Skip to content

Partie II – Le Grand Reset, le socialisme d’entreprise

Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie II : le socialisme d’entreprise

Comme je l’ai indiqué dans la partie précédente, le Grand Reset, si ses architectes parviennent à leurs fins, impliquera des transformations dans presque tous les aspects de la vie. Je limiterai ici ma discussion à l’économie de la grande réinitialisation telle qu’elle est promue par le Forum économique mondial (WEF), ainsi qu’aux développements récents qui ont fait avancer ces plans.

Comme le suggérait F.A. Hayek dans son essai d’introduction Collectivist Economic Planning, le socialisme peut être divisé en deux aspects : les fins et les moyens1. Le moyen socialiste est la planification collectiviste, tandis que les fins, au moins dans le cadre du socialisme prolétarien, sont la propriété collective des moyens de production et la distribution “égale” ou “équitable” des produits finaux.

Distinguant ces deux aspects afin de mettre de côté la question des fins et de se concentrer sur les moyens, Hayek a suggéré que la planification collectiviste pouvait être mise au service d’autres fins que celles associées au socialisme prolétarien : “Une dictature aristocratique, par exemple, peut utiliser les mêmes méthodes pour servir les intérêts d’une certaine élite raciale ou autre, ou au service d’un autre objectif résolument anti-égalitaire.”2

La planification collectiviste pourrait ou non se heurter au problème du calcul, selon qu’un marché des facteurs de production est maintenu ou non. Si un marché des facteurs de production est maintenu, alors le problème de calcul ne s’appliquerait pas strictement.

Les planificateurs collectivistes du Grand Reset ne visent pas à éliminer les marchés des facteurs de production. Ils veulent plutôt confier la propriété et le contrôle des facteurs les plus importants aux personnes inscrites au “capitalisme des parties prenantes”3. Les activités productives desdites parties prenantes, quant à elles, seraient guidées par les directives d’une coalition de gouvernements dans le cadre d’une mission unifiée et d’un ensemble de politiques, en particulier celles exposées par le WEF lui-même.

Bien que ces entreprises des parties prenantes ne soient pas nécessairement des monopoles per se, le but du WEF est de conférer à ces entreprises le plus grand contrôle possible sur la production et la distribution, dans le but d’éliminer les producteurs dont les produits ou les processus sont jugés inutiles ou contraires aux desiderata des mondialistes pour “un avenir plus juste et plus vert”. Naturellement, cela impliquerait des contraintes sur la production et la consommation, ainsi qu’un rôle accru pour les gouvernements afin de faire respecter ces contraintes – ou, comme l’a déclaré Klaus Schwab dans le contexte de la crise covid, “le retour du grand gouvernement”4 – comme si le gouvernement n’avait pas été grand et n’avait pas grandi pendant tout ce temps.

Schwab et le WEF promeuvent le capitalisme participatif contre un “néolibéralisme” supposé endémique. Le néolibéralisme est un mot fourre-tout qui désigne tout ce que les gauchistes jugent mauvais dans l’ordre socio-économique. C’est l’ennemi commun de la gauche. Inutile de dire que le néolibéralisme – que Schwab définit grossièrement comme “un corpus d’idées et de politiques qui peuvent être définies grossièrement comme favorisant la concurrence au détriment de la solidarité, la destruction créatrice au détriment de l’intervention gouvernementale et la croissance économique au détriment du bien-être social”5 – est un homme de paille.

Schwab et compagnie érigent le néolibéralisme comme la source de nos malheurs économiques. Mais dans la mesure où l'”antinéolibéralisme” a été en jeu, le fait que le gouvernement favorise les industries et les acteurs au sein des industries (ou corporatocratie), et non la concurrence, a été la source de ce que Schwab et ses semblables décrient. Le Grand Reset amplifierait les effets de la corporatocratie.

Néanmoins, les objectifs du WEF ne sont pas de planifier tous les aspects de la production et donc de diriger toutes les activités individuelles. L’objectif est plutôt de limiter les possibilités d’activité individuelle, y compris l’activité des consommateurs – en évinçant de l’économie les industries et les producteurs au sein des industries. “Chaque pays, des États-Unis à la Chine, doit participer, et chaque industrie, du pétrole et du gaz à la technologie, doit être transformée.”6

Comme le note Hayek, “lorsque le système médiéval des guildes était à son apogée, et lorsque les restrictions au commerce étaient les plus importantes, elles n’étaient pas utilisées comme un moyen de diriger réellement l’activité individuelle.”7 De même, le Grand Reset ne vise pas une planification strictement collectiviste de l’économie, mais recommande et exige des restrictions néo-féodales qui iraient plus loin que tout ce qui a été fait depuis l’époque médiévale – à part le socialisme d’État lui-même, bien sûr.

