Loi Bioéthique Clonage Humain et Chimère

Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion

 

Liberté, Égalité, Singularité

À l’heure de la globalisation, les frontières ne disparaissent pas qu’entre les pays. Longtemps confinée aux domaines de la science, de l’industrie et du divertissement, la technologie envahit désormais des territoires considérés jusque-là comme essentiellement humains : les relations intimes, la psychologie, l’art, l’éducation et même… la politique. La conquête se fait sur plusieurs fronts simultanément : la sécurité, l’économie, le droit, l’environnement, la santé, mais aussi sur le plan électoral lui-même, et tout cela à grand renfort de big data. Cette évolution, qui soulève pourtant de nombreuses questions éthiques, ne semble pas inquiéter les citoyens et les citoyennes de nos chères démocraties, probablement usées par des décennies de scandales et de crises à répétition. En effet, dans un sondage réalisé le 21 mars 2019 par l’Université IE de Madrid, on apprend que « 25% des Européens seraient prêts à laisser des algorithmes gouverner plutôt que des hommes politiques pour prendre les bonnes décisions (…) Un chiffre qui monte à 30% en Allemagne, en Italie, en Irlande, au Royaume-Uni et même à 43% aux Pays-Bas »… Saint George (Orwell), priez pour nous.

Big data, big brother, big control

Les temps changent et, avec eux, les pratiques politiques. Enfin, les outils évoluent, mais les objectifs des puissants restent, eux, désespérément identiques au fil des siècles. Parmi ces objectifs, la clé de voûte du pouvoir : le contrôle. Et c’est ce que le big data permet aujourd’hui, dans des proportions inédites. Nous sommes scrutés sous toutes les coutures, nos actions sont observées, mesurées et enregistrées sans que nous en ayons conscience : caméras de surveillance dans les rues, reconnaissance faciale, géolocalisation, analyse de nos habitudes de consommation via nos cartes de paiement, de nos préférences culturelles et de nos orientations politiques sur les réseaux sociaux… Nous savons même désormais avec certitude que nous sommes écoutés par nos téléphones portables, nos tablettes et nos ordinateurs. Bien sûr, pour le moment cette collecte de données se fait officiellement à titre anonyme et pour des motivations commerciales. Mais il est clair que leur exploitation ne se limite pas à un usage mercantile et que ces pratiques ont d’ores et déjà des visées politiques, comme l’a démontré récemment le scandale Cambridge Analytica. Ajoutons à ce tableau le développement de nouvelles techniques comme le facial coding, qui consiste à décrypter les émotions sur le visage d’une personne, ou encore le déploiement du nudge, discipline qui vise à influer sur le comportement du consommateur (ou de l’électeur) par des moyens subtils et donc à guider sournoisement ses choix, et nous voyons se dessiner les contours d’une société où les notions de vie privée et de liberté ne seront bientôt plus qu’un lointain souvenir. Or, cette liberté est l’un des fondements de la démocratie et si les avancées technologiques la mettent en péril, alors il ne s’agit plus de progrès, mais d’une terrible régression. Le journaliste et essayiste Philippe Vion-Dury, auteur de La nouvelle servitude volontaire, le confirme : « Les entreprises de la Silicon Valley sont porteuses d’un véritable projet politique. Leurs algorithmes mettent sous leur coupe ceux qui s’y soumettent, volontairement. Aveuglant les consommateurs et les États par l’éclat de leur spectaculaire réussite économique, ces entreprises sont en train d’accumuler des sommes incalculables de données, grâce auxquelles elles ambitionnent de tout mesurer, tout contrôler, tout prévoir. Ou quand les mathématiques deviennent totalitaires. »

Power of equality

Les algorithmes sont-ils égalitaires, par nature ? Dans un rapport de la Human Technology Fondation intitulé « Intelligence artificielle, solidarité et assurances en Europe et au Canada » et daté du 20 janvier 2020, des acteurs majeurs du monde de l’assurance dressent un constat clair : « La montée en puissance des technologies et de l’IA nous force à réfléchir à ces pratiques et à leur futur. Ainsi, le recours, par les assureurs, aux objets connectés qui fournissent des informations précieuses sur le comportement de l’assuré, peut entrer en conflit avec le droit fondamental des personnes de mener leur existence selon leur propre conception de la vie bonne. En outre, l’hypersegmentation, qui aboutirait, à son point limite à la personnalisation complète des tarifs, pourrait remettre en question le principe de mutualisation entre les assurés. » En d’autres termes, l’IA et le big data pourraient accroître les inégalités en faisant payer davantage les citoyens dont on jugera le mode de vie « non conforme ». Les algorithmes pourraient devenir, si l’on n’y prend garde, des outils au service d’une discrimination sans précédent. Et ce qui est valable dans le monde de l’assurance, l’est tout autant dans les domaines de la culture, de l’éducation, de l’orientation religieuse, politique ou même sexuelle… Qui établira ce qui est conforme et ce qui ne l’est pas ? Quels seront les intérêts défendus par les instances en charge de telles décisions ? C’est là que l’État, en tant que représentant de l’intérêt général, a plus que jamais son rôle à jouer. Oui, mais voilà… Pour certains militants radicaux de la big tech, l’État, c’est justement la bête à abattre. Curtis Yarvin, ingénieur quadragénaire de la Silicon Valley et membre du mouvement néo-réactionnaire NRx, déclare : « Les États doivent devenir des entreprises lourdement armées et ultra rentables, qui aboliront le pouvoir de la presse, écraseront les universités, vendront les écoles publiques et transféreront les « populations décivilisées » dans des enclaves sécurisées pour les rééduquer ». Pour David Golumbia, professeur à la Virginia Commonwealth University, ce mépris pour la démocratie ferait partie de l’ADN même des fondateurs de la Valley : « Des gens comme Peter Thiel ou Elon Musk, pour ne citer qu’eux, dont le mépris est encore plus flagrant, sont célébrés comme des héros par les néo-réactionnaires ». Derrière les outils technologiques, il est donc bien question d’idéologie politique.

