Skip to content

Le conflit ukrainien accélère l’essor des monnaies numériques CBDC

Monnaies numériques des banques centrales (CBDC)

Un projet conjoint entre la Banque centrale du Canada et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) va étudier la possibilité d’un dollar canadien entièrement numérique, peut-on lire dans un communiqué publié cette semaine. Le dollar numérique serait une crypto-monnaie émise par l’État, ou « monnaie numérique de la banque centrale » (CBDC).

Pour ceux qui n’en ont jamais entendu parler, les « monnaies numériques des banques centrales » (CBDC) sont exactement ce qu’elles semblent être, des versions numérisées de la livre, du dollar, de l’euro, etc. émises par les banques centrales.

Comme le bitcoin (et d’autres crypto-monnaies), la CBDC serait entièrement numérique, ce qui accentuerait la guerre actuelle contre l’argent liquide. Cependant, contrairement aux crypto-monnaies, elle ne comporterait aucun cryptage préservant l’anonymat. En fait, ce serait totalement l’inverse, ce qui pourrait mettre fin à l’idée même de confidentialité financière.

Ce n’est pas seulement le Canada – des pays du monde entier semblent accélérer la recherche et la mise en œuvre des CBDC. Même pendant la pandémie, Reuters et le Financial Times ont publié des articles à ce sujet.

Le pays où l’idée a le plus progressé est la Chine. Le yuan numérique chinois est en cours de développement depuis 2014 et fait l’objet de tests continus et généralisés. D’autres pays, dont la Nouvelle-Zélande, l’Australie, Singapour, l’Afrique du Sud et la Malaisie, ne sont pas très en retard.

Des projets pilotes de CBDC étaient déjà actifs aux Bahamas et au Nigeria avant la fin de l’année 2021, et la Jamaïque déploie le sien dans le courant de l’année après un projet pilote l’année dernière.

Des dizaines d’autres pays ne sont pas loin derrière, notamment les États-Unis, le Royaume-Uni et l’ensemble de la zone euro. La « e-Krona » suédoise est actuellement en phase de test. Joe Biden a déclaré que la recherche sur les CBDC était une question de « la plus haute urgence« .

monnaie numérique, Credit: AdobeStock

L’Ukraine est à la pointe de la recherche sur la CBDC et s’y prépare depuis 2016. Il était prévu de la mettre en œuvre plus tard cette année.

La banque centrale russe était en train de mettre au point un « rouble numérique » avant l’invasion de l’Ukraine, et ce système est maintenant suggéré comme un moyen de contourner les sanctions occidentales.

La Chine était déjà en tête de la course à la numérisation totale de sa monnaie, et a utilisé la « vulnérabilité aux sanctions occidentales » comme excuse pour aller encore plus loin.

« Les sanctions imposées à la Russie pourraient inciter d’autres pays, comme la Chine, à considérer les monnaies numériques des banques centrales (CBDC) comme un outil permettant de contrer la domination du dollar dans le système financier mondial », a déclaré mercredi Hiromi Yamaoka, ancien cadre de la Banque du Japon.

Les banques centrales vont contrôler la façon dont vous dépensez votre argent

Pourquoi cela devrait-il vous inquiéter ?

Eh bien, parce qu’une monnaie numérique signifie que chaque transaction que vous effectuez peut être surveillée et enregistrée par l’État, ainsi que par votre banque. Les implications pour le droit à la vie privée sont évidentes.

L’idée de loin la plus dangereuse est que toute future monnaie numérique puisse être « programmable ». Cela signifie que l’État qui émet l’argent, ou l’entreprise qui le verse comme salaire, pourrait contrôler comment et où il est dépensé.

Nous avons trouvé une web archive de l’article du journal The Telegraph :

« La monnaie numérique pourrait être programmée de manière à ce qu’elle ne soit dépensée que pour des produits de première nécessité ou des biens qu’un employeur ou un gouvernement considère comme raisonnables. »

Écoutez Agustin Carstens, directeur général de la Banque des règlements internationaux, s’exprimant en 2021 : Les banques centrales vont contrôler la façon dont vous dépensez votre argent.