En 1935, Hayek a constaté à quel point les restrictions économiques avaient déjà entraîné des distorsions du marché : Avec nos tentatives d’utiliser le vieil appareil du restrictionnisme comme instrument d’adaptation quasi quotidienne au changement, nous sommes probablement déjà allés beaucoup plus loin dans la direction d’une planification centrale de l’activité courante que ce qui avait été tenté auparavant… . Il est important de se rendre compte, dans toute investigation sur les possibilités de planification, que c’est une erreur de supposer que le capitalisme tel qu’il existe aujourd’hui est l’alternative. Nous sommes certainement aussi éloignés du capitalisme dans sa forme pure que nous le sommes de tout système de planification centrale. Le monde d’aujourd’hui n’est qu’un chaos interventionniste.8

LIRE AUSSI 🔖  Le Grand réveil de Philippe de Villiers : Grand Reset Schwab Transhumanisme

Le Grand Reset nous amènerait donc bien plus loin que les restrictions imposées par le féodalisme, y compris la stase économique qu’il impliquait !

J’appelle ce néo-féodalisme “socialisme d’entreprise” – non seulement parce que la rhétorique pour gagner des adhérents dérive de l’idéologie socialiste (“équité”, “égalité économique”, “bien collectif”, “destin partagé”, etc.) mais aussi parce que la réalité recherchée est le contrôle monopolistique de facto de la production via l’élimination des producteurs non conformes – c’est-à-dire une tendance au monopole sur la production qui est caractéristique du socialisme.

Ces interventions ne feraient pas qu’ajouter au “chaos interventionniste” déjà existant, mais fausseraient davantage les marchés à un degré sans précédent en dehors de la planification socialiste centralisée per se. Les élites pourraient tenter de déterminer, a priori, les besoins et les désirs des consommateurs en limitant la production aux biens et services acceptables. Elles limiteraient également la production aux types de biens et services qui conviennent aux gouvernements et aux producteurs qui adhèrent au programme.

Les réglementations supplémentaires pousseraient les petits et moyens producteurs à cesser leurs activités ou à se tourner vers le marché noir, dans la mesure où ce dernier pourrait exister avec une monnaie numérique et une plus grande centralisation bancaire. En tant que telles, les restrictions et réglementations tendraient vers un système statique de type caste avec des oligarques d’entreprise au sommet, et un “socialisme réellement existant”9 pour la grande majorité de la société. Une richesse croissante pour quelques-uns, une “égalité économique”, à des conditions réduites, y compris un revenu de base universel, pour les autres.

The Great Reset Grand Reset Grande réinitialisation

Le confinement du coronavirus, les émeutes et le socialisme d’entreprise

Les confinements de covid-19, et dans une moindre mesure les émeutes gauchistes, nous ont fait progresser vers le socialisme d’entreprise. Les mesures draconiennes de confinement employées par les gouvernements et les maires, ainsi que les destructions perpétrées par les émeutiers, se trouvent à faire le travail que les socialistes d’entreprise comme le WEF veulent faire. En plus de déstabiliser l’État-nation, ces politiques contribuent à détruire les petites entreprises, éliminant ainsi les concurrents.

Comme le souligne la Foundation for Economic Education (FEE), les confinements et les émeutes se sont combinés pour former un double coup de poing qui met à mal des millions de petites entreprises – “l’épine dorsale de l’économie américaine” – dans toute l’Amérique.

