Les jumeaux maléfiques du transhumanisme et de la technocratie

Il est facile de relier les points entre la technocratie et le transhumanisme une fois que l’on a compris que tous deux reposent sur la religion pseudo-scientifique du scientisme, selon laquelle la science est un dieu et les scientifiques et ingénieurs en sont le sacerdoce. Cet article fournit le cadre actuel permettant de comprendre ce lien.

La technocratie est à la transformation de la société ce que le transhumanisme est à la transformation de la condition humaine des personnes qui voudraient vivre dans cette société.

Tous deux sont fondés sur une croyance religieuse connue sous le nom de scientisme, selon laquelle la science est un dieu et les scientifiques, les ingénieurs et les technologues sont le sacerdoce qui traduit les découvertes en pratique.

C’est une erreur fatale que d’assimiler le scientisme à la science. La véritable science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée de l’expérimentation et de la validation répétées. En comparaison, le scientisme est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l’univers et la relation de l’homme avec celui-ci.

Le scientisme réfute les points de vue religieux, la morale et la philosophie traditionnels et considère plutôt la science comme la source de la valeur morale personnelle et sociétale.

La relation entre la technocratie et le transhumanisme est apparue dès 1933, lorsque Harold Loeb a écrit Life in a Technocracy : What It Might Be Like :

“La technocratie envisage une autre forme de domestication, une forme dans laquelle l’homme peut devenir plus qu’un homme… La technocratie est conçue pour développer les soi-disant facultés supérieures de chaque homme et non pour rendre chaque homme résigné au sort dans lequel il peut naître… Par la reproduction avec des individus spécifiques pour des buts spécifiques… Une technocratie devrait donc, à terme, produire une race d’hommes supérieure en qualité à toutes celles actuellement connues sur terre…”

Ainsi, Loeb voyait la technocratie (la société) comme produisant une qualité supérieure de l’homme en appliquant une technologie avancée à la condition humaine.

La nature de la technocratie

Formalisé en 1932 par des scientifiques et des ingénieurs de l’université de Columbia, le mouvement s’est défini dans l’édition de 1937 de son magazine, The Technocrat :

“La technocratie est la science de l’ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l’ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l’ensemble de la population…. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, cela sera fait comme un problème scientifique, technique, d’ingénierie.”

En effet, la technocratie était un système économique basé sur la science et l’ingénierie sociale. Les technocrates étaient si sûrs que leur approche scientifique était si juste qu’ils n’avaient pas besoin de la moindre structure politique :

“Il n’y aura pas de place pour la Politique, les Politiciens, la Finance ou les Financiers, les Rackets ou les Racketteurs… La Technocratie distribuera au moyen d’un certificat de distribution disponible pour chaque citoyen de la naissance à la mort.”

Aujourd’hui, la technocratie s’incarne dans le Great Reset du Forum économique mondial et dans les différentes manifestations du développement durable des Nations unies : Agenda 21, Agenda 2030, Nouvel Agenda Urbain, etc.

La nature du transhumanisme

Un pilier philosophique du transhumanisme moderne, Max More, l’a défini en 1990 comme suit :

“Le transhumanisme est une classe de philosophies de vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme humaine actuelle et de ses limites humaines, au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorisant la vie.” (Max More, 1990).

Le moyen d’arriver à ses fins est finalement le génie génétique qui prend le relais et accélère la théorie de l’évolution pour créer l’humanité 2.0.

Depuis l’avènement de la technologie d’édition génétique CRISPR, les Transhumains ont saturé les universités et les entreprises privées pour modifier toutes les catégories d’êtres vivants, y compris les êtres humains.

Ce qui est prêché comme la préservation de la biodiversité par les Nations unies est en réalité la prise de contrôle du matériel génétique, ce qui a été constaté dès 1994, deux ans seulement après les débuts du développement durable et de l’Agenda 21 à la Conférence des Nations unies sur le développement économique (CNUED) à Rio de Janiero, au Brésil.

Le livre de 1994, The Earth Brokers, a été écrit par deux des principaux participants au processus de Rio qui n’ont pas avalé aveuglément ce qui venait de se passer. Ils ont noté deux choses à propos de la convention sur la biodiversité que 156 nations du monde ont adoptée :

“La convention assimile implicitement la diversité de la vie – animaux et plantes – à la diversité des codes génétiques, pour lesquels figurent les ressources génétiques. Ce faisant, la diversité devient quelque chose que la science moderne peut manipuler… la convention promeut la biotechnologie comme étant ‘essentielle pour la conservation et l’utilisation durable de la biodiversité’.”

Deuxièmement, ils ont noté que “le principal enjeu soulevé par la convention sur la biodiversité est la question de la propriété et du contrôle de la diversité biologique… la préoccupation majeure était la protection des industries pharmaceutiques et biologiques émergentes.”

Il n’est guère étonnant aujourd’hui que l’industrie pharmaceutique produise des injections de thérapie génique utilisant de l’ARN génétiquement modifié pour transformer le système immunitaire de l’organisme. Ils travaillent d’arrache-pied depuis 1992 pour faire progresser la technologie nécessaire pour pirater/manipuler le génome humain et entamer la voie de la transformation de l’humanité 2.0.

Cependant, c’est la Technocratie qui a utilisé ses techniques de “science de l’ingénierie sociale” pour manipuler la population mondiale afin qu’elle accepte volontairement les injections de modification génétique des transhumains.

La grande réinitialisation englobe à la fois la technocratie et le transhumanisme

Il a été noté dans de nombreuses revues professionnelles que le Forum économique mondial et son fondateur/porte-parole Klaus Schwab font la promotion de la technocratie et du transhumanisme en même temps. À la lumière de cet article, cela ne devrait pas être surprenant.

La European Academy on Religion and Society (EARS), par exemple, a écrit que :

“…les membres très influents du Forum économique mondial ont un plan pour ce qui devrait venir ensuite. Ce plan s’appelle ‘The Great Reset’ et envisage un avenir véritablement ‘transhumaniste’ pour nous tous […]. Depuis le milieu de l’année 2020, le WEF promeut sa vision de l’avenir post-coronavirus, qu’il appelle “The Great Reset”. Selon eux, la pandémie a révélé les faiblesses de notre ancien système et constitue donc une occasion parfaite de “réinitialiser” notre monde et de repartir sur de nouvelles bases. Ce qui frappe dans ce plan, que le WEF a condensé sous la forme d’une carte mentale en forme de virus, c’est son approbation implicite d’une philosophie appelée le “transhumanisme”.

Comme indiqué initialement, “La technocratie est à la transformation de la société ce que le transhumanisme est à la transformation de la condition humaine des personnes qui voudraient vivre dans cette société.”

En conclusion, les jumeaux maléfiques de la technocratie et du transhumanisme, ainsi que leur religion sous-jacente, le scientisme, doivent être reconnus pour ce qu’ils sont, mais surtout, ils doivent être combattus et rejetés de tout notre être.

Patrick Wood

Patrick Wood est un expert éminent et critique du développement durable, de l’économie verte, de l’Agenda 21, de l’Agenda 2030 et de la technocratie historique. Il est l’auteur de Technocracy Rising : The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I et II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.

Pas de vie privée, pas de propriété : Le monde en 2030 selon le WEF

Le Forum économique mondial (WEF) a été fondé il y a cinquante ans. Il a gagné en importance au fil des décennies et est devenu l’une des principales plateformes de réflexion et de planification futuristes. Lieu de rencontre de l’élite mondiale, le WEF réunit les leaders du monde des affaires et de la politique ainsi que quelques intellectuels sélectionnés.

L’idée maîtresse du forum est le contrôle mondial. Les marchés libres et le choix individuel ne sont pas les valeurs principales, mais l’interventionnisme étatique et le collectivisme. La liberté individuelle et la propriété privée sont appelées à disparaître de la planète d’ici 2030, selon les projections et les scénarios du Forum économique mondial.

Huit prédictions

La liberté individuelle est à nouveau en danger. Ce qui nous attend peut-être a été projeté en novembre 2016 lorsque le WEF a publié “8 prédictions pour le monde en 2030.” Selon le scénario du WEF, le monde deviendra un endroit tout à fait différent d’aujourd’hui, car la façon dont les gens travaillent et vivent va subir un profond changement. Le scénario pour le monde en 2030 est plus qu’une simple prévision. C’est un plan dont la mise en œuvre s’est accélérée de manière drastique depuis l’annonce d’une pandémie et les confinements qui en découlent.

Selon les projections des “Global Future Councils” du WEF, la propriété privée et la vie privée seront abolies au cours de la prochaine décennie. L’expropriation à venir irait même plus loin que la demande communiste d’abolir la propriété des biens de production tout en laissant un espace pour les possessions privées. La projection du WEF indique que les biens de consommation, eux aussi, ne seraient plus une propriété privée.

Si la projection du WEF devait se réaliser, les gens devraient louer et emprunter leurs biens de première nécessité à l’État, qui serait le seul propriétaire de tous les biens. L’offre de biens serait rationnée en fonction d’un système de points de crédit social. Le shopping au sens traditionnel du terme disparaîtrait en même temps que les achats privés de biens. Chaque déplacement personnel serait suivi électroniquement, et toute production serait soumise aux exigences d’une énergie propre et d’un environnement durable.

Afin de parvenir à une “agriculture durable”, l’approvisionnement alimentaire sera principalement végétarien. Dans la nouvelle économie totalitaire de services, le gouvernement fournira le logement, la nourriture et les transports de base, le reste devant être prêté par l’État. L’utilisation des ressources naturelles sera réduite à son minimum. En coopération avec les quelques pays clés, une agence mondiale fixera le prix des émissions de CO2 à un niveau extrêmement élevé pour en dissuader l’utilisation.

Dans une vidéo promotionnelle, le Forum économique mondial résume les huit prédictions dans les termes suivants :

– Les gens ne posséderont rien. Les biens seront gratuits ou devront être prêtés par l’État.

– Les États-Unis ne seront plus la première superpuissance, mais une poignée de pays dominera.

– Les organes ne seront pas transplantés mais imprimés.

– La consommation de viande sera réduite au minimum.

– Des déplacements massifs de populations auront lieu avec des milliards de réfugiés.

– Pour limiter l’émission de dioxyde de carbone, un prix mondial sera fixé à un niveau exorbitant.

– Les gens pourront se préparer à aller sur Mars et à entamer un voyage à la recherche de vie extraterrestre.

– Les valeurs occidentales seront testées jusqu’au point de rupture…

Au-delà de la vie privée et de la propriété

Dans une publication pour le Forum économique mondial, l’éco-activiste danoise Ida Auken, qui avait été ministre de l’environnement de son pays de 2011 à 2014 et qui est toujours membre du Parlement danois (le Folketing), a élaboré le scénario d’un monde sans vie privée ni propriété. Dans “Bienvenue en 2030“, elle envisage un monde où “je ne possède rien, je n’ai aucune vie privée, et la vie n’a jamais été aussi belle.” En 2030, selon son scénario, les achats et la propriété sont devenus obsolètes, car tout ce qui était autrefois un produit est désormais un service.

