler séduisant et permettrait à la race humaine de “tromper la mort”, mais d’innombrables risques et préoccupations concernant la liberté de choix, l’identité et la vie privée continuent d’être ignorés.

Transcription Fr

La technologie est presque devenue notre bouée de sauvetage, sans elle, il semble que le monde s’arrêterait de tourner et que la société tomberait. Nous passons la plupart de notre temps collés à nos gadgets, à nous entendre dire que nous devons acheter la prochaine meilleure technologie, plus puissante, plus rapide et dotée de nouvelles fonctionnalités. Nous entendons des nouvelles sur le développement de l’IA, les nanopuces, un avenir où nous pouvons télécharger notre conscience sur le cloud et atteindre l’immortalité. Mais avons-nous le choix en la matière ? Ou la technologie mettra-t-elle fin à l’humanité telle que nous la connaissons ? Bienvenue dans le monde du tranhumanisme.

Le transhumanisme est la croyance que la race humaine peut évoluer au-delà de ses limites actuelles, mentales et physiques, grâce aux moyens de la science et de la technologie. Le transhumanisme est une croyance philosophique, c’est une philosophie, et c’est assez récent aussi. Par exemple, les “principes de l’extropie“, rédigés en 1990, résument les valeurs et les convictions fondamentales du transhumanisme. Et ce serait le premier document explicite du transhumanisme et du concept de transhumanisme tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Une définition du transhumanisme est le mouvement intellectuel et culturel qui affirme la possibilité, et l’opportunité d’améliorer fondamentalement la condition humaine par l’application de la raison, en particulier en développant et en rendant largement disponibles des technologies permettant d’éliminer le vieillissement des capacités physiques et psychologiques.

Ainsi, la principale croyance du transhumanisme est d’améliorer la race humaine, ou de supprimer ses limites, afin que l’humanité puisse évoluer vers quelque chose de bien plus grand, de bien meilleur, et que nous puissions vivre éternellement, sans être limités par la maladie, nous deviendrons posthumain, nous deviendrons plus qu’humain, nous deviendrons essentiellement l’équivalent de dieux, d’après certains. Ces barrières de l’humanité seront supprimées par la technologie et la science. Il est dit que tout ceci peut être réalisé par la science et la technologie, qui inclut les médicaments, la nanotechnologie, les biopuces, le clonage, la bionique, l’intelligence artificielle, et bien plus encore.

Nous en avons déjà vu des exemples, avec le développement par elon musk de l’intelligence artificielle.

“Vous voulez vous voulez avoir un dispositif que vous pouvez mettre dans votre tête, et avoir l’impression d’être tout à fait normal, mais qui résout un problème important dans votre cerveau ou votre colonne vertébrale…”

Nous l’avons aussi vu avec l’augmentation des micropuces, les gens sont encouragés à s’intéresser aux micropuces qui rendront leur vie tellement plus facile.

“J’ai deux puces implantées, une à droite et une à gauche, j’ai eu des micro-implants parce que je voulais faire partie du futur…”

Il en va de même avec l’intelligence artificielle, qui est présente dans des appareils d’aujourd’hui, comme les téléviseurs intelligents d’aujourd’hui et tout ce qui s’y rattache, alexa, siri, toutes ces choses sont de l’intelligence artificielle. Cependant la principale préoccupation du transhumanisme, c’est qu’il semble qu’il n’y ait pas vraiment de choix en la matière. On s’attend à ce que tout le monde suive cet agenda, en voulant devenir plus qu’un simple humain, en voulant se lier avec les machines.

Si vous ne voulez pas prendre part à ça et bien j’ai bien peur que vous n’ayez pas beaucoup de choix, car c’est quelque chose qui est encouragé sur tous les fronts comme un seul, c’est essentiellement chercher la fin de l’humanité telle qu’on la connait aujourd’hui, pour évoluer vers quelque chose de bien meilleur, donc si l’humanité devait être anéantie ce n’est pas un problème, car ça signifie qu’on peut se reconstruire en quelque chose de plus grand.

Le transhumanisme n’est qu’une partie du puzzle, car une fois qu’on évolue vers quelque chose de plus grand on devient post-humain, et on entre dans le post-humanisme. Le post-humanisme est le dépassement des limites qui définissent les aspects les moins désirables de la condition humaine, ce qui inclut le vieillissement, la souffrance de la maladie et la mort elle-même. Les post-humains ne souffriraient plus de ces problèmes qui affligent l’humanité, ceci est décrit en soi comme une liberté morphologique, où les humains auront une plus grande capacité physique, et une plus grande liberté de forme. Les post-humanistes croient que nous aurons un quotient intellectuel plus élevé et de meilleures capacités cognitives, que nous serons des superordinateurs sur les ordinateurs, que nous serons tous les super-héros des films de science-fiction, et que nous serons fondamentalement les meilleurs que nous puissions jamais devenir.

Le transhumanisme et le posthumanisme ne sont pas vraiment que des philosophies, certains disent que ce sont des agendas, qu’ils font partie d’un plus grand plan qui veut en effet être réalisé, et beaucoup de gens ne réalisent pas que cela peut avoir lieu. Pour certains le transhumanisme semble merveilleux, une vie où nous pouvons vivre fusionnés avec la technologie, une vie où nous ne sommes pas liés à cette terre par la maladie, ou la faim, notre conscience peut même être téléchargée sur le cloud et nous pouvons vivre pour toujours, comme une sorte d’humain-cyborg.

Mais laissons ça de côté pour l’instant, les vrais objectifs de l’agenda transhumaniste sont essentiellement la fabrication de l’évolution humaine, l’ingénierie humaine, la suppression de la divinité elle-même de l’humanité, afin que l’humanité perde son utilité. Le divin sera séparé de l’humain, et nous n’aurons plus notre moi naturel. Les humains deviendront des machines, il sera impossible de faire la différence entre chacun d’entre nous. Les scientifiques eux-mêmes seront vénérés comme des dieux pour avoir été capables de créer une telle technologie, et de développer l’humanité, ils seront vus comme des sauveurs, ce qui en soi est un faux culte et de l’idolâtrie.

Et le but principal de tout cela, est de gagner plus de contrôle sur les masses elles-mêmes, si tout le monde est comme une machine et que tout le monde consent, qu’il le veuille ou non, à ne faire qu’un avec la technologie, alors nous pouvons facilement être manipulés.

“Nous n’avons que des bribes d’informations, mais ce dont nous sommes certains, c’est qu’à un moment donné au début du 21ème siècle toute l’humanité était unie dans la célébration, nous nous sommes émerveillés de notre propre magnificence alors que nous donnions naissance à une IA. IA… tu veux dire l’intelligence artificielle ? Une conscience unique qui a engendré une race entière de machines. Nous ne savons pas qui a frappé en premier, nous ou eux, mais nous savons que c’est nous qui avons brûlé le ciel. A l’époque ils étaient dépendants de l’énergie solaire et on pensait qu’ils ne pourraient pas survivre sans une source d’énergie aussi abondante que le soleil. Tout au long de l’histoire de l’humanité nous avons été dépendants des machines pour survivre, le destin semble-t-il, n’est pas sans un certain sens de l’ironie…”

Disons que vous avez téléchargé votre conscience dans le cloud comme nous l’avons mentionné, qui gère le cloud ? Ce sera ces grandes entreprises technologiques, et une fois qu’ils vous ont, vous êtes techniquement piégé dans une machine.
Avant de plonger plus profondément dans l’agenda lui-même, il est temps de jeter un coup d’oeil à l’histoire du transhumanisme très brièvement.