“We don’t know who’s using a $100 bill today and we don’t know who’s using a 1,000 peso bill today. The key difference with the CBDC is the central bank will have absolute control on the rules and regulations that will determine the use of that expression of central bank liability, and also we will have the technology to enforce that.”

L’article The Telegraph poursuit en citant Tom Mutton, directeur à la Banque d’Angleterre :

« La programmation pourrait devenir une caractéristique essentielle de toute future monnaie numérique de la banque centrale, dans laquelle l’argent serait programmé pour n’être libéré que lorsque quelque chose se produit ».

« Vous pourriez introduire la programmabilité – que se passe-t-il si l’un des participants à une transaction impose une restriction sur [l’utilisation future de l’argent] ?

« Cela pourrait avoir des effets bénéfiques sur le plan social, en empêchant une activité considérée comme socialement nuisible d’une certaine manière. Mais en même temps, cela pourrait être une restriction des libertés des gens. »

Les gouvernements veillent à ce que l’argent qu’ils émettent ne puisse être utilisé que pour des choses « raisonnables », et non pour des activités « socialement nuisibles » ? Il ne faut pas beaucoup d’imagination pour voir comment ce système pourrait évoluer et transformer la société en un véritable cauchemar dystopique.

En Chine, le processus a déjà commencé. Alors qu’ils progressent vers la mise en circulation de leur monnaie numérique, ils interdisent toutes les crypto-monnaies pour éliminer la concurrence et on sait déjà que le yuan numérique sera programmable.

L’approche de l’Occident sera probablement moins directe, quoique…, mais pas moins contrôlante pour autant.

Il y a un mois à peine, le gouvernement du Canada surveillait les manifestants du Freedom Convoy – et même ceux qui avaient simplement donné de l’argent aux manifestants – et ordonnait aux banques de geler leurs comptes.

Imaginez à quel point une monnaie entièrement numérique faciliterait ce processus. Non seulement il serait plus facile de saisir les biens des gens, mais vous pourriez empêcher les gens de faire des dons aux « mauvaises » causes en modifiant la « programmation » de votre monnaie numérique.

Les gouvernements occidentaux déclarent actuellement la guerre financière aux oligarques russes et aux citoyens de nationalité Russe. Ils le font sous le prétexte de « punir les Russes ». Il y a un an, se sont les comptes bancaires de Donald Trump et des sympathisants Trump qui étaient bloqués.

Ce qui peut être fait à un oligarque, à un ancien Président des États-Unis peut être fait à n’importe qui. Essentiellement, quiconque ne soutient pas la tendance actuelle vivrait sous la menace de la ruine financière.

Les possibilités sont aussi infinies qu’elles sont terribles. Les monnaies numériques des banques centrales sonnent le glas de l’idée même de liberté individuelle. Il est presque impossible de sous-estimer l’importance de ceci. Si une seule chose doit vous préoccuper cette année, c’est bien ça.

7 Comments »

  1. CBDC Traçable et programmable (extrait Zero Hedge)

    Les CBDC permettraient aux planificateurs centraux fous de contrôle et de pouvoir de faire bien plus qu’espionner et surveiller vos transactions financières. Les CBDC leur permettraient de contrôler comment et quand vous dépensez votre argent.

    Cela peut sembler fou à une personne saine d’esprit, qui agit avec un minimum de modestie et d’intégrité. Mais, en vérité, c’est l’un des principaux objectifs des CBDC. En fait, il y a plusieurs années, le directeur général de la Banque des règlements internationaux, Agustin Carstens, a décrit les pouvoirs extraordinaires que les CBDC conféreraient aux planificateurs centraux. Voici les détails fournis par Carstens lui-même :

     » Il y a une énorme différence [entre la CBDC et l’argent liquide]. Par exemple, avec l’argent liquide, nous ne savons pas qui utilise un billet de 100 dollars aujourd’hui. Nous ne savons pas qui utilise un billet de 1 000 pesos aujourd’hui. Une différence essentielle avec la CBDC est que la banque centrale aura un contrôle absolu en vertu de règles et de réglementations qui détermineront l’utilisation de cette expression de la responsabilité de la banque centrale, et nous aurons la technologie pour faire respecter cela. »

    Vous comprenez ? Les planificateurs centraux veulent un contrôle absolu sur la façon dont vous dépensez votre argent. Cela inclut le gouvernement américain aussi…

    Le 9 mars, l’administration Biden a publié un décret demandant à plusieurs agences fédérales d’étudier les monnaies numériques et d’identifier les moyens de les réglementer. Une grande partie de ce décret est axée sur les crypto-monnaies basées sur la blockchain, comme le bitcoin et l’ethereum.

