La biométrie dans le top 5 des technologies émergentes

La biométrie a gagné deux places sur la liste du “Top 10 des technologies émergentes pour 2020” de la communauté des technologies émergentes de CompTIA, devançant la robotique et la blockchain pour prendre la cinquième place.

L’intelligence artificielle et la 5G seront les moteurs de la révolution technologique, selon le communiqué, et sont suivies par l’Internet des objets (IoT) et l’informatique sans serveur (ou serverless computing). La troisième édition présente les technologies émergentes qui offrent les possibilités les plus immédiates de nouvelles opportunités d’affaires et de revenus pour les entreprises technologiques.

“Des deux, l’IA va probablement avoir l’impact le plus important à court terme car elle est intégrée dans presque tous les systèmes logiciels et est utilisée dans l’automatisation des processus pour fabriquer des systèmes de plus en plus intelligents”, déclare John Rice, président de Think Channel et membre du Conseil exécutif de CompTIA. “L’effet de la 5G prendra un peu plus de temps à se manifester, mais son impact ne sera pas moindre, car elle offre la vitesse accrue et la latence réduite nécessaires pour donner aux autres technologies les bases dont elles ont besoin pour atteindre leur potentiel”.

La reconnaissance faciale devrait atteindre 10 milliards de dollars d’ici 2025

Le marché global de la reconnaissance faciale devrait croître encore plus rapidement, avec un taux de croissance annuel moyen de 18,84 %, passant de 3,54 milliards de dollars en 2019 à 9,99 milliards de dollars en 2025, grâce aux systèmes de vidéosurveillance et de détection des crimes, selon l’étude de marché Valuates.

Le rapport “Global Facial Recognition Software Market Report…” couvre l’impact de l’adoption de la biométrie faciale pour différentes applications, notamment les contrôles aux frontières, les implémentations de smartphones et les cas d’utilisation en entreprise. Il explore la répartition entre les systèmes 3D et 2D, ainsi que les marchés régionaux, dans lesquels l’Asie-Pacifique devrait connaître la plus forte croissance.

Selon un nouveau rapport de MarketsandMarkets, le taux de croissance du marché mondial de la reconnaissance faciale est de 17,1 % cette année. Les revenus passeront de 3,8 milliards de dollars en 2020 à 4,5 milliards l’année prochaine, selon le rapport “COVID-19 Impact on Facial Recognition Market…“.

La reconnaissance faciale basée sur le cloud devrait connaître les gains les plus importants, tandis que pour les projets gouvernementaux et de la défense, souvent liés au suivi COVID-19, la croissance sera la plus forte par rapport aux autres secteurs. Le rapport suggère que l’Asie-Pacifique connaîtra la plus forte croissance parmi les régions.

La reconnaissance des gestes est promise à une croissance énorme

Le rapport “Gesture Recognition in Consumer Electronics Market – Forecast (2020 – 2025)” d’IndustryARC prévoit un taux de croissance annuel moyen de 34,9 % entre 2018 et 2023, ce qui portera le marché à 4,85 milliards de dollars, les fabricants cherchant à améliorer l’ergonomie et la facilité d’utilisation de leurs produits.

Environ la moitié de cette croissance se situera dans la région Asie-Pacifique, et elle sera répartie entre les smartphones, les tablettes, les ordinateurs portables, les PC, les télévisions, les boîtiers décodeurs (settop box) et autres appareils. L’évolution des maisons intelligentes alimentées par des appareils connectés est considérée comme une opportunité de marché potentielle. Le rapport examine également les tendances du marché, les types de gestes, les types de capteurs et les leaders du marché.

Les capteurs d’empreintes digitales capacitifs et tactiles en tête du marché jusqu’en 2030

Un nouveau rapport de Prescient & Strategic Intelligence “Fingerprint Sensors Market Research Report…“, prévoit que le marché mondial des capteurs d’empreintes digitales connaîtra une forte croissance de 13,6 % entre 2020 et 2030, stimulée par la demande de projets du secteur public et de l’électronique grand public.

Comme pour la reconnaissance faciale, l’Asie-Pacifique devrait être la région avec le plus fort taux de croissance, bien que le marché américain devrait dépasser tous les marchés avec 2,4 milliards de dollars en 2030, sur la base d’un TCAC de 9,8 % sur la période de prévision.

Le secteur BFSI devrait connaître la croissance verticale la plus rapide du marché, en grande partie grâce à l’émergence des cartes de paiement biométriques et les capteurs de contact devraient continuer à générer des revenus plus élevés jusqu’en 2030, selon le rapport. Les capteurs capacitifs devraient également continuer à être le type de capteur le plus répandu.

La biométrie électronique grand public va doubler d’ici 2025

Selon un autre rapport, le marché de la biométrie grand public devrait approximativement doubler entre 2019 et 2025, passant de 4,17 à 8,27 milliards de dollars pour un TCAC de 12,08 %. Le rapport intitulé “Consumer Electronic Biometrics Market Research Report…” ventile le marché par capteur, application, utilisateur final et zone géographique, et détaille les principaux fournisseurs.

