Les chercheurs pourraient bientôt être autorisés à étudier les embryons humains au delà de 14 jours

Au cours des 40 dernières années, les scientifiques ont convenu de ne jamais permettre aux embryons humains de se développer au-delà de deux semaines dans leurs laboratoires. Aujourd’hui, un organe scientifique clé est prêt à supprimer cette limite de 14 jours.

L’International Society for Stem Cell Research a élaboré un projet de recommandations visant à faire passer ces recherches de la catégorie des activités scientifiques “interdites” à une catégorie de recherches pouvant être autorisées après examen éthique et en fonction des réglementations nationales.

Les scientifiques sont motivés pour faire croître les embryons plus longtemps afin d’étudier – et potentiellement manipuler – le processus de développement. Ils pensent que des découvertes pourraient découler de l’étude prolongée des embryons, par exemple des améliorations de la FIV ou la découverte d’indices sur les causes des malformations congénitales.

Mais ces techniques soulèvent la possibilité de faire un jour la gestation d’animaux en dehors de l’utérus jusqu’à la naissance, un concept appelé ectogenèse. Et la croissance à long terme des embryons pourrait créer une plateforme pour explorer le génie génétique des humains.

ScienceMag, MIT Technology Review

Un embryon de souris a grandi dans un utérus artificiel

Les humains pourraient être les prochains

Des chercheurs ont fait grandir des souris dans un utérus artificiel pendant 11 ou 12 jours, soit environ la moitié de la période de gestation naturelle de l’animal. C’est un record pour le développement d’un mammifère en dehors de l’utérus et, selon l’équipe de recherche, les embryons humains pourraient être les prochains. Cela soulève d’énormes questions éthiques.

L’équipe a fait grandir les embryons de souris plus longtemps en ajoutant du sérum sanguin provenant de cordons ombilicaux humains, en les agitant dans des bocaux en verre et en y injectant un mélange d’oxygène sous pression. Les embryons de souris ne sont morts que lorsqu’ils sont devenus trop gros pour que l’oxygène puisse les traverser, car ils n’ont pas l’apport sanguin naturel que pourrait fournir un placenta.

Selon les chercheurs, les scientifiques voudront également développer des embryons humains de cette manière, afin de mieux étudier le développement précoce. L’équivalent humain d’une souris de 12 jours serait un embryon correspondant au premier trimestre. Mais la communauté scientifique s’accorde à dire qu’elle n’essaiera jamais d’établir une grossesse avec des embryons artificiels – un acte qui est aujourd’hui interdit dans la plupart des pays.

Weizmann Institute of Science, Engadget, Nature, New York Times, MIT Technology Review

Le bonheur posthumain ? La promesse manquée du transhumanisme

Un examen approfondi et détaillé des pièges liés au transhumanisme qui nous permet de redécouvrir ce que signifie de vivre bien.

Les livres sur le transhumanisme semblent se diviser en deux catégories : ceux qui brillent d’enthousiasme et ceux qui brillent d’indignation. Posthuman Bliss? The Failed Promise of Transhumanism, Oxford University Press, de Susan B. Levin, experte en philosophie classique au Smith College, appartient à ce dernier camp.

Les partisans du transhumanisme, ou de l’amélioration “radicale”, nous invitent à poursuivre l’amélioration biotechnologique de certaines capacités – avant tout, les capacités cognitives – bien au-delà de toute limite humaine, de telle sorte que les êtres dotés de ces capacités existeraient sur un plan ontologique supérieur. Certains pensent même que l’auto-transcendance de l’humanité par le biais des progrès de la science et de la technologie pourrait même être moralement requise. Par conséquent, selon Levin, les enjeux de notre réponse au transhumanisme sont incommensurablement élevés.

Susan B. Levin conteste les engagements globaux des transhumanistes concernant l’esprit et le cerveau, l’éthique, la démocratie libérale, la connaissance et la réalité, montrant que leur notion de l’auto-transcendance de l’humanité dans la “posthumanité” n’est guère plus que de la fantaisie.

En unissant les arguments philosophiques et scientifiques, Levin remet en question l’affirmation des transhumanistes selon laquelle la science et la technologie soutiennent leur vision de la posthumanité. Dans un style clair et engageant, elle démantèle les affirmations des transhumanistes selon lesquelles les posthumains émergeront si nous n’allouons pas suffisamment de ressources à cette fin.

Loin d’offrir une “preuve de concept” théorique et pratique pour la vision qu’ils nous proposent, explique Levin, les transhumanistes s’engagent de manière inadéquate dans la psychologie cognitive, la biologie et les neurosciences, s’appuyant souvent sur des points de vue douteux ou obsolètes dans ces domaines.