    Cependant, dans le cadre du décret, Biden ordonne également au gouvernement fédéral et à la Réserve fédérale de jeter les bases d’une nouvelle monnaie américaine potentielle, une CBDC – un dollar numérique.

    Plus précisément, le décret ordonne au Trésor américain et à d’autres agences fédérales d’étudier le développement de la nouvelle CBDC et de rendre compte dans un délai de 180 jours des risques et avantages potentiels d’un dollar numérique. Le décret ordonne également au département du Trésor, au bureau du procureur général et à la Réserve fédérale d’élaborer une « proposition législative » visant à créer une monnaie numérique dans un délai de 210 jours, soit environ sept mois.

    Le dollar numérique arrive, et il arrive vite.

    Pour être clair, l’adoption d’un dollar numérique par le gouvernement américain, comme le souhaite M. Biden, serait l’une des plus grandes expansions du pouvoir fédéral jamais réalisées. Le dollar numérique serait bien différent d’une version numérique du dollar américain existant. Il serait également très différent des crypto-monnaies comme le bitcoin et l’ethereum, qui sont décentralisées.

    Les dollars numériques seraient traçables et programmables. La Réserve fédérale, ou une autre agence gouvernementale, aurait la capacité de créer des dollars numériques à sa guise. En outre, les dollars numériques pourraient être programmés pour être soumis à diverses règles et restrictions régissant la manière et le moment de les dépenser.

    Plus tôt cette année, dans le rapport publié par la Réserve fédérale sur le développement d’une CBDC, la Fed a fourni des exemples de « choix de conception » possibles pour un dollar numérique, notamment qu’« une banque centrale pourrait limiter le montant de la CBDC qu’un utilisateur final pourrait détenir ».

    Le plan du décret de Biden pour un dollar numérique comprend également des choix de conception qui donneront au gouvernement fédéral un contrôle total sur la liberté financière et l’économie. Le décret stipule même que la CBDC et les autres politiques régissant les actifs numériques doivent atténuer « le changement climatique et la pollution » et promouvoir « l’inclusion financière et l’équité. » Il s’agit là d’un axe majeur.

    Nous pouvons en déduire que l’inclusion et l’équité financières signifient la redistribution des richesses. Et l’atténuation du changement climatique signifie des restrictions sur l’utilisation des combustibles fossiles. Ces éléments, ainsi que d’autres dictats gouvernementaux, comme la soustraction directe des taxes et des frais de votre compte, seraient programmés dans le dollar numérique.

    Pourquoi maintenant…

    • Trois sénateurs républicains font avancer un projet de loi visant à interdire à la Réserve fédérale américaine d’émettre une monnaie numérique de banque centrale (CBDC) directement aux individus, car elle pourrait être utilisée comme outil de surveillance financière. (The Epoch Times)

      Le projet de loi vise à modifier la section 13 de la Loi sur la Réserve fédérale en ajoutant ce qui suit : « Aucune banque de réserve fédérale ne peut offrir des produits ou des services directement à un particulier, tenir un compte au nom d’un particulier ou émettre une monnaie numérique de banque centrale directement à un particulier ». Le projet de loi a été introduit par le sénateur Ted Cruz (R-Tex.) et parrainé par les sénateurs Chuck Grassley (R-Iowa) et Mike Braun (R-Ind.).

      Alors que des pays comme la Chine développent des CBDC qui suppriment les avantages de l’argent liquide en matière de protection de la vie privée, il est « plus important que jamais » de s’assurer que la politique américaine en matière de monnaie numérique protège la vie privée financière, cultive l’innovation et maintient la domination du dollar américain, ont déclaré les trois sénateurs GOP dans un communiqué de presse du 31 mars.

