technocratie

L’adaptation de la technocratie et du transhumanisme

Big Tech → technocratie → transhumanisme

Si la société doit être transformée en Technocratie, alors les humains qui y vivent doivent être modifiés en Transhumains. En d’autres termes, la société parfaitement efficace et utopique envisagée par les technocrates serait rapidement souillée si elle était habitée par des humains faibles d’esprit et imparfaits dans leur forme actuelle. C’est exactement la raison pour laquelle nous voyons de nombreux technocrates qui s’identifient également comme des transhumains. Parmi les noms connus qui viennent à l’esprit figurent Elon Musk (Tesla), Jeff Bezos (Amazon), Ray Kurzweil (Google) et Peter Thiel (PayPal).

Pour saisir cette image plus large, il est nécessaire de répondre à trois questions :

Qu’est-ce que la technocratie ?
Qu’est-ce que le transhumanisme ?
Comment le scientisme est-il le ciment qui les unit ?

Qu’est-ce que la technocratie ?

En 1937, le magazine The Technocrat écrivait :

La technocratie est la science de l’ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l’ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l’ensemble de la population.

Le magazine explique ensuite que la technocratie rejette le capitalisme, la libre entreprise et les politiciens élus et qu’elle cherche à créer un système économique basé sur les ressources, dans lequel les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens seraient les seuls à planifier et à contrôler la société.

Aujourd’hui, de nombreux technocrates n’ont aucune idée des objectifs plus profonds de la technocratie, mais utilisent néanmoins leur expertise pour diriger des portions de la société sans aucun égard pour les processus politiques traditionnels de l’Amérique. Le “gouvernement par les experts” est une règle, mais ce n’est qu’une partie subalterne de l’objectif global qui consiste à remplacer notre système économique actuel par le développement durable, alias la technocratie, l’économie verte, le New Deal vert, etc.

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Un champion moderne du transhumanisme, le Dr Max More, a écrit,

Le transhumanisme est un mouvement vaguement défini qui s’est développé progressivement au cours des deux dernières décennies. “Le transhumanisme est une classe de philosophies de vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme actuellement humaine et de ses limites humaines, au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorables à la vie.” (Max More, 1990).

Les transhumanistes cherchent à appliquer des technologies avancées à la condition humaine afin de prendre en charge le processus d’évolution et de créer littéralement des Humains 2.0. Le Saint Graal du transhumanisme est d’atteindre l’immortalité, mais dans le processus, ils ont l’intention d’éliminer les caractéristiques les plus négatives des Humains 1.0 : leur nature guerrière et leur tendance à être argumentatifs, incohérents, peu fiables, etc. Il s’agit d’un nettoyage génétique à grande échelle.

Le scientisme est le ciment qui les unit.

Le scientisme est une proposition religieuse qui a été présentée pour la première fois par le philosophe français Henri De Saint-Simon (1760-1825). Il a écrit ,

“Un scientiste, mes chers amis, est un homme qui prévoit ; c’est parce que la science fournit les moyens de prévoir qu’elle est utile, et que les scientistes sont supérieurs à tous les autres hommes.”

Alors que la vraie science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée de l’expérimentation et de la validation répétées, le scientisme de Saint-Simon est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l’univers et la relation de l’homme avec celui-ci.

Saint-Simon proposait que le leadership religieux de son époque soit littéralement remplacé par un sacerdoce de scientistes et d’ingénieurs, qui interpréteraient l’oracle de la science afin de faire des déclarations à la société sur les actions humaines nécessaires pour mener l’humanité à l’Utopie. Ainsi, la science serait élevée au rang de divinité immuable, adorée par ses adeptes, qui sont dirigés par ses prêtres.

La technocratie et le transhumanisme sont tous deux basés sur le scientisme.