Elle soutient aussi que le transhumanisme va miner la démocratie libérale, promouvoir l’eugénisme et saper l’autonomie personnelle – des revendications qui sont fortement contestées par les transhumanistes.

Le transhumanisme est légitimement critiqué parce que ses partisans insistent sur le fait que rien de moins que l’auto-transcendance de l’humanité est un objectif rationnel … Dans une démocratie libérale, la promotion de la santé et du bien-être publics sans mettre en péril le pilier de la liberté individuelle exige une navigation et une réflexion permanentes.

Ayant montré en profondeur pourquoi le transhumanisme doit être rejeté, Levin plaide avec force pour une perspective holistique du bien-vivre qui est enracinée dans l’éthique de la vertu d’Aristote tout en étant adaptée à la démocratie libérale. Ce holisme est tout à fait humain, dans le meilleur des sens : Il nous incite à envisager des fins valables pour nous en tant qu’êtres humains et à accomplir le travail irremplaçable qui consiste à nous comprendre nous-mêmes plutôt que de compter sur la technologie et la science pour notre salut.

⇒ Un article inintéressant plus détaillé de Susan B. Levin : « Playing to lose: transhumanism, autonomy, and liberal democracy ».

Revues éditoriales

« Les transhumanistes affirment que pour que les êtres humains puissent survivre à l’avenir, et encore moins s’épanouir, nous devons réviser technologiquement nos natures évoluées. Dans sa critique vigoureuse, érudite, claire et pénétrante, Susan Levin montre que l’argument transhumaniste repose sur une compréhension philosophique superficielle de ce que signifie être humain et sur une compréhension scientifique tout aussi superficielle de ce que signifie être un organisme. Au-delà de la critique, elle offre une vision alternative de l’épanouissement qui s’enracine dans la compréhension d’Aristote, est améliorée par les fondateurs américains et s’incarne dans la vie de Martin Luther King. Ce livre sera d’un intérêt énorme pour tous ceux qui se soucient de réfléchir à ce que signifie être humain à une époque où les problèmes de notre existence commune peuvent sembler si terribles que les seules solutions qui restent sont technologiques”. – Erik Parens, The Hastings Center.

« La critique de Susan Levin sur la littérature philosophique qui défend des formes radicales d’amélioration cognitive et morale est très raisonnée, bien documentée et délicieusement pimentée. En remettant en question de manière soutenue les hypothèses scientifiques et philosophiques de ses interlocuteurs, elle établit effectivement le programme du prochain chapitre de la recherche sur nos obligations envers les futurs humains. » – Eric T. Juengst, University of North Carolina, Chapel Hill.

« Ancré dans une vision optimiste des capacités humaines et s’appuyant sur de solides arguments philosophiques et scientifiques, le livre de Susan Levin, à la fois perspicace et bienvenu, révèle les promesses tentantes des transhumanistes, mais qui, en fin de compte, n’ont pas été tenues ». – Inmaculada de Melo-Martín, Weill Cornell Medicine.

« Les pandémies mondiales, le changement climatique, les conflits géopolitiques imminents pour l’eau douce et la nourriture… il semble que plus nous devons apprendre à changer le comportement des humains dans la nature, plus nous reculons et essayons de trouver une issue en changeant plutôt la nature chez les humains. L’un de ces reculs est le transhumanisme. Posthuman Bliss propose une critique approfondie de la fabrication biotechnologique de la pensée et des émotions humaines au niveau moléculaire. Bienvenue à la pensée bioéthique qui est critique et non apologétique. Bienvenue à la perspective interdisciplinaire de la philosophe classique Susan B. Levin sur les limites du biopouvoir ». – Bruce Jennings, Vanderbilt University.

La Chine a soutenue secrètement les bébés génétiquement modifiés

Fin 2018, le monde scientifique a été secoué par la nouvelle qu’un scientifique chinois nommé He Jiankui avait secrètement créé les premiers bébés humains génétiquement modifiés au monde.

Dans un nouveau livre intitulé “The Mutant Project : Inside the Global Race to Genetically Modify Humans“, tel qu’il a été examiné par le Wall Street Journal, l’anthropologue Eben Kirksey a examiné l’impact de ces études choquantes.

Un point alarmant à retenir : Il avait de nombreux partisans et collaborateurs. Il a même obtenu le soutien de plusieurs responsables clés du Parti communiste au cours de ses premiers travaux, a révélé Kirksey, et ses expériences étaient un “secret de polichinelle” dans la communauté universitaire.

