Skip to content

Northrop Grumman dévoile le bombardier nucléaire B-21 pour l’US Air Force

Northrop Grumman Corporation et l’US Air Force ont dévoilé au monde le bombardier B-21. Le B-21 rejoint la triade nucléaire en tant que force de dissuasion visible et flexible, conçue pour permettre à l’US Air Force de remplir des missions très complexes.

« L’équipe de Northrop Grumman développe et fournit une technologie qui fait progresser la science, se projette dans l’avenir et l’amène ici et maintenant », a déclaré Kathy Warden, directrice générale et présidente de Northrop Grumman. « Le B-21 définit une nouvelle ère technologique et renforce le rôle de l’Amérique qui consiste à assurer la paix par la dissuasion. »

Le B-21 constitue l’épine dorsale de l’avenir de la puissance aérienne américaine, à la tête d’une puissante famille de systèmes qui offre une nouvelle ère de capacités et de flexibilité grâce à l’intégration avancée des données, des capteurs et des armes. Ses capacités de sixième génération comprennent la furtivité, l’avantage informationnel et l’architecture ouverte.

« Même les systèmes de défense aériens les plus sophistiqués auront du mal à détecter le B-21 dans le ciel », a déclaré Le secrétaire à la Défense, Lloyd Austin.

Le B-21 est capable de travailler en réseau dans tout l’espace de combat, avec de multiples systèmes, et dans tous les domaines. Soutenu par un écosystème numérique tout au long de son cycle de vie, le B-21 peut évoluer rapidement grâce à des mises à niveau technologiques rapides qui fournissent de nouvelles capacités pour devancer les menaces futures.

« Avec le B-21, la US Air Force sera en mesure de dissuader ou de vaincre les menaces partout dans le monde », a déclaré Tom Jones, corporate vice president et président de Northrop Grumman Aeronautics Systems. « Le B-21 illustre la façon dont Northrop Grumman dirige l’industrie en matière de transformation numérique et d’ingénierie numérique, pour finalement offrir plus de valeur à nos clients. »

Bien que le B-21 ait été conçu pour être piloté par un humain ou pour voler sans pilote, l’Air Force n’a pas défini de plan ou de calendrier pour l’utilisation de l’appareil en tant qu’avion sans pilote. Andrew Hunter, le principal responsable des acquisitions de l’armée, a déclaré aux journalistes que la mise en service d’un avion avec équipage était « l’objectif principal ». Le B-21 devrait effectuer son premier vol en 2023.

Northrop Grumman unveils the B-21 Raider, a new high-tech stealth bomber developed for the U.S. Air Force, during an event in Palmdale, California, U.S., December 2, 2022. REUTERS/David Swanson

Voici 10 faits essentiels sur le bombardier nucléaire B-21 de Northrop Grumman :

Sixième génération. Le B-21 bénéficie de plus de trois décennies de technologie de frappe et de furtivité. Il représente la prochaine évolution de la flotte de bombardiers stratégiques de l’Air Force. Développé avec la nouvelle génération de technologie furtive, des capacités de mise en réseau avancées et une architecture de systèmes ouverte, le bombardier B-21 est optimisé pour un environnement de hautes menaces. Il jouera un rôle essentiel en aidant l’Air Force à remplir ses missions les plus complexes.

Furtivité. Northrop Grumman fait continuellement progresser la technologie, en utilisant de nouvelles techniques de fabrication et de nouveaux matériaux pour s’assurer que le B-21 puisse vaincre les systèmes anti-access et area-denial auxquels il sera confronté.

L’épine dorsale de la flotte. Le bombardier B-21 constitue l’épine dorsale de l’avenir de la puissance aérienne américaine. Le B-21 ouvrira une nouvelle ère de capacités et de flexibilité grâce à l’intégration avancée des données, des capteurs et des armes. Capable de délivrer des charges conventionnelles et nucléaires, le B-21 sera l’un des avions les plus efficaces dans le ciel, avec la possibilité d’utiliser un large éventail de munitions à distance de sécurité et d’attaque directe.

Un bombardier numérique. Le B-21 est un bombardier numérique. Northrop Grumman utilise le développement de logiciels agiles, des techniques de fabrication avancées et des outils d’ingénierie numérique pour contribuer à atténuer les risques de production du programme B-21 et permettre des pratiques de soutien modernes. Six B-21 Raider sont à différents stades de l’assemblage final et des tests dans l’usine de Northrop Grumman à Palmdale, en Californie.