Le terme transhumanisme est censé avoir de nombreuses origines différentes, cependant le terme lui-même n’a pas vraiment été exploré correctement jusqu’à très récemment dans la Divine Comédie de Dante Alighieri en 1312, “trans-humain” a été utilisé pour la première fois et sa définition était de passer au-delà de l’humain, mais cette utilisation était en termes spirituels et ne faisait pas référence à la science, à la technologie ou au fait de devenir un avec les machines, ce que nous supposerions que le transhumanisme signifie aujourd’hui.

En 1935, T. S. Eliot a utilisé le terme transhumanisé, dans son livre “the cocktail party” et le terme était utilisé de manière à représenter l’illumination, plutôt que la transformation médiée par la technologie, encore une fois l’usage ne se référait pas aux machines en tant que telles ou au fait de devenir un avec les machines, mais avait un usage très différent, mais comme vous pouvez le voir le terme lui-même a toujours a des liens avec le fait de devenir plus qu’un simple humain, devenir plus grand et meilleur.

Et enfin en 1957 Julian Huxley avait un chapitre intitulé “transhumanisme” dans son livre “New bottles for new wine” l’usage de ce terme était expliqué dans le livre, en disant que “l’homme reste un homme mais se transcende en réalisant de nouvelles possibilités de et pour sa nature humaine.” C’est ici que le transhumanisme est censé prendre racine, le mot lui-même a été utilisé directement dans le but de devenir plus qu’un humain, transcender, être plus grand, devenir quelque chose de nouveau. Cependant, Huxley n’a pas développé ce sens en philosophie, l’usage est apparu après que le terme ait été inventé indépendamment pour le transhumanisme.

En outre, on pourrait soutenir que cette recherche du transhumanisme est une philosophie en elle-même, bien qu’elle ne soit pas directement perçue comme une philosophie. En outre, dans le passé, il y avait en effet une recherche de quelque chose de plus grand, pour faire évoluer l’humanité, en presque dieux, par exemple avec la recherche de la pierre philosophale, ou de l’élixir de vie. Cela peut être interprété comme une forme de technologie magique, capable de transmuter les éléments, car on croyait que l’élixir de vie et la pierre philosophale pouvaient guérir toutes les maladies et conférer l’immortalité à la personne qui les utilisait.

Jusqu’à aujourd’hui, le transhumanisme est une philosophie qui est appliquée par bien des élites de ce monde, il y a beaucoup de gens qui semblent suivre cette croyance que les humains devraient devenir plus que de simples humains, nous devrions devenir plus que de la chair et du sang. Pendant que certaines personne voient cela d’un bon oeil parce qu’ils ont de bonnes intentions pour l’humanité, il y en a beaucoup qui voient le transhumanisme comme simplement un moyen de contrôler la population et de mettre en avant un nouvel ordre mondial. Comment cela pourrait-il être réalisé ?

Le transhumanisme fait partie de la quatrième révolution industrielle. La quatrième révolution industrielle est un concept qui a été fortement poussé par le forum économique mondial. Le forum économique mondial est essentiellement un rassemblement des élites où elles décident des programmes à mettre en place contre l’humanité, l’avenir de l’humanité au profit des élites pour contrôler la population et manipuler ce qui se passe, mais publiquement, elles déclarent être une organisation internationale pour la coopération public-privé.

Le forum économique mondial lui-même a été créé en 1971, d’après eux… et c’est une organisation à but non lucratif, d’après eux… Avec son siège se situant à Génève en Suisse. C’est sensé être indépendant, impartial et non liés à de quelconques intérêts. C’est ce qu’ils disent. La quatrième révolution industrielle est décrite comme un nouveau chapitre du développement humain, rendu possible par des avancées technologiques extraordinaires, comparables à celles de la première, de la deuxième et de la troisième révolution industrielle.

La quatrième révolution industrielle représente des façons entièrement nouvelles dont la technologie s’intègre dans les sociétés et même dans nos corps humains. Les exemples incluent l’édition du génome, de nouvelles formes d’intelligence artificielle, des matériaux révolutionnaires, et des approches de la gouvernance qui reposent sur des méthodes cryptographiques telles que la blockchain. Le forum économique mondial a décrit la quatrième révolution industrielle, comme quelque chose de très souhaitable…

“la quatrième révolution industrielle, est telle que les innovations auxquelles nous assistons aujourd’hui en termes d’intelligence artificielle, l’internet des objets, l’informatique dématérialisée, la robotique avancée, et bien d’autres, constituent ensemble une nouvelle phase dans le développement humain aujourd’hui. Au même titre, voire plus, que les précédentes révolutions industrielles en termes d’échelle et d’impact. Le covid-19, est quelque chose a accéléré ce mouvement industriel en cours…
Faites le taire ! Tout le monde s’en moque !”

Cela signifie que le monde entier vaincra la pauvreté, personne n’aura faim, le monde lui-même deviendra plus vert, nous utiliserons des technologies vertes, nous serons tous interfacés comme une grande société et connectés les uns aux autres, l’état lui-même s’occupera de nous et une partie de cela est d’utiliser ces technologies qu’ils ont décrites. Tout cela semble être une grande utopie pour certains, mais d’autres pensent, qu’il y a des objectifs et des desseins néfastes derrière cette poussée du transhumanisme.

La première révolution, qui a commencé dans les années 1700, utilisait l’eau et la vapeur pour mécaniser la production la seconde, entre les années 1800 et la première guerre mondiale, a progressé vers l’énergie électrique pour créer le système de production de l’électricité, la troisième a utilisé l’électronique et les technologies de l’information, pour entamer le processus d’automatisation de la production. Et, enfin, la quatrième révolution cherche à s’appuyer sur la troisième, et est qualifiée de révolution numérique.

Schwab décrit cela comme une fusion des technologies, qui comprends la sphère physique, numérique et biologique. Klaus Schwab veut que l’humanité se transforme en machines, il pense que ce lien entre la chair et le métal, est quelque chose à voir comme une merveilleuse opportunité pour nous de dépasser nos limites. Alors qu’en réalité il ne s’agit pas de cela du tout, ils ne pourraient pas moins s’en soucier. Klaus Schwab est à la tête du forum économique mondial, il en est en gros le directeur, vous l’avez peut-être déjà vu quelque part, et il a parlé ouvertement de “built back better” et de “the great reset“.

“Certains diraient de “mieux reconstruire” nous dirions “d’avoir une grand réinitialisation”

Il veut que le monde évolue vers une vraie civilisation mondiale, la destruction de la société elle-même en une seule société gigantesque, il n’y aura plus de petites sociétés éparpillées dans le monde, tout le monde sera un. Il n’y aura plus moyen de différencier les villes, les villages, les pays eux-mêmes, tout sera contrôlé par un seul gouvernement, et bientôt des technologies qui ont plus de pouvoir que ce que nous croyons avoir actuellement. Il estime que cette quatrième révolution industrielle offre la possibilité de robotiser l’humanité et donc de compromettre nos sources traditionnelles de sens, le travail, la communauté, la famille, et l’identité, toutes ces traditions, les croyances, et les valeurs qui nous tiennent à cœur, n’existeront plus, elles sont considérées comme très dépassées pour le forum économique mondial.