Tous deux croient que la science, l’ingénierie et la technologie de pointe sont les instruments exclusifs du progrès. Tous deux sont adeptes de la promesse d’avantages qui sont toujours à portée de main, mais qui ne se concrétisent jamais. Tous deux sont experts dans la manipulation des gouvernements pour qu’ils fournissent les ressources des contribuables afin de financer leurs projets respectifs. Tous deux croient qu’ils détournent les processus d’évolution pour créer un avenir conçu par les technologues.

The Technocrat – Vol. 3 – No. 4 – September 1937

Pas de futur ici, allez sur Mars…

Un lien encore plus important entre la technocratie et le transhumanisme est qu’ils ne voient aucun avenir pour le monde tel qu’il existe aujourd’hui. Les écologistes radicaux comme Greta Thunberg pensent que le monde n’a plus que 12 ans avant qu’une apocalypse climatique ne nous détruise tous. Elon Musk utilise ses milliards pour échapper à la Terre en finançant sa société de fusées SpaceX, avec l’intention ultime de coloniser Mars. Jeff Bezos finance à titre privé sa société Blue Origin dans le même but : coloniser Mars. Ils ont tous deux déclaré que le seul avenir de l’humanité est dans l’espace, en peuplant le cosmos parce que la Terre va se retrouver dans une impasse lorsque ses ressources naturelles seront épuisées.

En bref, la technocratie et le transhumanisme sont tous deux anti-humains. La technocratie, canalisée par les Nations unies sous le nom de développement durable, estime que la Terre ne peut supporter qu’un milliard d’êtres humains environ. En outre, tous les humains sont considérés comme de simples ressources au même titre que les animaux de troupeau tels que le bétail. Le transhumanisme estime que l’humanité 1.0 est pratiquement morte et que le seul espoir pour l’avenir de l’homme est que les scientistes transhumains inventent l’humanité 2.0 et quittent complètement la Terre.

Dans un sens, l’allocation stricte des ressources et de l’énergie par la Technocratie ne marque qu’un modèle de confinement pendant qu’elle construit et teste la technologie du voyage spatial.

Cette pensée n’est pas nouvelle. En 1872, Winwood Reade a écrit The Martyrdom of Man (Le martyre de l’homme), dans lequel il affirme aussi clairement que n’importe quel transhumaniste ou technocrate moderne pourrait le faire :

Les maladies seront extirpées ; les causes de la décadence seront supprimées ; l’immortalité sera inventée. Et alors, la terre étant petite, l’humanité migrera dans l’espace, et traversera les Saharas sans air qui séparent les planètes les unes des autres, et le soleil du soleil. La terre deviendra une Terre Sainte qui sera visitée par des pèlerins venus de tous les coins de l’univers. Enfin, les hommes maîtriseront les forces de la Nature ; ils deviendront eux-mêmes des architectes de systèmes, des constructeurs de mondes.

Ces corps que nous portons maintenant appartiennent aux animaux inférieurs ; notre esprit les a déjà dépassés ; déjà nous les regardons avec mépris. Un temps viendra où la Science les transformera par des moyens que nous ne pouvons pas conjecturer, et que, même si on nous les expliquait, nous ne pourrions pas comprendre maintenant, de même que le sauvage ne peut pas comprendre l’électricité, le magnétisme, la vapeur. (p. 179)

Le mot “radical” n’effleure même pas la surface.

À la lumière de ce qui précède, j’espère que vous réalisez que vous ne pouvez tout simplement pas regarder les technocrates et les transhumanistes et leur coller des étiquettes telles que marxiste, socialiste, communiste ou fasciste. Les transhumanistes et les technocrates représentent un nouveau type de radicalité que le monde n’a jamais vu auparavant.