Un rapport de Mercator Advisory Group sur la biométrie : “Biometrics: Driven by Standardized Authentication, Adopted by Consumer” suggère entre-temps que la popularité croissante de l’authentification biométrique sur les appareils mobiles sera encouragée à se poursuivre par des réglementations telles que la directive PSD2 (Payment Services Directive 2 ou Directive sur les services de paiement DSP 2).

“L’authentification par la biométrie est rapidement adoptée par les consommateurs, parce que les fabricants ont permis son utilisation, et parce que la norme d’authentification créée par FIDO Alliance a augmenté la facilité avec laquelle les authentificateurs peuvent utiliser la biométrie mobile sur le web et diminuer les problèmes d’authentification pour les consommateurs”, commente David Nelyubin, analyste de recherche et co-auteur du rapport.

Authentification biométrique via un smartphone

Le marché de l’authentification biométrique avec les smartphones est examiné dans un rapport d’AE Research, incluant l’effet du COVID-19. Le rapport “Biometric Authentication for Smartphone Market Report” prévoit une croissance du secteur jusqu’en 2025, décrit les moteurs du marché et les principaux défis, et examine le marché par région, par type de produit et d’application, ainsi que les principaux acteurs.

Quand les humains deviennent des cyborgs

Propriété numérique et intégrité corporelle à l’ère des cyborgs humains

Lorsque les cyborgs humains seront dotés de pouvoirs surhumains, ils deviendront des machines de collecte de données avec tous leurs minuscules implants et capteurs, mais où iront ces données et à qui appartiendront-elles ?

Si la technologie devenait une extension de votre propre corps et vous donnait des pouvoirs surhumains, ne voudriez-vous pas savoir si vos capacités vous appartiennent réellement ?

Nous décodons le monde à travers nos cinq sens corporels. Ce que nous voyons, entendons, sentons, ressentons et goûtons entre dans les expériences sensuelles qui composent nos souvenirs, lesquels sont interprétés dans notre cerveau. Nous nous identifions à ces expériences. Elles constituent ce que nous sommes.

Mais que se passerait-il si ces expériences personnelles, ces souvenirs et ces moments intimes n’étaient pas uniquement les nôtres ? Et si un étranger vivait ces mêmes moments tout en sachant exactement ce que vous et moi pensions et ressentions ?

Bienvenue dans l’agenda transhumaniste où les cerveaux humains sont pucés, les corps humains remplis de capteurs, et où les données circulent comme une rivière vers une mer de serveurs auxquels vous n’avez pas accès.

Le dernier jour du World Economic Forum 2020, une discussion sur le thème “Quand les humains deviennent des cyborgs” a tenté d’aborder certaines grandes questions éthiques concernant l’intégrité corporelle et la propriété numérique des cyborgs.

Ilina Singh, professeur de neuroscience à Oxford, a déclaré à Davos que l’une des principales préoccupations des officiers militaires était le sentiment de propriété et celui de l’intégrité corporelle.

“Nous avons parlé à des officiers militaires du monde entier de leurs implants cérébraux”, a déclaré Singh.

“S’ils devaient avoir un implant rétinien qui améliorerait leurs capacités visuelles ou un implant cochléaire qui leur permettrait d’entendre à grande distance – quelles sont les questions éthiques qui se posent à eux ?

“Une question qui est vraiment intéressante est celle de l’intégrité corporelle”, a-t-elle ajouté.

Les officiers militaires étaient surtout préoccupés par des questions telles que :

Est-ce que je possède mon propre implant ?
Est-ce que mon implant fait partie de moi ?
Que se passe-t-il lorsque je quitte l’armée ?
Qui paie pour mon implant ?
Mon implant est-il retiré ?
Est-ce que je peux garder mon implant à vie ?
Mon implant est-il mis à niveau ? Qui paie pour cela ?

Ce type de questions provenant d’officiers militaires souligne que la propriété de l’implant et des données était très importante pour eux.

Biohacking : implant de puce sur scène pour créer un cyborg humain

“On commence à dépasser les limites quand on pense à l’amélioration et à l’augmentation”

Les questions de vie privée concernant l’accès aux pensées de l’utilisateur ou les questions de savoir qui serait réellement responsable des actions du soldat étaient absentes des priorités des officiers.

Il ne s’agissait pas non plus de savoir s’il était ou non éthique d’aller au-delà des utilisations médicales des implants et d’aller directement vers l’amélioration des capacités humaines.

Singh a ajouté que l’armée était un des principaux investisseurs dans les technologies BCI* “parce que ce sont les technologies qui sont considérées comme améliorant les capacités humaines de manière à protéger les soldats mais qui nous permettent de faire beaucoup plus que ce que nous pouvons déjà faire”.

* interface neuronale directe – abrégée IND ou BCI “brain-computer interface” ou encore ICM pour interface cerveau-machine, ou encore interface cerveau-ordinateur.

