Skip to content

Facebook fait des progrès sur son casque de lecture de l’esprit

Facebook veut vraiment entrer dans votre tête

En 2017, Facebook a annoncé qu’il travaillait sur une interface cerveau-ordinateur conçue pour permettre aux utilisateurs de saisir du texte en pensant simplement aux mots. Et aujourd’hui, l’entreprise a révélé pour la première fois à quel point il était difficile de faire de cet appareil une réalité.

« Imaginez un monde où toutes les connaissances, le divertissement et l’utilité des smartphones d’aujourd’hui seraient instantanément accessibles et complètement mains libres », peut-on lire sur un blog Facebook. « Où vous pourriez vous connecter avec les autres d’une manière significative, indépendamment des distractions externes, des contraintes géographiques, et même des handicaps et limitations physiques. »

Facebook collabore avec des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco pour mettre au point un dispositif pouvant aider les patients atteints de lésions neurologiques à parler à nouveau en analysant leur activité cérébrale en temps réel.

Et si vous pouviez « voir » directement dans le cerveau d’une autre personne ?

Dans un article publié dans la revue Nature Communications, l’équipe de chercheurs a présenté ses dernières avancées sur un tel appareil.

Au cours des expériences, ils ont posé une question aux participants et leur ont demandé de dire la réponse à voix haute. En examinant les lectures des moniteurs d’électrocorticographie à haute densité – des électrodes implantées chirurgicalement directement à la surface du cerveau -, ils ont pu trouver la réponse avec des taux de précision « aussi élevés que 61% » en examinant uniquement les signaux du cerveau.

Les chercheurs affirment que leurs résultats « démontrent le décodage en temps réel de la parole dans un environnement interactif et conversationnel, ce qui a des implications importantes pour les patients qui sont incapables de communiquer ».

Facebook construit une machine pour lire vos pensées

Toutefois, de nombreux domaines doivent encore être améliorés, en particulier compte tenu de l’objectif des chercheurs qui est « une vitesse de décodage en temps réel de 100 mots par minute avec un vocabulaire de 1 000 mots et un taux d’erreur de moins de 17% », selon Facebook.

A ne pas manquer !  Des lasers faits de sang humain pourraient révolutionner la détection de cancers

Lors des premiers essais, le vocabulaire des réponses possibles était extrêmement limité et le taux de réussite laissait largement place à l’amélioration.

Et puis, il y a le caractère invasif de la pose chirurgicale d’électrodes directement sur la surface du cerveau – un modèle très différent d’un casque d’écoute élégant conçu pour les consommateurs grand public.

Mais le laboratoire de recherche de Facebook explore déjà une alternative prometteuse : l’infrarouge. En mesurant les niveaux d’oxygénation du sang, Facebook pense pouvoir créer une interface cerveau-ordinateur moins encombrante et beaucoup moins invasive.

En d’autres termes, Facebook ne va pas entrer dans vos pensées de sitôt. Un appareil qui peut nous permettre à tous de déplacer une souris, de saisir des commentaires sur Facebook et de jouer à des jeux avec nos seules pensées peut encore durer de nombreuses années, si ce n’est des décennies.

Et cela soulève aussi de nombreuses questions sur la protection de la vie privée. Nos pensées sont l’un des derniers refuges que les grandes entreprises de technologie n’ont pas encore exploité.

Vous possédez vos pensées. Mais peut-être pas pour longtemps

« Pour moi, le cerveau est le seul endroit sûr pour la liberté de pensée, les fantasmes et la dissidence », a déclaré Nita Farahany, professeure à la Duke University spécialisée en neuroéthique au MIT Technology Review. « Nous sommes sur le point de franchir la dernière frontière de la vie privée en l’absence de toute protection. »

MIT Technology Review

1 Comment »

  1. Je ne suis pas sûr que l’on puisse déduire des informations de cet article que Facebook ait fait des quelconque progrès en matière de lecture des pensées. En revanche, il nous rappelle les GAFAM, NATU et BATHX, outre leurs projets d’IA, d’automatisation, de monnaies privées, sont engagés dans une « course à la lecture des pensées ».

    A lire sur LCI: Facebook, Google, Musk… les géants de la Silicon Valley veulent connecter votre esprit
    (https://www.lci.fr/high-tech/google-facebook-elon-musk-les-geants-de-la-silicon-valley-veulent-connecter-votre-esprit-2030502.html)

    Les contempteurs du transhumanisme s’empresseront de faire le lien avec les projets de minduploading soit-disant conduits par la majorité des transhumanistes. Les géants du numérique ne sont transhumanistes qu’en parole; c’est la recherche du profit qui prime. Donc, voyons plutôt cette compétition comme la première étape vers le développement d’un système de transcription d’expérience audio-visuelle permettant de faire vivre ses propres expériences à autrui grâce à un lecteur approprié.

    Dans son essai « Le monde dans 3000 ans », Emmanuel Arnaud a étudié l’impact que ce genre de technologie pourrait avoir sur nos sociétés. Si sa prospective ne peut revendiquer le sérieux et la crédibilité de celle fournie par Jacques Attali dans « Une brève histoire de l’avenir » (UBHA), elle pose la question des effets des recoupements de différentes technologies. D’abord, L’obsolescence rapide des technologies combinée à la volonté d’instaurer un développement plus durable pourrait favoriser un développement de l’économie de fonctionnalité à destination d’abonnés plutôt que la possession ostentatoire de « symboles de réussite » sous-employés, déclassés et décriés par une population de moins en moins indifférente aux gaspillages. Ensuite, la raréfaction des hydrocarbures (et des matières premières) pourrait pousser les Etats et les entreprises à réduire autant que possible les déplacements, phénomène renforcé par une application progressive des principes de la décroissance.

    Comme le prédit Attali, on pourrait voir émerger deux classes sociales fondées sur le rapport à la mobilité: une élite de mobile workers (« hypernomades » de UBHA) dont les professions et les moyens financiers justifient et permettent des voyages, appuyés par des télétravailleurs (« nomades virtuels » de UBHA) devant se contenter de « simulation » de voyage. Des drones humanoïdes de téléprésence perfectionnés et des technologies de partage d’expérience pourrait favoriser la réalisation du scénario d’Attali … qui est correspond au scénario « Les vies numériques » imaginé par John Urry dans « Post Petroleum ». Cela peut paraître loufoque mais pas plus que le monde futur imaginé par les études de Samsung…

    A lire sur Sudinfo //Un rapport scientifique a tenté de démontrer à quoi ressemblera le monde dans 50 ans: découvrez la vie en 2069
    (https://www.sudinfo.be/id138441/article/2019-08-30/un-rapport-scientifique-tente-de-demontrer-quoi-ressemblera-le-monde-dans-50-ans)

    A lire sur le site de la RTBF // Maisons auto-nettoyantes, routes sous-marines, gratte-ciels souterrains, et hôtels dans l’espace en 2069, selon Samsung
    (https://www.rtbf.be/info/medias/detail_maisons-auto-nettoyantes-routes-sous-marines-gratte-ciels-souterrains-et-hotels-dans-l-espace-en-2069-selon-samsung?id=10302850)

    Avec quelles énergies et matières premières pourrait-on réaliser cela?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Nous pourrions bientôt être en mesure de communiquer par télépathie,…