Si nous avons des valeurs alors nous avons une morale, et c’est quelque chose qui n’est pas très bon pour le forum économique mondial, parce que cela signifie que nous sommes des personnes individuelles, et qu’en tant qu’individus nous pouvons penser par nous-mêmes, ce qui, encore une fois, n’est pas une très bonne chose. Si nous supprimons ces valeurs, nous supprimons les traditions, et nous supprimons les normes de la société, comme avoir une famille, être religieux, avoir une identité, être capable de penser par soi-même, aller au travail, faire ce qu’on aime, si on enlève ça, alors on peut être modelé en ce que les élites veulent, et ça implique en partie d’être modelé en machines, qui font simplement ce qu’on leur dit.
Si les gens savaient ce qui se passe, et que le gouvernement, et ces élites s’avançaient et disaient : “Ecoutez, nous voulons aller de l’avant avec cette idée de transhumanisme que nous avons, cela signifie que vous n’aurez pas vraiment d’identité, vous ne posséderez rien, vous ne serez même pas propriétaire de vous-même car nous posséderons la technologie que vous implanterez en vous.”

Qu’en pensez-vous, pensez-vous que c’est une bonne idée ? La majorité dira probablement non, car pourquoi quelqu’un voudrait-il être contrôlé par une puce en lui ? Pourquoi quelqu’un voudrait-il accepter un programme qui signifie qu’il n’est plus en contact avec son moi naturel ? Pour contourner cela les élites utilisent l’ingénierie sociale.

L’ingénierie sociale est une façon de manipuler les masses, il s’agit de faire de la société ce que l’on veut qu’elle soit, il s’agit de mettre en place un changement, forcer le changement d’une manière telle que les gens ne remarquent pas vraiment qu’il a lieu. Edward Bernays dans son livre “propagande” qui a été écrit dans les années 30 a décrit cela comme une méthode de contrôle mental. Il affirme que la manipulation consciente et intelligente des habitudes et opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent, ces mécanismes masqués de la société, constituent un gouvernement invisible qui est le réel pouvoir de nos pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts sont formés, nos idées sont suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n’avons jamais entendu parler.
Ce sont eux qui tirent les ficelles, qui contrôlent l’esprit du public.

L’ingénierie sociale est réalisée par de nombreux moyens, elle est réalisée par la programmation prédictive, nous verrons quelque chose à l’avance à la télévision, dans un film, peut-être même dans un journal, un petit indice de ce qui va arriver, de sorte que lorsque le changement se produira, nous ne serons pas aussi effrayés et nous l’accepterons simplement, nous l’accepterons aveuglément parce qu’inconsciemment nous savions que cela allait se produire.

“Oh mon extracteur de jus ne va jamais arriver. Hé papa ça vient d’arriver pour toi !
Maman, prépare un câlin extra spécial, je t’ai acheté un nouveau extracteur de jus ! Mon dieu, des germes de grippes entrent dans chaque orifice de ma tête !”

Ca peut avoir lieu dans les films, par exemple les films sur les pandémies, les films dans ce cas là à propos de l’IA, et ne faire qu’un avec la machine.

“Bonjour, je suis David, je peux faire presque tout ce qu’on peut me demander.”

L’ingénierie sociale se fait aussi par la politique, des célébrités, des personnalités publiques, qui sont parmi nous et devant nous, même au-dessus de nous, nous disant ce qu’il faut croire, nous disant ce qui est acceptable et nous encourageant à penser d’une certaine façon.

“C’est vraiment important que des gens de tous les âges fassent le VACCIN !!!”
“Merci. Bonjour, je m’appelle Michael Caine, je viens de faire le vaccin contre le covid, ça n’a pas fait mal, peu de gens le savent.”

Les célébrités elles-mêmes détiennent beaucoup de pouvoir, de nos jours beaucoup de gens idolâtrent les célébrités et les voient comme des êtres humains merveilleux, qui devraient être vénérés. Alors qu’en réalité elles font partie d’un système pour imposer le changement et forcer le changement, sur les gens d’une manière qu’ils vont juste accepter aveuglément.

“J’assume la responsabilité. J’assume la responsabilité. J’assume la responsabilité, pour chaque moment non contrôlé. Pour chaque fois qu’il était plus facile de l’ignorer que de le dénoncer pour ce que c’était. J’assume la responsabilité, des gens noirs sont massacrés dans la rue, tués dans leurs propres maisons, ce sont nos frères et soeurs, nos amis.”

En ce qui concerne la politique que j’ai mentionnée, donner au public cette façade de choix, de démocratie, qu’ils peuvent choisir qui élire au pouvoir, que ces gens feront des changements qui bénéficieront au public, est une forme d’ingénierie sociale, parce qu’en réalité, les dirigeants sont choisis à l’avance, et mis en place pour appliquer les changements de ceux qui sont plus haut placés.

“Nous avons mis en place, je pense, l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus complète de l’histoire de la politique américaine”

Ces élites veulent imposer un certain agenda, dans ce cas un agenda de transhumanisme, à la population. L’ingiérie sociale est un bien plus vaste sujet, et nous n’avons fait qu’effleurer la surface de ce qu’est le transhumanisme, ce dont il s’agit, pourquoi il a lieu, comment il sera réalisé, par quels moyens il sera réalisé.

“Quand vous améliorerez le cerveau, quand vous rendrez le corps humain plein de capteurs, ces capteurs sont capables de collecter des données, ce sont donc de nouvelles technologies excitantes…”

L’avenir de l’argent

Chaque jour, environ 80 % de toutes les transactions sur le marché sont effectuées par des ordinateurs. Les robots-conseillers mettent de plus en plus ce processus à la disposition des consommateurs, ce qui leur permet de gagner du temps et de l’argent.

Les humains n’intervenant plus dans la chaîne de transaction, les frais sont réduits. La plupart des robo-advisors prélèvent environ 0,25 %, alors que les gestionnaires de portefeuille prélèvent généralement 2 % de leurs bénéfices (sans parler des primes de 20 %).

Et l’IA s’insère dans presque tous les aspects du monde financier.

“Fintech” décrit la convergence de la technologie et des services financiers. D’abord colonisée par les réseaux et les apps, elle a ensuite été radicalisée par l’IA et la blockchain, et sous-tend désormais un mécanisme mondial de redistribution des richesses.

L’argent se réinvente rapidement.

Bitcoin, Ethereum, DeFi, crowdfunding, etc. perturbent massivement les systèmes financiers dans le monde entier. Pour s’en convaincre, il suffit de voir l’incroyable décision du Salvador de faire du bitcoin une monnaie légale – le premier pays au monde à le faire.

Aujourd’hui, nous aborderons la manière dont les réseaux et l’IA réinventent l’argent.

LE FINANCEMENT PEER-TO-PEER

Crowdfunding

Le crowdfunding implique un réseau de peer-to-peer où toute personne peut présenter son produit ou service au monde entier et demander un financement. Le financement peut prendre la forme d’un prêt, d’une prise de participation, d’une récompense ou d’un achat anticipé du produit ou service proposé.

Le volume mondial total du crowdfunding, y compris le prêt peer to peer, était de 14 milliards de dollars en 2019, avec plus de 2 000 plateformes pour accéder au financement. Mais comme de nombreuses plateformes numériques, celui-ci connaît lui aussi une croissance à deux chiffres. Les experts prévoient que le crowdfunding atteindra 30 B$ d’ici 2025.

En fin de compte, le crowdfunding démocratise totalement l’accès au capital, permettant à toute personne ayant une bonne idée, où qu’elle soit, de recevoir les fonds dont elle a besoin pour se lancer.

