Skip to content

Le programme d’identité numérique du WEF

Le programme d’identité numérique du WEF jette les bases d’un système mondial de crédit social

Le Forum économique mondial (WEF) met en place un système d’identification numérique qui déterminera l’accès aux services

Le WEF a récemment publié sa dernière proposition dystopique – un système d’identification numérique de grande envergure qui collectera autant de données que possible sur les individus et utilisera ensuite ces données pour déterminer leur niveau d’accès à divers services.

Cette proposition d’identification numérique est présentée dans un rapport intitulé « Advancing Digital Agency : The Power of Data Intermediaries » et s’appuie sur un cadre d’identification numérique que le WEF a publié précédemment.

Dans ce cadre, le WEF propose de collecter des données sur de nombreux aspects de la « vie quotidienne » des personnes par le biais de leurs appareils, des réseaux de télécommunications et des fournisseurs de services tiers.

Le WEF suggère que ce système de collecte de données permettrait à une carte d’identité numérique de recueillir des données sur le comportement en ligne des personnes, l’historique des achats, l’utilisation des réseaux, l’historique des crédits, les données biométriques, les noms, les numéros d’identité nationaux, les antécédents médicaux, les voyages, les comptes sociaux, les comptes d’administration en ligne, les comptes bancaires, la consommation d’énergie, les statistiques de santé, l’éducation, etc.

Une fois que l’identifiant numérique aura accès à cet énorme ensemble de données très personnelles, le WEF propose de l’utiliser pour décider si les utilisateurs sont autorisés à « posséder et utiliser des appareils », « ouvrir des comptes bancaires », « effectuer des transactions financières en ligne », « effectuer des transactions commerciales », « accéder à des assurances, à des traitements », « réserver des voyages », « passer les contrôles frontaliers entre pays ou régions », « accéder à des services tiers qui s’appuient sur les connexions aux médias sociaux », « déclarer des impôts, voter, percevoir des allocations », etc.

LIRE AUSSI 🔖  Le Crédit social en Chine et le totalitarisme numérique au quotidien
Digital identity Wef

identité numérique

Dans ce rapport, le WEF positionne ce cadre d’identification numérique comme une partie de la solution au « déficit de confiance dans le partage des données » et note que les passeports vaccinaux, qui ont été rendus obligatoires dans le monde entier pendant la pandémie de COVID-19, « servent par nature de forme d’identité numérique ».

Le WEF fait également l’éloge de la manière dont les passeports vaccinaux ont permis aux gouvernements de récolter des données sur leurs populations sans « préavis ni consentement » :

« Au niveau collectif, les données relatives aux vaccins constituent un atout incroyable pour la santé publique. Le gouvernement britannique, en particulier, l’a reconnu et a suggéré que les techniques d’anonymisation, de pseudonymisation et de protection des données pourraient être exploitées dans un environnement contrôlé pour permettre la réutilisation de ces données hautement sensibles. Dans de tels cas, la notification et le consentement ne sont pas requis en soi pour la réutilisation des données, mais les processus intermédiaires que les données subissent doivent être effectués dans un environnement contrôlé afin que les résultats de l’ensemble des données soient rendus disponibles plutôt que les données elles-mêmes. »

Vaccine passports wef

En outre, le WEF fournit un exemple spécifique de la manière dont les identifiants numériques pourraient être utilisés pour authentifier un utilisateur (à l’aide d’empreintes digitales, d’un mot de passe ou d’une technologie de vérification de l’identité) et décider s’il doit avoir accès à un prêt bancaire en jugeant son profil (qui peut inclure ses données biométriques, son nom et son numéro d’identité national) et son historique (qui peut inclure son historique de crédit, de soins médicaux et d’achats en ligne).

LIRE AUSSI 🔖  Surveillance biométrique : l'UE va-t-elle choisir le totalitarisme?

Digital identity has an evolving scope wef

Le WEF poursuit en suggérant que les identifiants numériques « permettront de sélectionner des préférences et de faire certains choix à l’avance » et, en fin de compte, ouvriront la voie à la « prise de décision automatisée » où un « assistant numérique de confiance » « automatise les autorisations pour les personnes et gère efficacement leurs données à travers différents services » pour « surmonter les limites de l’avis et du consentement. »

Sur les intermédiaires de données

Le Web 3.0 entraînera un changement radical dans la relation entre les personnes et la technologie.

Les experts ont discuté du pouvoir des intermédiaires de données en tant que clé de l’interaction homme-technologie de confiance – et de la manière dont les décideurs politiques et les entreprises réfléchissent à cette question de l’agence humaine et de la vie privée dans les nouveaux scénarios en ligne.

­…

Caroline Louveaux, responsable de la protection de la vie privée chez Mastercard, a déclaré qu’à chaque fois que nous voulons faire quelque chose en ligne, nous devons accepter de longs avis de confidentialité et des conditions générales – mais nous n’avons pas le sentiment que notre vie privée est mieux protégée.

« Il doit y avoir un moyen plus significatif de protéger notre vie privée sans tuer l’expérience utilisateur. Et si nous pouvions déléguer à un intermédiaire de données la tâche de lire tous ces avis de confidentialité et de nous conseiller sur le partage de nos données ? »

Nous pourrions définir nos préférences à l’avance, de sorte que l’intermédiaire de données pourrait prendre des décisions pour nous sur la base de nos préférences, a-t-elle ajouté.