Cela ne signifie rien lorsque des personnes se réunissent pour discuter de questions philosophiques et de nouvelles façons de faire les choses, si elles n’ont pas les moyens de faire ce qu’elles prétendent. Jeff Bezos n’attend pas que la NASA colonise Mars ; il construit son propre vaisseau spatial avec son propre argent. De même, Elon Musk autofinance sa propre flotte spatiale. Le défunt financier mondial, David Rockefeller, n’a pas attendu que les gouvernements mettent en place un nouvel ordre économique, mais a plutôt utilisé ses propres fonds pour créer la Commission trilatérale et ses propres transformations économiques.

Grâce à l’adoption par les Nations unies de la technocratie en tant que développement durable, les politiques de l’Agenda 21 ont été étendues à tous les coins de la planète, y compris à chaque ville et comté d’Amérique. Dans l’ignorance totale du piège qui leur est tendu, les gens exigent maintenant plus, et non moins. Le réchauffement climatique est utilisé comme un bélier pour briser le système économique actuel, ouvrant la voie à la seule alternative proposée : Le développement durable, alias la technocratie.

Utiliser le mot “radical” pour décrire la technocratie et le transhumanisme serait un euphémisme. Ils sont tous deux en dehors des limites de la réalité objective. Et pire encore, ils entraînent le reste d’entre nous avec eux.

“La technocratie est à la société ce que le transhumanisme est aux personnes qui voudraient faire partie de cette société transformée”, Patrick Wood.

Patrick Wood est un expert éminent et critique du développement durable, de l’économie verte, de l’Agenda 21, de l’Agenda 2030 et de la technocratie historique. Il est l’auteur de Technocracy Rising : The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I et II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.

Publié par

Articles invités

Conçu comme un espace de partage, nous accueillons dans cette rubrique des contributeurs occasionnels. iatranshumanisme.com ouvre ses colonnes pour la rédaction d’articles invités correspondant à notre ligne éditoriale et à nos standards de qualité. Afficher tous les articles par Articles invités

5 réflexions au sujet de « L’adaptation de la technocratie et du transhumanisme »

  1. Je rejoins le point de vue de Jonathan. L’auteur de cet article critique la technocratie, sans doute à raison, mais uniquement dans l’optique de critiquer l’ensemble des transhumanistes au motif qu’ils seraient de facto des partisans de ce régime. Le mouvement technocratique n’est plus que l’ombre de ce qu’il était dans l’Entre-deux guerres et sa critique revient à chasser un épouvantail.
    Si l’extropien Max More est bien un promoteur du transhumanisme, on rappellera que les principes de l’extropie font bien l’apologie des modes d’organisations autogénérés. Max More est un partisan de l’anarchisme de droite et aucunement de la technocratie. Max More a-t-il jamais critiqué la démocratie directe? Le type d’Etat proposé par les technocratistes, le Technat, est délibérément expurgé de toute forme de démocratie.
    Il existe dans doute quelques groupuscules de la mouvance transhumaniste qui adhèrent également au mouvement technocratique, par exemple au sein de la mouvance du Dark Enlightment. Ce n’est certainement pas le cas de la totalité des transhumanistes, notamment en Europe. L’Association Française de Transhumanisme soutient la démocratie providentielle.

  2. Upsyland – Lausanne, Suisse – Intégralement progressiste, pour un nouvel ordre scientifique basé sur l'amélioration radicale de la condition humaine.
    Jonathan dit :

    Chacun l’aura compris, cet article est pro-capitaliste et anti-transhumaniste, et ne lésine pas sur les approximations, les simplifications, les mensonges, les procès d’intention et les sophismes en tout genre.

    Tout d’abord, comme cela a été introduit, la technocratie est un nouvel ordre social en plus d’être un nouvel ordre économique. Et ce nouvel ordre nécessite justement bien plus que la technologie. La technologie n’est ici qu’un outil dont il s’agit d’exploiter le meilleur potentiel, ce qui n’a jamais été fait jusqu’ici pour une raison simple ; toute notre société repose sur la recherche du profit, donc si la science ne cadre pas avec les impératifs mercantiles, elle est abandonnée ou rejetée. C’est une idéologie qui n’admet pas sa fin. Ce n’est pas le capitalisme qui permettra d’exploiter les technologies au service de l’humanité et de l’environnement. Pour que ce soit le cas, il nous faut fonctionner avec de nouvelles valeurs, comme le disait très bien Jacque Fresco du Venus Project.