Dans ce nouveau monde idyllique qui est le sien, les gens ont un accès gratuit aux transports, au logement, à la nourriture, “et à toutes les choses dont nous avons besoin dans notre vie quotidienne.” Comme ces choses deviendront gratuites, “cela a fini par ne plus avoir de sens pour nous de posséder quoi que ce soit.” Il n’y aurait pas de propriété privée dans les maisons et personne ne paierait de loyer, “parce que quelqu’un d’autre utilise notre espace libre quand nous n’en avons pas besoin.”

Le salon d’une personne, par exemple, sera utilisé pour des réunions d’affaires en son absence. Des préoccupations telles que “les maladies liées au mode de vie, le changement climatique, la crise des réfugiés, la dégradation de l’environnement, les villes complètement congestionnées, la pollution de l’eau, la pollution de l’air, les troubles sociaux et le chômage” appartiennent au passé. L’auteur prédit que les gens seront heureux de jouir d’une vie si agréable qui est tellement meilleure “que le chemin sur lequel nous étions, où il est devenu si clair que nous ne pouvions pas continuer avec le même modèle de croissance.”

Paradis écologique

Dans sa contribution 2019 à la réunion annuelle des Global Future Councils du Forum économique mondial, Ida Auken prédit à quoi le monde pourrait ressembler dans le futur “si nous gagnons la guerre contre le changement climatique“. En 2030, lorsque les émissions de CO2 seront fortement réduites, les gens vivront dans un monde où la viande dans l’assiette “sera un spectacle rare”, tandis que l’eau et l’air seront beaucoup plus propres qu’aujourd’hui. En raison du passage de l’achat de biens à l’utilisation de services, la nécessité d’avoir de l’argent disparaîtra, car les gens dépenseront de moins en moins pour acheter des biens. Le temps de travail diminuera et le temps de loisirs augmentera.

Pour le futur, Auken imagine une ville où les voitures électriques auront remplacé les véhicules à combustion conventionnels. La plupart des routes et des places de stationnement seront devenues des parcs verts et des zones de promenade pour les piétons. D’ici à 2030, l’agriculture offrira principalement des alternatives végétales à la viande et aux produits laitiers dans l’approvisionnement alimentaire. L’utilisation des terres pour produire des aliments pour animaux diminuera considérablement et la nature se répandra à nouveau sur le globe.

Fabriquer le consentement social

Comment amener les gens à accepter un tel système ? L’appât pour séduire les masses est l’assurance de soins de santé complets et d’un revenu de base garanti. Les promoteurs de la Grande Réinitialisation promettent un monde sans maladies.

Grâce aux organes produits par les biotechnologies et aux traitements médicaux individualisés basés sur la génétique, une espérance de vie considérablement accrue et même l’immortalité seraient possibles. L’intelligence artificielle éradiquera la mort et éliminera la maladie et la mortalité. La course est lancée entre les entreprises de biotechnologie pour trouver la clé de la vie éternelle.

Outre la promesse de transformer n’importe quelle personne ordinaire en un surhomme divin, la promesse d’un “revenu de base universel” est très attrayante, en particulier pour ceux qui ne trouveront plus d’emploi dans la nouvelle économie numérique. Obtenir un revenu de base sans avoir à passer par le tapis roulant et la disgrâce de la demande d’aide sociale est utilisé comme un appât pour obtenir la faveur des pauvres.

Pour le rendre économiquement viable, la garantie d’un revenu de base nécessiterait le nivellement des différences salariales. Les procédures techniques du transfert de l’argent de l’État seront utilisées pour promouvoir la société sans espèces. Avec la numérisation de toutes les transactions monétaires, chaque achat individuel sera enregistré. Par conséquent, les autorités gouvernementales auront un accès illimité pour superviser en détail la façon dont chaque personne dépense son argent.

Un revenu de base universel dans une société sans argent liquide permettrait d’imposer un système de crédit social et de fournir le mécanisme permettant de sanctionner les comportements indésirables et d’identifier les personnes superflues et non désirées.

Qui seront les dirigeants ?

Le Forum économique mondial est silencieux sur la question de savoir qui gouvernera dans ce nouveau monde.

Il n’y a aucune raison de s’attendre à ce que les nouveaux détenteurs du pouvoir soient bienveillants. Pourtant, même si les principaux décideurs du nouveau gouvernement mondial n’étaient pas méchants mais simplement technocrates, quelle raison aurait une technocratie administrative de s’occuper des indésirables ? Quel sens cela a-t-il pour une élite technocratique de transformer l’homme ordinaire en surhomme ? Pourquoi partager les avantages de l’intelligence artificielle avec les masses et ne pas garder la richesse pour quelques élus ?

Sans se laisser influencer par les promesses utopiques, une évaluation sobre des plans doit arriver à la conclusion que dans ce nouveau monde, il n’y aura pas de place pour l’individu moyen et qu’il sera mis à l’écart avec les “inemployables”, les “faibles d’esprit” et les “mal élevés”. Derrière la prédication de l’évangile progressiste de la justice sociale par les promoteurs de la Grande Réinitialisation et de l’établissement d’un nouvel ordre mondial se cache le sinistre projet d’eugénisme, qui, en tant que technique, est maintenant appelé “génie génétique” et, en tant que mouvement, est nommé “transhumanisme”, un terme attribué à Julian Huxley, le premier directeur de l’UNESCO.

Les promoteurs du projet gardent le silence sur qui seront les dirigeants de ce nouveau monde. La nature dystopique et collectiviste de ces projections et plans est le résultat du rejet du capitalisme libre. L’établissement d’un monde meilleur par le biais d’une dictature est une contradiction dans les termes. La réponse aux problèmes actuels n’est pas moins mais plus de prospérité économique. Nous avons donc besoin de plus de marchés libres et de moins de planification étatique. Le monde devient plus vert et une baisse du taux de croissance de la population mondiale est déjà en cours. Ces tendances sont la conséquence naturelle de la création de richesses par les marchés libres.

Conclusion

Le Forum économique mondial et ses institutions connexes, associés à une poignée de gouvernements et à quelques entreprises de haute technologie, veulent faire entrer le monde dans une nouvelle ère sans propriété ni vie privée. Des valeurs comme l’individualisme, la liberté et la poursuite du bonheur sont en jeu, pour être répudiées en faveur du collectivisme et de l’imposition d’un “bien commun” défini par l’élite autoproclamée de technocrates.

Ce qui est vendu au public comme une promesse d’égalité et de durabilité écologique est en fait une attaque brutale contre la dignité humaine et la liberté. Au lieu d’utiliser les nouvelles technologies comme un instrument d’amélioration, la Grande Réinitialisation cherche à utiliser les possibilités technologiques comme un outil d’asservissement. Dans ce nouvel ordre mondial, l’État est le propriétaire unique de tout. On laisse à notre imagination le soin de déterminer qui programmera les algorithmes qui gèrent la distribution des biens et des services.

Antony P. Mueller

Antony P. Mueller est un professeur d’économie allemand qui enseigne actuellement au Brésil.

L’adaptation de la technocratie et du transhumanisme

Big Tech → technocratie → transhumanisme

Si la société doit être transformée en Technocratie, alors les humains qui y vivent doivent être modifiés en Transhumains. En d’autres termes, la société parfaitement efficace et utopique envisagée par les technocrates serait rapidement souillée si elle était habitée par des humains faibles d’esprit et imparfaits dans leur forme actuelle. C’est exactement la raison pour laquelle nous voyons de nombreux technocrates qui s’identifient également comme des transhumains. Parmi les noms connus qui viennent à l’esprit figurent Elon Musk (Tesla), Jeff Bezos (Amazon), Ray Kurzweil (Google) et Peter Thiel (PayPal).

Pour saisir cette image plus large, il est nécessaire de répondre à trois questions :

Qu’est-ce que la technocratie ?
Qu’est-ce que le transhumanisme ?
Comment le scientisme est-il le ciment qui les unit ?

Qu’est-ce que la technocratie ?

En 1937, le magazine The Technocrat écrivait :

La technocratie est la science de l’ingénierie sociale, le fonctionnement scientifique de l’ensemble du mécanisme social pour produire et distribuer des biens et des services à l’ensemble de la population.

Le magazine explique ensuite que la technocratie rejette le capitalisme, la libre entreprise et les politiciens élus et qu’elle cherche à créer un système économique basé sur les ressources, dans lequel les scientifiques, les ingénieurs et les techniciens seraient les seuls à planifier et à contrôler la société.

Aujourd’hui, de nombreux technocrates n’ont aucune idée des objectifs plus profonds de la technocratie, mais utilisent néanmoins leur expertise pour diriger des portions de la société sans aucun égard pour les processus politiques traditionnels de l’Amérique. Le “gouvernement par les experts” est une règle, mais ce n’est qu’une partie subalterne de l’objectif global qui consiste à remplacer notre système économique actuel par le développement durable, alias la technocratie, l’économie verte, le New Deal vert, etc.

Qu’est-ce que le transhumanisme ?

Un champion moderne du transhumanisme, le Dr Max More, a écrit,

Le transhumanisme est un mouvement vaguement défini qui s’est développé progressivement au cours des deux dernières décennies. “Le transhumanisme est une classe de philosophies de vie qui cherchent à poursuivre et à accélérer l’évolution de la vie intelligente au-delà de sa forme actuellement humaine et de ses limites humaines, au moyen de la science et de la technologie, guidées par des principes et des valeurs favorables à la vie.” (Max More, 1990).

Les transhumanistes cherchent à appliquer des technologies avancées à la condition humaine afin de prendre en charge le processus d’évolution et de créer littéralement des Humains 2.0. Le Saint Graal du transhumanisme est d’atteindre l’immortalité, mais dans le processus, ils ont l’intention d’éliminer les caractéristiques les plus négatives des Humains 1.0 : leur nature guerrière et leur tendance à être argumentatifs, incohérents, peu fiables, etc. Il s’agit d’un nettoyage génétique à grande échelle.

Le scientisme est le ciment qui les unit.

Le scientisme est une proposition religieuse qui a été présentée pour la première fois par le philosophe français Henri De Saint-Simon (1760-1825). Il a écrit ,

“Un scientiste, mes chers amis, est un homme qui prévoit ; c’est parce que la science fournit les moyens de prévoir qu’elle est utile, et que les scientistes sont supérieurs à tous les autres hommes.”

Alors que la vraie science explore le monde naturel en utilisant la méthode scientifique éprouvée de l’expérimentation et de la validation répétées, le scientisme de Saint-Simon est une vision du monde spéculative et métaphysique sur la nature et la réalité de l’univers et la relation de l’homme avec celui-ci.

Saint-Simon proposait que le leadership religieux de son époque soit littéralement remplacé par un sacerdoce de scientistes et d’ingénieurs, qui interpréteraient l’oracle de la science afin de faire des déclarations à la société sur les actions humaines nécessaires pour mener l’humanité à l’Utopie. Ainsi, la science serait élevée au rang de divinité immuable, adorée par ses adeptes, qui sont dirigés par ses prêtres.

La technocratie et le transhumanisme sont tous deux basés sur le scientisme.