Selon la FEE, 7,5 millions de petites entreprises américaines risquent de fermer définitivement leurs portes. Une analyse plus récente a montré que même avec des prêts fédéraux, près de la moitié des propriétaires de petites entreprises déclarent qu’ils devront fermer définitivement leurs portes. Le bilan est déjà lourd. Rien qu’à New York, les consignes de rester à la maison ont entraîné la fermeture définitive de plus de 100 000 petites entreprises.10

Entre-temps, comme la FEE et d’autres l’ont fait remarquer, rien ne prouve que les mesures de confinement aient contribué à ralentir la propagation du virus. De même, il n’y a aucune preuve que Black Lives Matter ait fait quoi que ce soit pour aider les vies des citoyens noirs. En fait, les campagnes émeutières et meurtrières de Black Lives Matter et d’Antifa ont prouvé que les vies des citoyens noirs ne comptent pas pour Black Lives Matter. En plus d’assassiner des personnes noires, les émeutiers de Black Lives Matter et d’Antifa ont causé d’énormes dommages aux entreprises et aux quartiers noirs, et donc aux vies des citoyens noirs.11

Alors que les petites entreprises ont été écrasées par la combinaison de confinements draconiens et de folie émeutière, des entreprises géantes comme Amazon ont prospéré comme jamais auparavant. Comme l’a noté la BBC, au moins trois des géants de la technologie – Amazon, Apple et Facebook – ont réalisé des gains massifs pendant les confinements12, gains qui ont été favorisés, dans une moindre mesure, par des émeutes qui ont coûté 1 à 2 milliards de dommages matériels13. Pour la période d’avril, mai et juin 2020, Amazon a réalisé “un bénéfice trimestriel de 5,2 milliards de dollars, le plus important depuis la création de l’entreprise en 1994, et ce malgré les lourdes dépenses en matériel de protection et autres mesures liées au virus”. Les ventes d’Amazon ont augmenté de 40 % sur la période d’avril, mai, juin 2020.

Comme le rapporte TechCrunch, Facebook et ses plateformes WhatsApp et Instagram ont connu une hausse de 15 % du nombre d’utilisateurs, ce qui a porté les revenus à un grand total de 17,74 milliards de dollars au premier trimestre14. Le nombre total d’utilisateurs de Facebook a atteint 3 milliards en mars, soit deux tiers des internautes du monde, un record. Les revenus d’Apple ont grimpé en flèche au cours de la même période, avec des bénéfices trimestriels en hausse de 11 % sur un an, à 59,7 milliards de dollars. “Walmart, le plus grand épicier du pays, a déclaré que ses bénéfices ont augmenté de 4 %, à 3,99 milliards de dollars” au cours du premier trimestre 2020, comme le rapporte le Washington Post15.

Le nombre de petites entreprises a été presque réduit de moitié par les fermetures de covid-19 et les émeutes de Black Lives Matter/Antifa, tandis que les entreprises géantes ont consolidé leur emprise sur l’économie, ainsi que leur pouvoir sur l’expression individuelle sur Internet et au-delà. Ainsi, il semblerait que les confinements covid, les fermetures, les fermetures partielles, ainsi que les émeutes sont exactement ce que les Grands Réinitialisateurs ont ordonné, bien que je ne suggère pas par là qu’ils les aient ordonnés. Il est plus probable qu’ils aient saisi l’occasion d’éliminer de l’économie les petites et moyennes entreprises afin de rendre la conformité plus simple et plus répandue.

LIRE AUSSI 🔖  Vers un bouleversement systémique du monde

En fin de compte, la Grande Réinitialisation n’est qu’une campagne de propagande, et non un bouton sur lequel les oligarques mondialistes peuvent appuyer à volonté – bien que le WEF l’ait présentée comme telle16. Leurs plans doivent être contrés par de meilleures idées économiques et des actions individuelles concertées. La seule réponse raisonnable au projet du Grand Reset est de le défier, d’introduire et de promouvoir plus de concurrence, et d’exiger la réouverture complète de l’économie, quels que soient les risques encourus. Si cela signifie que les petits producteurs et distributeurs doivent se regrouper pour défier les ordres de l’État, qu’il en soit ainsi. De nouvelles associations d’entreprises, ayant pour but de déjouer la Grande Réinitialisation, doivent être formées – avant qu’il ne soit trop tard.

Michael Rectenwald

Michael Rectenwald est l’auteur de onze ouvrages, dont Thought Criminal (2020), Beyond Woke (2020), Google Archipelago (2019), Springtime for Snowflakes (2018), Nineteenth-Century British Secularism (2016). Il a été professeur à l’université de New York de 2008 à 2019. Il a également enseigné à la Duke University, la North Carolina Central University, la Carnegie Mellon University et la Case Western Reserve University. Il est un expert et un défenseur de la liberté d’expression contre toutes les formes d’autoritarisme et de totalitarisme, y compris le socialisme-communisme, la “justice sociale”, le fascisme et le politiquement correct.

