Skip to content

Un robot réussit l’examen de licence médicale

D’après des sources locales, Xiaoyi, un robot chinois alimenté par une intelligence artificielle, aurait passé avec succès les examens de licence médicale du pays. Cela s’inscrit dans la volonté manifeste de la Chine d’utiliser l’intelligence artificielle pour améliorer l’efficacité de ses industries.

Les experts s’entendent généralement sur le fait que, pour qualifier l’intelligence artificielle de réellement intelligente (d’un niveau comparable à celui de l’intelligence humaine), les agents de l’intelligence artificielle doivent passer un certain nombre de tests avec succès. Pendant que l’on s’y affaire, les intelligences artificielles ont été occupées à passer d’autres types de tests.

Par exemple, Xiaoyi, un robot chinois doté d’intelligence artificielle, a récemment passé avec succès l’examen national de licence médicale, devenant le tout premier à y parvenir. Et loin de se contenter de la note passage, il a obtenu 456 points, soit 96 de plus que nécessaire.

Xiaoyi, développé par iFlytek, une importante société d’intelligence artificielle chinoise, a été conçu pour recueillir et analyser les informations des patients. La société a démontré que leur robot disposait également du savoir-faire médical requis pour être praticien agréé.

Le quotidien local China Daily note que tout cela s’inscrit dans le cadre de la campagne du pays en faveur d’une plus grande intégration de l’intelligence artificielle dans un certain nombre d’industries, y compris les soins de santé et l’électronique grand public. La Chine est déjà un concurrent de premier plan sur la scène mondiale dans le domaine de l’intelligence artificielle, surpassant les États-Unis sur le plan de la recherche et espérant devenir chef de file de l’intelligence artificielle d’ici 2030. La détermination du pays, poussée par la prise de conscience que l’intelligence artificielle est le nouveau champ de bataille du développement international, pourrait placer les États-Unis derrière la Chine dans cette course à l’échelle mondiale.

iFlytek espère voir Xiaoyi assister les médecins humains afin d’améliorer l’efficacité des traitements. « Nous lancerons officiellement le robot en mars 2018 », a déclaré Liu Qingfeng, président d’iFlytek, au China Daily. « Il n’a pas été conçu pour remplacer les médecins, mais plutôt pour favoriser une meilleure coopération humain-machine en vue d’accroître l’efficacité. »

Plus concrètement, iFlytek espère utiliser l’intelligence artificielle pour améliorer le traitement du cancer et aider à la formation des médecins généralistes, dont la Chine a grandement besoin. « Il y a une grave pénurie d’omnipraticiens dans les zones rurales de Chine », ajoute Qingfeng. « Nous espérons que l’intelligence artificielle pourra aider plus de gens à bénéficier de ressources médicales de qualité. »

Les experts prédisent que la Chine mettra au point les premiers surhommes génétiquement améliorés

traduction Mathieu Lepage

Chinadaily, ZME Science

Laisser un commentaire

Shares