Dans une certaine mesure, ce n’est pas surprenant. En février 2019, STAT a signalé que la Chine avait probablement financé une partie de ses recherches. Et nous savions aussi qu’un groupe de scientifiques internationaux avait été au courant de ses travaux.

Mais ce soutien n’a pas duré. Il a disparu peu de temps après que ses expériences aient attiré l’attention internationale, le gouvernement chinois s’étant rapidement distancé de ses travaux, le dépeignant comme un scientifique devenu “voyou”. Il a été condamné à trois ans de prison en décembre 2019.

La communauté scientifique a également rapidement dénoncé ses travaux, qui visaient à conférer aux bébés une immunité contre le VIH, ses collègues affirmant qu’He Jiankui avait fait des économies et aurait même falsifié les examens éthiques de ses expériences.

Dans l’ensemble, le consensus est qu’il est bien trop tôt pour dire quelles sont les ramifications à long terme du bricolage du code génétique dans des embryons humains vivants.

D’autres études ont déjà montré que l’édition génétique peut effectivement induire des changements indésirables dans les embryons humains. Une étude d’octobre, par exemple, a révélé qu’une petite modification visant à réparer un gène dans des embryons humains pour traiter la cécité héréditaire a entraîné l’élimination de grandes parties d’un chromosome entier.

Dans son livre, Kirksey soutient qu’il est peut-être trop tard pour arrêter complètement la recherche sur l’édition génétique – mais il reste à savoir combien de temps il faudra pour que les effets de ces tentatives soient ressentis par la population en général.

Alors pourquoi se donner du mal ? Dans ce livre, Kirksey aborde également les pressions sociétales sous-jacentes qui peuvent conduire au désir d’éliminer les maladies par modification génétique – et, éventuellement, de concevoir des bébés dont les gènes ont été modifiés pour qu’ils soient plus intelligents, plus forts ou en meilleure santé.

The Wall Street Journal

Un scientifique russe travaille à la création de nouveaux bébés CRISPR

Le biologiste russe Denis Rebrikov, de l’université de médecine Pirogov à Moscou, a déclaré au New Scientist qu’il prévoyait de hacker via CRISPR les gènes d’embryons humains, afin de prévenir la surdité congénitale.

“Nous prévoyons toujours de corriger la mutation héréditaire de la perte auditive dans [le gène] GJB2, afin qu’un bébé entendant naisse d’un couple sourd”, a déclaré Rebrikov.

Mais certains scientifiques restent convaincus que c’est une très mauvaise idée. Après que le chercheur chinois He Jiankui ait créé les premiers bébés CRISPR au monde, une équipe internationale de médecins a créé une Commission internationale sur l’utilisation clinique de l’édition du génome de la lignée germinale humaine.

La commission a publié un rapport concluant que l’édition de gènes humains est encore peu sûre, surtout lorsque l’objectif est de mener un embryon à terme. Et si un médecin doit absolument faire cela, ils suggèrent que ce ne devrait être que pour sauver des vies.

Même après avoir lu le rapport, Rebrikov a déclaré à New Scientist qu’il poursuivait son projet. Il n’est pas certain qu’il ait obtenu l’approbation nécessaire des organismes de régulation russes. Mais, comme c’est le cas dans de nombreux pays du monde, la Russie n’interdit pas totalement cette pratique, de sorte qu’il pourrait être en mesure de faire passer ses expériences en douce.

Loi Bioéthique Clonage Humain et Chimère

Sont-ils devenus fous ? Avec Alexandra Caude-Henrion

 

Loi bioéthique : « Le grand projet, c’est le transhumanisme »

Invité de l’émission « Allons plus loin », le philosophe Michel Onfray met en garde contre le transhumanisme, qu’il voit poindre derrière le projet de loi bioéthique. « En fait, le grand projet c’est le transhumanisme. C’est ce qui est en jeu ». Pour l’essayiste, c’est le grand projet de fond de LREM : « C’est ce vers quoi on va. Il y a un grand projet de société, de civilisation qui n’est pas dit ».

He Jiankui condamné à trois ans de prison pour les bébés CRISPR

Les scientifiques chinois et deux associés ont été condamnés à l’issue d’un procès secret.

Le scientifique chinois qui a créé les premiers enfants génétiquement modifiés a été condamné à trois ans de prison par un tribunal chinois.

He Jiankui, un biophysicien formé à l’Université Rice et à Stanford, a choqué le monde l’année dernière en affirmant avoir créé des humains génétiquement modifiés, des jumelles surnommées “Lulu et Nana”.

En plus d’une peine de prison, il devra payer une amende de 425 000 $ et sera interdit à vie de pratiquer la médecine reproductive, selon un rapport de l’agence de presse chinoise Xinhua. La sentence a été prononcée le 30 décembre, lundi, par le tribunal populaire du district de Shenzhen Nanshan.

