Skip to content

D’après les auteurs de “l’Effet Télomère”, nous avons le pouvoir d’allonger notre espérance de vie

The Telomere Effect A Revolutionary Approach to Living Younger, Healthier, Longer by Dr. Elizabeth Blackburn, Dr. Elissa Epel A groundbreaking book coauthored by the Nobel Prize winner who discovered telomerase and telomeres' role in the aging process and the health psychologist who has done original research into how specific lifestyle and psychological habits can protect telomeres, slowing disease and improving life. Have you wondered why some sixty-year-olds look and feel like forty-year-olds and why some forty-year-olds look and feel like sixty-year-olds? While many factors contribute to aging and illness, Dr. Elizabeth Blackburn discovered a biological indicator called telomerase, the enzyme that replenishes telomeres, which protect our genetic heritage. Dr. Blackburn and Dr. Elissa Epel's research shows that the length and health of one's telomeres are a biological underpinning of the long-hypothesized mind-body connection. They and other scientists have found that changes we can make to our daily habits can protect our telomeres and increase our health spans (the number of years we remain healthy, active, and disease-free). THE TELOMERE EFFECT reveals how Blackburn and Epel's findings, together with research from colleagues around the world, cumulatively show that sleep quality, exercise, aspects of diet, and even certain chemicals profoundly affect our telomeres, and that chronic stress, negative thoughts, strained relationships, and even the wrong neighborhoods can eat away at them. Drawing from this scientific body of knowledge, they share lists of foods and suggest amounts and types of exercise that are healthy for our telomeres, mind tricks you can use to protect yourself from stress, and information about how to protect your children against developing shorter telomeres, from pregnancy through adolescence. And they describe how we can improve our health spans at the community level, with neighborhoods characterized by trust, green spaces, and safe streets. THE TELOMERE EFFECT will make you reassess how you live your life on a day-to-day basis. It is the first book to explain how we age at a cellular level and how we can make simple changes to keep our chromosomes and cells healthy, allowing us to stay disease-free longer and live more vital and meaningful lives.

The Telomere Effect
A Revolutionary Approach to Living Younger, Healthier, Longer
by Dr. Elizabeth Blackburn, Dr. Elissa Epel
A groundbreaking book coauthored by the Nobel Prize winner who discovered telomerase and telomeres’ role in the aging process and the health psychologist who has done original research into how specific lifestyle and psychological habits can protect telomeres, slowing disease and improving life.
Have you wondered why some sixty-year-olds look and feel like forty-year-olds and why some forty-year-olds look and feel like sixty-year-olds? While many factors contribute to aging and illness, Dr. Elizabeth Blackburn discovered a biological indicator called telomerase, the enzyme that replenishes telomeres, which protect our genetic heritage. Dr. Blackburn and Dr. Elissa Epel’s research shows that the length and health of one’s telomeres are a biological underpinning of the long-hypothesized mind-body connection. They and other scientists have found that changes we can make to our daily habits can protect our telomeres and increase our health spans (the number of years we remain healthy, active, and disease-free).
THE TELOMERE EFFECT reveals how Blackburn and Epel’s findings, together with research from colleagues around the world, cumulatively show that sleep quality, exercise, aspects of diet, and even certain chemicals profoundly affect our telomeres, and that chronic stress, negative thoughts, strained relationships, and even the wrong neighborhoods can eat away at them.
Drawing from this scientific body of knowledge, they share lists of foods and suggest amounts and types of exercise that are healthy for our telomeres, mind tricks you can use to protect yourself from stress, and information about how to protect your children against developing shorter telomeres, from pregnancy through adolescence. And they describe how we can improve our health spans at the community level, with neighborhoods characterized by trust, green spaces, and safe streets.
THE TELOMERE EFFECT will make you reassess how you live your life on a day-to-day basis. It is the first book to explain how we age at a cellular level and how we can make simple changes to keep our chromosomes and cells healthy, allowing us to stay disease-free longer and live more vital and meaningful lives.