Alors que l’armée est optimiste quant aux BCI pour l’amélioration de la condition humaine, le président de l’Académie nationale de médecine, Victor Dzau, a déclaré aux élites de Davos que l’utilisation d’interfaces cerveau-ordinateur pour augmenter les humains au-delà de leurs capacités naturelles dépasse la ligne éthique.

“Je pense que vous êtes en terrain assez sûr lorsque vous utilisez ces technologies dans le but de guérir une maladie, de traiter une maladie ou au moins de remédier à un handicap”, a-t-il déclaré.

“Je pense que vous commencez à dépasser les limites quand vous pensez à l’amélioration et à l’augmentation.”

“Lorsque le cerveau humain et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont collectées”.

Outre l’éthique philosophique concernant la fusion des humains avec les machines, d’un point de vue juridique, les cyborgs humains seraient soumis aux lois existantes sur la protection de la vie privée car les cyborgs seraient essentiellement des machines de collecte de données.

L’avocat Ronaldo Lemos a déclaré à Davos que le corps humain serait rempli de capteurs qui collectent et envoient des données à des serveurs éloignés – que ce soit au Brésil, en Chine ou aux États-Unis.

“Quand vous améliorez le cerveau, quand vous remplissez le corps humain de capteurs, ces capteurs sont capables de collecter des données”, a déclaré Lemos.

“Mais l’infrastructure qui est utilisée pour collecter ces données, pour les partager, n’est pas vraiment une nouveauté.

“Si nos cerveaux sont connectés et que vous enregistrez, par exemple, ce que vous pensez, quelles zones de votre cerveau sont stimulées […] ce que vous ressentez, et ainsi de suite – ces données vont être stockées quelque part”, a-t-il ajouté.

Du point de vue de l’avocat, toute personne qui se ferait implanter une puce électronique dans le cerveau dans le futur pourrait un jour devoir fournir des conditions d’accord chaque fois qu’elle entre en contact avec un autre être humain parce que son corps pucé recueillerait des données sur cette autre personne 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

“Nous devenons des capteurs”, a déclaré Lemos, ajoutant : “Lorsque vous rencontrez une nouvelle personne et que vous lui serrez la main, devrez-vous signer une déclaration de confidentialité pour lui parler ?

“Lorsque le cerveau et le corps humain se remplissent de capteurs, des données sont recueillies.

“Et il existe une législation qui exige le consentement d’autres personnes pour collecter des données les concernant. Cela peut sembler un exemple fou, mais la loi l’exige déjà”.

Il a ajouté : “Nous pourrions craquer le code du cerveau humain à un moment donné […] Si nous craquons ce code, nous allons être des cibles beaucoup plus vulnérables pour la publicité, les fausses nouvelles, les campagnes de désinformation, la manipulation des postures politiques, etc.

“Nous parlons du contrôle politique et social des gens”

Le philosophe Lou Marinoff a dit un jour qu’une BCI peut être soit de la médecine, soit du poison.

“Cela remonte à l’ancien enseignement bouddhiste et à d’autres enseignements occidentaux, c’est soit de la médecine, soit du poison. Il peut être utilisé de l’une ou l’autre manière”, a-t-il déclaré.

“Si vous voulez apprendre une langue, il serait beaucoup plus facile de brancher la puce et ensuite de faire fonctionner ces neurones, d’absorber le vocabulaire, et probablement en un temps relativement court vous pourriez parler couramment le mandarin sans avoir à supporter toute la difficulté et la pratique.

“D’autre part,” a-t-il ajouté, “nous parlons du contrôle politique et social des gens”.

“C’est l’histoire d’horreur ultime – qui nous transforme tous en une colonie de fourmis, en gros. Et la dignité humaine, la liberté et toutes les choses auxquelles nous sommes censés attacher de la valeur sont mises à l’écart.

“Qui va contrôler l’IA, et que se passera-t-il si l’IA décide de prendre le relais ?

“Cela conduit à des scénarios qui, jusqu’à présent, avant cette révolution numérique, n’étaient que de la science-fiction, et qui sont maintenant réels, ou potentiellement réels.”

Avec les implants cérébraux qui envoient des données entre les humains et les machines, qui ou qu’est-ce qui tire réellement les ficelles derrière le rideau ?

Amazon envisage d’ouvrir un format de supermarché utilisant sa technologie Go dès 2020

Amazon s’apprête à utiliser sa technologie Go, un système de paiement en magasin sans caisse, dans de nouveaux formats de magasin, en y octroyant également une licence dès le premier trimestre 2020, rapporte Bloomberg.

La technologie Go est déjà déployée dans 21 magasins et permet aux consommateurs de saisir ce qu’ils veulent sans s’arrêter physiquement à la caisse.

On raconte que l’entreprise est en train de développer la technologie pour qu’elle puisse être utilisée dans les supermarchés et les kiosques, ce dernier pouvant être utilisé dans les centres commerciaux et les stades de sport, il se peut donc que Go aille au-delà du format des magasins de proximité que tous les magasins Amazon Go utilisent actuellement.

Si Amazon parvient à faire évoluer avec succès son format Go pour les supermarchés et à concéder sous licence cette technologie, il se positionnera au sommet du marché des caisses autonomes.