    Ensuite, je ne vois pas en quoi il serait plus totalitaire (ou dictatorial) de baser la gestion de nos ressources sur des machines plutôt que sur un système monétaire. C’est plutôt l’inverse. Jusqu’à aujourd’hui, la rationalisation monétaire n’a fait que poser et entretenir des problèmes qui ne devraient plus exister, tels que la guerre ou la pauvreté, et qui maintiennent la civilisation vers le bas. Car les valeurs que l’humanité adopte depuis des siècles (argent, travail, nation) ont été construites pour un monde sans technologie et pour justifier le système monétaire. Aujourd’hui, elles ne se justifient plus parce qu’elles sont en inadéquation avec la réalité physique. Et cela, on le doit précisément au fait que les lois créées pour un monde basé sur l’argent sont figées, là où les technologies et les sciences sont évolutives.

    Contrairement à ce qui a été avancé, les technocrates ne considèrent pas que les humains sous leur forme actuelle seraient faibles d’esprit ou imparfaits. En réalité, ils font le constat que le potentiel humain n’est pas exploité dans sa totalité parce qu’aliéné par l’environnement social, économique et culturel qui est imposé par l’ordre actuel. Et c’est à cela qu’ils s’attaquent. Ils ne prônent ni la discrimination ni la société à deux vitesses, mais exactement le contraire.

    L’auteur n’argumente pas, il nous parle de “réalité objective” comme d’une fausse évidence qu’il serait interdit de questionner et que, donc, il n’étaye pas.

    Sinon, il me semble que l’on attribue ici à la technocratie des velléités fausses. La “purification génétique”, c’est du délire. Tout comme “la surpopulation”. Les théoriciens de la technocratie réfutent ce concept malthusien de “surpopulation” car ils partent justement du principe que nous sommes largement en capacité de nourrir toute la planète, à condition de gérer intelligemment les ressources. C’est ici l’argent qui provoque une rareté artificielle. Les malthusiens sont plutôt ceux qui ont renoncé à une gestion intelligente des ressources et qui ont décrété qu’il y avait trop d’humains justement pour conserver le paradigme socio-économique tel qu’il était.

    La comparaison entre “science” et “religion” n’a pas de sens, car la religion s’appuie sur des croyances figées dans le temps avec en plus le culte d’un personnage réel ou supposé qui aurait toujours raison, tandis que les sciences sont en perpétuelle évolution, et une société basée sur elles est en évolution permanente. Donc c’est en réalité exactement l’inverse.

    On y explique que les technocrates “détestent les communistes, favorisent les fascistes”, là encore je suis très curieux de savoir sur quoi l’auteur de l’article se base pour prétendre cela. D’ailleurs, on voit bien à quel point l’article se contredit lui-même, puisque, dans le même graphique, il explique que “la technocratie est l’aboutissement final du communisme” en se référant aux propos de Zbigniew Brzezinski. Dans quelle mesure les technocrates pourraient détester les communistes si le communisme était le préambule de la technocratie ? Tout cela n’est pas sérieux.

    Par ailleurs, le transhumanisme étant hétéroclite, il ne peut de toute manière pas être réduit aux intentions très caricaturales qui sont décrites ici. Le voyage spatial voire interstellaire n’occupe d’ailleurs pas une place aussi grande et aussi urgente au sein du transhumanisme que ne le laisse bien entendre ce M. Wood.

    À noter que les milliardaires actuels qui veulent aller sur Mars ou ailleurs sont davantage dans une logique anarcho-capitaliste et non communiste. Les transhumanistes marxistes ou les technocrates sont plutôt d’avis qu’il faut d’abord que l’humanité grandisse (donc gère les ressources terrestres normalement) avant de s’exporter ailleurs.

