Skip to content

Comment Amazon s’est réorganisé autour de l’IA et du machine learning

L’entreprise qui donne le ton pour tant d’aspects de l’expérience client, brise les barrières internes et montre comment d’autres entreprises peuvent faire de même. Amazon, un leader dans l’innovation de l’expérience client, a pris les choses à un niveau supérieur en réorganisant l’entreprise autour de ses efforts en matière d’intelligence artificielle et de machine learning.

Amazon utilise une stratégie de gestion de l’intelligence artificielle appelée The Flywheel – volant d’inertie

L’approche d’Amazon de l’intelligence artificielle s’appelle un volant d’inertie. En termes d’ingénierie, un volant d’inertie est un outil faussement simple conçu pour stocker efficacement l’énergie de rotation. Il fonctionne en stockant de l’énergie lorsqu’une machine ne fonctionne pas à un niveau constant. Au lieu de gaspiller de l’énergie à s’allumer et s’éteindre, le volant maintient l’énergie constante et l’étend à d’autres zones de la machine.

Chez Amazon, l’approche du volant d’inertie maintient l’innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle et encourage l’énergie et les connaissances à se répandre dans d’autres secteurs de l’entreprise. L’approche du volant d’inertie d’Amazon signifie que l’innovation autour du machine learning alimente les efforts des autres équipes. Ces équipes utilisent la technologie pour piloter leurs produits, ce qui a un impact sur l’innovation dans toute l’organisation. Essentiellement, ce qui est créé dans une partie d’Amazon agit comme un catalyseur pour l’intelligence artificielle et la croissance du machine learning dans d’autres domaines. L’entreprise a été l’une des premières à utiliser la technologie pour piloter ses recommandations de produits. Mais au fur et à mesure que l’intelligence artificielle et le machin learning se développent, l’approche du volant d’inertie est devenue la clé de voûte de l’expansion d’Amazon – une pierre angulaire au sommet de l’entreprise, reliant l’organisation. Ceci est particulièrement unique à une époque où de nombreuses entreprises cloisonnent leurs efforts d’intelligence artificielle et ne les intègrent pas dans l’ensemble de l’entreprise.

Chez Amazon, l’intelligence artificielle n’est pas située dans un bureau particulier – elle est partout

L’intelligence artificielle n’est pas située dans un seul bureau chez Amazon, et l’information est répartie dans tous les départements. La technologie d’apprentissage automatique est utilisée par l’équipe de recommandation de produits pour améliorer ses prévisions de produits, et ces informations sont partagées dans toute l’entreprise. L’intelligence artificielle et le machine learning alimentent trois produits Amazon populaires : Alexa, Amazon Go Store et le moteur de recommandation Amazon.

Amazon Echo, qui met en vedette le Bot Alexa, a été l’une des incursions les plus populaires de l’entreprise dans le domaine de le machine learning. Amazon a dû faire face à une bataille difficile au début, d’autant plus qu’elle a été l’une des premières entreprises à s’essayer à la création d’un assistant virtuel à commande vocale qui pourrait tenir sur un comptoir. Une fois que la technologie a commencé à se mettre en place, les divisions de l’entreprise ont réalisé qu’Alexa pouvait être bénéfique pour leurs produits. Certaines des premières compétences d’Alexa ont été l’intégration avec Amazon Music, Prime Video et des recommandations de produits personnalisées à partir d’un compte Amazon. De nombreuses entreprises ont maintenant des compétences Alexa qui ajoutent de la valeur à la vie du client, comme Liberty Mutual et Capital One. Liberty Mutual fournit des informations sur l’assurance automobile et Capital One permet aux clients d’effectuer un paiement via leur appareil Amazon.

Le magasin Amazon Go sans caisse a également profité de la richesse des données pour suivre les tendances d’achat des clients. Les données des caméras de smartphone des clients permettent de suivre les activités d’achat et non seulement aident Amazon Go, mais peuvent également être partagées avec l’équipe machine learning pour un développement continu.

L’intelligence artificielle joue également un rôle important dans le moteur de recommandation d’Amazon, qui génère 35 % des revenus de l’entreprise. En utilisant les données provenant des préférences et des achats individuels des clients, de l’historique de navigation et des articles associés et régulièrement achetés ensemble, Amazon peut créer une liste personnalisée de produits que les clients souhaitent acheter.

Des bracelets vont espionner les salariés d’Amazon

Créer une expérience client cohérente avec l’intelligence artificielle

Les données provenant de ces trois principaux piliers de l’entreprise travaillent ensemble à créer une expérience client cohérente. Un client peut visiter le magasin Amazon Go pour obtenir quelques produits pour le dîner, demander à Alexa de rechercher une recette et le moteur de recommandation de produit peut déterminer que le client a probablement besoin d’acheter un certain type de casserole. Au lieu de se battre les uns contre les autres, les différentes divisions partagent leurs connaissances innovantes pour offrir une expérience client personnalisée et cohérente.

Amazon a parcouru un long chemin depuis ses débuts dans l’intelligence artificielle et le machine learning. L’entreprise vend désormais son approche d’apprentissage par l’intermédiaire d’Amazon Web Services à des clients tels que la NASA et la NFL. En profitant des avancées et des applications de l’Intelligence Artificielle dans d’autres domaines de l’entreprise, elle offre des solutions d’Intelligence Artificielle personnalisées aux grandes et petites entreprises.