Make America tech again

Comme tout courant de pensée, l’idéologie techno-futuriste a ses penseurs. D’aucuns diraient ses gourous. Malgré une posture anti-politique de façade, certains ne cachent pas leurs ambitions dans ce domaine, à l’instar de Peter Thiel. Le cofondateur de Paypal et de Palantir Technologies, une société spécialisée dans le big data, a soutenu la candidature de Donald Trump à la présidentielle américaine de 2016 et est resté, depuis, l’un de ses proches conseillers. Pour le très libertarien Thiel, « le sort de notre monde dépend d’un seul individu, d’une personne, qui sera capable de bâtir et diffuser des outils technologiques favorisant la liberté et permettant un monde plus sûr pour l’épanouissement du capitalisme »… Cette personne serait-elle Elon Musk ? Avec son entreprise Neuralink, le patron de Tesla entend augmenter l’être humain grâce à des interfaces homme-machine implantées directement dans le cerveau et ce, afin d’augmenter la mémoire, de piloter des logiciels par la pensée ou encore de bénéficier d’un moteur de recherche cérébral… De quoi donner des sueurs froides à la CNIL, dans une France encore très attachée à la protection des données et aux libertés individuelles. Catherine Vidal, neurobiologiste et membre du comité d’éthique de l’Inserm, estime qu’« une vigilance éthique accrue s’impose face au développement spectaculaire des technologies de manipulations cérébrales qui dépassent désormais le cadre de la médecine, avec des applications commerciales destinées à la population en bonne santé (…) Les stimulations (électriques ou magnétiques) peuvent altérer le fonctionnement normal du cerveau, ses capacités de plasticité, et porter atteinte à l’autonomie du patient en interférant avec ses pensées, ses émotions, son libre arbitre ». Mais si la plupart des chercheurs français se montrent prudents quant à l’impact des neurotechnologies sur la société, les américains sont plus décomplexés, voire carrément débridés. Parmi eux, le pape transhumaniste Ray Kurzweil qui considère que « l’existence humaine ne dépend pas d’un corps biologique » et que « la biologie elle-même n’est qu’un ensemble de nanomachines ». Pour le directeur de l’ingénierie de Google, « les machines dépasseront nos capacités » très bientôt et nous n’aurions d’autres choix, pauvres humains limités que nous sommes, que de fusionner avec une super intelligence artificielle pour survivre. Une vision que partage le leader du parti transhumaniste Zoltan Istvan, candidat aux élections présidentielles de 2020, qui fait campagne « pour mettre fin à l’idée de la mort ». Dans son programme, quelques grands classiques ultralibéraux et technophiles : fin de l’impôt sur le revenu et de l’IRS (l’administration fiscale américaine), réduction du nombre de fonctionnaires grâce aux robots et aux nouvelles technologies, lutte contre le réchauffement climatique avec la géo-ingénierie, développement des utérus artificiels… Mais aussi, en toute logique, des mesures orientées plus radicalement vers le transhumanisme. « Le gouvernement ne devrait pas être en mesure de limiter ce que nous pouvons faire à notre corps, quelles que soient les normes culturelles, les préjugés religieux ou l’orientation politique », déclare le candidat sur son site de campagne. Si Istvan souhaite accéder à la fonction suprême, c’est pour « interdire les lois qui entravent la recherche de la santé et de la longévité pour les citoyens, notamment les interdictions sur l’édition génétique, le clonage et d’autres sciences radicales (…), déréglementer autant que possible l’innovation scientifique et technologique (…), explorer des options telles que donner aux criminels le choix du reconditionnement cérébral plutôt que de l’exécution (…), jeter les bases de droits civils pour de futurs êtres avancés comme les robots conscients, les cyborgs et les êtres vivants génétiquement créés »… Le Docteur Frankenstein est sorti de son laboratoire pour convertir le monde à la religion scientiste. Le président américain ne prêtera-t-il bientôt plus serment sur la Bible lors de son investiture, mais sur l’ouvrage du médecin philosophe Julien Offray de La Mettrie, L’Homme Machine ? Amérique, pays de tous les extrêmes.

