Skip to content

L’Homme artefact : Indistinction des sexes et fabrique des enfants

Dernière mise à jour le 30/10/2020

Procréation médicalement assistée ouverte à toutes les femmes, gestation pour autrui légalisée dans de nombreux pays, recherches actives sur l’ectogenèse (utérus artificiel, membrane cybernétique, etc.) sont autant de preuves d’une volonté d’enfanter en désexualisant la vie sexuelle et en déréalisant le corps.

Pour en arriver à fabriquer des bébés comme des artefacts, il faut théoriser l’indistinction de la sexuation humaine. Or, la prolifération des transidentités – transsexuels, transgenres, transhumains – témoigne d’une véritable crise des appartenances sexuelles. Ni homme ni femme, et homme et femme, non-binaire, queer ou cyborg, les « transidentitaires » qui grossissent les rangs des groupes LGBTIQ entendent mettre fin à la domination du « mâle blanc hétérosexuel » par la « dénégation mythifiante des deux sexes » (Devereux).

Les conséquences biopolitiques d’une déconstruction techno-médicale ou performative de l’altérité des sexes sont multiples. Elles posent le grave problème de la naissance et de l’avenir de la personne humaine.

Entretien avec Fabien Ollier

L'Homme artefact - Indistinction des sexes et fabrique des enfants→ Greely a exploré les implications juridiques, éthiques, et sociétales des biotechnologies émergentes dans un nouveau livre : « The end of sex and the future of human reproduction » (Harvard University Press, 2016), qui envisage un monde où la procréation ne commence plus dans la chambre à coucher, mais plutôt dans une boîte de Pétri d’une clinique médicale.

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

A ne pas manquer !  Philosophie : L’utopie délirante du transhumanisme

2 Comments »

  1. C’est exagéré de parler de fabrique d’enfant, on ne peut pas comprendre quand on n’a jamais su ce que signifie le diagnostic de la stérilité et qu’on n’a pas essayé de concevoir un enfant pendant des années. Mon enfant est également né grâce à une mère porteuse dans l’une des cliniques ukrainiennes (Feskov). Je ne comprends pas pourquoi je devrais avoir honte de cela. J’ai beaucoup parlé avec des mères porteuses, il n’est pas question d’exploitation. Chacune d’entre elles est pourvue de tout, elles veulent aider sincèrement les couples infertiles. Et s’il y a aussi une bonne récompense pour cela, pourquoi pas ? Après tout, c’est bien quand tout le monde est heureux !

  2. Être ou n’est pas être, enfant sur mesure, faire un être parfait , dans quel monde on vit un monde cas gueule ,tous on peut se donner le moyen d’être parfait ce n’est pas difficile mais nous avons tous des laisses , qu’on soit humain ou cyborg, il n’y a pas plus beau qu’une naissance d’un enfant par une femme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Animal politique et corps de chair, la personne humaine va-t-elle…
Défiler vers le haut