Il est titulaire d’un doctorat en études littéraires et culturelles de l’université Carnegie Mellon, d’une maîtrise en littérature anglaise de l’université Case Western Reserve et d’une licence en littérature anglaise de l’université de Pittsburgh. (voir son C.V. pour plus de détails). Ses essais universitaires et académiques sont parus dans le Quarterly Journal of Austrian Economics, Academic Questions, Endeavour, le British Journal for the History of Science, College Composition and Communication, International Philosophical Quarterly, les anthologies De Gruyter (Organized Secularism in the United States), etc.

Les publications de Michael destinées au grand public sont apparues sur le fil de Mises Institute, The Epoch Times, RT.com, Campus Reform, The New English Review, The International Business Times, The American Conservative, Quillette, The Washington Post, The Pittsburgh Post-Gazette, entre autres. Le Dr Rectenwald a aussi participé à de nombreux talk-shows politiques sur les grands réseaux (Tucker Carlson Tonight, Fox & Friends, Fox & Friends First, Varney & Company, The Glenn Beck Show), à des émissions de radio syndiquées (Glenn Beck et bien d’autres), ainsi qu’à des émissions et podcasts.

– Partie I : Qu’est-ce que le Grand Reset ? Espoirs réduits et Bio-techno-féodalisme
– Partie II : le socialisme d’entreprise
– Partie III : Le capitalisme aux caractéristiques chinoises
– Partie IV : Capitalisme des parties prenantes vs. néolibéralisme
– Partie V : L’idéologie Woke


Notes :

1F.A. Hayek, “The Nature and History of the Problem,” in N.G. Pierson and F.A. Hayek, Collectivist Economic Planning (London: Routledge and Kegan Paul, 1963), p. 14.

2Ibid., p. 15.

3Klaus Schwab, “What Kind of Capitalism Do We Want?,” Time, Dec. 2, 2019, https://time.com/5742066/klaus-schwab-stakeholder-capitalism-davos/.

4Klaus Schwab and Thierry Malleret, COVID-19: The Great Reset (n.p.: Forum Publishing, 2020), p. 89.

5Ibid., p. 78.

6Klaus Schwab, “Now Is the Time for a ‘Great Reset,’” World Economic Forum, June 3, 2020, https://www.weforum.org/agenda/2020/06/now-is-the-time-for-a-great-reset/.

7Hayek, “The Nature and History of the Problem,” p. 23.

8Ibid., pp. 23–24.

9“Actually existing socialism” is a term used to describe socialism as it existed in the Soviet Union and elsewhere. It became a pejorative term used sarcastically by dissidents in socialist countries to refer to what life was really like under socialism, rather than in the perfidious books of Marx and his epigones.

10Jon Miltmore and Dan Sanchez, “America’s Small Business Owners Have Been Horribly Abused during These Riots and Lockdowns. That Will Have Consequences,” Foundation for Economic Education (FEE), June 5, 2020, https://fee.org/articles/america-s-small-business-owners-have-been-horribly-abused-during-these-riots-and-lockdowns-that-will-have-consequences/.

11Brad Polumbo, “The Lockdowns Crushed Minority-Owned Businesses the Most,” FEE, June 19, 2020, https://fee.org/articles/the-lockdowns-crushed-minority-owned-businesses-the-most/.

12“Amazon, Facebook and Apple Thriving in Lockdown,” BBC, July 13, 2020, https://www.bbc.com/news/business-53602596.

13Morgan Phillips, “Damage from Riots across US Will Cost at Least $1B in Claims: Report,” Fox Business, Sept. 16, 2020, https://www.foxbusiness.com/economy/damage-riots-1b-most-expensive.

14Lucas Matney, “The Lockdown Is Driving People to Facebook,” TechCrunch, Apr. 29, 2020, https://techcrunch.com/2020/04/29/the-quarantine-is-driving-record-usage-growth-at-facebook/

15Abha Bhattarai, “Sales Soar at Walmart and Home Depot during the Pandemic, Washington Post, May 19, 2020, https://www.washingtonpost.com/business/2020/05/19/walmart-earnings-economy-coronavirus/.

16Schwab, “Now Is the Time for a ‘Great Reset.’”

5 Comments »

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Recommandé
Qu’est-ce que le Grand Reset ? Partie III : Le…
Défiler vers le haut