Opération Crossroads 2020

« Il est évident que la guerre, peut-être même les civilisations, sont arrivées à un point critique grâce à cette arme révolutionnaire ». Telles sont les paroles du vice-amiral William Blandy, chef de l’opération Crossroads (« À la croisée des chemins »), une série d’essais nucléaires qui eurent lieu dans l’atoll de Bikini, au cours de l’été 1946, et dont le but était de valider la puissance destructrice des bombes A sur des navires et des sous-marins situés aux alentours. À la croisée des chemins, c’est probablement là que nous nous situons actuellement, avec le développement spectaculaire des neurotechnologies, de l’intelligence artificielle et du transhumanisme. Les enjeux de ces progrès sont, tout comme ceux liés à l’invention de la bombe atomique, planétaires et historiques. Nous parlons bel et bien ici, sans exagération, de l’avenir de l’humanité. À nos pieds, s’étendent deux voies, deux visions politiques, deux futurs possibles. L’une de ces routes nous mènerait vers un monde imprégné de scientisme, dans lequel la technologie serait mise au service d’une minorité recherchant toujours plus de richesses et de pouvoir, au détriment d’une population de plus en plus déclassée et soumise. Laurie Pycroft, chercheur en neurochirurgie à l’Université d’Oxford, analyse parfaitement ce risque : « Des neurotechnologies de pointe dont l’usage serait large pourraient offrir des modes de manipulation politique inimaginables jusqu’ici (…) Ce qui nous inquiète, c’est que si les mesures de sécurité appropriées ne sont pas mises en place, les patients pourraient être victimes de sévères effets secondaires, et leurs pensées pourraient être ciblées par des cyberattaques (…)L’attraction que pourrait générer la manipulation des souvenirs chez certains dirigeants politiques me semble évidente ! Modifier la mémoire ou changer notre point de vue sur un sujet est l’un des principaux objectifs de n’importe quel propagandiste. » Si le corps a déjà commencé à être envahi par la société de consommation, à travers la chirurgie esthétique et le transhumanisme, la conscience était restée jusque-là un territoire imprenable. Mais aujourd’hui, ce dernier bastion de la liberté humaine est menacé et pourrait bien être colonisé avec une efficacité redoutable, si nous n’y prenons pas garde. Les capitaines de la big tech eux-mêmes multiplient les déclarations chocs, comme pour se préserver de leur propre hubris. Brad Smith, le président de Microsoft, déclarait en 2018 au Web Summit de Lisbonne : « Pour la première fois, le monde est au seuil de technologies qui donneraient à un gouvernement la possibilité de suivre n’importe qui, n’importe où (…) Il pourrait savoir exactement où vous allez, où vous êtes allé et où vous étiez hier. Et cela a de profondes ramifications potentielles, même pour les libertés civiles fondamentales sur lesquelles reposent les sociétés démocratiques. Avant de nous réveiller et de constater que l’année 2024 ressemble à l’ouvrage « 1984 », déterminons le genre de monde que nous voulons créer, quels sont les garde-fous et les limites des entreprises et des gouvernements dans l’utilisation de ces technologies. » Nous devons, en effet, déterminer le monde dans lequel nous voulons vivre. La crise du Covid-19 nous le rappelle de manière brutale : le marché et ses lois ne nous guident pas vers un monde meilleur, et aujourd’hui sa main invisible doit être désinfectée chaque jour avec du gel hydroalcoolique, sous peine de mort. Pourtant, certaines autorités tentent actuellement de renforcer leur pouvoir – et celui de l’économie néolibérale – en proposant des mesures radicales de surveillance numérique, au prétexte de vouloir protéger les populations… Mais gardons espoir, car il existe une deuxième voie. Nous pouvons bâtir un autre avenir, un monde dans lequel la technologie ne tiendra pas un rôle oppressif, mais libérateur. Une société low tech où le numérique régulera la surconsommation, au lieu de l’aggraver ; où la technologie apportera un soutien à chaque citoyen, quel que soit son niveau social ; où la priorité ne sera pas la rentabilité d’un médicament, mais son efficacité ; où l’épanouissement des salariés prévaudra sur le niveau des dividendes ; où les tâches pénibles et dangereuses seront assurées par des robots, au bénéfice de l’homme ; où les solutions énergétiques durables ne seront pas enterrées parce qu’elles menacent les intérêts de certaines industries polluantes ; où chaque être humain mangera à sa faim, où qu’il soit sur Terre ; où le besoin de sécurité ne sera pas assuré par des politiques de surveillance liberticides, mais par la disparition des inégalités… Un nouvel Éden, où le progrès technique sera au service de l’humanité tout entière. Cette société est possible, ce n’est pas une utopie. Mais pour la faire advenir, nous avons des choix à faire. Des choix politiques, au sens le plus philosophique du terme.