Tous deux croient que la science, l’ingénierie et la technologie de pointe sont les instruments exclusifs du progrès. Tous deux sont adeptes de la promesse d’avantages qui sont toujours à portée de main, mais qui ne se concrétisent jamais. Tous deux sont experts dans la manipulation des gouvernements pour qu’ils fournissent les ressources des contribuables afin de financer leurs projets respectifs. Tous deux croient qu’ils détournent les processus d’évolution pour créer un avenir conçu par les technologues.

The Technocrat – Vol. 3 – No. 4 – September 1937

Pas de futur ici, allez sur Mars…

Un lien encore plus important entre la technocratie et le transhumanisme est qu’ils ne voient aucun avenir pour le monde tel qu’il existe aujourd’hui. Les écologistes radicaux comme Greta Thunberg pensent que le monde n’a plus que 12 ans avant qu’une apocalypse climatique ne nous détruise tous. Elon Musk utilise ses milliards pour échapper à la Terre en finançant sa société de fusées SpaceX, avec l’intention ultime de coloniser Mars. Jeff Bezos finance à titre privé sa société Blue Origin dans le même but : coloniser Mars. Ils ont tous deux déclaré que le seul avenir de l’humanité est dans l’espace, en peuplant le cosmos parce que la Terre va se retrouver dans une impasse lorsque ses ressources naturelles seront épuisées.

En bref, la technocratie et le transhumanisme sont tous deux anti-humains. La technocratie, canalisée par les Nations unies sous le nom de développement durable, estime que la Terre ne peut supporter qu’un milliard d’êtres humains environ. En outre, tous les humains sont considérés comme de simples ressources au même titre que les animaux de troupeau tels que le bétail. Le transhumanisme estime que l’humanité 1.0 est pratiquement morte et que le seul espoir pour l’avenir de l’homme est que les scientistes transhumains inventent l’humanité 2.0 et quittent complètement la Terre.

Dans un sens, l’allocation stricte des ressources et de l’énergie par la Technocratie ne marque qu’un modèle de confinement pendant qu’elle construit et teste la technologie du voyage spatial.

Cette pensée n’est pas nouvelle. En 1872, Winwood Reade a écrit The Martyrdom of Man (Le martyre de l’homme), dans lequel il affirme aussi clairement que n’importe quel transhumaniste ou technocrate moderne pourrait le faire :

Les maladies seront extirpées ; les causes de la décadence seront supprimées ; l’immortalité sera inventée. Et alors, la terre étant petite, l’humanité migrera dans l’espace, et traversera les Saharas sans air qui séparent les planètes les unes des autres, et le soleil du soleil. La terre deviendra une Terre Sainte qui sera visitée par des pèlerins venus de tous les coins de l’univers. Enfin, les hommes maîtriseront les forces de la Nature ; ils deviendront eux-mêmes des architectes de systèmes, des constructeurs de mondes.

Ces corps que nous portons maintenant appartiennent aux animaux inférieurs ; notre esprit les a déjà dépassés ; déjà nous les regardons avec mépris. Un temps viendra où la Science les transformera par des moyens que nous ne pouvons pas conjecturer, et que, même si on nous les expliquait, nous ne pourrions pas comprendre maintenant, de même que le sauvage ne peut pas comprendre l’électricité, le magnétisme, la vapeur. (p. 179)

Le mot “radical” n’effleure même pas la surface.

À la lumière de ce qui précède, j’espère que vous réalisez que vous ne pouvez tout simplement pas regarder les technocrates et les transhumanistes et leur coller des étiquettes telles que marxiste, socialiste, communiste ou fasciste. Les transhumanistes et les technocrates représentent un nouveau type de radicalité que le monde n’a jamais vu auparavant.

Cela ne signifie rien lorsque des personnes se réunissent pour discuter de questions philosophiques et de nouvelles façons de faire les choses, si elles n’ont pas les moyens de faire ce qu’elles prétendent. Jeff Bezos n’attend pas que la NASA colonise Mars ; il construit son propre vaisseau spatial avec son propre argent. De même, Elon Musk autofinance sa propre flotte spatiale. Le défunt financier mondial, David Rockefeller, n’a pas attendu que les gouvernements mettent en place un nouvel ordre économique, mais a plutôt utilisé ses propres fonds pour créer la Commission trilatérale et ses propres transformations économiques.

Grâce à l’adoption par les Nations unies de la technocratie en tant que développement durable, les politiques de l’Agenda 21 ont été étendues à tous les coins de la planète, y compris à chaque ville et comté d’Amérique. Dans l’ignorance totale du piège qui leur est tendu, les gens exigent maintenant plus, et non moins. Le réchauffement climatique est utilisé comme un bélier pour briser le système économique actuel, ouvrant la voie à la seule alternative proposée : Le développement durable, alias la technocratie.

Utiliser le mot “radical” pour décrire la technocratie et le transhumanisme serait un euphémisme. Ils sont tous deux en dehors des limites de la réalité objective. Et pire encore, ils entraînent le reste d’entre nous avec eux.

“La technocratie est à la société ce que le transhumanisme est aux personnes qui voudraient faire partie de cette société transformée”, Patrick Wood.

Patrick Wood est un expert éminent et critique du développement durable, de l’économie verte, de l’Agenda 21, de l’Agenda 2030 et de la technocratie historique. Il est l’auteur de Technocracy Rising : The Trojan Horse of Global Transformation (2015) et co-auteur de Trilaterals Over Washington, Volumes I et II (1978-1980) avec le regretté Antony C. Sutton.

Qu’est-ce que l’agenda transhumaniste ?

Si le concept de transhumanisme fait l’objet d’un film de science-fiction spectaculaire, il est en passe de devenir une réalité avec l’avènement de la quatrième révolution industrielle. Le fait d’être à moitié machine et à moitié humain peut sembler séduisant et permettrait à la race humaine de “tromper la mort”, mais d’innombrables risques et préoccupations concernant la liberté de choix, l’identité et la vie privée continuent d’être ignorés.

Transcription Fr

La technologie est presque devenue notre bouée de sauvetage, sans elle, il semble que le monde s’arrêterait de tourner et que la société tomberait. Nous passons la plupart de notre temps collés à nos gadgets, à nous entendre dire que nous devons acheter la prochaine meilleure technologie, plus puissante, plus rapide et dotée de nouvelles fonctionnalités. Nous entendons des nouvelles sur le développement de l’IA, les nanopuces, un avenir où nous pouvons télécharger notre conscience sur le cloud et atteindre l’immortalité. Mais avons-nous le choix en la matière ? Ou la technologie mettra-t-elle fin à l’humanité telle que nous la connaissons ? Bienvenue dans le monde du tranhumanisme.

Le transhumanisme est la croyance que la race humaine peut évoluer au-delà de ses limites actuelles, mentales et physiques, grâce aux moyens de la science et de la technologie. Le transhumanisme est une croyance philosophique, c’est une philosophie, et c’est assez récent aussi. Par exemple, les “principes de l’extropie“, rédigés en 1990, résument les valeurs et les convictions fondamentales du transhumanisme. Et ce serait le premier document explicite du transhumanisme et du concept de transhumanisme tel que nous le connaissons aujourd’hui.

Une définition du transhumanisme est le mouvement intellectuel et culturel qui affirme la possibilité, et l’opportunité d’améliorer fondamentalement la condition humaine par l’application de la raison, en particulier en développant et en rendant largement disponibles des technologies permettant d’éliminer le vieillissement des capacités physiques et psychologiques.

Ainsi, la principale croyance du transhumanisme est d’améliorer la race humaine, ou de supprimer ses limites, afin que l’humanité puisse évoluer vers quelque chose de bien plus grand, de bien meilleur, et que nous puissions vivre éternellement, sans être limités par la maladie, nous deviendrons posthumain, nous deviendrons plus qu’humain, nous deviendrons essentiellement l’équivalent de dieux, d’après certains. Ces barrières de l’humanité seront supprimées par la technologie et la science. Il est dit que tout ceci peut être réalisé par la science et la technologie, qui inclut les médicaments, la nanotechnologie, les biopuces, le clonage, la bionique, l’intelligence artificielle, et bien plus encore.

Nous en avons déjà vu des exemples, avec le développement par elon musk de l’intelligence artificielle.

“Vous voulez vous voulez avoir un dispositif que vous pouvez mettre dans votre tête, et avoir l’impression d’être tout à fait normal, mais qui résout un problème important dans votre cerveau ou votre colonne vertébrale…”

Nous l’avons aussi vu avec l’augmentation des micropuces, les gens sont encouragés à s’intéresser aux micropuces qui rendront leur vie tellement plus facile.

“J’ai deux puces implantées, une à droite et une à gauche, j’ai eu des micro-implants parce que je voulais faire partie du futur…”

Il en va de même avec l’intelligence artificielle, qui est présente dans des appareils d’aujourd’hui, comme les téléviseurs intelligents d’aujourd’hui et tout ce qui s’y rattache, alexa, siri, toutes ces choses sont de l’intelligence artificielle. Cependant la principale préoccupation du transhumanisme, c’est qu’il semble qu’il n’y ait pas vraiment de choix en la matière. On s’attend à ce que tout le monde suive cet agenda, en voulant devenir plus qu’un simple humain, en voulant se lier avec les machines.

Si vous ne voulez pas prendre part à ça et bien j’ai bien peur que vous n’ayez pas beaucoup de choix, car c’est quelque chose qui est encouragé sur tous les fronts comme un seul, c’est essentiellement chercher la fin de l’humanité telle qu’on la connait aujourd’hui, pour évoluer vers quelque chose de bien meilleur, donc si l’humanité devait être anéantie ce n’est pas un problème, car ça signifie qu’on peut se reconstruire en quelque chose de plus grand.

Le transhumanisme n’est qu’une partie du puzzle, car une fois qu’on évolue vers quelque chose de plus grand on devient post-humain, et on entre dans le post-humanisme. Le post-humanisme est le dépassement des limites qui définissent les aspects les moins désirables de la condition humaine, ce qui inclut le vieillissement, la souffrance de la maladie et la mort elle-même. Les post-humains ne souffriraient plus de ces problèmes qui affligent l’humanité, ceci est décrit en soi comme une liberté morphologique, où les humains auront une plus grande capacité physique, et une plus grande liberté de forme. Les post-humanistes croient que nous aurons un quotient intellectuel plus élevé et de meilleures capacités cognitives, que nous serons des superordinateurs sur les ordinateurs, que nous serons tous les super-héros des films de science-fiction, et que nous serons fondamentalement les meilleurs que nous puissions jamais devenir.

Le transhumanisme et le posthumanisme ne sont pas vraiment que des philosophies, certains disent que ce sont des agendas, qu’ils font partie d’un plus grand plan qui veut en effet être réalisé, et beaucoup de gens ne réalisent pas que cela peut avoir lieu. Pour certains le transhumanisme semble merveilleux, une vie où nous pouvons vivre fusionnés avec la technologie, une vie où nous ne sommes pas liés à cette terre par la maladie, ou la faim, notre conscience peut même être téléchargée sur le cloud et nous pouvons vivre pour toujours, comme une sorte d’humain-cyborg.

