Skip to content

États-Unis : un décret ouvre-t-il la voie au transhumanisme ?

Décret sur la promotion de l’innovation dans le domaine de la biotechnologie et de la biofabrication pour une bioéconomie américaine durable, sûre et sécurisée.

L’ordre exécutif ou décret présidentiel (Executive Order en anglais) que Joe Biden a signé le lundi 12 septembre 2022 (Executive Order on Advancing Biotechnology and Biomanufacturing Innovation for a Sustainable, Safe, and Secure American Bioeconomy), fait polémique.

Beaucoup d’américains pensent que ce décret ouvre la porte au transhumanisme et que la manipulation génétique des citoyens sera le sujet principal du cycle électoral de 2024. En résumé, beaucoup d’Américains estiment que le décret de Biden sur la biotechnologie et la biofabrication est une capitulation complète du gouvernement américain devant Big Pharma, l’industrie biotechnologique et toute la coalition transhumaniste qui veut créer l’humanité 2.0 en modifiant la structure génétique humaine.

Ceux qui sont satisfaits, comme la société BioMADE (société de fabrication bioindustrielle) annonce une série de neuf projets qui contribueront collectivement à assurer l’avenir de l’Amérique grâce à l’innovation, l’éducation et la collaboration dans le domaine de la fabrication bioindustrielle. Conformément aux objectifs du décret récemment signé, les projets conduiront à la création de nouveaux produits biofabriqués, au développement des meilleures pratiques, à l’aide à la production de composants de vaccins et au développement de la main-d’œuvre de la fabrication bio-industrielle.

« Les projets annoncés permettront d’améliorer la préparation commerciale des bioproduits, d’optimiser les produits chimiques pour les mousses et les adhésifs biosourcés et de développer une méthodologie de pointe pour la conception des fermenteurs qui accélérera la commercialisation des technologies dans l’ensemble de l’industrie de fabrication bioindustrielle », a déclaré le Dr Douglas Friedman, PDG de BioMADE.

LIRE AUSSI 🔖  Avantages et risques de la biotechnologie

Le Bureau du sous-secrétaire à la défense pour la recherche et l’ingénierie a aussi salué l’annonce par l’administration Biden du décret présidentiel.

« Je suis enthousiasmée par la perspective de ce que ce décret nous permettra d’accomplir », a déclaré Mme Heidi Shyu, sous-secrétaire à la défense pour la recherche et l’ingénierie. « Le ministère reconnaît la biotechnologie comme un domaine technologique critique qui changera la façon dont le DoD développe de nouvelles capacités, mène ses missions et s’adapte aux changements mondiaux majeurs. Ce décret permettra de faire progresser et de synchroniser nos efforts – au sein du DoD et du gouvernement fédéral – pour exploiter stratégiquement la biotechnologie afin que notre nation conserve son avantage économique, militaire et technologique. »

Cette semaine a été aussi l’une des plus passionnantes que la communauté biotechnologique ait connues depuis un certain temps. Des projets en cours d’élaboration depuis une décennie se concrétisent enfin grâce aux mesures prises par l’administration Biden.

Plus tard dans la semaine, le mercredi, la Maison Blanche a organisé un sommet sur la biotechnologie et la biofabrication afin de présenter plus d’informations sur l’orientation des fonds et les objectifs primordiaux de la mission.

« Le décret et le sommet de la Maison Blanche lançant une initiative nationale en matière de biotechnologie et de biofabrication constituent un moment décisif pour les États-Unis », a déclaré Shara Ticku, PDG de C16 Biosciences.

Au cours de la réunion, les membres de la communauté des biotechnologies (et plus précisément de la biologie synthétique) ont tour à tour mis en avant le potentiel que recèlent leurs technologies innovantes. Par exemple, Lisa Dyson, PhD, a expliqué comment l’entreprise qu’elle a fondée, Air Protein, adopte une approche de la fabrication de la viande sans émission de carbone.