In Google We Trust

Depuis son adoption par le Congrès en 1956, « In God We Trust » (« Nous avons confiance en Dieu ») est devenue la devise officielle des États-Unis. Quelle ironie de voir une nation qui a fondé ses valeurs sur la foi religieuse, devenir le fer de lance de la foi transhumaniste et promettre à qui veut l’entendre, par la bouche de ses techno-prophètes, que l’immortalité numérique est pour bientôt ! C’est justement là qu’une réflexion philosophique s’impose. Paradoxalement, l’intelligence artificielle, aboutissement ultime du matérialisme, va nous obliger à nous poser des questions d’ordre spirituel. Rappelons que la singularité annoncée par Ray Kurzweil, ce moment où l’intelligence artificielle dépassera l’intelligence humaine et où son développement échappera à tout contrôle, a son équivalent en mathématiques et en astrophysique : il s’agit de la frontière d’un trou noir, appelé « horizon des évènements », au-delà de laquelle les lois de la physique ne s’appliquent plus, une réalité littéralement métaphysique. Et c’est l’ultime raison pour laquelle le politique doit s’emparer des questions soulevées par la big tech : pour ne pas laisser ce qui relève de la pérennité de l’humanité aux seuls industriels, dont les choix sont encore trop dictés, aujourd’hui, par des objectifs uniquement financiers. L’humanité est, nous le pressentons tous, à un tournant de son histoire. Il se pourrait que, demain, de nouvelles découvertes scientifiques sur la conscience changent complètement la donne et redéfinissent les priorités de la recherche, autant que la vision que nous avons de la vie elle-même… Que deviendraient les promesses des transhumanistes et leur obsession de « guérir la mort », si nous découvrions que nous avons une âme et qu’elle existe dans une autre dimension ? Zoltan Istvan a-t-il envisagé cette possibilité ? Ray Kurzweil en a-t-il tenu compte dans son business plan ? Qu’elle soit spirituelle ou technologique, la singularité à venir ne peut, par définition, pas être anticipée. Mais une chose est sûre, elle sera le résultat des intentions que nous aurons déposées, aujourd’hui, collectivement, pour la construction de notre futur. Citoyennes, citoyens, nous sommes à la croisée des chemins.

Grégory Aimar
Auteur du roman d’anticipation I.AM

L’avenir du monde du travail

Cette nouvelle contribution rend compte de l’avenir du monde du travail. Derrière cette question qui peut paraître relativement large, je vais essayer d’exposer comment l’activité professionnelle dans le travail de bureau telle que nous la connaissons est amenée à évoluer et quelles en sont les spécificités pour les travailleurs du futur, notamment avec les nouvelles formes d’organisation du travail que sont les espaces de co-working et collaboratifs. La diffusion des technologies numériques je l’ai déjà évoqué bouleverse la manière dont les flux d’informations et de connaissances sont transmis dans les organisations et les entreprises avec l’arrivée de nouvelles catégories de travailleurs comme les freelanceurs et les auto-entrepreneurs. Ces nouvelles catégories de travailleurs privilégient la flexibilité des horaires de travail en plus de travailler selon des modes projets spécifiques. Mais qu’en est-il des entreprises de services par exemple qui sont amenées à disposer de salariés à temps pleins voire à temps partiels ? et à gérer des flux d’informations importants. Ma contribution met en avant l’existence d’un digital workplace et se complète par une analyse des espaces de travail collaboratif et de co-working qui se développent de plus en plus à l’échelle des territoires.

I. Le digital workplace, un mode de travail original

Le rapport récent de Deloitte, l’un des leaders mondiaux de l’audit et des services professionnels, indique que pour le digital workplace (lieu de travail numérique) environ 64% des employés des entreprises opteraient pour un emploi moins bien rémunéré s’ils travailleraient à l’extérieur de leurs bureaux. En ce qui concerne la productivité des employés, le rapport fait mention que les organisations disposant de réseaux sociaux en ligne seraient 7% plus productives que celles qui n’en disposeraient pas. Enfin concernant les outils de communication, il semblerait que les travailleurs de l’information préfèreraient des outils de communications innovants en particulier l’utilisation de messageries instantanées plus que le courrier électronique et les espaces de travail en équipe. Ainsi pour le mode de production, c’est toute l’organisation en interne qui évoluerait et se verrait transformer avec une souplesse et une flexibilité pour les travailleurs des entreprises en réseaux et connectées. Le travailleur du futur se verrait confier des tâches plus agiles et s’illustrerait par un mode projet avec des équipes de petites tailles pour des réunions en interne et en externe disposant de système de visioconférences. Ces spécificités traduisent une évolution des pratiques professionnelles dans les organisations notamment celles du tertiaire comme secteur d’activité qui repose principalement sur la production des services (le tertiaire marchand concernant la finance et l’information). Ces différents secteurs se verraient bousculer dans leurs manières de gérer leurs travailleurs ainsi que les flux d’informations notamment par l’utilisation et la pratique de technologies numériques par les travailleurs.

