Skip to content

La France lance un programme national d’identification faciale à l’échelle nationale

La France est sur le point de devenir le premier pays européen à utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour donner aux citoyens une identité numérique sécurisée, qu’ils le souhaitent ou non.

Le gouvernement du président Emmanuel Macron, qui dit vouloir rendre l’État plus efficace, fait avancer le projet de déploiement d’un programme d’identification, baptisé Alicem « Authentification en ligne certifiée sur mobile ». Il sera déployée en novembre. Le régulateur des données du pays affirme que le programme viole la règle européenne du consentement et qu’un groupe de protection de la vie privée le conteste devant la plus haute juridiction administrative de France. Il a fallu un peu plus d’une heure à un pirate informatique pour pirater une application de messagerie « sécurisée » du gouvernement cette année, ce qui soulève des inquiétudes quant aux normes de sécurité de l’État.

Rien de tout cela ne décourage le ministère de l’intérieur français.

« Le gouvernement veut amener les gens à utiliser Alicem et la reconnaissance faciale », a déclaré Martin Drago, un avocat membre du groupe de protection de la vie privée La Quadrature du Net qui a porté plainte contre l’État. « Nous nous dirigeons vers une utilisation massive de la reconnaissance faciale. Peu d’intérêt pour l’importance du consentement et du choix. » L’affaire, déposée en juillet, ne suspendra pas Alicem.

Identités numériques

La France rejoindra ainsi les Etats du monde entier qui s’empressent de créer des « identités numériques » pour donner aux citoyens un accès sécurisé à tout, de leurs impôts et de leurs banques aux factures de sécurité sociale et de services publics. Singapour utilise la reconnaissance faciale et a signé un accord pour aider le Royaume-Uni à préparer son propre système d’identification. L’Inde utilise la balayage de l’iris.

La France affirme que le système d’identification ne sera pas utilisé pour surveiller les résidents. Contrairement à la Chine et à Singapour, le pays n’intégrera pas la biométrie de reconnaissance faciale dans les bases de données d’identité des citoyens. En fait, le ministère de l’Intérieur, qui a développé l’application Alicem, affirme que les données de reconnaissance faciale recueillies seront supprimées lorsque le processus d’inscription sera terminé. Cela n’a pas empêché les gens de s’inquiéter de son utilisation abusive potentielle.

« Se lancer dans la reconnaissance faciale à ce stade est un risque majeur » en raison des incertitudes sur son utilisation finale, a déclaré Didier Baichere, un législateur du parti au pouvoir qui siège à la commission « technologies du futur » du Parlement et qui est l’auteur d’un rapport sur ce sujet en juillet. Permettre l’utilisation de masse avant de mettre en place des freins et contrepoids appropriés est « ridicule », a-t-il déclaré.

Alicem reconnaissance faciale

Image publicitaire du ministère de l’Intérieur pour Alicem.

Sans consentement

L’application exclusivement Android et portant le blason de la République française, que Bloomberg a pu consulter, sera le seul moyen pour les résidents de créer une identité numérique légale et la reconnaissance faciale en sera l’unique catalyseur. Un identifiant sera créé par le biais d’une inscription unique qui consiste à comparer la photo de l’utilisateur figurant dans son passeport biométrique à une vidéo selfie prise sur l’application qui capturera les expressions, les mouvements et les angles. Le téléphone et le passeport communiqueront via leurs puces intégrées.

Les opposants affirment que l’application enfreint potentiellement le règlement général européen sur la protection des données, qui rend obligatoire le libre choix. Emilie Seruga-Cau, qui dirige le service des affaires régaliennes à la CNIL, le régulateur indépendant du pays pour la protection de la vie privée, a déclaré que ses préoccupations étaient « très claires ».

La sécurité est une autre préoccupation. Les autorités disent que la sécurité d’Alicem est au « plus haut niveau de l’Etat ». Pourtant, en avril, Robert Baptiste, un pirate informatique qui se fait appeler Elliot Alderson sur Twitter, a pu accéder en 75 minutes à l’une des applications « hautement sécurisées » du gouvernement, ce qui soulève des questions sur la résilience de la sécurité en ligne de l’État.

« Le gouvernement ne devrait pas se vanter que son système est sécurisé, mais accepter d’être contesté », a déclaré Baptiste. » Ils pourraient débloquer des primes pour la découverte de bugs critiques avant de commencer, parce que ce serait grave si des failles étaient découvertes après que les gens commencent à l’utiliser, ou pire si l’application est piratée lors de l’inscription, lorsque les données de reconnaissance faciale sont recueillies ».

Fuite d’une base de données de reconnaissance faciale en Chine

Les législateurs de l’opposition s’inquiètent de l’intégration de la reconnaissance faciale dans les lois permettant de suivre les manifestants violents, comme lors des manifestations du gilet jaune. Drago, qui conteste les projets du gouvernement sur les questions de confidentialité et de consentement, a déclaré que l’absence de débat « permet à l’État d’aller de l’avant, sans entraves ».

