Skip to content

EmotionTrac : Reconnaissance des émotions pour sélectionner les jurés

EmotionTrac analyse les expressions faciales en temps réel

Les logiciels de reconnaissance faciale prennent de plus en plus de place dans la vie quotidienne. La police l’utilise pour enquêter sur les crimes. Les smartphones et les ordinateurs l’utilisent pour sécuriser les données. Les entreprises l’utilisent pour fournir des solutions et des expériences plus personnalisées et ciblées à leurs clients. Même les examinateurs du barreau l’ont utilisé pour effectuer des tests à distance pendant la pandémie de COVID-19.

Mais cette technologie est controversée et n’est pas exempte de critiques. Des questions subsistent quant à sa précision, notamment en ce qui concerne la reconnaissance des visages des minorités. Plusieurs villes ont même interdit certaines applications de reconnaissance faciale.

EmotionTrac prétend proposer une approche différente. Lancé en 2020 par Aaron Itzkowitz, son PDG, EmotionTrac utilise la caméra frontale des smartphones et des tablettes pour analyser les expressions faciales d’un utilisateur en temps réel sur des vidéos ou des images afin de déterminer si celui-ci éprouve des sentiments positifs, négatifs ou neutres. Un cabinet d’avocats peut alors utiliser ces informations pour concevoir des campagnes publicitaires plus efficaces ou déterminer les arguments qui séduiront les jurés potentiels.

Dans ce podcast, Itzkowitz discute avec Victor Li, rédacteur des affaires juridiques de l’ABA Journal, du fonctionnement d’EmotionTrac et de la manière dont les avocats peuvent l’utiliser à leur avantage.

Le système de codage des expressions faciales d’EmotionTrac identifie rapidement 100 points sur le visage d’une personne et analyse les changements dans leurs comportements pour déterminer l’émotion qu’ils ressentent, explique M. Li. L’algorithme n’identifie pas les sujets.

Apple a déposé une demande de brevet pour un logiciel similaire utilisant le codage des expressions faciales pour évaluer les émotions. Des centaines d’entreprises dans le monde travaillent sur une technologie de décodage des émotions, dans le but d’apprendre aux ordinateurs à prédire le comportement humain.

Initialement, Itkowitz a publié un logiciel capable de monétiser l’engagement, mesuré par l’attention portée à un écran, des consommateurs qui regardent un contenu publicitaire.

Il n’y avait qu’un pas à franchir pour créer un logiciel en tant que service permettant d’évaluer les émotions de base qui traversent le visage des gens lorsqu’ils regardent une campagne de publicité politique, et de là, d’évaluer les émotions des panels engagés par les avocats avant un procès.

Selon Itzkowitz, les juges ne sont pas prêts à autoriser l’utilisation de caméras dans les salles d’audience pour ce type d’activité, mais l’utilisation de panels – des substituts des personnes finalement choisies comme jurés – est une pratique courante.

Les cabinets peuvent étudier comment un vrai jury est susceptible de réagir à des déclarations préliminaires et finales et à des preuves, en accord avec les performances de l’avocat. Plutôt que de deviner ce que les membres du jury pensent, dit-il, les entreprises peuvent détecter les réactions de chacun d’entre eux, même si elles ne durent que quelques centièmes de seconde.

Itkowitz indique qu’une cinquantaine d’avocats à l’échelle nationale utilisent le service d’EmotionTrac dans les tribunaux civils et pénaux, notant que, comme de nombreuses autres professions, le métier d’avocat s’adapte lentement aux nouvelles technologies.

Selon lui, son algorithme ne peut pas être biaisé par le sexe ou la race, car il ne prend en compte que les points du visage qui sont communs aux humains.

Tout le monde n’est pas aussi optimiste sur ce point.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%%footer%%