Selon une étude réalisée par l’entreprise Orange, les entreprises du futur s’appuieront sur trois caractéristiques en lien avec ses ressources humaines : la formation continue des travailleurs, la digitalisation des RH et la présence d’une culture interne avec l’entrepreneuriat. De même, l’utilisation de MOOC comme outil de e-learning permettrait aux entreprises de pouvoir former le personnel dans des temps réduits, en plus de pouvoir recruter de nouveaux salariés et d’améliorer l’image de l’entreprise. Concernant la transformation des entreprises, l’OCDE indique qu’environ 9% des emplois existant seraient amenés à être automatisé dans l’avenir. Pour autant l’avenir du monde du travail devrait évoluer selon une typologie basée sur quatre niveaux que propose la futurologue et prospectiviste Marina Gorbis de l’Institut du Futur. Je vais donc présenter ces différentes formes de travailleurs du futur en me basant sur l’analyse que propose Marina Gorbis. La première catégorie est celle des micro-travailleurs. Il s’agit de travailleurs amenés à réaliser des tâches en fonction de leur emploi du temps et en proposant leurs compétences pour des missions de courtes durées. La deuxième catégorie est celle des entrepreneurs augmentés. Ils utilisent des plateformes numériques pour encadrer des équipes de micro-travailleurs à grande échelle. La troisième catégorie correspond aux visionnaires qui réalisent leurs projets à cheval entre le travail et les activités de loisirs. S’ils disposent d’un emploi salarié et relativement stable, ils seront amenés à réaliser leurs passions en dehors de leurs travails de bureaux. Enfin la dernière et quatrième catégorie est celle des hackers de la culture qui redéfinissent le culte de la valeur travail et pour lesquels les frontières entre lieu de travail et d’habitation deviennent de plus en plus poreuses.

II. Des espaces de travail toujours plus flexibles

L’essor du numérique dans les activités professionnelles transforme la manière dont les travailleurs réalisent leurs différentes tâches. De nouvelles formes d’organisations comme le co-working et le travail collaboratif bousculent les modes de travail qui reposaient sur les bureaux traditionnels. A l’heure actuelle, c’est tout le paysage des ressources humaines qui se voit missionné pour repenser et réorganiser la manière de travailler du personnel des entreprises. Le travail contemporain intègre une culture du collaboratif plus importante que les années précédentes et sera amené à évoluer davantage. Il s’agit de processus de travail pour lesquels les travailleurs disposent d’espaces personnalisés en fonction de leurs besoins avec la possibilité suivant le cas de faire du télétravail dans des nouveaux espaces confortables et ergonomiques comme ceux du co-working. La particularité de ces organisations de petites tailles est de pouvoir apporter des moyens techniques performants et accessibles aux travailleurs, de gagner du temps dans la réalisation des projets et de faciliter les rencontres dans un climat d’ouverture d’échanges et d’esprit. Certains chercheurs prévoient pour les années à venir le fait que les salariés de demain travailleront aussi bien à leurs domiciles que dans un hub, voire un espace de co-working pour la réalisation de missions définies par leurs entreprises.

Conclusion

Des questions demeurent donc sur la manière dont ces travailleurs du futur et majoritairement connectés pourront travailler dans un futur proche. Comment penser la relation entre l’entreprise en réseau devenu un point nodal pour communiquer un ensemble de tâches à ces travailleurs décentralisés ? A travers quels outils et dispositifs de communication, les managers d’entreprises pourront-ils suivre l’avancée et l’exécution des tâches professionnelles de leurs salariés ? Quels seront les moyens techniques et humains engagés pour fidéliser les travailleurs du futur auprès de leurs dirigeants et pour la tenue de leurs missions professionnelles à distance ou du moins en télétravail ? Un avenir du travail qui interroge donc les nouvelles formes de pratiques professionnelles et dans lequel se profilera des avancées technologiques et de pénétration du numérique toujours plus importants.

Sitographie

Rapport Deloitte : The digital workplace: Think, share, do – Transform your employee experience
Étude Orange : A quoi ressemblera le monde du travail en 2020 ?
IFTF: Marina Gorbis

Benjamin Lorre
Docteur en Sciences de l’Information et de la Communication – USPC. Il nous propose des articles d’opinions sur les questions de mode de travail, de révolutions des pratiques professionnelles et de l’innovation technologique dans la société. Il s’intéresse aux nouvelles mutations du travail en lien avec la diffusion des technologies numériques.

Un monde sans travail ?