Technologie Cloud. Northrop Grumman et l’Air Force ont démontré avec succès la migration des données des systèmes au sol du B-21 vers un environnement Cloud. Cette démonstration comprenait le développement, le déploiement et le test des données du B-21, y compris le jumeau numérique du B-21, qui soutiendra les opérations et le soutien du B-21. Cette infrastructure numérique robuste basée sur le cloud permettra d’obtenir un avion plus facile à entretenir et plus durable, avec une infrastructure moins coûteuse.

Architecture ouverte. Pour répondre à l’évolution de la menace, le B-21 a été conçu dès le premier jour pour être rapidement mis à niveau. Contrairement aux avions de la génération précédente, le B-21 ne fera pas l’objet de mises à niveau en bloc. Les nouvelles technologies, capacités et armes seront intégrées de manière transparente grâce à des mises à jour logicielles souples et à une flexibilité matérielle intégrée. Ainsi, le bombardier B-21 sera en mesure de faire face à l’évolution de la menace pendant les décennies à venir.

Une équipe nationale. Depuis l’attribution du contrat en 2015, Northrop Grumman a réuni une équipe nationale pour concevoir, tester et construire l’avion de frappe le plus avancé au monde. L’équipe B-21 comprend plus de 8 000 personnes de Northrop Grumman, de partenaires industriels et de l’Air Force. L’équipe est composée de plus de 400 fournisseurs répartis dans 40 États.

Maintien en service. L’accessibilité financière des opérations et de la maintenance à long terme est une priorité du programme B-21 depuis le début. En partenariat avec l’Air Force, l’équipe Northrop Grumman a fait de la maintenabilité une exigence aussi importante que la performance de la furtivité, afin de garantir des opérations et des résultats de maintien en condition opérationnelle plus abordables et prévisibles.

Portée mondiale. Le bombardier B-21 sera l’épine dorsale de la flotte des bombardiers américains et jouera un rôle essentiel dans le soutien de la stratégie de dissuasion stratégique des Etats-Unis. En plus de ses capacités avancées de frappe de précision à longue portée qui permettront aux commandants de combat de tenir en échec n’importe quelle cible, n’importe où dans le monde, il a également été conçu comme le composant principal d’une famille plus large de systèmes qui fourniront des capacités de renseignement, de surveillance et de reconnaissance, d’attaque électronique et de mise en réseau multi-domaines. Dans un environnement sécuritaire mondial dynamique, le B-21 apportera la flexibilité et la dissuasion indispensables à la sécurité des Etats-Unis et de leurs alliés.

Le B-21 Raider est nommé en l’honneur du raid Doolittle de la Seconde Guerre mondiale, lorsque 80 aviateurs, dirigés par le lieutenant-colonel James « Jimmy » Doolittle, et 16 bombardiers moyens B-25 Mitchell ont entrepris une mission qui a changé le cours de la Seconde Guerre mondiale. Les actions de ces 80 volontaires ont contribué à changer le cours des choses sur le théâtre du Pacifique. Ce raid a été le catalyseur d’une multitude de progrès futurs en matière de supériorité aérienne des États-Unis depuis la terre ou la mer. L’esprit courageux des Doolittle Raiders est l’inspiration derrière le nom du B-21 Raider.

1 Comment »

  1. Pour les non initiés, le raid de Doolittle visait deux objectifs. Premièrement, remonter le moral d’une Nation américaine humilée par le désastre de Pearl Harbor et terrifié par la perspective d’un débarquement japonais sur la Côte ouest. Deuxièmement, démontrer à l’Etat-major japonais que l’Archipel n’était pas sanctuarisé. L’appréhension des bombardements et, surtout, d’une invasion du Japon a entravé l’effort de guerre japonais en Insulinde et Océanie.

    Le B-21 est clairement un B-2 amélioré. Comme son ancêtre, il offre à l’USAF la possibilité de frapper n’importe quel point du globe, quel que soit sa couverture radar ou antiaérienne. A la différence des autres bombardiers stratégiques, il peut aussi être télécommandé et utilisé comme bombardier suicide. Il pourrait alors s’approcher du système A2/AD chinois, lancer des missiles contre les points vitaux avant d’être abattu par les missiles longue portée ennemis sans sacrifier des pilotes. Accessoirement, il étoffe le réseaux de capteurs et de noeud de communication sur lequel repose les réseaux de guerre infocentré américains.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%