Un format de supermarché serait beaucoup plus grand que n’importe quel magasin Amazon ou d’autres prestataires de caisses autonomes qui ont été officiellement lancés à ce jour. Amazon viserait à pouvoir soutenir un magasin de 30 000 pieds carrés (2787 m2) avec cette expansion – beaucoup plus grand que le plus grand magasin Amazon Go d’une superficie d’environ 2 300 pieds carrés (214 m2).

Amazon et d’autres prestataires de caisses autonomes comme AiFi, Standard Cognition et Zippin n’ont pas encore ouvert de magasins de cette taille, ce serait donc une réalisation majeure pour Amazon. Pour ce faire, il devra s’assurer que son réseau de caméras et de capteurs puissent suivre tous les clients et les produits sélectionnés dans un magasin à la fois, ce qui peut s’avérer difficile dans un grand format comme un supermarché qui a des articles non uniformes comme des fruits et légumes.

Si Amazon déploie avec succès sa technologie Go dans une épicerie et peut l’offrir sous licence à d’autres détaillants, elle devrait avoir accès à une nouvelle source de revenus importante. Pour profiter de l’occasion, Amazon devrait être en mesure de moderniser les magasins tiers existants avec la technologie Go, ce qui peut être compliqué parce qu’il a construit ses magasins Go en ayant la technologie à l’esprit. Mais si c’est possible, d’autres détaillants pourraient être très intéressés à travailler avec lui afin d’offrir à leurs consommateurs des achats sans vérification physique et d’économiser sur les coûts de main-d’œuvre pour les caissiers.

Cela permettrait à Amazon d’accumuler potentiellement des revenus provenant des droits de licence ou d’obtenir une part des ventes réalisées grâce à sa technologie, d’autant plus qu’elle pourrait devancer les fournisseurs de technologie concurrents et offrir des solutions pouvant être déployées dans des magasins en direct, ce qui lui donnerait un avantage précieux en tant que premier venu.

L’ajout de nouveaux formats Amazon Go complique davantage le portefeuille en pleine expansion d’Amazon, ce qui pourrait dérouter les consommateurs. En plus de ses magasins Go, Amazon, propriétaire de Whole Foods, est sur le point d’ouvrir une épicerie distincte de Whole Foods, sans technologie Go, avec des librairies et plus encore.

Avec toutes ces offres, dont beaucoup sont sous la marque Amazon, les consommateurs peuvent ne pas savoir quels magasins utiliseront la technologie Go et lesquels ne le feront pas, ce qui peut semer la confusion et la frustration.

DARPA finance un ambitieux programme d’interface cerveau-machine

Contrôler les drones par la pensée

La U.S. Defense Advanced Research Projects Agency (DARPA) a officiellement financé un programme visant à mettre au point une interface cerveau-machine – sous la forme d’un casque d’écoute conçu pour permettre au personnel militaire de contrôler n’importe quoi, des “systèmes actifs de cyberdéfense” aux “essaims de véhicules aériens sans pilote” par la seule activité cérébrale, selon un communiqué.

L’agence espère qu’une telle interface facilitera l’exécution des tâches complexes par les membres du service et les aidera également à effectuer plusieurs tâches à la fois.

Communiquer par télépathie avec un essaim de drones

“Tout comme les membres du service portent un équipement de protection et tactique en prévision d’une mission, ils pourraient à l’avenir utiliser un casque contenant une interface neuronale, utiliser la technologie comme bon leur semble, puis mettre l’outil de côté lorsque la mission est terminée”, a déclaré le directeur du programme Al Emondi dans le communiqué de presse.

La DARPA a un calendrier ambitieux pour le casque. Premier point à l’ordre du jour : trouver un moyen d’enregistrer les signaux électriques dans le cerveau et de relayer l’information vers le tissu cérébral.

Une fois cela réglé, la DARPA espère transformer cette capacité en une interface cerveau-machine utile dans un contexte militaire, telle que le contrôle des essaims de drones. Espérons qu’il s’avère plus précis dans le contrôle des drones en combat actif que le drone à contrôle mental de 150 $ qui a frappé Kickstarter en mars.

IEEE Spectrum

Un réseau de neurones connecté à un cerveau humain

À l’avenir, certains chercheurs espèrent que les personnes qui perdent l’utilisation de leurs membres pourront contrôler des prothèses robotiques à l’aide d’interfaces cerveau-ordinateur.

Le problème est que les signaux cérébraux sont difficiles à décoder, ce qui signifie que les interfaces cerveau-ordinateur existantes qui contrôlent les membres robotiques sont souvent lentes ou maladroites. Mais cela pourrait changer.

Une équipe de médecins et de neuroscientifiques a publié un article dans la revue Nature Medicine sur une interface cerveau-ordinateur utilisant un réseau de neurones pour décoder les signaux cérébraux en mouvements précis à l’aide d’un bras robotique réaliste et contrôlé par l’esprit.