Pendant ce temps, les tests de reconnaissance faciale se multiplient. La surveillance par caméra en direct dans les rues du Pays de Galles a été jugée légale ce mois-ci par un tribunal de Londres. L’Allemagne, les Pays-Bas et l’Italie l’utilisent pour accélérer les contrôles aux frontières. En août, l’autorité suédoise de protection des données a infligé une amende à la municipalité de Skelleftea pour avoir testé la reconnaissance faciale d’élèves du secondaire afin de mesurer leur fréquentation. Apple Inc. a banalisé l’utilisation de la biométrie pour déverrouiller les téléphones portables.

La nouvelle Commission de l’UE, dont le mandat débute en novembre, a notamment pour objectif la construction d’une « Europe digne de l’ère numérique ». Un document de politique interne de la Commission décrivait en détail les mesures que l’UE devrait prendre pour maîtriser les technologies de l’intelligence artificielle, y compris la reconnaissance faciale.

« L’utilisation généralisée d’un équivalent de l’ADN public est un défi pour les régulateurs », a déclaré Patrick Van Eecke, spécialiste de la vie privée et des données chez DLA Piper à Bruxelles. « L’utilisation par la France de la reconnaissance faciale pour l’identité numérique peut être envisagée de deux façons : elle va trop loin en termes de respect de la vie privée, ou elle utilise la nouvelle technologie la plus sûre.

Bloomberg, Numerama

1 Comment »

  1. D’abord, il faut garder à l’esprit que la reconnaissance faciale est une technologie récente et pas encore au point. Quelques problèmes relevés fin 2018:

    A lire sur BFMTV
    // En Chine, la reconnaissance faciale confond une publicité avec un piéton
    (https://www.bfmtv.com/tech/en-chine-la-reconnaissance-faciale-confond-une-publicite-avec-un-pieton-1572732.html)
    // Seule la reconnaissance faciale d’Apple résiste à un masque en 3D
    (https://www.bfmtv.com/tech/seule-la-reconnaissance-faciale-d-apple-resiste-a-un-masque-en-3d-1590305.html)

    Et maintenant tout est au point? Ne commettons pas l’erreur de confondre l’expérimentation à grande échelle d’une technologie et sa mise en œuvre pour conférer des capacités et autorisation effective. Confondre les deux peut mener à des drames dont seul se souciera un Etat eudémonique. N’oublions pas que la Chine, qui a popularisé cette technologie, reste un Etat autoritaire qui la met en œuvre, notamment, dans le cadre de la cotation des citoyens selon les normes et en accord avec les objectifs du PCC.

    Naturellement, on peut se demander si la reconnaissance faciale n’est pas une technologie incontournable, une de celle qu’on droit adopter pour ne pas devenir des « dinosaures ». Vous savez comme les cartes de banque et les GSM. Toute la question est de savoir pourquoi elle est adopté partout dans le monde et par qui? Laissons de côté les imitateurs qui veulent paraître dans le coups et les entreprises qui veulent personnaliser leurs services automatisés. Intéressons nous à ceux qui veulent conditionner un acte à une identification faciale réussie et aux pouvoirs publics.

    Dans l’état actuel des choses, la reconnaissance faciale est pratiquer pour faire des tas de validation … sous réserve que les programmes ne soient pas trop précis ou imprécis. Trop précis s’il ne vous identifie plus à cause d’un bouton; on pense au problème de la reconnaissance vocale des malades de la grippe. Trop imprécis si toute personne qui vous ressemble peut passer pour vous. Evidemment, on ne parle pas des problèmes endurés par les jumeaux/sosies.

    Concernant les Etats, le Gouvernement Macron nous promet que la reconnaissance faciale sera mise en œuvre au profit des administrés. Comme la guichetterie électronique qui a généré des problèmes de fractures numériques dénoncés par le Conseil des comptes? Et ce n’est rien à côté de ce qu’elle dit du numérique pédagogique…Mais il y a un autre problème à aborder.

    Certains d’entre nous se souviennent sans doute du scandale des » fichiers S » durant la présidence Sarkozy. Je ne doute pas que le Gouvernement Macron ne fera pas un usage autoritaire de ses outils numériques. Qu’en sera-t-il des gouvernements suivants? Que ferait un élu du Rassemblement national avec un fichier S et la reconnaissance faciale?

    A lire sur la Quadrature du net // Le vrai visage de la reconnaissance faciale
    (https://www.laquadrature.net/2019/06/21/le-vrai-visage-de-la-reconnaissance-faciale/)

    A lire sur CNET // À l’ère de la reconnaissance faciale, faut-il aussi protéger nos visages ?
    (https://www.cnetfrance.fr/news/l-ere-de-la-reconnaissance-faciale-faut-il-aussi-proteger-nos-visages-39890833.htm)

    Le progrès technologique ne consiste pas à mettre en œuvre une technologie de plus en plus complexe mais à mettre en oeuvre les technologies qui permettent de surmonter les obstacles à la survie et au bonheur des administrés.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Volvo est en train de mettre en place un nouveau…