Dans un monde où tant d’entreprises sont accaparées par la bureaucratie et les cloisonnements, il est rafraîchissant de voir Amazon abattre les murs pour encourager l’innovation et la croissance dans l’ensemble de son organisation. Si d’autres entreprises veulent réussir et rester à la pointe des nouvelles technologies, elles pourraient également envisager une nouvelle approche organisationnelle comme le volant d’inertie.

traduction Thomas Jousse

Forbes

2 Comments »

  1. **Facebook vs Google**

    Google est concurrencé par Facebook dans le domaine publicitaire.

    A lire sur le Journal du Net // Investissement : Facebook versus Google, le match des valeurs
    (https://www.journaldunet.com/patrimoine/finances-personnelles/1210426-investissement-facebook-versus-google-le-match-des-valeurs/)

    **Amazon vs Google**

    Amazon concurrence Google dans le domaine publicitaire au même titre que Facebook.
    Mais Amazon veut devenir un concurrent de Google dans le domaine de l’IA.
    Google qui veut devenir un concurrent sérieux d’Amazon dans le domaine de la vente en ligne.

    A lire sur Clubic // Amazon et Google bientôt concurrents de la vente en ligne ?
    (https://www.clubic.com/internet/google/actualite-849018-amazon-google-concurrents-vente-ligne.html)

    **Amazon vs Uber ?**

    Uber a beau être devenu le symbole du capitalisme de plateforme dans ses pires aspects, c’est de loin le moins redoutable des acteurs de « l’ubercapitalisme » tant sur le plan commercial que social. Uber, sans surprise, a du mal à rester la tête hors de l’eau.

    A lire sur les Numériques // Procès Waymo / Uber : accord à l’amiable à 245 millions de dollars
    (https://www.lesnumeriques.com/voiture/proces-waymo-uber-accord-a-amiable-a-245-millions-dollars-n71387.html)

    A lire sur Next Impact // Le million ! Uber prend deux amendes des CNIL britannique et néerlandaise
    (https://www.nextinpact.com/brief/le-million—uber-prend-deux-amendes-des-cnil-britannique-et-neerlandaise-6775.htm)

    A lire sur Le Big Data // Uber : la CNIL inflige une amende de 400 000 € pour fuite de données
    (https://www.lebigdata.fr/uber-cnil-amende)

    A lire sur le Journal du Net // Carte : Uber attaqué par ses concurrents étrangers
    (https://www.journaldunet.com/economie/automobile/1208574-carte-monde-vtc-uber-concurrents-didi-grab-yandex/)

    A lire sur Frenchweb // Careem, le rival d’Uber au Moyen-Orient, débloque plus de 150 millions de dollars pour développer son service de livraison
    (https://www.frenchweb.fr/careem-le-rival-duber-au-moyen-orient-debloque-plus-de-150-millions-de-dollars-pour-developper-son-service-de-livraison/342810)

    A lire sur l’Usine digitale // Lyft devance Uber dans leur course à une entrée en bourse
    (https://www.usine-digitale.fr/article/lyft-devance-uber-dans-leur-course-a-l-entree-en-bourse.N779869)

    A lire sur Zone de bourse // L’effet Uber ne suffira pas à doper les IPO en 2019
    (https://www.zonebourse.com/TENCENT-MUSIC-ENTERTAINME-47515600/actualite/L-effet-Uber-ne-suffira-pas-a-doper-les-IPO-en-2019-27773149/)

    A lire sur l’Express Live // 12 raisons pour lesquelles Uber est une grosse bulle
    (https://fr.express.live/2018/12/10/12-raisons-pour-lesquelles-uber-est-une-grosse-bulle)

    Considérant les liens entre Uber et le Groupe Alphabet (via Waymo), on peut se demander combien de temps il faudra pour qu’Amazon s’attaque à lui. Sans doute le temps nécessaire à l’entrée en service des voitures autonomes.

    **Amazon (+Facebook) vs Google(+ Uber)**

    Dans sa guerre corporatiste contre Google, les supermarchés et les échoppes, Amazon reçoit le soutien de Facebook par des moyens inavouables.

    A lire sur le Huffington Post // Facebook a laissé Netflix et Amazon accéder aux données de ses utilisateurs pendant des années
    (https://www.huffingtonpost.fr/2018/12/19/facebook-a-laisse-netflix-et-amazon-acceder-aux-donnees-de-ses-utilisateurs-pendant-des-annees_a_23622861/)

    **Les Etats vs GAFA**

    Les Etats ne font pas grand-chose. Le Danemark avait envoyer un « ambassadeur » auprès d’eux. D’autres tentent de tirer des marrons fiscaux du feu.

    A lire sur le site de la RTBF // L’Autriche va introduire une « taxe GAFA », à la suite de la France
    (https://www.rtbf.be/info/medias/detail_l-autriche-va-introduire-une-taxe-gafa-a-la-suite-de-la-france?id=10107704)

  2. But Lorenz in 60th told us that to be precise but not so, I Think to be innovative we should have more than a « The Flywheel – volant d’inertie ». Something generating absurdity! the biggest risk is to escape a Darwinian progress, and to be very good but not better. I mean not to cross the border. And we need it.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.