Mais laissons ça de côté pour l’instant, les vrais objectifs de l’agenda transhumaniste sont essentiellement la fabrication de l’évolution humaine, l’ingénierie humaine, la suppression de la divinité elle-même de l’humanité, afin que l’humanité perde son utilité. Le divin sera séparé de l’humain, et nous n’aurons plus notre moi naturel. Les humains deviendront des machines, il sera impossible de faire la différence entre chacun d’entre nous. Les scientifiques eux-mêmes seront vénérés comme des dieux pour avoir été capables de créer une telle technologie, et de développer l’humanité, ils seront vus comme des sauveurs, ce qui en soi est un faux culte et de l’idolâtrie.

Et le but principal de tout cela, est de gagner plus de contrôle sur les masses elles-mêmes, si tout le monde est comme une machine et que tout le monde consent, qu’il le veuille ou non, à ne faire qu’un avec la technologie, alors nous pouvons facilement être manipulés.

“Nous n’avons que des bribes d’informations, mais ce dont nous sommes certains, c’est qu’à un moment donné au début du 21ème siècle toute l’humanité était unie dans la célébration, nous nous sommes émerveillés de notre propre magnificence alors que nous donnions naissance à une IA. IA… tu veux dire l’intelligence artificielle ? Une conscience unique qui a engendré une race entière de machines. Nous ne savons pas qui a frappé en premier, nous ou eux, mais nous savons que c’est nous qui avons brûlé le ciel. A l’époque ils étaient dépendants de l’énergie solaire et on pensait qu’ils ne pourraient pas survivre sans une source d’énergie aussi abondante que le soleil. Tout au long de l’histoire de l’humanité nous avons été dépendants des machines pour survivre, le destin semble-t-il, n’est pas sans un certain sens de l’ironie…”

Disons que vous avez téléchargé votre conscience dans le cloud comme nous l’avons mentionné, qui gère le cloud ? Ce sera ces grandes entreprises technologiques, et une fois qu’ils vous ont, vous êtes techniquement piégé dans une machine.
Avant de plonger plus profondément dans l’agenda lui-même, il est temps de jeter un coup d’oeil à l’histoire du transhumanisme très brièvement.

Le terme transhumanisme est censé avoir de nombreuses origines différentes, cependant le terme lui-même n’a pas vraiment été exploré correctement jusqu’à très récemment dans la Divine Comédie de Dante Alighieri en 1312, “trans-humain” a été utilisé pour la première fois et sa définition était de passer au-delà de l’humain, mais cette utilisation était en termes spirituels et ne faisait pas référence à la science, à la technologie ou au fait de devenir un avec les machines, ce que nous supposerions que le transhumanisme signifie aujourd’hui.

En 1935, T. S. Eliot a utilisé le terme transhumanisé, dans son livre “the cocktail party” et le terme était utilisé de manière à représenter l’illumination, plutôt que la transformation médiée par la technologie, encore une fois l’usage ne se référait pas aux machines en tant que telles ou au fait de devenir un avec les machines, mais avait un usage très différent, mais comme vous pouvez le voir le terme lui-même a toujours a des liens avec le fait de devenir plus qu’un simple humain, devenir plus grand et meilleur.

Et enfin en 1957 Julian Huxley avait un chapitre intitulé “transhumanisme” dans son livre “New bottles for new wine” l’usage de ce terme était expliqué dans le livre, en disant que “l’homme reste un homme mais se transcende en réalisant de nouvelles possibilités de et pour sa nature humaine.” C’est ici que le transhumanisme est censé prendre racine, le mot lui-même a été utilisé directement dans le but de devenir plus qu’un humain, transcender, être plus grand, devenir quelque chose de nouveau. Cependant, Huxley n’a pas développé ce sens en philosophie, l’usage est apparu après que le terme ait été inventé indépendamment pour le transhumanisme.

En outre, on pourrait soutenir que cette recherche du transhumanisme est une philosophie en elle-même, bien qu’elle ne soit pas directement perçue comme une philosophie. En outre, dans le passé, il y avait en effet une recherche de quelque chose de plus grand, pour faire évoluer l’humanité, en presque dieux, par exemple avec la recherche de la pierre philosophale, ou de l’élixir de vie. Cela peut être interprété comme une forme de technologie magique, capable de transmuter les éléments, car on croyait que l’élixir de vie et la pierre philosophale pouvaient guérir toutes les maladies et conférer l’immortalité à la personne qui les utilisait.

Jusqu’à aujourd’hui, le transhumanisme est une philosophie qui est appliquée par bien des élites de ce monde, il y a beaucoup de gens qui semblent suivre cette croyance que les humains devraient devenir plus que de simples humains, nous devrions devenir plus que de la chair et du sang. Pendant que certaines personne voient cela d’un bon oeil parce qu’ils ont de bonnes intentions pour l’humanité, il y en a beaucoup qui voient le transhumanisme comme simplement un moyen de contrôler la population et de mettre en avant un nouvel ordre mondial. Comment cela pourrait-il être réalisé ?

Le transhumanisme fait partie de la quatrième révolution industrielle. La quatrième révolution industrielle est un concept qui a été fortement poussé par le forum économique mondial. Le forum économique mondial est essentiellement un rassemblement des élites où elles décident des programmes à mettre en place contre l’humanité, l’avenir de l’humanité au profit des élites pour contrôler la population et manipuler ce qui se passe, mais publiquement, elles déclarent être une organisation internationale pour la coopération public-privé.

Le forum économique mondial lui-même a été créé en 1971, d’après eux… et c’est une organisation à but non lucratif, d’après eux… Avec son siège se situant à Génève en Suisse. C’est sensé être indépendant, impartial et non liés à de quelconques intérêts. C’est ce qu’ils disent. La quatrième révolution industrielle est décrite comme un nouveau chapitre du développement humain, rendu possible par des avancées technologiques extraordinaires, comparables à celles de la première, de la deuxième et de la troisième révolution industrielle.

La quatrième révolution industrielle représente des façons entièrement nouvelles dont la technologie s’intègre dans les sociétés et même dans nos corps humains. Les exemples incluent l’édition du génome, de nouvelles formes d’intelligence artificielle, des matériaux révolutionnaires, et des approches de la gouvernance qui reposent sur des méthodes cryptographiques telles que la blockchain. Le forum économique mondial a décrit la quatrième révolution industrielle, comme quelque chose de très souhaitable…

“la quatrième révolution industrielle, est telle que les innovations auxquelles nous assistons aujourd’hui en termes d’intelligence artificielle, l’internet des objets, l’informatique dématérialisée, la robotique avancée, et bien d’autres, constituent ensemble une nouvelle phase dans le développement humain aujourd’hui. Au même titre, voire plus, que les précédentes révolutions industrielles en termes d’échelle et d’impact. Le covid-19, est quelque chose a accéléré ce mouvement industriel en cours…
Faites le taire ! Tout le monde s’en moque !”

Cela signifie que le monde entier vaincra la pauvreté, personne n’aura faim, le monde lui-même deviendra plus vert, nous utiliserons des technologies vertes, nous serons tous interfacés comme une grande société et connectés les uns aux autres, l’état lui-même s’occupera de nous et une partie de cela est d’utiliser ces technologies qu’ils ont décrites. Tout cela semble être une grande utopie pour certains, mais d’autres pensent, qu’il y a des objectifs et des desseins néfastes derrière cette poussée du transhumanisme.

La première révolution, qui a commencé dans les années 1700, utilisait l’eau et la vapeur pour mécaniser la production la seconde, entre les années 1800 et la première guerre mondiale, a progressé vers l’énergie électrique pour créer le système de production de l’électricité, la troisième a utilisé l’électronique et les technologies de l’information, pour entamer le processus d’automatisation de la production. Et, enfin, la quatrième révolution cherche à s’appuyer sur la troisième, et est qualifiée de révolution numérique.

Schwab décrit cela comme une fusion des technologies, qui comprends la sphère physique, numérique et biologique. Klaus Schwab veut que l’humanité se transforme en machines, il pense que ce lien entre la chair et le métal, est quelque chose à voir comme une merveilleuse opportunité pour nous de dépasser nos limites. Alors qu’en réalité il ne s’agit pas de cela du tout, ils ne pourraient pas moins s’en soucier. Klaus Schwab est à la tête du forum économique mondial, il en est en gros le directeur, vous l’avez peut-être déjà vu quelque part, et il a parlé ouvertement de “built back better” et de “the great reset“.

“Certains diraient de “mieux reconstruire” nous dirions “d’avoir une grand réinitialisation”

Il veut que le monde évolue vers une vraie civilisation mondiale, la destruction de la société elle-même en une seule société gigantesque, il n’y aura plus de petites sociétés éparpillées dans le monde, tout le monde sera un. Il n’y aura plus moyen de différencier les villes, les villages, les pays eux-mêmes, tout sera contrôlé par un seul gouvernement, et bientôt des technologies qui ont plus de pouvoir que ce que nous croyons avoir actuellement. Il estime que cette quatrième révolution industrielle offre la possibilité de robotiser l’humanité et donc de compromettre nos sources traditionnelles de sens, le travail, la communauté, la famille, et l’identité, toutes ces traditions, les croyances, et les valeurs qui nous tiennent à cœur, n’existeront plus, elles sont considérées comme très dépassées pour le forum économique mondial.

Si nous avons des valeurs alors nous avons une morale, et c’est quelque chose qui n’est pas très bon pour le forum économique mondial, parce que cela signifie que nous sommes des personnes individuelles, et qu’en tant qu’individus nous pouvons penser par nous-mêmes, ce qui, encore une fois, n’est pas une très bonne chose. Si nous supprimons ces valeurs, nous supprimons les traditions, et nous supprimons les normes de la société, comme avoir une famille, être religieux, avoir une identité, être capable de penser par soi-même, aller au travail, faire ce qu’on aime, si on enlève ça, alors on peut être modelé en ce que les élites veulent, et ça implique en partie d’être modelé en machines, qui font simplement ce qu’on leur dit.
Si les gens savaient ce qui se passe, et que le gouvernement, et ces élites s’avançaient et disaient : “Ecoutez, nous voulons aller de l’avant avec cette idée de transhumanisme que nous avons, cela signifie que vous n’aurez pas vraiment d’identité, vous ne posséderez rien, vous ne serez même pas propriétaire de vous-même car nous posséderons la technologie que vous implanterez en vous.”

Qu’en pensez-vous, pensez-vous que c’est une bonne idée ? La majorité dira probablement non, car pourquoi quelqu’un voudrait-il être contrôlé par une puce en lui ? Pourquoi quelqu’un voudrait-il accepter un programme qui signifie qu’il n’est plus en contact avec son moi naturel ? Pour contourner cela les élites utilisent l’ingénierie sociale.

