Skip to content

NYU School of Law met en garde sur l’identité numérique

L’identité numérique « ouvre une voie numérique vers l’enfer »

Le Center for Human Rights and Global Justice de la New York University a lancé un avertissement effrayant sur les dangers potentiels pour les droits de l’homme que représente la pression exercée sur l’identité numérique.

À la mi-juin, le Center for Human Rights and Global Justice, un centre d’étude des droits de l’homme de la faculté de droit de l’université de New York (NYU), a publié un rapport de 100 pages détaillant les dangers croissants de la dépendance à l’égard de l’identité numérique dans le monde. Le rapport, intitulé Paving a Digital Road to Hell ?, examine le rôle de la Banque mondiale et d’autres réseaux internationaux qui ont encouragé l’utilisation de l’identité numérique ces dernières années.

Le rapport note que la Banque mondiale a « encouragé énergiquement les systèmes d’identification biométriques et numériques qui sont de plus en plus liés à des violations des droits de l’homme à grande échelle, en particulier dans les pays du Sud ». Les chercheurs mettent en garde contre les systèmes d’identité numérique « promus au nom du développement et de l’inclusion, mais qui n’atteignent ni l’un ni l’autre ». Malgré les bonnes intentions apparentes de certains promoteurs de ces systèmes, ils « pourraient bien paver une route numérique vers l’enfer ».

Le communiqué de presse relatif au rapport indique :

« Les gouvernements du monde entier ont investi massivement dans des systèmes d’identification numérique, souvent dotés de composants biométriques (identification numérique). La prolifération rapide de ces systèmes est motivée par un nouveau consensus de développement, conditionné et promu par des acteurs mondiaux clés comme la Banque mondiale, mais aussi par des gouvernements, des fondations, des fournisseurs et des sociétés de conseil. »

Le rapport indique que de nombreux systèmes d’identité numérique s’inspirent du système Aadhaar en Inde. Ce modèle spécifique d’identité numérique a donné la priorité à l’identité numérique en tant qu' »identité économique ». L’objectif de ces systèmes est principalement d’établir l' »unicité » des individus, généralement à l’aide de technologies biométriques », indique le communiqué. Cela permet ensuite de faire passer des personnes appauvries de l' »économie informelle » ou de la « contre-économie » à l’économie formelle. Cela a également pour effet de « déverrouiller » leurs données comportementales qui peuvent ensuite être utilisées par les gouvernements et d’autres parties.

Le rapport note également que le président exécutif de l’influente ID4Africa, une plateforme où se rencontrent les gouvernements africains et les grandes entreprises du marché de l’identité numérique, a noté lors de la réunion annuelle de juin 2022 que l’identité numérique ne concerne plus seulement l’identité mais, « permet et interagit avec les plateformes d’authentification, les systèmes de paiement, les signatures numériques, le partage de données, les systèmes KYC, la gestion du consentement et les plateformes de prestation sectorielles. »

LIRE AUSSI 🔖  Les banques utilisent la biométrie pour détecter les fraudeurs

Le rapport explique comment les promoteurs du nouveau modèle d’identité numérique/économique éludent souvent les « questions difficiles » concernant le statut juridique et les droits des personnes enregistrées. Malgré les promesses d’inclusion et d’économies numériques florissantes, les systèmes d’identité numérique « n’ont jamais tenu ces promesses dans des situations réelles, en particulier pour les personnes les plus marginalisées ». Le système Aadhaar lui-même a été critiqué pour ses violations graves et à grande échelle des droits de l’homme.

En fait, selon le rapport, les preuves indiquent que c’est un petit groupe d’entreprises et de gouvernements qui profiteront le plus de ces systèmes.

« Après tout, là où les systèmes d’identification numérique ont eu tendance à exceller, c’est dans la génération de contrats lucratifs pour les entreprises biométriques et le renforcement des capacités de surveillance et de contrôle des migrations des gouvernements. »

A small selection of countries and controversies related to digital ID systems

Figure 2. A small selection of countries and controversies related to digital ID systems. Credit: New York University’s Center for Human Rights and Global Justice

Qui est à l’origine de la poussée vers l’identité numérique ?

