Skip to content

Les futures armes biologiques pourraient tuer des personnes ayant un ADN spécifique

Dans le futur, nous devrons peut-être faire face à des armes biologiques qui ciblent des groupes spécifiques de personnes.

C’est ce qu’indique un nouveau rapport du Centre for the Study of Existential Risk de l’Université de Cambridge publié par The Telegraph. Les chercheurs de Cambridge affirment que les gouvernements du monde n’ont pas réussi à préparer des armes futuristes basées sur des technologies avancées comme l’intelligence artificielle et la manipulation génétique – ou même un pathogène tueur conçu pour tuer uniquement des personnes d’une race particulière.

Le rapport appelle spécifiquement à la création de groupes indépendants pour évaluer les risques de diverses technologies futures et de faire le tri parmi les protocoles déjà en place pour protéger les personnes, selon The Telegraph.

« La technologie devient de plus en plus sophistiquée à des prix de plus en plus bas, démocratisant la capacité de nuire plus rapidement et de façon plus meurtrière », écrivent les auteurs du rapport. « Dans un cas particulièrement grave, une arme biologique pourrait être construite pour cibler un groupe ethnique spécifique en fonction de son profil génomique. »

Le rapport avertit également que l’intelligence artificielle pourrait devenir « extrêmement dommageable et potentiellement irréversible ». Des entreprises comme Google DeepMind ont mis au point des programmes d’intelligence artificielle qui montrent déjà des signes d’intuition humaine.

En fin de compte, concluent les chercheurs, nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre que ces armes deviennent réalité, nous devons faire quelque chose pour y remédier.

The Telegraph, University of Cambridge

Pour en savoir plus sur les armes biologiques : National Academies of Sciences, Engineering, and Medicine. 2018. Biodefense in the Age of Synthetic Biology. Washington, DC: The National Academies Press. https://doi.org/10.17226/24890.

A ne pas manquer !  Tirer le meilleur parti des avantages sociétaux et économiques de l'IA

1 Comment »

  1. Non seulement je ne doutes pas que différents groupes vont financer ce type d’arme mais je suis absolument certain qu’elles seront moins sélectives que ne l’espèrent les commanditaires.

    Certains nous ont déjà mis en garde contre ce genre d’arme. Dans un vieux roman de Frank Herbert, la « Mort Blanche », met en scène les machinations d’un savant fou qui conçoit un virus tuant spécifiquement les femmes.

    Vu les risques de dommage collatéraux, il faut s’attendre à ce que les bioterroristes les plus sensés et les moins nihilistes conçoivent une peste binaire: un maladie dont les germes deviendrait actif en présence d’un élément déclencheur répandu dans la population cible. Une forme particulièrement vicieuse serait une bactérie transgénique, dérivée d’une variétée de bactérie opportuniste par exemple, conçue pour produire un virus mortel lorsqu’elle est en présence de l’élément.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Facebook veut vraiment entrer dans votre tête En 2017, Facebook…