La biologiste moléculaire Elizabeth Blackburn, en collaboration avec 2 autres chercheurs, a reçu le Prix Nobel de médecine (en 2009) pour ses travaux sur les télomères – des structures situées aux extrémités des chromosomes et qui jouent un rôle clé dans le processus de vieillissement des cellules. Mais elle reste frustrée de constater que d’importantes implications de ses travaux en matière de santé ne sortent pas du cadre académique.

Elle a donc décidé, avec la collaboration de la psychologue Elissa Epel, de publier ses découvertes dans un nouvel ouvrage destiné à une large audience. Sa démarche : faire état d’une expérience scientifique afin d’encourager les lecteurs à respecter leurs résolutions de début d’année telles que ne pas fumer, manger sainement, dormir suffisamment, pratiquer une activité sportive, et limiter le stress.

Le message principal de “l’Effet Télomère”, publié mardi, est que vous avez plus de contrôle sur votre propre vieillissement que vous le pensiez. En se fondant sur l’étude de milliers d’articles, l’auteur déclare que nous pouvons rallonger nos télomères (et peut-être notre durée de vie) en suivant des conseils sensés en matière de santé.

“Les télomères nous écoutent, ils sont attentifs à notre comportement et à notre état d’esprit” affirme Blackburn, Présidente du Salk Institute for Biological Studies à La Jolla en Californie.

Les télomères sont situés à l’extrémité des brins d’ADN, comme les petits capuchons qu’on observe au bout des lacets de chaussures. Le stress causé par une vie surmenée réduit la longueur de ces capuchons, ce qui accroît les chances que les cellules cessent de se diviser et meurent.

Selon les deux scientifiques, une trop grande quantité de ces cellules sénescentes accélère le vieillissement chez l’humain. Cela n’engendre pas de maladie particulière. Mais les recherches suggèrent que cela accroît le potentiel de chacune de nos cellules de développer des anomalies latentes. Par conséquent, si vous avez un terrain favorable aux problèmes cardiaques, vous aurez plus de chances de voir apparaître ce problème en étant jeune si vos télomères sont raccourcis, confie Epel, Directrice de l’University of California, San Francisco’s Aging, Metabolism and Emotions Center.

Epel rajoute que « nous pouvons atteindre un nouveau niveau de spécificité et informer les gens plus précisément grâce aux clés mises en évidence par l’étude des télomères : quel type d’exercice influence les longs télomères, quelle nourriture, quels aspects du sommeil ».

D’autres chercheurs dans le domaine font l’éloge des efforts considérables fournis par Blackburn et Epel pour rendre la recherche sur les télomères plus pertinente auprès du grand public. Certains chercheurs, quant à eux, alertent sur le fait que de telles affirmations pourraient donner une image ultra simplifiée de la science.

« Je pense qu’il est très difficile de prouver de façon concluante » que le style de vie peut avoir des effets sur la longueur des télomères et par conséquent sur la vie, déclare David Sinclair, généticien et spécialiste de l’anti-vieillissement à Harvard. « Mettre en évidence une action de cause à effet chez l’Homme est impossible, donc ces affirmations sont fondées sur des associations de résultats ».

Judith Campisi, experte du vieillissement cellulaire au Buck Institute for Research on Aging à Novato, en Californie, soutient que les travaux sous-jacents sont solides. « Si vous avez un régime alimentaire déplorable et que vous fumez, votre espérance de vie en sera forcément diminuée, ainsi que la longueur de vos télomères ».

Les cellules possédant des télomères courts ont plus de chance que les autres de devenir sénescentes et de produire des molécules à l’origine d’inflammations, qui, nous dit-elle, constituent un facteur de risque important dans toutes les maladies liées à l’âge. « Par conséquent, il existe bien un lien entre la longueur des télomères et l’espérance de vie », confie Campisi, « ce n’est juste pas l’unique formule magique, c’est tout ».