Interfaces cerveau-ordinateur : des fonds militaires pour contrôler les sentiments

Décodeur de cerveau

Les chercheurs ont pris les données d’un homme tétraplégique âgé de 27 ans à qui on avait implanté un réseau de microélectrodes dans son cerveau et ils les ont introduites dans une série de réseaux de neurones, qui sont des systèmes d’intelligence artificielle calqués sur les circuits de notre cerveau et qui excellent pour trouver des modèles dans de grands ensembles d’informations.

Après près de deux ans et demi d’entraînement, les réseaux de neurones ont permis d’identifier les signaux cérébraux liés à des commandes musculaires spécifiques et de savoir comment les transmettre au membre robotique.

Non seulement le réseau neuronal a-t-il permis au patient de déplacer le bras robotique avec une meilleure précision et moins de retard que les systèmes existants, mais il a même été meilleur lorsque les chercheurs l’ont laissé s’entraîner lui-même. En d’autres termes, le réseau neuronal a pu apprendre par lui-même quels signaux du cerveau correspondaient aux mouvements des bras de manière plus efficace sans aucune indication des chercheurs.

Grâce au réseau neuronal, le volontaire participant à l’expérience a pu saisir et manipuler trois petits objets avec la main robotique – une capacité facile à prendre pour acquise mais qui échappe souvent à ceux qui dépendent de prothèses pour naviguer dans la vie quotidienne.

MedicalXpress

L’intelligence artificielle pourrait détourner les interfaces cerveau-machine

Communiquer par télépathie avec un essaim de drones

Mind Control. Contrôle de la pensée

Les militaires facilitent plus que jamais l’éloignement des soldats des conséquences de la guerre. Lorsque la guerre des drones a éclaté, les pilotes pouvaient, pour la première fois, s’asseoir dans un bureau aux États-Unis et larguer des bombes au Moyen-Orient. Maintenant, un pilote peut tout faire, simplement en se servant de son esprit – pas besoin de mains.

Au début du mois, la division de recherche militaire de DARPA, a dévoilé un projet sur lequel elle travaillait depuis 2015 : une technologie qui permet à une personne de piloter plusieurs avions et drones avec son esprit.

“À ce jour, les signaux provenant du cerveau peuvent être utilisés pour commander et contrôler… pas seulement un avion, mais trois types d’aéronefs simultanés”, a déclaré Justin Sanchez, directeur du Bureau des technologies biologiques de la DARPA.

DARPA et l’initiative cérébrale

Le porte-parole de la DARPA a déclaré que cette interface cerveau-ordinateur (BCI brain-computer interface) utilise des électrodes implantées dans et sur les cortex sensoriels et moteurs du cerveau, l’expérimentation a été limitée aux volontaires présentant divers degrés de paralysie. C’est-à-dire que les personnes qui dirigeaient ces avions simulés avaient déjà des électrodes cérébrales, ou du moins, avaient déjà des raisons de subir une intervention chirurgicale.

Pour essayer de trouver comment rendre cette technologie plus accessible et ne pas nécessiter la pose chirurgicale d’une sonde métallique dans le cerveau des personnes, la DARPA a récemment lancé le programme de neurotechnologie non chirurgicale N3 (NExt-Generation Nonsurgical Neurotechnology). Le but est de créer un appareil avec des fonctionnalités similaires, mais il ressemblera plus à un casque EEG que le pilote peut retirer une fois la mission terminée.

“Le système N3 envisagé serait un outil que l’utilisateur pourrait utiliser pendant la durée d’une tâche ou d’une mission, puis mis de côté”, a déclaré Al Emondi, responsable de N3, selon le porte-parole. “Je n’aime pas les comparaisons avec une manette de jeu ou un clavier, car elles ne reflètent pas tout le potentiel de la technologie N3, mais elles sont utiles pour transmettre la notion de base d’une interface avec des ordinateurs.”

Defense One, Engadget, DARPA

→ pour allez plus loin : Program Announcement for Artificial Intelligence Exploration (AIE) ; DARPA : Accelerating the Exploration of Promising Artificial Intelligence Concepts

L’Homme augmenté, réflexions sociologiques pour le militaire
Éthique sur le champ de bataille dans un futur proche
Augmentation des performances humaines avec les nouvelles technologies : Quelles implications pour la défense et la sécurité ?

Étude prospective à l’horizon 2030 : impacts des transformations et ruptures technologiques sur notre environnement stratégique et de sécurité.

Les dernières avancées de l’intelligence artificielle

Différentes prédictions défrayent la chronique depuis maintenant quelques années à propos de l’émergence d’une intelligence artificielle dite forte (autonome et multidisciplinaire). Optimistes ou non, tous les commentateurs du phénomène s’accordent plus ou moins sur la supériorité de l’intelligence artificielle sur l’humain dans tous les domaines d’ici 30 à 200 ans. Selon les commentateurs chinois, l’autonomisation complète de l’intelligence artificielle interviendra d’ici 104 ans, tandis que les Américains l’estiment à 169 ans. En attendant, voici quelques actualités notables.