« Les intermédiaires de données pourraient stocker nos informations personnelles dans un espace et permettre à des organisations tierces d’accéder à des éléments d’information très spécifiques nous concernant à des fins définies en fonction de nos préférences. Les intermédiaires de données pourraient également négocier une rémunération pour nos données… il n’y a pas d’approche unique. »

Mais elle a prévenu que nous devions relever des défis tels que la question de savoir quelle loi s’appliquerait aux intermédiaires de données et qui déterminerait la responsabilité des intermédiaires de données ?

Sur le consentement éclairé

Allan Millington, Global Data Policy Leader, EY, a déclaré que les questions portent notamment sur la manière de réduire l’écart de confiance ainsi que sur l’admissibilité des données. L’intermédiaire de données met en place un organisme neutre qui aide à combler le fossé entre l’offre et la demande.

 » L’agent numérique de confiance  » est une dynamique intéressante où vous déléguez cette permission. Même si les organisations ont la base juridique pour utiliser les données personnelles par le biais de l’avis de consentement, est-ce vraiment un consentement significatif ? Et c’est un problème à l’heure actuelle. Le concept d’agent numérique de confiance pourrait donc changer la donne.

« Vous pouvez penser que la confiance est un nouveau perturbateur – et la façon de maîtriser ce pouvoir des données est de combler ce fossé de confiance. Cela va être la clé pour nos clients et pour toute entreprise, pour utiliser les données de manière plus significative. »

LIRE AUSSI 🔖  Un futur transhumaniste et biodigitalisé est favorisé par la pandémie
les intermédiaires de données

identité numérique

Sur la gouvernance des données

Richard Whitt, président de la Fondation GLIA, a déclaré que le web actuel manque de responsabilité de la part des plateformes en ligne et qu’il manque d’agence et de recours pour le reste d’entre nous.

« La gouvernance des données, c’est le code de la route – qui fixe ces règles et qui les fait respecter ? Comment créer un monde d’intermédiaires de données où la fiabilité repose sur les lois fiduciaires de la confiance, de la bonne foi, du soin et de la loyauté, et rendre tout cela pleinement responsable devant les êtres humains.

« Certains appelleraient cela des freins et des contrepoids – je préfère parler de multiples couches de responsabilité « ceintures et bretelles », il faut donc que le secteur privé, le secteur public et les groupes multi-parties prenantes soient impliqués de différentes manières. »

Nous avons besoin de « coalitions de volontaires » pour créer des codes de conduite auxquels tout le monde adhère – et avec le temps, cela pourrait devenir une profession.

Sur les IA personnelles

Whitt a déclaré que l’on parle beaucoup de rendre les « IA institutionnelles » – les systèmes gérés par les plateformes en ligne – plus responsables devant nous, mais nous devons « faire monter les enchères ».

« Nous avons besoin d’avoir des IA personnelles qui nous représentent, qui ont des algorithmes d’apprentissage automatique formés sur nous, avec lesquelles nous pouvons interagir en temps réel, qui peuvent nous représenter dans le monde réel, que ce soit sur nos écrans ou dans un environnement de ville intelligente, c’est notre avatar numérique constant et interactif ».

« Pour que cela fonctionne, soit efficace et responsable, il faut que cela soit rattaché à quelque chose, et c’est là que cela peut être le front d’un fiduciaire, ou d’une fiducie ou d’un gardien de données qui a cet ensemble important de devoirs de diligence envers moi en tant qu’individu pour s’assurer qu’il agit en mon nom. Vous avez besoin de la technologie et de la gouvernance en arrière-plan pour vous assurer que tout cela fonctionne ensemble et vous représente en premier lieu, et pas quelqu’un d’autre. »

La ville intelligente, utilisant l’internet des objets, sera un exemple de cas où nous pourrions avoir besoin de notre propre IA personnelle pour interagir informatiquement pour nous d’une manière que les humains ne peuvent pas.

Advancing Digital Agency : The Power of Data Intermediaries

5 Comments »

  1. Depuis toujours les entrepreneurs du secteur tertiaire cherchent à réduire les risques en dressant des listes noires. Elles existent avec ou sans identifiants numériques. Le but de ses derniers est surtout de faciliter la mise en commun des données collectées par les entreprises pour dresser un fichier client unique aussi complet que possible. Il permettrait, en principe, d’améliorer les démarches publicitaires et commerciales des entreprises associées. Quelle que soit les dérives, ce n’est pas l’identifiant, sorte de carte d’identité, qu’il faut mettre en cause mais les entrepreneurs qui appliquent des politiques de proscription.

    L’intermédiaire de données (ou infomédiaire selon un terminologie ancienne) est un consultant qui assiste ses clients en matière de politique de confidentialité des données. Il est douteux que cette profession arrive enfin à décoller en se focalisant sur les particuliers: ils n’auront pas les moyens de se payer leurs services et préférerons approuver systématiquement le partage des données. Ce sont plutôt les grosses entreprises qui y feront appel donc pas de risque d’aliénation.

    La mondialisation économique, l’ultralibéralisme économique, les pandémies et l’expansionnisme militaire sont certainement des problèmes plus graves que l’une ou autre innovation du Forum économique mondial en matière d’économie numérique.

  2. Et au delà des données de types état civil et données biomédicales, il y a les données de type tendances politiques, philosophiques et religieuses, avec les dérives qui vont de pair, savoir: quelles idéologies et mouvances sont autorisées, quelles organisations sont interdites et quelles activités sont jugées illicites par le pouvoir et l’autorité en place ? Nous nous dirigeons vers un monde concentrationnaire où plus aucune liberté de penser ni d’agir n’auront de sens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.