L’ingénierie sociale est une façon de manipuler les masses, il s’agit de faire de la société ce que l’on veut qu’elle soit, il s’agit de mettre en place un changement, forcer le changement d’une manière telle que les gens ne remarquent pas vraiment qu’il a lieu. Edward Bernays dans son livre “propagande” qui a été écrit dans les années 30 a décrit cela comme une méthode de contrôle mental. Il affirme que la manipulation consciente et intelligente des habitudes et opinions organisées des masses est un élément important de la société démocratique. Ceux qui manipulent, ces mécanismes masqués de la société, constituent un gouvernement invisible qui est le réel pouvoir de nos pays. Nous sommes gouvernés, nos esprits sont modelés, nos goûts sont formés, nos idées sont suggérées, en grande partie par des hommes dont nous n’avons jamais entendu parler.
Ce sont eux qui tirent les ficelles, qui contrôlent l’esprit du public.

L’ingénierie sociale est réalisée par de nombreux moyens, elle est réalisée par la programmation prédictive, nous verrons quelque chose à l’avance à la télévision, dans un film, peut-être même dans un journal, un petit indice de ce qui va arriver, de sorte que lorsque le changement se produira, nous ne serons pas aussi effrayés et nous l’accepterons simplement, nous l’accepterons aveuglément parce qu’inconsciemment nous savions que cela allait se produire.

“Oh mon extracteur de jus ne va jamais arriver. Hé papa ça vient d’arriver pour toi !
Maman, prépare un câlin extra spécial, je t’ai acheté un nouveau extracteur de jus ! Mon dieu, des germes de grippes entrent dans chaque orifice de ma tête !”

Ca peut avoir lieu dans les films, par exemple les films sur les pandémies, les films dans ce cas là à propos de l’IA, et ne faire qu’un avec la machine.

“Bonjour, je suis David, je peux faire presque tout ce qu’on peut me demander.”

L’ingénierie sociale se fait aussi par la politique, des célébrités, des personnalités publiques, qui sont parmi nous et devant nous, même au-dessus de nous, nous disant ce qu’il faut croire, nous disant ce qui est acceptable et nous encourageant à penser d’une certaine façon.

“C’est vraiment important que des gens de tous les âges fassent le VACCIN !!!”
“Merci. Bonjour, je m’appelle Michael Caine, je viens de faire le vaccin contre le covid, ça n’a pas fait mal, peu de gens le savent.”

Les célébrités elles-mêmes détiennent beaucoup de pouvoir, de nos jours beaucoup de gens idolâtrent les célébrités et les voient comme des êtres humains merveilleux, qui devraient être vénérés. Alors qu’en réalité elles font partie d’un système pour imposer le changement et forcer le changement, sur les gens d’une manière qu’ils vont juste accepter aveuglément.

“J’assume la responsabilité. J’assume la responsabilité. J’assume la responsabilité, pour chaque moment non contrôlé. Pour chaque fois qu’il était plus facile de l’ignorer que de le dénoncer pour ce que c’était. J’assume la responsabilité, des gens noirs sont massacrés dans la rue, tués dans leurs propres maisons, ce sont nos frères et soeurs, nos amis.”

En ce qui concerne la politique que j’ai mentionnée, donner au public cette façade de choix, de démocratie, qu’ils peuvent choisir qui élire au pouvoir, que ces gens feront des changements qui bénéficieront au public, est une forme d’ingénierie sociale, parce qu’en réalité, les dirigeants sont choisis à l’avance, et mis en place pour appliquer les changements de ceux qui sont plus haut placés.

“Nous avons mis en place, je pense, l’organisation de fraude électorale la plus étendue et la plus complète de l’histoire de la politique américaine”

Ces élites veulent imposer un certain agenda, dans ce cas un agenda de transhumanisme, à la population. L’ingiérie sociale est un bien plus vaste sujet, et nous n’avons fait qu’effleurer la surface de ce qu’est le transhumanisme, ce dont il s’agit, pourquoi il a lieu, comment il sera réalisé, par quels moyens il sera réalisé.

“Quand vous améliorerez le cerveau, quand vous rendrez le corps humain plein de capteurs, ces capteurs sont capables de collecter des données, ce sont donc de nouvelles technologies excitantes…”

Les cybermenaces et l’OTAN 2030 : un nouveau rapport du CCDCOE

Le Centre d’excellence de cyberdéfense coopérative de l’OTAN (CCDCOE), en coopération avec le King’s College London et William & Mary, a publié un nouveau rapport intitulé “Cyber Threats and NATO 2030 : Horizon Scanning and Analysis“.

Le rapport comprend 13 chapitres qui examinent comment l’OTAN peut faire face au mieux aux cybermenaces, ainsi que les possibilités et les défis liés aux technologies émergentes et perturbatrices dans le domaine cybernétique au cours de la prochaine décennie.

PREMIÈRE PARTIE

Le présent rapport aborde les exigences conceptuelles et pratiques et contribue de manière significative aux discussions sur l’OTAN 2030. L’ouvrage est divisé en cinq courtes parties, qui commencent par ” Les adversaires du cyberespace et la réponse de l’OTAN “.

Cette partie s’ouvre sur deux articles consacrés à l’internet et aux cybercapacités russes. Juha Kukkola explore les implications stratégiques des plans russes pour un réseau national fermé, identifiant les avantages défensifs et offensifs pour la Russie dans les asymétries structurelles ainsi promues.

Joe Cheravitch et Bilyana Lilly attirent l’attention sur les contraintes qui pèsent sur la capacité cybernétique de la Russie en raison de problèmes de recrutement et de ressources au niveau national, et suggèrent comment l’OTAN pourrait tirer parti de ces limitations pour atteindre ses propres objectifs en matière de cybersécurité.

Martin C. Libicki et Olesya Tkacheva proposent une nouvelle perspective sur les cyberconflits avec un adversaire comme la Russie, en analysant les possibilités d’escalade horizontale dans d’autres domaines ainsi que d’escalade verticale dans un même domaine, et les conséquences pour la doctrine et la gestion des risques de l’OTAN.

DEUXIÈME PARTIE

La deuxième partie, intitulée ” Les nouvelles technologies et la réponse de l’OTAN “, s’ouvre sur un chapitre consacré à la 5G. Les auteurs proposent une série de mesures que l’OTAN et ses partenaires peuvent mettre en œuvre pour sécuriser les technologies 5G et leurs chaînes d’approvisionnement, notamment des formes de gestion des risques, de normalisation et de certification qui permettront de maximiser les avantages militaires et sociaux de cette nouvelle génération de systèmes mobiles.

À l’aide d’une base de données étendue, Jacopo Bellasio et Erik Silfversten identifient une série de technologies nouvelles et émergentes susceptibles de façonner le futur paysage des cybermenaces et proposent des moyens par lesquels l’OTAN peut se préparer et s’adapter à ces éventualités.

Simona R. Soare et Joe Burton démontrent les vulnérabilités de l’hyperconnectivité à travers le scénario hypothétique d’une ville intelligente soumise à une cyberattaque concertée, en tirant les leçons que l’OTAN doit tirer de la relation entre la sécurité locale et supranationale dans des conditions de haute technologie.

TROISIÈME PARTIE

La troisième partie, intitulée ” Le combat, le domaine cybernétique et la réponse de l’OTAN “, contient deux chapitres consacrés aux opérations multi-domaines (MDO), le concept de combat adopté par l’OTAN.

James Black et Alice Lynch étudient les implications des dépendances en réseau des MDO et la manière dont les adversaires espèrent les exploiter. Ils suggèrent que l’OTAN doit mieux comprendre l’interaction des menaces externes et des vulnérabilités internes pour lutter contre les cybermenaces qui pèsent sur les activités multi-domaines.

Franz-Stefan Gady et Alexander Stronell effectuent une analyse comparative de l’intégration par les Alliés de l’OTAN de leurs cybercapacités aux opérations cinétiques dans le cadre des MDO et formulent des propositions pour améliorer les performances de l’OTAN dans un futur conflit de haute intensité avec un concurrent proche.

QUATRIÈME PARTIE

La quatrième partie, intitulée ” Partage de l’information, renseignement sur les cybermenaces et exercices “, commence par un point de vue du secteur de la cybersécurité, présenté par Michael Daniel et Joshua Kenway de la Cyber Threat Alliance. Ils proposent un programme de partage de la CTI entre l’OTAN et ses parties prenantes, qui vise à corriger certaines des hypothèses erronées des cadres CTI existants.

L’analyse comparative de Chon Abraham et Sally Daultrey sur le partage des CTI au Japon, aux États-Unis et au Royaume-Uni suggère que des facteurs contextuels nationaux peuvent inhiber cette fonction coopérative essentielle et propose une série de changements organisationnels pour y remédier.

Andreas Haggman apporte une contribution méthodologique distincte au débat de l’OTAN sur la cybersécurité en promouvant le wargaming comme un outil permettant d’imaginer et d’anticiper des futurs conflictuels dans leurs diverses dimensions sociales, politiques et techniques.

CINQUIÈME PARTIE

La cinquième partie est consacrée aux “Réponses réglementaires et politiques aux défis de la cybersécurité”. Cindy Whang s’intéresse à la manière dont les régimes de contrôle des exportations devraient être redynamisés pour répondre aux préoccupations en matière de cybersécurité dans l’ensemble de l’Alliance.

Laurin B. Weissinger conclut l’ouvrage en lançant un appel pour que l’OTAN améliore sa compréhension de la complexité des réseaux, notamment par la modélisation des menaces et des attaques, afin de fournir des solutions de cybersécurité plus efficaces et mieux adaptées.

Tous les chapitres de ce rapport ont fait l’objet d’un examen par les paies en double aveugle par au moins deux experts externes.

Davos : intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab

Intervention du Président Emmanuel Macron avec Klaus Schwab, président-fondateur du Forum Economique Mondial dans le cadre de l’Agenda de Davos (25—29 Janvier 2021), sur le thème de la « Grande Réinitialisation » du monde après la pandémie de la COVID-19.

Davos est une réunion annuelle, à laquelle participent plus de 1500 leaders mondiaux, dont 25 chefs de gouvernement et d’État et plus de 500 PDG.

Les sujets abordés, entre autres, ont été le “new normal”, la quatrième révolution industrielle, le Grand Reset, l’intelligence artificielle, les technologies quantiques et les impacts en termes démocratiques qui sont massifs.

Mardi 26 janvier 2021, extrait :

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, si on prend tous ces changements, est-ce que ça signifie aussi un nouveau mode de mondialisation ? Est-ce c’est aussi, comme on dit, un « new normal » pour la mondialisation ?