      Faute de quoi, une entité comme la Fed pourrait « se mobiliser pour devenir une banque de détail », ce qui lui permettrait de recueillir des informations personnelles sur les utilisateurs et de suivre leurs transactions. La Fed « n’a pas » et « ne devrait pas » avoir le pouvoir d’offrir des comptes bancaires de détail, ont-ils averti.

      Contrairement aux cryptomonnaies comme le bitcoin, les CBDC sont émises et soutenues par le gouvernement. Les transactions sont effectuées sur une « blockchain centralisée et autorisée ». Ce modèle permettra de centraliser les informations financières des citoyens américains. Non seulement il peut ouvrir la voie à une surveillance financière directe des citoyens américains, mais les infos personnelles seront également vulnérables aux attaques de tiers.

      Le projet de loi veillera à ce que le Congrès « s’oppose » à ce que les fonctionnaires du gouvernement « fouillent » dans les activités financières des « Américains qui travaillent dur », a déclaré Grassley.

      « Le gouvernement fédéral a la capacité d’encourager et de nourrir l’innovation dans l’espace des crypto-monnaies, ou de la dévaster complètement », a déclaré Cruz dans un communiqué de presse.

      « Ce projet de loi va loin pour s’assurer que le grand gouvernement ne tente pas de centraliser et de contrôler les crypto-monnaies afin qu’elles puissent continuer à se développer et à prospérer aux États-Unis. Nous devrions donner du pouvoir aux entrepreneurs, permettre l’innovation et accroître la liberté individuelle – et non l’étouffer. »

      La proposition de législation fait suite à la signature, le mois dernier, d’un décret par le président Joe Biden, qui demande au gouvernement d’examiner les avantages et les risques liés à la création d’un dollar numérique par une banque centrale.

  2. Il est étrange de vouloir imputer aux crypto-monnaies d’Etat les possibles dérives de la société sans cash. Avec ou sans crypto-monnaie public, la société sans cash est déjà pratiquement réalisée. La solution aux problèmes qu’elle génère est le maintient de la circulation de l’argent cash ou la création des compensations à la disparition du cash. Le principal intérêt des cryptomonnaies publiques est leur traçabilité, utiles pour la lutte contre le financement des organisations clandestines. Si un crypto-euro peut complique le financement de Daech ou des mafias, va pour le crypto-euro.

    Le gel des comptes sur ordre des pouvoirs publics est facilité par la monnaie dématérialisée sans que les cryptomonnaies ne confèrent d’avantages particuliers. La question n’est pas d’empêcher l’Etat de recourir à ce procédé mais d’encadrer la pratique. A priori, les membres des Freedom Convoy ont assiégé des parlements pour les forcer à annuler certains lois, ce qui est parfaitement illégal et antidémocratique. N’oublions pas que les participants étaient peu nombreux et ont suscité des contre-manifestations d’ampleur au moins égale. Le gel des comptes est une mesure assez pacifique pour ce genre d’excès et on devrait plutôt parler de laxisme que de tyrannie.

    Néanmoins, il est vrai que les militants des Freedom Convoy auraient eu plus de difficulté leur action s’ils avaient eu le droit d’initier des référendums. Ont-ils milité aux dernières élections en faveur du référendum d’initiative citoyenne? Ont-ils l’intention de leur faire? Accepteraient-ils l’obligation vaccinale si elle était approuvée par référendum? Trop souvent, les mouvements protestataires qui se proclament défenseurs du peuple préfèrent une ochlocratie taillée sur mesure pour eux à l’instauration d’une vraie démocratie au profit du plus grand nombre.

  3. #CBDC : La Banque de France publie son rapport des expérimentations de Monnaie Numérique de Banque Centrale (MNBC) interbancaire menées en 2020 et 2021. https://www.banque-france.fr/communique-de-presse/la-banque-de-france-publie-son-rapport-des-experimentations-de-monnaie-numerique-de-banque-centrale

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%