Skip to content

Des scientifiques créent les premiers embryons synthétiques

Des chercheurs ont créé les premiers embryons synthétiques au monde dans le cadre d’un essai novateur qui a permis d’éviter le recours au sperme, aux ovules et à la fécondation.

Les scientifiques de l’Institut Weizmann en Israël ont découvert que des cellules souches de souris pouvaient s’auto-assembler en structures embryonnaires précoces dotées d’un tractus intestinal, des prémices d’un cerveau et d’un cœur qui bat.

Appelées embryons synthétiques parce qu’ils sont créés sans ovules fécondés, ces structures vivantes devraient, à court terme, permettre de mieux comprendre comment les organes et les tissus se forment au cours du développement des embryons naturels.

Toutefois, les chercheurs estiment que ces travaux pourraient également réduire l’expérimentation animale et ouvrir la voie à de nouvelles sources de cellules et de tissus pour les transplantations humaines. Par exemple, les cellules de la peau d’un patient atteint de leucémie pourraient être transformées en cellules souches de moelle osseuse pour traiter sa maladie.

« De manière remarquable, nous montrons que les cellules souches embryonnaires génèrent des embryons synthétiques entiers, ce qui signifie que cela inclut le placenta et le sac vitellin entourant l’embryon », a déclaré le professeur Jacob Hanna, qui a dirigé les travaux. « Nous sommes vraiment enthousiasmés par ce travail et ses implications ». Les travaux ont été publiés dans la revue Cell.

LIRE AUSSI 🔖  Les scientifiques travaillent pour créer de l'ADN humain synthétique

Hanna a déclaré que les embryons synthétiques n’étaient pas de « vrais » embryons et n’avaient pas le potentiel de se développer en animaux vivants. Il a fondé une société appelée Renewal Bio qui vise à cultiver des embryons synthétiques humains afin de fournir des tissus et des cellules pour des conditions médicales.

« En Israël et dans de nombreux autres pays, tels que les États-Unis et le Royaume-Uni, c’est légal et nous avons l’approbation éthique de le faire avec des cellules souches pluripotentes induites par l’homme. Cela constitue une alternative éthique et technique à l’utilisation d’embryons », a déclaré Hanna.

Le Dr James Briscoe, chef de groupe principal au Francis Crick Institute à Londres, qui n’a pas participé à la recherche, a déclaré qu’il était important de discuter de la meilleure façon de réglementer les travaux avant de développer des embryons synthétiques humains.

« Les embryons humains synthétiques ne sont pas une perspective immédiate. Nous en savons moins sur les embryons humains que sur les embryons de souris et l’inefficacité des embryons synthétiques de souris suggère que la transposition des résultats à l’homme nécessite des développements supplémentaires », a déclaré Briscoe.

Mais, il ajoute : « Le moment est venu d’examiner le meilleur cadre juridique et éthique pour réglementer la recherche et l’utilisation des embryons synthétiques humains et de mettre à jour la réglementation actuelle. »

LIRE AUSSI 🔖  Qu'est-ce que la biologie synthétique ?

Dans un entretien accordé à StatNews, le professeur Paul Tesar, généticien à la Case Western Reserve University, a déclaré que plus les scientifiques poussent les embryons dérivés de cellules souches à avancer dans leur développement, plus les embryons synthétiques et naturels sont amenés à se confondre.

« En tant que scientifiques et en tant que société, nous devons nous rassembler pour décider où se trouve la limite et définir ce qui est éthiquement acceptable. »

La création d’embryons humains « synthétiques » n’entre pas dans le cadre juridique de la loi britannique sur la fécondation et l’embryologie humaines, mais il serait illégal de les utiliser pour établir une grossesse chez une femme, car ils ne sont pas considérés comme des « embryons autorisés ».

Live Science, The Washington Post

1 Comment »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.