Skip to content

L’Europe met en place un système international de reconnaissance faciale

Prüm II : Surveillance biométrique en Europe via la reconnaissance faciale

Les législateurs avancent des propositions visant à permettre aux forces de police de l’Union européenne de relier leurs bases de données photographiques, qui contiennent des millions de photos de visages, selon un rapport de Wired.

Depuis 15 ans, les forces de police qui recherchent des criminels en Europe peuvent échanger leurs empreintes digitales, leurs données ADN et des informations sur les propriétaires de véhicules. Si des fonctionnaires français soupçonnent qu’une personne qu’ils recherchent se trouve en Espagne, ils peuvent demander aux autorités espagnoles de vérifier les empreintes digitales dans leur base de données. Aujourd’hui, les législateurs européens s’apprêtent à inclure des millions de photos de visages dans ce système – et à permettre l’utilisation de la reconnaissance faciale à une échelle sans précédent.

L’expansion de la reconnaissance faciale en Europe fait partie de plans plus larges visant à « moderniser » le maintien de l’ordre sur le continent, et s’inscrit dans le cadre des propositions de partage de données Prüm II. Les détails ont été annoncés pour la première fois en décembre, mais les critiques des régulateurs européens des données se sont faites plus vives ces dernières semaines, à mesure que l’on comprenait tout l’impact de ces plans.

« Ce que vous créez, c’est l’infrastructure de surveillance biométrique la plus étendue que nous n’aurons jamais vue dans le monde », déclare Ella Jakubowska, conseillère politique à l’ONG de défense des droits civils European Digital Rights (EDRi). Les documents obtenus par EDRi en vertu de la législation sur la liberté d’information révèlent comment les nations ont fait pression pour que la reconnaissance faciale soit incluse dans l’accord international sur le maintien de l’ordre.

La première version de Prüm a été signée par sept pays européens – Belgique, Allemagne, Espagne, France, Luxembourg, Pays-Bas et Autriche – en 2005 et permet aux nations de partager des données pour lutter contre la criminalité internationale. Depuis l’introduction de Prüm, son adoption par les 27 pays européens a été mitigée.

Prüm II prévoit d’élargir considérablement la quantité d’informations pouvant être partagées, en incluant potentiellement des photos et des informations provenant des permis de conduire. Les propositions de la Commission européenne prévoient également que la police disposera d’un accès « automatisé » plus large aux informations partagées. Selon les législateurs, cela signifie que les autorités policières de toute l’Europe seront en mesure de coopérer étroitement et que l’agence européenne chargée de l’application de la loi, Europol, aura un « rôle plus important ».

L’inclusion d’images faciales et la possibilité de les comparer à des algorithmes de reconnaissance faciale figurent parmi les principaux changements prévus dans Prüm II. Ces dernières années, la technologie de reconnaissance faciale a fait l’objet d’une forte opposition en raison de l’adoption croissante de cette technologie par les forces de police, qui a permis d’identifier des personnes de manière erronée et de faire basculer des vies. Des dizaines de villes américaines sont allées jusqu’à interdire aux forces de police d’utiliser cette technologie. L’Union européenne débat actuellement d’une interdiction de l’utilisation par la police de la reconnaissance faciale dans les lieux publics dans le cadre de sa loi sur l’intelligence artificielle.

LIRE AUSSI 🔖  Surveillance biométrique : l'UE va-t-elle choisir le totalitarisme?

Toutefois, Prüm II permet l’utilisation de la reconnaissance faciale rétrospective. Cela signifie que les forces de police peuvent comparer les images fixes des caméras de vidéosurveillance, les photos des médias sociaux ou celles du téléphone d’une victime avec les photos d’identité judiciaire conservées dans une base de données de la police. Cette technologie est différente des systèmes de reconnaissance faciale en direct, qui sont souvent connectés à des caméras dans des espaces publics ; ce sont ces derniers qui ont été les plus critiqués.

Les propositions européennes permettent à une nation de comparer une photo aux bases de données d’autres pays et de découvrir s’il y a des correspondances – créant ainsi l’un des plus grands systèmes de reconnaissance faciale existants. Selon un document obtenu par EDRi, le nombre de correspondances potentielles pourrait se situer entre 10 et 100 visages, bien que ces chiffres doivent être finalisés par les responsables politiques. Un porte-parole de la Commission européenne indique qu’un humain examinera les correspondances potentielles et décidera si l’une d’entre elles est correcte, avant que toute autre mesure ne soit prise. « Dans un nombre significatif de cas, l’image faciale d’un suspect est disponible », a déclaré le ministre français de l’intérieur dans les documents. Il affirme avoir résolu des affaires de cambriolage et d’abus sexuels sur des enfants grâce à son système de reconnaissance faciale, rapporte Wired.

Les documents de Prüm II, datés d’avril 2021, date à laquelle les plans ont été discutés pour la première fois, montrent le nombre considérable de photos de visages que les pays détiennent. La Hongrie possède 30 millions de photos, l’Italie 17 millions, la France 6 millions et l’Allemagne 5,5 millions, indiquent les documents. Ces images peuvent inclure des suspects, des personnes condamnées pour des crimes, des demandeurs d’asile et des  » personnes mortes non identifiées « , et elles proviennent de sources multiples dans chaque pays.