    Bref, sinon, je demande à voir sur quoi Wood s’appuie ici pour expliquer que le projet du “Great Reset” serait une sortie du capitalisme, alors que rien ne permet d’affirmer cela. À l’inverse, tout converge plutôt dans le sens d’un renouvellement du capitalisme, et c’est bien ce qui est justement critiqué par une certaine partie des écologistes et par les tenants du Venus Project. En tout cas, ce qui est clair c’est que ce Patrick Wood est un militant anti-transhumaniste et anti-évolutionniste. Je veux bien que l’inconnu ou que toute idée nouvelle soit toujours source de peur, mais cela ne justifie en rien la malhonnêteté intellectuelle qui transpire dans les propos ici. Ce sont des peurs sur lesquelles il surfe pour s’adresser à un public déjà hostile à la science ou la technologie ou convaincre les hésitants qu’il ne faut surtout rien changer aux modes de pensée prédominants qui sont encore largement basés sur des croyances irrationnelles.

  3. Jaesa – Paris – iatranshumanisme.com est rapidement devenu le site de référence sur le thème du transhumanisme et de l'intelligence artificielle. C'est un lieu d’échanges et de discussions sur les préoccupations du monde d’aujourd’hui et de demain – de craintes pour les uns, d'espoirs pour les autres. Nous bâtissons un espace porteur de réflexions.« Ce qui se conçoit s’énonce clairement » Boileau.
    Jaesa dit :

    La technocratie contre le communisme, le socialisme et le fascisme

    Voici 25 comparaisons qui font la distinction entre la technocratie, le communisme/socialisme et le fascisme.

    TECHNOCRACIECOMMUNISME/SOCIALISMEFASCISME
    Fin de partie : Dictature scientifiqueFin de partie : Une société sans classesFin de partie : La force nationale
    Déteste les communistes, favorise les fascistesDéteste les fascistes et les technocratesDéteste tous les types de marxistes
    Méprise la démocratie électoralePromouvoir la démocratie électoraleMéprise la démocratie électorale
    Recherche d’un système totalitaire par des méthodes scientifiquesRecherche d’un système totalitaire par le communautarismeRecherche un système totalitaire par soumission nationaliste
    S’appuie sur le culte de la science (scientisme)S’appuie sur le culte de la personnalité (Staline, Lénine, Mao, Che)S’appuie sur le culte de la personnalité (Hitler, Mussolini)
    Promouvoir le scientismePromouvoir l’athéismePromouvoir une forme de christianisme
    Favorise les villes, est anti-ruralPromouvoir le développement ruralAnti-urbain, favorise l’identité rurale
    Remplacement du capitalisme par un système économique fondé sur les ressources naturellesLe capitalisme géréSoutient généralement le capitalisme pour ses propres besoins
    Méprise le capitalismeMarx pensait que le capitalisme était une étape nécessaire au communisme.Considéré comme une “troisième voie” entre le capitalisme et le communisme.
    ApolitiquePrincipalement considéré comme “de gauche”.Souvent considéré comme “conservateur”.
    Agnostique sur le plan racialStaline a condamné l’antisémitismeTendance à l’antisémitisme et au racisme
    Ils vénèrent beaucoup les intellectuels qui sont d’accord avec eux.Ils ont tué des intellectuels dans leur propre pays, à de multiples reprises.Ils ont tué des intellectuels dans d’autres pays
    Généralement pacifisteLa plupart ont tué leurs propres citoyens.Ils ont surtout tué des citoyens d’autres pays, des Juifs et d’autres “indésirables”.
    Contrôle les personnes avec le système/la technologieContrôler les individus avec les individusContrôler les citoyens avec un dictateur
    Population : surpeupléePopulation : non problématiquePopulation : non problématique
    Purification génétique, réduction de la population généraleNettoyage idéologiqueNettoyage génétique, mais sélectif
    Revenu de base universel (RBI)Structure salariale stratifiée, en fonction des besoins de chaque citoyenStructure de rémunération stratifiée, en fonction du mérite et de la valeur du leadership
    Avance en fonction des progrès de la technologieAvance en fonction du développement de l’idéologieAvance en fonction de la force de la nation
    Conditionnement humain pour vivre au sein du systèmeL’éducation soutient l’idéologieL’éducation soutient le nationalisme
    Citoyen du monde, orienté vers la ville-étatOrienté vers l’État-nationOrienté vers l’État-nation
    Dissolution de l’ÉtatResponsabilise l’ÉtatResponsabilise l’État
    La science sait mieux que quiconqueLes gens savent mieux que quiconqueLes gens savent mieux que quiconque
    Les ingénieurs sociaux se cachent derrière la façade de la scienceLeadership facilement identifiableLeadership facilement identifiable
    “La technocratie est la science de l’ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l’ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l’ensemble de la population…” ( The Technocrat, 1938)

