Skip to content

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

Henry T. Greely est directeur du Center for Law and Biosciences de l’Université de Stanford, ainsi que de son programme sur les neurosciences et la société. Manifestement, le type en sait quelque chose sur la technologie et sur son rôle dans la vie des gens – et il prédit maintenant que les progrès technologiques feront un jour du sexe à des fins de reproduction une chose du passé.

« Ma prédiction la plus forte est que dans l’avenir, les gens auront toujours des rapports sexuels – mais plus rarement dans le but de faire des bébés », a déclaré Greely, qui a publié un livre intitulé « The End of Sex and the Future of Human Reproduction », à la BBC. « Dans 20 à 40 ans, la plupart des gens dans le monde qui auront une bonne couverture médicale choisiront de concevoir en laboratoire. »

Sommes-nous à vingt années des bébés personnalisés ?

Au cours des quatre décennies qui ont suivi la naissance du premier « bébé éprouvette », plus de 8 millions de personnes sont nées par fécondation in vitro.

Aujourd’hui, les parents qui produisent certains de ces enfants choisissent de soumettre leurs embryons fécondés à un diagnostic génétique préimplantatoire (DPI) avant leur transfert dans l’utérus. Il s’agit de prélever des cellules sur les embryons pour voir si un enfant hériterait de gènes problématiques de ses parents.

Le DPI permet aux parents de n’utiliser que des embryons sans problème pour la FIV et, selon Greely, une fois qu’ils seront plus abordables et disponibles, de nombreux parents choisiront le DPI plutôt que de recourir au mode traditionnel de la reproduction.

« Comme la plupart des sujets, il y aura d’abord une certaine quantité de réactions viscérales négatives », a-t-il dit à la BBC, avant d’ajouter que l’acceptation par le public interviendrait dès que les parents se rendront compte que les enfants nés avec le DPI ne naissent pas avec « deux têtes et une queue ».

BBC

L’avenir du sexe : comment se transforme l’intimité

1 Comment »

  1. La prédominance du sexe ludique sur le sexe reproductif est déjà une réalité en Europe: les Européens ne sont pas abstinents et, pourtant, la natalité baisse partout. N’imputons pas aux technologies d’ectogenèse l’origine d’une tendance actuelle: elles n’en seront même pas le catalyseur.

    La baisse de la natalité découle essentiellement de six facteurs : a. L’augmentation des salaires, b. a la mise en œuvre d’un système de pension, c. une stigmatisation de moins en moins virulente du célibat sans enfant, d. l’impact négatif des grossesses sur les carrières, e. les différentes formes de pollution, f. le stress croissant des populations urbaines dans une société de plus en plus urbanisées.

    Vu leur coût, les technologies d’ectogenèse seront, au mieux, accessibles aux classes supérieures. Sauf volonté des Etats, en supposant qu’ils trouvent l’argent, ces technologies ne compenseront que légèrement la baisse de la natalité et ne joueront finalement qu’un faible rôle dans la raréfaction des grossesses. Mais elles seront certainement un atout précieux pour l’industrie du génie génétique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
LIBRE ET SOLIDAIRE Parution : 2 mai 2019 Format :…