Et aux États-Unis, la Securities and Exchange Commission (SEC) a récemment mis à jour les réglementations relatives au crowdfunding pour le rendre encore plus démocratique et favorable aux entrepreneurs.

Grâce à la loi JOBS adoptée il y a plusieurs années, le crowdfunding dispose de deux voies légales : le règlement Crowdfunding et la Regulation A+.

Grâce à la réglementation sur le crowdfunding, les entrepreneurs peuvent lever des fonds auprès d’un plus grand nombre d’investisseurs. Auparavant, seuls les “investisseurs accrédités” pouvaient acquérir des parts dans une startup (historiquement, il s’agissait de personnes gagnant plus de 200 000 dollars par an ou de personnes disposant d’une valeur nette supérieure à 1 million de dollars). Mais avec la réglementation sur le crowdfunding, les entrepreneurs peuvent lever des fonds auprès de tout investisseur âgé de plus de 18 ans, y compris les clients, les fans et le grand public.

Alors que les entreprises ne pouvaient auparavant lever que 1 million de dollars sur une période de douze mois dans le cadre de la réglementation sur le crowdfunding, la SEC a porté cette limite à 5 millions de dollars au début de cette année.

La Regulation A+ s’adresse aux entreprises qui cherchent à lever davantage de fonds et est souvent considérée comme une “mini-IPO” – une forme moins intensive et moins chère de l’offre publique initiale typique. Ici aussi, en mars de cette année, la SEC a augmenté la limite que les entreprises peuvent lever en utilisant la Regulation A+ de 50 à 75 millions de dollars.

Avec toute cette activité accrue, il existe maintenant des entreprises qui proposent des portails de crowdfunding, ce qui facilite encore plus la mise en relation d’investisseurs moyens et d’entreprises en quête de financement. Parmi ces plateformes, on peut citer WeFunder, Republic et StartEngine.

WeFunder a été créé au sein de Y combinator en 2012 et est le leader du marché. Nécessitant aussi peu que 100$ pour entrer, WeFunder a démocratisé l’accès à l’investissement en actions. En outre, elle a levé près de 10 millions de dollars pour elle-même, via sa propre plateforme, dans un cycle vertueux.

Republic a été fondée en 2016 et a levé près de 70 millions de dollars, clôturant tout récemment un cycle de série A de 36 millions de dollars. Ils embrassent également les crypto-monnaies et ont lancé un token numérique natif de la plateforme dans le cadre d’un accord de partage des bénéfices avec leurs utilisateurs.

StartEngine est le plus ancien portail de crowdfunding, ayant levé près de 350 millions de dollars pour plus de 500 startups. Ils proposent également Start-Engine Secondary, une plateforme de négociation permettant aux utilisateurs d’acheter et de vendre des titres d’entreprises qui ont levé des capitaux avec des ventes de crowdfunding de type Regulation Crowdfunding et Regulation A+.

Peer-to-Peer Crowdfunding Crowdlending. Credit Istock

Crowdlending

Outre l’investissement dans les entreprises, d’autres formes de financement de peer-to-peer ont fait leur apparition.

Dans le domaine du change, cela a donné naissance à une société appelée TransferWise, désormais simplement connue sous le nom de Wise. En mettant en relation des clients qui ont, par exemple, des pesos qu’ils veulent transformer en dollars avec des clients qui veulent changer des dollars en pesos, TransferWise utilise une application de dating adaptée pour s’attaquer à l’ensemble du marché du change.

En effet, l’entreprise a atteint une valorisation de 3,5 Md$ en moins de cinq ans. En 2017, l’entreprise gérait 1 milliard d’euros par mois en change de devises. Ils se préparent maintenant à une introduction en bourse, avec une valorisation d’environ 5 milliards de dollars, tout en étendant leurs offres avec des comptes multidevises et des services commerciaux mondiaux.

Construit sur des réseaux et des applications, TransferWise est également un exemple de la vague de colonisation de la fintech. La vague de radicalisation est apparue lorsque l’IA est entrée en scène.

Prenons l’exemple de la pratique séculaire du ” Buddy, puis-je t’emprunter un dollar ? “, également connue sous le nom de prêt de peer-to-peer. Traditionnellement, il s’agit d’une pratique à haut risque, c’est-à-dire que Buddy récupère rarement son dollar.

Ce problème ne fait qu’empirer avec son ampleur. À mesure que les villages se sont transformés en villes, que celles-ci se sont étendues et que les villes ont commencé à s’étendre, la confiance entre voisins s’est effondrée. C’est là que les banques sont entrées en jeu – elles ont réintroduit la confiance dans l’équation du prêt.

Mais qui a besoin de confiance quand il y a des données ?

Grâce à l’IA, d’énormes groupes de personnes peuvent se réunir, partager des informations financières et mettre en commun les risques, devenant ainsi le marché de peer-to-peer désormais connu sous le nom de “crowdlending”.

Prosper, Funding Circle et LendingTree sont trois exemples d’acteurs sur un marché qui devrait passer de 26 milliards de dollars en 2015 à 559 milliards de dollars en 2027.

Un autre exemple est celui du groupe Smart Finance. Créé en 2013 pour servir l’énorme population chinoise non bancarisée et sous-bancarisée, Smart Finance utilise une IA pour passer au peigne fin les données personnelles d’un utilisateur – données de médias sociaux, données de smartphones, historique d’éducation et d’emploi, etc… – afin de générer un score de crédit fiable presque instantanément.

Grâce à cette méthode, ils peuvent approuver un prêt peer-to-peer en moins de huit secondes, y compris les micro-prêts aux personnes non bancarisées.

Et les résultats parlent d’eux-mêmes. Environ 1,5 à 2 millions de prêts sont contractés chaque mois via Smart Finance.

INVESTIR AVEC L’IA

L’IA a également un impact sur les investissements.

Traditionnellement, ce jeu était joué par les riches, car il s’agit d’un jeu de données. Les conseillers financiers disposaient des meilleures données, mais il fallait être suffisamment riche pour s’offrir un conseiller financier afin d’y accéder.

Et les conseillers sont pointilleux. Comme la gestion des petits investisseurs peut prendre plus de temps que celle des gros investisseurs, de nombreux gestionnaires de portefeuille ont des investissements minimums de l’ordre de centaines de milliers de dollars.

Mais l’IA a uniformisé les règles du jeu.

Aujourd’hui, des robo-advisors comme Wealthfront et Betterment mettent la gestion de portefeuille à la portée de tous. Via une application, les clients répondent à une série de questions initiales sur leur tolérance au risque, leurs objectifs d’investissement et leurs souhaits de sortie, puis les algorithmes prennent le relais.

En réalité, les algorithmes ont déjà pris le dessus.

Comme mentionné précédemment, 80 % des transactions sur le marché sont effectuées par des ordinateurs. Tout ce que les robo-advisors ont fait, c’est mettre ce processus à la disposition directe des clients, leur permettant ainsi d’économiser de l’argent. Au lieu des 2 % de bénéfices (et des 20 % d’incitations) habituellement facturés par un gestionnaire de portefeuille, la plupart des robo-advisors prennent environ un quart de pour cent.

Et les investisseurs réagissent.

Le mois dernier, Wealthfront avait 25 milliards de dollars sous gestion, tandis que Betterment en avait 29 milliards. Bien que les robo-advisors ne soient utilisés que par environ 8 % de l’ensemble des ménages américains, les estimations suggèrent que le total des actifs sous gestion par les robo-advisors atteindra 2,5 milliards de dollars d’ici 2023, soit environ 10 % du marché total.