    Élimine complètement le profit et toute propriété privée, établit une économie basée sur les ressources, contrôlée par une élite scientifique utilisant une méthode scientifique basée sur les données.

    Communisme : Doctrine politique et économique qui vise à remplacer la propriété privée et une économie basée sur le profit par la propriété publique et le contrôle communal d’au moins les principaux moyens de production (par exemple, les mines, les moulins et les usines) et des ressources naturelles d’une société. (Encyclopédie Britannica)Fascisme, une philosophie politique, un mouvement ou un régime qui exalte la nation et souvent la race au-dessus de l’individu et qui préconise un gouvernement autocratique centralisé dirigé par un leader dictatorial, une sévère régimentation économique et sociale et la suppression forcée de l’opposition. (Merriam-Webster)

    Un régime politique, ayant des aspirations totalitaires, idéologiquement fondé sur une relation entre les entreprises et le gouvernement centralisé, le contrôle du marché par les entreprises et le gouvernement, la répression de la critique ou de l’opposition, un culte du chef et l’exaltation de l’État et/ou de la religion au-dessus des droits individuels. Par extension, tout système d’autocratie ou d’oligarchie forte allant généralement jusqu’à contourner et enfreindre la loi, à pratiquer le racisme et la violence contre des populations largement désarmées. (Wikitionary)

    “Nous construisons cette société mondiale sans leader mondial. L’ordre mondial n’est plus quelque chose qui peut être dicté ou contrôlé du haut vers le bas. La mondialisation est elle-même l’ordre.” Dr. Parag KhannaUn tremplin vers la technocratie
    Zbigniew Brzezinski a déclaré dans Between Two Ages : America’s Role In the Technetronic Era (1970), que le communisme et le socialisme étaient des tremplins nécessaires pour parvenir à la fin du jeu, mais qu’ils ne constituaient pas la fin du jeu en soi. L’étape finale devait être l’ère technétronique de Brzezinski, à savoir la technocratie.
    1. Jaesa – Paris – iatranshumanisme.com est rapidement devenu le site de référence sur le thème du transhumanisme et de l'intelligence artificielle. C'est un lieu d’échanges et de discussions sur les préoccupations du monde d’aujourd’hui et de demain – de craintes pour les uns, d'espoirs pour les autres. Nous bâtissons un espace porteur de réflexions.« Ce qui se conçoit s’énonce clairement » Boileau.
      Jaesa dit :

      SELFISH LEDGER DE GOOGLE EST UNE VISION TROUBLANTE DE L’INGÉNIERIE SOCIALE DE LA SILICON VALLEY

      Cette vidéo interne de 2016 montre un concept de Google sur la façon dont la collecte totale de données pourrait remodeler la société (The Verge)

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.