Le Président de la République
Alors complètement. Je vais vous dire, tout ce qu’on est en train de se dire converge pour moi vers trois éléments. Le premier, on doit bâtir un nouveau consensus. Le 11 novembre dernier, lors du Forum de Paris pour la paix, on a essayé de réunir des chefs d’Etat et de gouvernement, des ONG, des organisations internationales, des intellectuels pour essayer de réfléchir à ce qu’on a appelé très immodestement le consensus de Paris. C’est le consensus de partout, qu’importe, mais de se dire plusieurs décennies après le consensus de Washington, il nous faut bâtir un nouveau consensus dont les règles ne sont pas la réduction de l’État, la baisse du secteur public et la création de valeur uniquement pour justement l’actionnaire. Et donc on doit bâtir, et c’est exactement la discussion qu’on a depuis tout à l’heure ensemble, un nouveau consensus qui intègre tout cela et qu’il remet au cœur du modèle. Deuxième point, il faut trouver un nouveau mode de coopération entre les États, c’est-à-dire retrouver un multilatéralisme efficace. C’est ce à quoi je crois depuis des années. Il était bloqué, en effet, par une administration américaine qui n’y croyait pas. Je nourris beaucoup d’espoirs en ce début d’année avec un partenaire américain, je l’espère, qui va se réengager, et donc nous devons construire un multilatéralisme efficace qui permettra de répondre et de mettre en œuvre ce nouveau consensus. Et puis, troisième chose, on a besoin de bâtir ces nouvelles coalitions, celles-là même qu’on a essayé de construire dans le cadre des One Planet Summit. C’est-à-dire qu’au fond, pour répondre à ces défis, le « new normal » dont vous parlez est une interaction et je salue à cet égard le caractère très innovant de votre forum, depuis des décennies, vous avez pensé ça, c’est-à-dire la coopération, mais au concret entre les États, les ONG, les entreprises, les investisseurs. C’est-à-dire que ce « new normal » dont on parle, la mise en scène du consensus, ce n’est pas qu’un multilatéralisme intergouvernemental, ce sont des coalitions d’acteurs hétérogènes qui se donnent les mêmes objectifs pour avoir des résultats.

Pr. Klaus SCHWAB
Monsieur le Président, ça me donne justement une raison de vous demander : je sais votre intérêt pour toutes les nouvelles technologies, pour ce qu’on appelle la quatrième révolution industrielle, mais dans toute sa conception, disons, le numérique joue un très grand rôle.
Comment voyez-vous l’impact de la puissance de l’écosystème numérique sur tout ce que vous avez dit ?

Le Président de la République
Je pense qu’il y en a plusieurs. Le premier, c’est que nous sommes en effet en train de multiplier les révolutions, quand on parle de numérique. Il y a plusieurs révolutions en une. Nous sommes au début de plusieurs révolutions technologiques qui nous font complètement changer de dimension. On a la révolution de l’intelligence artificielle, qui va totalement changer la productivité et même aller au-delà du pensable dans énormément de verticaux, de l’industrie à la santé en passant à l’espace. À côté de la révolution de l’intelligence artificielle, il y en a une deuxième qui, pour moi, est totalement fondamentale, qui est celle du quantique, qui va là aussi, par la puissance de calcul et la capacité d’innovation, profondément changer notre industrie, en changeant l’industrie des capteurs et donc ce qu’on peut faire dans l’aéronautique, ce qu’on peut faire dans le civil, changer totalement la réalité du cyber, par exemple ; et notre puissance de calcul, ce qui veut dire aussi la capacité qu’on a à résoudre des problèmes. Je prends l’épidémie que nous sommes en train de vivre, l’intelligence artificielle et le quantique sont des instruments de gestion, de transformation de gestion de l’épidémie. C’est-à-dire que vous pourrez régler des problèmes qui aujourd’hui prennent des semaines, en un jour. Vous pourrez régler des problèmes de diagnostic, peut-être en quelques secondes, grâce au croisement de l’imagerie médicale et de l’intelligence artificielle. Et donc dans la grande famille de ce qu’on appelle le numérique, on a en fait une convergence entre des innovations, celles du numérique, qui est au fond, quand on appelle ça génériquement, des réseaux sociaux et d’une hyper connectivité avec celle de l’intelligence artificielle et des technologies quantiques.

Le mariage de tout ça fait que nous allons rentrer dans une ère d’accélération de l’innovation, de rupture très profonde d’innovation et donc de capacités à commoditiser certaines industries et créer de la valeur très vite. Par rapport à ce que j’ai dit, qu’est-ce que cela a comme impact ? Un, on va continuer à innover et à accélérer. C’est sûr. Deux, il y aura des impacts en termes d’ajustement sociaux et il nous faut les penser dès maintenant. C’est-à-dire que le sujet des inégalités sociales va être encore plus prégnant dans un monde comme celui que je viens d’évoquer parce que nous aurons des impacts, des ajustements qui seront réels et qui sont à penser dès maintenant. Trois, tout cela a des impacts en termes démocratiques qui sont massifs. Et donc si vous voulez, pour moi, ces innovations vont être des accélérateurs de nos problèmes sur le plan social et démocratique. L’expérience américaine des dernières semaines l’a montré sur le plan démocratique, si besoin était. Quatre, la bonne nouvelle c’est que je pense que sur la résilience de nos systèmes et la réponse à la crise climatique, on a sans doute sous-estimé l’apport de l’innovation et je pense aussi que toutes ces technologies vont nous permettre, beaucoup plus vite, de répondre aux défis climatiques.

Et donc si je regarde, que je prends deux pas de recul par rapport à tout ce qu’on est en train de se dire, je pense que nos économies vont devoir de plus en plus investir dans ces innovations et il faut y aller à fond. Je pense que si on s’y prend bien et qu’on coopère entre nous, ces innovations vont nous permettre de créer de la valeur, de répondre aux défis économiques. Elles vont nous permettre, je l’espère, je le crois possible, de répondre plus vite aux défis climatiques. Et c’est aussi pour ça que moi je crois à ce que j’appelle l’économie du mieux, la réponse climatique par l’innovation plutôt que par l’arrêt des activités. Mais elles vont nous poser des problèmes sur lesquels nous n’avons pas assez réfléchi en termes démocratiques, en termes de libertés publiques et d’augmentation des inégalités sociales dans nos différentes nations.

L’apartheid climatique va faire basculer 120 millions de personnes dans la pauvreté d’ici 2030

L’apartheid climatique est imminent. Seuls les riches survivront.

Un rapport de l’ONU prévoit que les populations pauvres de la planète ne pourront pas échapper au pire de la crise climatique.

Si la catastrophe du changement climatique mondial se poursuit sans être maîtrisée, de vastes régions du monde deviendront probablement plus hostiles et beaucoup moins hospitalières pour l’humanité.

Lorsque cela se produira, un fossé encore plus profond se creusera entre les nantis et les démunis de la planète, car de nombreuses personnes se retrouveront sans les moyens d’échapper aux pires effets de la crise climatique, selon un nouveau rapport publié par le Conseil des droits de l’homme des Nations unies qui décrit un “apartheid climatique” imminent.

Alors que les riches déménagent dans des zones habitables plus chères, le rapport prévoit que 120 millions de personnes seront plongées dans la pauvreté d’ici 2030 en raison du changement climatique. Beaucoup d’autres mourront.

Le rapport décrit comment les 3,5 milliards de personnes les plus pauvres du monde sont responsables de dix pour cent des émissions mondiales de gaz à effet de serre, tandis que les dix pour cent les plus riches de la population mondiale sont responsables de la moitié.

La civilisation humaine va probablement s’effondrer d’ici 2050

« Perversement, les plus riches, qui ont la plus grande capacité d’adaptation, qui sont responsables de la vaste majorité des émissions de gaz à effet de serre et qui en ont tiré profit, seront les mieux placés pour faire face au changement climatique », a écrit Philip Alston, responsable des droits humains et de la pauvreté aux Nations Unies dans son rapport, “tandis que les plus pauvres, qui ont le moins contribué aux émissions et ont le moins de capacité à se protéger, seront les plus touchés”.

Dans le rapport, Alston écrit comment l’accès des riches aux ressources vitales a amené l’humanité à s’adapter à la crise climatique dans la mauvaise direction – au lieu d’agir pour prévenir ou inverser le pire du changement climatique, les riches peuvent se permettre d’éviter personnellement ce problème.

“Une dépendance excessive à l’égard du secteur privé pourrait conduire à un scénario d’apartheid climatique dans lequel les riches paieraient pour échapper au réchauffement, à la faim et aux conflits, tandis que le reste du monde en souffrirait”, écrit Alston.

CNN, ONU

Tirer le meilleur parti de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle pourrait aider l’humanité à surmonter bon nombre des graves problèmes sociaux auxquels elle est confrontée, mais elle lance en même temps une série de défis complexes, notamment sur le plan de l’éthique, des droits de l’homme et de la sécurité. Or, aucun cadre éthique international, s’appliquant à l’ensemble des développements et des applications de l’intelligence artificielle, n’existe à l’heure actuelle. Un instrument normatif international est indispensable.

Audrey Azoulay, Directrice générale de l’UNESCO, répond aux questions de Jasmina Šopova

Pourquoi l’UNESCO s’intéresse-t-elle à l’intelligence artificielle ?

Les experts sont unanimes : l’humanité est au seuil d’une nouvelle ère ; l’intelligence artificielle va transformer nos existences dans une mesure que nous ne pouvons imaginer. Cette transformation a déjà commencé et elle affecte tous les secteurs de notre vie. L’ intelligence artificielle connaît de nombreuses applications dans des domaines aussi variés que la santé, l’éducation, la culture, la sécurité, la défense… La recherche a pris un essor considérable ces dernières années : les géants du web (GAFAM), mais aussi de nombreux pays investissent désormais massivement dans l’intelligence artificielle et se font les acteurs de cette « quatrième révolution industrielle ».

L’UNESCO a un vrai rôle à jouer à l’heure de ces mutations. D’abord, parce que les applications de l’intelligence artificielle touchent directement ses domaines de compétence. L’éducation sera profondément transformée par l’intelligence artificielle.

Les outils d’enseignement, les manières d’apprendre, d’accéder à la connaissance, de former les enseignants vont être révolutionnés. La question des compétences à développer pour évoluer dans un monde toujours plus automatisé va devenir de plus en plus centrale.

Dans le domaine de la culture, l’intelligence artificielle est déjà largement sollicitée, par exemple dans l’imagerie 3D utilisée pour la reconstruction du patrimoine, comme nous allons le faire pour la vieille ville de Mossoul en Iraq. Dans les sciences également, notamment dans nos programmes environnementaux et dans la recherche subaquatique, par exemple pour le classement des images de plancton ou la détection et le recensement automatiques des cétacés et des oiseaux marins.

« L’UNESCO a un vrai rôle à jouer à l’heure de ces mutations. Les applications de l’intelligence artificielle touchent directement ses domaines de compétence »

La communication et l’information sont aussi bien sûr directement tributaires des avancées réalisées dans le domaine de l’intelligence artificielle. L’UNESCO doit mener cette réflexion sur les bénéfices et les risques de l’intelligence artificielle pour l’éducation, la culture, la science, la communication et l’information.

Quels en sont les risques selon vous ?

De manière générale, l’intelligence artificielle peut être une chance fantastique pour la réalisation des objectifs posés par l’Agenda 2030, mais cela suppose de traiter sans plus attendre les questions éthiques qu’elle pose. Une chance, car ses applications aident à avancer plus rapidement vers la réalisation des Objectifs de développement durable – en autorisant une meilleure évaluation des risques, en permettant une meilleure prospective, un partage plus rapide des connaissances, en proposant des solutions innovantes dans les domaines de l’éducation, de la santé, de l’écologie, de l’urbanisme, des industries créatives, en améliorant le niveau de vie et le bien-être quotidien.