Les technologies vont-elles détruire le travail ? Cette question tourmente les hommes depuis les débuts de l’ère industrielle. La machine à vapeur, l’électricité, l’automobile ont remplacé des millions d’ouvriers… mais, toujours, de nouveaux postes sont apparus. Aujourd’hui, les stupéfiants progrès de l’intelligence artificielle vont confronter la société à un terrible défi. Dans la décennie qui vient, robots et ordinateurs intelligents vont générer un chômage sans précédent. Comme les machines ont remplacé les ouvriers, des programmes informatiques pourraient se substituer aux employés de bureaux. Mais alors que les « cols bleus » se sont reconvertis dans les services, les « cols blancs » pourront-ils trouver comment rebondir ?.

Par une série de reportages vivants et d’entretiens avec les meilleurs experts, Tiffany Blandin explore les coulisses de cette mutation irrépressible, racontant comment les géants de la Silicon Valley et les startups du monde entier s’emparent de cette technologie, et comment les entreprises de tous les secteurs, déjà, envisagent de se séparer de leurs salariés. Loin des regards, l’automatisation des tâches intellectuelles s’est enclenchée. Il faut en prendre conscience dès maintenant, affronter ce nouveau défi et trouver des solutions pour tous. Sans quoi seuls les plus riches en profiteront.

Tiffany Blandin, née en 1984, est journaliste indépendante. Passionnée par l’investigation, elle écrit sur l’économie, le social et l’environnement pour le quotidien Reporterre et de nombreux magazines grand public.

Ce livre est édité en partenariat avec Reporterre, le quotidien de l’écologie sur Internet.


L’émergence de ce monde sans travail.

L’avenir appartient-il aux machines ? Plus fiables, plus rapides et moins coûteuses que les êtres humains, elles sont en passe de les remplacer dans les entreprises. Enquête sur la marche inéluctable de la robotisation du travail et la fin annoncée de l’emploi.

Depuis vingt ans, les politiques ne parviennent plus à endiguer le chômage de masse et le plein-emploi apparait comme le symbole d’un passé révolu. Les machines “intelligentes”, plus fiables et moins coûteuses que les humains, sont en passe de nous remplacer tandis que l’essor des algorithmes contribue à l’automatisation croissante du travail.

La prochaine cible de cette quatrième révolution industrielle : les cols-blancs, le cœur de la classe moyenne, en France comme partout ailleurs dans le monde.

Du côté de la société civile, les idées et les initiatives se multiplient pour tenter de faire face à cette disparition du plein-emploi. Parmi elles, la proposition de créer un revenu minimum d’existence universel, de garantir une nouvelle répartition de la création de richesses et de retrouver le lien entre l’économie et la réalité d’un monde aux ressources limitées.

Emission de France 5 du mercredi 11 octobre 2017.

Dubaï veut des robots pour composer 25% de sa police d’ici 2030

Dubaï a lancé un nouveau robot policier qui marque la première phase de l’intégration des robots dans la police. Cette version modifiée du robot REEM (conçu par PAL Robotics) est capable d’alimenter la vidéo dans un centre de commandement, transmettre les crimes signalés à la police, régler les amendes, la reconnaissance faciale et parler neuf langues. Il fonctionnera dans la plupart des centres commerciaux et des attractions touristiques.

Dubaï estime que les robots constitueront 25 pour cent de sa force de police d’ici 2030, la prochaine étape étant de les utiliser comme réceptionnistes dans les postes de police. Le brigadier Khalid Nasser Alrazooqi, directeur général du Département des services intelligents de la police de Dubaï, a déclaré à CNN qu’ils voulaient finalement libérer un “robot entièrement fonctionnel qui peut fonctionner comme un policier normal”.

Vers une police 3.0 : enjeux et perspectives à l’horizon 2025
Hitachi : une IA capable de prédire les crimes avant qu’ils se produisent
Patrouille du futur : plutôt cop ou Robocop ?

Les policiers ou les soldats robotiques sont une ancienne idée de science-fiction, mais ils sont de plus en plus une réalité. En février, la Chine a commencé à utiliser AnBot qui utilise la reconnaissance faciale pour identifier les criminels et est capable de les suivre jusqu’à l’arrivée de la police. Le robot russe, Final Experimental Demonstration Object Research (FEDOR), a suscité des comparaisons avec Robocop lorsqu’une vidéo l’a montré en tirant avec une précision mortelle, en soulevant des haltères et en marchant.

La plus grande préoccupation éthique soulevée par ces développements concerne les personnes coupables si un robot prend une mauvaise décision et blesse quelqu’un dans une situation criminelle. Elon Musk, Steven Hawking et d’autres scientifiques prolifiques ont identifié l’IA comme un grave risque existentiel, arguant que les robots ne devraient jamais être autorisés à tuer des gens. Alan Winfield, professeur d’éthique robot à l’Université de l’Angleterre de l’Ouest, écrit sur ce sujet sur son blog. “Le problème, c’est que vous ne pouvez pas rendre une machine responsable de ses erreurs”, a déclaré Winfeild dans une interview à CNN. “Comment le punir ? Comment le sanctionnez-vous ? Vous ne pouvez pas.”