Selon Jakubowska, si les critiques à l’encontre des systèmes de reconnaissance faciale ont surtout porté sur les systèmes en temps réel, ceux qui identifient les personnes à une date ultérieure restent problématiques. « Lorsque vous appliquez la reconnaissance faciale à des séquences ou à des images de manière rétrospective, les préjudices peuvent parfois être encore plus importants, en raison de la capacité à regarder en arrière, disons, une manifestation d’il y a trois ans, ou à voir qui j’ai rencontré il y a cinq ans, parce que je suis maintenant un adversaire politique », dit-elle. « Seules les images faciales de suspects ou de criminels condamnés peuvent être échangées », précise le porte-parole de la Commission européenne, citant un guide sur le fonctionnement du système. « Il n’y aura pas de correspondance entre les images faciales et celles de la population générale ».

Les photos des visages des personnes ne devraient pas être regroupées dans une base de données centrale géante, selon la proposition officielle, mais les forces de police seront reliées entre elles par un « routeur central ». Ce routeur ne stockera aucune donnée, précise le porte-parole de la Commission européenne, ajoutant qu’il « agira uniquement en tant que courtier en messages » entre les nations. Cette approche décentralisée rend Prüm II plus simple : Dans le système actuel, les policiers qui souhaitent comparer des empreintes digitales doivent se connecter individuellement à d’autres services de police. Avec la nouvelle infrastructure, les pays n’ont besoin que d’une seule connexion au routeur central et il sera plus facile « d’ajouter des catégories de données supplémentaires au système », selon les documents obtenus par EDRi.

Le contrôleur européen de la protection des données (CEPD), qui supervise la façon dont les organes de l’UE utilisent les données dans le cadre du RGPD, a critiqué l’expansion prévue de Prüm, qui pourrait prendre plusieurs années. « La recherche automatisée d’images faciales n’est pas limitée uniquement aux crimes graves, mais pourrait être effectuée pour la prévention, la détection et l’investigation de toute infraction pénale, même mineure », a déclaré Wojciech Wiewiórowski, début mars. Wiewiórowski a déclaré que plus de garanties devraient être écrites dans les propositions pour s’assurer que les droits à la vie privée des personnes sont protégés. Le porte-parole de la Commission européenne a déclaré que l’organisme a pris « bonne note » de l’avis du CEPD et que les réflexions seront prises en compte lorsque le Parlement européen et le Conseil discuteront de la législation.

LIRE AUSSI 🔖  La France lance un programme national d'identification faciale à l'échelle nationale

Au cours de l’élaboration des plans, la Slovénie a été l’un des principaux pays à faire pression en faveur de l’expansion, notamment en demandant que les données des permis de conduire des personnes soient incluses. Domen Savič, le PDG du groupe slovène de défense des droits numériques Državljan D, affirme que les différences entre les bases de données de la police et les personnes incluses suscitent de grandes inquiétudes. « Je n’en ai pas entendu assez pour être convaincu que toutes ces données recueillies par les différentes forces de police soient traitées de la même manière », déclare Savič.

Les bases de données de la police sont souvent mal constituées. En juillet 2021, la police néerlandaise a supprimé 218 000 photos qu’elle avait incluses à tort dans sa base de données de reconnaissance faciale. Au Royaume-Uni, plus d’un millier de jeunes hommes noirs ont été supprimés d’une « base de données sur les gangs » en février 2021. « Vous pourriez avoir des bases de données qui ont des antécédents complètement différents en ce qui concerne la façon dont ces données ont été collectées, où elles ont été sourcées, comment elles ont été échangées, et qui a approuvé quoi », explique Savič. La Slovénie a déjà été confrontée à des problèmes similaires. « Et cela pourrait conduire à des erreurs d’identification ».

L’un des principaux problèmes pour Jakubowska est de savoir comment Prüm II pourrait normaliser l’utilisation de la reconnaissance faciale par les forces de police en Europe. « Ce qui nous préoccupe vraiment, c’est la mesure dans laquelle cette proposition Prüm II pourrait encourager la création de bases de données d’images faciales et l’application d’algorithmes à ces bases de données pour effectuer la reconnaissance faciale », dit-elle. Selon la proposition, l’UE paiera le coût de la connexion des bases de données à Prüm II, ce qui inclut le coût de la création de nouvelles bases de données nationales d’images faciales. Soixante ans après son invention, la reconnaissance faciale n’en est qu’à ses débuts.

References:

• European Parliament, Cross-border cooperation to combat terrorism and cross-border crime: automated data exchange for police cooperation (Prüm II), 2021/0410(COD)

• European Commission, Proposal for a regulation on automated data exchange for police cooperation (“Prüm II”), COM/2021/784 final

• European Commission, Police Cooperation Code: Boosting police cooperation across borders for enhanced security, press release, December 2021

• European Commission, EU police cooperation code – tackling cross-border serious & organised crime

• Council of the EU, Council Decision 2008/615/JHA on the stepping up of cross-border cooperation, particularly in combating terrorism and cross-border crime

• Council of the EU, Council Decision 2008/616/JHA on the implementation of Decision 2008/615/JHA on the stepping up of crossborder cooperation, particularly in combating terrorism and cross-border crime

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.