Skip to content

EctoLife : La première installation d’utérus artificiel au monde

La première installation d’utérus artificiel au monde, EctoLife, sera capable de faire grandir 30 000 bébés par an. Elle s’appuie sur plus de 50 ans de recherches scientifiques révolutionnaires menées par des chercheurs du monde entier.

Cette nouvelle vidéo conceptuelle fait visiter l’usine d’utérus artificiels EctoLife, où des centaines de fœtus sont assis dans des capsules transparentes à température contrôlée et dotées d’un cordon ombilical pour recevoir de l’oxygène et des nutriments. Avoir une grossesse en dehors du corps – utérus artificiel, est un concept qui a déjà été imaginé dans « The Stork » en 2018.

Hashem Al-Ghaili, producteur de films et biotechnologue, a créé ce film réaliste pour lancer un débat sur ces technologies qui permettrait aux femmes ayant subi une ablation de l’utérus de pouvoir donner naissance, de réduire les naissances prématurées et de lutter contre le déclin de la population.

Le processus utiliserait la fécondation invitro, permettant aux parents de choisir « l’embryon le plus viable et génétiquement supérieur », qui peut également être génétiquement modifié pour personnaliser certaines caractéristiques, notamment la force physique et l’élimination des maladies héréditaires.

Bien que la vidéo ne soit qu’un concept, Al-Ghaili a déclaré qu’elle était basée sur « 50 ans de recherches scientifiques révolutionnaires menées par des chercheurs du monde entier » et que ce type de capsules d’accouchement pourraient être répandues dans « quelques décennies » à peine.

La vidéo ressemble à une publicité pour EctoLife, qui « permet aux couples infertiles de concevoir un bébé ».

L’installation comprend 75 laboratoires, chacun comportant jusqu’à 400 modules de croissance conçus pour reproduire les conditions réelles de l’utérus de la mère et comprenant des capteurs qui surveillent les fonctions vitales du bébé. Cela comprend le rythme cardiaque, la température et la saturation en oxygène.

Les capsules sont également équipées d’une caméra alimentée par une intelligence artificielle qui scanne en permanence le fœtus pour détecter d’éventuelles anomalies génétiques et surveiller le processus de croissance global.

Les parents reçoivent une application qui leur permet de suivre en direct les images de leur bébé à l’intérieur de la nacelle et d’afficher ses signes vitaux.

LIRE AUSSI 🔖  Transhumanisme : TechnoCalyps

La vidéo indique également que les parents peuvent enregistrer des messages qui seront diffusés dans l’utérus artificiel et créer des listes de lecture musicales pour leur bébé.

Si la vidéo est axée sur l’amélioration des taux de natalité, elle indique également que la ferme d’accouchement est destinée aux femmes qui craignent la grossesse en raison de la douleur et de la convalescence nécessaires après l’accouchement. Dites adieu à la douleur de l’accouchement et aux contractions musculaires », dit le narrateur de la vidéo.

EctoLife offre une alternative sûre et indolore qui vous aide à mettre au monde votre bébé sans stress ». Pour procéder à l’accouchement, les parents doivent appuyer sur un bouton situé sur la capsule. Le liquide amniotique est évacué de l’intérieur et l’utérus artificiel s’ouvre, permettant aux parents de tenir leur bébé pour la première fois.

EctoLife utérus artificiel

EctoLife utérus artificiel. Credit: Hashem Al-Ghaili

La vidéo, qui ressemble à une scène du film The Matrix de 1999, n’est qu’un concept pour le moment, mais elle pourrait être utilisée à l’avenir, car le monde est confronté à un déclin démographique.

Musk a déclaré que « la civilisation va s’effondrer » si la baisse des taux de natalité se poursuit lors d’un événement organisé par le Wall Street Journal en décembre 2021. Ce commentaire a été fait alors que la population mondiale s’élevait à 7,9 milliards d’habitants – elle a récemment atteint huit milliards – et le magnat de la technologie a prévenu que le monde avait un besoin urgent d’humains.

Les taux de natalité dans les pays développés sont en chute libre depuis des années, ce qui a tiré vers le bas le taux global. En 2020, une femme aura en moyenne deux enfants et demi, contre cinq il y a 50 ans.

Les taux sont encore plus bas au Royaume-Uni (1,74) et aux États-Unis (1,77). L’amélioration de l’éducation et de la contraception, ainsi que l’augmentation du nombre de femmes sur le marché du travail, seraient à l’origine de ces tendances inquiétantes.

LIRE AUSSI 🔖  Un projet d’œil bionique qui pourrait faire basculer l'humanité dans le transhumanisme

Les capsules d’accouchement seraient une alternative pour les couples infertiles et ceux qui hésitent à porter eux-mêmes un bébé.

La nouvelle vidéo peut donner l’impression d’une avancée, mais les utérus artificiels font l’objet de discussions au sein de la communauté scientifique depuis 1923, date à laquelle ils ont été présentés pour la première fois lors d’une conférence donnée par un biologiste anglais.

Puis en 1955, des scientifiques ont dévoilé le premier utérus artificiel breveté capable de faire grandir un fœtus. Cette conception comportait du liquide amniotique, une machine reliée au cordon ombilical, des pompes à sang, un rein artificiel et un chauffe-eau.

Les bébés sur mesure ne relèvent pas de la science-fiction, car les experts travaillent sans relâche pour perfectionner la procédure.

Des scientifiques chinois ont admis avoir modifié les gènes d’embryons humains pour la première fois en 2015, lorsqu’ils ont retouché le gène responsable de la β-thalassémie, un trouble sanguin potentiellement mortel, à l’aide d’une technique d’édition germinale connue sous le nom de CRISPR/Cas9.

La technologie CRISPR modifie avec précision des parties ciblées du code génétique.

Mais les chercheurs ont déclaré que leurs résultats révélaient de « sérieux obstacles » à l’utilisation de cette technique sur des embryons humains. Cette annonce a confirmé les rumeurs selon lesquelles certains chercheurs avaient mené des expériences génétiques éthiquement discutables.

Certains scientifiques ont réagi avec horreur à cette idée, craignant qu’elle ne soit utilisée à mauvais escient pour permettre aux parents de « sélectionner » les gènes qu’ils transmettront à leurs petits-enfants.


Articles à relire :

Sommes-nous à vingt années des bébés personnalisés ? Un monde où la procréation ne commence plus dans la chambre à coucher, mais plutôt dans une boîte de Pétri d’une clinique médicale ?

L’ère du sexe pour la reproduction touche à sa fin

1 Comment »

  1. Musk est en train de faire comme Bill Gates: il se mêle de démographie comme Gates s’improvise le roi du vax !! Que l’un reste dans l’automobile et l’autre les virus… d’ordinateurs !!! Marre de tous ces magiciens !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.