LA MORT DE L’ARGENT LIQUIDE

Enfin, nous arrivons à notre dernière catégorie : l’utilisation de l’argent pour payer des choses.

Mais nous connaissons déjà cette histoire. À quand remonte la dernière fois où vous avez déposé des pièces dans un poste de péage ? Ou payé en liquide pour une course en taxi ? En fait, Uber et Lyft nous permettent de nous déplacer dans une ville sans portefeuille. Les magasins sans caissier avec des services comme Amazon Go et Uber Eats et les mécanismes de paiement sans portefeuille sont sur le point de devenir la nouvelle normalité (new normal).

Le Danemark a cessé d’imprimer de la monnaie en 2017. L’année précédente, dans le but de développer les services bancaires mobiles et de démonétiser l’économie de gray-market (marché gris) du pays, l’Inde a rappelé 86 % de son argent liquide. Le Vietnam était déjà à 50 % sans argent liquide à partir de 2020. Et la Suède, où plus de 80 % des transactions sont déjà numériques, s’est engagée à devenir la première société entièrement sans espèces d’ici 2023.

Les économistes soulignent souvent que deux des principaux facteurs de croissance économique sont la disponibilité de l’argent – les réserves dans lesquelles nous pouvons puiser – et la vitesse de circulation de l’argent, c’est-à-dire la rapidité et la facilité avec lesquelles nous pouvons déplacer cet argent. Ces deux facteurs sont amplifiés par les technologies exponentielles.

À mesure que nos transactions passent dans le domaine numérique, davantage de données sur les habitudes de consommation peuvent être collectées et transmises à des algorithmes d’IA qui continuent d’apprendre sur la base de données en temps réel. Ces informations alimenteront les campagnes de marketing, les dossiers de crédit et les objectifs d’investissement.

DERNIÈRES PENSÉES

Que faisons-nous exactement avec notre argent ?

Nous le stockons, bien sûr. Principalement dans les banques. Nous le déplaçons également, parfois en transférant de l’argent entre entreprises, d’autres fois en empruntant ou en prêtant à des particuliers. Ensuite, nous l’investissons, en essayant d’utiliser notre argent pour faire fructifier davantage d’argent. Enfin, depuis l’époque où les pièces étaient des coquilles de conque, nous l’échangeons contre les choses que nous voulons.

Grâce à la convergence des technologies exponentielles, chacun de ces domaines est en train d’être réimaginé, les bits et les octets remplaçant les dollars et les cents.

Et ni l’économie contemporaine ni la façon dont nous vivons nos vies ne seront plus jamais les mêmes.

Peter Diamandis

Partie I – Qu’est-ce que le Grand Reset ?

Première partie : Perspectives réduites et Bio-techno-féodalisme

Le Grand Reset est dans tous les esprits, que chacun le sache ou non. Il est présagé par les mesures prises par les États du monde entier en réponse à la crise du covid-19. (J’entends par “crise” non pas la soi-disant pandémie elle-même, mais les réponses à un nouveau virus appelé SARS-2 et l’impact de ces réponses sur les conditions sociales et économiques).

Dans son livre, COVID-19 : The Great Reset, le fondateur et président exécutif du Forum économique mondial (WEF), Klaus Schwab, écrit que la crise du COVID-19 doit être considérée comme une “opportunité [qui peut être] saisie pour effectuer le type de changements institutionnels et de choix politiques qui mettront les économies sur la voie d’un avenir plus juste et plus vert”1.

Bien que Schwab fasse la promotion du Grand Reset depuis des années, la crise covid a fourni un prétexte pour le mettre enfin en œuvre. Selon Schwab, nous ne devons pas nous attendre à ce que le système mondial post-covid revienne à ses modes de fonctionnement antérieurs.

Alternant entre description et prescription, Schwab suggère plutôt que les changements seront, ou devraient être, mis en œuvre dans des domaines interdépendants pour produire une nouvelle normalité (new normal).

Alors, qu’est-ce que le Grand Reset et quelle est la nouvelle normalité qu’il établirait ?

Le Grand Reset signifie une réduction des revenus et de l’utilisation du carbone. Mais Schwab et le WEF définissent également le Grand Reset en termes de convergence des systèmes économiques, monétaires, technologiques, médicaux, génomiques, environnementaux, militaires et de gouvernance. Le Grand Reset impliquerait de vastes transformations dans chacun de ces domaines, des changements qui, selon Schwab, non seulement modifieront notre monde, mais nous amèneront aussi à “remettre en question ce que signifie être humain.2

En termes d’économie et de politique monétaire, le Grand Reset impliquerait une consolidation de la richesse, d’une part, et l’émission probable d’un revenu de base universel (UBI), d’autre part3. Elle pourrait inclure le passage à une monnaie numérique4, y compris une centralisation consolidée des banques et des comptes bancaires, une taxation immédiate en temps réel, des taux d’intérêt négatifs, ainsi qu’une surveillance et un contrôle centralisés des dépenses et de la dette.

Si tous les aspects du Grand Reset impliquent la technologie, le Grand Reset implique spécifiquement la “quatrième révolution industrielle5, ou le transhumanisme, qui comprend l’expansion de la génomique, de la nanotechnologie et de la robotique et leur pénétration dans les corps et les cerveaux humains. Bien sûr, la quatrième révolution industrielle implique la redondance du travail humain dans des secteurs de plus en plus nombreux, pour être remplacé par l’automatisation. Mais en outre, Schwab salue l’utilisation des nanotechnologies et des scanners cérébraux pour prédire et anticiper le comportement humain.

wef Klaus Schwab Grand Reset

Le Grand Reset signifie l’émission de passeports médicaux, bientôt numérisés, ainsi que la transparence des dossiers médicaux comprenant les antécédents médicaux, la constitution génétique et les états pathologiques. Mais cela pourrait aussi inclure l’implantation de micropuces qui liraient et signaleraient la constitution génétique et l’état du cerveau, de sorte que “même le passage d’une frontière nationale pourrait un jour impliquer un scanner cérébral détaillé pour évaluer le risque de sécurité d’un individu”6.

Sur le plan génomique, le Grand Reset comprend des avancées dans le domaine du génie génétique et la fusion de la génétique, des nanotechnologies et de la robotique. En termes militaires, le Grand Reset implique la création de nouveaux espaces de combat, notamment les cyberespaces et le cerveau humain en tant qu’espace de combat7.

En termes de gouvernance, le Grand Reset signifie un gouvernement et des “gouvernementalités” de plus en plus centralisés, coordonnés et étendus, la convergence des entreprises et des États, et la numérisation des fonctions gouvernementales, y compris, avec l’utilisation de la 5G et des algorithmes prédictifs, le suivi et la surveillance en temps réel des corps dans l’espace ou la “gouvernance anticipative” du comportement humain et des systèmes8.

Ceci étant dit, le “Grand Reset” n’est qu’une campagne de propagande coordonnée, enveloppée d’un manteau d’inévitabilité. Plutôt qu’une simple théorie du complot, comme l’a suggéré le New York Times9, le Grand Reset est une tentative de complot, ou le “vœu pieux”10 des planificateurs socio-économiques pour que les “parties prenantes”11 des entreprises et les gouvernements adoptent les desiderata du WEF.

