rupture

Loi Bioéthique Clonage Humain et Chimère

Dernière mise à jour le 22/10/2020

Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion

 

Publié par

Jaesa

iatranshumanisme.com est rapidement devenu le site de référence sur le thème du transhumanisme et de l'intelligence artificielle. C'est un lieu d’échanges et de discussions sur les préoccupations du monde d’aujourd’hui et de demain – de craintes pour les uns, d'espoirs pour les autres. Nous bâtissons un espace porteur de réflexions. Afficher tous les articles par Jaesa

Une réflexion sur « Loi Bioéthique Clonage Humain et Chimère »

  1. Il y a clairement deux volets dans cette loi: les dispositions relatives à la procréation et celles à la transgenèse.

    Manifestement, le débat public a surtout visé le volet procréation avec la volonté de certains d’empêcher autant que possible la conception d’enfant hors du cadre d’un couple hétérosexuel classique. Il y a toutefois un débat plus institutionnel (et discret) sur la chimérisation comme le montre l’article suivant:

    A lire sur le site de la Fondation Lejeune // Les chimères : les embryons homme-animal
    (https://www.fondationlejeune.org/defense-vie-humaine/influence/revisionloibioethique/les-chimeres-les-embryons-homme-animal/)

    J’ai relevé cet extrait:

    “La création de chimère animal-homme soulève toutefois des problématiques éthiques.

    A ce titre, le Conseil d’Etat a identifié trois risques principaux :
    -le risque de susciter une nouvelle zoonose (ie. une infection ou infestation qui se transmet naturellement des animaux vertébrés à l’homme et vice‐versa) ;
    -le risque de représentation humaine chez l’animal (si ce dernier acquérait des aspects visibles ou des attributs propres à l’humain) ;
    -le risque de conscience humaine chez l’animal (si l’injection de cellules pluripotentes humaines produisait des résultats collatéraux induisant des modifications chez l’animal dans le sens d’une conscience ayant des caractéristiques humaines ).

    Sur ce dernier point, des scientifiques ont identifié un risque de migration des cellules humaines vers le cerveau de l’animal. Pour autant, le risque de conscience humaine chez l’animal, identifié par le Conseil d’Etat, est toutefois hypothétique et ce d’autant plus que la conscience humaine ne se réduit pas à des réactions biochimiques. Elle est d’une autre nature. On constate néanmoins que la création d’embryons chimériques animal-homme brouille la frontière entre les espèces. La prudence est donc de mise.”

    Et pourtant, France Culture prétend que le projet de loi n’allait pas assez loin aux yeux de certains: https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-du-debat/la-nouvelle-loi-bioethique-a-t-elle-un-train-de-retard

    Il faut sans doute comprendre que certains laboratoires espèrent engendrer des cochons générateurs de greffons.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.