Mais c’est aussi une menace, car l’automatisation et la numérisation créent de nouveaux déséquilibres, peuvent diminuer la diversité dans les industries culturelles, bouleversent le marché du travail, engendrent de la précarité, accroissent les disparités entre ceux qui ont accès à ces nouvelles technologies et ceux en sont privés.

C’est là que l’UNESCO a également un rôle à jouer : en tentant de réduire, par le soutien qu’elle apporte à ses États membres, les inégalités dans l’accès au savoir et à la recherche. La fracture technologique risque d’avoir un effet démultiplicateur sur les inégalités sociales. L’UNESCO doit être en mesure d’aider ses États membres à s’adapter aux nouvelles réalités et à accéder au savoir technologique.

Tirer le meilleur parti des avantages sociétaux et économiques de l’IA

Comment l’UNESCO peut-elle concrètement apporter ce soutien ?

L’un des enjeux, pour les États membres, est de pouvoir disposer de matériaux d’ingénierie sophistiqués, à la pointe de l’innovation, ainsi que de compétences humaines suffisantes – des scientifiques et des ingénieurs. Grâce à ses Centres d’éducation et de formation dans le domaine de la science, de la technologie et de l’innovation (STI), son Observatoire mondial des instruments de politique de la science, de la technologie et de l’innovation (GO-SPIN) ou encore son Programme international relatif aux sciences fondamentales (PISF), l’UNESCO est en mesure de fournir un tel soutien – et d’aider à réduire les disparités entre pays.

Quels sont les défis que pose l’intelligence artificielle en matière d’éducation ? Comment l’UNESCO compte-t-elle y répondre ?

C’est un domaine bien sûr essentiel pour l’Organisation. Là encore, la révolution qui s’amorce génère des effets à la fois positifs et négatifs. Des logiciels pédagogiques fondés sur l’intelligence artificielle sont déjà utilisés pour décentraliser l’enseignement, le personnaliser, fournir aux étudiants des conseils sur les curricula ou encore des certifications.

Mais ces technologies sont coûteuses, donc inaccessibles au plus grand nombre : le fossé entre riches et pauvres risque de se creuser encore davantage.

Du fait de son rôle de coordination du Comité directeur ODD – Éducation 2030, chargé de suivre la réalisation de l’Objectif de développement durable 4, dédié à l’éducation, l’UNESCO est en excellente position pour conduire ce travail, en identifiant les possibles contributions de l’intelligence artificielle à une éducation ouverte à tous et en évaluant son impact potentiel sur l’avenir de l’apprentissage.

La promotion d’outils d’IA libres d’accès, qui favoriseront les innovations locales, sera l’une de nos priorités.

Pour préparer les nouvelles générations au nouveau paysage du travail que l’intelligence artificielle est en train de dessiner, il faudra également repenser les programmes éducatifs, en mettant l’accent sur l’enseignement des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques, mais aussi en accordant une place de premier ordre aux humanités, aux compétences en matière de philosophie et d’éthique.

Quel est le rapport entre l’intelligence artificielle et la philosophie ou l’éthique ?

Dans leur vie d’adultes, les écoliers et étudiants d’aujourd’hui devront sans doute affronter des problèmes dont la nature nous échappe à l’heure actuelle. Il est difficile de prévoir toutes les évolutions possibles de ces machines de plus en plus sophistiquées qui gagnent chaque jour un peu plus en autonomie, au point de défier, déjà, dans une certaine mesure, l’identité humaine. C’est la raison pour laquelle, des compétences en matière d’éthique, mais aussi dans les sciences sociales et humaines en général, seront tout aussi importantes que celles dans les sciences formelles. Il peut y avoir aussi des biais embarqués dans les systèmes d’IA – notamment des biais de genre – qui requièrent plus de transparence de la part de ces systèmes et de solides principes éthiques pour les corriger.

Pourquoi est-il difficile de prévoir les futures évolutions de l’intelligence artificielle ?

La recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle avance à très grande vitesse, tandis que les environnements juridiques, sociaux et éthiques qui devraient l’encadrer évoluent très lentement. Jusqu’où peut aller l’autonomie d’une machine et son pouvoir de décision ? En cas d’accident, qui porte la responsabilité ? Et qui décide des valeurs inculquées aux machines durant ce qu’on appelle leur « apprentissage » ? Ces questions, parmi bien d’autres, restent aujourd’hui sans réponse.

On a constaté, par exemple, que des algorithmes formés au langage humain ordinaire avaient acquis des préjugés fondés sur des stéréotypes à partir de données textuelles présentes dans notre culture de tous les jours. Comment ne pas s’inquiéter du danger de voir apparaître des machines au comportement discriminatoire, raciste ou hostile ?

Il y a des raisons de s’inquiéter à bien d’autre égards aussi : protection de la vie privée et publicité ciblée sur l’Internet ; liberté d’expression et algorithmes de censure ; journalisme automatisé et monopole de l’information…

Même si la recherche fondamentale en la matière est, dans l’ensemble, motivée par le bien-être, des dérives involontaires, mais volontaires aussi, sont toujours possibles. C’est la raison pour laquelle il est impératif de s’assurer que cette technologie se développe suivant des normes éthiques rigoureusement établies.

https://iatranshumanisme.com/transhumanisme/intelligence-artificielle-dimensions-socio-economiques-politiques-et-ethiques/

Que peut faire l’UNESCO sur ce plan?

Si nous voulons tirer le meilleur parti des possibilités offertes par l’intelligence artificielle pour le monde entier, nous devons veiller à ce qu’elle soit au service de l’humanité, dans le respect de la dignité et des droits de l’homme.

Or, aucun cadre éthique international, s’appliquant à l’ensemble des développements et des applications de l’intelligence artificielle, n’existe à l’heure actuelle.

L’UNESCO est ce forum universel unique qui dispose d’une expérience de plus de vingt ans dans l’élaboration d’instruments internationaux relatifs à la bioéthique et à l’éthique des sciences et des technologies. Elle peut également s’appuyer sur deux organes consultatifs d’experts qui travaillent activement sur ces questions : la Commission mondiale d’éthique des connaissances scientifiques et des technologies (COMEST) et le Comité international de bioéthique (CIB).

Il est de notre responsabilité de mener un débat universel et éclairé – pas un débat technique mais bien éthique – afin d’entrer dans cette nouvelle ère les yeux grands ouverts, sans sacrifier les valeurs qui sont les nôtres et permettre, si les États membres le souhaitent, d’aboutir à un socle commun de principes éthiques.

À qui appartient la prise de décision ?

Décisions humaines : réflexions sur l’intelligence artificielle, 2018

Le phénomène des données de masse (big data) et le tournant des systèmes d’apprentissage profond ont fait de l’intelligence artificielle l’une des tendances technologiques les plus débattues du moment, du fait de ses répercussions sur les individus et les cultures.

Les aspects techniques de l’intelligence artificielle ont de quoi fasciner, mais certains craignent qu’elle ne finisse par éclipser l’intelligence humaine. Même en acceptant l’idée qu’elle puisse faire progresser l’humanité, il nous faut anticiper les dangers d’une IA devenue incontrôlable, et prendre conscience de ses implications éthiques.

Vaste sujet, intéressant à la fois la philosophie, les mathématiques, les sciences, l’informatique et l’ingénierie, que Netexplo, un observatoire indépendant partenaire de l’UNESCO, scrute avec attention. En 2015, l’UNESCO et Netexplo ont créé un conseil consultatif commun, l’UNAB. Ce réseau de professeurs, conférenciers et chercheurs venus des plus grandes universités du monde a pour mission d’analyser les tendances de la technologie numérique et en particulier l’intelligence artificielle.

En 2018, l’UNAB a publié Human Decisions : Thoughts on AI [Décisions humaines : réflexions sur l’intelligence artificielle], un recueil d’analyses qui a pour objectif de susciter une réflexion sur les défis les plus cruciaux en matière d’IA et d’en saisir les ressorts sous-jacents. Les humains confient-t-il délibérément à l’intelligence artificielle leurs pouvoirs de décision ?  L’ intelligence artificielle est-elle vue en tant que substitut de l’homme ? Quelle mesures potentielles de protection contre les dérives de l’intelligence artificielle?  Voici quelques-unes des questions examinées dans cet ouvrage. Elle s’ajoutent aux points de vue développés par Netexplo, qui mettent en regard différents scénarios.

Par-delà les points de vue, une question revient de façon lancinante : celle de la prise de décision. Avons-nous déjà renoncé à l’autorité que nous confère la maîtrise de la machine ?  Et si l’intelligence artificielle finissait par contrôler le comportement des hommes sans leur participation ? Dans ce cas, qui (ou quoi) participera à la prise de décision ?

Si certains experts craignent que l’emprise de l’intelligence artificielle ne nous conduise à un système interconnecté qui verrait notre intelligence subordonnée à celle des machines, d’autres restent persuadés que nos connaissances informatiques actuelles sont encore trop limitées pour justifier une telle peur de l’inconnu. Selon eux, il n’est pas question de compétition, mais de coopération entre intelligence artificielle et genre humain.

Le Courrier de l’UNESCO • juillet-septembre 2018

La biométrie dans les pays en développement

Avec un peu plus de 12 ans pour atteindre l’objectif de développement durable de l’ONU, l’objectif 16.91, de fournir une identité juridique universelle d’ici 2030, la technologie conçue pour les pays en développement amène l’ambition à portée de main. Cependant, le marché de la biométrie pour le monde en développement est distinct de celui du monde développé à certains égards importants et le marché mondial en développement devra mûrir pour profiter pleinement de ces technologies de pointe et pour que les bonnes intentions soient atteintes.

En reconnaissant que les systèmes d’identité insuffisants ne sont pas seulement un symptôme, mais en fait un facteur contribuant au sous-développement, l’accès à l’investissement dans les systèmes d’identité et la biométrie a augmenté dans le monde en développement. Le nombre de personnes à l’échelle mondiale sans identité légale diminue rapidement, passant de 1,5 milliard en 2016 à 1,1 milliard en 2017, selon les estimations de la Banque mondiale, car les systèmes d’identification électronique (eID – electronic IDentity) soutenus par la biométrie sont mis en œuvre dans les pays en développement, notamment en Inde avec le programme Aadhaar.

Le dernier milliard de personnes à enregistrer dans les systèmes d’identité juridique, cependant, sera le plus difficile. Les enjeux sont élevés, pour ces personnes, leurs gouvernements et, par extension, toutes les sociétés dans lesquelles ils résident.

« S’ils n’existent pas officiellement, ils ne peuvent pas avoir un intérêt dans la société et, en conséquence, c’est une priorité à laquelle il faut remédier. C’est une priorité pour les agences de développement en raison de l’opportunité d’habiliter les indicateurs de développement », déclare le Président de ID4Africa, le Dr Joseph Atick, en mettant l’accent sur la portée du problème tout au long des efforts des individus et des efforts mondiaux.

Alors que le marché de la biométrie dans les économies les plus développées au monde a évolué à l’origine par l’application de la loi, par le contrôle des frontières, pour une utilisation plus large, la technologie est introduite dans la plupart des pays en développement comme un véhicule pour la prestation de services. « Le concept original de la biométrie, qui était d’amener les méchants, évolue rapidement pour aider les bons », observe Steve Thies, CEO d’Integrated Biometrics.