Pour vendre cet ensemble, le WEF mobilise la rhétorique réchauffée de “l’égalité économique”, de “l’équité”, de “l’inclusion” et “d’un destin partagé”, entre autres euphémismes12. Ensemble, ces expressions représentent la composante politique et idéologique collectiviste et socialiste du socialisme d’entreprise envisagé13 (puisque le socialisme économique ne peut jamais être mis en œuvre, il est toujours uniquement politique et idéologique).

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc. 

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a participé à de nombreux talk-shows politiques et autres sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke


Notes :

1Klaus Schwab and Thierry Malleret, COVID-19: The Great Reset (n.p.: Forum Publishing, 2020), p. 57.

2Schwab, Klaus. The Fourth Industrial Revolution (New York: Crown Business, 2017), p. vii.

3Kanni Wignaraja and Balazs Horvath, “Universal Basic Income Is the Answer to the Inequalities Exposed by COVID-19,” World Economic Forum, Apr. 17, 2020, https://www.weforum.org/agenda/2020/04/covid-19-universal-basic-income-social-inequality/.

4“The Fed Explores Possibility of Issuing Digital Currency,” BitIRA, Jan. 9, 2020, https://www.bitira.com/fed-explores-digital-currency/.

5Klaus Schwab, “The Fourth Industrial Revolution: What It Means, How to Respond,” World Economic Forum, Jan. 14, 2016, https://www.weforum.org/agenda/2016/01/the-fourth-industrial-revolution-what-it-means-and-how-to-respond/.

6Klaus Schwab and Nicholas Davis, Shaping the Future of the Fourth Industrial Revolution: A Guide to Building a Better World (New York: Currency, 2018), p. 173.

7Tim Requarth, “This Is Your Brain. This Is Your Brain as a Weapon.,” Foreign Policy, Sept. 9, 2015, https://foreignpolicy.com/2015/09/14/this-is-your-brain-this-is-your-brain-as-a-weapon-darpa-dual-use-neuroscience/.

8Wikipedia, s.v. “Anticipatory Governance,” last modified Apr. 14, 2020, 01:57, https://en.wikipedia.org/wiki/Anticipatory_governance.

9Davey Alba, “The Baseless ‘Great Reset’ Conspiracy Theory Rises Again,” New York Times, Nov. 17, 2020, https://www.nytimes.com/live/2020/11/17/world/covid-19-coronavirus#the-baseless-great-reset-conspiracy-theory-rises-again.

10Alberto Mingardi, “The Great Reset: Between Conspiracy and Wishful Thinking,” Library of Economics and Liberty (Econlib), Dec. 1, 2020, https://www.econlib.org/the-great-reset-between-conspiracy-and-wishful-thinking/.

11“Stakeholder Capitalism: A Manifesto for a Cohesive and Sustainable World,” World Economic Forum Blog, Jan. 14, 2020, https://www.weforum.org/press/2020/01/stakeholder-capitalism-a-manifesto-for-a-cohesive-and-sustainable-world/.

12Nicholas Davis, “What Is the Fourth Industrial Revolution?,” World Economic Forum, Jan. 19, 2016,https://www.weforum.org/agenda/2016/01/what-is-the-fourth-industrial-revolution/.

13Michael Rectenwald, “Who Funds the Riotous American Left and Why? The Globalist Billionaire Class, Which Uses It to Build Corporate Socialism,” Michael Rectenwald (website), Oct. 12, 2020, https://www.michaelrectenwald.com/essays/why-capitalists-fund-socialism.

Qu’est-ce que le Grand Reset ?

Davos : intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab

Intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab, président-fondateur du Forum Economique Mondial dans le cadre de l’Agenda de Davos (25—29 Janvier 2021), sur le thème de la « Grande Réinitialisation » du monde après la pandémie de la COVID-19.

Davos est une réunion annuelle, à laquelle participent plus de 1500 leaders mondiaux, dont 25 chefs de gouvernement et d’État et plus de 500 PDG.

Les sujets abordés, entre autres, ont été le “new normal”, la quatrième révolution industrielle, le Grand Reset, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et les impacts en termes démocratiques qui sont massifs.

Mardi 26 janvier 2021, extrait :

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, si on prend tous ces changements, est-ce que ça signifie aussi un nouveau mode de mondialisation ? Est-ce c’est aussi, comme on dit, un « new normal » pour la mondialisation ?

Le Président de la République
Alors complètement. Je vais vous dire, tout ce qu’on est en train de se dire converge pour moi vers trois éléments. Le premier, on doit bâtir un nouveau consensus. Le 11 novembre dernier, lors du Forum de Paris pour la paix, on a essayé de réunir des chefs d’Etat et de gouvernement, des ONG, des organisations internationales, des intellectuels pour essayer de réfléchir à ce qu’on a appelé très immodestement le consensus de Paris. C’est le consensus de partout, qu’importe, mais de se dire plusieurs décennies après le consensus de Washington, il nous faut bâtir un nouveau consensus dont les règles ne sont pas la réduction de l’État, la baisse du secteur public et la création de valeur uniquement pour justement l’actionnaire. Et donc on doit bâtir, et c’est exactement la discussion qu’on a depuis tout à l’heure ensemble, un nouveau consensus qui intègre tout cela et qu’il remet au cœur du modèle. Deuxième point, il faut trouver un nouveau mode de coopération entre les États, c’est-à-dire retrouver un multilatéralisme efficace. C’est ce à quoi je crois depuis des années. Il était bloqué, en effet, par une administration américaine qui n’y croyait pas. Je nourris beaucoup d’espoirs en ce début d’année avec un partenaire américain, je l’espère, qui va se réengager, et donc nous devons construire un multilatéralisme efficace qui permettra de répondre et de mettre en œuvre ce nouveau consensus. Et puis, troisième chose, on a besoin de bâtir ces nouvelles coalitions, celles-là même qu’on a essayé de construire dans le cadre des One Planet Summit. C’est-à-dire qu’au fond, pour répondre à ces défis, le « new normal » dont vous parlez est une interaction et je salue à cet égard le caractère très innovant de votre forum, depuis des décennies, vous avez pensé ça, c’est-à-dire la coopération, mais au concret entre les États, les ONG, les entreprises, les investisseurs. C’est-à-dire que ce « new normal » dont on parle, la mise en scène du consensus, ce n’est pas qu’un multilatéralisme intergouvernemental, ce sont des coalitions d’acteurs hétérogènes qui se donnent les mêmes objectifs pour avoir des résultats.

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, ça me donne justement une raison de vous demander : je sais votre intérêt pour toutes les nouvelles technologies, pour ce qu’on appelle la quatrième révolution industrielle, mais dans toute sa conception, disons, le numérique joue un très grand rôle.
Comment voyez-vous l’impact de la puissance de l’écosystème numérique sur tout ce que vous avez dit ?