LIRE AUSSI 🔖  Transhumanismes et biotechnologies dans la société de consommation

Le but de ce décret commence dès l’introduction à la section 1 :

« It is the policy of my Administration to coordinate a whole-of-government approach to advance biotechnology and biomanufacturing towards innovative solutions in health, climate change, energy, food security, agriculture, supply chain resilience, and national and economic security. »

« La politique de mon administration est de coordonner une approche pangouvernementale pour faire progresser la biotechnologie et la biofabrication vers des solutions innovantes en matière de santé, de changement climatique, d’énergie, de sécurité alimentaire, d’agriculture, de résilience de la chaîne d’approvisionnement et de sécurité nationale et économique. »

« For biotechnology and biomanufacturing to help us achieve our societal goals, the United States needs to invest in foundational scientific capabilities. We need to develop genetic engineering technologies and techniques to be able to write circuitry for cells and predictably program biology in the same way in which we write software and program computers; unlock the power of biological data, including through computing tools and artificial intelligence; and advance the science of scale‑up production while reducing the obstacles for commercialization so that innovative technologies and products can reach markets faster. »

« Pour que la biotechnologie et la bioproduction nous aident à atteindre nos objectifs sociétaux, les États-Unis doivent investir dans des capacités scientifiques fondamentales. Nous devons développer des technologies et des techniques de génie génétique afin de pouvoir écrire des circuits pour les cellules et programmer de manière prévisible la biologie de la même manière que nous écrivons des logiciels et programmons des ordinateurs ; libérer la puissance des données biologiques, notamment grâce à des outils informatiques et à l’intelligence artificielle ; et faire progresser la science de la production à grande échelle tout en réduisant les obstacles à la commercialisation afin que les technologies et les produits innovants puissent atteindre les marchés plus rapidement. »

Section 9 (b)(ii) : use Federal investments in biological sciences, biotechnology, and biomanufacturing to enhance biosafety and biosecurity best practices throughout the bioeconomy R&D enterprise.

« utiliser les investissements fédéraux dans les sciences biologiques, la biotechnologie et la biofabrication pour améliorer les pratiques exemplaires en matière de biosécurité et de sûreté biologique dans l’ensemble de l’entreprise de R&D en bioéconomie. »

LIRE AUSSI 🔖  Biotechnologies : l’édition du gène humain pour la reproduction

Section 12 (i) : enhance cooperation, including joint research projects and expert exchanges, on biotechnology R&D, especially in genomics;

« renforcer la coopération, notamment par des projets de recherche conjoints et des échanges d’experts, en matière de R&D dans le domaine des biotechnologies, en particulier dans celui de la génomique ; »

(iv) work to promote the open sharing of scientific data, including genetic sequence data, to the greatest extent possible in accordance with applicable law and policy, while seeking to ensure that any applicable access and benefit-sharing mechanisms do not hinder the rapid and sustainable development of innovative products and biotechnologies;

« s’efforcer de promouvoir le partage ouvert des données scientifiques, y compris des données sur les séquences génétiques, dans toute la mesure du possible, conformément aux lois et politiques applicables, tout en veillant à ce que les mécanismes d’accès et de partage des avantages applicables n’entravent pas le développement rapide et durable de produits et de biotechnologies innovants ; »

Section 13 (j) : The term “key R&D areas” includes fundamental R&D of emerging biotechnologies, including engineering biology; predictive engineering of complex biological systems, including the designing, building, testing, and modeling of entire living cells, cell components, or cellular systems; quantitative and theory-driven multi-disciplinary research to maximize convergence with other enabling technologies; and regulatory science, including the development of new information, criteria, tools, models, and approaches to inform and assist regulatory decision-making. These R&D priorities should be coupled with advances in predictive modeling, data analytics, artificial intelligence, bioinformatics, high-performance and other advanced computing systems, metrology and data-driven standards, and other non-life science enabling technologies.

« L’expression  » domaines clés de la R&D  » comprend la R&D fondamentale des biotechnologies émergentes, y compris l’ingénierie biologique ; l’ingénierie prédictive des systèmes biologiques complexes, y compris la conception, la construction, l’essai et la modélisation de cellules vivantes entières, de composants cellulaires ou de systèmes cellulaires ; la recherche multidisciplinaire quantitative et théorique pour maximiser la convergence avec d’autres technologies habilitantes ; et la science de la réglementation, y compris l’élaboration de nouvelles informations, de nouveaux critères, d’outils, de modèles et d’approches pour éclairer et faciliter la prise de décisions réglementaires. Ces priorités en matière de R&D devraient être associées à des avancées dans les domaines de la modélisation prédictive, de l’analyse des données, de l’intelligence artificielle, de la bioinformatique, des systèmes de calcul à haute performance et autres systèmes informatiques avancés, de la métrologie et des normes fondées sur les données, ainsi que d’autres technologies habilitantes non liées aux sciences de la vie. »

Qu'est-ce que la Bioéconomie ?

Qu’est-ce que la Bioéconomie ? Credit: Adobe Stock / reconfiguration N. Hanacek

(p) The term “life sciences” means all sciences that study or use living organisms, viruses, or their products, including all disciplines of biology and all applications of the biological sciences (including biotechnology, genomics, proteomics, bioinformatics, and pharmaceutical and biomedical research and techniques), but excluding scientific studies associated with radioactive materials or toxic chemicals that are not of biological origin or synthetic analogues of toxins.