CNN

Vers une police 3.0 : enjeux et perspectives à l’horizon 2025

Rapport du Groupe de diagnostic stratégique n°3 – 27e Session nationale Sécurité et Justice – 2015/2016
INHESJ – Institut National des Hautes Études de la Sécurité et de la Justice.

La révolution numérique bouleverse profondément notre société et la police ne peut échapper à cette mutation. Dans un discours en 2013 devant les forces de l’ordre, le ministre de l’Intérieur appelait ainsi au renforcement de « la police et la gendarmerie 3.0 ». Après un diagnostic détaillé des dispositifs existant et des enjeux de l’adaptation de ces institutions à la révolution numérique, le groupe a pu développer des pistes d’amélioration innovantes, nourries par l’idée que les mutations technologiques auxquelles doivent se préparer les forces de sécurité marquent l’absolue nécessité de remettre l’humain au cœur du dispositif et de l’action publique.

Télécharger le rapport (PDF)

Synthèse

Qu’il s’agisse de la robotique avancée, du véhicule autonome, de l’automatisation des savoirs, de l’informatique quantique ou encore de la réalité augmentée, de nombreuses technologies de rupture vont affecter la société et avec elle, les forces de sécurité, d’ici à 2025. Si la France a commencé à s’y préparer au travers d’un plan de modernisation de la sécurité allouant 108 millions d’euros à cinq défis prioritaires pour la période 2015-2017, de nombreux enjeux restent encore à aborder : collecte d’information et veille sur internet, big data, internet des objets, vidéoprotection intelligente, productivité, …

Dans le même temps, la délinquance (criminels isolés ou organisations terroristes) a su identifier les « opportunités » que lui offre la révolution numérique, faisant naitre une cyber criminalité aux moyens et aux modes opératoires nouveaux. Nos concitoyens ont eux aussi modifié leurs attentes et leurs comportements, obligeant police et gendarmerie à développer une présence nouvelle sur internet et à entrer dans une nouvelle ère de la communication. Même la relation des forces de sécurité avec le secteur privé est affectée par ces évolutions technologiques (collaboration conjointe aux efforts de R&D des entreprises, participation d’experts aux investigations, contributions – encore modérées – à la construction d’une industrie tricolore de la sécurité intérieure).

Comment nos forces de sécurité abordent-elles cette révolution numérique ? Par le passé, plusieurs projets de transformation technologique de grande ampleur (ACROPOL, terminaux informatiques embarqués, CHEOPS, …) se sont soldés par des déboires non négligeables, principalement en raison d’une complexité organisationnelle excessive des structures qui en avaient la charge. Ce même manque de lisibilité se retrouve au niveau de la gestion des ressources humaines, où la culture de la transformation n’est pas encore assez présente en dépit d’initiatives intéressantes (officiers commissionnés de la gendarmerie, formation des spécialistes en cyber criminalité, …) mais limitées.

Reste que la révolution numérique offre une double opportunité : celle d’une « expérience » renouvelée pour nos concitoyens (nouveaux services, nouvelle proximité avec les forces de sécurité, …), mais aussi celle d’un fonctionnement optimisé (d’où un travail plus riche pour les policiers et les gendarmes, plus pertinent et plus au contact des populations). Les forces de sécurité françaises pourraient ainsi chercher à « devenir, grâce à l’usage des technologies numériques, l’une des trois forces de sécurité de référence dans le monde, pour leur efficacité et pour la qualité du service offert à tous ».

Pour concrétiser cette vision, nos préconisations s’articulent autour de huit axes.

  • Transformer les structures en s’appuyant sur une vision à long terme : nouvelle loi d’orientation et de programmation, accompagnement du changement, décloisonnement, …
  • Développer les talents déjà présents au sein des institutions : gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, filière métier dédiée à l’investigation numérique, …
  • Attirer de nouveaux talents : ouverture des concours, élargissement du champ des officiers commissionnés, interactions avec le monde extérieur, …
  • Mettre en œuvre la stratégie digitale : création d’un poste de directeur digital au sein du ministère de l’Intérieur, dématérialisation des processus, unification des systèmes d’identification et d’authentification, …
  • Muscler les dispositifs d’investigation numérique : dispositif de veille sur le marché des solutions d’investigation numérique, acquisitions de solutions, développement d’une cyber police, …
  • Accélérer et pérenniser les approches prédictives : élargissement des expérimentations y compris en zone de sécurité prioritaire, diffusion de la culture de l’analyse prédictive dans l’organisation, …
  • Moderniser les centres de commandement : intégration des potentialités du numérique dans les appels 17, décloisonnement, intégration des drones, des murs d’images et des réseaux sociaux, …
  • Ouvrir une relation nouvelle avec la population : renforcement des services numériques, encouragement de l’implication citoyenne,…

Les mutations numériques auxquelles doivent se préparer les forces de sécurité françaises marquent l’absolue nécessité de remettre l’humain, citoyens ou membres des forces de sécurité, au cœur du dispositif et de l’action publique.