Le Président de la République
Je pense qu’il y en a plusieurs. Le premier, c’est que nous sommes en effet en train de multiplier les révolutions, quand on parle de numérique. Il y a plusieurs révolutions en une. Nous sommes au début de plusieurs révolutions technologiques qui nous font complètement changer de dimension. On a la révolution de l’intelligence artificielle, qui va totalement changer la productivité et même aller au-delà du pensable dans énormément de verticaux, de l’industrie à la santé en passant à l’espace. À côté de la révolution de l’intelligence artificielle, il y en a une deuxième qui, pour moi, est totalement fondamentale, qui est celle du quantique, qui va là aussi, par la puissance de calcul et la capacité d’innovation, profondément changer notre industrie, en changeant l’industrie des capteurs et donc ce qu’on peut faire dans l’aéronautique, ce qu’on peut faire dans le civil, changer totalement la réalité du cyber, par exemple ; et notre puissance de calcul, ce qui veut dire aussi la capacité qu’on a à résoudre des problèmes. Je prends l’épidémie que nous sommes en train de vivre, l’intelligence artificielle et le quantique sont des instruments de gestion, de transformation de gestion de l’épidémie. C’est-à-dire que vous pourrez régler des problèmes qui aujourd’hui prennent des semaines, en un jour. Vous pourrez régler des problèmes de diagnostic, peut-être en quelques secondes, grâce au croisement de l’imagerie médicale et de l’intelligence artificielle. Et donc dans la grande famille de ce qu’on appelle le numérique, on a en fait une convergence entre des innovations, celles du numérique, qui est au fond, quand on appelle ça génériquement, des réseaux sociaux et d’une hyper connectivité avec celle de l’intelligence artificielle et des technologies quantiques.

Le mariage de tout ça fait que nous allons rentrer dans une ère d’accélération de l’innovation, de rupture très profonde d’innovation et donc de capacités à commoditiser certaines industries et créer de la valeur très vite. Par rapport à ce que j’ai dit, qu’est-ce que cela a comme impact ? Un, on va continuer à innover et à accélérer. C’est sûr. Deux, il y aura des impacts en termes d’ajustement sociaux et il nous faut les penser dès maintenant. C’est-à-dire que le sujet des inégalités sociales va être encore plus prégnant dans un monde comme celui que je viens d’évoquer parce que nous aurons des impacts, des ajustements qui seront réels et qui sont à penser dès maintenant. Trois, tout cela a des impacts en termes démocratiques qui sont massifs. Et donc si vous voulez, pour moi, ces innovations vont être des accélérateurs de nos problèmes sur le plan social et démocratique. L’expérience américaine des dernières semaines l’a montré sur le plan démocratique, si besoin était. Quatre, la bonne nouvelle c’est que je pense que sur la résilience de nos systèmes et la réponse à la crise climatique, on a sans doute sous-estimé l’apport de l’innovation et je pense aussi que toutes ces technologies vont nous permettre, beaucoup plus vite, de répondre aux défis climatiques.

Et donc si je regarde, que je prends deux pas de recul par rapport à tout ce qu’on est en train de se dire, je pense que nos économies vont devoir de plus en plus investir dans ces innovations et il faut y aller à fond. Je pense que si on s’y prend bien et qu’on coopère entre nous, ces innovations vont nous permettre de créer de la valeur, de répondre aux défis économiques. Elles vont nous permettre, je l’espère, je le crois possible, de répondre plus vite aux défis climatiques. Et c’est aussi pour ça que moi je crois à ce que j’appelle l’économie du mieux, la réponse climatique par l’innovation plutôt que par l’arrêt des activités. Mais elles vont nous poser des problèmes sur lesquels nous n’avons pas assez réfléchi en termes démocratiques, en termes de libertés publiques et d’augmentation des inégalités sociales dans nos différentes nations.

Virus de destruction massive

Il arrive un moment dans l’introduction de chaque nouveau récit officiel où les gens ne se rappellent plus comment il a commencé.

Ou plutôt, ils se souviennent de la façon dont cela a commencé, mais pas de la propagande qui l’a déclenché.

Ou plutôt, ils se souviennent de tout cela (ou en sont capables, si on leur met la pression), mais cela ne fait plus aucune différence, car le récit officiel a supplanté la réalité.

Vous vous souvenez de ce point de la guerre contre la terreur, et plus particulièrement de l’occupation de l’Irak. Au second semestre 2004, la plupart des Occidentaux avaient complètement oublié la propagande qui avait lancé l’invasion, et considéraient donc la résistance irakienne comme des “terroristes”, malgré le fait que les États-Unis avaient envahi et occupaient leur pays sans aucune raison légitime.

À cette époque, il était tout à fait clair qu’il n’y avait pas d’ “armes de destruction massive” et que les États-Unis avaient envahi une nation qui ne l’avait pas attaquée et ne représentait aucune menace pour elle, et qu’ils menaient donc une guerre d’agression classique.

Ces faits n’avaient aucune importance, pas le moindre. À cette époque, les Occidentaux étaient totalement immergés dans le récit officiel de la guerre contre la terreur, qui avait supplanté la réalité objective. La mentalité de troupeau avait pris le dessus. Il est difficile de décrire comment cela fonctionne ; c’est un état de dissociation fonctionnelle. Ce n’est pas que les gens ne connaissaient pas les faits, ou qu’ils ne les comprenaient pas.

Ils savaient que les Irakiens n’étaient pas des “terroristes”. En même temps, ils savaient qu’ils étaient définitivement des “terroristes”, même s’ils savaient qu’ils ne l’étaient pas.

Ils savaient qu’il n’y avait pas d’ADM (arme de destruction massive), qu’il n’y avait jamais eu d’ADM, et ils étaient tout de même certains qu’il y avait des ADM, qui seraient trouvées, bien qu’elles n’existent manifestement pas.

La même chose s’est produite dans l’Allemagne nazie.

La majorité des Allemands n’ont jamais été des antisémites fanatiques comme les membres purs et durs du N.S.D.A.P. S’ils l’avaient été, il n’y aurait pas eu besoin de Goebbels et de sa monstrueuse machine de propagande.

Non, les Allemands pendant la période nazie, comme les Américains pendant la guerre contre la terreur, savaient que leurs victimes ne représentaient aucune menace pour eux, et en même temps ils croyaient exactement le contraire, et ne protestaient donc pas, car leurs voisins étaient arrachés à leurs maisons et envoyés dans des camps de la mort, des camps qui, dans leur état dissociatif, existaient et n’existaient pas simultanément.

Ce que je décris ressemble probablement à une psychose, mais, techniquement parlant, ce n’en est pas une… pas tout à fait. Ce n’est pas une rupture absolue avec la réalité. Les gens qui fonctionnent dans cet état savent que ce qu’ils croient n’est pas réel.

Néanmoins, ils sont obligés d’y croire (et d’y croire, en fait, littéralement, aussi impossible que cela puisse paraître), car les conséquences de ne pas y croire sont encore plus effrayantes que la dissonance cognitive de croire un récit qu’ils savent être une fiction.

Ne pas croire le récit officiel signifie l’excommunication de la “normalité”, la perte d’amis, de revenus, de statut et, dans de nombreux cas, des punitions bien pires.

Les animaux du troupeau, dans un état de panique, courent instinctivement vers le centre du troupeau. La séparation du troupeau en fait une proie facile pour la poursuite des prédateurs. C’est le même instinct primitif qui opère ici.

Le but de tout récit officiel est de générer ce type de mentalité de troupeau, non pas pour tromper ou duper le public, mais plutôt pour le confondre et le terroriser au point qu’il revienne à ses instincts primaires, et qu’il soit poussé par une peur purement existentielle, et que les faits et la vérité n’aient plus d’importance.

Une fois qu’un récit officiel atteint ce point, il est inattaquable par les faits et la raison. Il n’a plus besoin de faits pour le justifier. Il se justifie par sa propre existence. La raison ne peut pas la pénétrer. Il est inutile de se disputer avec ses adeptes. Ils savent qu’elle est irrationnelle. Ils ne s’en soucient tout simplement pas.