Puisant dans des bases de données gigantesques, des algorithmes sont déjà si complexes que certaines machines prennent des décisions que l’Homme ne peut pas expliquer à ce jour. Plus étonnant encore, certaines intelligence artificielle détectent lorsqu’un humain tente de modifier leur comportement et peuvent même tout faire pour s’opposer à l’acte s’il entre en conflit avec l’objectif initial de l’intelligence artificielle.

Le même jour, Alibaba et Microsoft ont annoncé que leurs intelligences artificielles respectives ont battu l’Homme sur un test de lecture de référence, avec un score de 82,44 pour Alibaba et de 82,65 pour Microsoft, contre 82,304 pour l’humain. Le test en question, le Stanford Question Answering Dataset, pose 100 000 questions fermées sans possibilité d’interprétation à partir de 500 articles de Wikipédia.

Des chercheurs de l’Université du Maryland ont mis au point le Deception Analysis and Reasoning Engine (DARE), une intelligence artificielle détectant automatiquement le mensonge dans des vidéos de procès. DARE a appris à détecter et analyser les micro-expressions humaines (lèvres saillantes, sourcils froncés, etc.) et les différentes fréquences de voix d’un individu pour constater s’il fabule ou non. À plus long terme, le programme vise explicitement à être utilisé par les services de renseignement pour « prédire le mensonge dans un environnement ouvert ».

Une intelligence artificielle détecte le mensonge

Selon le docteur Laurent Alexandre, le développement de la génomique, des neurosciences et des capteurs électroniques connectés surveillant la santé, vont bouleverser le domaine médical. Les milliards de données qui composeront notre dossier médical ne pourront être analysés que par des intelligence artificielle. Les deux groupes numériques les plus investis dans la santé sont IBM et Google, mais Microsoft, Facebook, Amazon et Baidu se sont également engagés très sérieusement dans le secteur (L’Express, 27/12/17).

Des chercheurs de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont réussi à créer des synapses artificielles. Il s’agirait d’une avancée déterminante et du dernier frein à l’accroissement de la puissance des intelligence artificielle. Un processeur basé sur un réseau neuronal imite le fonctionnement du cerveau humain en passant d’une transmission d’informations binaires (les processus informatiques actuels) à une liaison analogique (humaine). Cette découverte permettrait l’émergence de puces « neuromorphiques » pour traiter des millions de flux de calculs parallèles à l’instar du cerveau de l’Homme. Ces processeurs auront une puissance de calcul comparable à des supercalculateurs.

D’ici 2028, l’intelligence artificielle pourrait remplacer ou au moins assister les professeurs pour répondre aux difficultés de l’éducation et de l’enseignement dans les classes, selon le Forum Économique Mondial.

Qu’est-ce que la transformation numérique signifie vraiment ?

Le terme Internet des Objets ou Internet of Things est souvent indéfini, ou est défini très différemment par différents experts. Voici ce qu’est la transformation numérique.

De nombreux articles ont été écrits et de nombreuses présentations ont été données lors de conférences sur la nécessité pour les entreprises de se transformer numériquement pour rester compétitives. Que signifie exactement “transformation numérique” ? De nombreux articles et conférenciers ne parviennent pas à définir le terme. Ils semblent supposer qu’il existe un accord commun, ce qui n’est pas le cas. Certains articles le définissent simplement comme l’utilisation de la technologie dans tous les domaines d’une entreprise pour améliorer les performances. Les entreprises le font depuis des années. Alors, quoi de neuf ici ?

La transformation numérique signifie briser le mur entre les systèmes informatiques et le monde réel. Cela permet aux entreprises d’appliquer la puissance de calcul, et éventuellement l’intelligence artificielle, à tous les aspects de leurs opérations, et pas seulement aux aspects numériques existants de leur activité.

Voici quelques exemples. Un détaillant vend des biens via un site Web. Il rassemble des informations numériques concernant les préférences des clients, la façon dont les clients naviguent sur le site, les volumes de vente, la vitesse de vente et bien d’autres facteurs. Il peut appliquer des applications informatiques et de l’intelligence artificielle pour prédire les ventes, et donc s’assurer que les articles sont expédiés dans l’entrepôt, et suggérer des articles que les clients pourraient aimer, en fonction de ce que les autres clients ont acheté.

Le même détaillant a 60% d’exactitude d’inventaire dans ses magasins, n’a presque aucun aperçu de ce que les clients regardent ou essayent, et fait un mauvais travail de réapprovisionnement des articles qui sont perdus, volés ou vendus. La transformation numérique donnerait à une entreprise la capacité de recueillir des données sur tous les aspects du fonctionnement des magasins, les niveaux d’inventaire et les préférences des clients, et d’appliquer des programmes informatiques identiques ou similaires aux activités en magasin qu’elle applique à l’activité en ligne. Lorsque la véritable transformation numérique est réalisée, la distinction entre les ventes en ligne et en magasin disparaît.