Les auteurs du rapport appellent également à une « notion plus clairement développée de « qui » sont les acteurs les plus pertinents pour mener cet agenda et « quels » sont les concepts clés qui devraient être contestés et réimaginés. » Ils affirment que l’on peut apprendre beaucoup en se concentrant sur les actions du Groupe de la Banque mondiale, et « plus particulièrement sur son initiative ID4D, en tant que nœud central d’un réseau mondial plus étendu de promotion de l’identité numérique. »

En 2014, la Banque mondiale a lancé le programme Identification for Development (ID4D) dans le but de résoudre le problème du manque d’identité pour une grande partie du soi-disant « monde en développement. » La Banque mondiale finance des programmes d’identification biométrique numérique au Mexique, poussant l’identité numérique dans les pays les plus pauvres avec l’objectif ostensible de fournir une identité légale aux 1,1 milliards de personnes qui n’en ont pas actuellement.

Source: World Bank Projects Database, Administrative Agreements for Trust Fund No. TFO72 728

Ce programme a été lancé grâce à un « investissement catalytique » de la Fondation Bill & Melinda Gates, du Omidyar Network, ainsi que de divers gouvernements. Le rapport note :

« Nous avons noté que la Banque mondiale et son initiative ID4D ne sont pas seules à poursuivre le programme d’identification numérique. Elles font partie d’un réseau mondial d’organisations et d’individus. Ce réseau comprend des gouvernements donateurs comme le Royaume-Uni, les États-Unis et la France ; des fondations mondiales comme la Fondation Bill & Melinda Gates (BMGF) et le Omidyar Network ; des gouvernements férus de technologie comme ceux de l’Inde et de l’Estonie ; le système des Nations Unies, y compris les membres du groupe de travail sur l’agenda de l’identité légale des Nations Unies ; les banques régionales de développement, notamment la Banque asiatique de développement et la Banque interaméricaine de développement ; les sociétés privées de biométrie telles qu’Idemia, Thales-Gemalto ; les sociétés de paiement par carte telles que MasterCard ; les nouveaux réseaux tels que la Global System for Mobile Communications Association (GSMA) et ID4Africa ; et de nombreuses autres organisations mondiales.

LIRE AUSSI 🔖  Les paiements par reconnaissance faciale pourraient remplacer les QR codes en Chine

Bon nombre des gouvernements et des entreprises énumérés ci-dessus sont également partenaires du World Economic Forum, les promoteurs du Great Reset.

Il est intéressant de noter que le rapport de l’université de New York indique que les partisans de l’identité numérique de demain ont « enveloppé ce nouveau paradigme dans le langage des droits de l’homme et de l’inclusion, en faisant valoir que ces systèmes contribueront à la réalisation de plusieurs objectifs de développement durable. »

Les objectifs de développement durable sont un ensemble de 17 objectifs interdépendants adoptés par les Nations unies en 2015 dans le but ostensible de mettre fin à la pauvreté, de protéger la planète et de répandre la paix et la prospérité à tous les peuples d’ici 2030.

Les objectifs de développement durable font partie d’une résolution plus vaste, connue sous le nom d’Agenda 2030, dont l’objectif déclaré est de lutter contre le changement climatique. Si les objectifs de développement durable et de l’Agenda 2030 des Nations unies sont souvent présentés comme un outil permettant d’établir des relations multilatérales saines entre les nations, ils sont en réalité fondés sur un programme plus profond visant à surveiller, contrôler et diriger toute vie sur la planète.

L’ONU et le World Economic Forum ont régulièrement promu l’idée d’une identité numérique comme une nécessité pour la vie de demain.

Les auteurs du rapport insistent sur le fait qu’il existe un manque chronique de preuves des avantages des systèmes d’identification numérique, ces avantages étant supposés plutôt que prouvés.

Il est clair que cet effort pour forcer le monde à accepter les programmes d’identité numérique fait partie d’une plus grande poussée vers la biométrie, une société de traçage et, finalement, des outils comme les monnaies numériques des banques centrales.

Ce qui apparaît clairement à ce stade, c’est qu’il faudra une combinaison de personnes, d’universitaires et de groupes de réflexion pour imposer un débat indispensable sur ces technologies. Qualifié d’abécédaire, le rapport est une ressource précieuse pour rassembler une énorme quantité de recherches sur ces questions, le présent texte étant la partie émergée de l’iceberg.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.