Skip to content

Les geeks de la Silicon Valley transforment leurs enfants en cyborgs

Une neuroscientifique a admis avoir « transformé son enfant en un cyborg » – et dit vouloir contrôler ses émotions en utilisant des puces cérébrales.

Ce n’est qu’un exemple du mouvement transhumaniste en plein essor : utiliser la technologie pour nous transformer en super-humains.

Vivienne Ming est une neuroscientifique et une experte de renommée mondiale en intelligence artificielle. Et elle déclare que le double diagnostic de l’autisme et du diabète de son fils l’a inspirée à « le transformer en un cyborg ».

« Quand il a été diagnostiqué avec un diabète de type 1, j’ai piraté sa pompe à insuline et construit une IA qui a appris à adapter son insuline à ses émotions et activités. »

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Détecter les mensonges

Elle a également déclaré que le diagnostic de l’autisme l’avait incitée à créer un système intelligent pour attraper les menteurs.

Pendant ses études de premier cycle, Ming a travaillé sur un système d’apprentissage automatique (machine learning) qui reconnaît les expressions faciales dans une vidéo – dans le cadre de ce qu’elle appelle un « projet fou de la CIA ».

« Il a exploré chaque image de la vidéo, apprenant les mouvements des muscles du visage qui indiquaient le dégoût ou la colère. Il a même appris à distinguer les faux sourires des vrais, autrement appelés sourires duchenne. »

Puis, lorsque les lunettes intelligentes Google Glass sont sorties, Ming a décidé d’associer les deux technologies. En 2013, elle a lancé son concept SuperGlass capable de reconnaître les expressions d’un visage et d’afficher l’émotion à l’aide de Google Glass.

Ceci a été conçu pour aider une personne autiste à mieux comprendre quand une personne était heureuse, triste, en colère ou quelque chose d’autre.

A ne pas manquer !  Des Robots et des exosquelettes sont introduits à l'aéroport de Tokyo-Haneda

« Mais plus j’ai expérimenté, plus j’ai réalisé que je ne voulais pas guérir l’autisme de mon fils », a expliqué Ming. « Je ne voulais pas le perdre, lui et ses différences merveilleuses. SuperGlass est devenu un outil pour faire la différence entre son expérience et nous les neurotypiques (un terme scientifique qui signifie « ton cerveau est ennuyeux »). « Cela n’a pas nivelé le terrain de jeu – cela lui a simplement donné une autre batte pour jouer. »

Pirater le cerveau

Mais Ming pense également que l’avenir de l’humanité réside dans la neuroprothèse – des implants qui se connectent à votre cerveau. Beaucoup de ces implants existent déjà, y compris des implants rétiniens pour les aveugles et des neuroprothèses motrices pour traiter la paralysie. Certains implants sont même utilisés pour la « stimulation cérébrale profonde » afin de traiter des troubles tels que la maladie de Parkinson et la dépression.

Ming a également contribué à la création d’un implant cochléaire basé sur l’IA, conçu pour restaurer l’audition de certaines formes de surdité. L’IA a été formée pour « entendre » et mieux comprendre les sons.

« Nos expériences ont montré que l’algorithme améliorait considérablement la perception de la parole pour les utilisateurs d’implants », a-t-elle déclaré.

Neuralink veut connecter votre cerveau à Internet

Améliorer la personnalité

Une partie du travail de Ming a également porté sur la modification de nos personnalités. L’un de ses projets est le wearable HUMM qui envoie des signaux électriques pour améliorer les connexions entre les parties du cerveau.

Cette stimulation favorise l’augmentation des performances multitâches, l’attention et la durée de la mémoire de travail. Lors d’une expérience récente, les adultes ont augmenté de 20% la durée d’une séquence de lumières et de sons dont ils pouvaient se souvenir avec régularité lorsqu’ils portaient l’appareil HUMM, par rapport à une stimulation factice.

A ne pas manquer !  VIIème édition du Forum Européen de Bioéthique "Humain - Post Humain"

Dans une autre expérience récente, une stimulation similaire a amélioré la mémoire chez les personnes âgées en déclin cognitif. Ming a déclaré que de véritables dispositifs d’amélioration des performances seraient bientôt disponibles – et qu’ils seraient comme des égaliseurs musicaux.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Cependant, plutôt que de se connecter à un haut-parleur, le dispositif collecterait simplement un lien vers une puce dans votre cerveau pour stimuler votre attention ou freiner votre créativité.

« Ajoutez de la mémoire et vous êtes prêt pour un examen. Appuyez sur une date prédéfinie pour stimuler les émotions et la concentration tout en atténuant les facultés cognitives ».

Ces aptitudes pourraient devenir un cadeau de la part de parents hyper-compétitifs, ou être achetées dans les centres commerciaux de la Silicon Valley pour améliorer les performances.

La Silicon Valley entreprend même une quête de l’immortalité – avec des injections de cellules et des implants cérébraux. Peut-être qu’ils sont tous devenus fous, cependant : Les geeks de la Silicon Valley paient 1 000 £ par mois rien que pour dormir dans un lit superposé. Et un milliardaire de la Silicon Valley a même payé 10 000 $ pour être tué et voir son cerveau conservé numériquement.

Quartz, The Sun

Des scientifiques veulent choquer le cerveau des prisonniers pour combattre l’agressivité

1 Comment »

  1. Il y a toute sortes de transhumanistes. Pour exemple, certains sont autoritaristes et d’autres démocrates. Certains sont partisans de l’Etat-providence et d’autres du minarchisme.

    La Silicon Valley abrite certaines factions de transhumanistes extrémistes. Pour en savoir plus, lire ma réponse à l’article « Expérience américaine: la croisade eugénique » de Jaesa.

    Néanmoins, il faut garder à l’esprit que les idées de ceux-là ne sont non seulement pas l’apanage des transhumanistes mais qu’elles ne constituent pas une sorte d’idéologie de base des transhumanistes. A ce propos, lire l’article « L’éthique transhumaniste » de Nick Bostrom sur ce site.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Des chercheurs de l'Université de Pékin, en Chine, ont mis…