Les fabricants appliquent des technologies informatiques à l’usine depuis des années. La plupart des grands fabricants ont un certain type de logiciel d’exécution de fabrication, mais jusqu’ici, la plupart des données qui entrent dans ces systèmes sont entrées par des ouvriers. Les informations relatives à la demande, par exemple, peuvent provenir d’autres systèmes, mais les données de vente ont probablement été saisies manuellement ou agrégées à partir des données saisies par les commerciaux.

Les systèmes utilisés ces jours-ci n’ont pas la capacité d’être automatiquement mis à jour lorsque les matières premières arrivent, ou si elles n’arrivent pas à temps. Ils ne savent pas où se trouve une pièce particulière ou un bac dans l’usine, de sorte que les systèmes informatiques ne peuvent pas être appliqués pour mieux gérer les mouvements des pièces ou des bacs de matières premières.

L’IoT dans la chaîne d’approvisionnement

Airbus a passé des années à numériser ses usines en utilisant la RFID pour améliorer la visibilité de la chaîne d’approvisionnement. La technologie RFID peut optimiser la performance globale de la chaîne d’approvisionnement en se concentrant sur l’aspect de la visibilité de la chaîne d’approvisionnement. Les directeurs d’usine d’Airbus peuvent non seulement regarder le sol et voir, en temps réel, les problèmes à traiter, mais ils peuvent également recevoir des rapports sur tous les aspects des opérations de l’usine sans effort intense de collecte manuelle de données. De plus, ils peuvent obtenir un rapport indiquant quels appareils sont au bon endroit, quels travailleurs livrent les articles au mauvais endroit plus souvent que d’autres, lesquels livrent les pièces en retard et ainsi de suite.

Faire tomber le mur entre les systèmes numériques et le monde réel (systèmes analogiques, si vous voulez) crée des opportunités pour améliorer la façon dont une entreprise fait des affaires de manière nouvelle et passionnante. Cela procure un véritable avantage concurrentiel, et c’est pourquoi beaucoup d’analystes et de consultants croient que les entreprises qui n’effectuent pas ces efforts – ou qui le font de façon inefficace – ne seront plus là dans cinq ou dix ans.

L’adoption de la technologie RFID est la clé d’une transformation numérique réussie pour la plupart des entreprises.

L’IoT dans la chaîne d’approvisionnement

Anticiper les exigences du futur

Comment la RFID et l’Internet des objets permettent-ils d’intégrer le concept de chaîne d’approvisionnement dans le futur ?

L’avenir est certainement prometteur pour la chaîne d’approvisionnement connectée à l’Internet des objets. On s’attend à ce que le secteur explose au cours des prochaines années, passant de 2 milliards d’objets en 2006 à 200 milliards d’ici 2020. Ce sera environ 26 objets intelligents pour chaque être humain sur Terre!

Presque toutes les industries ont bénéficié de l’intégration IoT. Les dispositifs optimisés aident considérablement à augmenter l’efficacité de la chaîne d’approvisionnement. Selon un rapport d’IDC et de SAP, la plupart des industries seront en mesure d’augmenter de manière mesurable la productivité d’un impressionnant 15 %. Voici comment l’IoT apporte le concept même de la chaîne d’approvisionnement dans le futur.

Mesurer les commandes d’inventaire

Les dispositifs IoT dans les entrepôts ont la capacité de fournir aux gestionnaires d’inventaire une mesure incroyablement précise de la demande. De nombreux fabricants utilisent la puissance de la technologie RFID pour suivre les articles qui quittent les rayons ou se déplacent vers un autre emplacement. L’identification par radiofréquence (RFID) utilise des étiquettes qui sont analysées par les appareils connectés pour identifier les articles individuels et suivre leurs emplacements.

Certaines entreprises sont allées jusqu’à intégrer des caméras pour enregistrer des données et obtenir des résultats encore plus précis en matière de gestion des stocks. Thomas Pink, un détaillant de vêtements de luxe, a récemment conclu un partenariat avec une entreprise de technologie qui utilise des caméras pour mesurer et interpréter les données d’inventaire. Ces caméras sont reliées aux étiquettes RFID sur chaque vêtement, de sorte que tout mouvement déclenche l’action des caméras. En utilisant des caméras dans les points de vente au détail, l’entreprise peut suivre visuellement les mouvements et l’utilisation de chaque article, afin que les directeurs de magasin savent exactement quels secteurs doivent être réapprovisionnés pour les commandes futures.

Les détaillants améliorent l’expérience client avec l’IoT

Suivi des expéditions

La plupart des plus grands noms de la logistique utilisent aujourd’hui des dispositifs IoT pour fournir un suivi et un calendrier de livraison très précis. Cisco et DHL ont tous deux estimé que la mise en œuvre de ces systèmes a généré une valeur économique de près de 2 000 milliards de dollars pour les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Ce type de technologie fournit une assurance pour les expéditions importantes ou coûteuses, car les expéditeurs peuvent obtenir des informations en temps réel sur l’emplacement exact d’un colis. Cela aide également les entreprises à se tenir au courant des échéances et des articles expédiés. La précision des systèmes IoT permettra aux chaînes d’approvisionnement de répondre à des demandes toujours croissantes. D’ici 2018, le transport maritime mondial devrait augmenter de 20 %. Les systèmes de suivi IoT joueront certainement un rôle important dans l’avenir de la logistique à travers le monde.

