Skip to content

Facebook travaille sur une interface cérébrale qui vous permettra de « communiquer uniquement avec votre esprit »

Au cas où vous l’auriez manqué, le 18-19 avril a eu lieu la Conférence annuelle des développeurs de Facebook. Lors de l’événement, le PDG Mark Zuckerberg a révélé des détails clés sur l’avenir de l’entreprise, en mettant l’accent sur le fait que Facebook travaille sur les robots, les drones, la réalité virtuelle, la réalité augmentée et il a également déclaré que les détails clés sur « les interfaces directes cerveau-ordinateur (BCIs) » vont être révélés. (voir plus bas).

Le travail provient du mystérieux « Building 8 (B8) » de Facebook, qui semble avoir travaillé sur des technologies de cerveau-machine depuis un certain temps. Dans leur récente recherche d’un ingénieur, B8 affirme qu’ils souhaitent « un ingénieur expérimenté en interface neuronale directe – [aussi appelée IND ou BCI (brain-computer interface : interface cerveau-machine, ou encore interface cerveau-ordinateur] qui sera chargé de travailler sur un projet de 2 ans avec B8 axé sur le développement de technologies IND avancées. »

Zuckerberg a déclaré quel serait l’objectif ultime de cette interface :

« Demain, nous allons vous mettre au courant de tous nos travaux sur la connectivité. Nous avons une équipe en ce moment en Arizona qui se prépare pour notre deuxième vol d’Aquila, notre avion à énergie solaire qui va aider à propager la connectivité Internet aux gens du monde entier et nous allons aussi vous mettre au courant sur beaucoup d’autres technologies que nous développons. Regina Dugan vous parlera d’un projet que nous menons pour développer quelque chose qui va au-delà de la réalité augmentée, et cela comprend les travaux autour des interfaces directes du cerveau qui, éventuellement, un jour, vous permettront de communiquer en utilisant seulement votre esprit. »

→ L’interface cerveau-à-cerveau — le prochain grand saut dans la communication humaine : des pouvoirs télépathiques

Zuckerberg affirme que la société annoncera l’état d’avancement de leurs travaux sur la technologie BCI et du calendrier jusqu’au dévoilement final. Bien sûr, la neuroscience est assez complexe, et il y a beaucoup de recherches qui doivent encore être réalisées. Par conséquent, les détails seront probablement basés en grande partie sur des projections.

Facebook a publié les détails sur leur interface cerveau-machine

Regina Dugan est une ancienne cadre exécutive de DARPA et chef actuel du mystérieux Building 8 de Facebook. Elle a également travaillé pour la division des projets avancés de Google. A présent, Dugan publie les informations sur le travail que B8 a fait :

  • Facebook travaille pour développer une interface cerveau-machine qui, à l’avenir, permettra aux individus de communiquer avec d’autres personnes sans parler. En fin de compte, ils espèrent développer une technologie qui permet aux gens de « parler » en n’utilisant que leurs pensées – sans contrainte de temps ou de distance.

La communication cerveau à cerveau chez les humains pourrait bientôt devenir une réalité

  • Ils veulent créer des « produits définissant des catégories » qui sont d’abord « sociaux », des produits qui nous permettent de former plus de connexions humaines et, en fin de compte, d’unir le monde numérique d’Internet avec le monde physique et l’esprit humain.

  • Dugan note que le cerveau produit environ 1 téraoctet par seconde. Cependant, par le biais de la parole, nous ne pouvons transmettre des informations à d’autres personnes qu’à environ 100 octets par seconde. Facebook veut obtenir toutes les informations qui sont transmises à notre centre de la parole hors du « cerveau » et dans le monde (pour nous permettre de les fournir à d’autres à volonté).

  • Pour leur projet de départ, ils espèrent permettre à tous les humains de « taper » et « cliquer » à travers notre cerveau afin d’interagir avec notre technologie. Par exemple, les personnes atteintes d’ALS pourraient taper – sans avoir à cligner des yeux – mais avec leurs pensées. Ainsi, ils souhaitent « décoder le discours » et permettre à tous les individus de communiquer en utilisant nos ondes cérébrales.