Le vieillissement intervient sous différentes formes au sein des cellules. Une personne peut ainsi posséder de nombreuses cellules âgées alors que ses télomères possèdent un aspect normal. « Si le vieillissement n’était que le fait des télomères, nous aurions trouvé une solution au problème du vieillissement depuis bien longtemps » conclue Campisi.

Elizabeth Blackburn (left) and Elissa Epel, authors of “The Telomere Effect.”

Elizabeth Blackburn (left) and Elissa Epel, authors of “The Telomere Effect.”

Lors d’un échange téléphonique depuis le bureau de son éditeur à New York, Blackburn a affirmé que la partie la plus intéressante de la recherche sur les télomères est qu’elle est quantifiable, donnant à chacun des conseils plus spécifiques que ceux que nos mères ont pu nous fournir pour nous sortir du canapé et faire du sport.

“Votre mère ne vous a pas dit si il était préférable que vous alliez courir un marathon chaque semaine ou que courir trois ou quatre fois par semaine suffisait ». La recherche sur les télomères suggère que pratiquer des sports à l’excès n’est pas forcément un moyen de vivre mieux et plus longtemps.

En outre, Blackburn déclare que ses travaux suggèrent que rallonger les télomères par voies médicamenteuses pourrait être dangereux, et que modifier son style de vie est bien plus sain que de prendre des médicaments.

Un fait surprenant de ces travaux : il n’est en réalité pas nécessaire de faire une bonne nuit de sommeil de huit heures pour prendre soin de ses télomères. Sept heures sont suffisantes si cela vous permet de vous sentir reposé. « Grâce à cela, plus personne n’aura besoin de rester au lit sous prétexte qu’il ou elle n’a pas eu ses huit heures de sommeil » ajoute Blackburn.

L’un des plus grands problèmes lorsqu’on étudie les télomères réside dans le fait qu’on mesure en général leur longueur dans les cellules sanguines. Mais il se peut que le foie vieillisse plus vite ou moins vite que le sang. Tout notre corps ne vieillit pas de la même façon, déclare Campisi.

En mesurant les télomères des cellules sanguines, « vous faites en réalité un bilan fonctionnel des cellules souches immunitaires » nous dit Matt Kaeberlein, qui étudie les bases moléculaires du vieillissement à l’Université de Washington. « Ce que cela peut en réalité nous fournir comme information est que le système immunitaire est peut-être très sensible à notre style de vie et aux facteurs environnementaux ».

Kaeberlein confie qu’il n’en est qu’aux prémices de la recherche sur les télomères, et reste sceptique quant à la valeur prédictive de la longueur des télomères.

“Il n’est pas évident du tout que les méthodes soient suffisamment précises quantitativement ou qu’elles aient un niveau de résolution suffisant pour permettre de conclure » affirme Kaeberlein. « Je pense qu’il est possible que ce soit un biomarqueur capable de prédire les résultats en matière de santé, mais je ne sais pas si je ferais suffisamment confiance à cette méthode pour dire à des personnes qu’elles devraient modifier leur mode de vie, juste en me fondant sur la longueur de leurs télomères » nous confie-t-il.

Sara Gottfried, elle, l’a fait. Gynécologue formée à Harvard et travaillant à Berkeley en Californie, elle a reconnu que les résultats d’un test de longueur de télomères suggérant que son organisme avant 20 ans de plus que son âge réel, avaient eu sur elle l’effet d’un électrochoc.

« C’était une expérience anecdotique intéressante » a déclaré Gottfried, pour qui cet examen a mené à la rédaction d’un ouvrage, qui sortira en mars, avec pour titre “Younger: A Breakthrough Program to Reset Your Genes, Reverse Aging, and Turn Back the Clock 10 Years”. « Cela m’a amenée à réfléchir aux moyens d’intervenir sur l’espérance de vie (nourriture, sommeil, sport, masse corporelle, stress) et réaliser à quel point nombre d’entre nous sommes en situation d’échec, ce qui, je pense, accélère le vieillissement ».

Traduction Virginie Bouetel

Stat News

Laisser un commentaire