Optimisation de l’itinéraire

En utilisant les données en temps réel sur le terrain, de nombreuses entreprises manufacturières sont en mesure d’optimiser les routes maritimes avec une efficacité accrue. Les services de données météorologiques fournissent des informations en temps réel sur d’éventuelles fermetures de routes ou retards. La technologie peut également déterminer la demande de matériaux spécifiques aux conditions météorologiques à divers endroits et au moment où ils sont nécessaires.

L’utilisation de périphériques connectés pour la gestion du parc automobile réduit considérablement le temps nécessaire pour acheminer des commandes d’un entrepôt à leur destination. UPS utilise son système ORION pour optimiser les itinéraires de ses camions en fonction des informations de trafic recueillies par les appareils IoT. Cela a permis à l’entreprise d’économiser 10 millions de gallons de carburant en une seule année, et environ 400 millions de dollars au total.

Assurer la qualité du produit

Lorsqu’il s’agit de denrées périssables, tels que de la nourriture, des médicaments ou des produits chimiques, il est nécessaire de maintenir un bon contrôle de la température en cours de route. En fait, près de la moitié de tous les produits américains sont perdus en raison de problèmes de qualité liés au contrôle de la température. L’utilisation de dispositifs IoT pour réguler les températures dans les conteneurs d’expédition est essentielle pour réduire la perte de produit. Identiv a annoncé son nouveau système de capteurs en janvier 2017, qui permet aux gestionnaires de contrôler la température directement à partir de leurs smartphones via des tags connectés et des services cloud.

Dans un autre exemple de contrôle de qualité, AT&T propose désormais des conteneurs d’expédition et de suivi de remorque pour assurer la bonne manutention des expéditions, car ses appareils mesurent tout, du mouvement aux chocs, en passant par l’humidité et la pression.

Prédire et prévenir les problèmes

De nouvelles percées permettent aux appareils IoT de prédire l’avenir, du moins en ce qui concerne les problèmes mécaniques. Tout comme les médecins utilisent des stéthoscopes et des appareils à ultrasons pour diagnostiquer les problèmes, ces appareils connectés utilisent des mesures acoustiques et de vibrations pour identifier les zones de faiblesse. À l’aide de capteurs de vibrations et d’ondes ultrasoniques, le dispositif Auguscope envoie les informations à un système d’algorithmes qui prédit les défaillances possibles.

Ces informations détaillées peuvent permettre d’économiser des millions de dollars en termes d’équipement, tout en assurant un environnement de travail plus sûr.

En ce qui concerne l’action sur les prédictions, l’IoT ne peut qu’aider le processus. Les détails et l’exécution les plus subtils se résument tous aux systèmes internes, ainsi qu’à la prise de décision humaine. Pour les entreprises qui utilisent le facteur temps ou effectuent des opérations critiques dépendant des périphériques IoT, l’intégration avec un outil SaaS (Software as a Service) de gestion de projet serait d’une aide précieuse. Les logiciels de collaboration et de planification des tâches comme Workzone permettront de maintenir plusieurs équipes et départements sur la même page, en associant les rôles aux processus et tâches, afin que rien ne se perd dans ces transpositions.

Trois façons de maximiser les budgets de l’IoT

L’analytique pour un meilleur avenir

Le monde de l’IoT collecte constamment des informations et des données. En fait, 71 pour cent des entreprises collectent actuellement des informations analytiques à partir de leurs appareils IoT pour alimenter les futures initiatives. Qu’il s’agisse de mesurer les avantages de retour sur investissement ou d’éliminer les faiblesses, l’enregistrement et la mesure des informations analytiques ouvre la voie à un avenir meilleur.

Étant donné que les appareils IoT ont la capacité de suivre toutes sortes de données, il peut sembler presque impossible de trier les chiffres et les rapports sans une formation adéquate des analystes et des cadres supérieurs. Zeolearn propose de multiples cours en ligne qui vont des bases de l’IoT, couvrant la gestion, la programmation et le testing, à la formation analytique des données, en mettant l’accent sur l’analyse prédictive, que chaque organisation orientée IoT doit maîtriser.

L’intégration d’appareils connectés à l’IoT a provoqué une révolution virtuelle dans d’innombrables catégories. Avec une utilisation appropriée, les gestionnaires peuvent prédire avec précision les besoins futurs de leur chaîne d’approvisionnement dans tous les domaines. Avec les données analytiques que ces appareils peuvent fournir, les possibilités d’améliorations futures sont imminentes.

L’intelligence artificielle et l’internet des objets sont essentiels pour les entreprises d’aujourd’hui, selon un sondage

Pratik Dholakiya est le fondateur de Growfusely, une agence de marketing de contenu spécialisée dans l’optimisation du contenu et des données (SEO).

Traduction Thomas Jousse

RFID Journal