Son équipe a utilisé la technologie d’édition d’ADN connue sous le nom de CRISPR pour modifier les génomes des jumelles lorsqu’elles étaient des embryons nouvellement fécondés flottant dans une boîte de Pétri, puis les a transférées dans l’utérus d’une femme pour commencer la grossesse.

Deux de ses collègues, Zhang Renli et Qin Jinzhou, seront également condamnés à des peines de prison de deux ans et 18 mois, respectivement, pour avoir “procédé à la modification génétique d’embryons humains … à des fins de reproduction”.

Son équipe était basée à la Southern University of Science and Technology et une ébauche de manuscrit scientifique décrivant la création des jumelles énumère un total de dix auteurs, y compris des travailleurs de laboratoire et des experts en bio-informatique.

On ne sait pas si les autres membres de l’équipe seront sanctionnés.

Les sanctions annoncées en Chine semblaient plutôt viser les scientifiques directement responsables de l’injection des ingrédients de modification génétique dans les embryons humains, une procédure généralement effectuée à l’aide d’une aiguille ultrafine.

Il s’agit notamment de Qin, un embryologiste figurant comme premier auteur sur le projet en question, et de Zhang, dont le nom apparaît sur un document distinct non publié détaillant les expériences préliminaires et qui le décrit comme ayant “effectué des micro-injections d’embryons humains”. Zhang était à l’époque affilié au Centre de médecine de la reproduction de l’Académie des sciences médicales de Guangdong/Hôpital général de Guangdong à Guangzhou.

Selon la cour, He et ses collègues chercheurs ont conspiré à partir de 2016 pour créer des bébés génétiquement modifiés, en s’attachant à l’idée de modifier un gène appelé CCR5, modifications qui pourraient rendre les humains résistants au virus du VIH.

He croyait que ses recherches pouvaient lui apporter la gloire et la fortune et qu’elles pourraient constituer un coup scientifique majeur pour la Chine également. Mais après que l’existence de l’expérience a été révélée par le MIT en novembre dernier, la plupart des experts ont immédiatement condamné la recherche et les autorités provinciales ont ouvert ce qu’elles ont appelé une investigation criminelle.

Selon la déclaration de la cour, c’est la première fois que les autorités chinoises reconnaissent la naissance d’un troisième enfant génétiquement modifié en Chine, en plus des jumelles. La deuxième grossesse est probablement arrivée à terme au cours de l’été 2019.

Le tribunal a estimé que He et ses collègues avaient “délibérément violé les réglementations nationales en matière de recherche scientifique et de gestion médicale” et avaient “appliqué de manière irréfléchie la technologie de modification génétique à la médecine de la procréation assistée”.

Au cours du procès, qui n’était pas public, les enquêteurs ont produit des éléments de preuve, notamment des documents, des comptes rendus de témoins, des fichiers électroniques et des vidéos. He Jiankui aurait plaidé coupable, tout comme ses deux associés.

Selon l’agence de presse Xinhua, He sera placé sur une “liste noire” qui l’empêchera, à vie, de pratiquer la reproduction humaine assistée.

Time, CNN, The New York Times

Les articles les plus lus en 2019

Palmarès des articles les plus lus cette année. Retour sur un an d’actualités.

Anthropocène, écologie, crise écologique, environnement, augmentation humaine, automatisation, intelligence artificielle, machine learning, biotechnologies, cerveau augmenté, informatique cognitive, wearable, gouvernance algorithmique, Chine, chômage technologique, emplois automatisables, bioéthique, ectogenèse, grossesse extracorporelle, utérus artificiel, informatique quantique, biohackers, biohacking, convergence NBIC, implant sous-cutané, puce NFC, TIC, Transhumanisme…

La civilisation humaine va probablement s’effondrer d’ici 2050

Les 10 principales tendances technologiques pour 2020

La surveillance totale est le seul moyen de sauver l’humanité

L’IA remplacera 40% des emplois en 15 ans

Nous allons faire grandir des bébés dans des utérus artificiels

C’est officiel : Google a atteint la suprématie quantique

Amazon a utilisé une IA pour licencier automatiquement des travailleurs peu productifs

Les puces sous-cutanées ouvrent la voie au transhumanisme

Les Etats-Unis ont officiellement commencé à utiliser CRISPR sur les humains

Pourquoi nous vivons dans une matrice ?

L’avenir, c’est l’IA qui sait quand vous mourrez

Le Best

Chine : naissance des premiers bébés génétiquement modifiés