  • Au départ, leur objectif est de permettre aux gens de taper 5 fois plus rapidement (qu’ils ne peuvent le faire actuellement sur un smartphone) directement à partir de leur cerveau. Cela signifie qu’ils développent des technologies qui peuvent « lire » le cerveau humain afin de transmettre cette information.

Les scientifiques décodent les pensées, lisent l’esprit des personnes en temps réel

Brevets américains pour les technologies de manipulation et contrôle de l’esprit

Mind control

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Les tatouages télépathie ou télékinésie

  • Ensuite, ils travailleront pour permettre aux gens de « taper » 100 mots par minute en utilisant leurs pensées. C’est beaucoup plus rapide que ce que peuvent faire la plupart des humains sur un ordinateur. Une personne moyenne tape entre 38 et 40 mots par minute.

  • Ils ont développé des capteurs qui permettent aux gens d’ « entendre » leur peau. En fin de compte, avec la technologie de Facebook, les humains peuvent « ressentir » les mots.

  • Finalement, ils veulent permettre aux gens de pouvoir penser quelque chose et d’envoyer la pensée sur la peau de quelqu’un. En outre, ils permettront aux gens de penser à quelque chose dans une langue et d’avoir une autre personne recevant cette pensée dans une langue différente.

Cela dit, les technologies BCI seraient bien plus proches que nous le pensons.

Zuckerberg n’est pas le seul à travailler sur une interface cerveau-machine. Récemment, Elon Musk a annoncé la création de la société Neuralink, qui fera des recherches sur le cerveau humain afin d’accroître l’intelligence humaine et permettra aux humains de suivre le rythme des intelligences artificielles. Initialement, ces améliorations aideront probablement dans de plus petites proportions, par exemple en nous aidant à améliorer nos souvenirs en créant des composants de stockage amovibles supplémentaires.

De même, le fondateur de Braintree, Bryan Johnson, a investi 100 millions de dollars pour faire une neuroprothèse qui nous permettra de débloquer le pouvoir du cerveau humain et, finalement, rendre notre code neuronal programmable. Johnson décrit le but de son travail, affirmant qu’il s’agit de co-évolution :

« Notre connexion avec nos nouvelles créations d’intelligence est limitée par des écrans, des claviers, des interfaces gestuelles et des commandes vocales – des modalités d’entrée/sortie contraignantes. Nous avons très peu d’accès à notre propre cerveau, limitant notre capacité à co-évoluer avec des machines à base de silicium de manières puissantes. »

Il travaille pour changer cela et à assurer une interface transparente avec nos technologies (et notre IA). Alors préparez-vous. La superintelligence humaine n’est (très probablement) qu’une question de temps.

Traduction Thomas Jousse

Facebook for Developers, Futurism

3 Comments »

  1. Une interface cérébrale qui nous permettra de communiquer uniquement avec notre esprit. J’avais lu un peu rapidement et j’avais compris qu’on pourrait bientôt découvrir ce qu’on a dans la tête. Je me suis dit  » C’est super ça depuis le temps que je cherche… » Et puis, en relisant le titre, je mes suis rendu compte que c’était pas de ça dont il est question mais de communication d’esprit à esprit sans ouvrir la bouche. Alors là, je me suis dit  » mais ça existe déjà ce truc. On ne se parle déjà presque plus, on pianote sur notre clavier donc je suis un peu déçu. Par contre j’ai découvert, dans le même article qu’ Elon Musk bossait dur pour mettre au point un truc pour augmenter l’intelligence. Alors là, j’applaudis parce que il y a vraiment urgence. Quand on voit les conneries que les gens sont capables de proférer sur Facebook par exemple …Finalement, l’article est vachement intéressant parce qu’on est peu nombreux encore à s’en douter mais ces gars-là nous préparent avec brio le monde de demain. Donc lisez-ça ! Parce que comme le dit le professeur Dash sur Arte  » c’est sûr, vous mourrez quand-même mais vous mourrez moins bêtes ».

Laisser un commentaire