Télécharger le rapport (PDF)

voir aussi → Hitachi : une IA capable de prédire les crimes avant qu’ils se produisent
Patrouille du futur : plutôt cop ou Robocop ?

Enregistrer

L’histoire de la superintelligence et la question de l’éthique des machines

Publié in Marianne Celka et Fabio La Rocca (dir.), Transmutations, Esprit Critique, Revue internationale de sociologie et sciences sociales, vol. 24, n° 1, été 2016, p. 43-57. Par Vincent Guérin, Docteur en histoire contemporaine.

Résumé : Ce texte a pour objet d’analyser, chez les transhumanistes, le couplage de l’éthique des machines avec les risques inhérents à la superintelligence. La première favorisant l’émergence de la seconde. Par ce biais, nous observons une accentuation du rapprochement de l’homme et de la machine, initié par le paradigme informationnel ; un renversement même avec une machine considérée comme « smarter than us ».

Introduction

En 2014, l’informaticien et cofondateur de Skype Jaan Tallinn a créé The Future of Life Institute (FLI) avec entre autres les cosmologistes Anthony Aguirre (Université de Californie) et Max Tegmark (MIT). Dans le comité scientifique se trouve une constellation de personnalités célèbres comme Stephen Hawking, des auteurs à succès comme Erik Brynjolfsson (MIT Center for Digital Business), mais aussi l’acteur Morgan Freeman (film Transcendance de Wally Pfister, 2015) et l’inventeur et chef d’entreprise Elon Musk. Jaan Tallinn était déjà à l’initiative du Centre For The Study Of Existential Risk (CSER) ou Terminator studies en 2012 à l’Université de Cambridge avec le cosmologiste Martin Rees. Ces deux institutions ont pour ambition, entre autres, d’anticiper les risques majeurs qui menacent l’humanité, notamment ceux inhérents à l’intelligence artificielle (IA).

Dernièrement, Bill Gates, fondateur de Microsoft, lui-même, se dit préoccupé par l’IA. Ces deux institutions et Bill Gates ont un dénominateur commun : Nick Boström. l’auteur de Superintelligence, Paths, Dangers, Strategies (2014), qui a impressionné Bill Gates, est membre du comité scientifique de la FLE et du CSER. Il est professeur à la faculté de philosophie de la prestigieuse Université d’Oxford et fondateur de la Future of humanity Institute (FHI) qui a pour objet d’anticiper les risques majeurs qui menacent l’humanité (existential risks). Ses recherches portent sur l’augmentation de l’homme, le transhumanisme, les risques anthropiques et spécifiquement celui de la superintelligence. En 2008, il a codirigé avec Milan M. Ćirković Global Catastrophic Risks (Boström, Ćirković, 2008). Cet ouvrage dénombre dix risques catastrophiques au sens d’un bouleversement radical qui menacerait l’humanité (anthropiques ou non) 1 . Parmi les risques anthropiques recensés, Eliezer S. Yudkowsky (1979-), chercheur au Machine Intelligence Research Institute à Berkeley (MIRI), développe le chapitre sur l’IA (Yudkowsky, 2008).

Nick Boström et Eliezer Yudkowsky sont transhumanistes, un courant de pensée qui conçoit l’humain, l’humanité comme imparfaits et prône une prise en main de leur évolution par la technologie. En 1998, Nick Boström a fondé avec David Pearce la World Transhumanist Association (WTA) et l’Institute for Ethics & Emerging Technologies (IEET) avec James Hughes.

Plusieurs objectifs irriguent le transhumanisme, dont le devenir postbiologique (posthumain), la superintelligence et l’amortalité (une immortalité relative). Parmi les NBIC, deux technologies ont leur faveur. La première, la nanotechnologie (une construction à partir du bas à l’échelle du nanomètre soit un milliardième de mètre) est en devenir, et la seconde, l’intelligence artificielle générale (IAG) reste un fantasme. Nick Boström et Eliezer Yudkowsky pensent que l’IA favorisera la nanotechnologie, elle-même porteuse d’inquiétude (Drexler, 1986). Eric Drexler, transhumaniste et membre du FHI, a créé en 1986, le Foresight Institute afin de prévenir les risques technologiques et favoriser un usage bénéfique de la nanotechnologie. Qu’est-ce-que la (super) intelligence artificielle ? Quelles sont les corrélations entre le transhumanisme et cette inquiétude montante vis-à-vis de l’IA, ou plus exactement la superintelligence ? Comment et quand pourrait-elle émerger ? Comment s‟articule le complexe dit de Frankenstein et l’éthique des machines ?

pour lire la suite, télécharger le PDF


Sommaire :

Introduction
La (super) intelligence artificielle
Le complexe dit de Frankenstein et l’éthique des machines
Épilogue
Références bibliographiques