« L’expression « sciences de la vie » désigne toutes les sciences qui étudient ou utilisent les organismes vivants, les virus ou leurs produits, y compris toutes les disciplines de la biologie et toutes les applications des sciences biologiques (y compris la biotechnologie, la génomique, la protéomique, la bioinformatique et la recherche et les techniques pharmaceutiques et biomédicales), mais à l’exclusion des études scientifiques associées aux matières radioactives ou aux produits chimiques toxiques qui ne sont pas d’origine biologique ou aux analogues synthétiques des toxines. »

Toujours dans la section 13 :

(b) The term “biotechnology” means technology that applies to or is enabled by life sciences innovation or product development.

Le terme « biotechnologie » désigne la technologie qui s’applique à l’innovation ou au développement de produits dans le domaine des sciences de la vie ou qui est rendue possible par cette innovation ou ce développement.

(c) The term “biomanufacturing” means the use of biological systems to develop products, tools, and processes at commercial scale.

Par « biofabrication« , on entend l’utilisation de systèmes biologiques pour développer des produits, des outils et des processus à l’échelle commerciale.

(d) The term “bioeconomy” means economic activity derived from the life sciences, particularly in the areas of biotechnology and biomanufacturing, and includes industries, products, services, and the workforce.

Le terme « bioéconomie » désigne l’activité économique dérivée des sciences de la vie, en particulier dans les domaines de la biotechnologie et de la bioproduction, qui comprend les industries, les produits, les services et la main-d’œuvre.

(e) The term “biological data” means the information, including associated descriptors, derived from the structure, function, or process of a biological system(s) that is measured, collected, or aggregated for analysis.

Le terme « données biologiques » désigne les informations, y compris les descripteurs associés, dérivées de la structure, de la fonction ou du processus d’un ou de plusieurs systèmes biologiques, qui sont mesurées, collectées ou regroupées à des fins d’analyse.

Ce décret ouvre-t-il la voie au transhumanisme comme certains le prétendent ?

De notre point de vue, oui, sans aucun doute. Les technologies citées dans le décret, comme la biotechnologie (bioinformatique, thérapies cellulaires, technologies basées sur la biologie, fabrication d’armes biologiques, modification ciblée du génome avec CRISPR), la biofabrication (avenir synthétique, bioprinting), le génie génétique (ingénierie génétique, manipulations génétiques, modification génétique, homme augmenté, transformation de la race humaine par la génomique), programmer la biologie (biologie synthétique, biologie computationnelle, bases d’une future bioéconomie, ingénierie inverse, reprogrammer des cellules), ingénierie biologique (génie biologique, sciences du vivant), données biologiques, données sur les séquences génétiques, l’intelligence artificielle etc … sont d’un intérêt particulier pour les transhumanistes.

The White House : Executive Order on Advancing Biotechnology and Biomanufacturing Innovation for a Sustainable, Safe, and Secure American Bioeconomy


Pour aller plus loin : 

Les technologies d’augmentation humaine offrent un large éventail de possibilités pour aujourd’hui et pour le futur. Il existe des technologies matures qui pourraient être intégrées aujourd’hui avec des considérations politiques gérables, comme la nutrition personnalisée, les wearables et les exosquelettes. Il existe d’autres technologies en devenir dont le potentiel est plus important, comme le génie génétique et les interfaces cerveau-ordinateur. Les implications éthiques, morales et juridiques de l’augmentation humaine sont difficiles à prévoir, mais un engagement précoce et régulier sur ces questions est au cœur du défi.

[Augmentation humaine – A l’aube d’un nouveau paradigme. Le Ministère de la Défense (Royaume-Uni) a publié un rapport intitulé « Human Augmentation – The Dawn of a New Paradigm »]

[Menace sur l’espèce humaine ou démocratiser le génie génétique]

[Hacking Darwin : génie génétique et avenir de l’humanité]. Après 3,8 milliards d’années, l’humanité est sur le point de commencer à évoluer selon de nouvelles règles … Jamie Metzl, expert en géopolitique et futuriste technologique, propose une exploration novatrice des nombreuses façons dont le génie génétique ébranle les fondements de notre vie : le sexe, la guerre, l’amour et la mort.

[Le transhumanisme est la prochaine étape de la civilisation. Le Canada explore la société du transhumanisme « Modifier l’être humain – notre corps, notre esprit et notre comportement ».]

1 Comment »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.