La plupart des sociétés biométriques les plus importantes au monde sont basées dans les pays les plus riches du monde, tout comme la plupart de leurs clients, et la plupart des revenus de l’industrie proviennent de ces mêmes pays. Les produits et les solutions, par conséquent, ont tendance à répondre à des besoins significativement différents, souvent dans des circonstances très différentes.

Le développement des systèmes d’identité mondiaux nécessitent souvent des programmes d’inscription effectués dans des environnements difficiles, sans l’infrastructure sociale ou technique qui permet la biométrie dans le monde développé. Ils nécessitent également des décisions difficiles, de l’approvisionnement au déploiement, qui sont rendues encore plus difficiles par l’immaturité du marché.

L’importance de l’identité numérique forte pour le développement et l’Agenda mondial 2030 a été reconnue, et la possibilité de poursuivre pour l’identité juridique universelle est déjà en train de frapper.

La biométrie dans le monde en développement

Un aspect des marchés contrastés est une association différente du grand public. Étant donné que les programmes d’identité dans les pays en développement ont tendance à être influencés par les services publics, tels que l’éducation et les soins de santé, le public est moins méfiant à l’égard de l’enrôlement biométrique et souvent plus désireux de participer.

« Leurs points de vue sont très différents », a déclaré le CEO et Président de Credence ID Bruce Hanson à Biometric Update. « Ils veulent s’inscrire. Ils ne veulent pas passer autant de temps à attendre en ligne, alors qu’un administrateur regarde ce document qui est supposé être un diplôme, c’est vraiment plus un morceau de papier qui s’est désintégré dans leur poche. La queue s’étale sur un kilomètre, et le gouvernement dit ‘Attendez une minute, nous ne savons pas qui est cette personne, si elle est admissible’ ».

Un autre programme nigérian, mis en œuvre par la société locale Data Infosec Consult, suit le temps et la fréquentation des enseignants dans le système scolaire public. Ce programme promet une diminution des coûts pour les gouvernements locaux qui gèrent les écoles publiques, mais bénéficie également aux étudiants qui fréquentent ces écoles et, par extension, à toute la société, soutient le CEO de Data Infosec, Harold Monu.

« Outre l’épargne et la réduction du gaspillage, il y a l’avantage social de l’enseignant d’être en classe », a déclaré Monu. « Lorsque le professeur n’est pas dans la salle de classe, même si les enfants sont là, ils n’apprennent pas, puis quelques années plus tard, aucun d’entre eux ne sera parti. Donc maintenant, les enseignants savent, si vous n’êtes pas à l’heure, vous ne serez pas payé, et la présence s’est vraiment améliorée. Nous changeons la façon dont les gens travaillent ».

Le programme se déroule dans les 25 premiers des 774 gouvernements locaux du pays, et déjà des discussions ont commencé pour l’étendre aux écoles secondaires, qui sont dirigées à un autre niveau du gouvernement. Le succès du programme est en partie dû à la capacité de faire respecter la conformité, selon Monu – les enseignants veulent être payés, de sorte qu’ils s’inscrivent. Cependant, le degré de conformité n’a pas été présent pour tous les programmes, car les programmes qui ne motivent pas toutes les parties prenantes sont facilement accessibles.

Le gouvernement nigérian envisage également comment exploiter efficacement l’identité biométrique pour le secteur de la santé. Le succès spectaculaire du programme Aadhaar, qui est en soi responsable de la majeure partie de la réduction du nombre de personnes ayant une identité juridique au cours de la dernière année, est un modèle qui peut servir d’inspiration à d’autres pays en développement, mais ne peut pas être copié trait pour trait. Les différences économiques, gouvernementales et environnementales entre les nations signifient qu’aucun projet ne fait face à la même série de défis.

Les méthodes pour relever tous les défis semblent être disponibles. Réunissant le développement durable des Nations Unies l’objectif 16.9 nécessitera une nouvelle évolution du marché de la biométrie dans les pays en développement, afin d’identifier et de mettre en œuvre les méthodes, les pratiques et les technologies appropriées pour chaque situation.

La technologie

Les défis géographiques et d’infrastructure signifient que l’enrôlement dans les pays en développement doit souvent avoir lieu pour les communautés rurales sur des appareils mobiles, apportés aux gens. Ils doivent pouvoir fonctionner sous tension et hors ligne, se synchronisant avec les bases de données de projet lorsqu’ils peuvent se connecter au réseau. « La technologie doit venir à l’individu », explique Thies. « Le smartphone compatible WiFi est évidemment l’outil de choix pour le monde, comme en témoigne la croissance de la population dans les smartphones ». Les dispositifs d’inscription doivent non seulement être mobiles et alimentés par batterie, mais aussi durables.

Les défis liés aux infrastructures et à l’éloignement dans les pays en développement ne sont pas uniformes, mais même dans leurs technologies actuelles les plus extrêmes sont égaux. En Indonésie, où la quatrième population mondiale est répartie sur des milliers d’îles, avec des conditions climatiques souvent exigeantes, la population a été inscrite à un rythme encore plus rapide que l’Inde avec son programme Aadhaar, selon Hanson.

Les défis environnementaux courants pour les programmes d’inscription comprennent des conditions de température et de poussière extrêmes peuvent causer des problèmes pour les périphériques et la lumière directe du soleil peut empêcher la capture d’image d’empreinte digitale. Pour que les appareils soient vraiment mobiles, ils doivent être léger, ce que souligne Thies, afin de les rendre plus adaptables aux températures extrêmes. En outre, les capteurs d’empreintes digitales émettant des signaux lumineux (LES – light emitting sensor : capteur à luminescence) sont imperméables à la lumière directe du soleil, ce qui les rendent utilisables dans des conditions dans lesquelles il serait nécessaire de trouver un emplacement différent et suffisamment ombragé.

De même, le film électroluminescent est approprié pour l’enrôlement en masse sans avoir à effacer la surface après chaque individu, car il ne collecte pas d’empreintes latentes. Le nouveau dispositif mobile et les technologies biométriques comme celles-ci se combinent pour fournir des capacités qui permettent des programmes précédemment infructueux ou irréalistes.

Parallèlement aux progrès réalisés dans les smartphones et autres appareils mobiles, la technologie back-end a également progressé pour permettre la collecte des données sur un périphérique et ensuite synchronisé avec une base de données centrale via le cloud. Cela facilite non seulement l’inscription, mais aussi permet de rendre l’identité enregistrée portable à d’autres sites à l’aide de la base de données, et potentiellement même à d’autres programmes.

Les parties prenantes semblent presque unanimes dans la conviction que les progrès nécessaires dans la technologie de collecte de données biométriques réalisés au cours des dernières années suffisent à inscrire le milliard de personnes sans identité juridique.

« Nous devons renforcer la capacité en Afrique pour que nous puissions satisfaire aux exigences de 2030 », souligne le Dr Atick. « La technologie est là, l’argent est là, mais les gens – il n’y en a pas assez ».

« La technologie est mature, mais les facteurs politiques et la formation au niveau local sont un défie », estime Monu. « Cependant, nous avons la main-d’œuvre, qui peut être formée, ce qui le rend très réalisable dans un court laps de temps ».

Le développement du marché

La difficulté qui doit être abordée si l’Objectif 16.9 du développement durable de l’ONU doit être atteint n’est donc pas tant une capacité technologique que l’une des capacités en pratique. Cette capacité nécessite un investissement de temps, d’énergie, d’expertise et de ressources. Selon l’économiste principal de la Banque mondiale Robert Palacios, ainsi que le Dr Atick, le mécanisme de sa livraison sera le développement du marché en constante évolution de l’identité mondiale.

[…]

Le projet de fournir une identité juridique forte, numérique et individuelle à 1,1 milliard de personnes est une opportunité avec un potentiel énorme pour les entreprises biométriques. Il existe un grand potentiel de recettes provenant des contrats. Chaque contrat, si le projet qu’il soutient, réussit, pourrait également représenter un marché sur un marché national ou local. En outre, l’amélioration de la couverture, de la prestation et de la durabilité des programmes de prestations sociales, tout en permettant une planification plus efficace des programmes aura un impact majeur sur la vie de plusieurs millions de personnes mal desservies.

Cela peut entraîner un changement positif dans les perceptions publiques mondiales de la biométrie, en équilibrant les associations populaires de l’Ouest avec des drames de la police de la télévision avec de nouvelles images de services publics et des avantages à être livrés avec succès dans de nouveaux endroits, aux personnes qui ne les ont jamais reçues auparavant. Faire de ces images une partie des futurs bonnes nouvelles du monde en développement est un rôle à la disposition des entreprises biométrique si elles choisissent de saisir l’opportunité.

BiometricUpdate


Note :

1 […] L’identité juridique fait partie intégrante des Objectifs de développement durable (ODD) pour l’après-2015 : l’objectif 16.9 presse les États d’offrir à leurs citoyens un accès universel et gratuit (ou peu coûteux) à des informations d’identification solides et reconnues. La communauté internationale devrait unir ses forces dans le but d’atteindre cet objectif car il constitue un élément essentiel pour de nombreux autres ODD. Aujourd’hui, on compte environ 2,4 milliards de personnes dépourvues de toute identité officielle, notamment des enfants de moins de 14 ans dont la naissance n’a jamais été enregistrée et de nombreuses femmes des régions rurales pauvres d’Afrique et d’Asie. Plus précisément, l’objectif 16.9 des ODD a pour but de « fournir une identité juridique à tous les citoyens d’ici 2030, notamment en enregistrant toutes les naissances » : c’est la première fois que le sujet de l’identité est officiellement stipulé en tant qu’objectif de développement à l’échelle mondiale. […]. Les « papiers » d’identité traditionnels sont en règle générale difficiles à étendre aux populations pauvres et isolées. Toutefois, dans les pays en développement, des progrès considérables pourraient être accomplis en élargissant à tous l’accès aux services et aux opportunités grâce à de nouvelles méthodes, consistant par exemple à tirer parti des plateformes mobiles numériques pour permettre aux gens d’obtenir une identité juridique en s’inscrivant en ligne (voir note 13 de la série Connections, « Des ID numériques pour le développement »). […]. L’année dernière, le Groupe de la Banque mondiale a lancé son programme d’identification pour le développement (ID4D) qui vise à répondre à l’objectif 16.9 des ODD avec une approche plurisectorielle et mieux intégrée. Ce programme vise à forger de nouvelles alliances et à réorganiser les stratégies de développement existantes. […] Source : La Banque Mondiale, sept. 2015 – L’identité, objectif du programme de développement pour l’après-2015. Il s’agit de la note n° 19 de la série Connections. Vous pouvez télécharger la version PDF de cette note ici « The Identity Target in the Post-2015 Development Agenda ». Pour en savoir plus sur ce sujet : The Role of Identification in the Post-2015 Development Agenda, World Bank and Center for Global Development, Banque mondiale et Center for Global Development, juillet 2015. La révolution biométrique : Identification for Development: The Biometrics Revolution – Working Paper 315.