Nous arrivons à ce point avec le récit du coronavirus. Il est possible que nous l’ayons déjà atteint. Malgré le fait que nous ayons affaire à un virus qui, oui, est clairement mortel pour les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies, mais qui n’est pas non plus une menace mortelle pour la majorité de l’espèce humaine, les gens se cachent dans leurs maisons comme si l’apocalypse des zombies avait enfin commencé.

Beaucoup semblent croire que ce virus est une sorte de grippe Alien-Terroriste mortelle (ou virus de destruction massive militarisé) qui vous tuera à la seconde où vous l’inhalez.

Cela n’est pas du tout surprenant, car, selon le récit officiel, ses pouvoirs destructeurs sont presque illimités. Non seulement il va détruire vos poumons et liquider tous vos autres organes principaux, et vous tuer avec des caillots de sang et des dommages intestinaux, mais il provoque maintenant des “accidents vasculaires cérébraux soudains chez les jeunes adultes”, et peut-être un cancer de la prostate spontané, et Dieu sait quelles autres horreurs médicales !

Selon tous les “scientifiques” et “experts médicaux” (c’est-à-dire ceux qui se conforment au récit officiel, pas tous les autres scientifiques et experts médicaux), il ne ressemble à aucun autre virus qui ait jamais existé dans l’histoire des virus.

Elle ne suit certainement pas le schéma typique qui consiste à se propager largement pendant une période limitée, puis à s’éteindre rapidement d’elle-même, quelles que soient les mesures prises pour la contrecarrer, comme cette étude israélienne semble l’indiquer.

De plus, “nous n’avons aucune immunité contre elle“, c’est pourquoi nous devons tous rester “enfermés” comme des détenus indisciplinés dans un pénitencier jusqu’à ce qu’un vaccin puisse être concocté et imposé à chaque personne vivante sur terre.

L’immunité au Covid-19 devrait durer des années

Apparemment, ce vaccin miracle nous rendra magiquement immunisés contre ce virus contre lequel nous n’avons aucune immunité (et sommes totalement incapables de développer une immunité), immunité qui sera certifiée sur nos “papiers d’immunité” obligatoires, dont nous aurons besoin pour voyager, trouver un emploi, envoyer nos enfants à l’école et, vous savez, pour les montrer à la police lorsqu’elle nous arrêtera dans la rue parce que nous aurons l’air d’être peut-être “infectés”.

L’Allemagne est bien en avance sur ce point. Selon le Süddeutsche Zeitung, le gouvernement fédéral prévoit d’introduire une “carte d’immunité” contre le coronavirus dans le cadre de sa “loi sur la protection contre les infections”, qui donnera aux autorités le pouvoir d’arrêter toute personne “soupçonnée d’être contagieuse” et de la mettre en “quarantaine”, et de lui interdire l’accès à certains lieux publics.

Les autorités malaisiennes ont renoncé à de telles subtilités et arrêtent les travailleurs migrants et les réfugiés dans les “zones rouges de Covid-19” et les emmènent Dieu sait où.

Oh, oui, et j’allais oublier… les chercheurs de la DARPA spécialisés dans la guerre bactériologique et chimique ont mis au point un nouveau type de test sanguin sophistiqué qui permettra d’identifier les “porteurs asymptomatiques*” (c’est-à-dire les personnes qui ne présentent aucun symptôme).

* Les asymptomatiques ne transmettent pas la Covid19, étude chinoise sur 10 MILLIONS DE PERSONNES! Post-lockdown SARS-CoV-2 nucleic acid screening in nearly ten million residents of Wuhan, China : https://www.nature.com/articles/s41467-020-19802-w

Cela sera donc probablement utile… surtout si les “suprémacistes blancs“, les “extrémistes rouge-brun” et les “théoriciens du complot” continuent de protester contre le verrouillage avec leurs femmes et leurs enfants !

Et ce ne sont là que les derniers ajouts à une liste d’exemples plutôt dystopiques de la “nouvelle norme” du récit officiel que GloboCap [Global capitalism, le capitalisme global] déploie, sous nos yeux (que les rédacteurs de l’OffGuardian ont rationalisé ici et ici). Tout est là, noir sur blanc.

Ils ne cachent pas le totalitarisme … ils n’ont pas à le faire. Parce que les gens le réclament. Ils exigent d’être “enfermés” dans leurs maisons, obligés de porter des masques et de se tenir à deux mètres les uns des autres, pour des raisons dont la plupart d’entre eux ne se souviennent plus.

Les barrières en plastique s’élèvent partout. Les flèches au sol vous indiquent le chemin à suivre. Des boîtes vous indiquent où vous tenir. Les Blockwarts paranoïaques mettent en place des panneaux menaçant quiconque ne porte pas de masque.

Des petits voyous fascistes hystériques dénoncent leurs voisins à la police pour avoir laissé leurs enfants jouer avec d’autres enfants. Des millions de personnes téléchargent volontairement des “applications de recherche de contacts” afin que les gouvernements et les entreprises mondiales puissent surveiller tous leurs mouvements.

En Espagne, ils ont javellisé une plage entière, tuant tout, jusqu’aux insectes, afin de protéger le public contre les “infections”.

L’Internet est devenu un chœur orwellien de voix criardes et moralisatrices qui intimident tout le monde pour qu’il se conforme à des tableaux, des graphiques et des culpabilités désespérées, dont peu ont un lien avec la réalité. Les entreprises et les gouvernements censurent la dissidence. Nous approchons d’un niveau d’hystérie de masse fabriquée et de mentalité de troupeau que même Goebbels n’aurait pas pu imaginer.

Pendant ce temps, ils frappent les “hôpitaux de campagne“, pour la plupart vides, et le “navire-hôpital” théâtral est maintenant parti, et malgré leurs tentatives de gonfler le nombre de morts du Covid-19 autant qu’il est humainement possible, les centaines de millions de morts prévues ne se sont pas matérialisées (loin s’en faut), et la Suède va bien, tout comme la plupart de l’humanité, et … tout comme il n’y avait pas d’ADM, il n’y a pas de virus de destruction massive.

Ce qu’il y a, c’est un nouveau récit officiel, la nouvelle “norme” pathologisée et paranoïaque. Comme la guerre contre la terreur, c’est un récit global. Un récit global, post-idéologique.

Ce n’est que le début, donc on ne sait pas encore à quel point cette série va devenir totalitaire, mais, étant donné la nature de l’épisode pilote, je redoute un peu le reste de la série.

CJ Hopkins

CJ Hopkins est un dramaturge, romancier et satiriste politique américain primé, basé à Berlin.

“The new normal” ou “La nouvelle norme”

Nous sommes en janvier 2021, le monde est verrouillé et notre économie est au bord de l’effondrement. Les nouveaux vaccins permettront-ils de revenir à la normale ou marquera-t-il un tournant dans l’évolution de l’humanité ? The New Normal, un documentaire factuel de 50 minutes, enquête sur la quatrième révolution industrielle, sur ce que les 1% ont à gagner et ce que le reste d’entre nous est sur le point de perdre.

En enquêtant sur l’origine de la citation – Never far from the lips of authority figures across the globe since early 2020 – The New Normal, réalisé par Happen.network et dont le contenu provient d’Oracle Films, explore les véritables raisons qui se cachent derrière les fermetures et l’hystérie pandémique exagérée qui entoure le Sars-coV-2, et découvre les origines d’un agenda très réel et sombrement menaçant qui pourrait être au cœur de tout cela.

La grande réinitialisation.